Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
[Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)Auteur
MessageSujet: Re: [Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)   Lun 6 Avr 2015 - 13:00



Science et magie ?... Fin de la mission






Le jeune homme haletait, essayant tant bien que mal de rassembler quelques forces le plus rapidement possible. Car, bien qu’épuisé, il savait que pirater les ordinateurs était son travail. C’est pourquoi il lui en coûtait de demander à Elina de lui ménager du temps, mais il ne s’attendait clairement pas à ce que sa transformation, lorsqu’elle s’achèverait, le laisse à ce point épuisé. Même si c’était, en un sens, plutôt logique.

C’tait donc pour cette raison que le raijin se retrouvait adossé au mur en essayant de se reposer rapidement. Mais ce qui n’aidait pas, c’était de savoir que la suijin affrontait seule les gardes. Même s’il ne doutait pas un instant de ses capacités, il restait le fait qu’elle était la seule encore valide. Et elle n’était même pas accompagnée de Fenrir, son loup géant, car, lorsqu’elle avait déposé Sayuri aux côtés de Kurai, elle avait ordonné à son familier de les protéger.

Et apparemment, sur ce point, comme souvent d’ailleurs, les deux nippons étaient d’accord. Car Sayuri n’appréciait clairement pas non plus l’idée qu’Elina risque sa peau. Hélas, les deux nippons n’avaient guère leur mot à dire dans cette histoire, puisqu’ils étaient à peu près aussi mal en point l’un que l’autre. En clair, ils n’étaient pas frère et sœur pour rien.

Le brun s’était donc résigné à attendre, mais cela ne l’empêchait malgré tout pas de s’impatienter. Et, alors qu’il aurait du garder son calme pour mieux récupérer, il ne pouvait s’empêcher de s’agiter. Mais quand il faisait mine de se lever, Fenrir se contentait de le regarder d’un air peu amène, le forçant à se rasseoir aussitôt. Et malgré les suppliques de Sayuri, le loup ne bougeait toujours pas d’un pouce. Même si, à sa façon de regarder vers la porte, il semblait lui aussi inquiet, il restait fidèle à la mission que sa maîtresse lui avait confiée.

Mais soudain retentit un bruit que Kurai et Sayuri pouvaient sans nul doute reconnaître entre mille. C’était celui d’un coup de feu. Un coup de feu qui brisa le silence qui s’était imposé depuis quelques minutes. Et qui eu surtout l’avantage de détourner l’attention de Fenrir durant quelques secondes. Cet instant fut suffisant pour Sayuri, qui semblait ne guetter que ça. Elle saisit le bras de son grand-frère, qui n’attendait aussi que ça, et se précipita vers la porte, voulant à coup sûr voir ce qu’il s’était passé.

Et ils furent immédiatement rejoints par Fenrir qui, s’il avait semblé au début vouloir rester fidèle à l’ordre de sa maîtresse, avait rapidement décidé de les accompagner puisqu’il s’inquiétait aussi. De plus, ayant reçu l’ordre de les protéger, mieux valait pour lui les accompagner… Ce fut donc un trio qui s’élança vers l’endroit d’où venait le son. Et, pour Kurai, il ne faisait aucun doute que ce son rappelait un certain mauvais souvenir à sa petite sœur. Et, par conséquent, le jeune homme s’inquiétait aussi du sort d’Elina. Il espérait juste qu’elle avait été au moins aussi chanceuse que lui.

Mais apparemment, ses espoirs se révélaient erronés, car, alors qu’ils s’avançaient, ils virent que la suijin était à terre, dans une flaque de sang. Alors que la saruta poussait un cri de pure terreur, ils se précipitèrent vers la demi-déesse de glace. Sayuri essaya ensuite d’agir, mais, malheureusement, alors qu’elle était inconsciente (encore), son corps n’émettait plus de vapeur et se révélait donc trop froid pour que Sayuri puisse faire quoi que ce soit. Heureusement, Fenrir sembla se charger de ce point.

Sayuri, rassurée, se tourna alors vers son grand-frère. Elle lui demanda d’aller s’occuper des ordinateurs tandis qu’elle-même irait à la recherche des prisonniers, arguant qu’ils devaient vite sortir de ce cauchemar. Et si Kurai était d’accord sur ce dernier point, le reste de l’idée lui plaisait beaucoup moins. Et ce, pour deux raisons. Déjà, il n’aimait pas imaginer sa petite sœur errer seule dans les couloirs… Mais surtout, rien n’indiquait que certains des prisonniers n’étaient pas dangereux, rien qu’à cause de la panique. Alors il n’appréciait vraiment pas cette idée.

Mais, comme si elle avait tout prévu, à ce moment précis, Sayuri murmura un étrange appel. Apparut alors ce qui ressemblait très fortement à un komainu. Que sa soeurette sembla appeler Shisa, ce qui aurait pu faire rire le jeune homme – Shisa étant l’autre nom des Komainu – si la situation présente n’était pas aussi critique. La jeune fille sourit ensuite à son nii-chan en lui disant qu’il n’avait plus à avoir peur pour elle, parc qu’Elina n’était pas la seule à être l’amie des bêtes.

Boss… je m’ennuie… J’ai hâte !

Trop occupé à s’inquiéter pour sa petite sœur, le raijin ne remarqua même pas l’intervention télépathique qui venait de se produire. Il se contenta de réfléchir quelques secondes en regardant la jeune fille. Puis il hocha la tête, bien qu’à contrecœur.

-Trois minutes. C’est le temps maximum qu’il me faudra avec ce foutu ordinateur. Après, je te rejoins, sœurette. Et si tu es en danger, passe-moi un coup de fil télépathique. Je viendrais aussitôt, et ce n’est pas négociable, même si je suis en train de pirater l’ordi. Pas d’objections possibles.

Il s’agenouilla au sol et prit sa petite sœur dans ses bras pour lui faire un câlin. En même temps, il lui souhaita, en lui murmurant à l’oreille, bonne chance. Puis il se releva et se tourna vers le komainu.

-Protège-la, tu m’entends ? Si elle a la moindre égratignure, je m’en fous que tu sois en pierre, je te détruirais quand même.

Sur ces mots, il partit en direction de l’ordinateur. Mais, cependant, utilisant une toute petite partie de son pouvoir, il matérialisa un minuscule oiseau de foudre, qui resta derrière Sayuri. Comme deux précautions valaient mieux qu’une, il préférait pouvoir protéger un minimum sa petite sœur par lui-même, même s’il lui faisait tout de même confiance. Il fit ensuite un signe de la main, sans se retourner, indiquant en même temps qu’il lui souhaitait bonne chance et qu’il lui disait qu’il la rejoignait tout de suite.

Il passa, sans le regarder, près du garde qui était évanoui, et prit son téléphone en main. Il savait qu’il n’avait, de toute façon, pas beaucoup de temps. Alors, il s’approcha de l’ordinateur, les yeux rougis par l’afflux de pouvoir qui le traversait. Alors qu’il avait l’habitude d’utiliser simplement son téléphone, lorsqu’il effectuait un piratage, cette fois, il comptait aussi utiliser ses compétences normales, pour accélérer les choses. Car nul doute que ce serveur était parfaitement protégé. Le jeune homme devait donc commencer par ouvrir une brèche.

Ses doigts couraient sur le clavier, tandis que, sur son téléphone, une application se lançait, attendant simplement de pouvoir être utilisée. Le jeune homme réussit rapidement à tomber sur une faille minime du système, et il y engouffra son esprit et son pouvoir. Continuant à pianoter, son esprit guidait l’application se trouvant sur son téléphone.

Finalement, il parvint à trouver les données qui l’intéressaient. Alors, il les imprima. Mais, parce qu’il restait tout de même Kurai S. Ikazuchi, il effectua une copie qu’il transféra sur son téléphone, grâce à son mini-cheval de Troie et, de là, sur son ordinateur qui l’attendait bien sagement dans son appartement. Puis, dans une pensée négligente, il effaça tous les dossiers concernant les autres laboratoires. Ainsi, si ce labo renaissait de ses cendres, ils perdraient du temps à récupérer toutes leurs données.

Enfin, dans un geste de rage pure envers ces types, il surchargea l’ordinateur, le faisant exploser. Alors, il se retourna, fourrant les papiers dans sa poche et tenant toujours son téléphone. Son visage affichait un air dur et déterminé, car il devait rejoindre sa sœurette. Ses yeux étaient toujours rouges et il était difficile de croire que, quelques minutes auparavant, il était même incapable de marcher tant il était épuisé. Mais il n’avait pas le temps d’être fatigué. Il devait d’abord s’assurer de la sécurité de sa petite sœur. Alors, il s’élança à grand pas vers les cellules. Son piratage avait duré en tout et pour tout deux minutes et trente-six secondes. La mission était désormais accomplie.









Kurai's theme :

Kurai's battle theme :


En savoir plus:
 
avatar


Masculin Date d'inscription : 25/08/2014
Occupation : Etudiant en 2e année en informatique. Mi-temps dans une librairie
Sexualité : Hétérosexuel/Jessophile
Messages : 1389

Carte de Jeu
Familiers: Indra
Deuxième magie: Fujin

Voir le profil de l'utilisateur

12 ★ - Double C


MessageSujet: Re: [Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)   Lun 6 Avr 2015 - 20:30

Étrange… Elina était persuadée qu’elle était encore debout, l’instant d’avant. Quand donc était-elle tombée ? Pourquoi n’en avait-elle aucun souvenir ? Quelle était donc cette sensation poisseuse qu’elle ressentait sur son corps ? Et pourquoi avait-elle l’impression que ses bras et ses jambes pesaient des tonnes ? Les yeux clos, la suijin ne parvenait plus à remuer le moindre muscle. Son esprit embrumé essayait de traiter les informations qu’elle possédait, mais la tâche n’était pas aisée… Elle avait cru entendre, et même voir ceux qu’elle avait laissé derrière elle venir la rejoindre, mais… Est-ce que c’était une hallucination ? Peut-être avait-elle déliré à cause de sa perte de conscience à venir… Oui, surement, car elle entendait à nouveau que l’on venait à elle. Des bruits de pas précipités, une voix qui prononçait son nom, et une autre qui semblait parler directement dans son esprit. Mais pourquoi donc ne parvenait-elle pas à ouvrir les yeux !?

La réponse était pourtant simple : elle avait perdu trop de sang. Pourtant, n’avait-elle pas colmaté la plaie en la cryogénisant ? Malheureusement, cela n’avait pas suffi… Car Elina avait omis un petit détail : son sang, bien que moins chaud qu’à l’accoutumée, avait fait fondre la glace, rouvrant la blessure. D’autant plus qu’en extrayant la balle logée dans son flanc avec ses doigts, elle avait élargie la plaie, et l’hémorragie n’en était que plus importante. Une erreur qui allait probablement… lui coûter la vie… Elina sentit alors des mains chaudes toucher sa peau glaciale, et bien qu’elle fut dans un état de conscience diminué, elle n’eut pas de mal à reconnaître la douceur de la peau de sa petite amie. Malheureusement, elle aurait bien aimé lui dire de ne pas s’inquiéter, que tout allait bien. Cependant, tout comme ses paupières, ses lèvres restaient hermétiquement closes… Et puis, elle n’était pas sure que ce mensonge aurait pris, car on ne pouvait pas vraiment dire que tout allait bien…

Cependant, les mains de Sayu ne tardèrent pas à quitter son corps. Peut-être ses mains étaient-elles trop douloureuses ? Ou bien la croyait-elle morte ? Ou, pire, pensait-elle qu’il n’y avait plus rien à faire pour elle, et avait décidé qu’il valait mieux la laisser derrière ? Non, cela, elle en doutait… Après tout, elle n’avait pas renoncé lorsqu’elle s’était trouvée sous les gravats, n’est-ce pas ? Une voix résonna alors dans sa tête, celle de Fenrir :

« Je vais arrêter le saignement, garde tes forces »

Une intense sensation froide commença à se répandre doucement sur la zone de sa blessure, pénétrant profondément dans sa chair. Et puis, l’expansion de cette sensation s’arrêta. Clignant faiblement des yeux, Elina finit par rouvrir ses paupières, bien que sa vision fût trouble et incertaine. Elle baissa ses yeux sur l’endroit de sa blessure, mais ne la vit pas. À la place, elle vit son flanc, complètement cryogénisé. Elle ne voyait plus qu’un bloc de glace, comme si son corps avait été remplacé par cet élément…

« Ne t’inquiètes pas, j’ai fait en sorte que le flux sanguin soit le plus naturel possible. »

Elina chercha à se redresser, mais ce simple effort transforma la pièce en un véritable tourbillon d’images qui manquèrent de peu de lui faire reperdre connaissance. Se tenant la tête de sa main non recouverte de sang, la jeune fille chercha à reprendre son équilibre. Elle se sentait si faible, en cet instant, qu’elle se disait que, sans aucun doute, elle risquait fort de retrouver sa forme habituelle d’un instant à l’autre… Pire, elle était étonnée que ce ne soit pas déjà le cas ! Peut-être Fenrir avait-il comprit ce qui lui passait par la tête, car il lui tint un message paniqué :

« Surtout, ne fais plus rien ! Tu dois maintenir ta forme divine à tout prix… Sans elle, tu ne supporterais pas la douleur de la cryogénisation de ta plaie. Et elle-même risque de céder sous la chaleur de ton sang. Alors, en aucun cas, tu fais le moindre effort ! Je vais t’emmener à la sortie tout de suite… »

Elina fixait d’un regard vide d’expression le loup. Elle pouvait sentir une réelle inquiétude dans ses propos, bien qu’elle ne comprenait pas pourquoi il tenait tant à elle… Quoi qu’il en soit, elle balaya la pièce du regard, cherchant une chose qui ne s’y trouvait pas.

- Sayu ?

Prononcé d’une voix faible, tel fut le premier mot qui parvinrent à franchir ses lèvres. Mais ce fut un autre visage que celui qu’elle espérait voir qui se retourna vers elle… Kurai était là, mais pas la jeune fille. Où était-elle passée ? Sa vision trouble l’empêchait-elle de la voir, alors qu’elle se trouvait juste sous son nez ? Non, elle en était sure, elle ne se trouvait pas dans la même pièce qu’elle. L’absence de sa petite-amie agita Elina, qui chercha à se relever, mais elle ne put que se retrouver à quatre pattes, bras et jambes tremblantes. Au même instant, elle se sentit décoller du sol, soulevée par une sorte d’étrange brume qui ne lui était pas étrangère. Sous elle se matérialisa Fenrir, qui lui adressa un message de reproche :

« J’ai dit qu’il fallait te ménager ! Si tu épuises le peu de force qu’il te reste, et que tu retrouves ta forme normale… »

Mais Elina n’accordait que peu de crédit aux paroles du loup. Peut-être était-ce un signe annonciateur de son retour à la normale, mais certaines émotions semblaient lui revenir. Et l’une d’elle était l’inquiétude. Sayu avait disparu, elle ne la voyait plus, c’était la seule chose qui lui importait. Sans propre état ne trouvait guère grâce à ses yeux, et pourtant… Elina était recouverte de sang, de son sang à elle. Son kimono, autrefois blanc immaculé, était devenu presque entièrement rouge sombre, excepté le pan qui avait été arraché au niveau de sa blessure. Des éclaboussures de sang mouchetaient ses bras et ses jambes, ainsi qu’une partie de son visage. Seule la lueur qui brillait dans ses yeux montrait qu’il ne s’agissait pas d’un corps sans vie. Malgré cela, la seule chose qu’elle dit fut :

- Sayu, chercher… Ordre !

Elina sentit le loup se raidir, tandis que la frustration semblait le gagner. Mais la jeune fille caressa doucement son encolure, façon pour elle de signaler qu’elle le lui demandait sincèrement. Fenrir se résolut à exaucer sa demande, bien qu’il fût évident que ce n’était pas de gaieté de cœur…


La sorcière de glace

Elina's theme


Infos supp':
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/08/2014
Occupation : Kami
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 1241

Carte de Jeu
Familiers: Fenrir
Deuxième magie: Kagutsuchi

Voir le profil de l'utilisateur

▲ Kami ▼


MessageSujet: Re: [Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)   Sam 25 Avr 2015 - 21:13

Bien que peu rassuré par l'initiative prise par sa petite sœur, Kurai accepta le plan de cette dernière en lui exposant avec assurance le temps maximal dont il aurait besoin pour pirater les ordinateurs. Trois minutes ni plus ni moins. S'ensuivit d'une accolade comme le rajin en avait le don, comme une promesse de retour. Puis, avant que la nippone ne s'en aille en direction des couloirs accompagnée de son lion de pierre, son grand frère s'adressa à la bête, lui ordonnant de bien prendre soin de sa maîtresse ou il aurait affaire au demi-dieu.
Cette prévention arracha une sorte de sourire chez le komainu qui redressa ses babines dévoilant ses longs crocs acérés. C'était un familier, un protecteur, ce dernier devait donc se dire que ce n'était pas à lui que l'on allait lui apprendre les bases de son métier de « garde du corps ».

Maintenant que tout était dit, Sayuri pouvait faire ce qu'elle avait prévu, trouver les prisonniers et leur venir en aide. Elle quitta donc la pièce, toujours avec prudence, pour commencer ses recherches, sans oublier de jeter un dernier coup d'oeil en arrière en direction de son nii-chan et sa chère et tendre dulcinée protégeait par son loup de glace. La saruta ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour elle. Après avoir été écrasé sous les décombres du plafond, voilà qu'elle gisait au sol dans une mare de sang...Sayuri redoutait fortement que...S'il venait à y avoir une prochaine fois ce jour ci...Cette prochaine fois soit pour Elina fatal...
Non ! Elle ne devait pas penser ainsi, Elina n'allait pas...E-Elle ne pouvait pas mourir ! Tout ira bien ! Ils sortiront tous les trois de là et ils iront à l'hôpital pour la guérir comme il se doit. Oui...Ça ira...

Cela faisait moins de quelques minutes, cinq tout au plus, que la nippone avait quittée la salle des machines. Cependant, son frère était déjà là à lui entamer le pas. Ses capacités informatiques étaient vraiment impressionnantes, surtout pour une demoiselle qui parvenait à se perdre dans toutes les petites applications d'un téléphone portable ou encore les nombreuses touches d'ordinateur ou télévision !

Les déplacements étaient toujours aussi complexes, les gardes semblaient avoir quadruplé en nombre et surtout, en vigilance. Suivit de très près par son animal, ce dernier fait de gravas ne craignait pas les balles et n'hésitait à placer partiellement sa maîtresse dans sa gueule afin de la protéger des coups de feu tout en assenant de puissants coups de pattes dissuasifs à ses adversaires. Le trajet se fit ainsi presque dans son entièreté, Sayuri étant tout de même parfois aidé par son frère qui était de son côté lui aussi sur ses gardes tout en ouvrant chaque porte dans l'espoir d'y trouver des confrères demis-dieux détenus. Mais, il fallait se faire une raison, une si précieuse chose que ces cobayes devaient être fichtrement bien cachés, en tout cas, au moins bien protégés. Mais...Ils devaient bien être quelque part, c'était le septième couloir que les descendants passait au peigne fois.

-Où sont-ils...Les pauvres... S'inquiétait la petite demoiselle à chaque porte ouverte ouvrant sur des placards et autres lieux vides.

C'était inquiétant de ne pas trouver la moindre trace de ses pauvres gens, mais surtout horrible de s'imaginer les choses qu'ils avaient dû subir ici... Ressemblaient-ils encore un minimum à un humain ? Ou avaient-ils étaient entièrement déshumanisés, réduit à l'état d'échantillons vivants ? Il y avait de quoi en avoir des frissons ! D'autant plus que les responsables de cette réduction à l'esclavagisme ne semblaient pas tendres, encore moins cléments envers la douleur occasionnée aux demis-dieux...

-Dis nii-chan...Tu penses que...Qu'il y a des...Des enfants ?...Tu penses qu'ils sont assez barbares pour faire du mal à des enfants ?...

Elle déglutissait en disant cela...Imaginant des pauvres gamins sans défense subir des atrocités, elle ne pouvait s'empêchait de s'imaginer à la place de l'un de ces cobayes humains, imaginer qu'Elina ou même Kurai aurait pu être à leur place. Sans eux, elle n'aurait jamais pu faire tout ça, elle aurait été inutile, peureuse, facile à capturer à son tour...
Soudainement, des murmures semblaient envahir les lieux, sons semblables à des plaintes, des supplications...Des appels à l'aide. Jetant un œil en arrièrent en direction de son grand frère et du loup de glace transportant sa petite amie souffrante, Sayuri posa une question simple et bête.

-Vous avez entendu comme moi ?...

Les plaintes et susurrements semblaient s'amplifier, se rapprocher...Venir vers le trio.

-Ce sont eux...I-Ils ne sont plus très loin !






Invité
Invité


MessageSujet: Re: [Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)   Lun 27 Avr 2015 - 12:25



Science et magie ?... Fin de la mission






Le jeune homme retourna à grand-pas à l’endroit où se trouvait Elina, mais, en arrivant, il vit qu’elle se trouvait sur le dos de son loup de glace, qui semblait hésiter quand à la marche à suivre. Alors le raijin s’avança vers eux et fit signe à Fenrir de le suivre. Après tout, lui et Elina avaient le même objectif, en cet instant : protéger Sayuri. Cependant, alors qu’ils avançaient, Kurai pointa quand même du doigt la suijin, qui semblait à nouveau plus ou moins évanouie, et s’enquit de l’état de cette dernière auprès de son familier.

-Elle va bien ? Enfin, aussi bien qu’on puisse l’être dans cette situation ?

Son inquiétude était sincère. Après tout, ils étaient dans la même galère. Et pour s’être déjà pris une balle, il savait qu’il était très difficile de dire qu’on allait bien. Mais il demandait surtout si elle allait survivre. Car elle restait tout de même son alliée, donc c’était déjà une excellente raison pour s’inquiéter de son état, mais aussi, il savait que sa petite-sœur ne le supporterait pas si Elina ne s’en remettait pas. Son inquiétude était donc double. Mais, heureusement, Fenrir hocha lentement la tête, pour signifier que, pour le moment, elle était encore vivante. Le raijin poussa un léger soupir de soulagement et se concentra sur le chemin. Car, comme l’avait dit Sayu, ils devaient rapidement sortir de ce cauchemar.

Heureusement pour eux, la jeune Saruta-Hiko n’était pas très loin, car Kurai l’atteignit en à peine deux minutes. Il se contenta de poser une main sur son épaule pour lui signaler qu’il était là, car l’heure n’était pas aux accolades. Les compères continuèrent donc à avancer, cherchant les cellules. Mais en même temps, Kurai ne pouvait s’empêcher d’imaginer le pire. Il ignorait quelle sorte de torture avaient subis les prisonniers, s’ils étaient encore en vie. Car, dans ce bâtiment, les demi-dieux semblaient être considérés comme moins que des humains. D’ailleurs, l’étaient-ils encore, humains, après ce qu’ils avaient sans doute subi ?

Apparemment, ses pensées suivaient un fil similaire à celles de sa petite sœur car elle murmura soudain un mot de compassion. Les pauvres… Oui, les cobayes étaient sans aucun doute bien miséreux… Il fallait donc qu’ils les trouvent. C’était aussi simple que cela. Mais apparemment, les pensées de Sayuri étaient allées un poil plus loin que les siennes propres, car elle lui demanda si, à son avis, il était possible que des enfants servent de cobayes. Le jeune homme soupira, mais décida d’être honnête.

-C’est malheureusement loin d’être impossible… Mais heureusement, ça ne durera plus très longtemps. On va les libérer. Même si… Je dois avouer que je me sens un peu mal de les libérer d’ici pour les envoyer directement dans une autre prison, même si elle est plus grande… Après tout, c’est quand même ce qu’est l’île…

Mais il n’eut pas le temps de d’avantage se sentir mal, car, comme venait de le faire remarquer Sayuri, ils entendaient des bruits qui laissaient deviner qu’ils étaient arrivés. Et, en effet, quelques pas plus loin, ils trouvèrent les cellules. Et le jeune homme réprima un juron en voyant l’état des prisonniers. Dire qu’ils étaient en piteux état était encore un doux euphémisme. Evidemment, ils n’étaient entretenus qu’à peine, pour qu’ils ne meurent pas trop vite. Le jeune homme serra le poing et fronça les sourcils, puis il prit une grande inspiration pour se calmer.

-Ne vous en faites pas, on va vous libérer. Veuillez reculer, s’il vous plaît, parce que je suis un peu pressé, donc j’ai pas le temps de la jouer de façon subtile.

Les prisonniers, qui se tenaient contre les barreaux des cellules, intrigués par les nouveaux venus et par les familiers, reculèrent sous le ton autoritaire du raijin. Celui-ci, tenant son téléphone dans sa main gauche, leva la main droite tandis que ses yeux se teintaient, comme toujours, de rouge, faisant encore reculer les captifs. Et il relâcha son pouvoir, faisant griller en un coup toutes les serrures électroniques par l’effet d’une simple surcharge. Puis il ouvrit la porte et reprit la parole.

-Maintenant, vous êtes libres. Enfin, c’est ce que je devrais dire, mais je vais être honnête avec vous. Je vous offre le choix. Vous avez la possibilité de vous cacher ici pour tenter votre chance seuls quand tout sera fini… Ou vous pouvez nous suivre. On va vous mener à la sortie.

Alors que les choix semblaient déjà faits, le jeune homme leva la main pour réclamer le silence, continuant sur sa lancée. Il voulait offrir aux ex-captifs ce que lui-même n’avait pas eu. Le choix. Alors il continua, sans même se soucier de l’opinion de ses comparses.

-Mais chaque choix a ses contreparties. Si vous nous suivez, vous serez accueillis par des hommes en noir, qui vous amèneront là où nous vivons nous-mêmes. Une île, de laquelle on ne peut sortir que provisoirement et dans certaines circonstances, comme celles-ci. Autrement dit, une nouvelle prison. Mais cette prison vous laissera libre de vivre votre vie. Vous serez soignés et vous pourrez vous reconstruire, mais vous serez des prisonniers. L’autre option, c’est que vous vous cachiez ici et que vous tentiez ensuite votre chance dans le monde extérieur. Vous serez libres, par exemple de voir vos familles, mais vous serez sans doute en danger. Et je ne peux vous promettre qu’un jour, vous ne vous retrouviez pas malgré tout sur l’île. Notre mission était de vous libérer. Mais j’estime que ça ne serait pas honnête de vous dire que vous êtes libres pour que vous nous suiviez et que vous vous retrouviez dans une prison d’un autre genre. Au moins pour cette fois, vous êtes libres de choisir votre destin. Je vous laisse une minute pour décider.

Puis il se détourna, murmurant des excuses à Elina et Sayuri. Il avait agi sans les consulter, sur un coup de tête. Mais il avait qu’il avait bien fait en proposant ce choix aux prisonniers. Derrière lui, il les entendit délibérer rapidement. Et, apparemment, le choix était vite fait. Car la minute n’était pas encore terminée qu’un homme d’une quarantaine d’années, apparemment, s’avança doucement vers leurs libérateurs.

-Je m’appelle Jacob. On a décidé de remettre notre destin entre vos mains. La plupart d’entre nous sommes là depuis si longtemps que nos familles nous croient sans doute déjà morts. Alors, ça ne vaut pas le coup de risquer notre peau sur un espoir aussi faible. Nous vous suivons.

Le raijin accusa réception du message en hochant la tête puis se tourna, échangeant un regard avec Sayu, Fenrir et Elina sur ce dernier. Puis il fit à nouveau apparaître son arc. Le brandissant au-dessus de sa tête, il poussa un dernier cri de ralliement.

-Dans ce cas, suivez-nous ! Je vous promets que nous allons vous amener vers un endroit où vous pourrez refaire vos vies ! Vous allez à nouveau pouvoir vous considérer comme des humains, et pas comme des cobayes.

Il commença à s’avancer vers la sortie à la fois du complexe et de ce cauchemar.

Pourquoi t’as fait ça ?

C’était nécessaire. Je le sentais comme ça.

Et s’ils avaient choisi de tenter leur chance par eux-mêmes ?

Hé bien, ça aurait été leur choix. Ça fait aussi partie de la liberté, non ? Pouvoir choisir son destin, sa vie. Ils ont été privés de ce choix pendant je sais combien de temps. Normal de leur laisser au moins une fois, non ? Et puis… Dire «Vous êtes libres» pour amener les gens dans une autre prison, c’est pas très honnête…

Depuis quand tu te soucies de l’honnêteté, toi ?

Bonne question… Peut-être depuis qu’il s’agit ici d’une chose que je n’ai pas eu : le choix de venir ou pas sur l’île. Et maintenant, si tu la fermais un peu ?










Kurai's theme :

Kurai's battle theme :


En savoir plus:
 
avatar


Masculin Date d'inscription : 25/08/2014
Occupation : Etudiant en 2e année en informatique. Mi-temps dans une librairie
Sexualité : Hétérosexuel/Jessophile
Messages : 1389

Carte de Jeu
Familiers: Indra
Deuxième magie: Fujin

Voir le profil de l'utilisateur

12 ★ - Double C


MessageSujet: Re: [Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)   Mar 28 Avr 2015 - 20:50

Chevauchant Fenrir, Elina décida de s’allonger sur son dos. Cela l’aiderait à récupérer des forces, et elle en avait bien besoin ! Ainsi installée, elle devait donner l’impression de dormir, et pourtant, si sa vue se retrouvait obstruée, ses autres sens, eux, étaient parfaitement en éveil. Ainsi, elle ne manqua pas d’entendre Kurai venir s’enquérir de son état. Fenrir devait lui avoir répondu d’une manière ou d’une autre, car il n’insista pas, et rapidement, elle l’entendit s’éloigner, et sentit Fenrir lui emboîta le pas. Elina aurait pu répondre à sa place, mais en cet instant, elle s’était plongée dans une sorte d’état de veille, concentrant toute son énergie à restaurer son flux sanguin. Cela l’aiderait à reprendre de l’aplomb, et à garder conscience jusqu’à ce qu’ils soient sortis de ce cauchemar.

Mais le repos fut de courte durée, car il ne leur fallut guère de temps pour rejoindre la jeune nippone. Si dans un premier temps, elle garda les yeux clos, le bruit des coups de feu ne manqua pas de les lui rouvrir… Les conflits n’étaient donc pas finis, et bien qu’elle s’en soit doutée, Elina ne put s’empêcher de regretter cet état des faits. Si seulement on pouvait les laisser tranquilles ! Ne pouvaient-ils donc pas renoncer ? Mais non, s’ils avaient perdu le complexe, les dirigeants ne voulaient certainement pas partir les mains vides… Et emmener avec eux un maximum de « sujets d’expérience » était certainement la meilleure solution pour ne pas tout perdre. Cependant, tout ne se passerait pas comme ils le souhaitaient car ils étaient là ! Enfin… Aussi pénible cela était d’avoir à l’avouer, ce n’était pas elle qui allait pouvoir faire grand-chose dans l’état actuel des choses. Tandis qu’ils avançaient, Sayu fit part de son inquiétude quant à l’état des prisonniers qu’ils étaient chargés de délivrer. Plus précisément, elle s’inquiétait de savoir si des enfants pouvaient eux aussi avoir été victimes d’expériences de natures douteuses… L’insensibilité qui caractérisait sa forme divine était tentée de répondre franchement à cette question. Aucun doute possible sur cette question… La seule chose qui aurait pu épargner à des enfants de subir ce genre de traitement, c’est qu’aucun d’entre eux n’eut été découvert. Mais cela était très peu probable… Après tout, les pouvoirs divins se manifestaient à tout âge…

Cependant, Elina garda ses pensées pour elle-même. Était-ce cette tendance à ne pas utiliser plus de mots que de nécessaire, ou bien parce qu’elle essayait de préserver sa petite amie ? Peu importait, d’autant plus que Kurai, à qui la question avait été posée, se chargeait de révéler la triste vérité, non sans faire part de certaines de ses hésitations. Maintenant qu’elle y pensait, Elina se rendait compte qu’elle-même aurait pu subir le même sort que tous ces malheureux. Elle ne doutait pas une seconde que ces crapules qui dirigeaient ce centre n’auraient aucun mal à l’attraper… Ils leur auraient suffi de demander pour l’emmener pour qu’elle leur fût cédée sans un regard en arrière. Mais soit… Les pensées d’Elina furent interrompues par des appels provenant d’un peu plus loin. Avaient-ils atteint les cellules dont ils devaient libérer les occupants ? Se redressant sur le dos de Fenrir, Elina tendit le cou ainsi que l’oreille pour mieux entendre. Sa tête ne lui tournait plus… Apparemment, son repos forcé lui avait permis de récupérer suffisamment de force que pour pouvoir se tenir droite. Peut-être même pourrait-elle utiliser à nouveau ses pouvoirs ? Un grognement réprobateur résonna dans sa tête, ce qui devait être une forme de réprimande de la part de Fenrir. Apparemment, il devait avoir deviné ce qui lui était passé par la tête, et lui signalait qu’il n’était pas d’accord avec elle.

Enfin, ils atteignirent les cellules, et virent alors leurs occupants. Un mélange hétéroclite de personnes, des hommes et des femmes, de toutes apparences. Pas d’enfants, apparemment… Mais tous avaient un point commun : ils n’étaient pas dans un état des plus reluisants… Kurai s’imposa alors en ambassadeur de leur trio, ce qui était probablement pour le mieux, pour diverses raisons. Sayu avait du mal avec la foule, elle était bien placée pour le savoir. Alors, s’exprimer face à cette foule dont les regards passaient de la surprise à l’hostilité, cela aurait un moment difficile pour la demoiselle. Quant à elle… Faire usage de phrases incomplètes pour expliquer la situation n’était peut-être pas la meilleure solution, bien que cela aurait au moins eu l’avantage d’être clair et concis, ce qui était pratique quand, comme dans leur cas, le temps manquait. Pendant que Kurai faisait sauter toutes les serrures des cellules, Elina descendit du dos de Fenrir. Elle testa son équilibre, qui était stable. Aussitôt, elle alla se rapprocher de Sayu, posant une main froide sur son épaule afin de signaler sa présence. Cherchait-elle à la rassurer sur son état ? Ou bien voulait-elle simplement se tenir à ses côtés ? Elle ne put cependant prendre la parole, car Kurai monopolisait à nouveau le temps de parole. Il offrait le choix aux prisonniers de… de quoi, exactement ? Si elle avait bien compris, il leur proposait soit de les suivre, soit… de rester ici ? De se cacher, en espérant pouvoir se soustraire à la vue des gardes ? Voilà qui était fort utopique… Cela revenait à jouer à la roulette russe, avec une seule de libre… Et quand bien même y arriveraient-ils, comment pourraient-ils s’en sortir une fois en dehors de ces murs ? Sans argent, sans nourriture ni boissons, et sans la moindre idée d’où ils se trouvaient ou de comment rejoindre l’endroit d’où ils venaient… Cela revenait à se condamner à mort. Était-ce vraiment un choix qui s’offrait à eux ? C’était comme choisir entre la vie et la mort… Et puis, il y avait un détail que Kurai semblait omettre… Il leur avait été confié comme mission de ramener les prisonniers. Pensait-il vraiment que les hommes en noirs prendraient la nouvelle avec un simple hochement de tête ? Qui sait quel genre de sanctions ils seraient les victimes ?

La décision la plus logique fut évidemment choisie. Un certain Jacob se chargea de relayer leur décision commune, précisant qu’il ne valait pas la peine de risquer leur vie pour rejoindre une famille qui les croyait probablement déjà mort. Elina ne put s’empêcher de se dire que ces mêmes familles n’étaient peut-être plus en mesure de les accueillir, de toute manière… Elle n’aurait pas été étonnée que les dirigeants de ce complexe et des autres s’assurent de « disposer » de ces éventuels témoins pour ne pas laisser de traces… En tout cas, le principal était qu’ils puissent enfin se mettre en mouvement… La courte accalmie dont ils avaient pu bénéficier ne risquait pas de durer encore longtemps.

Si se déplacer à trois était relativement simple, maintenant qu’ils formaient un groupe aussi conséquent, c’était une autre histoire… D’autant plus que certains d’entre eux étaient trop affaiblis que pour se déplacer à un rythme soutenu. Notamment une jeune femme dont la démarche incertaine la faisait marcher bonne dernière. Si cela continuait, soit ils prendraient trop de temps, soit elle serait laissée derrière. La solution semblait alors toute trouvée. Venant se mettre à sa hauteur, elle lui dit :

- Marcher, aider ?

La demoiselle sursauta, tremblant légèrement. De fatigue, ou de peur ? Probablement les deux… Il faut dire, être interpeller par une demi-déesse sous sa forme divine, d’autant plus lorsqu’elle était dans le même état qu’elle. Cependant, après une brève hésitation, elle finit par accepter. Elina fit alors un signe à Fenrir, qui soupira avant de se pencher pour qu’elle puisse grimper sur son dos. Cela ne semblait pas rassurer la jeune fille, mais elle finit par s’installer sur son dos. Peu de temps après, plusieurs prisonniers étaient ainsi installés sur le loup, qui grommela :

« Je ne suis pas un service de transport… »

« Plus rapide ainsi »

En effet, maintenant que les plus lents étaient sur le dos de Fenrir, le groupe se déplaçait rapidement, ce qui était un bénéfice non négligeable. Plus vite ils étaient sortis d’ici, mieux c’était. Elina garda alors l’arrière du groupe, aux côtés de son familier, ignorant qui de Sayu ou Kurai ouvrait la marche. Mais bientôt, des bruits de pas précipités et des exclamations se rapprochèrent dans leur dos. Les gardes n’avaient pas dit leur dernier mot, et l’affrontement final semblait se profiler. Dire qu’ils étaient presque à la sortie… Fenrir aussi avait senti la menace approcher, et se mit à grogner en jetant des regards en arrière. Mais Elina lui montra les prisonniers installés sur son dos, lui signalant par-là qu’il devait s’assurer de leur sécurité. Il n’y avait alors qu’une seule solution : obstruer le passage derrière eux. Ils auraient ainsi largement le temps de quitter le complexe avant que leurs poursuivants ne trouvent le moyen de les rattraper. Et Elina savait très bien comment faire. Après tout, elle l’avait déjà fait, et pas plus tôt que ce jour-ci. Seulement, elle ne serait pas capable de le faire seule. Mais heureusement, seule, elle ne l’était pas !

- Fenrir, ensemble.

Alors, Elina fit jaillir un gros cube d’eau, qui obstrua le couloir. Oui, elle avait fait la même chose lorsqu’elle n’était encore qu’avec Kurai. Cependant, cette fois, Elina vit moins grand : elle se contenta d’un cube de deux-trois-mètres d’épaisseur plutôt que de remplir l’entièreté du couloir. Et cette fois, ce fut Fenrir qui se chargea de la cryogénisation. Voilà, désormais, ils étaient… en… sé…cu…rité…

Elina ne comprit pas tout de suite pourquoi le loup l’appelait d’une manière aussi inquiète. Pas plus qu’elle ne comprit pourquoi son corps se recouvrait complètement de glace… Mais lorsque cette dernière vola en éclats, elle n’eut plus besoin de se questionner. Une seule chose emplissait son esprit : la douleur… Elina venait de retrouver son apparence d’origine, et elle n’était désormais plus insensible au pansement de glace que Fenrir lui avait appliqué pour stopper son saignement. Tombant à genoux, elle porta une main à son flanc, serrant les dents pour ne pas laisser échapper un gémissement de douleur. Comme si elle avait malgré tout besoin de manifester cette dernière, des larmes apparurent aux coins de ses yeux, tandis qu’elle essayait sans succès de se relever. Le froid mordant se fit piquant lorsque la chaleur de son sang, dont la température était revenue à la normale, commença à faire fondre la glace qui la recouvrait. C’est alors qu’elle se sentit soulever de terre, un souffle chaud soufflant dans son cou. Fenrir venait de la saisir par le col, la tenant fermement dans ses crocs. Ni une ni deux, il se mit à avancer, forçant le passage au travers le groupe de prisonniers, les forçant à se plaquer contre les murs pour ne pas se faire écraser par son imposante masse. Peu lui importait à présent d’escorter ces derniers, la seule chose qui comptait pour lui était de sortir à tout prix sa maîtresse de ces lieux, là où on pourrait la soigner…


La sorcière de glace

Elina's theme


Infos supp':
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/08/2014
Occupation : Kami
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 1241

Carte de Jeu
Familiers: Fenrir
Deuxième magie: Kagutsuchi

Voir le profil de l'utilisateur

▲ Kami ▼


MessageSujet: Re: [Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)   Mar 5 Mai 2015 - 14:07

Bien que Sayuri souhaitait le contraire du plus profond de son cœur, bien qu'elle savait pertinemment que la vérité était dure à encaissée, elle ne voulait pas l'admettre. Hélas, Kurai et sa franchise firent que cette triste réalité n'était pas toute rose, oui, des enfants, c'était presque certain que des pauvres bambins soient ici, victimes de sévices inhumaines. Mais, la nippone ne devait pas désespérer. Non, elle ainsi que le raijin et la suijin étaient là pour les aider. Bien évidemment, les cobayes n'oublieront jamais ce qu'ils auront pu vivre au sein de ces murs, mais... Mieux valait tard que jamais ! Au moins, ils seront libres après...Et où qu'ils aillent, cela ne sera jamais pire que ce laboratoire malfaisant ! Même l'île était bien plus accueillante, prison à sa façon, mais la vie y était quasiment normale, égalant presque leurs anciennes vies dans leurs anciens foyers à quelques détails près.
Mais là n'était pas le moment pour réfléchir aux bons et mauvais côtés d'être habitant d'Awashima. Les captifs étaient proches, les sauveurs les entendaient très clairement. Il ne fallait pas perdre de temps, plus ils traînaient, plus leurs chances de libérer un maximum, voire tout le monde étaient minces.

C'était le grand frère de la miss qui avait mis la main sur la porte menant aux cellules. Cellules dans un état exécrable, tout comme celui de ses occupants. Les odeurs nauséabondes de l'urine et la sueur pesaient dans cette atmosphère macabre. S'en était beaucoup trop pour la faible petite saruta qui, dans un cri strident, plaqua ses mains devant ses yeux, comme ci cela allait lui permettre de se protéger de ce cauchemar malheureusement réel.
Cela ne faisait pas très sauvetage, d'avoir peur de ceux pour qui l'on venait. Mais, Sayuri ne pouvait pas les regarder en face. Certes, ils n'étaient pas méchants, mais elle était bien trop sensible pour supporter tout ça...
Ainsi apeurée, la demoiselle sursauta légèrement en sentant une chose froide se poser délicatement sur son épaule. Se retournant les yeux larmoyants, la jeune fille se trouva nez à nez avec sa petite amie qui avait apparemment récupéré assez de force pour tenir debout seule. Son geste semblait vouloir être rassurant, en montrant sa présence, Elina remonté le moral de sa dulcinée qui se sentait bien mieux à la simple vue de la mine un peu plus radieuse de celle qu'elle aimait tant. Au moins, la suijin semblait se remettre de ses blessures, c'était le principal aux yeux de la miss.

Les deux adolescentes côte à côte étaient mise à l'écart. En effet, le onii-chan de la blonde
prenait, à merveille, les choses en mains. En effet, le jeune homme était doué pour les discours, elle en avait eu la preuve à la banque, bien que cet épisode eût bien mal tourné. Kurai semblait dégager une aura rassurante, bienfaisante en parlant ainsi, en expliquant la situation...Oui, il avait bien vite su gagner la confiance des pauvres prisonniers. La preuve étant qu'un homme d'un certain âge du nom de Jacob prit le rôle d'ambassade pour ses comparses. Il expliquait qu'au point où ils en étaient, leurs familles devaient les penser, pour bon nombre d'entre eux, décédés depuis maintenant fort longtemps et que, par conséquent, suivre le trio ne sera jamais pire que leur vécu. C'était donc décidé pour eux, ils allaient suivre les envoyés des hommes en noirs, envoyés qui désormais allait devoir décupler de vigilance. Car si se déplacer dans les couloirs étaient « simple » en n'étant que trois, avec un tel groupe, les choses allaient sans aucun doute se corser.

Kurai, n'étant pas que beau parleur, prit la tête de la marche tel un véritable meneur. Sayuri quant à elle, était au centre du cortège en compagnie de son lion de pierre, tout deux s'assurant que les nouveaux libres soient en capacité de se déplacer. Cependant, la nippone n'eut pas vraiment beaucoup de travail, car Elina qui fermé la marche aidait,elle aussi les gens. Fenrir étant devenu un véritable moyen de transport ! Sayuri se sentait vraiment inutile dans ce genre de situation...Ce n'était ni la plus imposante, ni la plus stratège et encore moins la plus forte... Tout ce qu'elle voulait s'était partir, et ce, avec sa petite amie et son grand frère en vie !

Des coups de feu soudain firent paniquer et accélérer les troupes. Des gardes se trouvaient au bout du couloir et tiraient dans le tas. Elina réunit alors toute ses forces pour faire une impasse, un cube cryogénisé, avant de s'écrouler au sol en serrant les dents.
Cette scène fit rater un battement au cœur de la jeune nippone. Alors qu'elle avançait en contre-courant, bousculait par la foule qui allait dans le sens inverse, afin de rejoindre son aimée, Fenrir attrapa dans sa gueule sa maîtresse et continua la marche. La demoiselle était un peu plus rassurée en voyant que l'animal prenait soin de sa petite amie, mais pas suffisamment pour abandonner l'idée de la rejoindre. Après tout, aujourd'hui, Elina avait perdu énormément de sang, Sayuri avait donc de plus en plus de craintes au sujet de sa santé...Et si...Elle ne tenait pas le coup ?...Non ! Impossible ! Elina ne pouvait pas mourir !

-Fenrir ! E-Elle va bien ? Courage Eli-chan ! On y est presque ! J-je t'emmènerait à l'hôpital, j'y resterais le temps qu'il faudra... Tiens bon...Je t'en supplies !

Une fois dehors, la lumière éblouissait tous les rescapés, les troupes semblaient émerveillées, comme s'ils n'espéraient plus un jour revoir la lueur de l'astre céleste. Des cris et larmes de joie s'emparaient de la plupart d'entre eux, tandis que le restant resté muets, ébahis par ce qu'il leur arrivait.
Les hommes en noirs recueillirent chacun d'entre eux, les instants dans des camionnettes semblables à celle ayant amené les demi-dieux afin de remplir cette mission de sauvetage. Leur destination ? Inconnue, bien que le petit doigt de Sayuri lui dît qu'ils serraient emmener sur l'île, comme tous les autres demi-dieux repérés par Awashima. Mais, tout cela n'intéressait pas la blonde, bien trop focaliser sur l'état de celle qui faisait battre son cœur. Elle s'apprêtait à ordonner aux hommes de les ramenaient au plus vite, afin qu'elle puisse être soignée à l'hôpital d'Awashima, mais elle n'en eu pas le besoin, car les hommes se chargeaient déjà de transporter les blessés. Sayuri embarqua dans la même voiture qu'Elina, sans trop savoir où était passé son onii-chan, mais elle ne s'en faisait pas pour lui, il était fort et surement déjà dans une voiture. Peut-être même dans celle-ci ? C'était dur à dire vu le nombre de passagers de toutes tailles.

Se laissant tombé sur les fesses, adossée à l'une des parois du véhicule, la demoiselle soupira profondément, regardant sa petite amie à moitié endormie à cause de la douleur et la fatigue.

-C'est finit...Ça y est...On rentre à la maison...On est sortit de se cauchemard, on a réussit !

HRP: je me stop ici o/






Invité
Invité


MessageSujet: Re: [Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)   Mer 6 Mai 2015 - 18:05

Leurs mésaventures en ces lieux prenaient fin, pour certains, du moins. Mais est-ce que cette histoire était vraiment finie ? L'avenir n'avait pas fini de les surprendre...

Pour l'heure, il était temps de panser ses blessures, pour ceux qui étaient blessés, mais pas seulement. Dans la camionnette qui devaient les ramener chez eux, un homme en noir passe parmi les demi-dieux venus secourir leurs frères et sœurs. Une lettre leur est remis, laquelle contient c'est quelques mots:

"Cher descendant,

Nous te remercions pour la bravoure dont tu as fais preuve. Grâce à toi, nombre de tes frères et sœurs seront désormais libérés d'une dangereuse menace pesant sur eux. Nous ne sommes pas ingrats, et ton geste ne sera pas ignoré. D'ici peu, il te sera proposé de retourner là où tu te trouvais avant d'arriver sur l'île. Libre à toi de vouloir renouer avec les tiens, ou d'ignorer cette occasion. Le choix est tien.

A."


L'heure des décisions se profilait à grand pas, qui déciderait de quoi ? En tout cas, cette aventure laisserait des traces... Nombre de demi-dieux pouvaient déjà sentir que leur magie était plus puissante qu'avant leur venue dans le complexe...

[HRP] Un gain de 10 PM est offert aux participants de l'intrigue. N'hésitez pas à évoquer votre éventuel retour dans vos familles ou autres si vous le souhaitez ~


Je suis tout le monde, et je ne suis personne.

Mais quand je passe, tous le remarque ~
avatar


Date d'inscription : 25/01/2015
Messages : 91


Voir le profil de l'utilisateur

Être Divin


MessageSujet: Re: [Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)   Sam 9 Mai 2015 - 16:40



Science et magie ?... Fin






Le cortège se mit en route, mené par le jeune raijin, tandis que sa petite sœur se retrouvait au milieu du groupe et que la petite amie de cette dernière protégeait l’arrière… Et que Fenrir se retrouvait soudainement transformé en moyen de transport qui s’occupait des prisonniers les plus mal en point, donc les plus lents. La situation aurait certainement pu être cocasse si les demi-dieux n’avaient pas pour unique objectif de sortir d’ici le plus vite possible. Et ce, d’autant plus… Qu’ils étaient à nouveau pourchassés par des gardes. Kurai n’eut cependant pas le temps de réagir car Elina intervenait déjà en utilisant la même astuce que celle qu’elle avait déjà utilisée lorsqu’ils s’étaient infiltrés dans le complexe dans ce qui semblait être une autre vie alors qu’à peine quelques heures s’étaient écoulées.

Mais cette fois, cela ne se termina pas aussi bien que la fois précédente. Car au moment où l’eau se gelait, bloquant complètement le passage, la forme divine de la jeune fille s’annula. Alors, elle s’évanouit aussitôt. Kurai jura et accéléra le pas, forçant les prisonniers à faire de même. Ils devaient vraiment sortir d’ici le plus vite possible. Après tout, il avait bien promis qu’ils s’en sortiraient tous, pas vrai ?

Et heureusement, ils finirent par sortir. Les prisonniers, ébahis, observaient les lieux comme des nouveaux nés. Ce qu’ils étaient plus ou moins, après avoir été enfermés pendant aussi longtemps. Sans doute mettraient-ils quelques temps avant de vraiment prendre conscience de leur liberté retrouvée. Mais pour l’instant, l’essentiel était que chacun finisse sain et sauf. Et à ce moment-là, les hommes en noir conduisirent tous les demi-dieux à diverses camionnettes. Kurai voulut s’enquérir de l’état d’Elina, mais apparemment, on s’occupait déjà d’elle. Tant mieux, dans ce cas. Ils avaient donc réussi à tous s’en sortir plus ou moins sains, mais saufs. Et c’était l’essentiel.

A ce moment-là, alors que le jeune homme s’apprêtait à monter dans une camionnette, on lui remit une lettre. Etonné, il la parcourut rapidement des yeux et se figea. Pendant quelques instants seulement. Car, si la récompense promise pouvait presque sembler incroyable, pour lui, elle ne représentait rien. Rentrer chez lui ? Mais son chez-lui, c’était l’île. Il l’avait déjà affirmé, rien ne le retenait au Japon. Donc cela ne l’intéressait pas.

C’est pourquoi, quelques minutes plus tard, quand l’un des hommes en noir lui demanda quelle était sa décision, sa réponse semblait déjà toute trouvée. Mais alors qu’il ouvrit la bouche pour répondre, son téléphone sonna. Il s’excusa auprès du men in black et le sortit de sa poche. Il regarda qui l’appelait à ce moment précis et grommela un juron en reconnaissant le numéro du destinateur. Il demanda au men in black de patienter quelques instants et décrocha en soupirant.

-Oui ?... Je peux savoir comment tu as eu ce numéro alors que j’ai tout fait pour que vous retrouviez pas ma trace ?
-Oh, monsieur Ikazuchi, je suis content d’avoir enfin réussi à vous joindre ! Désolé de vous déranger, mais c’est terrible !
-Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ?
-Votre père… Il est à l’hôpital, il va sans doute mourir !
-…
-Monsieur Ikazuchi ?
-OK, j’arrive dès que je peux…

Il raccrocha en poussa un soupir. Il n’avait aucune envie de revoir son père, mais il savait qu’il le devait. Au moins pour mettre les choses au clair. Il se tourna à nouveau vers le men in blakc et, avec un sourire sarcastique et un petit haussement d’épaule, lui donna finalement sa réponse.

-Hé bien, finalement… Il semblerait que je doive accepter ce petit cadeau, tant qu’il est temporaire… J’ai certaines affaires à régler définitivement avant de rentrer sur l’île…









[Voilà, fin du RP !]




Kurai's theme :

Kurai's battle theme :


En savoir plus:
 
avatar


Masculin Date d'inscription : 25/08/2014
Occupation : Etudiant en 2e année en informatique. Mi-temps dans une librairie
Sexualité : Hétérosexuel/Jessophile
Messages : 1389

Carte de Jeu
Familiers: Indra
Deuxième magie: Fujin

Voir le profil de l'utilisateur

12 ★ - Double C


MessageSujet: Re: [Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)   







Contenu sponsorisé


 

[Event/Intrigue] Science et Magie, l'éternel conflit (Kurai/Elina/Sayuri)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

 Sujets similaires

-
» DEUXIEME EVENT/INTRIGUE ⊱ jizus qruaist
» [Intrigue PV] La disparition de la magie.
» Résumé de l'intrigue
» Magie des hommes-lézards
» Magie orc-question sur un sort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: La périphérie :: Les Continents-
TOP