Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le roi appétit d'un occulte après-midiAuteur
MessageSujet: Le roi appétit d'un occulte après-midi   Mar 31 Jan 2017 - 17:33

Le roi appétit d'un occulte après-midi

Constatant le renfrognement de sa vis-à-vis en l'emmenant hors de la bibliothèque, Daniel anticipait les problèmes. Plutôt adroitement, de son avis, puisqu'elle consentit à aller prendre un goûter. Une bonne pâtisserie et un chocolat chaud amélioreraient probablement l'humeur de cette jeune femme acariâtre – ou alors, c'était une véritable castratrice.

Le trajet se déroula dans un mutisme salvateur. Daniel profita du voyage pour réajuster sa tenue et sa coiffure, guettant les autres personnes pour s'inspirer de nouveau style, ou simplement retrousser la lèvre devant les erreurs communes des gens – non, le jaune fluo ne marchait pas.

La consultation des noms transmis par le bibliothécaire lui permit d'identifier un élève ; il ne l'avait pas en classe mais, la situation expliquée, le collègue professeur principal accepterait probablement de transmettre une sanction appropriée.

A ses côtés, Lizbeth demeurait miraculeusement silencieux. Elle renvoyait une image sympathique, emmitouflée ainsi dans ses fourrures, avec le bout du nez et quelques boucles blondes dépassant. Dommage qu'elle ne pratiquait que le langage de la discorde.
Mentalement, il songea aussi au remplacement de son mouchoir – d'ailleurs, elle pourrait le garder en souvenir, lui n'en voulait plus. En seconde pensée, un mouchoir avec du gloss de femme était un détail croustillant, mais Daniel n'ambitionnait pas d'avoir un tableau de chasse.

L'endroit choisi, moitié par hasard, tombait plutôt bien. Intérieur propre et sobre, tout en affichant un côté classy qui ne déplut pas à l'homme. La serveuse offrit même un grand sourire à Daniel, même si c'était le tableau du couple chic et assorti qu'il formait avec Lizbeth. L'idée lui procura un certain inconfort.

Daniel se sentait une solide fringale. Cette journée démarrait mal, et quitte à avoir le mal de tête en supportant la blonde ingénue, autant se consoler par l'estomac.

- Pour moi, ce sera un cappuccino avec deux crêpes – vous auriez du sirop d'érable ? Oui ? Parfait, vous êtes un ange.
(le tout avec un sourire chaleureux)

La servante hocha gracieusement la tête, ravie d'avoir un client aussi agréable à l'oeil et aux manières. Quant à ce que désire mademoiselle...

- Choisissez ce que vous voulez, miss Lizbeth, je vous invite.


En dehors de la commande, Daniel ne pipait mot et gardait une attitude neutre, collant le dos contre la banquette, allongeant les bras sur les battants et croisant les jambes. Des sucreries, un endroit classe, une compagnie agréable tant qu'elle était silencieuse, Daniel n'avait aucune raison d'amorcer de lui-même la conversation.  Que la jeune lolita patiente donc !

Un sourire amusé flotta sur ses lèvres. Oh, il se gardait bien de croiser le regard de Lizbeth. La pauvre, elle semblait porter quelque chose sur le cœur depuis tout le trajet et devait guetter le moment où la servante leur amènerait la commande, puis les laisserait, pour enfin parler.

Ah, voilà la commande ! Lui mange tranquillement, observant les alentours, faisant des commentaires positifs sur la nourriture, la décoration, le temps qui se réchauffe, etc.

Bon, elle a fini de mijoter et atteint le point d'explosion.

Il la regarde franchement. Trois, deux, un...






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le roi appétit d'un occulte après-midi   Mer 1 Fév 2017 - 18:05

Gourmandise
De la glace dans l'air
     "Choisissez ce que vous voulez, miss Lizbeth, je vous invite."

Il était remplie de gentillesse à ce moment donné... Serait-ce grâce à la serveuse qui venait d'arriver qu'il c'était mis à lui parlez ainsi ? Enfin... Son regard disait plutôt le contraire. Toujours agacé à ce qu'on dirait. Lizbeth soupira, mais se força à sourire devant lui, pour rester tout de même poli malgré tout.

" Je prendrais un chocolat chaud s'il vous plaît... Avec une gaufre au chocolat/chantilly. Merci bien."

La jeune serveuse avait finit de prendre les deux commandes et le silence s'en suivit. Les mots lui brûlait les lèvres... Elle voulait tellement commencer à tout lui décrire qu'elle n'arrêtait pas de remuer ses mains l'une contre l'autre, tendue. Elle avait enlevé son manteau en fourrure et avait mis son sac sous ses pieds pour ne pas déranger les personnes qui passeraient à côté de leur table.

Une fois les commandes sur la table, Daniel s'empressa de manger et de laisser Lizbeth réfléchir toute seule... Elle toucha à peine à ce qu'elle avait devant elle et dès qu'il la regarda dans les yeux, elle plongea son regard dans le siens, l'air le plus sérieux du monde.

"Vous ne me croyez donc pas... Vous ne m'avez pas crus... Serais-je le genre de fille à mentir à chaque occasion ? Certainement pas ! Pas comme vous en tout cas... Vous ne m'aviez pas mentionné l'état de mon gloss... Enfin bref cela n'est plus le sujet de discutions qui m'intéresse...
Cet eau... Quand je me suis retrouvé seule dans les toilettes pour nettoyer mon visage... " Elle le regarda d'un air encore plus sérieux. "L'eau coulait et s'est soudainement changé en glace... Soudainement !! Comme par pur magie ! J'étais devant ! Je l'ai vus de mes propres yeux... Tout c'est... Tout c'est matérialisé si vite. Et puis impossible de la changer ou de la bouger... Je vous jure que je vous dit la vérité. Je ne serais pas venus vous déranger en pleine recherche si cela était faux ! Je suis peut être indulgente, mais je suis une femme d'honneur !"


Elle eût soudainement le réflexe de prendre les deux mains de l'homme dans les siennes pour qu'il arrête de faire ce qu'il faisait et qu'il se concentre réellement sur ce qu'elle lui disait depuis tout à l'heure.

"Je vous en pris croyez-moi !!"

Son regard c'était aggravé. L'odeur de la nourriture qui se trouvait devant elle lui donnait déjà de l'appétit, mais elle voulait tellement lui faire comprendre qu'elle avait raison, que quelque chose de bizarre venait de se passer à ce moment... Elle avait besoin d'extérioriser toutes ses choses.

Heureusement personne n'écoutait vraiment ce qu'il se passait, et elle pouvait parler franchement, sans même se retenir. Le regard de Daniel était devenue étrange...


avatar


Féminin Date d'inscription : 21/01/2017
Sexualité : Hétéro
Messages : 57

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

3 ★ - Magie Multiple


MessageSujet: Re: Le roi appétit d'un occulte après-midi   Mer 1 Fév 2017 - 19:40

Daniel mangeait et, mangeant, succombait à l'envoûtement que seul un palais esseulé rencontrant le contact du glucose pouvait ressentir. C'est dire si son repas, derrière son air stoïque, accaparait son attention. Il avait cédé à la facilité des pensées tortueuses et inutiles, s'isolant mentalement de Lizbeth. Pauvre jeune femme, ne goûtant même pas à la gaufre placée devant elle.

"[Blah blah blah]"

Quelle longue tirade pour un incident isolé, pour lequel il n'avait aucune explication – et bien peu d'intérêt. Monsieur Montpensier acquiesçait ci et là.
Hasard ou intuition, la jeune lolita choisit cet instant pour lui saisir les mains. Le contact des doigts frais sur les siens raviva Daniel.
Depuis combien de temps n'ai-je pas été touché par une femme ? songea-t-il.

Trop longtemps. La faute à un caractère distant et des goûts difficiles, malgré un joli minois.

"Je vous en prie, croyez-moi !!"

Daniel dodelinait de la tête, perdu dans des pensées désespérées. Solitude.

Lizbeth est un bon exemple de pourquoi je vivrais toujours en marge des gens.
Soit qu'elle était folle, soit lui-même se montrait trop obtus sans le vouloir. Les deux ne se rejoignaient pas et ne le feraient jamais. Il tentait d'établir une communication claire, mais se sentait repoussé par le non-sens des paroles de la femme.
Du reste, pourquoi tâcher d'établir un contact lorsqu'on se sent rongé par l'absence de tendresse ? Cherchait-il à apprécier le caractère, ou le corps ? Cela n'était pas honnête, ni pour lui ni pour elle.

Une île damnée, pour une foule de damnés.
Daniel envisageait de se tuer. Pas ici, dans le café – le couteau à crêpe était à pointe ronde et il ne voulait pas salir son blazer immaculé –, mais il pourrait aisément trouver un immeuble ouvert, prendre l'ascenseur, arpenter le toit en ruminant sa veulerie, puis sauter. Point positif, on cacherait les circonstances de sa mort pour ne pas effrayer ses élèves.

Même pleurer serait superflu. À quoi bon ? Elle le prendrait pour un signe de faiblesse ou de folie, ou alors elle ne comprendrait rien.
Respire Daniel, fais face comme un homme. Là, souris un peu, doucement, assez pour que le rictus à tes lèvres passe pour doux.

La détresse intérieure de Daniel Montpensier était la résultante de tous les récents changements dans sa vie. L'isolement ne lui avait pas réussi et, lui aussi, sentait le besoin d'extérioriser les choses – en étant fermement convaincu qu'on ne le comprendrait pas, d'où ce vif sentiment d'autoflagellation.

Ce que notre homme n'avait pas prévu, en revanche, tenait en deux choses. D'abord, ses mains serraient celles de Lizbeth comme un homme s'agrippant au bord d'une falaise. Ensuite, un singulier halo de lumière l'entourait. La température monta de quelques degrés Celsius.  Un phénomène proprement surnaturel et perceptible dans leur coin de café, tellement que Daniel lui-même, après avoir pensé que sa vision se déformait par les larmes, en fût convaincu.

Je... brille ?
Si la magie de Lizbeth s'activait de façon inconsciente sous la colère, celle de Daniel avait éclot sous la détresse. Et, pour le coup, cette distraction fut si importante que l'homme ne songea plus à son tourment – la lumière disparut alors.

Les traits médusés, il scruta ceux de Lizbeth, qui ne devaient pas être en reste.

- Je te crois. Reste calme et ne crie pas, s'il te plaît.


Il massait presque les mains de la jeune femme en s'exprimant d'un ton grave et rassurant.
Là encore, les cours de théâtre aidèrent : Daniel angoissait, mais se maîtrisait. Si Lizbeth partait en crise d'hystérie, il redoutait de la suivre dans cette voie-là.

Il se sentait en devoir de rajouter quelque chose d'authentique, tiré du fond de sa poitrine, le genre de parole qu'on ne lance pas sans avoir, au préalable, abaissé les murailles de son ego.

- Ne t'en vas pas. Moi aussi, j'ai peur.






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le roi appétit d'un occulte après-midi   Jeu 2 Fév 2017 - 18:44

Stalactites dangereuses
De la glace dans l'air
     Ces mains... Il avait soudainement pris ses mains dans les siennes alors qu'elle n'avait jamais voulus ça. Si elle les avaient prises dans les siennes avant, c'était uniquement parce qu'il ne l'écoutait pas, et qu'elle voulait attirer son attention.. Mais le coup du massage n'était pas du goût de la demoiselle de Bathaury... De plus, une sorte de halo c'était mit à briller autour de l'homme en face d'elle. La jeune lolita retira immédiatement ses mains, et recula avec sa chaise. Elle ne supportait pas le contact des hommes ainsi. Elle ne pensait pas qu'il allait en profiter pour lui tripoter ses mains. Cette lumière... On aurait dit qu'il était devenue quelqu'un d'autre à ce moment là.. Et ça, Lizbeth ne le sentais pas du tout. Elle pris peur, et regarda Daniel d'un air froid, voir glacial... Sa respiration devenant un peu plus rapide face à ce qu'il venait d'arriver. Il avait beau eu lui dire de ne pas avoir peur, elle ne voulait plus le toucher. Si il avait réagis ainsi face à une simple prise de main, qu'aurait-il fait par la suite ?! Lizbeth s'imaginait le pire... Il l'aurait prise dans ses bras ? L'aurait embrassé ? Certainement pas. Qu'il essaye et il prendra chère.
A ce moment là, comme si ses pensés commençaient à prendre forme, une serveuse passant à côté trébucha juste à côté de leurs table. Le verre qui était remplie d'eau tomba vers eux. A ce moment là, Lizbeth fixa le verre d'eau et tout sembla se passer au ralentie. Elle vit l'eau prendre une forme solide en traversant l'air. A nouveau. Encore une fois, l'eau devenait glace. La glace formant une sorte de stalactite, tourna sur elle même vers les assiettes. La glace tomba alors soudainement, pointe vers le bas. Et elle se planta dans une des main de Daniel. La glace le trancha comme si elle était aiguisée comme un couteau créé pour tuer, pour trancher. A ce moment là, Lizbeth écarquilla davantage les yeux. Elle s'était littéralement paralysée. La glace... Le sang qui commençait à couler sur la nappe blanche... La jeune femme resta à fixer le sang. Curieusement, elle ne cria pas. Elle resta là, sans rien dire. Figé. Elle ne voulait plus rester ici.

Elle déglutit en voyant la main en sang. La serveuse à côté c'était mise, elle, à crier et à s'excuser de toutes les façons possibles, et des personnels commençaient à arriver pour venir aider Daniel.
A ce moment là, Lizbeth se leva, ne dit mot, pris son manteau en fourrure et fit dos à Daniel.

"Je crois que vais y aller... Pardonnez-moi."

Elle ne laissa rien d'autre, aucune explications. Mais elle partait, morte de peur... C'était la première fois que cette glace c'était attaqué à quelqu'un... A cause de sa propre peur.
Ce qu'allait devenir Daniel, Lizbeth ne voulait le savoir. Pour l'instant elle avait d'autres choses à voir... Il fallait qu'elle sache pour cette glace. Pourquoi apparaissait-elle tout le temps autour d'elle... Pourquoi cet homme avait brillé ? Il fallait qu'elle trouve ses réponses par ses propres moyens.

avatar


Féminin Date d'inscription : 21/01/2017
Sexualité : Hétéro
Messages : 57

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

3 ★ - Magie Multiple


MessageSujet: Re: Le roi appétit d'un occulte après-midi   Jeu 2 Fév 2017 - 23:21

La lame lamine l'âme du livide se liquéfiant en lamentations

Il y a des choses, comme ça, qui arrivent sans qu'on les demande, dans les circonstances les plus extraordinairement malheureuses, pour les faits les plus bénins, mais dont on ne peut rien entreprendre pour les éviter. Ainsi en fut de la venue de la serveuse, de son pas maladroit, son talon mangeant la pointe de son pied arrière, puis de sa chute et, avec elle, du plateau de victuailles. Les conditions thermiques très spécifiques de l'endroit ont fait d'un récipient plein d'hydrogène une arme létale, s'abattant sur notre courageux – allez, soyons franc, pas un modèle de bravoure non plus – Daniel.

La douleur surprit désagréablement l'intéressé, qui se redressa en se tenant la main en sang et poussant des exclamations de douleur. A côté, la serveuse se confondait en excuses entre deux sanglots, réunissant assez de présence d'esprit pour ensuite proposer une serviette. Bien sûr, il valait mieux des soins d'urgence par un spécialiste pour régler le problème, mais une trousse de premiers secours devrait faire l'affaire.

Lizbeth choisit le moment pour s'en aller, et monsieur Montpensier laissa faire, trop occupé à combattre les signaux nerveux de sa main blessée. Il se poserait peut-être des questions plus tard, une fois qu'il serait passé au centre médical où on lui ferait quelques points de suture et un solide bandage. Quelle journée de fou. Mais il y avait du positif dans tout cela, c'est qu'il souffrait : et souffrir, c'est vivre. La leçon d'aujourd'hui le rappela pour de bon sur le sentier des vivants, pas vraiment optimiste, mais pas non plus à broyer du noir. Ou plus. Restait à espérer qu'il ne connaisse pas d'autres rencontres malheureuses qui, à ce rythme, le videraient littéralement de son sang.

Quant aux chenapans de la bibliothèque, il interviendrait tout de même pour faire régner la discipline : les pauvres mômes, s'ils savaient qui ils ont dérangé et le danger pour leur vie... Mieux valait s'assurer, par une juste mais judicieuse sanction, qu'on ne les y reprendrait plus !






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Le roi appétit d'un occulte après-midi   







Contenu sponsorisé


 

Le roi appétit d'un occulte après-midi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Après-midi tranquille.
» Un bel après-midi de printemps [a archiver]
» Après-midi entre filles [PV Lizzy]
» Après-midi de détente [PV Cherise]
» Résumé progressif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: La Ville d'Amishawa :: Galerie Marchande :: Cafés & restaurants-
TOP