Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Allenby McGoï - The lucky thiefAuteur
MessageSujet: Allenby McGoï - The lucky thief   Sam 7 Fév 2015 - 20:47


McGoï Allenby
IRL on m'appelle Rictus. J'ai 15 toutes petites années derrière moi. J'ai connu le forum grâce à nos potes les TS o/ et je pense que le forum est ...un ornithorynque daltonien ?


Identité
✖ Nom : Mc Goï ✖ Prénom : Allenby ✖ Sexe : Masculin ✖ Date & Lieu de naissance : 11/01/1989 à Lerwick, en Ecosse ✖ Nationalité : Écossaise ✖ Orientation Sexuelle : Bisexuelle ✖ Occupation : Allenby n'était pas fait pour les études, il a arrêté après le lycée. Son principal gagne-pain est la revente d'objets qu'il acquiert de manière frauduleuse, qu'il s'agisse de vol, d'arnaque, ou ce genre de choses. Aussi, il accomplit divers petits boulots, quand les temps sont mauvais. ✖ Avatar utilisé : Nakigitsune, de Touken Ranbu ✖ Passe partout :
La Magie
✖ Groupe choisi : Rajin
✖ Manière d'utiliser la magie : Il n'y a guère besoin d'un objet spécifique, mais sa magie part de ses mains, et ce uniquement lorsqu'elle sont nues. Il porte donc quasiment toujours des gants, car ses capacités sont susceptibles de se déclencher sans qu'il ne le veuille - dans quelques situations, ce pourrait être dérangeant.
✖ Affinité : Allenby n'a pas trop de problème avec ça, puisqu'il peut la mettre à profit.
Physique

En fait, nul réel besoin de le connaître pour savoir que c'est un voyou, Allenby a déjà l'allure d'un type pas très net, et ce à bien des niveaux.

Ce qui vous choquera le plus, ce sera sûrement le masque. Seulement, on se trompe bien trop souvent là-dessus : il ne le porte pas par fantaisie - même s'il le pourrait - mais par nécessité. Le bas de son visage est tailladé de cicatrices qui, bien que très propres, le gênent par leur manque d'esthétique et les questions qu'elles soulèvent. Alors, c'est ce subterfuge plutôt abrupt qu'il a choisi pour les cacher. Pas la peine de lui demander ce que ce curieux accessoire peut bien dissimuler : il esquivera la question, et c'est le meilleur moyen de se payer un ticket pour l'ignorance à perpétuité.
Au dessus de cela, il y a ces yeux fins aux iris dorées au fond desquelles brille un éclat de malice, un petit quelque chose d'électrisant qui n'inspire pas trop confiance - en plus du reste. Ils sont souvent sertis de deux traits bruns - rouges, qui ne sont pas sans rappeler de belles cernes. Là, il s'agit juste d'une excentricité sans réel sens. Il ne comprenait juste pas pourquoi on ne laisse qu'aux femmes le loisir de se maquiller, et a décidé de le faire à sa manière. C'est un style certes un peu particulier, mais qui peut coller à son air déjà énigmatique.

Sa courte chevelure blanche, toujours en bataille, ne l'est pas de base : il est né brun, mais se décolore les cheveux. Il trouvait sa couleur naturelle bien trop commune. Les deux boucles d'oreilles qu'il arbore toujours, en tant que porte-bonheur, sont chacune constituées à partir d'une sculpture en spirale très nette, à laquelle pend une mèche de ses propres cheveux. C'est un peu mégalo, en effet, mais il les aime bien et ne s'en détache jamais.

Aussi, il porte en permanence des gants, qui sont, comme précédemment, portés à une fin précise. Il servent de catalyseurs, pour empêcher le pouvoir qui émane de ses mains de se déclencher sans qu'il ne le désire. Généralement noirs, ce n'est pas aussi frappant que ce qu'Allenby porte au visage, mais reste un élément important.

Dans l'allure générale, il n'est pas bien grand, et même plutôt petit, du haut de son mètre soixante-cinq à tout casser. Pas bien gros mais suffisamment musclé pour ne pas paraître maigre ou frêle, il reste tout de même capable de se défendre lui-même. La démarche nonchalante, tranquille, il n'a jamais vraiment l'air stressé ou quoi que ce soit, mais il est vif, et ses sprints peuvent atteindre une vitesse tout à fait remarquable. Le métier qui rentre.

Pour ce qui est de ses vêtements, mis à part qu'il affectionne les grands manteaux, il n'a pas de goûts spécifiques. Un peu de ci, un peu de ça, peu importent les couleurs, il marche au cas par cas. Néanmoins, il est souvent débraillé, et aurait tendant à avoir quelques problèmes d'accords au niveau des couleurs. Si laissez votre regard aller à sa guise, il rencontrera sûrement la forme de Judith, sa fidèle peluche. Un petit renard roux un peu crasseux et odorant, en longueur, qu'il pose en écharpe autour de sa nuque ou qu'il porte à la main, selon ses humeurs. Au départ, cela peut paraître surprenant, mais lorsqu'on connaît le personnage, et surtout après l'avoir entièrement regardé, ça n'est plus qu'une pauvre détail, un petit quelque chose décalé en plus.
Caractère

Une beau salopard, voilà comment on pourrait, en premier lieu, décrire Allenby.

C'est vite dit, mais telle se présente la vérité. Vous savez, c'est ce genre de gars qui pourrait vendre sa mère si la somme qu'on lui propose est alléchante, un pur égoïste vivant dans l'unique optique de satisfaire ses intérêts. En plus, c'est un menteur professionnel, et il n'aura pas de remords à vous arnaquer, aussi honnête et gentil que vous puissiez être. Peu lui importe la situation calamiteuse dans laquelle il est susceptible de vous mettre, ou bien de déclencher la troisième guerre mondiale, si cela lui permet d'assouvir ses besoins, petits plaisirs et autres futilités. Sens du sacrifice, du devoir, il ne connaît pas ; par contre, si vous avez quelque chose à lui offrir, il se montrera très serviable. Terriblement matérialiste, tendant fortement à l'avarice, les raisons sur son choix de vie "professionnelle" n'est obscur aux yeux de personne. Seulement, la principale raison n'est pas là : avant d'être l'ordure de service, Allenby est avant tout un grand amoureux du frisson. Un véritable accro au danger, à l'adrénaline, un destructeur de limites. S'il aime les règles, c'est parce qu'il y a moyen de les braver ; désobéir, c'est un peu comme respirer chez lui. Parce qu'il est resté ce gamin insolent, nonchalant, un poil éhonté, qu'il est devenu en grandissant. « Bah voyons, je vis, moi ! » Serait-il fort susceptible de répondre, avec, aux lèvres, son petit sourire narquois, si l'on venait à lui demander d'où lui vient ce besoin compulsif de pseudo-rébellion d'adolescent en crise - c'est se répéter que de le dire une fois de plus, mais il y a bel et bien de ça. Par ailleurs, il est souvent plein de bons tuyaux en ce qui concerne ses divers métiers, et même s'il faudra payer, il peut être un allié fort intéressant, dans certains cas.

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, Allenby est loin d'être un antisocial. Généralement, ce sont les gens qui ont du mal avec lui, il dégage quelque chose d'un peu repoussant - pas forcément son odeur, bien que tout le monde néglige de temps à autre son hygiène et que c'est un jeune homme à la vie très active - mais de la compagnie ne lui pose jamais problème. Seulement, Allen' s'ennuie très vite, et cela va pour tout, y compris pour les relations humaines. S'il vous lâchait sans raison pour aller voir ailleurs, ce n'est pas qu'il n'avait aucune considération pour vous, mais simplement un besoin quasi-vital de nouveauté - il n'est pas compliqué d'imaginer les désastres apocalyptiques que furent ses relations amoureuses. Pour se justifier, il se dit plutôt explorateur, mais les autres sont plus prompts à entendre profiteur ou manipulateur ; ce à quoi on ne peut donner que raison, car il y a aussi de ça. Mais, ça ne signifie pas qu'il n'apprécie pas sincèrement un certain nombre de personnes. Pas toujours.
On se vexe d'autant plus quand on se rend compte qu'il ne nous reconnaît pas, or, ici, il n'y est pour rien. Allenby souffre de ce qu'on appelle prosopagnosie : il est incapable d'identifier et reconnaître les visages des gens qui l'entourent. Pour lui, ce n'est qu'une mare d'anonymes, et il ne distingue une personne connue d'un passant que par certains détails, très variables selon l'individu. Ne vous étonnez donc pas de le voir vous reluquer de bas en haut avec attention une fois en face de lui, dans son cas, ce n'est pas du mépris ou du jugement. Avec le temps, il est devenu très observateur, et détecte peut-être plus facilement des choses plutôt subtiles, aussi, il est sensible aux changements d'humeur des autres, même si les siens sont rares.

Allenby est agité de tocs et de manies qu'on ne lui découvre qu'après l'avoir côtoyé un certain temps, comme par exemple compter de huit en huit à haute voix quand il commence à sentir le stress monter - aussi bizarre que ça puisse paraître, ça le détend - ou bien sa façon de se masser frénétiquement les poignets quand il réfléchit. L'amour inconditionnel pour Judith, sa peluche à l'apparence d'un renard, à laquelle il parle de temps à autres de manière tout à fait sérieuse et qu'il traîne partout où il va, serait un point à noter. Il est carrément excentrique, adore se parer d'accessoires peu habituels, entretient une profonde fascination pour les objets brillants et tout ce sort de l'ordinaire. En effet, il souffre peut-être de légères névroses, et les sourcils se haussent quand on le voit faire, mais pas d'inquiétude il ne mord pas. Ou très rarement.

Passé, Présent, Futur

La découverte d'une vie pourrait être comparée à la lecture d'un gros livre, pour ne pas faire dans l'originalité. Mais il est une aventure assez intéressante, et à laquelle nous pourrions avoir le loisir de s'essayer : celle de prendre l'histoire en cours de route, ouvrir une page au hasard et voir où l'on en arrive.

Chez les McGoï, il était habituel d'entendre hurler et se quereller, à toute heure de la nuit et du jour. Les voisins, durant un temps, n'avaient cessé de les avertir, menacer de porter plainte, ou de régler le problème d'une quelconque façon. Maintenant c'était comme s'ils s'étaient habitués. D'un côté, ils comprenaient un peu cette mère célibataire qui devait élever seule un fils intenable et deux autres filles, qui, entre eux, ne s'entendaient même pas. Compassion oui pitié, en tous cas, ils lui laissaient un peu de répit - et elle en remerciait les dieux chaque soir de sa vie.

On était un jeudi, 18 heures passées. Dans la torpeur de l'hiver, la nuit s'abattait progressivement sur le port de Lerwick, et ce jour-là, les disputes étaient bien plus fortes que d'habitude.

- Mais qu'est-ce que j'ai fait pour avoir un fils pareil ?! Je n'en peux plus, Allenby, je n'en peux plus ! Tu n'as que dix-sept ans, et tu gâches déjà ta vie ! Tu gâches aussi la mienne au passage, d'ailleurs !

Elle pleurait, ne pouvant en supporter davantage. Le garçon leva les yeux au ciel, l'air pas si dérangé que ça.

- Je ne gâche pas ma vie, c'est toi qui en rajoute des tonnes, M'man.

- Tu vas te retrouver en prison, comment tu appelles ça toi ?!

Il haussa les épaules.

- Mais non, je me retrouverai pas en prison, tu racontes juste n'importe quoi !

Elle l'attrapa par le col et le secoua, lui hurlant au visage.

- Rends-toi compte un peu, Allen' ! La vie, c'est pas ce que tu penses, tu n'es pas invincible, tu n'es plus un petit garçon qui peut faire ce qu'il veut sous prétexte qu'il est trop jeune pour comprendre ! Je veux te protéger, moi, je voudrais, mais je ne peux pas ! Tu n'es pas un sombre abruti, tu sais que ce que tu fais est mal quand même ? Hein, dis-moi que tu le sais ?!

Son air désespéré, son visage ravagé par les larmes auraient dû ébranler le garçon. Mais il l'avait vu tant de fois. Cette scène, c'était un peu le refrain de la chanson de sa vie. Maintenant, il ne supportait plus cette femme qui craquait au moindre problème, cette femme qu'il avait lui-même poussée à bout mais sur qui il rejetait la faute. Allenby avait toujours été comme ça, de toute façon. Il n'avait jamais fait comme il fallait, et n'agirait même pas de la sorte pour faire plaisir à sa mère. Pourtant il l'aimait. Il l'aimait mais elle lui inspirait du mépris. Il en avait marre, lui aussi, de l'entendre toujours l'assommer de réprimandes.
D'un geste ferme mais pas brutal, il la fit lâcher prise et la repoussa légèrement.

- Laisse-moi un peu ! Combien de fois je vais devoir te le répéter ?! J'ai pas envie de vivre comme tout le monde, c'est tout ! Ce que tu prévoyais pour moi, c'était quoi ? Des études, puis un truc bien casé bien tranquille, vivre dans la routine en attendant paisiblement de mourir ? Ton destin prémâché peut bien aller se faire foutre ! Moi ce que je veux, c'est pas ça. Ouais, c'est pas louable ce que je fais, j'le sais, tu vois. La différence, c'est que j'en ai rien à faire ! Vous pouvez bien tous me haïr, pleurer sur mon sort, c'est juste que vous êtes incapables de me comprendre, de comprendre que moi, je suis mieux comme ça, et puis...

La porte de la maison s'ouvrit avec violence. Mme McGoï montrait du doigt la direction de la sortie.

- On est incapable de te comprendre ?! Sache que j'ai tout fait pour essayer, c'est toi qui ne comprends rien ! Je ne te supporte plus, alors maintenant Allenby, tu t'en vas faire tes conneries ailleurs, et tu sors de notre vie, à tes soeurs et moi !

On lisait, sur son visage, une profonde détermination. Elle ne plaisantait pas. Le jeune homme demeura interdit, totalement médusé.

- Tu me jettes dehors ?

- Tout de suite !

Il était calmé, soudain. Il n'avait jamais vu un tel regard venant de sa mère. Elle ne sourcillait pas.
L'ambiance avait changé, soudainement. Une tension sourde électrisait l'atmosphère, et le silence était pesant. Pour la première fois depuis des années, il allait se plier à un ordre. Parce qu'il savait, en la voyant, qu'elle ne reviendrait pas sur cette décision.

- Je... peux aller chercher des affaires ?

- Je te laisse dix minutes.

Et elle disparut dans la cuisine.

Comme prévu, dix minutes plus tard, la porte se refermait derrière Allenby, sans qu'il ait manqué de poser la main sur le compteur électrique pour faire sauter les plombs. Il s'était découvert de drôles de capacités depuis quelques années, en rapport avec l'électricité. C'était sympa, ça permettait de faciliter certains vols et parfois même de jouer des sales tours. Ne pas comprendre ces phénomènes ne le dérangeait pas tant que ça, de toute façon il ne savait pas vraiment s'en servir et c'était plutôt léger, il n'aurait pas même appelé ça des pouvoirs. Par moments, quand il le voulait vraiment, ça fonctionnait. Mais quelque chose lui disait de garder ça secret, ce qu'il avait toujours fait.
Il regarda autour de lui, un peu étourdi par les événements. Un léger sourire se dessinait sur ses lèvres tandis qu'il encaissait le choc.

Quel début explosif pour une nouvelle vie !

Il jeta un regard à la peluche dans son sac.

- Eh ben Judith, maintenant, on va vraiment s'amuser.

Et si l'on tournait une petite centaine de pages ?

Allenby se réveilla entouré de murs d'une blancheur à vous en brûler les rétines.

Il cligna des yeux, totalement dans le gaz. Un respirateur artificiel collé au visage, des tas de douleurs dans quasiment tout le corps - surtout la tête, entourée de bandages - et couché dans un lit sans réussir à bouger. Waouh, il avait dû faire fort cette fois-ci, parce qu'en plus il ne se souvenait plus de comment il s'était retrouvé là. Un rêve ? Probablement pas. Il avait réellement mal, et le côté onirique de sa vision ne devait être dû qu'à un choc intense.

« ...veillé ! ....voir... Le ty....eillé ! »

Il se demanda à qui appartenait la voix qui piaillait de bribes de phrases incompréhensibles juste à côté de lui. Deux visages vinrent se placer juste en face de lui. Deux visage de jeunes filles parfaitement identiques. Elles parlaient, le reluquant de leurs grands yeux, mais il n'entendait que des babils suraigus qui venaient danser la valse dans son crâne et piétiner ses tympans sans ménagement.
Finalement c'était peut-être un rêve. Ou bien un délire lié à la drogue.

Un médecin au regard sévère se pointa. Les deux jeunes filles se poussèrent tandis qu'il s'approcha et adressa quelques mots au jeune homme. Il ne comprenait rien du tout, c'en devenait inquiétant. S'il avait été en meilleur état, il aurait paniqué. Au lieu de ça, il se contenta de fermer les yeux et de se replonger dans un sommeil comateux.

Hum, la dizaine de pages qui va suivre n'est guère intéressante - qui a envie de voir défiler des tonnes d'examens médicaux, de diagnostics, et surtout des heures de sommeil et de délires dû au choc sans qu'il ne se passe réellement grand-chose ?
Passons-les donc.



Allenby inspira fort. Derrière lui, le chirurgien qui le suivait et les jumelles qui étaient là à son premier réveil. On lui avait expliqué qu'elles l'avaient retrouvé sur le bord d'une route, dans un état critique, et avaient alors eu le réflexe d'appeler les secours. Elles se prénommaient Laura et Alicia, et elles étaient là tous les jours depuis. Mais on ne savait pas ce qui lui était arrivé, et un grand trou noir remplaçait ces moments, dans sa tête. Il ne s'en sortait pas indemne : le choc intense reçu au crâne avait touché une zone sensible, il avait perdu la parole pendant tout le mois précédant et commençait tout juste à recouvrer ses capacités de communications. De plus, il souffrait d'un mal ignoble à reconnaître les personnes qu'il voyait tous les jours en se fiant uniquement à leurs visages, fait étrange mais qu'il n'osait pas aborder. Cela finirait par se résorber, probablement.

À ce moment-là, il était face au miroir, quatre paires d'yeux, dont les siens, rivées sur son reflet. Sa mâchoire, en miettes, avait dû subir plusieurs opérations, et les bandages allaient enfin pouvoir être retirés. Il était anxieux, le médecin ne s'était pas montré particulièrement optimiste au sujet de l'aspect que ça aurait. Surtout très flou, en fait.

- On vous laisse faire, Allenby ? Questionna-t-il.

Pas de réponse. Un long silence s'ensuivit, puis le jeune homme pris son courage à deux mains : il défit l'attache et fit tomber le masque.
Ce n'était pas réjouissant.

En se voyant, il resta bouche-bée. De grosses cicatrices rouges, gonflées, lui barraient le bas du visage. Il était comme lacéré, ses traits fins barrés de coups de scalpel. D'accord, ça n'avait pas encore le temps de cicatriser correctement, comme le précisa le docteur. Mais il savait qu'il porterait ces marques à vie, et elles lui paraissaient juste insupportables, plus encore lorsqu'il songeait au fait qu'il ne savait même pas d'où elles lui venaient réellement, pourquoi les docteurs en étaient venus à le charcuter de la sorte. Il n'avait jamais cherché à tout savoir, mais l'ignorance, ce jour-là, l'accabla.
Sous les regards dépités des jumelles et les explications du docteur qui, à son sens, ne signifiaient rien, il retourna s'allonger dans son lit, enfermé dans un mutisme total.

***

Quand il sortit de l'hôpital, Allenby n'avait aucune idée d'où aller. Ce furent Alicia et Laura qui le récupérèrent ; elles ne l'avaient pas lâché depuis qu'ils s'étaient "rencontrés" et s'y refusaient catégoriquement. Attachées à lui... bah voyons, il peinait à y croire, mais il n'allait pas cracher sur un peu d'hospitalité. Le chapitre de sa vie qu'il venait de traverser l'avait secoué, il se sentait faible et perdu. Plusieurs séquelles découlaient de son mystérieux accident - en était-ce vraiment un ? - en plus de ses cicatrices, pas beaucoup moins laides qu'au début. La plus importante, une partie du cerveau avait été touchée, et il développerait par la suite ce qu'on nomme prosopagnosie ; pas mortel, mais dérangeant dans la vie de tous les jours. Aucun moyen de guérir cette maladie, il devrait vivre avec. Aussi, certains points de se personnalité - tics et autres bizarreries - s'étaient considérablement développés, là non plus on n'y pouvait médicalement pas grand-chose, puisque le garçon refusait de se rendre chez un psychiatre. Par chance, il n'y avait quasiment aucune lésion au niveau moteur ; un miracle.

Il n'allait pas abandonner son train de vie pour autant, mais peut-être faire une légère pause et se calmer un temps sur le danger. Et puis, avec ces deux-là dans les pattes, ça risquait de se compliquer.... Il verrait bien.
Cependant, une pensée lui traversa l'esprit. Sa mère n'avait pas totalement tort, ce soir-là : la vie, ce n'était pas ce qu'il croyait.

Au loisir de sauter encore quelques centaines de pages si on le désire ; la vie avait repris son cours, Allenby ses activités frauduleuses malgré les deux tiques qui s'accrochaient encore à lui - même après avoir mieux cerné le personnage - et il ne serait franchement d'aucun intérêt de s'attarder là-dessus. Venons-en directement à ce qui est susceptible de servir pour la suite.




En ouvrant les yeux, il eut peur de se retrouver de nouveau dans une chambre d'hôpital. Mais il se rendit compte que la situation était bien différente : il était debout, dans un lieu absolument inconnu, seul avec un sac d'affaires dans une main, et une lettre dans l'autre. Après avoir, par réflexe, vérifié la présence de son masque sur le visage - offert par les jumelles deux ans auparavant - et de Judith sur son épaule, il ouvrit le mystérieux cachet.

Cher descendant,
Tu as été amené ici en raison de tes pouvoirs surnaturels. Tu ne pourras pas quitter ce lieu, ne devra pas essayer de le quitter. Nous avons essayé de recopier autant que possible le monde extérieur d’où tu viens. Nous espérons que tu ne seras pas trop dépaysé. Intègres toi aussi bien que possible dans ce monde où seuls les habitants te seront étrangers. Nous cherchons juste à te protéger et à préserver l’équilibre du monde.

A.



Il comprit tout de suite de quoi la lettre parlait, au sujet des pouvoirs surnaturels. Alors c'était ça, ses étranges capacités ? Waouh, ça partait plus loin qu'il ne le pensait. Il avait appris à mieux les maîtriser, avec le temps, et un peu mieux compris comment elles fonctionnaient. Franchement, il aurait pu croire à un rêve, mais se sentait bien trop éveillé pour ça. C'était la réalité, il le savait, il le sentait. Et quelle drôle de réalité !

Maintenant, comment faire ? Où aller ? On le lâchait dans la nature, comme ça ? Comment était-il arrivé là ? Il y avait des centaines de questions à se poser, si bien qu'il préféra, au final, ne pas réfléchir. Hormis ses deux seules réelles amies, il ne laissait pas grand chose derrière lui. Il eut un pincement au coeur en pensant à elles, ces pauvres filles allaient se demander où il était passé.
Bah, elles survivraient très bien sans lui.

Il fit donc son premier pas sur l'île d'Awashima, son intérêt vivement stimulé par toutes ces possibilités, ce nouveau monde qui s'ouvrait à lui.
Peut-être même allait-il se plaire, ici.



Dernière édition par Allenby McGoï le Dim 15 Fév 2015 - 21:01, édité 12 fois






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allenby McGoï - The lucky thief   Sam 7 Fév 2015 - 21:02

La bienvenue à toi et amuse-toi bien parmi nous !
(Faë : quoi ? Encore un voleur ! Pff, j'parie qu'il m'arrive même pas à la cheville !)

Bon courage pour ta fiche ! ^^




Kurai's theme :

Kurai's battle theme :


En savoir plus:
 
avatar


Masculin Date d'inscription : 25/08/2014
Occupation : Etudiant en 2e année en informatique. Mi-temps dans une librairie
Sexualité : Hétérosexuel/Jessophile
Messages : 1400

Carte de Jeu
Familiers: Indra
Deuxième magie: Fujin

Voir le profil de l'utilisateur

13 ★ - Ultimate


MessageSujet: Re: Allenby McGoï - The lucky thief   Sam 7 Fév 2015 - 22:26

Chalut ! Bienvenu sur le fow :3 Les voleurs ont la côte ici, on viendra encore dire que ce n'est pas une prison e_e (en plus, il a l'air louche avec son masque, encore un malade... Les rues sont de plus en plus infréquentables *soupir*)

Je valide ton code, bon courage pour la suite de ta présentation :3


La sorcière de glace

Elina's theme


Infos supp':
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/08/2014
Occupation : Kami
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 1241

Carte de Jeu
Familiers: Fenrir
Deuxième magie: Kagutsuchi

Voir le profil de l'utilisateur

▲ Kami ▼


MessageSujet: Re: Allenby McGoï - The lucky thief   Sam 7 Fév 2015 - 23:15

Bienvenue à toi, petit délinquant.






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allenby McGoï - The lucky thief   Dim 8 Fév 2015 - 0:15


Merci à vous trois  ^^ (mince, moi qui espérait faire un truc un tant soit peu original, c'est raté xD) Faë, je ne sais pas qui tu es mais sache que je suis désolée de te faire la concurrence, mais faut bien hein ! (8

J'essaye de terminer tout ça au plus vite ~






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allenby McGoï - The lucky thief   Ven 13 Fév 2015 - 8:22

Bienvenu parmi nous ! o/
J'adore le perso de ton vava, en plus ton kit est so classe *^*
Bon courage pour ta fiche, à bientôt ♥






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allenby McGoï - The lucky thief   Sam 14 Fév 2015 - 13:06

Bienvenue ♥
Bon courage pour terminer ta fiche !
N'hésite pas à contacter le staff si tu as besoin de quelque chose ♪


Couleur : #F99271 - Modération : #8FCF3C


avatar


Féminin Date d'inscription : 15/08/2014
Occupation : Etudes d'informatique | Barmaid
Sexualité : Kuraisexuelle
Messages : 2140

Carte de Jeu
Familiers: Raitei {chien de foudre}
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: Allenby McGoï - The lucky thief   Dim 15 Fév 2015 - 21:05

Merci aussi :3 (omg le mec de La Planète aux Trésors, enfance que fais-tu ici ?! xD)

Valà valà, petit up au passage pour dire que j'ai terminé ! J'ai un peu rushé sur l'histoire, c'est long et pas terrible... désolée pour la personne qui me lira, mais je voulais plus que cette présentation traîne x)

En espérant que c'est bon ~






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Allenby McGoï - The lucky thief   Mer 18 Fév 2015 - 21:18

Chalut :3

Pour moi, c'est correct, je te valide donc^^

Penses à aller te recenser, et à demander un logement (mais t'approches pas d'moi, s'pèce de fou èwé)


La sorcière de glace

Elina's theme


Infos supp':
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/08/2014
Occupation : Kami
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 1241

Carte de Jeu
Familiers: Fenrir
Deuxième magie: Kagutsuchi

Voir le profil de l'utilisateur

▲ Kami ▼


MessageSujet: Re: Allenby McGoï - The lucky thief   







Contenu sponsorisé


 

Allenby McGoï - The lucky thief

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 02. Gay Thief, really?
» Lucky Light
» GRACE & SWANN ▷ One day, you will be lucky. Maybe... Not sure.
» presentation de lucky luke
» La nature fait parfois bien les choses. [Shane Smith/Lucky Blue]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: Hors-RPG :: Archives :: Dossiers Archivés-
TOP