Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]Auteur
MessageSujet: De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]   Jeu 15 Déc 2016 - 17:19

Ingrid s’était débattue, elle ne voulait pas y aller. Pourtant, cette femme avait été formelle, et, bien qu’ayant protestée, elle savait ne pas pouvoir y couper. Ingrid avait beau la haïr à un point non négligeable, lui crachant insultes sur insultes, la madame ne s’en souciait pas. Pire, elle restait imperturbable. Seule l'intéressait la rançon qu’elle allait tirer de cette petite rapine. L’enfant alors, ne pouvait s’empêcher de penser que son ravisseur n’avait rien comprit à la vie. Tout le monde savait qu’elle n’était pas un bon parti. Elle le lui avait même dit. “ La petite voisine, elle a mon âge, et elle se débattra moins. En plus, ses parents sont tout aussi riches ! “ mais personne ne l’avait écouté. Personne ne l’écoutait jamais de toute façon. Alors, la fin de la conversation avait mal tourné, mais le principal était là. Ingrid venait d’être kidnappée.

Par une situation que la demoiselle n’aurait avouée pour rien au monde, on lui avait passé une camisole de force, et ce, avant de l’embarquer dans une voiture teintée, et visiblement hors de prix. Ils l’avaient surprise devant la télévision, dans le salon en train de faire ses devoirs, vers vingt heures du soir. Depuis, le moins que l’on pouvait dire, c’était que tout allait de mal en pire. Ils avaient ravagés la maison de William, un fait non négligeable, quand on savait qui savait qui allait payer les pots cassés, mais en plus, ils avaient appelés “ petite “. Ingrid n’avait pas bronché quand ils étaient arrivés pour tout détruire, après tout, elle même le faisait assez souvent. Tout casser n’était plus chez elle un problème en soit, juste une façon différente de voir les choses. Mais être appelée petite, insultée par une femme qui elle même n’était pas si grande, voilà qui était dérangeant. Assez pour qu’elle essaye directement de la tuer, sans passer par la casse insultes et provocation. L’autre avait l’avantage d’une meilleure endurance, et d’un plus grand panel de sorts. La petite fille n’avait tout simplement pas fait le poids.

Alors elle était là, attendant dans cette voiture, prisonnière d’un disque de Rihanna qui semblait sans cesse vouloir de l’aide. Sos, sos, qu’elle hurlait, il faut dire que ça ne manquait pas d’ironie. Ingrid en aurait presque rigolée, si elle n’avait pas tant mal aux bras, si elle n’était pas aussi inconfortablement installée sur la banquette arrière. La petite fille détestait être considérée comme du bétail, mais elle trouvait cool la dame qui donnait les ordres au petit groupe. Un vrai exemple de réussite sociale et professionnelle. Aussi, ce fut tout naturellement qu’elle se tourna vers elle et qu’elle lui dit

- Moi, jvoudrais être comme vous une fois adulte. Mis à part pour le côté adulte, vous êtes cool madame.

Personne n’aurait sut quoi répondre, elle la première. C’était quoi cette gosse qui lui débitait de telles énormités ? En plus de se battre comme un tigresse, elle était aussi dérangée qu’une personne tout droit sorti de l’hôpital psychiatrique. Un instant, elle l’insultait, et l’autre, en faisait un exemple à suivre. C’était à n’y rien comprendre. Méfiante, elle chercha alors une trace d’ironie dans sa voix, mais c’est en voyant la lueur d'intérêt qu’elle sentit que quelque chose clochait vraiment. Pour la énième fois de la soirée, elle se demanda si c’était vraiment une si bonne idée.



#B16057 #80404B



♥️

avatar


Date d'inscription : 08/03/2016
Occupation : Insulter les autres, et les frapper, accessoirement
Sexualité : Scourgetrisexuelle
Messages : 250

Carte de Jeu
Familiers: Doucou-chan
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]   Mer 21 Déc 2016 - 1:24

- Alors Mama Jawa, comment tu te sens ?

Mama Jawa, une créole de quarante-huit ans, l'image même des ménagères des îles : une forte femme, de caractère comme de corpulence au teint métissé. De son vrai nom Martine Jawa-Beauté, elle était l'une des personnalités influentes dans le monde souterrain d'Awashima. Elle avait des yeux et des mains partout, contrôlant d'un œil le marché noir, de l'autre ses "enfants" qui rackettaient, dealaient, afin de mieux "protéger" le patrimoine comme elle disait.  Beaucoup la décrivait comme une mère obligé de faire certaine choses amorales pour protéger ses "enfants et leurs avenirs", mais au final ...

Ce n'était qu'une salope avide d'argent comme n'importe quel autre humain.  Certaines prostitués des bas-fonds racontaient qu'elle achetait certains de ses "enfants" pour assouvir ses désirs les plus vicieux. Mais le Nakh n'avait aucun problème avec cette légende. Il comprenait même.

Quand vous avez le pouvoir, si vous avez envie d'enculer des trisomiques de neuf ans et demi en écoutant du Wagner sur un vieux tourne-disque datant de l'Occupation, vous le faites, parce que vous avez tout fait pour y arriver, et tant pis si les bonnes mœurs trouve cela mauvais. C'est clairement pas glorieux, mais on s'en fout de votre avis  : votre plus forte ambition est d'acheter un monospace parce que votre patron vous a offert une augmentation, essuyez vous le foutre que vous avez sur le visage et mangez nos déchets. Vos vies ne sont que figurations et détails sans importances dans notre monde injuste et brutal.  Dans ces conditions, fermez bien vos gueules les Moldus.

Ce que moi, le mec derrière le clavier pense de ce  court passage et de cette vision sombre du monde ?

Haha !

Ça coute combien un tourne-disque de l'époque ?

- J'ai l'impression de m'être pris un camion dans la figure ... Mais t'es qui toi ? lâcha finalement Mama Jawa, la respiration difficile.

-Moi ? C'est sans importance qui je suis. Disons juste que je suis un jeune entrepreneur, que ma  start-up doit évoluer et que donc cette petite visite de couroisie est une ... Petite OPA aggrésive, répondit une voix grave mais amusée

Le regard de la Mama, au début fortement troublé par de nombreuses douleurs inexplicables, se fit plus clair. Elle put enfin distinguer correctement  l'homme en face d'elle : un type d'environ un mètre quatre vingt, très bien dessiné au niveau des muscles (elle nota d'ailleurs que les nombreuses tâches de sang sur son torse n'enlevait rien à ce charme singulier des guerriers), une espèce de crête blonde typiquement viking et deux yeux bleus mais légèrement rougis.  Il avait tout de ces guerriers contemporains perdus dans ce présent où le fort et puissant était celui qui vénérait l'argent plus que tout autre valeur.

Une lueur dans les yeux du viking disait quelque chose à Mama. C'était ... Évidemment, elle en avait tellement croisé ... C'était un junkie. Il venait pour le sous-sol ? Très certainement. Et si il venait pour le sous-sol, c'était que quelqu'un avait bavé. Mentalement, elle fit le tour de ses "enfants" et de ses collaborateurs au courant de l'existence du sous-sol et surtout de son contenu. Elle serra les dents et lui lança son regard le plus méchant.

- T'auras rien pourriture.

Le nordique haussa des épaules et son sourire devint carnassier.

-Voyons Mama ... Tu t'souviens pas ? J'ai déjà pris tout c'que j'voulais ici.  Si j'suis encore là, c'est pour mon plaisir et surtout ...

Il s'avança vers elle, et toujours en souriant, il prit sa poitrine à pleines mains.

-... Mon goûter.

Elle détestait ce contact indésirable, il malaxait sa poitrine (très bien fourni au passage) avec ce sourire qui lui faisait de plus en plus peur. Elle tenta de se débattre, mais aucun de ses membres ne réagissaient. Elle devait être ligotée, ce qui semblait plausible dans cette situation. Pourtant, elle ne sentait pas ses liens.

- Enfin non, en vérité, il me manque encore une chose. Une information importante.

Il était assis en face d'elle, toujours à tripoter ses seins. Il glissa sa main dans le soutien gorge et sorti une boule de chair soyeuse et douce que les années avaient enrobés ... D'amour.

- Le nom d'un psychiatre ? T'es complétement taré pauvre pervers. Je vais t'arracher les couilles et m'en faire un collier.

Un rire outrageusement et faussement guindé.

-J'aime beaucoup l'idée que tes bonnes mains s'occupent de mes couilles ... Alors allons-y !

Une paire de mains  tranchés apparut soudainement dans son champ de vision. Cette bague sur l'index droit, avec une grosse pierre verte, on aurait dit  ...

- MAIS PUTAIN C'EST MA MAIN CA !

- Exact ma chérie ! Et regarde, la jumelle aussi est de la partie et elle chaude ... il sortit l'autre main et lécha le bout d'un index mort ... comme la braise.

Elle n'en pouvait plus, c'était trop. Bon sang mais que c'était-il passé ici ? Où était ses "enfants" ? Que voulait ce psychopathe ? Pourquoi il avait tranché ses deux mains ? Que lui avait-il pris d'autre ? Mama dodelina de la tête, des étoiles blanches commençait à apparaitre devant ses yeux. Elle allait s'évanouir, s'endormir, et quand elle se réveillerait, Pablo et Zack la rassurerait avec leurs doux doigts et leurs langues expertes. Ils dissiperaient ce putain de cauchemar.

Une énorme claque, causé par un de ses propres membres tranchés la ramena brutalement à la réalité.

-Oh non-non-non-non-non ma chérie. Maman ira faire seulement un gros dodo  quand elle aura dit à Papa où elle a caché Hensel et Gretel. Et si tu me réponds dans la forêt j'te massacrerais l'rectum avec tes propres doigts.

Le fou avait perdu son sourire. Il en avait assez. Afin de partir au plus vite. Les cadavres commençaient à refroidir,  des quidam pouvaient arrivaient à n'importe quel moment. Le café n'était plus brûlant  et j'ai presque plus de matos à méfu. C'est la hess et ce passage commence vraiment à m'faire chier.

Une autre claque, cette fois-ci avec le revers. La matronne avait senti  sa chevalière. Sa propre chevalière lui avait déchaussé une dent. La scène était complétement surréaliste, jamais elle n'avait été aussi .... Dominée. Et avec tous les synonymes que la condition de victime pouvait apporter.

-J'pourrais t'enculer Mama Jawa, foutre ma grosse bite de viking hargneux entre tes gros nichons pour m'faire une branlette espagnol mémorable. J'pourrais ensuite t'arracher les yeux pour en mettre un dans chacun de tes orifices -j'te laisse deviner lesquelles. Indice : ta bouche n'est pas prévu au programme- J'pourrais te trancher l'nez et te l'faire bouffer. T'exciser, te dépiotter l'corps jusqu'a c'qu'on puisse faire des noeuds avec tes ovaires. La liste est assez longue et à forte connotation sexuelle.

Il rapprocha son visage du sien, toute trace d'amusement avait quitté son visage, ne laissant place qu'a une colère sadique.

- T'es le Diable c'est ça ? Tu viens pour faire payer mes erreurs ?

-Moi ? Satan ? Comme la bouffeuse de chatte dans son manoir ? Haha ! Dans ce cas, je suis le cauchemard de Satan. Je suis le visage même de l'Horreur Infernale, l'Avatar de la Brutalité et  de la Douleur ... ET JE SUIS VENU POUR TOI MAMA !

Le poing fusa, déchaussant encore quelques dents, et Martine bascula sur le côté. Elle tournait de l'oeil, et presque aussi rapidement qu'elle était tombé, le viking la remit dans une position vertical. Une autre claque la réveilla.

-Alors dis-moi où j'peux trouver Hensel et Gretel, et j'te fouterais la paix.

Le deal était clair pour Mama : si elle parlait, il l’achèverais, proprement. Si elle se taisait, ses mains tranchés ne seraient que le début d'une très longue et horrible nuit. Mais elle ne pouvait pas donner la localisation de ses deux trésors aussi facilement. Elle essaya de négocier.

-Mes enfants, qu'est-ce que tu en as fait ?

- Voyons Mama est-tu aveugle ? Ils sont là, tout autour de nous ! Ils nous observent ! Et ils voient à quel point leur Mama est forte.

D'une façon ridiculement théâtrale, il recula et étendit les bras, afin que la créole puisse épouser du regard la pièce plongé dans une pénombre morbide.

Du sang ... du sang partout. Sur le sol, sur les murs, jusqu'au plafond même. Et là où il n'y avait pas de sang, des traces de brûlures. Pour sûr, le salon avait dû être le théâtre d'affrontements violents. Elle blêmit : dans un coin de la pièce, elle aperçut une jambe. Tranchée jusqu’à mi-cuisse. Ce papillon tatoué sur le mollet, c'était Chris ... Où était le reste ?

- Sale enfant d'putain ...
chuchota-t-elle, les larmes aux yeux

- Moui. Mais "sale" non. J'prends des douches Mama.
Il rajouta en apparté, Contrairement à c'que beaucoup peuvent penser.  

Un coup de pied chassé en plein dans son visage la fit basculer en arrière. Son nez avait été brisé sur le coup, l'hémoglobine lui recouvrant le visage. Et encore une fois, elle se retrouva bien vite de sa position initiale.

- Ce passage commence vraiment à être long, et j'en connais un qui est à court de tabac et de patience. Alors une dernière fois ... OU S'TROUVENT HENSEL ET GRETEL ?!

Dans un dernier geste de rébellion, Mama lui cracha un glaire ensanglanté au visage. Point d'expression de dégout ou de colère, juste un autre sourire carnassier. Lentement, il dégaina sa hache pendu à sa ceinture. Au moment où le viking toucha son arme, les runes de celle-ci s'illuminèrent.

- Finalement, j'vais p't'être m'contenter de t'laisser cramer.

OH joie, fais donc sale taré. Quelques minutes à souffrir.

- Tu peux dire merci à Kaga', j'voudrais voir si j'peux immoler une personne pendant plusieurs heures ... Qu'est-ce t'en dis chérie ?

Oh bordel de merde.

- Awashima, une maison jaune. Rue des Pommiers Flétris.

-Hé ben putain, il t'en a fallut du temps !

-Je m'appelle Martine ... Pas Jeanne ...

-Hein ?

- Ta gueule, maintenant que t'as ce que tu voulais, achève-moi !

- Avec plaisir Martine ! Mais j'espère que tu m'as pas raconté d'conneries ... Il rapprocha son visage du sien et cala sous sa gorge le fer de sa hache. Parce que sinon j'traquerais chacun d'tes enfants, et j'leurs ferais payer très cher ton mensonge ... Ces pauvres enfants innocents qui ...

- ROUGE ! Une maison rouge ! Avenue de la Liberté ! J't'en supplie ! Ne leur fait pas de mal !


Pas si vénal que ça finalement.

___________________________________________________________________________


- Une 'tite pièce siouplait ?

Le couple, emmitouflés dans leurs lourds manteaux firent un geste négatif de la main et accéléra le pas. On avait peur des clochards, on ne voulait pas leurs donner des pièces, effrayé par leur saleté qui semblait contagieuse. C'était pourtant des hommes et des femmes comme vous et moi. Avec un travail, des rêves, une famille, des crédits, un patron retors, des amis vegan et j'en passe. Tout ce qu'il faut à ces gens là, c'est une tartine dans la gueule saupoudré d'espoir. Vos regards de pitié ou/et de dégout ne servent qu'a révéler votre nature égoïste et n'aide en rien. Enculés de Moldus.

Le clochard en question marmonna un "C'est pas grave bonne journée quand même" mais les fusilla d'un regard noir dans leurs dos. Il rassit donc sur son vieux fauteuil de pêche et s'enroula d'une couverture trouée. Quatre jours qu'il était là, et il n'avait ramassé qu'une cinquantaine de coliz. C'était peu, trop peu. Ce coin était mauvais, pas rentable. Les courants d'air froids du mois de Décembre le mordait en permanence, et il avait peur d'enlever ses chaussures, craignant que trois orteils s'en détache.

Un autre homme s'approcha du clochard. Un original certainement : il avait une fourrure d'ours sur le dos. La tête de l'ursidé trônant fièrement sur le crâne du bonhomme. La barbe impressionnante de l'homme lui donnait un air de guerrier perdus dans le présent. Un pantalon de cuir noir, des rangers. Mais ce n'était pas le premier original sur cet île.

Nan vraiment, le Nakh ne sais pas s'habiller.

- Une 'tite pièce siouplait ?

Le viking sortit  un billet. Un gros billet. Une lueur étincela dans le regard du sdf et il tendit une main vers le bout de papier. Mais alors que ses doigts allait toucher la devise, le Nakh le mis hors de portée avec un certain sadisme.

- Alors ? Qu-est-ce que t'as à m'apprendre ?

- J'ai vu que quatre hommes et deux femmes en trois jours. Mais je pense qu'ils sont plus vu le nombre de poubelles qu'ils ont sortis.  

- Rien d'autre de particulier ?

- Mmmh ... Si, ça pue l'oeuf pourrie en permanence quand on passe devant la baraque. Et y'a un grand black, c'est un Tsuku'. C'est tout c'que j'ai pu découvrir. Vous m'auriez prév'nu avant, j'aurais eu plus de temps pour glaner des infos.

Le Nakh se retourna et détailla du regard la maison rouge, de l'autre côté de la rue.  L'opération démarrait sans doute trop tôt, mais la patience n'était pas une vertu du nordique. Il en avait assez d'attendre, et la petite échauffourée avec la tête de pruneau allait vite faire du bruit. Il devait frapper vite et fort.  

- C'est déjà ça. il lui tendit le billet. Allez retourne à la planque. Prends des détours, j'veux pas qu'on sache où s'terrent avant que .... enfin le plus tard possible quoi. Mishima t'y attends avec de la bouffe chaude.

- Y'aura de l'alcool ? demanda le clochard avec espoir

Le viking eu un rire franc et claqua une tape amical sur le dos du pouilleux

- Voyons, y'a TOUJOURS de l'alcool.

Le sdf hocha de la tête, prit l'argent et ne se fit pas prier pour partir. Le Nakh s'asseya en sur les talons, tout en sortant une cigarette. D'un claquement de doigt, il l'alluma et observa attentivement la maison tout en tirant une première bouffée. Il devait réfléchir, ne pas foncer dans le tas et garder la tête froide, sinon il allait foutre en l'air tout ses projets et son entrainement dans la forêt (parce qu'il a un côté Shonendemerdealorsonvafairedestrousdanslaforetlolilolmdr) n'aurais servi à rien.

A part buter un ours et cramer quelques bronzés. Non ce n'est pas raciste, mais c'est vrai qu'il y'a un côté kukuxklan. C'est pas ma faute si les différentes familles mafieuses de l'île se rassemble par couleur de peau.

Trop d’aléatoires, pas assez d'informations. Il était seul contre une dizaine de personnes. Si ce n'est plus. Son bras droit était un voleur, un escroc et un bon menteur, mais c'était un véritable boulet dès qu'il fallait faire couler le sang. Cela ne dérangeait pas trop le Nakh,  car malgré sa couardise, Mishima était fiable. Surtout parce que Nakh savait où habitait sa famille et qu'il payait bien ses associés. Et son petit réseau de clochards ... Et bien c'était des clochards simplement. Des gens qui n'avaient pas réussi à trouver le moyen de se servir de leurs pouvoirs et qui ne trouvaient pas non plus leurs places dans la petite autarcie de l'île. Ils n'étaient que des yeux et des oreilles. Même pas de la chair à canon.

Non vraiment, pour le sale boulot -et surtout le plus gros-, le viking était seul. Et même temps cela l'arrangeait : il n'avait personne à couvrir, personne à protéger, personne à s'inquiéter. Il combattait mieux ainsi. Et puis sans déc', l'image du barbu enragé qui part tout seul à la baston, c'est grave badass nan ? Mais cela fonctionnait aussi dans l'autre sens : personne pour le couvrir, personne pour le protéger. Il ne pouvait compter que sur lui-même.

Alors l'islandais devait réfléchir à un plan de bataille. Ne pas simplement beugler en enfonçant la porte, en brandissant sa hache et en cramant tous les éléments hostiles.  Il devait la jouer fine, ne se faire remarquer qu'au dernier moment, quitte à rester discret jusqu'a la fin pour sortir Hensel et Gretel.  

Un rideau qui bougea au second étage. Merde ... il était peut-être déjà repéré. En même il n'aurais pas dû prendre sa fourrure d'ours.

- Andskottin külur ...

Son juron préféré : "Saintes couilles de merde". Son cœur s'emballa légèrement, il devait très vite trouver une solution ou il allait perdre définitivement l'effet de surprise. Et c'est là qu'apparut une voiture au carrefour face à la maison. Une voiture plutôt grosse, une familliale peut-être, avec un bon pare-choc et des vitres fumés. Elle s'arrêta au feu rouge, elle était face à la maison ... Une idée folle traversa l'esprit malade du junkie. Fébrilement, il sortit un sachet de poudre blanche. Sans réfléchir à la dose, il en versa une bonne sur le dos de sa main et la sniffa d'un reniflement expert. Il prit une grande inspiration -une grande bouffée de nicotine donc- et se mit en place.

- Putain Nakh ... T'es vraiment un foutu taré.

Et il fonça vers la voiture, tel une flèche. Il n'avait qu'une seule chance.  Durant les quelques secondes de son sprint, il ne pensa pas à qui pouvait être dans la voiture. Une famille peut-être, une bande d'amis qui se baladaient, ou bien encore une femme d'affaire seule qui se rendait à un important rendez-vous. Mais le Nakh ne pensait pas à ces questions.

Tout simplement parce qu'on s'en bas les couilles, frère.

A deux mètres de l'automobile, il prit appui sur son pied droit et sauta, tête et bras en avant. Dans un grand bruit de verre brisé, il traversa la vitre, non sans récolter moult égratignures sur les bras. Ayant pris appui sur un pied en particulier, il atterrit sur le dos, les omoplates sur le passager, et ses jambes sur la conductrice.

- Bonjour, je suis Olivier de chez Carglass. J'crois qu'vous avez un impact sur vot' pare-brise.

Imaginez, vous êtes tranquille dans votre voiture, vous tapoter légèrement votre volant parce que "Franchement, les feux rouges c'est de la merde. C'est comme les communistes : ça devrait pas exister". Et là PAF ! Un viking sauvage apparait sur vos genoux et vous débite une grosse connerie. C'est quoi votre réaction ? Qu'importe, dans tous les cas, vous mettez entre une et quatre seconde à réagir. Vous savez, il y'a une chose formidable sur cet île : c'est qu'au bout d'un moment, vous pouvez faire des choses vraiment extraordinaire simplement en claquant des doigts.

Mais si on vous laisse pas le temps de claquer des doigts, vous n'êtes que des Moldus sans défense.

Et cette seconde de temps de réaction permit au Nakh de frapper le premier. Il lança son pied au visage de la conductrice tout en frappant le sternum du passager de violents coups de coude. C'était le chaos total, le viking continua à briser la mâchoire de la conductrice à l'aide de coups de pieds très brutaux tout en empêchant le passager de contre-attaquer en martelant son torse et de son visage avec ses poings et ses coudes.  L'action frénétique se déroulait sur quelques secondes à peine,  et dans cette confusion total, le viking avait un rire tonitruant et complétement fou.

Même si il n'avait pas encore vu les trois personnes à l'arrière.


avatar


Date d'inscription : 13/02/2016
Sexualité : Coquille Saint-jacques
Messages : 130


Voir le profil de l'utilisateur

4 ★ - Control


MessageSujet: Re: De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]   Mer 21 Déc 2016 - 14:04

Sans prévenir, la voiture s’ écrasa contre le trottoir. Ingrid, projetée à l’avant, se vit comprimée par une ceinture de sécurité trop serrée. Le dos revenant brutalement sur le siège passager, la petite fille ne put que lâcher un hoquet de douleur. Regardant sans comprendre l’action qui se déroulait devant ses yeux. Abasourdie par ce mouvement qu’elle n’attendait pas, elle resta quelques secondes à observer cette scène grotesque. Rihanna continuait de hurler, mais cette fois, il y avait bien une raison, et personne n’osait bouger. Oh, il y avait quelqu’un à l’avant, quelqu’un qui était en train de démonter ses ravisseurs en gigotant comme un bébé sur sa table à langer, mais il ne comptait pas vraiment. C’était juste une péripétie, un bonus à sa libération. Soit, pourquoi pas. Cette solution lui convenait aussi. Tant qu’elle sortait de cette voiture.

- Le dragonnet n’est pas sécurisé. Ses entraves sont maintenues. Attendez je ...

Mais la crinière rose ne lui laissa pas le temps de continuer. Inspirant profondément, elle lui lança une gerbe de feu au visage. Le genre de flammes qu’on aime pas avoir en face de soit, surtout dans un espace aussi réduit qu’une voiture. Il hurla, à mesure que sa peau changeait de couleur. Son cri passant de la douleur au désespoir même, vocalise que son voisin répéta, à mesure qu’il voyait la situation sérieusement le dépasser. A mesure qu’il voyait la sale gamine sourire au condamné, et l’autre type devant commencer à rire comme un damné.

La vitre derrière le chamalow devint rapidement noire, brûlante. Le combo parfait pour avoir la tête en entier, sans rien laisser. Inutile de dire à qu’elle point la petite était ravie. Il faut dire que ses ravisseurs avaient oubliés une chose très importante dans leurs quête d’argent. Bien qu’elle ne l’avait pas montré, préférant mettre le feu à son corps pour mieux lutter, Ingrid pouvait aussi cracher des fournaises. Bien qu’ils lui aient mis une tenue ignifugée, elle restait une bombe dont ils n’avaient pas coupés tous les fils. Une bombe qui à la moindre secousse, pouvait exploser.

Toujours attachée au siège passager, elle vit le quatrième homme ouvrit brusquement sa portière et essayer de s’enfuir. Ingrid soupira, cherchant un moyen plausible pour se libérer de l’entrave que constituait la ceinture de sécurité. Mais la camisole de force était bien faite, avec une attache par devant, pour tenir ses bras ensemble, et une autre à l’entrejambe, pour éviter qu’elle ne soit glissée vers le haut. Rien à faire, elle était coincée. Coincée avec une larve à l’avant, et un gémisseur de première juste à côté d’elle. Heureusement, la larve tourna son visage lunaire vers elle. Regard qu’elle lui rendit avec une certaine morgue. Encore un adulte. Il y en avait partout ces derniers temps, c’était vraiment insupportable.

- Bonjour Oliver Dechecarglace, tu peux bouger ton gros cul et venir me délivrer ? J’te donnerai un sucre.



#B16057 #80404B



♥️

avatar


Date d'inscription : 08/03/2016
Occupation : Insulter les autres, et les frapper, accessoirement
Sexualité : Scourgetrisexuelle
Messages : 250

Carte de Jeu
Familiers: Doucou-chan
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]   Mar 14 Fév 2017 - 14:04

Trop occupée à tenter de dégager sa tête coincée entre la ranger du Nakh et la portière, la conductrice ne pensais pas à utiliser ses pouvoirs. Le viking en profita pour tenter de voir ce qu'il y'avait à l'arrière de la voiture. Une torche humaine qui commençait sérieusement à perdre du combustible et une gamine. Dans une camisole de force. D'accord. Tout est normal, t'as pris de la blanche pure Nakh, mais ça donne pas des hallus, alors c'est réel. Foutrement déconcertant mais réel.

- Bonjour Oliver Dechecarglace, tu peux bouger ton gros cul et venir me délivrer ? J’te donnerai un sucre.

- Non ?

Ce refus avait beau être interrogatif, il n'en n'était pas moins définitif. "Non, j'veux pas sortir avec toi ? Pourquoi ? T'es ... sympathique ?" ou encore "Non, je ne veux pas de cette nouvelle marque de PQ. Pourquoi ? Parce que ... Ca ne respecte pas l'épiderme ?" Mais surtout, on ne dis pas au Nakh qu'il a un gros cul. ON NE DIS PAS AU NAKH QU'IL A GROSSI ! C'est son pull qui boudine, nuance.

Un gémissement le ramena à ce qui importait : il ne s'était pas encore débarrassé des carsjackeurs qui squattaient sa voiture. Un coup de pied plus violent que les autres finit d'achever la nuque déjà bien éprouvée de la conductrice. Son corps se désarticula, puisque si t'avais suivit l'action, elle était morte pour cause de décès prématuré. Femme au volant, mort au tournant. Quant à celui qui supportait le barbu, il était toujours en vie, alors le Nakh s'accrocha à son visage et lui planta ses pouces dans les yeux. Ah ben oui, ça pique poto. Vas-y gueule, tu pourras plus jamais mater du porno. Il hurlait à la mort, conscient d'avoir perdu l'un de ses sens les plus importants. Il se désintéressa bien vite de son aggresseur pour tenter de contenir le sang qui s'écoulait de ses orbites emplit de sang et de liquide occulaire. Non, non poto, j'ai dit qu'tu pouvais plus mater de porno.

Le Nordique poussa violemment le corps de l'ex-pilote pour l'ejecter et pris sa place derrière le volant. Il poussa un soupir qui voulait dire "Ha, j'ai finis de nettoyer le salon, passons à la salle de bain." et se retourna vers la gamine.

- Silence Ginny Weasley. Si tu restes sage, t'aura p't'être droit à une sucette.

Quelle âge avait-elle ? Onze ans ? Douze ans ? Mais surtout qu'est-ce qu'elle foutait dans une camisole de force ? Allait-elle servir à une secte de pédophiles sodomites pour ensuite être sacrifié à un démon quelconque ? Le nouvel aveugle à sa gauche le détourna de ses questionnements. Il pleurait. Enfin, en tout il reniflait, chouinait tandis qu'un liquide d'une couleur indéfinissable s'écoulait de ses orbites. Souffre en silence, putain de Lee Singe.

- Ta gueule, figurant.

Et un poing vint s'écraser violemment contre la tempe du moine aveugle. Le coup fut si brutal que sa tête s'écrasa contre la vitre, la brisant et assomant le pauvre PNJ auquel personne ne viendra demander sa putain d'histoire en moins de deux semaines.

Le moteur tournait toujours, alors tout en surveillant la gamine d'un oeil dans le retroviseur intérieur, il plaça la voiture face à la maison rouge, à une vingtaine de mètres. Il faut préciser que cela faisait presque sept ans qu'il n'avait pas conduit, alors il y eu quelques acoups dans sa conduite.

- Dis-moi Ginny Weasley ... As-tu eu le temps de faire une prière à tes dieux ? Ou de faire une dernière pipe à Harry ? Car c'que j'vais faire est foutrement débile. Une action digne des pires navets de l'histoire du cinéma. Il désigna la maison rouge en face, T'as déjà détruit une maison de légos, mais en vrai ? Har har !

Il fit vrombir le moteur, prêt à éventrer la maison rouge, tel ces anciens bêliers enfonçant les portes d'un château-fort pendant un siège chaotique. Cet image est vraiment basique, j'pourrais faire mieux mais j'ai grave la flemme, on m'appelle pour aller boire une bière en plus.


avatar


Date d'inscription : 13/02/2016
Sexualité : Coquille Saint-jacques
Messages : 130


Voir le profil de l'utilisateur

4 ★ - Control


MessageSujet: Re: De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]   Mar 14 Fév 2017 - 20:46

Désolé Oliver, mais j’suis pas comme toi, à vouloir me taper toutes les cerises de groupama. Et puis merde, j’suis pas rousse !

La réponse fusa, tout comme le regard. Elle était indignée qu’on puisse considérer ses cheveux roses comme ceux de ces gens sans âme. Ingrid pour peu qu’elle aurait eu les mains détachées, lui aurait cassé les dents. Au lieu de quoi, elle se contenta de cracher une petite gerbe de feu, soupir d’un dragon qui se voulait grand. Le genre de soupir qui voulait dire que l’interlocuteur en face était de toute façon trop con pour se donner la peine de continuer à l’écouter. Alors, au lieu de quoi, elle se pencha vers le type sur le siège passager, celui aux yeux en œufs pochés, et le dévisagea. Il dû sentir sa présence, car il tourna ce qu’il restait de son visage vers elle.

Hey Stevee Wonder, tu trouves pas que ça sent le poulet frit ? J’vais te dire un secret … quand il m’aura délivré, toi et ton copain, on pourra vous mettre au menu du KFC…

La dernière phrase était un murmure, le genre de commentaire donné avec un sourire dans la voix. Une phrase guillerette dans un contexte qui ne l’était pas vraiment. Alors, Ingrid éclata de rire, et renversa la tête en arrière. Se tapant le dos contre le dossier du siège passager, écrasant ses jambes nouées sur le renfoncement. Elle éclata de rire, car la situation venait de s’inverser. Elle qui était prisonnière se trouvait en compagnie d’un adulte encore fou qu’elle. C’était tellement excitant. Se calmant un peu, elle regarda autour d’elle. La voiture avait démarrée, et ils étaient en route vers une maison aux briques rouges. Soit, de toute façon, ce n’est pas comme si elle avait quelque chose d’autre à faire de toute façon.

Rien à taper que ce soit débile, ya du poulet là bas ? Toutes ces conneries m’ont données faim.

Redevenue sérieuse, elle regarda par la fenêtre, s’y adossant comme une enfant fatiguée par la longue route. C’était comme si elle ne remarquait pas que son chauffeur bouffait la route et se prenait tout ce qu’il est possible de se prendre sur une ligne droite. Au moins, ils allaient vite arriver à destination, la preuve, elle voyait déjà le portail se rapprocher. Un portail qu’Oliver ne prit pas le temps d’ouvrir, soit y temps passant, préférant y aller comme un bourrin, quitte à abimer la voiture dans la manœuvre. Ingrid releva la tête, soudainement intéressée par la suite des événements. Allait t'il envie la délivrer,



#B16057 #80404B



♥️

avatar


Date d'inscription : 08/03/2016
Occupation : Insulter les autres, et les frapper, accessoirement
Sexualité : Scourgetrisexuelle
Messages : 250

Carte de Jeu
Familiers: Doucou-chan
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]   Mar 14 Fév 2017 - 22:20

Il eu un nouveau regard sur la fillette. Stevie Wonder ? Groupama ? KFC ? Des références complétement randoms qui faisaient plaisir à l'esprit tordu du barbare.

- Rose, rousse ... C'pareil. Hein Stevie ?

Il lui donna un coup de coude, d'un bon pote à un autre, comme si tout était normal. Alors que rien ne l'était dans ce foutu bordel. Et ils n'étaient encore que dans la voiture. Plusieurs pulsions prirent d'assaut le Nakh, la cocaïne finissait son premier tour, renforçant l'idée que foncer dans une maison, c'était rigodrôle. Une enfant frêle et fragile mais avec un certain goût pour la pyromanie pouvait-être une allié des plus .... Tout aussi rigodrôle que de foncer dans une baraque en fait. Finalement, il se dit que l'envie de KFc de Ginny pouvait être une forme de mesure ? De prudence ? Me regarde pas comme ça, on parle du mec qui as buté femme et enfant parce qu'il croyait que c'était des zombies. La logique, ça fait longtemps qu'on l'as coupé, violé, brûlé, vomi, mangé, digéré. Et pas forcément dans cet ordre là.

L'envie sauvage de sang et de violence échauffait fortement le viking. La petite scène dans la voiture n'avait en rien suffit. Il lui en fallait plus. Toujours plus. Alors ne tenant plus, il fit couiner la boite de vitesse et écrasa  du pied l'accélateur. L'automobile, gronda, puis fit un bond en avant.

Vingt mètres.

Est-ce que j'ai éteint le gaz ?

Seize mètres.

Prendre le volant bourré c'est mal, mais on va pas non plus foncer dans une maison à pieds. Ca n'as pas de sens.

Onze mètres.

Oui, j'ai écouté du Stevie Wonder pour la première fois aujourd'hui.

Huit mètres.

De l'hypocampe c'est pas un cousin de l'hippopotame ?

Quatre mètres.

J'devrais essayer de faire des tacos fourré au poisson pané.

Deux mètres.

Comment tu veux te concentrer sur ton rp quand tu vois un gros black, la cousine d'Elina et un chat faire la danse de l'épaule juste à gauche de ton putain de texte ?

Trente centimètres.

C'est sympa les motifs de saumons qui attaquent des ours entourés d'endives sur le mur. Bien fait pour vous, vous allez disparaitre de toute façon.

Bim.

Ouais je sais, je fais super bien les onomatopés. Disons que le bruit de la voiture violant brutalemment l'hymen -c'est à dire l'avant- de l'habitation provoqua assez de boucan pour ameuter tous les occupants, les voisins et quelques badauds. Houston, on a un problème, on a percuté un mur. Même sur la lune Trump il met des murs. L'enfoiré. Le moteur était mort, éventré par plusieurs tonnes de briques rouges et divers matériaux. Lors de la colision, le front du Nakh avait heurté le front. Rien de bien méchant, mais assez pour lui ouvrir légérement le front et l'abrutir quelques instants. Ha ha, c'est pas très réaliste, mais on est sur une île qui se déplace avec des magiciens qui descendent de différents dieux, niquez-vous, ok ? Mais le temps qu'il récupéra la vue, il put distinguer à travers le pare-brise bien défoncé -Ta gueule Olivier.- quatre hommes armés d'AK-47 qui les tenaient en joues, déboussolés, affolés par cette situation complétement inattendue. On voit assez rarement une voiture débouler au milieu de son salon. Ca arrive, mais c'est assez rare.

Lentement, le viking actionna la manivelle pour descendre la vitre.

- Alors un menu enfant, sans jouets, elle a pas fini ses devoirs. Il désigna la fillette du pouce. Un menu double big mac, avec potatoes. Et une salade Diet' Pour notre cher Stevie. Et faites vite, j'ai pas que ça à foutre. Oh, et une bière pour faire passer l'diabète. Merci. Fils de pute.

Big Mac à KFC. On s'en fout, le gras n'as pas de religion. Et l'insulte, c'est toujours gratuit pour le Nakh.


avatar


Date d'inscription : 13/02/2016
Sexualité : Coquille Saint-jacques
Messages : 130


Voir le profil de l'utilisateur

4 ★ - Control


MessageSujet: Re: De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]   Mar 14 Fév 2017 - 23:01

La tête d’Ingrid s’explosa contre l'appuis tête une seconde fois. C’est que ça commençait à la faire chier, de se faire ainsi malmener. En plus, cette merde avait fait un bruit terrible, du quoi refiler un bon mal de crâne au premier venu. Alors oui, Ingrid était énervée, assez pour voir que les premiers venus allaient morfler. D’ailleurs, en parlant de ça, ils étaient quatre, dans ce putain de salon. D’un geste souple, elle fit craquer son cou, regardant le pare brise, et les types avec leurs armes de tafioles. Qui avait besoin d’armes quand on avait des crayons de couleurs ?
[color:afc5=
#B16057]
- Putain Oliver, mais qu’es tu branles !

Ingrid voyait rouge, réellement rouge. Quatre types la tenait en joue, la voiture pouvait pas reculer et le pire, c’était qu’elle était coincée entre trois adultes. Celui à côté d’elle était mort, certes, celui devant assez taré pour rattraper sa tare innée. Quant à Steevie Wonder, et bien, c’était Stevee Wonder quoi. Ils firent feu dans ce calme qui en aurait refroidi plus d’un. Ils firent feu, et Ingrid se baissa comme elle put pour éviter les impacts. Le bruit fut assourdissant, l’enfant cru un instant que ses tympans allaient éclater. Mal, ils lui faisaient mal. Cela la rendit encore plus furie. Bien sur, la situation avait été drôle sur l’instant, mais maintenant, on essayait de la tuer, de lui faire du mal, à elle. Encore une fois ! S’en était beaucoup pour une si jeune âme. N’importe qui aurait été paralysé par la peur, dans l’attente d’une meilleure situation, mais elle était différente. Si elle n’avait pas eu cette camisole, elle serait déjà sortie en hurlant.

Une camisole qui pourtant, commençait à brûler. Doucement, par accoups. Comme les cendres d’ un papier devant une flamme. Comme un habit qui finalement, ne lui allait pas si bien que ça. Et alors qu’elle remuait sur son siège, à cours de magie et pourtant bien en train de l’utiliser, Ingrid se demanda un instant ce qui se passait. Jetant un oeil sur le chauffeur, mais surtout sur le tableau de bord, elle vit sa peluche, son Scourgebis lui aussi commencer à brûler. Étouffant un râle, l’enfant se projeta en avant. Son bras gauche venait de se libérer, et elle en profita pour aller au devant du danger. Choppant son ours comme seule une chouquette peut le faire. La peluche, non contente de brûler, était en train de se transformer. Renaissant tel un phénix de ses cendres, et cela ne plaisait pas à Ingrid. Il prenait la forme d’une poupée, avec ses habits actuels. Rien de bien folichon en perspective.

- Bordel Oliver ! Qu’es tu lui as fait à mon Scourgebis, tu veux crever ou quoi ?! DIT MOI CE QUE TU LUI AS FAIT, OU JE TE JURE QUE JE TE CRÈVE ! ESPECE D ENCULE !

Ingrid était complètement paniquée, enfant hystérique devant sa nouvelle poupée. Pour elle, il n’y avait plus personne en face. Plus de types armés, plus de gens voulant les tuer, juste son ours, et le problème qu’il représentait. Sous le coup de la colère, la tenue brûlait de plus en plus rapidement. Qu’allait t’ il répondre avant qu’elle ne se jette sur lui et essaye de le dévorer ?



#B16057 #80404B



♥️

avatar


Date d'inscription : 08/03/2016
Occupation : Insulter les autres, et les frapper, accessoirement
Sexualité : Scourgetrisexuelle
Messages : 250

Carte de Jeu
Familiers: Doucou-chan
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]   Mar 14 Fév 2017 - 23:39

- C'EST PAS GRAVE SI Y'A PLUS DE CORNICHONS VOUS ENERVEZ PAHAHAHAHAHA !

Il devait hurler pour couvrir les bruits de coups de feu. Ca sentait la poudre, la sueur, la peur, l'envie de meutre, le brûlé. Oh bon sang qu'il aimait cette odeur. Un bon vieux réglement de compte, comme à l'époque, dans les vieux ports de Reikjavik. Au fusil, au flingue et au couteau. La magie, c'est pour les tantouzes qui savent pas se battre comme dirait Nakh. Même si il aimait la destruction qu'elle pouvait apporter. Tout en se baissant pour éviter de se prendre bêtement une balle, il fouilla Stevie. Sait-on jamais ... Oh ben tiens quel hasard : un Sig Sauer P228, double-action, avec magasin de quinze balles. Les dés du destin sont facétieux, n'est-il pas ? Une aubaine pour le gout du show du Nakh. Il empoigna l'arme, enleva la sécurité et commença à tier à l'aveuglette.

BLAM BLAM BLAM PUTAIN LE FILS DE BLAM

Quatres balles, et un de touché selon l'insulte.

- Hein ? C'quoi ça Scourgebis ? Il remarqua la poupée de feu, poupée de son. Oh. Hoho. On dirait un pokemon qui évolue. lâcha-t-il avec un sourire débile. Tu crois qu'il aura des ailes et qu'il aura une option micro-ondes ?

Ginny avait l'air vraiment perturbé par ce jouet d'enfant qui semblait en flammes. Mais Nakh avait mieux à s'occuper. Genre une bande de connards à tuer, mmh. Une pensée fugace le traversa : son nom n'était sans doute pas Ginny Weasley. Tout comme il ne s'appellait pas Oliver. Ou même Olivier. Mais peu importe, dehors, il y'a des vilains. Avec des fusils tout aussi vilains. Avec des idées vilaines. Et très certainement des belles-mères vilaines.

Mais pour faire des vilaines choses aux vilains monsieur, il devait se dégager de là. La porte avait était tordue lors de l'impact. Qu'a cela ne tienne (J'ai toujours cru que cette expression était une marque de pâtes), il toucha le manche de sa hache et concentra sa magie.

- SESAME VA NIQUER TA MERE !

Une vague de feu, émanant de tout son corps, propulsa la portière au loin, l'envoyant se planter dans un mur. Il allait foncer vers le plus proche abri -un plan de travail d'une cuisine américaine jor onmetlacuisinedanslesalonhanhanonadupèze- mais quelque chose le retena. Ginny. La situation avait l'air hors de controle pour elle. Elle devenait folle, hystérique, hurlant sur sa poupée. Pris d'une pulsion, il attrapa la gamine par le col, et d'un puissant geste, il l'a décolla du geste pour l'envoyer derrière la cuisine américaine, qui commençait à bien morfler. Il s'élança à sa suite, tirant trois balles vers des cibles potentiellement assez débiles pour se prendre trois balles perdues. Son dos commençait à devenir moite d'excitation, et c'est un avec une certaine nostalgie qu'il se mit à couvert.

- Aaah putain ! Les scènes de pioupioupiou dans la gueule, ça m'avait tellement manqué. Il se releva soudainement et tira encore deux balles. ET CA C'EST NORMAL ENCULES DE MOLDUS !

En riant, il se remit à couvert et donna un coup de coude àa l'enfant.

- Bon Ginny, j'sais pas c'qu'il s'passe à ton pokemon, mais va falloir que t'accomplisses ton devoir envers la mère patrie. Prends ça. Et venges-toi sur eux.



Et il lui tendit le pistolet dans lequel il restait encore quatre balles. Ou cinq.


Pour l'épitaphe de Nakh : " Ma fille voulait un nouveau jouet."



avatar


Date d'inscription : 13/02/2016
Sexualité : Coquille Saint-jacques
Messages : 130


Voir le profil de l'utilisateur

4 ★ - Control


MessageSujet: Re: De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]   Mer 15 Fév 2017 - 9:36

Le corps de la demoiselle s’embrasa en vol, alors qu’il l’avait jetée dans un coin pour la protéger. C’était assez beau à voir, une vraie animation pyrotechnique. Par la force employée, elle aurait dû s’écraser sur le sol, pour ne pas dire être réduite en morceau. Pourtant, c’est avec une certaine agilité qu’elle retomba sur ses quatre membres, comme un animal déjà en position de combat. Regardant le viking avec curiosité, elle renversa sa tête au moment ou il lui donna le pistolet. Rugissant à qui veut l’entendre façon ours énervé. On pouvait alors voir que sa tenue avait changée, ses habits étaient remplacés par une tenue pyjama marron. Une tenue d’ours pour enfant.

- Scourgebis pokemon ?

C’était là le familier qui l’avait remplacée, prenant son corps pour mieux l’attaquer. Une forme résolument divine, résolument en colère. Mais ou était Ingrid, où était t’ elle passée ? Il faudrait alors voir du côté de la peluche. L’enfant y était enfermé. Comprenant par la force des choses qu’elle avait migrée dans le corps de son adoré. La poupée ne pouvait pas bouger, seule sa voix pouvait se faire entendre. Alors, de sa voix de crécelle, elle s’adressa à son corps.

- Hey chouchou, lâche ce pistolet ! Le met pas dans ma bouche, ouais, repose le.

Oui, car la Ingrid en combi avait maintenant le QI d’une huître. Elle avait placée le pistolet dans sa bouche, cross en avant pour essayer de le mâchonner. La demoiselle ne savait rien de cette chose, ses propriétés, sa durée dans le temps. Il lui faudrait analyser, essayer de comprendre pourquoi cela avait autant évolué. Mais une nouvelle pluie de balles fit tourner la tête de son ours en peluche. Il était soudain alerte, et visiblement en colère. La preuve en était que ses dents de devant se mirent à pousser façon grand V. Quatre quenottes déformant sa bouche comme les trolls dans world of warcraft. C’était puissant, chelou, mais marrant.

- SCOURGEBIS TOI ! SOURGEBIS PAS TOUCHER ! SCOURGEBIIIIIIIIS INGRIIIIIIIIID !

Et voilà, il était partit sans attendre. Toutes griffes en avant. Sortant sous la pluie de balle, comment si elles ne lui faisaient rien. Enfin, ce n’étaient pas qu’elle ne lui faisaient rien. C’était qu’il portait un manteau de feu, tout ce qui passait à portée était donc en train de fondre. Et puis merde, elle était vraiment petite, va viser un gremlins aussi rapide. Les trois types étaient déjà bien blessés par l'abruti qui les avait canardé, mais d’autres revenaient par l’escalier. Il n’était pas dit que le nounours resterait planqué pour les attaquer. C’est donc avec une certaine violence qu’elle empoigna la jambe du premier, et qu’elle la brisa comme une brindille. Qu’elle sauta sur le premier type de l’escalier, en lui enfonçant ses quatre dents dans la jugulaire. Tombant tous les deux à terre, ce qui semblait être le chef leva son fusil vers son front. Essayant, dans le peu de place qu’il restait à l’escalier, de la mettre en joue.

Putain mais c’est quoi cette merde ?!



#B16057 #80404B



♥️

avatar


Date d'inscription : 08/03/2016
Occupation : Insulter les autres, et les frapper, accessoirement
Sexualité : Scourgetrisexuelle
Messages : 250

Carte de Jeu
Familiers: Doucou-chan
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]   







Contenu sponsorisé


 

De grands pouvoirs impliquent de grandes possibilités de foutre le merdier [Nakh et Ingrid][-18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Potions magiques ☞ Les Potions de Grands Pouvoirs.
» Les quatre grandes étapes de la Vie Humaine
» Les 150 plus grands contribuables de l'exercice fiscal 05/06
» Parfois, les plus beaux sourires peuvent cacher de grands secrets, les plus beaux yeux peuvent avoir pleuré durant des heures et les coeurs les plus purs peuvent avoir souffert de grandes peines.. Feat Bambi, Wasoo, Canada and Pompom
» Les 100 plus grandes entreprises haitiennes selon la DGI

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: Hors-RPG :: Archives :: RPs archivés-
TOP