Partagez | 
 

 Sasha Anorsson

Aller en bas 
Sasha Anorsson


Féminin Date d'inscription : 04/09/2018
Occupation : Photographe professionnelle
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 35

Carte de Jeu
Double Compte:
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
2 ★ - Multiple
MessageSujet: Sasha Anorsson   Mar 4 Sep 2018 - 21:08



SASHA ANORSSON (♀)
             


DATE & LIEU DE NAISSANCE :
née le 20/03/1996 à Keflavik

NATIONALITÉ :
islandaise

ORIENTATION SEXUELLE :
homosexuelle

OCCUPATION :
photographe professionnelle

GROUPE :
Suijin

PERSONNAGE SUR L'AVATAR :
Pyra de Xenoblade Chronicles II

Caractère
Gentille, Perfectionniste, Mature • Ne sait pas cuisiner, Trop gentille, Naïve • Peur des tortues/reptiles • N’hésite pas à faire photos sur photos pour avoir le meilleur cliché possible • La photo • Les paparazzis • L’art • Photographier une star

« Je ne sais pas du tout comment tu vas faire si tu pars un jour, toute seule, à l’aventure, Systir.

Mh, quoi ? dit Sasha, alors âgée de dix-sept ans, levant enfin les yeux de l’écran de son appareil photo. Qu’est-ce que tu veux dire, Bróðir ?

Je veux dire, tu vas te faire marcher dessus, répondit Óskar, avant de passer un bras autour des épaules de sa petite sœur, la serrant contre son torse. Je ne dis pas ça en mal, Systir, mais tu es tellement gentille que les autres vont en profiter. Puis tu es innocente, et naïve … On peut te faire croire tout ce qu’on veut ! Et comme tu ne veux voir que le bon côté des gens, tu–

Mais c’est parce qu’il y a du bon chez tout le monde ! l’interrompit Sasha avec insistance, ses mains agrippant l’appareil photo un peu plus fort. »

Devant le regard peu convaincu de son frère, elle ajouta, plus calmement :

« C’est souvent un concours de circonstances qui fait que certaines personnes se cachent derrière une forteresse, tu sais … Je pense que c’est des gens qui ont été blessés, très profondément, dans leur vie. Et que ces douleurs ont laissé de grosses cicatrices ; des– des cicatrices pas forcément bien refermées. C’est pour ça qu’on ne devrait pas les juger si sévèrement. On ne devrait pas non plus cultiver cette image du « méchant bonhomme cruel que l’on doit éviter à tout prix » ...

Sasha–

Je pense qu’il faut juste les aider. Leur tendre la main sans les juger. Leur montrer qu’ils ont le droit d’être en colère de temps en temps … mais que ça finit toujours par aller mieux, si on le veut. Tu vois ce que je veux dire ?

C’est ce que je disais, Óskar secoua la tête gentiment, un doux sourire illuminant son visage. Trop gentille.

Je ne suis pas trop gentille Bróðir, je suis réaliste. Et tolérante.

Et têtue. Et mature, compléta-t-il, fier. Des fois, j’ai même l’impression que tu pourrais être plus vieille que moi. »

Ce fut au tour de l’adolescente de secouer la tête, balayant le commentaire de son grand frère.

« — Pourquoi d’un coup ? rit-elle. Tu veux te débarrasser de moi pour de bon ?

Nei ! Mais c’est juste que tu vas bien finir par quitter la maison un jour, toi aussi. Voler de tes propres ailes … Et les brûler, vu que tu ne sais pas cuisiner !

Oh, ça va Óskar ! T’arrêtes un peu d’étaler tous mes défauts ! »

Ils rirent, échangeant un regard complice. Il lui offrit ensuite un grand sourire, avant de lui ébouriffer les cheveux.

« J’espère que tu voyageras, Systir. Imagine toutes les formes d’art que tu pourrais découvrir, des nouvelles techniques de peinture ou même des instruments qu’on ne trouve pas chez nous ! Imagine tous les nouveaux paysages que tu pourrais voir. Le Grand Canyon–

Les couchers de soleil sur les plages espagnoles–

Les cerisiers au Japon–

Les Gorges du Verdon en France– »

De nouveaux rires résonnèrent dans l’appartement d’Óskar. Une fois calme, Sasha posa sa tête sur l’épaule du jeune homme, son sourire paisible intacte.
Par la suite, un agréable silence s’installa entre le frère et la sœur. Cette dernière en profita alors pour reprendre le fil de ses photos, parcourant les plus récentes – une centaine, à peu près –, essayant de dénicher le meilleur cliché qu’elle prit plus tôt, dehors, sous la neige. Elle fit de son mieux pour ignorer le regard insistant de son frère posé sur elle, dans lequel elle aurait pu lire les fameux mots : « Quelle perfectionniste ».

Quand, soudain, Óskar se mit à rire, attirant l’attention de sa cadette, toujours blottie contre lui.

« Qu’est-ce qu’il t’arrive, Bróðir ?

Tu peux me promettre une chose, Sash’ ?

Já ? dit-elle, surprise par une telle réponse.

Si un jour tu pars à l’aventure, promets-moi de te prendre en photo pile au moment où tu vois un serpent. Ou, mieux, une innocente petite tortue ! »

Les rires du jeune homme redoublèrent lorsque Sasha se mit à le frapper avec un coussin, criant :

« Arrête !! Tu avais promis de ne plus te moquer de ma peur des reptiles ! »

Physique
Rouge (défaut de naissance) • Rousse • 1m60 • 53 kg • Pulpeuse • Un tatouage dans le bas du dos

« Alvarlega … ! ronchonne Sasha pour la énième fois, tirant encore et encore sur sa mèche rebelle avec ses doigts mouillés. »

Elle a toujours eu cet épi au niveau de la frange, ce qui ne la dérange pas plus que ça … mais il semble beaucoup plus prononcé aujourd’hui. Et il résiste. Sasha souffle, perdant patience, et finit par abandonner après plusieurs tentatives. Bon, excepté ce petit détail – qui, peut-être, ira mieux une fois sec –, elle considère que ses cheveux ne sont pas si mal. Roux, soyeux, pas complètement raides, avec un peu de volume, les pointes les plus longues venant caresser son cou.
Elle jette ensuite un coup d’œil à son visage : sa frange cache l’un de ses fins sourcils, flirtant presque avec ses cils, légèrement allongés par le mascara. Puis il y a ses – tristement célèbres – yeux rouges. Depuis le temps, elle commence à s’y habituer. Doucement, mais sûrement. Mais au moins, ils vont de concert avec ses cheveux roux, et surplombent son petit nez et ses fines lèvres rosées – un peu de couleur sur ce visage pâle.

Attachant de discrètes boucles d’oreille vert d’eau, Sasha quitte la petite salle de bain pour s’accroupir devant sa valise (il faudra, bientôt, qu’elle range ses affaires dans le meuble mis à sa disposition, même si ce n’est que pour quelques semaines). Comme à son habitude, elle choisit des vêtements confortables et passe-partout pour sa sortie prévue aujourd’hui. Elle n’est pas du genre à se vêtir de tops flashy et affriolants, ou de mini-jupes ; cela ne veut pas non plus dire qu’elle va se cacher derrière un poncho multicolore ou un vieux baggy gris sans forme. Un simple haut uni, dans les tons chauds, et un short un poil moulant – ou un jeans, voire même une mignonne jupe droite lui arrivant au-dessus du genou – font l’affaire. Elle est consciente de ses atouts et de sa silhouette assez pulpeuse ; c’est notamment la raison pour laquelle elle s’achète des vêtements discrets. Quand on sait que même les hauts les plus basiques laissent apparaître sa poitrine généreuse, c’est bien suffisant comme ça, elle n’a pas besoin de plus. En revanche, elle a moins de mal à mettre en valeur sa taille de guêpe, n’hésitant pas à porter des bas taille haute.
Concernant les chaussures, Sasha est plus habituée aux chaussures plates : c’est pratique et confortable, surtout lorsqu’elle est à la recherche d’endroits parfaits à photographier. Bien évidemment, elle pourrait faire l’effort de porter des talons (pas trop hauts quand même) de temps en temps, étant donné que son 1m60 ne fait pas d’elle une grande demoiselle.

Après avoir sélectionné ses habits du jour, Sasha se redresse et ne peut s’empêcher de regarder son reflet dans le grand miroir placé dans un coin de la chambre. S’il y a bien quelque chose de féminin sur elle, ce sont ses sous-vêtements … Elle apprécie énormément la douceur et le côté léger de la dentelle. À ce propos, elle préfère (de loin) les culottes, qui épousent la forme de ses fesses et leur donnent un côté un peu plus sexy. Oh, et, ce joli petit oiseau niché dans le bas de son dos, au corps dessiné par une clé de sol accompagnée d’autres notes de musique, aux ailes déployées et remplies de partitions … Il donne à son dos meilleure allure, d’un côté. Tellement moins enfantin.

De toutes façons, ce n’est pas comme si quelqu’un allait voir tout ça, pense-t-elle avec un petit rire, avant de disparaître une nouvelle fois derrière la porte de la salle de bain.

Une fois (complètement) prête, Sasha soupire, jetant un dernier regard à l’image que lui renvoie le miroir. Elle passe ses doigts fins dans cette indomptable crinière rousse avant de tourner les talons, saisissant la housse de son précieux appareil photo et l’enfilant autour du cou. Parée pour une nouvelle journée de séances photo.


INFORMATIONS MAGIQUES
• Manière d'utiliser la magie : Sasha n’a jamais vraiment utilisé ses pouvoirs ; elle les a laissés se manifester, et s’en est toujours délectée. Il semble qu’ils se déclenchent lorsqu’elle ressent des émotions fortes, ce qu’elle ne contrôle absolument pas. Heureusement pour elle, elle a toujours été seule lorsque cela se produisait : en effet, Sasha cache ses pouvoirs du mieux qu’elle peut, de par son passé. Le tatouage dans son dos pourrait la trahir dans ces moments-là, mais il est souvent couvert par un top …
• Affinité : Sasha adore sa magie. Elle la trouve belle, douce, apaisante et elle lui rappelle son pays natal, l’Islande, et tout ce qui s’en rapporte – sa famille et son premier amour, notamment. Elle adorerait apprendre plus, développer sa magie plus, mais changer des habitudes de longue date n’est pas chose aisée.

RACONTE-NOUS SON HISTOIRE

Assise en tailleur sur le lit dans sa chambre d’hôtel, Sasha étale, avec précaution, quelques photos devant elle. Il y en a quatre – dont deux qu’elle n’a pas prises elle-même –, auxquelles elle ajoute le dessin froissé d’un petit oiseau. Il est fait de notes de musique et semble avoir pris son envol. Malgré un soudain pincement au cœur, elle sourit et glisse son doigt le long d’une discrète partition ancrée dans l’aile de l’oiseau, encrée dans sa peau. Puis, son sourire disparaît lorsque son regard se pose sur la première photo, un peu chiffonnée.

Un homme et une femme, le jour de leur mariage. L’homme, aux cheveux d’un blond presque blanc, est d’une élégance incomparable dans son costume ; la femme, dont les mèches couleur blond vénitien s’entrelacent parfaitement sous son voile étincelant, apparaît délicieuse dans sa robe sirène. Ils sont beaux tous les deux, Sasha trouve, avec leurs sourires radieux, leurs joues rosées et leurs yeux clairs, pétillants de joie et d’amour. Après tout, qui ne trouverait pas ses parents beaux en toute circonstance ?

Sasha pousse un léger soupir. Ses parents. L’homme et la femme qu’elle portera toujours dans son cœur, peu importe ce qui a pu se passer. Ses parents … Les premiers à l’avoir délaissée. Et, ce, dès sa naissance.
Sasha fronce les sourcils – quelle mauvaise tournure de phrase ! Si elle dit ça un jour, la personne qui sera avec elle pensera qu’elle a été abandonnée ! Ce qui n’a pas été le cas, au contraire : ses parents ont bel et bien été présents. Ils étaient là le jour où elle a gazouillé pour la première fois ; tout comme ils étaient là lorsqu’elle a renversé sa première purée. Pareil, lorsqu’elle a prononcé son premier mot et qu’elle a fait ses premiers pas. Ils étaient encore et toujours là lorsqu’elle est rentrée pour la première fois à l’école. Ses parents étaient présents … mais avec une certaine distance. Les conversations n’étaient jamais très longues. Les marques d’affection étaient peu nombreuses et les câlins – s’il y en avait – ne duraient que quelques secondes. Ces câlins qui, d’ailleurs, n’étaient pas de grandes étreintes et n’étaient pas souvent retournés. S’il y avait des bobos et des pleurs, tout était rapidement balayé d’un revers de main : un peu d’eau pour nettoyer, et c’était réglé.

Au départ, Sasha pensait que c’était normal – elle avait toujours vécu comme ça, après tout. Puis vint le jour où elle fut assez grande pour remarquer que ses parents n’agissaient pas de la même manière avec son grand frère, Óskar.

Óskar, ce beau et grand jeune homme blond aux yeux bleu océan, de sept ans son aîné. « Tout le portrait de son père », disaient les voisins.
Un tendre sourire caresse le visage de Sasha devant la deuxième photo posée sur le lit : il s’agit d’Óskar, alors âgé de sept ans – presque huit ! –, la tenant dans ses bras. D’après son éclatant sourire dépourvu de quelques dents, il semble être fier de porter sa fragile petite sœur, de la tenir si proche de son cœur. Quelle bouille d’ange. Revoir cette photo rappelle à Sasha à quel point son frère lui manque, à quel point elle l’aime, à quel point il est important … Car, s’il y a une personne qui faisait toujours attention à elle et qui lui donnait tout l’amour du monde, c’est bien Óskar. Elle était la prunelle de ses yeux ; il était la lumière de sa vie. Il était tout pour elle ; au point qu’elle déclarait, avec toute l’innocence du monde :

« Quand je serais grande, je me marierais avec mon grand frère ! »

Après tout, avec qui d’autre aurait-elle pu se marier ? Il était le seul à la voir comme la fillette qui désirait croquer la vie à pleines dents. Il était le seul à l’aimer sincèrement, pleinement, malgré sa différence.
Sasha fronce les sourcils et ferme les yeux. Ses yeux, sa différence, son défaut de naissance, son complexe, sa bête noire. Ses yeux, à l’origine des messes basses blessantes et, pire, de cette solitude pesante. Ses yeux « rouge sang » ; les yeux « du Diable », « du Mal ». Des yeux qui impressionnaient – dans le mauvais sens du terme – et qui faisaient fuir les autres, notamment ses camarades de classe. Des yeux qui mettaient mal à l’aise ses propres parents. Des yeux qui l’ont condamnée dès sa venue au monde. Mais, surtout, des yeux qui ont su charmer la jolie Freyja, son premier et grand amour.

Doucement, Sasha prend la troisième photo, sur laquelle apparaît Freyja. Cette jeune femme aux yeux émeraudes, aux longs cheveux dorés dans lesquels la jolie rousse adorait glisser ses doigts. Cette jeune femme à la silhouette svelte et musclée grâce à son énergie à revendre et à son amour pour le sport et la nature (combien de fois a-t-elle pris Sasha par la main pour l’emmener en balade, à pied ou à vélo ?). Cette jeune femme au cœur d’or et à la voix douce – quoiqu’un peu rauque –, à la langue bien pendue. Cette jeune femme qui était maladivement jalouse, parfois.

« Et les Cascades de Gullfoss, souffle Sasha en souriant. »

Elle avait pris cette photo de Freyja lors d’un week-end en amoureuses. Le premier soir, elles étaient allées dormir chez Óskar, dans son nouveau logement à Sólheimar, avant de s’échapper au petit matin à vélo pour Gullfoss et ses fameuses cascades. En plein hiver, sous la neige : c’était magique – et romantique. Freyja venait juste de descendre de son vélo pour admirer la vue quand Sasha a choisi de dégainer son appareil photo, pour un rendu plus naturel. Aucun sourire, mais le visage stupéfait et émerveillé de Freyja donne au cliché toute sa beauté – sans parler de ses adorables joues rosies par le froid et ses lèvres pulpeuses, brillantes de baume.
Sasha pose la photo de Freyja par-dessus celle de ses parents, à côté de celle d’Óskar. Les deux blondinets de sa vie. Óskar a illuminé la première partie, puis Freyja a pris le relais aux alentours de ses dix-huit ans. Elles sont restées ensemble pendant trois ans, avant que la blondinette ne parte à l’étranger, comme elle en avait toujours rêvé. Malheureusement, la distance a eu raison de leur amour. Mais Sasha préfère se souvenir des merveilleux moments passés en cette charmante compagnie, plutôt que de se lamenter sur son sort – cela briserait Freyja d’apprendre qu’elle se bloque et s’empêche de passer à autre chose.

En parlant de passer à autre chose … Sasha rassemble les quatre photographies, plaçant la dernière devant toutes les autres. Celle-là est plus sombre, à l’exception du ciel parsemé de lueurs vertes virant au turquoise, et du reflet de ces dernières dans l’eau glacée. Jökulsárlón, l’une des lagunes glaciaires les plus réputées d’Islande, et ses aurores boréales. La jolie rousse se souvient de ce court voyage comme si c’était hier : c’était peu après son quinzième anniversaire, juste en compagnie de son grand frère. Il venait de lui offrir son tout premier appareil photo – ce qui n’était pas très étonnant, sachant qu’elle venait de lui annoncer qu’elle désirait faire des études de photographie quelques jours auparavant. En plus de son cadeau, il avait prévu une autre surprise : l’emmener là-bas, à Jökulsárlón, pour sa première sortie en tant que photographe amatrice. L’attente avait été très longue, presque insoutenable si Sasha ne s’était pas occupée avec son appareil photo, le découvrant de mieux en mieux et se passionnant pour ses fonctions de plus en plus. Óskar avait fini par lui donner une petite tape sur la tête pour attirer son attention car le spectacle venait de commencer. Sasha n’a pris qu’une seule photo de cette soirée – celle qui se trouve actuellement entre ses mains –, bouche bée devant une telle démonstration – féerique, magique.

Ce soir-là, la magie ne s’est pas arrêtée, même après que le ciel ondulant et coloré se soit assombri et calmé.

Sasha se souviendra toujours de cette légère commotion étrange dans le bas de son dos, plus particulièrement du côté gauche. Des chatouillis, mêlés à une sensation de fraîcheur. Comme si sa température corporelle avait soudainement chuté, mais uniquement à cet endroit-là. Ensuite, en l’espace d’une seconde, les chatouillis s’étaient transformés en frissons.
C’est à ce moment-là qu’un premier flocon est tombé sur le bout de son nez, tandis que deux autres dévalaient la piste qu’était devenu son bras. En levant les yeux, Sasha s’est aperçue que d’autres flocons dansaient, virevoltaient autour d’elle – et seulement autour d’elle. Pendant un instant, elle pensait revoir le spectacle des aurores boréales en version flocons de neige ; mais ils se dissipèrent bien vite, tout comme la drôle de sensation dans le bas de son dos, la laissant médusée. Il lui a fallu attendre quelques jours avant que tout ceci ne se reproduise. Assise dans l’herbe, la jeune rouquine venait de saisir le cliché parfait de sa séance du jour : une minute avant, au pied d’une cascade, elle avait patiemment attendu une bourrasque. Une fois son vœu exaucé, sous un grand soleil, Sasha faisait de son mieux pour capturer le moment où un arc-en-ciel éphémère pointait le bout de son nez entre les gouttes d’eau rejetées par le flot de la cascade. Et elle l’avait eu, son cliché parfait.
Comme déclenchée par la fierté et la joie qu’elle ressentait, l’étrange commotion de la dernière fois refaisait son apparition, au même endroit. La neige tombait – en plein soleil.
Déroutée au départ, l’apprentie photographe s’est vite reprise et a soulevé son haut, se tordant pour jeter un œil à son tatouage – âgé d’à peine deux mois à cette époque. À sa plus grande surprise, les plus petites notes de musique avaient changé de couleur : au lieu d’être noires, elles étaient d’un blanc immaculé, et semblaient scintiller – ou est-ce que le soleil les faisait briller, tout comme les flocons ?

Une chose est sûre : elle était enchantée, se sentait encore plus proche de ses terres natales et de l’élément qu’elle côtoyait depuis toute petite. Cependant, l’exaltation a rapidement été ternie par la réalité, alors qu’elle revenait chez elle : et si quelqu’un découvrait son secret ? Avec ses yeux rouges, tout le monde allait la voir comme un monstre, une enfant maudite. Comme … Comme un danger, et le genre de danger à éliminer.

Garder ce secret juste pour elle a, probablement, été sa plus sage décision.

Sasha inspire profondément et glisse les quatre photos, ainsi que le dessin, dans une enveloppe qu’elle avait piqué dans le bureau de ses parents avant de s’en aller temporairement chez Óskar. C’était il y a juste quelques mois … après avoir fini ses études de photographie, la tête pleine de rêves, d’idées et d’envies. C’était le début de son aventure. Débarquer chez son grand frère à Sólheimar semblait être la meilleure option pour commencer sa vie de photographe professionnelle : un éco-village permettant à sa population, entre autres, de s’exprimer et se développer artistiquement. Certes, c’était un petit village, mais l’atmosphère était calme et bienveillante, et les paysages magnifiques : des champs à perte de vue, un fleuve à l’eau cristalline et, si on explorait un peu plus, des cascades cachées, tel un sanctuaire à protéger.

Et, après son emménagement, c’est le trou noir.

Il n’y a même pas trois jours que Sasha s’est réveillée, semble-t-il, en sursaut, sur des terres inconnues. Aucune trace du panneau en bois de Sólheimar et de ce tout petit village où tout le monde se connaît. Elle n’a même pas eu le temps d’observer les alentours que d’étranges personnes – habillées avec une certaine classe – lui tendaient une lettre. Privée de tous ses repères, la jolie islandaise a commencé à paniquer, gardant fermement la lettre dans une main et tâtonnant tout son corps, jusqu’à ce que … Ouf ! Son appareil photo était toujours là, pendu à son cou. Mais il n’y avait aucun signe d’Óskar.
C’est en lisant la lettre que, pour la première fois depuis sa rupture avec Freyja, des larmes roulaient librement le long de ses joues, glissant le long de ses lèvres tremblantes. Du jour au lendemain, Sasha se retrouvait bloquée sur une île, sans la moindre possibilité de prévenir – au moins – son grand frère.

Y repenser lui donne l’impression d’entendre son cœur éclater en mille morceaux. Óskar … qui se retrouve seul, d’un seul coup, sans aucune explication. Un frère qui a dû rentrer chez lui pour ne pas voir sa petite sœur revenir. Sasha se mord les lèvres, fort, alors qu’un sentiment de culpabilité l’envahit. Il doit être si inquiet …

« Mais je me suis promis de ne pas pleurer, murmure-t-elle en fourrant l’enveloppe dans son sac en bandoulière. C’est peut-être ma véritable aventure qui commence … Pas vrai, Bróðir ? »

C’est avec un faible sourire qu’elle regarde en l’air, comme si son blondinet de frère était là-haut, quelque part, tout près, en train de la surveiller.

Désormais, Sasha ne s’accroche qu’à deux choses : l’espoir que sa carrière de photographe professionnelle décolle enfin … Et l’espoir qu’Óskar, un jour peut-être, vienne la retrouver ici.

DERRIÈRE L'ÉCRAN

• On m'appelle : (Petite) Marie … Mais on m’a déjà appelée ‘Nalou’ quand j’étais beaucoup plus jeune !
• J'ai : 21 ans.
• J'ai connu le forum grâce à : un TopSite … (ou alors est-ce que c’était via un autre forum-partenaire, mmh … ?)
• Je pense que le forum est : accueillaaaaant !
• J'ai trouvé le "Passe-Partout" :


• J'aimerais ajouter que : si j’ai eu le code faux, je pleure, parce que je suis bonne élève et j’ai bien lu. :’( Oh et, ma chatdoux s’appelle Nola ! :3

©️ Himitsu no Kii

Revenir en haut Aller en bas
Yukio Suzu


Masculin Date d'inscription : 11/07/2018
Occupation : Herboriste / Chef de salon de thé bio
Sexualité : Bisexuel
Messages : 126

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
1 ★ - Basic
MessageSujet: Re: Sasha Anorsson   Mar 4 Sep 2018 - 21:41

Bienvenue *offre un cookies*



Spoiler:
 



Yukio exprime son amour en #FFAFB1
Revenir en haut Aller en bas
Miya Hisakawa


Féminin Date d'inscription : 06/09/2016
Occupation : Étudiante, employée du café étudiant
Sexualité : Hétérosexuelle
Messages : 494

Carte de Jeu
Double Compte: Tatsuya, Ava
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur http://ageofpoudlard.fr/index.php
8 ★ - Thief
MessageSujet: Re: Sasha Anorsson   Mar 4 Sep 2018 - 21:54

ah que coucou =3 Bon, tu es déjà sur le discord donc tu connais la chanson <3 Jolie fichounette d'ailleurs!



Thème de Miya

Je discute en #660033 ~~
Revenir en haut Aller en bas
Kurai S. Ikazuchi


Masculin Date d'inscription : 25/08/2014
Occupation : Etudiant en 2e année en informatique. Mi-temps dans une librairie
Sexualité : Hétérosexuel/Jessophile
Messages : 1459

Carte de Jeu
Double Compte: Indra
Deuxième Magie: Fujin

Voir le profil de l'utilisateur
★ Absolute ★
MessageSujet: Re: Sasha Anorsson   Mar 4 Sep 2018 - 22:47

Ohayo ! o/

Bon, ta fiche m'a l'air en ordre, j'attends juste le feu vert de Cast' et je te valide tout ça ^^ (donc sans doute demain, je dirais x) )




Kurai's theme :

Kurai's battle theme :


En savoir plus:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sasha Anorsson


Féminin Date d'inscription : 04/09/2018
Occupation : Photographe professionnelle
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 35

Carte de Jeu
Double Compte:
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
2 ★ - Multiple
MessageSujet: Re: Sasha Anorsson   Mer 5 Sep 2018 - 8:19

Hello, et merci vous trois J'espère que ça ira pour lui, aussi ... (Mais contente que ça te plaise Miya !! )
Revenir en haut Aller en bas
Castiel Green


Masculin Date d'inscription : 24/03/2017
Messages : 122

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
6 ★ - Divine
MessageSujet: Re: Sasha Anorsson   Mer 5 Sep 2018 - 11:26

Nickel pour moi ! Tout est bien écrit et même très bien écrit je ne pouvais pas rêver mieux !
Revenir en haut Aller en bas
Kurai S. Ikazuchi


Masculin Date d'inscription : 25/08/2014
Occupation : Etudiant en 2e année en informatique. Mi-temps dans une librairie
Sexualité : Hétérosexuel/Jessophile
Messages : 1459

Carte de Jeu
Double Compte: Indra
Deuxième Magie: Fujin

Voir le profil de l'utilisateur
★ Absolute ★
MessageSujet: Re: Sasha Anorsson   Mer 5 Sep 2018 - 12:31

Parfait ! Dans ce cas...





Kurai's theme :

Kurai's battle theme :


En savoir plus:
 
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sasha Anorsson   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sasha Anorsson
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dirty Little Sasha. [Done.]
» Sacha Louise Ryan une nouvelle riche Feat Sasha Pivovarova
» SASHA VLADIMIRA - terminée (aa)
» (F) Amanda L. Becker ft. Sasha Pieterse ♥
» Sasha Oudranov

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: Gestion de personnage :: Bureau des arrivées :: Dossiers validés-
Sauter vers:  
Top-Sites