Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
♦ Miccah Nightwalker ▬Auteur
MessageSujet: ♦ Miccah Nightwalker ▬   Ven 29 Mar 2013 - 20:06






Prénom(s)
& Nom





Carte d'identité ;
♦ Nom & Prénom(s) : Miccah Nightwalker
♦ Sexe :
♦ Date & Lieu de naissance : Dans les bras de sa maman, le 2 janvier 1995.
♦ Nationalité : Nippone et Galloise
♦ Orientation sexuelle : Amoureuse du genre humain. C'est encore mieux s'il a des seins.
♦ Personnage sur l'avatar : Iroha Nekomura - VOCALOID / AHS SOFTWARE © Sanrio Corp.

♦ Section : L
♦ Spécialité : Langue Vivante yeah!
♦ Division : Première année

♦ Profession : Pour les civils & membres du personnel uniquement //!\\
0

Nous sommes ce que nous sommes...
Huhu, mais à quoi ressembles-tu ? ♦

I look like...

Miccah ? Son physique... Eeeeh... C'est simple, deux yeux une bouche un nez et tout ce qui constitue un être humain ! Et elle a eu un appendicite. Enfin bon.

Tout d'abord : Miccah est de taille moyenne.

Elle a un visage d'albâtre, qui rougit par paquets du côté des yeux et du front, surtout. C'est pour ça qu'elle est amatrice du blush à paupières et qu'elle coiffe ses cheveux lisses et irisés de cette manière : en frange sur les sourcils, les oreilles protégées par de longues mèches, et une queue de cheval basse.
Ses grands yeux sont marron clair à première vue, mais si vous y regardez de plus près, de profondes teintes dorées et ambrées se sont amusées autour de ses pupilles. Le tout est surmonté par des sourcils fin, des cils un peu courts, et des paupières bombées qui lui font plisser ces beaux yeux. Son nez recourbé lui donne un air mutin.

Elle a un grand sourire, le plus souvent dissimulé en petite moue narquoise et réfléchie. Une discrète canine pointue peut s'afficher entre ses dents alignées, l'espace d'un instant, si on y fait attention. Elle a les lèvres gercées, et ne peut s'empêcher d'y planter les dents lorsqu'elle est anxieuse.
Miccah a de beaux bras ainsi qu'un cou fin. Elle met un point d'honneur à s'épiler souvent, vouant une guerre sans merci au moindre poil qui aurait le malheur de pousser sur son corps. Par chance, elle n'a jamais eu le moindre poil sous les bras. On ne peut pas en dire la même chose pour ses jambes... La pauvre !
(ou pauvre poil, au choix)

Elle est fière de ses mains et s'évertue à peindre chacun de ses ongles aussi audacieusement que possible. Et elle aime ses hanches, juste assez larges pour qu'elle puisse balancer son fessier de gauche à droite et que d'autres en suivent le mouvement en bavant.

La finesse de ses hanches ? La douceur de sa peau ? Elle les a acquises avec beaucoup, énormément d'efforts. Tout ça pour plaire à quelqu'un... Quant bien même elle un excellent sens de l'équilibre, Miccah a horreur des talons ou escarpins qui rendent ses chevilles fragiles, et porte le plus souvent des petites chaussures plates. Ça ne met pas en valeur ses longues jambes, malheureusement... Les seules plateformes qu'elle s'autorise sont de longues bottes blanches ou noires, qui justement, dissimulent cette paire de guibolles.

Chez Miccah, les accessoires sont de mise. Elle adore les rubans et les liens fleuris qui foisonnent dans ses cheveux. Elle tartine ses mains de crème pailletée et veille à ce que tout dans sa tenue soit assorti. Elle peut parfois avoir des tonnes de bracelets en toc jusqu'à la moitié de l'avant-bras, pour revenir le lendemain dans un accoutrement si sobre qu'on croirait le décès d'un de ses proches.

Sa mère, étant maquilleuse à ses heures perdues, lui a transmis la passion de peinturlurer les visages de couleurs vives. Miccah est belle et elle le sait; voilà pourquoi elle aime se mettre en valeur. Elle sort le grand jeu lors des évènements les plus importants, coupant le souffle à n'importe qui.

Le matin au lever, deux gros épis apparaissent de deux côtés de son crâne, au dessus des oreilles. Et lui font comme des oreilles de chat. Malgré ses efforts, elle ne peut les aplatir ! C'est une nullarde en ce qui concerne les tifs, la laissant parfois en pleurs lorsqu'elle ruinait ses cheveux à l'aide d'un lisseur.

Est-ce assez ? Avez-vous situé le physique de Miccah ?

In her head ♦

Sweet temper...

Miccah, c'est une fille enjouée, avec toujours un tout petit sou en poche pour dépanner les copains. Le cœur sur la main, oserai-je dire. Bizarrement, elle reste soit en solitaire, soit en duo avec une personne. Les grosses foules, ok, mais de loin ! Elle n'ose imaginer le public comme étant, un public; plus comme des ananas à qui il est facile de déblatérer des bêtises.
En revanche, ça ne la dérange absolument de chanter un peu pour les gens. Il lui suffit de fermer les yeux et de masquer son angoisse avec un sourire éclatant dont elle a le secret. Elle parle d'une voix suave et profonde, tressaillant de trémolos lorsqu'elle s'émeut.

En parlant d'émotion : c'est une froussarde. Elle fuit toujours lorsque la situation se corse. Elle adore les choses mignonnes et exècre les araignées, les serpents, les cafards, les hannetons, les crocodiles, bref, tout ce qui peut faire peur.

C'est une fille assez tactile, qui s'écrase toujours contre le bras d'une connaissance afin de faire plus ample connaissance.
Souvent avec des filles plus âgées.
Oh, de quelques années seulement. Miccah ne tape pas dans le troisième âge. Elle s'amourache facilement de personnes plus grandes et plus matures qu'elle. Ce qui n'est pas si difficile à être.

Ce sourire tour à tour narquois ou éblouissant manifeste en réalité une couverture. Miccah est en fait quelqu'un d'assez réfléchi et posé. Seule, un air soucieux creuse constamment son front tandis que les plans foisonnent sous son crâne.
Elle n'est pas une manipulatrice, loin de là ! Simplement calme au plus profond d'elle, quand la situation l'exige. En cas de crise, il y a une chance qu'elle s'enfuit pour sauver sa peau, ou alors garder la maîtrise d'elle-même et secourir toute la troupe.

C'est une gamine généreuse, sauf en ce qui concerne l'amour. Elle est assez jalouse mais refoule toujours l'amertume au fond d'elle, ne dévoilant à personne ce côté sombre qu'elle possède, préférant constamment montrer la face visible de la Lune.



I'm magic ~
Le pouvoir ;

♦MÉTAMORPHOSE ANIMALE
♦ Type de clé : Noire
♦ Description de votre pouvoir : Pouvoir de se transformer en chat abyssinien de couleur irisée
Particularité ;

Métamorphose émotive
Ce pouvoir ne s'active réellement qu'après une frayeur. D'autres chats la suivent souvent, d'ordinaire, tapis dans l'ombre. La nuit, tous les chats sont gris; enfin, sauf Miccah. Une fois métamorphosée, le chat abyssinien qu'elle devient baigne d'une clarté irisée, corail. Un pelage original, pour ainsi dire.

Passé ; Présent ; Futur

Neko story

- Mic-cat ? Lève-toi, ma puce.
- Hmmm...
Une longue complainte ensommeillée répondit. La petite forme sous les couvertures se mit à se mouvoir, avant de se rouler en boule, au déplaisir de Luca.
- Miccah. Debout, chaton, murmura la femme en passant une main affectueuse sur le petit corps prostré sous la couette. Tu as école.
- Veux pas y aller, M'man, marmonna Miccah, huit ans. La prof est méchante avec moi.
Luca gloussa.
- Comment ça, méchante ? C'est pas plutôt toi qui lui fait des blagues tout le temps ?
Silence honteux. La tête rose s'extirpa des draps. Miccah plissa les yeux.
- Ouh, ma chérie, tu as une tête affreuse, remarqua Luca alors qu'elle ouvrait les volets. Tu n'as pas l'air d'avoir dormi. Que t'est-il arrivé ? Tu as dansé la rumba dans ton lit ou quoi ?
Un sourire endormi étira les lèvres de Miccah. Elle secoua la tête.
- Nope, M'man. J'ai rêvé que j'étais un chat.
Luca, n'écoutant qu'à demi, ramassa les vêtements en vrac dans la chambre de sa fille.
- Hm hmm ?
- Et j'ai même joué avec d'autres chats... Ils m'appelaient Princesse Miccah !
Miccah huit ans balança ses jambes par-dessus son lit, mit ses vêtements l'un après l'autre, but un lait au chocolat, se brossa les dents, se lava le visage puis se laissa brosser les cheveux sans cesser ses gazouillis, emplissant de ce fait leur petit appartement situé à Abertawe. Le bavardage de Miccah apaisait Luca, mais sa petite fille ne cessait de la surprendre en sautant de l'anglais au gallois, sans compter qu'elle s'exprimait souvent en japonais.
Langue de son père.

Luca était tombée amoureuse d'un Japonais, Hiroto, alors qu'elle étudiait en dernière année à l'Université de sa région. Leur idylle avait duré le temps de quelques mois, à peine. Et cela avait suffi pour Luca d'avoir le cœur brisé et un petit habitant sous le nombril. Le papa parti, retourné au Japon sans désir de reconnaître l'enfant, Luca était devenue maman célibataire, écumant les pubs en tant que serveuse. Elle avait fini par amasser un maigre pécule, désirant ardemment garder la petite fille née entre-temps.
Aujourd'hui, Miccah était sa vie entière. Un chérubin potelé aux mains tendues vers elle. Et jamais elle ne supporterait de la perdre.

- Je ne peux pas t'accompagner aujourd'hui, Mi-chat, expliqua attentivement Luca, accroupie à hauteur des yeux de Miccah. Tu pourras te débrouiller pour aller à l'école ?
- Bah oui, t'inquiète pas ! s'exclama la petite. C'est pas loin, et je peux pas me perdre, je n'ai qu'à suivre les navettes jaunes.
- Tu parles des bus de ramassage scolaire ?
- Oui, enfin, si t'appelles ça comme ça Maman.
Luca hocha la tête. Elle ébouriffa les cheveux de sa fille et se releva, tapotant son chemisier pour défaire les plis persistants.
- Je dois filer, Miccah. On se voit à quatre heures et demie ! Ne fais pas de crasses à ta maîtresse !
Elle s'empara de son sac à main, enfila son manteau et claqua la porte derrière elle. Miccah jeta un coup d'oeil à l'horloge. Huit heures mois cinq, et l'école commençait à vingt-cinq. Elle ferait mieux de se préparer. La petite referma son sac à dos Hello Kitty, referma son manteau contre son menton, pour se protéger de la bruine glacée qui s'abattait sur Abertawe.

- Beuh, y fait moche, pesta Miccah en tirant la langue au ciel blanc. J'aime pas l'eau.
Elle renifla, ferma la porte à clé derrière elle. Une fois sûre que le cordon de ses clés était bien enroulé autour de son cou, elle pressa le pas vers la direction de l'école, espérant rencontrer une de ses amies, peut-être Camilla. Camilla aux beaux yeux verts et au cache-oreille Hello Kitty et que tout le monde trouvait jolie et qui avait des cheveux magnifiques et Miccah était sûre que Luca saurait comment la maquiller pour que Camilla ressemble encore plus à une princesse.

Gyrrwch yn ofalus os gwelwch yn dda, disait un panneau. Conduisez prudemment. Miccah accéléra le pas. Elle avait vraiment envie de voir Camilla, même si Camilla ne lui accordait aucune attention.

- Miaou.
Miccah tourna la tête, brusquement.
- Miaouuuu.
Un chat, paresseusement étalé de tout son long, près d'un horodateur, la surveillait en miaulant plaintivement. Miccah fronça les sourcils. Il n'avait pas l'air méchant, mais la petite fille ne voulait vraiment pas être en retard. Elle haussa les épaules et continua sa route.
- Meow.
- Miaw !
- Mreeeow...
Une sueur froide roula entre les omoplates de la petite. Une bonne vingtaine de chats l'observaient, perchés sur des capots de voitures encore chauds, des murets ou dressés sur leur séant. Tous miaulaient en cœur, créant une cacophonie désagréable. Miccah grommela.
- Qu'est-ce que vous me voulez, les minous ?
La horde de chats l'entoura, avant de s'élancer en file indienne à travers un terrain vague. Cinq ou six restèrent pour la surveiller de leurs yeux ronds. Comme pour l'enjoindre de les suivre.
Miccah jeta un coup d’œil à sa montre... Un proverbe anglais dit que c'est la curiosité qui tue le chat. Or, Miccah était curieuse comme pas un. Elle se lécha nerveusement les lèvres et emboîta le pas aux félins.

Une serveuse courait dans tous les sens. C'était l'heure du déjeuner, et les clients affluaient en masse; il s'agissait surtout d'ouvriers affamés qui profitaient de leur pause, en ciblant ce petit restaurant esseulé au milieu de ces usines.
- Luca, téléphone pour toi ! s'écria une femme au comptoir.
Luca s'essuya le front du poignet, étonnée. Qui pouvait bien la téléphoner ? Elle colla le combiné contre son oreille.
- Helo ? dit-elle, en gallois.
- Helo, Mrs Nightwalker ? Je suis Miss Brown, la maîtresse de Miccah...
- Oh, bonjour... I- il y a un problème ?
- Nid yw, je voulais savoir si Miccah était avec vous...
- A- avec moi ? s'écria Luca. Pourquoi serait-elle avec moi ? Elle est censée être avec vous, non ?
- J- je pensais qu'elle était malade...
- Elle n'est pas venue à l'école ?!
- Non, Mrs. Je ne l'ai pas vue en classe ni à l'école depuis ce matin.
- Seigneur...

Miccah avait suivi les chats.
Ils entraient par des entrées secrètes, où un adulte n'aurait jamais pu entrer. Ni même un enfant; mais Miccah suivait les mouvements des animaux de l’œil et tentait de les imiter. Oh, elle ne le faisait pas avec autant de grâce, bien sûr, mais cela suffisait à garder le rythme. Ce ne fut qu'au bout de nombreuses minutes qu'elle se sentit percluse de courbatures. Là seulement, les chats entrèrent dans un conduit d'aération qui ne donnait nulle part: du moins, nulle part qui soit visible pour la petite fille. Elle tourna la tête. Elle ne connaissait absolument pas le quartier ! Comment allait-elle faire pour rentrer ? En plus, elle était sûre d'arriver en retard. Mrs Brown lui mettra un point rouge dans son carnet et Camilla rira doucement, penchée vers Kayleigh tout en glissant ses doigts dans sa longue chevelure lustrée.
Elle n'aurait jamais dû donner libre cours à cette lubie. Miccah soupira et remonta son sac sur son dos. Elle allait repartir, quand un chat miaula plaintivement. Elle fronça les sourcils.
- Ah non ! Je n'vais pas me laisser amadouer par vous, les minous ! A cause de vous, j'ai raté l'école !
Un chat tigré s'approcha d'elle, se dressa sur ses pattes arrières et lui planta les griffes à travers le pantalon. Il miaula à s'en briser les cordes vocales, mais n'obtint aucune réponse. Miccah serrait les dents et refoulait les larmes de douleur. Bon sang ! Et Maman le lui avait dit, fais attention aux chats, dans leurs griffes il y a des microbes qui font gonfler la peau !
- Viens avec nous, semblait dire le chat.
Alors Miccah hocha la tête, les joues gonflées. Elle se glissa dans le conduit noir comme un four, à quatre pattes et le sac à dos bringuebalant.

♪ CATS ♫ EV'RYWHERE ♪

Elle finit par arriver dans une sorte de salle au plafond bas. Un chat au pelage irisé trônait au milieu, entouré d'autres félins de divers pedigrees. Le chat ouvrit un œil doré, contemplant paresseusement l'intruse éberluée.
- Bah alors ? balbutia-t-elle.
Elle jeta un coup d’œil en arrière, l'espace d'un instant. Quand elle reposa son regard sur le chat, il n'y était plus.
Miccah sentit une masse ronronnante s'écraser contre sa poitrine. Elle l'empoigna, et au lieu de l'éloigner d'elle, Miccah l'agrippa.
Fugace moment où toute sa vie changea. Le chat disparut en une explosion de lumière, et Miccah cligna les yeux. Sa vision avait complètement changé. Tout était flou. Mû par un instinct implacable, la petite fille s'enroula autour d'elle-même, la tête reposant sur les avant-bras, et s'endormit.

MEANWHILE...

Une aire d'autoroute, située à proximité du lac de Conwy.
Luca se passa les mains sur le visage. Elle effaça vainement les traces de fond de teint restant, et inhala un grand coup. Son reflet lui renvoyait l'image d'une jeune femme pâle et fatiguée. Constamment angoissée.
Voilà trois mois que sa petite fille avait disparu.
Elle n'avait rien pu faire, la police n'avait rien pu faire; tous des incapables qui ne pouvaient retrouver la trace d'une enfant de huit ans. Des idiots.
Mais dans ce cas, elle aussi était une idiote.
Luca ne pouvait plus fermer l'oeil, la nuit. Où était Miccah ? Où était sa fille ? Elle imaginait déjà son rayon de soleil violé, éventré, massacré jusqu'à ce que son petit corps soit méconnaissable. Abertawe était éloigné de tout. D'Europol, en tout cas; et même eux n'avaient aucun indice. Rien qui aurait pu les aider.
Elle gémit et se recroquevilla. A sa droite, un homme encapuchonné lui adressa un regard ennuyé. Il lui tendit une plaquette de pilules orange vif; un sourire mollasson étirait ses lèvres.
- Tiens, prends. Ça te fera du bien.
Lèvres pincées, elle considéra les médicaments un instant.
- C'est quoi ? lâcha-t-elle.
- Des amphétamines... Juste de quoi te donner du peps...
Elle fronça les sourcils.
- Ça m'étonnerait... Si c'est de la drogue de synthèse...
L'homme, dans la trentaine, s'appelait Abraham. Il était sans-emploi, mais Luca le connaissait bien pour vendre de la bière non frelatée dans les rues sombres d'Abertawe. Abraham poussa un cri d'horreur.
- Ce n'est pas de la drogue de synthèse, Luca ! C'est... des méta-amphétamines. C'est pour...
- Me donner du peps.
- Voilà, c'est ça.
- C'est toi qui l'a créé ?
- ...Oui, Luca, c'est moi, j'ai baptisé ça le speed...
- Du speed, hein ?
Luca défit une plaquette et fit rouler une pilule fluo entre ses doigts, concentrée. La couleur lui plaisait; elle était chaude et affolante. Comme sa petite fille... Oh, si seulement elle pouvait la retrouver... Juste sentir ce parfum sucré que portait son bébé sur elle...
- Tu as de l'eau ? dit-elle à mi-voix.

neko~nyan

Miccah ouvrit un œil.
Quelque chose annonçait une autre. Les autres chats dans la pièce sombre se levèrent en même temps. Ils la conjurèrent de sortir. Princesse Miccah ! Sortez. Alors la princesse s'étira de tout son long, paresseusement, en baillant tranquillement. Une fois pleinement décontractée, elle foula le sol d'un pas impérieux le long du conduit noir.

Elle ne sait plus très bien comment elle a fini par atterrir devant chez elle. Ni comment elle est passée du mode "chat" à mode "Miccah". En tout cas, un clignement d'oeil avait suffi. La petite avait toujours la clé, la porte s'ouvrit en grinçant. Son appartement était en piteux état. Les rideaux étaient tirés, la poussière s'accumulait partout. Elle toussota.
Combien de temps ? songea-t-elle. Elle cliqua la langue dans sa bouche pâteuse et fit le tour des lieux. La chambre de sa mère était en désordre complet, et la sienne était restée inchangée. Il y avait toujours le poster des Spice Girls et celui de Flipper le dauphin. Et ses chaussures préférées qu'elle mettait pour le dimanche, glissées sous le bureau.
Mais la chambre de Maman était sens dessus-dessous... Qu'avait-il bien pu se passer ? Miccah pencha la tête sur le côté et huma l'air. Même son odeur avait disparu.
Soudainement il y eut du bruit dans l'autre pièce. Des pas. Miccah resta droite comme un i, s'attendant à accueillir sa mère, des cernes sous les yeux mais un sourire fatigué aux lèvres pour la rassurer.
Mais c'est un homme qu'elle voit. Un homme dans la quarantaine, aux épaules affaissées et un bonnet enfoncé sur le crâne. Un homme avec un sac plastique et la bouche arrondie d'étonnement.
- Qui... qu'est-ce que ce... bordel...
Ca fait vraiment longtemps, elle pense, que Miccah n'a pas entendu de voix humaines de si près. Elle dresse l'oreille.
- Mais... Comment... Comment t'es rentrée, balbutie l'homme en posant le sac plastique au sol. C'est fermé depuis...
Soudain, ses yeux s'écarquillent et il recule d'un pas, pâle comme un linge.
- Miccah ! Miccah, c'est toi ?!
Elle se fige alors que le nom de l'homme lui revient en mémoire.
- Abraham, croasse-t-elle. Où est-elle ?
Il suffoque et tombe à genoux. Miccah se contente de l'observer avec froideur.
- Où est-elle ? répète-t-elle, avec plus d'assurance.
Abraham secoue la tête et tire son bonnet miteux pour le presser contre sa poitrine.
- Abraham. Réponds.
- Viens, Miccah... Viens avec moi, articule l'homme entre ses respirations hachées.

Il lui a passé une écharpe autour des épaules et l'a amené devant un grand bâtiment carré et à l'odeur aseptisée de la mort. Il est gris et laid. Tout comme Abraham. Miccah ne sait plus pendant combien de temps ils ont marché la tête baissée avant de lever le regard vers les hautes fenêtres.
- Elle est là-bas, indique-t-il du bras. Quelque part dans ces pièces.
- Je vais la voir, dit Miccah.
- Tu ne peux pas.
- Pourquoi ?
Son regard s'assombrit un peu.
- Miccah, tu as disparu depuis sept ans. Ta mère n'a jamais perdu espoir, mais... Elle a dû... Prendre des substances pour se maintenir en vie...
- De la drogue, tu veux dire, fait sombrement Miccah, le coeur serré.
- ... C'est ça...
- Et maintenant, elle est là. Et là, c'est quoi ?
- Un asile psychiatrique.
- Et je ne peux pas la voir ?
- Elle est devenue folle, Miccah.
L'homme tire sur sa veste et dévoile le haut de son torse. Une cicatrice boursouflée mais étrangement bleue lui barre les clavicules.
- C'est Luca qui m'a fait ça dans ses accès de fureur, Miccah. Elle te fera du mal.
- Maman ne me ferait jamais de mal...
- Elle a changé. Tout ça à cause de toi.
- Parce que j'ai disparu ?
- C'est pour ça. A cause de toi.
Elle sent qu'il y a autre chose qu'Abraham lui cache mais le remords est trop lourd et les larmes trempent ses joues glacées. Elle sanglote et il l'attire contre sa poitrine, sa main de fer lui broyant l'épaule.
Il faisait froid. Quel mois était-ce ?
- Qu'est-ce que je vais devenir alors ?
- C'est le social qui va te récupérer...
- Non ! Pas le social ! crie Miccah.
Elle se rappelle de ce mot même si elle ne sait plus ce que ça veut dire. Sa mère en avait extrêmement peur et une fois, le social l'avaient enlevée et mise dans un endroit avec pleins d'enfants léthargiques. Maman était revenue après pour la serrer très fort dans ses bras et insulter le social.
Elle ne se laissera jamais prendre par le social.
- Prends-moi avec toi Abraham, plaide-t-elle.
Il hoche la tête.

♦iclimbtodragonskai♦

- T'es un putain de maquereau ! éclata une voix.
- AbraMac pour te servir, darlin'~
Il y eut une rafale de rires et une prostituée ramassa ses affaires avant de quitter la pièce. Miccah sortit de l'ombre et coula un regard cuivré sur Abraham, assis sur le lit, un drap posé sur ses genoux.
- Tiens, chaton, murmure-t-il.
Elle vient, arque le dos et il lui caresse doucement les cheveux, d'avant en arrière. Elle ronronne, mais pas trop.
- Va-t-en, j'ai d'autres chats à fouetter, grogne une femme aux cheveux bouclés à côté d'Abraham.
Il se lève et transporte Miccah dans ses bras, traverse la pièce et referme la porte. Déposant la jeune fille au sol, il l'observe d'un oeil sévère alors qu'elle s'étire.
- Ton pouvoir m'effraie, avoue-t-il. Tu ne sais même pas comment le contrôler.
Elle cligne de l'oeil et sa queue bat mollement l'air en irritation. Elle se campe au sol.
- Je sais, crache-t-elle. Je déteste ce... cette malédiction...
- Tu ne sais pas où tu étais pendant toutes ces années ?
- Je t'ai déjà dit, je ne me rappelle pas, Abraham...
- Tant mieux, grogne l'homme. Parce qu'un gars m'a appelé. J'ai cru qu'il était de la police. Mais il m'a juste dit que j'étais un... recruteur ou quelque chose du genre. Tu sais parler japonais, non ?
- Je... Je ne sais pas si j'ai oublié...
- Faudra faire avec. Prépare ta valise.
- On part au Japon ?
- Tu pars.
- Quoi ?
- Quel mot tu n'as pas compris ? grogne-t-il. Tu vas sur une île qui s'appelle Himitsu. Ils savent y faire avec ton pouvoir à la con.
- Abraham, je ne veux pas me séparer de toi ! crie Miccah.
- T'y es bien obligée chaton. Ils auront sûrement le moyen de te débarrasser de ce pouvoir.
Elle reste silencieuse et réfléchit.
- Pendant combien de temps ?
- Autant de temps qu'il faudra.
- Quand j'aurais éliminé ce pouvoir, j'irai sortir Maman de là-bas.
- Comme tu veux.

♦himitsu♦

L'air frais et marin lui fouette le visage. Miccah s'accroche à la rambarde et observe le ferry qui s'approche. Elle respire un grand coup et serre la poignée de sa valise. Abraham, en retrait, écrase sa cigarette au sol.
Une mouette déploie ses ailes au-dessus de la mer. Le ferry pousse un grand cri de conque.
Il l'entoura maladroitement de ses bras. Miccah tira l'écharpe un peu plus près avant de la détacher et de lui rendre cette pièce de vêtement qu'elle gardait depuis si longtemps.
- Au revoir, Abraham, souffle-t-elle.
Il hocha la tête sombrement et posa un chaste baiser sur ses paupières.
- Va.
Miccah serra les poings les dents et les paupières fort avant de faire volte-face et de quitter Abraham.
- A nous deux, Himitsu...




Carte d'identité ;

♦ Surnom : A ce qui paraît, on m'appelle Paru partout. Enfin, juste Paru.
♦ Âge :
♦ Pays : Furansu
♦ Comment avez-vous découvert le forum ? : Une certaine adminette
♦ Avez-vous lu le règlement ? :
♦ Un commentaire ? : nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnop- Ah si. Homestuck, Vocaloid, Magi, Madoka... J'aime ça. Kay ? Kay.



Dernière édition par Miccah Nightwalker le Jeu 9 Mai 2013 - 18:07, édité 6 fois






Invité
Invité


MessageSujet: Re: ♦ Miccah Nightwalker ▬   Lun 1 Avr 2013 - 15:07

    Meow ! Hellow & Bienvenue ♥

    Donc pour l'instant, tout est bon o/
    Il faut juste que tu indiques sa spécialité, que tu recopies le code qu'il y a dans le règlement pour nous indiquer que tu l'as bien lu et que tu finisses de remplir ta « Carte d'étudiant » Au fin fond de ton profil. :3

    Good luck pour la suite !

    Koko ★

    PS : Je t'ai mit l'avatar que tu voulais o/






Invité
Invité


MessageSujet: Re: ♦ Miccah Nightwalker ▬   Jeu 9 Mai 2013 - 17:41

    Avant d'être validée il faut que tu précises ta spécialité, et que tu finisses de compléter ton profil x)

    Koko ★






Invité
Invité


MessageSujet: Re: ♦ Miccah Nightwalker ▬   Ven 10 Mai 2013 - 15:54

    tu est donc validée ! Pense à aller recenser ton avatar et demander une chambre !! :'D

    Koko ★






Invité
Invité


MessageSujet: Re: ♦ Miccah Nightwalker ▬   







Contenu sponsorisé


 

♦ Miccah Nightwalker ▬

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» MICCAH & LEO - memories that you call
» Cellendhyll Nightwalker
» ft Owen & Miccah ɤ Ghosts of Christmas Past & Present.
» Alors tu sais pas nager?! (PV: Evangeline E. Nightwalker)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: Hors-RPG :: Archives :: Dossiers Archivés-
TOP