Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]Auteur
MessageSujet: Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]   Mar 11 Nov 2014 - 21:15


Fenihara Shaporo
IRL on m'appelle Shaporo. J'ai 17 années derrière moi. J'ai connu le forum grâce à un top site et je pense que le forum est un cornichon  plutôt sympa


Identité
✖ Nom : Fenihara ✖ Prénom(s) : Shaporo ✖ Sexe : Masculin ✖ Date & Lieu de naissance : 11/10/1997 à Tokyo ✖ Nationalité : Japonaise ✖ Orientation Sexuelle : - Asexué
- Houlà, les rumeurs disent qu'il est bisexuel, le croyait pas.
- D'où tu sors toi... ✖ Occupation : - Plutôt qu'un véritable job, disons un job étudiant. Serveur dans un café, toujours étudiant.
- Et toujours à la recherche d'amour avoue le !
- ... ✖ Avatar utilisé : Saitou Hajime || Hakuouki ✖ Passe partout :
La Magie
✖ Groupe choisi : Saruta-Hiko
✖ Manière d'utiliser la magie : - Afin de pouvoir utiliser mon pouvoir, je dois juste imiter le mouvement d'un dégainage de sabre. Mais véritablement, je ne l'utilise qu'en dernier recours.
- Ahah, mensonge ! Je t'ai vu le faire l'autre jour, tu sais...Euh...Tu peux l'utiliser comme bon te semble, du moment que t'as ça sur toi. Oui ça, cette merde de pétale de cerisier là.
- Ah vraiment ? Si tu le dis.
✖ Affinité : Si j'aime ma magie ? Je dois dire que je ne la déteste pas, mais ça ne veut pas pour autant dire que je l'aime.
Physique
« - Bon, avant de parler de mon caractère, je dois d'abord répondre à tes attentes en décrivant mon physique hein ? Petit coquin. Il est quand même vrai que ça pourrait t'intéresser, que ce soit moi-même qui...Parle de moi ? M'enfin, tu vois ce que je veux dire. Grâce à ça, t'as un aperçu de ma personnalité et tout ça. Ou alors, ça t'aide puisque tu subis en ce moment même d'un faible, voire énorme, trouble visuel t'empêchant d'observer mon corps comme il se doit, c'est-à-dire avoir une estimation globale. Mais bon, si ça se trouve, t'es vraiment juste un gros dégueulasse homosexuel, m'sieur. Bref, on va pas faire tout un débat là-dessus, ça me concerne pas vraiment, ou du moins je l'espère. Quoi qu'il en soit, il est temps d'aborder le vif du sujet.

Donc, je vais commencer par la généralité, et tout ce que l'on peut apercevoir de loin. L'apparence de l'individu en gros, s'il est maigre, costaud, gros, ce genre de truc. En ce qui me concerne, je possède une taille plutôt normale. Oui, le mètre soixante-douze, c'est pas mal même si on peut être plus grand. Pour ce qui est du poids, je suis aussi dans la moyenne, c'est-à-dire soixante six kilogrammes. Bon, c'est vrai que je ne suis pas chargé de muscle, mais je ne peux pas dire que je me pleins de ça. J'ai une allure athlétique qui ne s'expose pas tant que ça, quoi de mieux ? Bref.

Ensuite, d'une inhabituelle teinte, ma chevelure émet comme une faible lueur violette qui rajoute de la valeur en la singularité de ma personne. M'enfin, c'est ce que disent la plupart des gens. Moi, personnellement, je m'arrête souvent à : mes cheveux sont noires avec quelques nuances violettes. Je ne pense pas vraiment que ça me rende si unique. Puis, pour accentuer cette particularité, mes yeux ont trouvé le moyen d'obtenir une couleur d'une certaine gemme plutôt jolie, le saphir. Sur ce point, je ne peux nier les paroles des autres. Je suis plutôt heureux d'avoir eu ces yeux lors de ma naissance, on pourrait presque les comparer avec ceux d'un tigre blanc et en remarquer qu'une faible différence. Autrement, mon visage dans l'ensemble paraît agressif, comme si j'étais prêt à bondir sur ma proie à chaque mouvement que j'effectue. J'ai une expression d'un véritable chasseur, ou quelque chose comme ça.

- Qu'est ce que tu nous sors depuis tout à l'heure toi...T'as une gueule d'ange, on dirait plus un chat qu'un tigre ! Les gens qui veulent se faire sauter dessus, doit y'en avoir plein...Merde, c'est un compliment ça ? Euh...Rectifions. Mais comment faire. Mhm...

- Au final, ce type me dira, un jour peut-être, qui il est...Et comment il en sait autant sur moi tant qu'à faire.

- Il a de l'espoir pas vrai?

- Mhm...Pour ce qui est du côté vestimentaire, je me contente du plus simple. Un tee-shirt blanc recouvert par une veste noire qui possède de la fourrure qui enveloppe la capuche. Ensuite, pour le bas, un jean commun maintenu par une ceinture marron, tout ça tout ça. Rien d'exceptionnel, je porte ce que tous portent.

- M'ignore pas ! Et prends pas une façon de parler qui n'est pas la tienne ! Et ! Et t'as oublié de préciser pour ton kimono, 'tain !

- Ah oui c'est vrai. C'est rien, ça. Kimono habituel, tout ça tout ça...Et puis donc, sous ces vêtements, il y a des choses que je n'ai pas encore décrit. Tu vois, les cicatrices, les tatouages, tout ça, j'en ai pas encore fait mention. Bon bah j'ai abordé le sujet, je vais en parler. Côté blessure, j'ai pas grand chose. Nan en fait j'ai rien. Pour ce qui est du dessin, c'est autre chose. J'en ai un plutôt magnifique au niveau du haut du dos. Une aile angélique à moitié brisée, c'est plutôt sympa, mais je ne t'accorderai pas le plaisir de la voir.

- Et plus un pour le champion ! J'dois avouer que son tatouage est cool, y'a pas photo.

- ...Pour finir, je pense que je dois quand même annoncer ce détail. C'est pas grand chose, mais c'est toujours ça. La plupart du temps, je mets mes mains dans les poches, c'est rien que ça. Bref, je pense que c'est tout pour le physique. On passe au caractère maintenant ? Okay, on finit vite que je puisse me rendormir dans le coin.

- Dors pas sans ma permission ! Euh, non rien.
Caractère
« - J'adore m'entendre avec les autres personnes, je ne dis pas que je suis amical envers tout le monde, mais juste un tout petit peu. En tout cas, j'aime être aimable. Ou plutôt, c'est dans ma nature. Je ne peux véritablement supporter le fait de faire du mal à quelqu'un, autant moralement que physiquement. Je préfère de loin aider, ou même laisser les choses couler, que devoir me battre pour résoudre les problèmes. Bien sûr, il y a bien des moments où la situation ne permet pas la fuite, et cela arrive souvent au plus grand malheur...Mais bon, pour conclure cela, je vais juste affirmer le fait que je suis un type étrange, mais gardant tout de même sa dignité.

- Il recommence avec tout son blabla...Arrête, t'es pas du tout comme ça ! On le sait tous que tu veux être aimable, que tu veux être amical, mais t'y arrives pas ! C'est dans ta nature, t'aimes trop provoquer les gens. Certes, il est vrai que tu n'aimes pas te battre, mais tu joues beaucoup trop sur les nerfs des autres...Ah, mais p'tet que tu t'en rends pas compte aussi...

- … Ah oui, en parlant de dignité, je fais appelle à l'honneur, cette vertu des temps anciens. Peu de monde la possède, mais ceux qui l'ont méritent un grand respect de ma part. Et donc, déjà, je suis l'un d'entre eux. En effet, cela ne me déçoit pas d'être bien perçu, par contre, si cela s'avère être le contraire, j’essaierais sûrement de remédier le tout. Mon âme doit rester intacte, sans à avoir à ressentir la sensation étrange, détestable ainsi que regrettable qu'est la déchirure. Pour rajouter, je dirai que je me soumets parfaitement à cette chose, sauf dans les cas extrêmes.

- Etre ignoré, chose tellement fréquente chez ce personnage qui est le mien !

- En tout cas, si je peux vous dire une chose sans avoir à le désapprouver plus tard, c'est que je suis un homme de parole. Si je vous accorde une chose, je vous le ferais ou vous l'offrez si c'est un objet. Je tiendrais donc promesse et ce, même contre tout l'or du monde. Pour moi, cela ne doit pas se donner sans réfléchir. Il faut savoir si l'on peut la tenir, si l'on échouera pas devant notre problème, et même si cela paraît impossible, continuer jusqu'à notre dernier souffle. On peut qualifier ces choses par l'état d'âme d'un individu, je pense.

- Allo ? M'entends-tu jeune homme ? Ou devrais-je dire, fier samouraï ? Ton code d'honneur est un véritable Bushido, t'as l'âme d'un samouraï quoi. Et c'est un compliment ! C'est l'un des trucs que j'aime bien chez toi en fait...

- Bon bon bon, changeons un peu de sujet. Je vais parler plus profondément de mon caractère. Pour continuer dans mes qualités, je pourrais dire que je suis plutôt déterminé, même si cela peut vite passer à une attitude bornée. Pour revenir, je n'abandonnerai pas, j'achèverai ma tâche. Si jamais je tombe, je me relèverai, encore plus confiant...Euh oui, c'est tout ce que j'avais à dire sur ça. Déçu ? J'en suis désolé...Mais je ne suis pas un héros. Je ne sais même pas si ce que je viens d'annoncer sera correct pour la plupart des événements. Disons que cela arrivera lorsque la situation en vaudra le coup.

- Ah lala, le bon vieux discours du...

- Bien sûr, je possède aussi des côtés mauvais, mais cela ne sort pas du tout de l'ordinaire. J'avoue être très émotif et cela peut avoir de très graves conséquences, notamment en plein combat ou autres choses dans le genre. Cependant, ce n'est pas mon seul défaut et loin de là. En plus de ce que j'ai déjà annoncé, j'ai aussi le misérable fait d'être un peu trop naïf. Et oui, ça ne peut se changer tout ça. Effectivement, j'ai aussi d'autres imperfections. J'ai donc tout à fait le droit d'être comme je suis.

- Eh connard tu vas me laisser parler oui.

- Mais bon, étant habituellement calme et posé, je me suis déjà surpris à perdre mon sang-froid et agir contre mes volontés. On dit que toutes personnes ont leurs limites, cela compte aussi pour mon cas, et surtout dans ce domaine. J'ai tendance à exprimer ma colère d'une étrange façon. Mon caractère permute donc à la suite de cela, laissant paraître un esprit quelque peu sadique, bien que je joue certaines fois ce type de personnage par simple envie journalière. En fait, on peut même dire que...Non.

- Qu'est ce que je disais ! Ce type adore torturer mentalement les gens ! C'est plus fort que lui ! Si dans son cœur, il veut être gentil, de face ça se montrera autrement ! C'est surtout comme ça qu'on perçoit si on lui tient à cœur en fait...

- Bref, parlons maintenant...

- D'accord d'accord...Je vais te dire qui je suis. Je suis une...

- … Une simple personne qui m'a stalké pendant plusieurs années ? Quelqu'un qui lit dans les pensées ? Qu'importe, j'm'en fous. Du moment que tu me gênes plus après cet...Interrogatoire.

- Mhm...Je me contenterai de...Nan t'es même plus marrant. Tu dis des choses plutôt juste, c'est chiant.

- Je disais donc, parlons de ma manière d'agir. J'admets que je ne suis pas quelqu'un qui fonce tête baissée. Je favorise le fait d'avoir un plan solide et réfléchir à toutes les failles de la tactique. On me reproche aussi assez souvent d'être un peu trop perfectionniste mais je préfère l'être et garantir la réussite que l'inverse.

- Bon tu vas arrêter avec cette façon de parler ? Tu commences à me gonfler. Essaye pas de cacher aux autres ce que tu es bordel. J'ai du te corriger pas mal de fois...Eh eh en plus. En plus tu parles de combats là pas vrai ? Voilà, il adore ça !

- Tu veux que je dise quoi hein ? J'vais pas révéler mes trucs comme ça. Y'a des choses ça me gêne pas, d'autres un peu plus. J'vais pas dire que j'adore chanter danser et les sucreries plus que tout quand même ! Ah...Merde. Bon, grâce à lui là, on clôt de force cette partie là, on finit le tout. »

Passé, Présent, Futur
«  - Juste comme ça, n'interagis pas dans mon histoire toi. J'risque d'oublier quelques passages et tout ça. Et laisse moi parler comme je veux, y'a des moments où je parle aussi comme ça.

- Mhm...T'inquiète, j'avais pas l'intention de faire grand chose.

- Bien.

Mes yeux s'étaient ouverts pour la première fois. Tandis que mes faibles pleures résonnaient à travers la salle, l'effort de ma mère continua pour cause de la venue d'un second enfant. Des jumeaux. Le premier enfant, moi, portait des traits extrêmement féminins qui portait à confusion au sujet de la gente, laissant penser le contraire de ce qu'il était réellement. De plus, le second nourrisson était tout aussi problématique, ayant un physique plutôt masculin alors que c'était une fille. On pouvait presque dire que leur âme s'était inter-changée.

Donc. Alors que l'on était encore tout pur et innocent, et que l'on ne comprenait rien de ce qu'il se passait, celle qui nous donna vie ne put supporter la douleur de deux naissances d'affilée, et succomba finalement dès lors qu'elle prononça nos noms, Shaporo et Erika. Notre père qui n'était pas loin vint nous prendre dans ses bras puis lâcha des chaudes larmes qui réussit à estomper mes propres cris.

L'heure de découvrir notre maison était arrivée. Cette dernière n'était ni luxueuse, ni une simple masure. Non, elle correspondait totalement au budget que notre famille possédait. C'était dans la moyenne. M'enfin, je dis ça mais en vrai, avant, je m'en foutais totalement étant donné que je n'étais qu'un petit rien.

Bon, passons à un âge un peu plus intéressant que ce moment de la vie, où seuls des « greux » et « agreux » sortent de notre bouche. Bien que ma vie n'a rien de passionnante, je vais partir sur ce moment. L'époque du collège, on peut dire que quelques agitations ont eu lieu à cette période, même si ce n'est rien de grave.

Le jour de la rentrée, je n'étais pas vraiment chanceux. Premièrement, mon réveil n'avait pas sonné. De plus, mon père travaillait et ma sœur ne m'avait pas réveillé. Elle aimait en quelque sorte me laissait gérer mes problèmes, ça l'amusait beaucoup. J'étais donc un peu en retard. Cependant, je pensais encore pouvoir arriver à l'heure si je me dépêchais. Fermant la porte à clé, je chevauchai mon vélo puis commençai à pédaler. A cette allure, j'étais sûr d'être là-bas à temps. Cela dit, ça ne se passa pas comme prévu. Les freins avaient lâché. Alors que je descendais la pente finale, la panique me prit en sachant ce contretemps. « Que faire ? A ce rythme, je ne vais pas m'arrêter... » J'étais vraiment perturbé. Je ne savais pas quoi faire, je m'étais contenté de fermer les yeux.

L'inévitable arriva alors, j'avais foncé dans le mur. Je ne savais pas si j'avais réellement de la poisse, ou si j'avais vraiment de la chance, mais je n'étais pas gravement blessé. Cependant, ma sœur qui n'était pas loin ne put que rire de cet incident. « Ça c'est bien mon frère ! » hein...C'était méchant de sa part, tout le monde prit rire sur le coup. Mais ce qui me choquai le plus, ce n'était pas ça, mais ce qui se passait plus tard.

Tant de bien que de mal, j'avais pu intégré ma classe sans être la risée de celle-ci. Bien que j'étais un peu timide, j'avais pu me faire des amis avec qui parler de tout et de rien. Toutefois, ce n'était pas des garçons. Ces derniers semblaient m'éviter du regard pour une raison qui m'échappait. Pourtant, je n'avais aucunement posé problème, et j'agissais normalement devant eux. J'avais mon sourire habituel, je me rapprochai un peu pour leur chuchoter quelques mots...Ou des choses comme cela. Néanmoins, on me repoussait tout le temps.

Il m'était même arrivé à penser que les garçons me détestaient tous mais ça me paraissait un peu gros. Cela me troublait légèrement, au point à en parler à ma sœur. Je n'eus que des rires en réponse. Et lorsque j’essayais de savoir ce qu'il se passait, elle ne fit que se tordre davantage. Puis, finalement, il y eut ça : « T'en fais pas, Shapi ! T'es parfait ! T'assure t'assure hihi ! Continue comme ça et ça viendra, tu verras haha ! » Je ne savais pas quoi y penser, elle n'arrêtait toujours pas de rire. Mais bon, onee-san était parfois gentille. Je me disais que je pouvais lui faire confiance cette fois.

Les années avaient passé, et les choses n'avaient qu'empirer jusqu'à ma dernière année de collège. « Pourquoi les autres garçons étaient aussi mal à l'aise avec moi dans les parages ? » Peu importe le nombre de fois que je m'étais posé cette question, je n'avais jamais la réponse. Cela dit, d'un autre côté, la chercher me lassa complètement. Je préférai donc vivre sans me préoccuper de ce problème là. Je continuai alors à faire les choses à ma manière, sans pour autant éviter les garçons. Au fond de moi, je tentais toujours d'être ami avec eux. Sauter sur leur dos par surprise, leur offrir un bento...Mais bon, ça ne marchait pas.

Quelques fois, je me sentais comme délaissé. Surtout lors des cours d'EPS. Dans les vestiaires, à chaque que je me changeais, tout le monde partait dans un coin, ou dans les douches. « J'aurai aimé un peu d'affection moi aussi. Un peu d'amitié, ça leur ferait si mal que ça ? » M'enfin, ça ne faisait rien. J'avais déjà plein d'amies.

Oh, je me rappelle d'une histoire. C'est sans doute l'une des plus mouvementées de ma vie. Un jour, en rentrant chez moi, je fus agressé par trois personnes. Le fait que ce soit tous des hommes me rendaient un peu heureux étant donné que je pensais que je les faisais fuir, mais utiliser la violence pour m’emmener « jouer » autre part m'avait grandement déplu. J'avais beau me défendre, c'était sans espoir. La différence de puissance était flagrante. Cependant, ce n'était pas fini. « Shapo ! »

Ma sœur pouvait vraiment être gentille, et un peu idiote. J'étais un peu en retard, donc elle était venue me chercher ? De plus, elle se jette sur mes assaillants sans avoir peur d'eux ? Elle était vraiment bête. Elle ne pouvait pas gagner. Elle allait se blesser. Je ne voulais pas la voir dans un sale état, même si elle était du genre taquine, elle restait ma précieuse sœur. « Ne viens pas ! Fuis ! » Mais bien que je disais ça, j'avais l'impression d'être le plus idiot des deux. Il était évident qu'elle ressente la même chose à mon égard. Et puis, un combat eut lieu. Erika et moi sortîmes vainqueurs mais on fut salement amoché. En outre, je n'avais pas servis à grand chose. J'étais vraiment faible.

Les jours suivants, je m'étais placé un objectif. Je voulais devenir plus fort. Je voulais pouvoir me défendre tout seul, sans impliquer d'autres aimables personnes. Je voulais aussi pouvoir protéger ma sœur au cas où un événement similaire arriverait. J'avais ce souhait, non pas pour moi, mais pour Erika. En aucun cas je n'accepterais de la revoir blessée. Pour cela, je m'inscrivis à deux clubs. J'allais m'exercer dans l'escrime, et dans la boxe.

Mon emploi du temps venait de se serrer d'un coup. Ceux qui m'entouraient étaient grandement surpris de mes choix. Tous me voyaient plus rejoindre le club de musique, étant donné que je montrais un énorme intérêt pour cet art. M'enfin, personne ne pourrait me comprendre. Un dernière année qui rejoint de tels clubs alors qu'il n'a jamais pratiqué auparavant, c'était forcément étrange. Malgré cela, je m'étais rapidement habitué et j'avais appris à une vitesse remarquable. Peut-être que ma détermination jouait un peu, mais je savais qu'un autre facteur était la cause de cet incroyable apprentissage. Je m'amusais beaucoup. Non, c'était plus que ça. Je ne saurai le décrire, mais c'était plus qu'un simple amusement.

L'année se finit alors rapidement, sans soucis majeur. Tout le monde avait réussi son test afin d'aller dans le lycée qu'il souhaitait. Personnellement, j'avais fait le même choix que ma sœur. Je n'étais qu'un idiot qui refusait de me séparer d'elle. Cette fois-ci, je n'eus pas le même traitement de la part des autres garçons. Bien que ces derniers furent surpris la première fois, je pus leur parler normalement et jouer avec eux. Et au contraire, il était plus difficile d'avoir des amies. Avais-je changé, ou est-ce que c'était qu'au collège que les autres me voyaient d'une façon étrange ? Je ne le savais pas, mais ce n'était pas grave. C'était le passé.

Ce premier cycle fut absolument normal. Aller à l'école chaque jour, puis l'entraînement au club, pour enfin rentrer à la maison. Les jours de repos, s'amuser dehors avec tous nos amis...Rien de particulier n'arriva. Cela dit, c'était arrivé si vite.

Pour une fois, Erika avait vraiment l'air d'être Erika. Elle était ravissante, mignonne. Elle sortait avec son petit ami. Je ne voulais pas réellement l'espionner, mais je voulais juste m'assurer que tout aille bien. Je n'allais certainement pas les déranger. J'étais juste un peu curieux. Le drame se montra lorsque son copain partit soi-disant chercher à boire. Elle se trouva donc seule durant ce temps, comme dans les mangas. Et donc, comme dans les mangas, on vint l'aborder, puis l'entraîner dans une sombre ruelle. « Que faire ? » La question ne m'était même pas venu à l'esprit. Mon corps bougea tout seul, puis j'accourus à sa rescousse. Les repoussant alors, je couvrais ma sœur avec mes bras pour la protéger.

Ils avaient déjà décidé de me faire dégager. Ils n'avaient pas peur de la police ou des lois. Du moment qu'ils avaient Erika, ils feraient tout et n'importe quoi hein...Je devais la protéger. Je ne faisais pas de l'escrime et de la boxe pour rien. C'était pour des occasions comme celle-ci que j'exerçais ces sports. Je me pris alors dans un combat auquel je dominais largement. J'avais même gagné, les autres étant tous étendus au sol. Cependant, lorsque je me retournais pour revenir auprès de ma sœur, j'avais comme soudainement mal au niveau du dos. Refaisant alors face à ces scélérats, je m'étais aperçu qu'ils n'étaient que de simples pourritures, assez pour prendre la vie de quelqu'un sous la rage. L'un d'eux m'avait planté un couteau dans le dos avant même de se rendre compte de la gravité de ses actions.

Le petit groupe disparut alors du plus vite possible, tandis que moi, je restais sur place, sans pouvoir dire un mot. A mon tour, je m'étendis au sol dû à la douleur. C'était fini, je n'entendais presque plus rien, je sentais mon corps se refroidir, ma vue se troublait. Les ambulances...N'arriveront pas à temps. A la toute fin, je voulais revoir le sourire de ma sœur. Me rapprochant alors d'elle, je pus lui adresser mes quelques derniers mots. « Ne pleure pas...Tu es plus jolie quand tu souris...Dis...Tu peux sourire pour moi...? » Bien que je lui dis ça, je ne voyais déjà plus grand chose. Ses larmes furent la dernière image que je pus imprimer avant de m'éteindre.

Ce fut la grande surprise lorsque je pus me relever. J'étais dans un lit d'hôpital. Finalement, ils étaient arrivés à temps...Je n'avais pas à connaître l'au-delà, du moins pas encore. Cependant, c'était étrange, je n'avais aucune blessure corporelle, où que ce soit. Je n'avais pas mal. Je me sentais juste un peu déboussolé. Puis, vint le docteur.

« Tu te sens pas trop mal ? Ça doit faire une demi-année que tu es resté dans ce lit. Le choc de la blessure était trop grande pour que tu la supportes, tu as eu de la chance d'être encore en vie. Mais...Être dans le coma n'est pas non plus une chose facile. Quoi qu'il en soit, repose toi bien, je vais appeler tes proches. »

Alors, j'étais dans le coma. C'était étrange, j'avais l'impression que tout ce qui s'était passé ne remontait qu'à quelques heures. Mais bon, c'était déjà le passé. A ce moment, je n'avais envie que d'une chose, manger une bonne grosse glace...Euh...J'veux dire, « Erika ni aitai. » Sur le moment, je n'avais qu'envie de revoir ma sœur – si on ne compte pas cette étrange envie de Parfait au chocolat. Cela me fit penser à une certaine chose, ma sœur comptait-elle uniquement comme une sœur pour moi ? N'avait-je pas développé des sentiments encore plus affectueux que l'on peut trouver entre frère et sœur ? « Non, impossible... »

D'ailleurs, une fois celle-ci arrivée, je remarquais plusieurs détails qui avaient changé en moi. Premièrement, je n'avais pas à reproduire mon sourire habituel. Je devais forcer pour le faire apparaître, et ce n'était qu'un léger sourire. Ces mois de coma m'auraient privés de certaines de mes capacités ? C'était probable. Cette blessure devait me tuer, mais je suis encore en vie. C'était donc bien possible de perdre ma capacité à sourire. Seulement, si ce n'était que ça, je ne serais pas autant affolé intérieur.

Le second point qui me fit plus peur, c'était ça : « Yo, nee-chan ! T'es venu voir ton sauveur ? Franchement, quelle idée de sortir avec un mec pareil ahah ! » Ça, c'était pas moi. Je ne voulais pas réellement dire ça, franchement. Je voulais dire à ma sœur à quel point j'étais heureux de la revoir. Cependant, les mots sortaient tout seul. C'était une conséquence plutôt grave de mon accident, mais je n'en saurais pas la cause exact. Le coma ? La blessure ? Ou un élément extérieur lors de mon profond sommeil ? Quoi qu'il en soit, ça m'a changé, complètement, ou presque.

Cela dit, je n'avais pas la force de lutter contre moi-même. Comme d'habitude, je laissais couler ça. De nouveaux traits de caractères, ça pouvait être amusant à découvrir...Dès que j'eus pensé cela, je savais d'avance qu'il me serait impossible de redevenir celui que j'étais.

Je fus autorisé à sortir de l'hôpital que quelques mois plus tard, après mes séances de réhabilitation. Lorsque j'atteins les lieux de ma maison, je retrouvais malgré tout toujours cet air de rejet. Dans cette maison, il ne s'y trouvait que ma sœur et moi...Accompagné d'un vieil ivrogne. D'un côté, ça ne me réjouissait pas de revenir, de l'autre, je retrouvais ma sœur.

N'ayant pas pu prendre la moitié des cours de l'année, je fus obligé de redoubler. Cela m'était égal, mais une rumeur s'était fondée sur le pourquoi j'étais absent. Et je n'aimais pas vraiment qu'on chuchote derrière mon dos, ou même que l'on ressasse mon passé et ma vie. M'enfin, c'était pas réellement ce qui allait me mettre en colère, cela me gênait juste un peu. En tout cas, c'était la saison de la floraison des fleurs de cerisier, et je n'étais toujours pas autorisé à pratiquer un quelconque sport. J'avais un délai à respecter, et Erika m'observait minutieusement pour voir si je le respectais.

Et les jours passaient, lentement, très lentement. J'assistais à des cours qui me paraissaient ceux du mois dernier, et je m'ennuyais. Je m'ennuyais rapidement. Néanmoins, un jour, lors de la pause déjeuner, une sensation étrange me traversa, tandis qu'un phénomène mystérieux se déroula devant moi. Je me trouvais dans la cours, sous un cerisier, et je me mettais à répéter des mouvements que j'avais appris à l'escrime. J'essayais aussi de les combiner à un autre style, pour voir ce que ça pourrait donner, m'enfin. Le pétale se transforma en pierre. C'était ce que je croyais. Dès lors que j'eus touché ce pétale, un rocher fut projeté, ce qui brisa la fenêtre à proximité.

Si la surprise interrompit mes mouvements, cela créa aussi un sentiment de soulagement et d'amusement. J'étais comme un enfant ayant trouvé un nouveau jouet. « Il se passe des choses étranges ici, héhé. » Cela dit, pour ne pas être embarqué dans un délit de dégradation de matériel – même si c'est déjà le cas - , je préférai déguerpir rapidement de l'endroit pour mieux réfléchir, et surtout, m'amuser encore plus.

Sur cette décision, je séchai le reste des cours pour tenter de reproduire un effet similaire à l'aide des cerisiers dans les alentours du lycée. Bien que j'essayais encore et encore, je n'avais l'air que d'un idiot qui se battait contre un arbre, ou plutôt, danser avec l'arbre. Je me lassai rapidement de ce mystère qui ne devait être qu'une imagination. Je ramassai alors un pétale pour mieux l'observer, puis je le balançais derrière moi, déçu.

Toutefois, à ce même moment, une étrange plante sortit du sol pour disparaître une seconde après. J'avais compris. Ce n'était pas le lieu qui était magique. C'était moi. Attrapant alors un nouveau pétale, mes doutes se confirmaient. J'avais complètement changé. « A moins...Que ma vraie nature m'est révélée... ? » Après ça, un simple soupir avant de rentrer. Si ça s'apprenait, je risquais d'être en mauvaise position, il valait mieux garder ça secret de tous, même de ma chère sœur.

Depuis, les jours, les semaines, les mois me paraissaient si rapides. Ma soif de connaissance envers ce mystérieux pouvoir ne cessait de croître. J'apprenais de plus en plus, sans que personne ne s'en aperçoive. Puis rapidement, je fus mêlé à des combats. Des combats car les gens s'approchaient de moi, voulaient simplement parler. Seulement, moi, bien que mon cœur prononçait autre chose, mes paroles les provoquaient constamment, au point de déclencher quelques bagarres et d'être mal vu au sein du lycée entier. Mais même avec ça, j'étais autorisé à participer au voyage scolaire. Comme dans les mangas, la direction choisie était la mer, et les autres mecs en bavaient déjà...C'était pas bien difficile de savoir à quoi ils pensaient.

M'enfin pour moi, c'était plus un moyen de découvrir un endroit que je n'avais encore jamais vu. Là-bas, je manquais à chaque appel de classe pour me promenait un peu plus loin. L'endroit où quelques falaises s'allongeaient m'intéressait fortement. Je l'aimais bien. Je passais un peu de mon temps à cet endroit, lorsque tout à coup. Bam. Il faisait noir, c'était serré. C'était comme si l'on m'avait kidnappé, sans me bâillonner. Puis tout à coup, on me tira du sac beige auquel je me trouvais, et on me laissa juste une lettre.

J'étais jeté dans un endroit, dans une île qui semblait tellement lointaine du Japon. Lorsque je regardais à l'horizon, je ne pus qu'apercevoir rapidement les hommes qui m'avaient transporté ici. A côté de moi, se tenaient toutes mes affaires ainsi qu'une bourse à moitié vide d'une étrange monnaie. Je ne comprenais pas ce qu'il m'arrivait et c'était la première fois depuis mon passage à l'hôpital que j'avais vraiment peur.

« Oï Oï, déconnez pas avec moi...Vous pouvez pas me laisser ici hein ? »

Cependant, aucune réponse. En même temps, à qui devais-je parler ? J'étais seul. Je pouvais bien crier, ce n'était pas ça qui allait résoudre mes problèmes. Tout ce qui me restait à faire, c'était de ramasser toutes mes affaires, d'avancer droit devant moi, puis de lire cette maudite lettre.

Quelle lettre étrange. J'avais l'impression qu'un vieil écrivain en était l'auteur. Étais-je pris dans la folie d'une personne, ou était-ce la réalité ? Après tout, il savait que je possédais des pouvoirs. Coïncidence ? Ou bien...C'était embêtant. J'étais dans un endroit inconnu, sans que je connaisse personne. Et si j'avais bien compris, les personnes se  trouvant dans les lieux possédaient aussi des pouvoirs...Dans quoi je m'étais retrouvé ? La réponse me viendra un jour, probablement.

Cela dit, après avoir passé quelques semaines dans les parages, j'avais pratiquement la certitude que je n'allais pas revoir ma terre natale de sitôt. En étant alors sûr de cela, je continuais ce que je faisais avant d'atterrir au milieu de nulle part. Les études, le travail, tout correspondait. Seul la langue utilisée changeait, ce qui me posait parfois problème vu mon niveau en anglais. M'enfin, j'étais redevenu un lycéen en seconde année, serveur dans un café...Je vivais toujours dans un lieu qui ne reflétait absolument pas la richesse...Et j'avais l'image d'Erika qui revenait sans arrêt. « Un jour, je trouverai la clé qui remodèlera mon destin pour s'entrecroiser au tien. Je la trouverai pour toi, Erika. »

Et puis...Me voilà ici en train de vous parler.

- Et tu parles d'une vie banale...

- Merci du commentaire, c'est très touchant, connard. »



Dernière édition par Shaporo Fenihara le Mer 12 Nov 2014 - 20:46, édité 8 fois






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]   Mar 11 Nov 2014 - 22:09

Chalut ! Je te souhaite officiellement la bienvenue sur HnK, shônen ! Je valide ton passe-partout, c'était bien le bon :3 Sinon, je viens déjà (eh oui, je sais, déjà...) que le titre de ta présentation n'est pas aux normes. Il doit obligatoirement commencé par prénom(s) + nom. Voilà, déjà un petit truc à modifier^^" Si jamais tu as des questions, ou besoin d'aide pour compléter ta fiche, n'hésite pas à demander !

(Et enfin, c'est quoi ton orientation sexuelle ? J'ai rien pigé )


La sorcière de glace

Elina's theme


Infos supp':
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/08/2014
Occupation : Kami
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 1241

Carte de Jeu
Familiers: Fenrir
Deuxième magie: Kagutsuchi

Voir le profil de l'utilisateur

▲ Kami ▼


MessageSujet: Re: Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]   Mar 11 Nov 2014 - 22:46

Concernant son orientation il est bisexuel si j'ai bien compris.

Dans tous les cas bienvenue parmi nous et bonne continuation pour le restant de ta fiche






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]   Mar 11 Nov 2014 - 23:07

Officiellement bienvenue à toi, Shapi ! ^^




Kurai's theme :

Kurai's battle theme :


En savoir plus:
 
avatar


Masculin Date d'inscription : 25/08/2014
Occupation : Etudiant en 2e année en informatique. Mi-temps dans une librairie
Sexualité : Hétérosexuel/Jessophile
Messages : 1400

Carte de Jeu
Familiers: Indra
Deuxième magie: Fujin

Voir le profil de l'utilisateur

13 ★ - Ultimate


MessageSujet: Re: Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]   Mar 11 Nov 2014 - 23:37

Thanks !

J'ai changé l'ordre pour le titre, pour faire apparaître prénom nom en premier, c'est bon ?

Et pour ce qui est de l'orientation sexuelle, c'est bien bisexuelle. J'ai pensé faire intervenir un autre personnage pour la présentation et qui corrige parfois ce que dit mon personnage.






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]   Mer 12 Nov 2014 - 17:51

Oui, le titre ainsi est bon^^ Il ne te reste plus qu'à compléter ta fiche, mais je vois que tu es en bonne progression !


La sorcière de glace

Elina's theme


Infos supp':
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/08/2014
Occupation : Kami
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 1241

Carte de Jeu
Familiers: Fenrir
Deuxième magie: Kagutsuchi

Voir le profil de l'utilisateur

▲ Kami ▼


MessageSujet: Re: Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]   Mer 12 Nov 2014 - 18:07

Oooh, un saruta-hiko !
Bienvenue ! ^^






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]   Mer 12 Nov 2014 - 20:49

Thanks !

Et donc voilà, je pense avoir terminé cette prez' m'enfin, doit sûrement y avoir deux trois trucs à corriger j'pense.






Invité
Invité


MessageSujet: Re: Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]   Jeu 13 Nov 2014 - 11:52

Chalut ! En ce qui me concerne, je ne vois pas d'autres modif' à faire, je te donne mon aval^^ Je laisse le soin à Jess de poser le verdict final.

EDIT :

Après accord de notre chef vénérée, je te valide ! N'oublie pas de recenser ton avatar, et de demander un logement ;)


La sorcière de glace

Elina's theme


Infos supp':
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/08/2014
Occupation : Kami
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 1241

Carte de Jeu
Familiers: Fenrir
Deuxième magie: Kagutsuchi

Voir le profil de l'utilisateur

▲ Kami ▼


MessageSujet: Re: Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]   







Contenu sponsorisé


 

Shaporo Fenihara || La clé de ton destin, je la trouverai pour toi. [100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» + Si tu ne décides pas de ton destin c'est ton destin qui décide pour toi. (THIERRY)
» Si tu ne décides pas de ton destin c’est ton destin qui décide pour toi
» Le temps de solitude est le choix de ton destin l RP libre pour qui veut !
» On ne contrôle pas le destin !
» Hasard ou destin? [Guenièvre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: Hors-RPG :: Archives :: Dossiers Archivés-
TOP