Formes Divines

Panel des formes divines

Vous avez débloqué votre forme divine ou votre familier mais vous n'apparaissez pas ? Contactez Jess par MP !
Revenir au forum
Cliquez sur un personnage pour faire apparaître les informations de sa forme divine et de son familier !

-- Jess Lukas Nyström --

Forme Divine

N’ayant jamais cherché à ressembler à une magical girl, Jess n’a pas été déçue lorsqu’elle a découvert sa forme divine. Loin de la prêtresse du vent qu’elle avait déjà croisé, elle fut assez satisfaite de remarquer que sa tenue en elle-même ne changeait pas. Et oui, on est bien loin de la magical girl, non ?

Lorsqu’elle commence à s’énerver, sa puissance augmente doucement. Assez doucement pour qu’elle puisse sentir son pouvoir couler dans ses veines. Petit à petit, des éclairs et des flux électriques se manifestent à ses pieds, remontant circulairement jusqu’à ses hanches, puis ses épaules. Les objets sensibles aux champs magnétiques se mettent en mouvement pour se rapprocher de la jeune femme, entourée par un champ de magie qui rejette les petits objets. Alors, Jess lève les bras jusqu’à sa tête. Elle s’empare de sa chevelure. Elle l’attache en une haute queue de cheval, perchée sur le sommet de son crâne. Puis, elle remet son nœud-ruban en place. Et là, elle est prête. Ses yeux jaunes deviennent plus clair, encore plus clair, jusqu’à paraître parcourus d’électricité à leurs tours. Lorsqu’elle s’élance, elle créé une épée solide, ayant assez vaguement la forme d’un éclair. Il n’est pas non plus impossible de la voir plus inventive dans ses attaques, de combiner les coups d’épée et les attaques magiques ; parfois même elle utilise les rubans qu’elle a accrochés autour de ses bras. Puisqu’elle se sent en danger, elle peut également dégainer les petits couteaux cachés à l’extrémité de ses bas ou au niveau de ses chevilles.

Si vous voyez Jess changer de tenue, c’est en réalité qu’elle déploie sa forme divine de son plein gré. C’est assez rare, mais ça peut arriver. Elle a cependant du mal à s’y adapter et c’est donc plus souvent qu’elle se manifeste de manière impromptue. Lorsqu’elle dévoile ses pouvoirs de son plein gré, elle devient la maîtresse des rubans électriques. Son étrange haut noir et blanc devient un petit haut bien plus court, s’arrêtant sous la poitrine et dévoilant son ventre. Ses bras sont couverts de rubans qu’elle utilise et manie comme elle le souhaite. Elle porte une sorte de pantalon sarouel juste assez ample pour lui permettre de bouger librement, le tout surmonté d’une « jupe » ouverte sur l’avant et déchiquetée que les côtés et l’arrière. Elle porte alors des bottes montantes à mi mollet. Ses cheveux sont disposés de la même manière que lorsqu’elle dévoile ses pouvoirs sans réellement le souhaiter, caractérisant la forme de magie supérieure qu’elle offre à l’ennemi.

Globalement, Jess remarque que sous cette forme, sa magie est légèrement différente. Elle semble plus puissante, puisqu’elle n’est pas retenue par son épée. Sa fameuse épée, elle, doit rester au placard, elle n’est pas comprise dans cette tenue, à son plus grand malheur. Elle a souvent peur de ne pas réussir à contrôler sa magie, alors elle reste prudente. Mais elle ne passe sous cette forme que lorsqu’elle est énervée, alors garder son calme est d’autant plus difficile. Pourtant, elle devra bien s’y habituer…

Familier : Raitei

Mais qui est donc cet adorable chiot à l’étrange fourrure qui a élu domicile chez Jess ? Il s’agit de son familier, utilisant sa forme d’emprunt pour ne pas attirer l’attention. Il faut avouer que ce gros chien aux oreilles pointues et au regard perçant ne passe pas inaperçu dans les rues… Jess étant tout de même discrète, son adorable familier use donc d’une forme d’emprunt. En réalité, c’est aussi par économie de pouvoirs magiques. En effet, il ne peut retrouver sa forme normale que lorsque sa maîtresse s’engage dans un combat, voir même qu’elle dévoile sa forme divine. Plus Jess se montre puissante et plus Rai gagne en magie.

Rai a plusieurs particularités : Ses yeux sont rouges lorsqu’on les regarde en profondeur, mais au premier coup d’œil ils semblent totalement blancs. Les poils au niveau de son cou sont réellement très longs, denses, épais, mais toujours très lisses et rarement emmêlés. Ils sont d’une douceur incomparable. Son pelage n’est pas uni ; majoritairement noir, il est parsemé de longs « traits » de poils rouges le long de ses pattes, de sa queue, et sur son visage. Sa truffe, toujours humide, est d’un flair très utile dans certaines situations. Sous sa forme d’emprunt, les marques rouges sur son corps se limitent à un dégradé au bout de sa queue, une marque sur son front et autour de ses yeux, quelques traits sur son dos. Par ailleurs, Rai est doté de parole et n’oublie pas de le faire remarquer.

Ce gros chien est très affectif. Il a son propre caractère et il est d’ailleurs très capricieux. Il suit Jess un peu partout, mais il sait se faire oublier. En réalité, il est surtout apparent lorsqu’elle est seule. Il semblerait qu’il souhaite la protéger d’une solitude qu’elle pourtant toujours vécue. Très protecteur, il est le premier à intervenir lorsque Jess est en danger. Du moins, lorsque Kurai n’est pas dans le coin. Il va s’en dire que Rai n’apprécie pas réellement Kurai. Il le considère comme un ennemi qui s’est emparé du cœur de sa bien-aimée maîtresse. Il n’hésite pas à le rembarrer de temps à autre, plus ou moins gentiment, lui envoyant quelques pics avant de disparaître sous les rouspettements de la jeune brune. Car Rai est avant tout fidèle et obéissant. Si Jess l’appelle, il vient. Si elle lui dit de disparaître, il s’en va. Il peut cependant intervenir de son propre chef s’il considère la situation délicate. Rai est aussi très câlin, il adore qu’on lui fasse des caresses et qu’on lui gratouille le ventre. Il aime beaucoup la viande d’agneau. Il adore par-dessus tout les bâtonnets de crabe et c’est d’ailleurs son pécher mignon.

Rai est très secret sur son « passé ». Jess ne sait actuellement pas grand-chose sur sa vie avant qu’il ne devienne son familier. Elle sait cependant qu’il est très puissant et qu’il peut, en puisant dans sa magie à elle, envoyer diverses charges électriques. Cependant, ces actions sont limitées et il doit surtout compter sur sa force brute de chien électrique pour se sortir des situations qui le valent bien. Jess se balade souvent sur son dos, caressant sa fourrure et profitant du vent dans ses cheveux.

N’ayant pas évoqué son passif, il n’a pas non plus évoqué son vrai nom : Raitei.

-- Elina Volchkev --

Forme Divine (Suijin)

Lorsqu’Elina fait appel à sa forme divine, plusieurs rubans d’eau se forment à ses pieds, et s’enroulent autour d’elle en formant une spirale, montant jusqu’au-dessus de la tête de la demoiselle. Les rubans se rejoignent en leurs sommets, avant de s’élargir pour former ensemble une sorte de cloche d’eau autour d’Elina. La cloche rétrécit alors, jusqu’à épouser les contours de la jeune fille, avant d’éclater en une multitude de fins flocons de neige sous l’effet d’une intense lumière blanche, révélant la forme divine de la Suijin. Le processus entier dure à peine quelques secondes. Tout le temps de la transformation, un mécanisme de défense se déploie autour de la demoiselle : en cas de menace un peu trop proche, d’épaisses parois de glace jaillissent du sol pour intercepter cette dernière. Un dernier détail : l’eau autour d’Elina est parcourue de remous, rendant ainsi cette dernière trouble, ce qui empêche de voir clairement ce qu’il se passe à derrière celle-ci.

Une fois la transformation terminée, quelques changements sont à observer chez la jeune fille. Le plus frappant est sans conteste la couleur de ses cheveux. En effet, celle-ci passe du violet qu’elle arbore en temps normal au blanc, un blanc pur et éclatant comme celui de la neige fraîchement tombée. Sa peau, déjà pâle, pâlit encore davantage, se rapprochant grandement du blanc elle aussi, sans toutefois aller jusque-là. Enfin, les iris de ses yeux changent de couleur eux aussi, perdant leur bleu habituel pour un doré éclatant, soulignant encore davantage l’origine divine de la demoiselle. Mais à ces changements s’ajoute encore l’apparition d’habits différents de ceux qu’elle porte avant sa transformation. En effet, sa forme divine lui fait revêtir des habits traditionnels japonais. Ces derniers se composent d’un kimono bleu sombre strié de fines lignes dorées dont le haut est dépourvu de manches et dont le bas s’arrête juste au-dessus du genou. L’ensemble est retenu par un obi de couleur blanc, le même blanc éclatant que celui de la chevelure de la demoiselle, excepté un motif bleu clair apposé en son centre.

Mais outre le changement d’apparence de la jeune fille, il y a aussi divers effets qui accompagnent cette transformation. Le plus notable est la formation en continu d’une vapeur de glace autour de la jeune femme, comme si son corps s’était transformé en un gigantesque amas de glace. D’ailleurs, la température que dégage cette dernière est glaciale, elle aussi. Cette vapeur de glace ne manquera pas de se coller à quiconque la touche, créant du givre sur la surface en contact avec elle. Mais le plus remarquable des effets est sans conteste l’augmentation exponentielle de sa puissance magique. En effet, sa maîtrise sur son élément augmente considérablement, si bien qu’elle est capable d’en faire usage de façon bien plus spontanée. Sa maîtrise des formes déjà connues est largement améliorée, mais en plus de cela, elle sera capable de faire à deux nouvelles formes de son élément : la brume de glace, et l’eau à très haute pression. La brume de glace est semblable à la vapeur de glace qu’émet spontanément Elina sous sa forme divine, à la différence près qu’elle est produite en plus grande quantité, et que son pouvoir de cryogénisation est largement supérieur. Quant à l’eau sous très haute pression, il s’agit d’eau classique, mais émise avec une telle force qu’elle en devient extrêmement solide, pouvant même couper de la roche, pour peu qu’elle ne soit pas trop épaisse. En plus de ses capacités magiques, les capacités physiques d’Elina s’en retrouve aussi grandement améliorées. Force, vitesse, agilité et capacités sensorielles seront donc bien plus développées qu’en temps normal. Elle ne peut cependant rester très longtemps sous cette forme, la durée de la transformation n’excédant pas l’heure. Une fois ce délai écoulé, le corps d’Elina se recouvre de glace en quelques secondes, glace qui vole en éclats, la faisant réapparaître sous sa forme originelle.

Familier : Fenrir

Fenrir est un loup dont la taille à elle seule impose le respect. En effet, l’animal mesure plus de trois mètres de long. Inutile de dire qu’on a tendance à se sentir tout petit à ses côtés. Son pelage est d’un blanc éclatant, comme la neige immaculée, bien que ses poils s’assombrissent légèrement à leurs racines. Ces mêmes poils sont très longs sur son dos ainsi qu’à son encolure, suffisamment pour qu’ils flottent lorsque le vent souffle. À cette blancheur s’ajoute également des larges bandes de poils dont la couleur est des plus particulières. En effet, celles-ci arborent une couleur bleu cristallin lumineux. Et il ne s’agit pas d’un simple reflet ! Non, elles émettent vraiment de la lumière, bien que celle-ci soit peu intense, et non éblouissante. Ses poils de couleur si singulière sont surtout situés dans l’encolure de Fenrir, ainsi que dans sa queue, bien qu’ils soient également parsemés dans d’autres régions de son corps. Un dernier détail concernant son pelage : le bout de ses oreilles est noir.

Ses grands yeux intelligents arborent la même couleur que celle de son étrange pelage, un bleu cristallin dans lequel on a l’impression de pouvoir se plonger. Sur son front se trouve un mystérieux motif de la même couleur, qui brille plus intensément encore lorsque Fenrir utilise ses pouvoirs. Eh oui, ce loup n’est pas comme les autres, rien que son apparence permet de le deviner ! Fenrir est une créature mystique, capable de maîtriser les dérivés froids de l’eau, à savoir la neige et la glace. Sa maîtrise sur ces éléments égale celle d’Elina, excepté lorsqu’elle se trouve sous sa forme divine. Cependant, contrairement à elle, il est capable de se transformer en brume glacée. Mais le loup géant possède également une autre capacité : celle de contrôler ses frères poilus. Lorsqu’il pousse un long hurlement, d’autres loups se rassemblent à ses côtés, et obéissent à sa volonté.

Fenrir possède également une grande force physique, due à son imposante taille. Il peut courir très vite, et bondir à plusieurs mètres de hauteur ou de longueur sans difficultés. Son intelligence est également très développée, il n’est cependant pas doté de la parole. Il est toutefois capable de projeter ses pensées dans l’esprit des autres s’il le souhaite, bien qu’il ne puisse lui-même consulter celles des autres. En l’écoutant, on a l’impression de converser avec un être humain, bien qu’on ressente qu’il s’agisse d’une créature ancestrale. Enfin, Fenrir est capable, par le biais de sa maîtresse, de réduire de taille pour ressembler à un louveteau, et passer ainsi plus inaperçu.

Forme Divine (Kagutsuchi)

Lorsqu’Elina fait appel à sa seconde forme divine, son corps tout entier s’embrase. Le foyer démarre du centre de son thorax, par se propager tout le long de son corps, la pointe de ses cheveux y compris. Et lorsque cette combustion spontanée prend fin, apparait une Elina bien différente de ce qu’elle avait été avant…

Ses cheveux, déjà long en temps normal, gagne encore en centimètres, descendant alors jusqu’à mi-mollet. Ceux-ci se parent alors d’une couleur blanc éclatant, et ondulent légèrement en permanence, comme s’ils étaient fouettés par une douce brise, rappelant alors une flamme tremblotante. La pointe de ceux-ci aura souvent tendance à s’enflammer, lorsque son humeur vire à la colère, ce sera donc un bon moyen de voir dans quel état d’esprit elle se trouve. Les iris de la demoiselle, eux, arboreront l’intense couleur de la braise, alors que ses pupilles, elles, verront leur noir habituel se fondre d’une délicate couleur dorée. Un mélange qui n’est pas sans rappeler le feu intense qui brûle alors dans le corps de la jeune femme…

Mais les transformations physiques ne s’arrêtent pas là ! Sur le visage de la demoiselle apparaîtront des marques d’un rouge vif éclatant. Deux traits sous chacun de ses yeux, ainsi que sur ses paupières et légèrement au-dessus. Celles-ci rougeoieront avec d’autant plus d’intensité qu’Elina intensifie la puissance des flammes qu’elle manipulera. Et lorsqu’elles s’enflamment, toute la puissance incandescente de celles-ci se manifeste, et mieux vaut ne pas se trouver sur leur trajectoire ! Car sous cette forme, la demoiselle devient une vraie maîtresse de cet élément : sa puissance magique augmente de façon considérable, tout comme ses capacités physiques !

Ces dernières, d’ailleurs, lui seront bien utiles… En effet, sous cette forme, Elina privilégiera le combat au corps à corps. Si elle sera bien évidemment toujours capable de déployer toute sa puissance même à distance, son instinct la poussera à chercher à se rapprocher de son adversaire, afin de danser avec lui une valse… enflammée.

D’ailleurs, pour l’aider dans cette tâche, sa tenue se métamorphose, elle aussi. Peu importe ce qu’elle portera avant, des vêtements de style asiatiques viendront les remplacer. Sa toilette se constituera d’une robe chinoise mêlant le blanc, l’orange, le rouge, le noir et le doré, surmontée d’un haori à manches longues arborant le même mélange de couleur. Ses avant-bras, quant à eux, seront recouverts de protège-bras maintenus en place par un bracelet de couleur rouge. Enfin, à ses pieds seront chaussées des getas.

Enfin, s’il y a bien un détail de son apparence que vous ne pourrez manquer, c’est l’apparition de neuf longues queues de renard au pelage d’un blanc éclatant. En effet, Elina se verra affubler de ces nouveaux attributs, que nul homme n’est censé posséder de prime abord… Et la demoiselle est capable de les déplacer selon sa volonté ! En effet, il ne s’agit pas d’une simple décoration, mais bel et bien de nouveaux appendices, dont elle n’hésitera pas à se servir au besoin. Et attention : un coup de l’une de ces queues, cela peut faire du dégât… Qui plus est, elle est capable de les enflammer sur toute leur longueur, les rendant encore plus redoutables… Cependant, si elles constituent l’un de ses points forts, elles constituent également sa plus grande faiblesse ! En effet, Elina perdra 1/9 de sa puissance magique pour chaque queue tranchée. Dès lors, si toutes venaient à l’être, elle reprendrait sa forme initiale, même si elle aurait pu garder sa forme divine plus longtemps… Prenez garde, cependant : parvenir à toucher l’une d’elles relèvera déjà du miracle en soi. Mieux vaut donc éviter de s’y essayer…

Donnons maintenant quelques détails supplémentaires : sous cette forme, le caractère d’Elina changera. Si lorsque elle fait appel à sa première forme divine, elle reste de glace peu importe ce qu’il se passe, il n’en sera rien dans ce cas-ci ! Du genre fonceur, elle n’hésitera pas à s’élancer au-devant du danger, sans prendre la peine de réfléchir. Jugement hâtif, prise de risques inutiles, et goût prononcé pour le combat, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Elina sera du genre impulsive. Et gare à sa colère ! Car plus celle-ci sera grande, plus puissantes seront ses flammes… Aussi, pour amplifier encore son côté combattante, lorsque la demoiselle voudra donner une forme solide à sa magie, celle-ci prendra le plus souvent la forme d’une hallebarde. Sauf que celle-ci ne sera pas composée de feu, mais bien de métal véritable. Tout comme sera le tranchant de ses lames… Et n’espérer pas pouvoir vous en saisir pour la désarmer ! Car l’arme est brûlante, et quiconque d’autre qu’elle tente de s’en emparer souffrira de terribles brûlures… Enfin, sachez que sous cette forme, le corps d’Elina dégagera plus de chaleur que d’accoutumée. En effet, sa température interne augmentera significativement, sans pour autant brûler quiconque la touchera.

Enfin, lorsque le temps de reprendre sa forme initiale viendra, le corps d’Elina se couvrira de cendres, qui tomberont une fois le processus terminé, laissant la demoiselle retrouver son apparence normale.

Familier : Inari

Inari est une renarde à neuf queues, plus communément nommée Kitsune. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle ne passe pas inaperçue ! En effet, outre sa taille imposante de plusieurs mètres et ses neuf queues lui donnant encore plus de « volume », tout son pelage brille d’une lueur orangée parcourue de traits noirs qui n’est pas sans rappeler celle des flammes. Et pour cause ! C’est bien là de quoi est composé ce dernier… Inutile de dire qu’il vaut mieux éviter de vouloir fourrer ses doigts dans sa fourrure ! Enfin, du moins, pas sans avoir l’autorisation de la principale intéressée. Car heureusement, pour les personnes avides de papouilles aux grosses bestioles toute douces, la kitsune peut régler la chaleur de ses flammes, et ainsi éviter de graves brûlures à qui voudrait tâter de la douceur de son pelage. Mais uniquement quand elle est bien lunée, bien sûr…

Mais n’allez pas croire que les flammes sont la seule chose qui soit dangereuse chez l’animal. En effet, comme ses homologues « terrestres », la renarde possède des crocs redoutables, et des griffes qui ne le sont pas moins, ces dernières étant aussi acérées que celles d’un félin. Sans oublier ses nombreuses queues dont la musculature en fait des appendices particulièrement puissants. Et n’oublions pas bien sûr sa capacité à maîtriser la magie de feu, car celle-ci est impressionnante, surtout sous cette forme…

Oui, sous cette forme, car la plus grande particularité d’Inari n’est pas tant dans son apparence que dans sa capacité à en changer ! En effet, comme la majeure partie des autres représentants de son espèce, la kitsune est capable de prendre une apparence humaine. Et le contraste ne saurait être plus grand entre son apparence animale, qui en impressionnerait plus d’un, et son apparence humaine… En effet, sous cette dernière, Inari ressemble… à une jeune fille. Si l’on faisait abstraction de sa queue touffue et de ses oreilles de renarde, il ne serait pas difficile de la prendre pour une humaine tout ce qu’il y a de plus banale ! Enfin, pour peu qu’elle se laisse apercevoir, car Inari, sous cette forme, a la capacité de se rendre invisible au regard des autres, à l’exception de sa maîtresse qui elle peut la voir en toute circonstance.

Maintenant, il ne reste plus qu’à aborder un sujet, mais pas le moindre : le caractère de la kitsune… Si elle paraît inoffensive au premier regard, il n’en est malheureusement rien ! Car la demoiselle a un caractère bien trempé… En effet, elle est très espiègle, et adore jouer de mauvais tours. Rien de bien méchant, rassurez-vous, cela se limite au niveau d’une simple farce. Il n’en reste pas moins que rien ne l’amuse plus que de voir l’une de ses victimes tomber dans l’un de ses pièges. Ensuite, elle est très possessive. Lorsqu’elle s’approprie quelque chose, elle n’apprécie guère qu’on tente de lui prendre. Et cela vaut également pour la chose qu’elle apprécie le plus, à savoir Elina. Elle se montre particulièrement méfiante envers ceux qui l’approchent, et n’hésitera pas à se montrer farouche à l’égard de ceux dont la tête ne lui revient pas. D’ailleurs, en ce qui concerne les relations qu’elle entretient avec les autres, son comportement est assez versatile. Autant elle se montrera particulièrement affectueuse avec Elina, autant les autres… Elle pourra soit les ignorer royalement comme s’ils n’étaient pas là, soit directement manifester son hostilité envers eux. Parfois, cependant, elle montrera de l’intérêt pour l’un ou l’autre, et fera alors preuve d’une curiosité parfois un tantinet envahissante… A contrario, si une personne lui manifeste trop d’intérêt, elle prendra un malin plaisir à la narguer, se montrant juste assez accessible que pour nourrir l’étincelle de l’espoir de pouvoir l’approcher tout en restant hors de portée de tout contact. Notons également qu’Inari est du genre à n’en faire qu’à sa tête, il n’y a que lorsqu’Elina se montre particulièrement autoritaire avec elle ou que la situation exige du sérieux qu’elle consent à obéir aux ordres qu’on lui donne.

-- Kurai S. Ikazuchi --

Forme Divine

L’air crépite autour de lui. La foudre commence par parcourir les bras du jeune homme, puis envahissent son corps entier. Les yeux du raijin prennent une couleur rouge un peu plus clair que d’habitude et l’électricité qui parcourt ses membres se réunit au niveau de son cœur pour former une boule. Boule qui grandit pour peu à peu l’englober entièrement. Quand elle se détruit en projetant des éclairs de partout, la personne qui en sort n’a rien à voir avec celui qui y était entré. Car Kurai a développé sa forme divine.

La première chose que l’on remarque, en plus de ses yeux de couleur logiquement rouge, bien que la couleur soit plus claire que lorsqu’il utilise normalement son pouvoir, sont ses cheveux, qui ont poussés et sont devenus argentés. Mais il est également possible de remarquer que son visage s’est adouci, présentent une expression plus bienveillante. On remarque aussi que le jeune homme, qui n’est déjà pas petit, a encore grandi, dépassant les 1m90.

Mais nous parlions de son expression plus bienveillante. Ce n’est pas juste une expression. Car, en effet, la psyché de Kurai a légèrement changé lors de la transformation. S’il a gardé son assurance, le jeune homme a perdu son attitude orgueilleuse et provocatrice au profit d’un caractère beaucoup plus empathique. S’il n’hésite toujours pas à combattre ou à tuer quand cela s’avère nécessaire, il évite maintenant de se contenter de contre-attaquer, en combat, préférant lancer le premier assaut et en finir d’un coup, pour limiter les souffrances de l’autre.

En d’autre termes, Kurai a conscience de sa force et de sa puissance et, s’il n’hésite pas à combattre, il perdu tout son sadisme, le remplaçant par une extrême compassion. Il a même tendance à s’excuser lorsqu’il combat, demandant pardon d’infliger ne serait-ce que quelque douleur que ce fut à ses adversaires. Mais ce n’est pas pour autant qu’il se retient, car il veut finir les combats le plus rapidement possible.

Mais soyons clair, le jeune homme n’a rien perdu de son intellect ou de son sang-froid et s’avère toujours un adversaire très malin… Et très redoutable ! Mais surtout, sa gentillesse nouvellement acquise a ses limites. Car nuire à des gens qu’il aime réveille le caractère du Kurai normal… Combiné à la nouvelle puissance, on obtient donc quelqu’un qu’il faut éviter d’énerver.

Mais cessons de nous attarder sur les changements psychologiques du jeune homme pour s’attarder sur un détail plus pratique. Sa tenue vestimentaire. En effet, cette dernière change. Il se retrouve chaussé de bottes qui montent jusqu’à la moitié de son mollet, vêtu d’un pantalon blanc et de ce qui peut s’apparenter à une tunique bleue marine à manches courtes. Il porte de plus une longue cape bleue à l’extérieur et grise à l’intérieur. On peut aussi noter que son pantalon est tenu par une ceinture. Enfin, on constate que, sur ses avant-bras, se trouvent des protections blanches qui se terminent, au dessus de ses mains, par des plaques dans lesquelles sont incrustées chacun une gemme blanche. Si quelqu’un réussissait à briser un de ces deux gemmes, le pouvoir de Kurai se verrait diminué.

Enfin, il est intéressant de remarquer qu’il a véritablement une aura électrique. Il est en effet entouré d’éclairs qui dansent autour de lui dans les airs, n’attendant que son ordre mental pour qu’il puisse attaquer. Ainsi, il a tendance à concentrer tous ces éclairs dans sa main, pour éviter les débordements.

Enfin, passons au moment où l’heure qui lui est allouée se termine. Lorsque vient ce moment, toute la foudre qui danse autour de lui et celle qu’il concentre se réunissent en une grande sphère, l’entourant complètement. Puis la sphère se réduit, libérant peu à peu le jeune homme dans son apparence normale. Enfin, quand il ne reste qu’une petite sphère au niveau de son cœur, celle-ci s’enfonce en lui, lui rendant sa maîtrise normale.

Familier : Indra

Il n’est jamais bon de traîner dehors lorsque la foudre commence à s’abattre au sol. Et les avions le savent bien : un orage est un gros danger. Surtout lorsque les éclairs commencent à s’abattre. Mais méfiez-vous. Car dans l’un de ces éclairs qui vous frappe en plein vol se cache peut-être une surprise. Une grosse surprise. Car je vous parle d’un oiseau géant du nom d’Indra. Oui, comme la divinité hindoue de la foudre, comme par hasard.

Et quand je dis géant, je suis encore assez loin de la vérité, en fait. Disons que l’oiseau peut porter plusieurs personnes sur son dos et ne même pas les sentir. Ou très peu. En bref, si cinq personnes se tenaient sur son dos, elles n’auraient pas besoin de se serrer. Enfin, le nombre de cinq personnes est un chiffre indicatif, car il est bon de savoir que le corps d’Indra est souvent parcouru d’éclairs. Et, s’il peut les faire disparaître, il faudrait déjà qu’il le veuille.

Mais je digresse. Revenons à la description de superpiaf. (Parce que oui, quand on confond Superman avec un oiseau, Indra mérite d’être appelé superpiaf). Bref, Indra est très grand, ça, on l’aura compris. Mais en dehors de ça, à quoi ressemble-t-il ? Hé bien… Le premier truc qu’on remarque, c’est qu’il est jaune. Toutes ses plumes sont jaunes. Ce qui, finalement, est normal, puisqu’il est l’incarnation de la foudre.

Pour le reste, hé bien… Malgré son gabarit énorme (disons qu'entre douze et quinze mètres d’envergure ailes déployées, c’est pas mal, mais n’oublions pas surtout qu’il est très large) et ses plumes d’un jaune électrique, il reste un oiseau. Donc le décrire ne sert pas vraiment à grand-chose…

Parlons maintenant de son caractère. Et… Ma foi, il n’est pas l’incarnation de la foudre pour rien. Impétueux, vif, hyperactif, légèrement enfantin et capricieux, on a du mal à le voir assorti à Kurai, et pourtant… Il s’énerve vite, s’ennuie vite… mais aussi réfléchit vite. Car, oui, contrairement aux apparences, il n’a pas une cervelle d’oiseau. Il est intelligent et plutôt malin… Quand il s’y met et qu’il veut bien. Car son impétuosité peut causer des problèmes si son maître n’est pas là pour le canaliser.

D’ailleurs, son maître est la seule personne qu’il respecte (même s’il essaye toujours de provoquer des disputes). Si son maître vous apprécie ou vous tolère, au mieux, il vous tolérera. Au pire, il sera infernal. N’espérez donc pas faire ami-ami avec lui. C’est impossible. Et s’il est énervé, il faut avouer qu’il est assez terrifiant. Car il faut avouer qu’énerver l’incarnation de la foudre, c’est risqué d’être soi-même grièvement foudroyé.

Car, évidemment, Indra maîtrise la foudre. Et, non content d’être entièrement parcouru d’électricité, qu’il peut réguler à sa guise, il peut évidemment aussi vous attaquer. Et si vous croyez que vous avez un paratonnerre, vous êtes tranquille… N’oubliez pas qu’il reste un oiseau de proie. Il dispose donc de ses armes naturelles, le bec et les serres, pour vous faire des dégâts s’il le souhaite.

Ah ! Un dernier petit détail. Si en temps normal, il est large comme une autoroute et haut comme deux ou trois étages, il peut aussi réduire sa taille, pouvant donc aussi être invoqué en intérieur.

Par contre, puisqu’il est la foudre qui s’abat… Il ne peut être invoqué que dans les airs. Hé oui, la foudre ne peut pas s’abattre si elle part du sol !

-- Elena Heart --

Forme Divine

Transformation physique :

La puissance de sa magie se décuplant, le corps d'Elena s'illumine, se dénudant lors de sa transformation. Dans un premier temps, sa chevelure d'ébène blanchit jusqu'à perdre toute nuance sombre, ses pupilles d'un bleu profond se teintant d'un rouge carmin semblable à deux rubis étincelants. Lors de sa toute première transformation, Elena se recroqueville sur elle-même, sa peau pâle et nue exposée à la vue de tous. Pour remédier à sa tenue d'Eve, la belle invoque la magie divine de la terre pour se recouvrir d'une légère et élégante robe de végétaux et de fleurs, chose qu'elle fera ensuite machinalement lorsque son corps sera encore masqué par la lumière éblouissante.

Mental :

Si la belle est à l'accoutumé d'une nature hautement réservée, sous cette forme, toute timidité se trouve inhibée. La blanche est sûre d'elle mais tout de même réfléchie. La plupart du temps, elle restera sereine, très peu bavarde, préférant l'analyse à la parole. Son empathie s'en trouve décuplée, pouvant au mieux ressentir les émotions d'autrui. Quiconque ayant rencontré Elena sera certainement troublé par ce changement.

Si elle reste posée, lui chercher des poux n'est pas une très bonne idée. Si la demoiselle à la crinière de neige préfère la paix à la guerre, en cas d'offensive sur elle-même, sur des personnes qui lui sont chères ou sur des innocents, elle n'hésitera pas à s'interposer. Son caractère se fera à cet instant plus dur. Elle privilégiera la défense, mais n'hésitera pas à passer à l'assaut si besoin. A un certain stade, lorsque ses pupilles écarlates brillent d'une lueur sanglante, elle peut devenir réellement dangereuse.

Au décours de ce changement de tempérament, elle ne se laissera pas marcher sur les pieds. Si la colère l'emporte, la douce peut devenir une véritable vipère, cherchant à taper là où la douleur serait la plus forte, passant par le sarcasme ou l'ironie. Un comportement qu'elle n'adopterait pas en temps normal.

Familier : Socrate

Socrate est apparu au milieu d'un panier de fleurs naissant de la magie d'Elena. D'abord surprise, elle s'est rapidement liée à son petit familier. D'apparence il a toutes les caractéristiques d'un renard, mais arbore une teinte beige ainsi que des oreilles et une queue de feuillage. Il est plutôt difficile de résister à sa bouille et surtout à son regard doré qui pourrait faire craquer n'importe qui. L'animal maitrise autant la flore que les minéraux.

Au niveau caractère, il n'y a pas plus adorable, surtout avec la Saruta pour lequel il n'hésiterait pas à se mettre en danger. Il est plutôt collant avec elle et peut même se montrer jaloux si quelqu'un approche la belle de trop près. Il a la langue plutôt bien déliée mais restera posé à l'image de sa mage. L'animal aime le confort, un véritable pacha et préférera les bras de sa maitresse plutôt qu'un vulgaire panier réservé aux simples animaux de compagnie. Par instants, il peut se montrer fourbe, notamment pour provoquer les personnes s'approchant trop de la jeune femme.

-- Lyra Rioka --

Forme Divine

Le ciel se voile, les nuages se regroupent. L'air devient lourd, électrique, la tension est palpable. La perle au cou de la jeune femme se met à luire d'un éclat bleu mystique, tirant doucement sur le violet. Deux grandes ailes noires prennent forme dans son dos, celles d'un corbeau immense. Leur ombre s'étend sur le sol, enveloppent son corps frêle de leur étreinte. Elles sont reliées à son dos par des nervures magiques, ce qui les rend capables de canaliser l’énergie magique de leur propriétaire, mais les rend également sensible à la douleur. Cette particularité est tout autant un atout qu’un point faible. Ses vêtements parfois changent aussi, elle arborera alors une simple chemise blanche à volants et une jupe longue de couleur verte. Des rubans ornent aussi ses cheveux, comme un grand papillon posé sur tête.

Psychologiquement, on ne peut réellement dire qu’elle change sous cette forme. Lyra a souvent du mal à gérer ses conflits intérieurs, et sous cette forme, cette vulnérabilité est encore plus présente. Son intuition se décuple, l'instinct prend parfois le pas sur la raison. Quand ses pensées se nouent telles une pelote de laine inextricable, se laisser porter par le vent est la voie qu'elle a choisie. C’est dans ce genre de phases qu’elle se sent réellement en phase avec son élément, ce sentiment de transcendance est presque addictif pour elle.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser au premier abord, cette transformation ne la rend pas spécialement imposante ou effrayante. L’aura de cette forme n’est pas si écrasante, elle semble presque faible en apparence... vous connaissez l’expression, « le calme avant la tempête ? » Un simple battement d’aile de sa part peut générer le plus violent des orages. La puissance des vents qu’elle génère peut provoquer des ondes de choc suffisantes pour faire trembler la terre, mais l’étendue de ses capacités est loin de se résumer à la puissance destructive brute. Le ciel n’est pour elle pas qu’un simple terrain de jeu, c’est aussi un allié. Une immense boite où chaque nuage est un ami qui peut lui prêter sa force.

Lorsque la transformation s’achève, que ce soit par limite de temps ou à cause d’une blessure trop sévère, Lyra mettra souvent un petit temps à retrouver ses esprits, avant de retrouver réellement son état normal. Et d’autres fois, c’est le contraire : sa magie l’excite tellement qu’elle ne tient plus en place pendant quelques minutes avant de se calmer. En fait, comme pour le reste, cela dépend beaucoup de son état d’esprit lorsqu’elle se transforme. Et tout cela, c’est Lyra !

Familier : Nerambra

Tout petit et mignon, l'animal semble inoffensif, et d'une certaine manière, cette impression n'est pas si trompeuse qu'elle en a l'air. Le petit renard tout mignon n'est pas plus dangereux qu'un chat domestique en terme de force physique, et sa taille de poche en fait une vraie peluche. Enfin, si on oublie son caractère farouche et le fait qu'il fuit humains et animaux comme la peste.

Non, le vrai de son pouvoir réside dans sa magie, celle-là même liée aux orages qu'il provoque. On peut remarquer sur sa fourrure d'étranges marques bleutées apparentes, là où sa toison ne pousse pas. Elles sont certes présentes pour faire joli, mais pas que... leur couleur et leur luminosité est en effet causée par la présence d'électricité dans son corps. Vivre dans des nuages d'orage, forcément, ça augmente la tension. Pour se décharger, il possède deux moyens : tomber comme la foudre et drainer son excès de potentiel dans la terre, ou... utiliser ses crocs pour électriser quelque chose. Et malheureusement, il ne contrôle pas la tension qu'il débite, c'est potentiellement du 3000V dans la face. Dans la réalité, c'est beaucoup moins, plus proche d'un doigt dans la prise, mais souvent assez pour faire griller sa pauvre victime.

Du fait de son poids mais surtout de sa magie, il se fait souvent porter par le vent (c’est d’ailleurs son principal moyen de déplacement). On l’aperçoit souvent avec une trainée nuageuse attachée aux pattes, du fait qu’il puisse en créer à volonté tout autant que marcher dessus à loisir. Les tempêtes lui obéissent, mais il préfère le beau temps, c’est donc souvent une bénédiction de l’avoir dans son ciel. Il se laisse porter par les courants de haute altitude et reste rarement longtemps au même endroit. Quand Lyra l’invoque, cela dépendra un peu de sa volonté s’il répondra ou non. A noter que c’est un animal actif la nuit, donc il passera une bonne partie de ses journées à dormir sur un nuage et préférera gagner la terre à la tombée du soleil pour chanter.

Le chant, d’ailleurs. Cela peut semble étrange, mais ce renard possède une voix étrangement mélodieuse. Un peu aigue, claire et portante. Sa fréquence est apaisante pour l’esprit et aide à se sentir mieux. Cela dit, il ne chante que dans des lieux calmes et sous un ciel clair et dégagé, et quand il en a envie. Drôle de compagnon, n’est-ce pas ? Une dernière chose, concernant la communication : bien qu’il comprenne le langage des humains et puisse être réceptif à la télépathie, il ne l’utilisera probablement pas avec sa maitresse, ni avec personne. Tête de mule ou problème confiance, à vous de voir, mais Lyra aura bien du chemin pour se faire accepter.

-- Osnate Rouhama --

Forme Divine

La femme de Potiphar représente la magie d’Osnate, celle qui la protège contre son grès. Celle qui refuse de la voir mourir, peut importe les difficultés. Nehama, elle, a une furieuse envie de vivre. Pas pour les bonnes raisons cela dit. Elle veut effacer Osnate et prendre sa place. Ce n’est pas qu’elle le veuille pour exister en temps qu’ entité, mais parce qu’elle considère que sa première personnalité n’est pas faite pour ce monde. Ses intentions ne sont pas mauvaises, et à vrai dire, quand on prend le temps d’y réfléchir, on pourrait se dire que la cause qu’elle sert est plutôt noble. Elle veut délivrer Osnate de ce fardeau. La tuer, puisque que personne ne semble vouloir le faire. Puisqu’elle même semble prisonnière d’une promesse faite à sa mère.

Certains diront que ce n’est qu’un prétexte, qu’elle à d’autres desseins qui eux, sont cachés. C’est peut être vrai, car si Nehama devient dominante de ce corps, elle ne sera que magie. Magie et colère. Mais ce n’est pas son intention. Ça ne l’a jamais été. Elle croit sincèrement qu’Osnate doit mourir, et que c’est elle qui doit la tuer. Si en plus elle gagne un corps, c’est du bonus. Rien de plus. Elle le veut donc vraiment, pour arrêter d’entendre sa maîtresse pleurer. Pour arrêter de se mettre en colère dès que cette dernière se laisser aller.

La femme de Potiphar est en colère oui. Elle est en colère contre le monde entier, en colère de voir Osnate si brisée. Si frustrée par une existence qu’elle ne veut pas endosser. Loin de le montrer, la personnalité en rigole. Gardant un sang froid à toute épreuve. Elle en rigole, mais n'oublie pas de faire peur. Car toute magie qu’elle est, Nehama garde des petits côtés de sa patronne. Celui d’arriver à calculer rapidement et en grande quantité, celui de n’avoir pas peur de souffrir, et celui de débiter des propos choquants sans sourciller. Pour ce dernier, contrairement à son prédécesseur, elle ne le fait pourtant pas innocament. Nehama est d’une rare cruauté, d’un sadisme à toute épreuve. Elle déteste l’humanité, et ne se prive pas de le montrer.

Alors, elle agit peu à peu, s'ancrant de plus en plus alors que la magie d’Osnate croit. Comme un parasite qui pond ses oeufs dans un organisme encore vivant. Nehama ne connaît pas la pitié, pour délivrer Osnate, pour mener à bien son projet, elle est prête à tout. Personne ne l'arrêtera.

Nehama ressemble a un chat, tantôt tranquille, tantôt sauvage. Elle en a d’ailleurs les oreilles, les crocs et la queue. Comme Osnate, elle aime s’habiller de couleurs, mais elle, elle le fait dans un autre registre. La femme de Potiphar préfère un pseudo style qui rappelle celui des égyptiens. Complétant son style de femme enfant, lui donnant cet air intemporel qu’elle se plaît à exhiber. Dans cette tenue, accompagnée de son bâton, Nehama semble ne pas avoir d’âge. Ses yeux malicieux sont pleins de vie, pleins d’arrogance. Elle transperce alors le monde avec un sadisme qu’elle ne feint pas. Une femme prête à tout, qui n’a peur de rien, voila ce que disent les yeux devenus verts.

Nehama utilise les postures d’un chat au quotidien, en attaquant elle a de grands airs de ressemblance. Pour utiliser sa magie, Nehama crache des explosions de ténèbres. Pour prendre un exemple, je dirai que cela ressemble aux explosions que Kyubi fait avec son chakra. Du concentré de magie à l’état pur, mais étant du concentré, ses tirs sont limités. Ses attaques découlent toutes plus ou moins de cette technique.

Familier : Grondecho

Grondecho possède des écailles sombres, ainsi que de la fourrure noire par endroits. Ses yeux rouges sont cauchemardesques, et laissent une traînée lumineuse pendant ses mouvements. Mouvement qui sont pourtant fluides, lui donnant cette apparence prédatrice semblable à celle des félins. Ses vertèbres et les muscles de sa queue sont très flexibles, rendant cette dernière préhensile. Il tire des pics avec. Pics qu’il peut recharger rapidement avec sa puissance magique. Ses derniers font une dizaine de centimètres de diamètre, et sont très aiguisés.

Sur le papier, Grondecho n’a rien de particulier. C’est un dragon qui lance des piques de ténèbres, et qui n’ excelle pas vraiment au corps à corps. C’est vrai, oui, mais cela ne reflète pas l’entendue de ses capacités. Grondecho ne peut tirer que des piques de ténèbres ? Ce n’est pas si grave, pas quand on voit à quel point il est précis. Pas quand on remarque qu’il ne rate jamais ses cibles, qu’il sait toujours ou tirer pour terminer son travail rapidement. Grondecho n'excelle pas au corps a corps ? Et alors, c’est le roi de l’esquive. Il est agile, agile et incroyablement rapide. Il trouvera toujours le moyen de se mettre en retrait, pour attaquer de plus loin. Pour donner a sa maîtresse le temps de trouver une stratégie.

Grondecho a l’air méchant ? Pourtant, dès qu’il ouvre la gueule, c’est une autre histoire. Voyez vous, en vrai, Grondecho, il a un timbre de princesse. Ce n’est pas que sa voix soit ridicule, non. Elle est rauque, comme on pourrait s’y attendre de la part d’un dragon. C’est juste que quand il vous parlera, vous aurez l’impression qu’en face de vous, c’est votre ami homosexuel qui vous cause. Celui avec une voix efféminée, celui qui fait constamment sa précieuse. Oui, Grondy est une peluche version grande taille. Une peluche douce et aimante, qui n’aime pas combattre. Qui déteste la vue du sang. Non, lui, son truc, c’est plutôt les belles choses. Les napperons, les beaux habits et les petits animaux mignons. C’est ce genre, et bien plus encore. Que croyez vous, c’est parce qu’il a peur de s'abîmer les griffes que monsieur ne combat jamais au corps à corps.

Grondecho n’aime pas combattre, il préfère rester dans les bras d’Osnate sous forme réduite à longueur de journée, et ce n’est pas comme si cette dernière allait le lâcher. Aussi étrange que cela puisse paraître, Osnate en est complètement gaga. Quand bien même il n’est que magie, quand bien même son quotient émotionnel dépasse de loin celui des autres humains, il reste une personne avec qui elle peut converser. Une personne qui la comprenne et qui l’accepte telle qu’elle est, sans pour autant la laisser faire ce qu’elle désire.

Alors oui, Grondecho n’aime pas combattre, il cherchera toujours une façon d’apaiser la situation, mais non, il n'abandonnera pas Osnate au profil de sa sécurité. A la limite, il la prendra dans sa gueule pour fuir le plus loin possible, mais il ne partira jamais sans elle. Parce qu’il faut bien comprendre cela, monsieur s’ essayera d'abord à fuir avant de se résoudre à combattre, et ce, quelle que soit la situation. Ce n’est que quand il y est réellement obligé que le familier se consent à attaquer.

Ce familier à un caractère de princesse avec une tête de film d’horreur. Pile poil ce qu’il fallait pour protéger Osnate. Vous avez le droit de rire. Mais aussi poltron qu’il est, Grondy sait que son pire ennemi est la forme divine de sa maîtresse. Aussi peureux qu’il est, le familier sait qu’il ne peux pas agir normalement en sa présence. Nehama n’hésiterait pas à le tuer s’il l’abandonnait au champs de bataille. S’il n’osait que lui parler d’ une façon de fuir sans recevoir de dégâts. La femme de Potiphar le trouve faible, inutile, agaçant, et elle le lui dit sans passer par quatre chemins. En vrai, les deux ne peuvent pas se blairer, mais le familier ne s’écrase. Parce que Nehama lui fille les chocottes, avec son sourire sadique et ses paroles pas toujours drôles.

-- Sakura Kurobane --

Forme Divine

Une forme divine un peu hors du commun où les remords et la tristesse vous rongent jusqu'à l'os. Il est difficile de contrôler son âme et encore plus si celle-ci quitte votre corps pour se défragmenter en un seul et unique morceau. Cette âme-là n'est pas la plus belle, mais bien le côté sombre de Sakura. Cette âme vous remémores vos pires cauchemars et vous dévores psychologiquement. Son âme noir, ressort de son corps par son dos mais y reste accrocher grâce a la colonne vertébrale.

Cette forme divine reste dangereuse, car, non-contrôlée dès le début, elle ne se gêne pas pour attaquer psychologiquement son hôte et le fais sombrer dans le chaos. Sakura ne se souviendrait alors de rien, seule cette âme noir prenant la forme d'un canidés aurait le choix entre vous attaquer ou vous laissez la vie sauf.

Prendre le dessus est difficile mais possible avec de l'entrainement...

* Sakura sous cette forme n'as plus aucun piercing, l'encre de ses tatouages colore l’intégralité de ses yeux d'un noir profond. Ses oreilles devienne on peu plus pointu. Sont âme reste attachée a sa colonne vertébrale, restant sous la forme d'un canidés ressemblait fortement a sont familier.

Familier : Hogo-Sha

Rapellez-vous des montres cachée sous votre lit, des ombres tournoyant le long de vos murs par les soirs de plaine lune... vous rapellez-vous de cette terreur ? Il existe de nombreuses créatures dans le monde, toute aussi belles les unes que les autres. Vous rêvez de ce familier... Cette magnifique créature. Mais, vous rapellez-vous des monstres cachée dans votre placard ? Oui...

Il était terrifiant, vous ne vouliez plus les voir... et pourtant, que recherchaient ils vraiment ? Ils étaient des créatures comme les autres, a la recherche d'amour, mais les ténèbres, oui les ténèbres, elles avaient tout gâchés... Hogo-sha ou Gardien est l'une de ses créatures ayant passer ses journées cachée dans les forêts, a sortir la nuit tombée à la recherche d'un amie et pourtant, il terrifiait petit et grand.

Imaginez-vous cette créature de plus de deux mètres de hauteur, son crâne d'os et ses cornes faisant la taille de votre corps. Deux petites perles rouges éclairant ce crâne sans vie. Cette créature tout droit sortie des ténèbres, recouvert d'une large fourrure noir du cou jusqu'en bas du dos, ce dos recouvert de pique aussi grande que vos jambes. Face a lui, vous pouvez voir cette cage thoracique, a l’intérieur, un cœur noirci bat...

Il ne ressembla a aucun animal existant sur terre, il est l'inconcevable même, mais est-il aussi sombre que son cœur ? Ne serait-ce pas qu'une simple créature comme les autres ayant reçu les dons de la nuit étérnel.

Des ronces le suivent a chaqu'un de ses pas, des ronces sombre déchirant la moindre chose rencontrant sur son passage, la nature ne l'a pas gâtée... Mais rappelez-vous de cette créature cachée derrière le rideau, ne voulait-elle simplement pas voir la joie d'une enfant ?

Cette créature est le gardien, le protecteur de celui que lui ressemble. Un jour, il sauveras cette femme, puis étrangement, leurs âme s'accorderons... ils ne feront plus qu'un, comme la nuit et la lune.

* Hogo-sha a la possibilité de prendre deux tailles apparente qui a un sérieux impact sur sont caractère. Sous sa véritable taille de plus de 2m de haut, Hogo-sha est un familier très énigmatique et très protecteur n'hésitant pas a sortir les griffes et les crocs pour défendre sont maitre. Quand il est sous une forme mini 50cm a peine, il devient un vraie petit enfant. Il réclame sans cesses des câlins et de l'attention ayant peur de sa propre ombre.

-- Xyumu Okawa --

Forme Divine

Vous en aviez assez du violet ? Voici venu que la couleur blanche a décidé d'adoucir cette couleur pleine de sens pour la rendre plus attirante et plus fascinante à votre regard. La prophète a décidé de revêtir son plus bel habit, celui du Dieu s'étant éprit de Psyché, bien que sa beauté à elle n'égale pas la jeune grecque, on ne pourrait se méfier d'une si belle apparence. Ou si, justement, cela pourrait être si mignon que le doute se prendrait immédiatement de nous, comme lorsqu'une occasion est trop belle ou qu'un objectif semble trop facile, il est vrai qu'il faut se méfier des apparences, mais avec Xyumu, nous apprenons vite que l'habit peut faire le moine. Ou la prophète, en l'occurence.

Vous l'avez peut être remarqué, mais tel Hermés, un dieu que la prophète apprécie. La jeune femme s'est permise de se faire des ailes sur ses petites chaussures pour stabiliser et diriger ses déplacements aériens en plus de celles trônants en haut de son dos. Elle a beau avoir l'air d'une ange, ne vous y trompez pas, ses magnifiques ailes ne sont que le produit de la magie de Gaïa, faites à partir de pétales de cerisier, celles ci sont donc fragile même si des branches les gardent fixées les unes aux autres. Mais à la fois, cette fragilité permet à la prophète de les remplacer vite en cas de problème, un avantage à moindre coûts au final. Mais il ne faut pas rêver, le vol à plus d'une dizaine de mètre est utopique et il faut espérer que les vents soient de notre coté pour voler correctement, sinon, ce sera l'envol de fleurs de cerisier.

Pourquoi donc avoir prit l'apparence de Cupidon ? Pour répandre l'amour et la bonne humeur bien entendu, pourquoi donc sinon... Vous pourrez la voir utiliser cet arc en bois de cerisier pour rendre les gens amoureux... Hein ? Comment ça marche ? Je ne connais pas les détails moi, j'imagine que c'est due à quelque bidouillages génétique avec sa magie, sûrement en rapport avec les odeurs que peuvent dégager les plantes pour attirer les insectes par exemple, enfin, d'après ce que j'ai compris, ça rend les gens assez euphorique et plein d'amour. De quoi remettre de l'énergie chez les déprimés !

Comme je le disais mes amis, notre jeune prophète a bien entendu ce légendaire arc avec elle, sinon ce costume ne servirait vraiment pas à grand chose, mais elle aime ce battre, que serait une vie sans combat, même pour rire ! -Sangoku est d'accord avec elle-. Du coup, elle a aussi une arme pour ce genre de cas. Une arme bien plus cynique.

Vous voyez ce genre de mitrailleuse ? Très bien, maintenant imaginez que ce chargeur circulaire soit en forme de coeur et que tout le reste soit en rose, voila ? Ce petit bijoux peut tirer comme une vraie mitrailleuse... Mais... Des graines, et oui, on arrête pas le progrès. Quand Xyumu a tiré toutes ses graines, il faut retirer la recharge et la reremplir de graine, c'est pas pratique maintenant que j'y pense.

Ha oui... Et les boobs ont été buffés." />" />

Familier : One Punch Crevette (OPC)

OPC est une squille ou crevette mante, et lorsque vous le connaîtrez mieux vous y réfléchirez à deux fois avant de traiter quelqu'un de crevette. Pour commencer, je dirais que la bête est de la taille d'un gros lion, mais la force, elle, est plus présente, bien mieux qu'un cheval, OPC Pourra porter plusieurs personnes sur son dos sans aucun problèmes sur sa mobilité. Pour des raisons de confort, elle peut bien entendu respirer tout autant sur terre que dans l'eau.

Parlons en de l'eau, son domaine de prédilection, un endroit de chasse favoris pour le monstre. à l'intérieur, il est bien entendu plus rapide et peut aussi montrer quelques jolies accélérations. Avec toutes ses pattes, un coup simultané dans l'eau lui donne une vitesse vertigineuse et une accélération plus qu'appréciable. Sans parler de sa queue -je cite Wikipédia- : est composée de plusieurs articles pouvant s'ouvrir en éventail, fournissant ainsi une large nageoire pour une nage rapide.

Parlons maintenant d'autre choses. La vision de cette héros du futur. Comme vous le savez, l'humain possède trois cônes, Bleu, rouge et vert. La squille multicolore, elle, possède 16 cônes pour chaque œil, elle a une vision ainsi beaucoup plus développée que la notre et peut voir une partie des ultra violets et de l'infra rouge. Continuons sur ses yeux, car notre donneuse de coup de poing de course à une autre surprise. Chacun de ses yeux est divisé en trois parties avec chacune une pupille ou ce qui s'en rapproche, ses yeux était hors de son crâne, elle voit en 360° autour d'elle.

Pour continuer, j'aimerai parler du plus intéressant... Sa frappe. Une vrai "mante" tient dans la main et ses coups peuvent atteindre la vélocité d'une balle de 22 long rifle. C'est un animal très dur à garder en aquarium car il faut du verre épais, sinon bonjour la piscine dans la maison, la squille peut se libérer de sa cage en quelques coups OPC, elle, est bien au dessus de tout ça. Si elle le voulait, elle pourrait aisément retourner une voiture d'un coup hargneux ou même briser tout les os du corps d'un mécréant voulant venir la caresser de trop près. OPC contrôlant la magie de Saruta Hiko, il recouvre ses pinces pour frapper avec les pierres les plus durs et les plus denses qu'il arrive à créer. Outre leur membre spécial pour tataner, OPC possède 3 pairs de pattes pour faire le ménage, casser ses coquillages ou autre.

Pour parler de sa personnalité... C'est compliqué, je dirais qu'OPC est cet ami silencieux qu'on ne doit pas énerver. Il a le coup qui part vite et n'a pas vraiment conscience de sa force colossale, c'est un grand enfant joueur. Il agira souvent sans se soucier des conséquences, sauf pour Xyumu. Dont il raffole des caresses sur sa tête.

-- Hailee Hayden-Blackburn --

Forme Divine

Hayden a toujours été un personnage complexe. Possédé par la personnalité qu'il a créée de toute pièce, il se laisse marcher sur les pieds quitte à ne plus laisser apparaître le "vrai" lui. À proprement parler, il n'y a qu'une seule caractéristique physique qui définit la forme divine d'Hayden : ses yeux bleu océan virent au rouge sang. C'est le seul et unique détail que vous pourrez voir et qui le distinguera de sa forme normale. Au cours de cette "transformation", il ne revêt donc pas de tenue particulière. En revanche, c'est une nouvelle personnalité qui vient prendre part au jeu. Enfin, nouvelle personnalité, c'est pour simplifier la chose.

Lorsque sa forme divine s'active, Hayden devient moins renfermé, et même carrément sociale et séducteur. C'est comme si Hailee n'existe plus, il peut faire ce qu'il a envie de faire et ne craint pas les représailles. Souvent, il se lâche. Il prend de l'assurance. Il n'hésite pas à faire le premier pas et à foncer dans le tas, que ça soit pour un combat ou pour une situation plus intime. On peut également noter qu'Hayden, lorsqu'il perd le contrôle, n'a plus les cheveux attachés comme il les a d'habitude. Poussé dans ses retranchements, il peut également ne pas se souvenir de ce qu'il a fait sous cette forme, plus ou moins temporairement. Bien que séducteur, il n'en reste pas moins un minimum humain : il connaît les limites à ne pas franchir avec les femmes. Il ne se privera pas de quelques caresses ou compliments, contrairement à sa personnalité de tous les jours. C'est comme s'il cédait à ses propres caprices, sans qu'on ne lui en donne l'autorisation. En somme, c'est comme un mélange d'Hailee et d'Hayden, créant un mélange presque équilibré de délire et de timidité très contrôlé.

D'un point de vue magique il devient bien plus puissant que ce qu'il pouvait imaginer jusque là. Il n'hésite pas à se battre et à jouer avec sa magie comme Hailee aurait pu le faire, bien que ce soit d'une façon plus sérieuse. Pour se défendre et se protéger, il pose des sceaux dessinés avec des flammes et créant des flammes. Il a beaucoup de mal à maîtriser ses flammes, ce qui le pousse parfois à en avoir peur lorsqu'elles n'apparaissent pas quand il faut et comme il faut. Il est toujours très utile pour allumer un feu de cheminée !

-- Shultz A. Loran --

Forme Divine

La mort elle même. L'un des quatre signes de la fin, le dernier d'entre eux. Celui qui vient après la guerre, la famine et la maladie. La peur chevauchant, ouvrant la voie aux abysses qui engloutiront les hommes. Voilà ce que devient Shultz lorsque le besoin s'en fait ressentir. Une apparence de circonstance lorsqu'il agit dans l'intérêt de son objectif.

Son comportement change lui aussi quelque peu, son côté destructeur s'accentue. Si vous le trouviez froid d'ordinaire, alors une fois cette forme endossée vous aurez certainement l'impression de faire face à un bloc de glace ou un automate dénué de sentiments. En revanche si vous aviez connu le Shultz amical et sympathique, qui sait ce à quoi vous ferez face.

S’il se transforme en émissaire funeste ce n’est pas par hasard. Il prendrait presque cela pour un signe que son geste se justifie et est compris, voir même qu’il était attendu par la Terre qui lui a donné ce don. Ce n’est pas par foi qu’il a commencé cette croisade mais il y a plusieurs événements troublants qui mettent à mal son pragmatisme. Qui sait quel rôle jouera cette étrange apparence sur lui et sur les autres.

Pour ce qui est de l’aspect physique dans les détails, il devient la personnification de la mort, telle qu’elle est généralement décrite depuis le moyen âge. Un squelette en haillons et qui peut faire apparaître une immense faux à loisir. Sa voix paraît venir des tréfonds de entrailles de la Terre, un peu désincarnée.

Sa maîtrise se développe grandement et il parvient à manipuler certaines forces tectoniques, héritage du quatrième cavalier de l’apocalypse. Il peut ainsi ouvrir des crevasses profondes dans le sol et provoquer de petites secousses sismiques. En revanche son contrôle s’affaiblit dans le sens où il lui est plus difficile d’effectuer des frappes précises et d’utiliser son don de façon minutieuse. Il devient ainsi une sorte d’arme de destruction massive humaine.

Familier : Stephanophis

Le roi des serpents, fils de Méduse et tueur stupéfiant. Voilà quelle créature est liée à notre cher Shultz. Vous l’aurez peut être deviné sans même que je le nomme explicitement. En même temps il y a une image juste à côté de ce texte, ce n’est pas comme si cette énigme était insurmontable non plus… Bref, revenons-en à la description de cette légende sur patte.

-Bah non, pas sur pattes du coup, soit pas con espèce de narrateur de bas étage…

Il suffit, c’est moi qui raconte l’histoire, et t’es pas sensé m’entendre espèce de connard pointilleux, je suis même pas une voix dans ta tête bordel. Reprenons donc, disais-je avant d’être interrompu. Ce monstre qui a terrorisé les grecs en leur temps est donc lié à votre futur tueur de masse préféré. Est-ce le fruit du hasard ou une sorte d’ironie cosmique orchestrée par une quelconque forme de vie supérieure ? Qui sait, et ce n’est pas très important en soi, l’important c’est que la symbolique est forte autour du serpent et qu’elle représente bien les idéaux du nihiliste.

Pour ce qui est de la description physique de la bestiole, il n’y a pas grand chose à dire, dans sa forme “repos” si je puis dire, il s’agit d’un serpent plus ou moins banal, ni grand ni petit, un peu comme ces serpents de compagnie que certaines personnes aiment à exposer dans leurs vivariums dans leur salon. Bien sûr, n’importe quel expert en reptile verra qu’il ne s’agit d’aucune espèce connue des scientifiques, mais sur cette île qui cela choquerait réellement ? Pas grand monde à mon humble avis. En revanche, lorsqu’il entre en mode “combat déchainé of doom”, et non je n’ai pas honte de ce nom, je suis le narrateur souvenez vous, je fais ce que je veux. Donc, lorsque la plaisanterie cesse, il devient le serpent géant qu’il est réellement, c’est à dire qu’il fait une vingtaine de mètres environ. Imaginez donc un peu la taille des chicots une fois en pleine possession de ses pouvoirs… Mais ses petites quenottes toutes mimis ne seront pas votre plus grosse préoccupation, il reste un familier divin, souvenez vous, et de ce fait partage sa magie avec Shultz. Il est donc capable de maîtriser la terre et toute matière minérale autour de lui. Comme tout serpent il possède un sens très aigu de l’odorat et une détection infrarouge très performante elle aussi.

La magie n’est pas le seul point commun entre la bestiole et son homologue semi divin, tous deux détestent l’humanité, mais pour des motifs différents, Shultz vous les connaissez à priori, mais Stéphanophis lui veut les voir brûler pour plusieurs raisons. Déjà car les hommes ont de tout temps malmené ses homologues à cause de croyance ridicules et vaines, prenant les serpents pour des émissaires diaboliques, ils les ont persécutés et chassés depuis l’antiquité. Ensuite, et quelques sages l’avaient compris, parce que les serpents sont le symbole du renouveau, ils sont présents sur Terre depuis bien plus longtemps que les hommes et ont vu le monde changer, être détruit pour renaître ensuite. Seulement, l’espèce dominante actuellement perturbe ce rythme, menace l’équilibre fragile de la planète et risque de détruire cette boucle de fin et de renaissance. Et en tant que roi des serpents, il ne peut laisser ceci arriver. Sa forme actuelle n’est que l’une des nombreuses réincarnations dont il a déjà bénéficié par le passé, depuis sa naissance effective suite au meurtre de la gorgone par Persée, jusqu’à la montée en puissance d’un français sur une île peuplée de demi-dieux. Si au début il n’était qu’une créature issue du sang répandu au sol d’une autre créature mythique, les dieux virent en lui quelque chose, et l’élevèrent au rang supérieur. C’est ainsi qu’il se retrouve périodiquement attaché à un être au grès des cycles de la vie.

Il voit en son nouveau maître une chance d’enfin parvenir à ses fins, il voit dans les yeux de ce type une détermination rare. De plus, c’est l’un des rares humains à le traiter en égal, pas en animal de compagnie inférieur et devant obéir au doigt et à l’oeil, chose rare même en plus de 3000 ans de réincarnations.

-- Ingrid Coves --

Forme Divine

La forme divine d’Ingrid se constitue d’un déguisement que l'on pourrait croire, au premier abord, relativement mignon. Et c’est dans cette optique que les premiers à le penser seraient, entre autre, ceux qui ne la connaissent pas. Ce déguisement n’a absolument rien de mignon.

Pour le revêtir, Ingrid rugit. Oui, elle rugit, non pas comme une petite fille, mais comme un pseudo ours en colère. Pseudo, car son rugissement, toujours adorable, ressemble à celui que pourrait faire un enfant de cet âge pour jouer à l’ours qu’elle n’est pas. C’est en espèce de cri, un “ grôôôôôar “, non identifié, à mi chemin entre la poule égorgée et un marmot en pleine crise d'identité. Elle rugit, donc, et se pare d’une nuée de flammes ardentes. Un peu comme quand elle met le feu à son corps, sauf qu’ici, cela ne dure pas. Le feu disparaît presque instantanément, et laisse place au cauchemar.

Sous forme divine, Ingrid voit certaines de ses dents pousser, deux en haut, et deux en bas précisément. Ces quenottes, semblables à celles des ours, sont aussi dangereuses que tranchantes, devenant des armes à part entière dès qu’elles entrent en action. Mais ce n’est pas la seule différence notable. En effet, la demoiselle possède maintenant des griffes. Des griffes d’ours, qui poussent dès qu’elle atteint un certain palier de colère.

Car avec cette forme divine, tout n’est qu’une question de colère. Plus Ingrid sera enragée, plus elle sera forte, endurante et rapide. Pour ne pas dire dangereuse. Plus elle sera énervée, et plus elle prendra du poids, atteignant celui d’un vrai ours à son paroxysme. Ne croyez pas, ces kilos en trop ne se voient pas à l’oeil nu, ils se ressentent juste à l'impact. Parce que les attaques de cette forme divine ne sont pas de la magie à proprement parler, mais un bon plaquage façon rugby.

Cette colère a pourtant un prix, car plus Ingrid vera rouge, et plus sa magie se dissipera rapidement. C’est un petit jeu qu’elle ne sait pas encore maîtriser, et qui lui prendra beaucoup de temps à contrôler. Après, la demoiselle n’utilise pas ses pouvoirs pour attaquer. En dehors d’un bouclier de feu qui augmente considérable sa défense, elle ne table que sur de la force physique. Utilisant des rugissements pour communiquer son degré de férocité. Cette fois ci, les grognements ne sont pas enfantins, et à vrai dire, ils ont plutôt tendance à faire froid dans le dos tellement ils sont puissants.

Chose drôle, sous son déguisement, Ingrid commencera toujours ce qui lui sert de phrases par “ SCOURGETRIIIIIS “. Un mot souvent complété par “ MANGER “, “ ARRACHER “ ou “ TUER “. Rien de très plaisant à première vue, et qui, hurlé avec la voix et la puissance d’un ours en colère, ne laisse pas une si bonne impression à ceux qui sont juste à côté. Sur la longue c’est drôle, parce que c’est ultra prévisible et cliché, mais la première fois, ça file quand même bien les pétoches. Alors, quand la petite fille se met à quatre pattes dans son déguisement, la lueur meurtrière dans les yeux, vaut mieux pas rester à portée, sauf si on est sûr de pouvoir lui mettre la pâtée. Ingrid n’est déjà plus Ingrid. C’est un animal, un ours en colère qui semble avoir prit sa place.

Familier : Scourgetris

Scourgetris est le familier d’Ingrid, son familier, et également son meilleur ami. il existe actuellement sous trois formes. La forme de peluche, normale au détail près qu’elle parle maintenant, et arrive à se déplacer sans trop de difficultée. Pataude sur des pattes qui ne sont pas faites pour supporter son poids. La forme immense, sa réelle apparence, deux mètres de muscles et de crocs enragés, s’énervant sur à peu près tout ce qu’ Ingrid lui ordonne d’attaquer. Ne prononçant ses phrases qu’avec un “ Scourbetris “ en leurs débuts, mots ressemblant d’ailleurs plus à des rugissements qu’à de réels façon de s’exprimer. Et la troisième forme, la plus dangereuse de toute, est la forme de petite fille.

Sous forme divine, la troisième donc, Ingrid switch avec son familier, et prend son corps en échange du sien. Ingrid n’est alors qu’un amas de muscles, habillé avec ses anciens habits, des habits d'enfants trop grands, presque sur grotesques sur sa personne. Et ce, alors que son moi humain se tape une combi en forme d ours trop mignonne. Injuste.

Contrairement à son homologue humain, ingrid arrive à s’exprimer. Sa voix est un peu rauque certes mais parfaitement identifiable. La peluche utilise une maîtrise de feu pour attaquer, et plus le temps passe, plus cette dernière devient chaude, brûlante. Incontrôlable, cette puissance s'accompagne d'une perte de poids, invisible à l'oeil nu, mais ressentie à l impact. Car s'il y a bien un truc que les deux zigotos aiment faire, c'est de foncer comme des abrutis et aviser plus tard.

Mais revenons à sa véritable forme, la seconde, celle d'un ours de deux bon mètres en colère. Cet ours, bien que vivant, à des coutures sur le corps. Au niveau des bras, des jambes et du ventre. Ces marques, déjà présentes sur sa forme de peluche, sont des rapiècements de fortune, fait par sa petite maîtresse après des crises de colères pas assez contenues. Du feu semble jaillir de sa gueule et ses grandes plaies, du feu, comme si l'intérieur n'était pas du coton, mais le corps du monstre qu'il prétend être. Car ne nous voilons pas la face, s'il est blessé, Scourgetris ne saignera pas. Il perdra sa garniture.

La première forme, celle d’ourson, n’est pas la plus dangereuse, mais il ne faut pas la sous estimer pour autant. Scourgebis peut parler, et cela, bien que possiblement négligeable, ne l’est en réalité pas. La peluche est le meilleur ami d’Ingrid, une sorte de conscience à part entière. S’il lui demande quelque chose, la demoiselle s'exécutera certainement, désireuse de lui faire plaisir. Le problème vient de la. Scourgebis est autant, voir peut être plus colérique qu’elle. Et tout le monde sait que deux furies qui s’enjaillent, c’est jamais simple à cadrer.

Il n'est pas méchant en lui même, non, il serait plutôt à l'image de sa petite maîtresse. Un ours un peu perdu, qui attaque dès qu'il se sent en danger. Un ours aussi timbré qu'elle, qui pense que puisque le monde est pourri, il faut pouvoir avoir la force de s'en venger.

-- Kathleen Duke --

Forme Divine

On ne sait pas grand chose de la forme divine de Kat' pour le moment. Elle n'a pas encore fait son apparition. Elle est tout de même présente à l'intérieur de son hôte, l'embarquant dans ses souvenirs très lointains lors de ses rêves. Kathleen et Elle auront une façon un peu particulière et singulière de communiquer. Pour l'instant c'est tout ce que vous aurez à vous mettre sous la dent ;)

Familier : Byakko

Description à venir

-- Oliver Hiroven --

Forme Divine

"Les mots manquent aux émotions." Victor Hugo, Le dernier Jour d'un condamné (1829)

Les mots à mettre sur des émotions. Des émotions à mettre sur des mots, des actes ou l'inverse. Non Oliver ne voulait plus de tout cela. Pourquoi se déranger avec de telle chose lorsqu'il était si simple de les oculter, d'hisser un immense voile sombre pour ne plus rien ressentir. Voilà un résumé condensé du caractère de la forme divine d'Oliver.

C'est d'ailleurs à cause des émotions que la forme divine d'Oliver fait son apparition. Sa forme divine est un peu comme une protection, une barrière naturelle que l'américano-finlandais dresse inconsciemment. Sous cette forme, le jeune Hiroven ne ressent plus rien, plus de peur, de colère, plus rien. Il est juste envahi d'un sentiment de justice, de défense envers autrui ou lui même. Si une personne de son entourage est menacée elle prendra le dessus, le dévorant pour ne laisser qu'un homme blond, tatoué en kimono arborant un sabre de samouraï baptisé Seigi-Fukushû (Justice/Vengeance pour la traduction). Dans cette forme il n'est pas capable de reconnaitre véritablement ses proches, il sait juste qu'il doit les protéger. Cette notion de protection est encrée en lui à l'image de son impressionnant tatouage coloré représentant un dragon sur la majeure partie de son corps. Le tatouage débute du coté gauche de son dos par la patte griffue du dragon dont le corps remonte sur l'omoplate droite pour passer sur son torse finissant sur son omoplate gauche. Alors que les autres tatouages encrés sur son corps disparaissent pour ne revenir qu'une fois sa forme normale de retour. Oli change également de tenue adoptant un kimono traditionnel dont le haut n'est pas porté, restant néanmoins attaché à sa ceinture mais cela est totalement involontaire, puisque ce n'est pas réellement lui sous sa forme divine.

Sa magie est différente également puisque son électricité devient rouge comme le sang sinon elle reste la même bien que légèrement plus stable puisque dénuée d'émotion.

Ah oui lorsqu'Oliver passe en forme divine son corps se purifie automatiquement de toutes les toxines qu'il a accumulé (drogue, alcool, excès de graisse éventuellement). Il gagne également un niveau dans la maitrise des arts martiaux et cela est sans doute grâce à son entrainement acharné auprès de Terrence. Il est à noter également que lorsque Oliver redevient normal après être passé en forme divine il ne se souvient pratiquement de rien, sauf de vagues souvenirs entremelés à des zones d'ombres.

Familier : Ni-Oh

Description à venir.

-- Jeremy Dulac --

Forme Divine

La voilà, la fameuse forme divine. Voici Aegis. Jérémy s'est mis depuis peu à ressentir quelque chose en lui, comme une présence. Il ne sait pas encore de quoi il s'agit, mais c'est bien là. Nul doute qu'il va bientôt (merci l'event lol) découvrir qu'il s'agit là d'Aegis.

Mais qui est Aegis ? Aegis, c'est un Jérémy qui aurait décidé d'être réaliste. Certains disent que les pessimistes ne sont rien d'autres que des optimistes expérimentés. C'est à peu près ça. Aegis, c'est cette part de Jérémy qui garde les yeux grands ouverts sur la réalité, c'est ce côté sans illusions sur la nature humaine en général que Jérémy essaie toujours plus ou moins inconsciemment de laisser de côté pour ne pas mettre à mal son légendaire optimisme. Aegis, lui, n'est pas un imbécile heureux.

Mais alors que veut-il ? Pas grand chose de particulier en fait. Après tout, il reste une part de Jérémy, même si elle est assez dissociée du reste de son caractère pour avoir pu "s'individualiser". Tant que Jérémy est heureux, Aegis n'a pas de raison de faire des vagues, il reste spectateur, ce qui ne pourra pas l'empêcher de manifester son avis s'il en a envie. En revanche, s'il pense que la situation l'exige, il n'hésitera pas à prendre le contrôle, et l'accord de Jérémy ne sera alors qu'un supplément dont il se passera au besoin. C'est que voyez-vous, sans être mauvais, Aegis n'est pas autant attaché à ses principes que ne l'est Jérémy. Plongez l'imbécile heureux au milieu d'assassin, il tenterait de fuir, utiliserait sa magie pour se défendre, mais attaquer ? Uniquement en dernier recours, et encore... Aegis ne fait pas tant de manières, il est bien plus pragmatique. Mettez Jérémy dans un état de danger véritable, il n'hésitera pas à répliquer. S'ils l'attaquent, c'est tant pis pour eux, ils devaient s'attendre aux représailles.

Non, Aegis n'est pas mauvais. Mais il n'a pas l'intention de perdre la vie à cause de quelques principes mal placés.

Familier : Enilaron

Dites bonjour à Enilaron !

N'est-il pas magnifique, ce majestueux dragon ? Un compagnon idéal pour l'inconditionnel des mondes fantastiques qu'est Jérémy.


La taille naturelle d'Enilaron est pour le moins imposante : quand on règne sur les cieux à l'aide de pouvoirs magiques, il faut se montrer impressionnant. À titre de comparaison, sachez que ce dragon peut facilement remplir l'équivalent de plusieurs pièces, en abattant toutes les cloisons gênantes. Fort heureusement, le reptile peut à sa guise prendre des proportions plus raisonnables : à échelle humaine, pour laisser Jérémy le monter ; ou même bien plus petit afin de se percher sur son épaule.

S'il accompagne Jérémy et accepte de l'aider, n'allez cependant pas le comparer à un chien fidèle. Enilaron se comporte plutôt comme un chat qui aurait décidé de se montrer coopératif avec son maître. S'il accepte presque toujours de l'aider, il garde une dignité propre et pourrait très bien refuser d'obéir à Jérémy si le caprice lui venait.

On notera également que contrairement à celui de ses fameux congénères cracheurs de feu, le souffle d'Enilaron est aussi froid que le blizzard le plus glacial.

-- Soliana A. Trior --

Forme Divine

Sa personnalité divine ? Eh bien, pour commencer, autant dire qu'à part la couleur des cheveux, absolument rien ne les rapproche l'une de l'autre. En effet, physiquement, la forme divine semble bien plus adulte que Soliana, et niveau mental... C'est une autre personne. Aussi sûre d'elle que Soliana est timide, la forme divine, elle, n'hésite jamais à geler les environs si cela peut servir ses intérêts ou ceux de ses proches. Elle peut être aussi douce que possible avec ces derniers, comme devenir tyrannique avec ceux qui osent s'en prendre à eux.

Familier : Sagamas

Sagamas a été créé par la pierre de Soliana, sa pierre si haïe à cause de sa capacité à augmenter la puissance de sa magie. Cependant, sa vision de cet objet est à présent sur le point de changer radicalement : elle est ce qui lui a donné un compagnon qu’elle adore déjà. Et pourtant, à première vue, il ne semble pas particulièrement un bon ami, surtout pour quelqu’un aimant si peu la magie et ses manifestations... Voyez plutôt : Mélange de divers oiseaux mêlés à un loup royal, port altier et fier, aux ailes de glace pure, ce qui leur confère une belle couleur, pouvant passer par tous les tons de bleu, en fonction de la lumière. Bien sûr, cette glace ne fond jamais. Son langage est celui d’un loup, il est bien incapable de chanter comme les oiseaux auxquels il ressemble pourtant. C’est une véritable arme à lui tout seul. En plus de ses ailes utilisables comme n’importe quelle arme blanche, de fines lames de glace acérées se cachent un peu partout dans son pelage, ou plumage, qui sait ? Ces lames empêchant quiconque n’étant pas Suijin de le toucher, et étant également incapables de fondre. Sans compter également sa capacité à créer à volonté de fines lamelles gelées, dont la longueur dépend de sa propre volonté, capacité qu’il n’utilise que très rarement, par respect pour sa maîtresse.
Cependant, cet attachement pourrait s’expliquer en étudiant plus précisément le comportement de Sagamas : Doux, joueur, protecteur, c’est le compagnon rêvé, pour Soliana, évidemment, mais aussi pour ses proches, qu’il sait apprécier. Cependant, son instinct le pousse à se méfier des personnes aux intentions floues ou mauvaises, et, face à de telles personnes, il ne pourra s’empêcher de mettre sa propriétaire en garde. Cependant, il ne la forcera jamais à quoi que ce soit, ce sera toujours elle qui choisira ses fréquentations. Il sait détendre l’atmosphère quand nécessaire, mais, lorsque sa présence est inutile, il sait également rester dans son coin et se faire oublier, malgré sa taille et la couleur pas forcément passe-partout de ses ailes. Il est également capable de disparaître plusieurs jours sans prévenir, pour revenir ensuite, comme si de rien n’était. Mais ces escapades durent toujours moins d’une semaine. Cependant, il change au contact des autres, les personnes qu’il ne côtoie pas quotidiennement : Avec les amis de Sol, il agit exactement comme avec elle, se permettant néanmoins plus de familiarité avec les Suijin. Par contre, face à quelqu’un que Sol ou lui-même n’apprécie pas, il sera intraitable et cherchera par tous les moyens à les séparer. Quitte à attaquer sans aval de sa maîtresse s’il l’estime nécessaire.

Nom Complet

Forme Divine

Description

Familier : Raitei

Description