Partagez | 
 

 Truth or Dare [PV Sasha]

Aller en bas 
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 53

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
6 ★ - Divine
MessageSujet: Truth or Dare [PV Sasha]   Dim 9 Sep 2018 - 17:01

Le temps passe, inexorable et impitoyable, inconscient de ce qu’il peut infliger aux êtres vivants. Après tout, pour le Temps lui-même, rien n’est plus court qu’une vie. Le temps passe, inexorable, et les vies humaines continuent, d’obstacles en obstacles, qu’ils soient petits ou grands.

Et parfois, ils étaient petits, mais semblaient insurmontables. Chez les auteurs, l’un de ces problèmes les plus récurrents porte un nom : le syndrome de la page blanche. Ce moment magique où les mots refusent de venir, laissant l’auteur pantois devant sa feuille (ou son clavier, on est dans le monde moderne, après tout !).

Et en ce moment très précis, la victime de cet affreux syndrome n’était autre que la cambrioleuse/journaliste/écrivaine à ses heures perdues, Faërye Fridam. Elle voulait écrire une nouvelle histoire… Mais n’arrivait pas à trouver de cadre satisfaisant. Agacée, la Tsukuyomi secoua la tête, faisant voler ses longs cheveux d’un bleu de nuit dans son mouvement de déni.

Elle n’arrivait pas à trouver un cadre intéressant pour son histoire. Pourtant, cette île devrait bien pouvoir lui en fournir, au vu de tous ces événements et lieux bizarres qu’on pouvait y trouver ! Alors pourquoi rien ne lui venait à l’esprit ?

Au moment même où cette pensée s’imposait à elle, elle eut la réponse à son problème. Elle ne trouvait pas de cadre inspirant malgré les bizarreries habituelles de l’île ? Il ne lui restait plus qu’à partir à la recherche de bizarreries un peu moins habituelles. Il lui fallait donc aller dans un lieu un peu plus extraordinaire que d’habitude. Donc, autant aller voir du côté des endroits un peu plus éloignés des villes. Et pourquoi pas, carrément, faire un petit voyage de quelques jours, loin de la ville, pour se ressourcer ?

C’est avec cette idée en tête et cette nouvelle résolution que la jeune femme décida de partir pendant une semaine. Elle chercherait le lieu idéal et reviendrait de sa petite balade pleine d’idées et d’énergie. Et aussi… Les étoiles lui manquaient. Cela faisait trop longtemps qu’elle ne s’était pas éloignée des villes et de leur pollution visuelle. Elle avait beau être une personne urbaine par nature (les meilleurs défis à ses aptitudes se trouvaient toujours dans des villes), les endroits isolés mais proches de la nature lui rappelaient les meilleurs moments de sa vie, avant qu’elle n’entame ses différentes carrière. Et quand elle le pouvait, elle profitait de ce genre de paysage pour se retrouver en elle-même… Et retrouver une certaine forme de liberté qu’elle avait trop longtemps laissé de côté.

Elle ne prendrait pas grand chose, finalement. Juste le nécessaire pour vivre dans la nature, et évidemment, son carnet et de quoi noter. Après tout, elle partait aussi pour trouver de nouvelles inspirations. Elle ne comptait pas non plus s’aventurer dans les zones trop dangereuses. Elle avait conscience de ses limites, après tout ! (Même si, ces derniers temps, elle avait l’impression d’être devenue plus forte). Un nécessaire de premiers soins était malgré tout un indispensable à emporter. Après tout, elle avait beau être agile et efficace, un accident était vite arrivé.

Une fois ses préparatifs terminés, elle quitta son appartement. Pour commencer, elle avait décidé de prendre la route d’Hizumu, puis d’en dévier… Puis elle improviserait, se laissant porter par son instinct. Mais une chose était sûre : elle allait marcher.


Plusieurs heures plus tard, elle avait en effet beaucoup marché. Elle s’était éloigné de la vie bouillonnante de la ville, errant au hasard. Et elle venait de tomber sur un lieu impressionnant. La verdure s’étendait à perte de vue. Elle se trouvait au bord d’une falaise escarpée, en haut d’un petit vallon. L’endroit était idéal pour passer la nuit, même s’il était encore tôt. Mais dans ses voyages, elle avait appris que, si l’on voyageait pour le plaisir, il était inutile de trop se presser. D’autant plus qu’un lieu de repos aussi idéal n’était pas forcément très courant. Elle allait donc rester ici pour le moment.

Mais avant de véritablement s’installer, elle voulait profiter simplement du lieu. Elle s’adossa à un arbre, regardant vers le vallon, et se perdit dans ses pensées. Elle sentait déjà que ce moment de solitude intégrale lui ferait du bien. Elle respirait à nouveau.


•Faërye's theme
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 04/09/2018
Occupation : Photographe professionnelle
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 33

Carte de Jeu
Double Compte:
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
2 ★ - Multiple
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   Lun 10 Sep 2018 - 18:21

Alors que les premières lueurs matinales pointent le bout de leur nez dans le studio, Sasha est déjà assise en tailleur dans son lit, traficotant son appareil photo. Elle veille bien à supprimer tous les clichés loin d’être réussis – des photos où un animal a bougé un poil trop vite par exemple, ou même celles où la luminosité laisse complètement à désirer –, ainsi que des doublons, pour être sûre d’avoir assez de mémoire pour la journée. En effet, qui dit nouveau lever de soleil sur Awashima, dit nouvelle journée de découverte pour Sasha. Et il se trouve que sa destination du jour est plus qu’intéressante. Elle est – semble être … exaltante. Enivrante. Excitante. Pleine de promesses.

Les Terres Inexplorées.

Des terres qui, à première vue, découragent la plupart des habitants de l’île, exceptés les plus curieux et les plus téméraires. D’après ce que l’on raconte, ces terres seraient entourées de mystère(s), surtout que personne ne semble en revenir … Ce que la jolie rousse a surtout entendu – et retenu –, c’est que les Terres Inexplorées regorgent très certainement de tout ce dont elle a besoin, en tant que photographe : de nouvelles terres, de nouveaux endroits, de nouveaux paysages à découvrir et à dévoiler au monde entier. Peut-être même des créatures, des plantes et des animaux encore inconnus … Voire même des phénomènes naturels qu’on ne peut voir que là-bas, et pas en ville.

Dans tous les cas, les Terres Inexplorées semblent être une opportunité en or ; peut-être même sa seule chance, pour le moment.

Sasha inspecte une dernière fois la carte étalée sur la table, révisant le chemin qu’elle souhaite prendre pour s’y rendre … même si cela reste quelque peu abstrait à ses yeux. Tout ce qu’elle sait, c’est qu’elle sera à l’air libre jusqu’à ce soir, sans doute. Alors, elle ouvre un léger sac-à-dos, y glisse une bouteille d’eau, des biscuits pour un boost en sucre et … son appareil photo, curieusement. Il sera trop tentant de faire des photos sur la route, et Sasha a réellement l’intention d’économiser de la batterie et de garder assez de place dans l’espace de stockage pour aujourd’hui.

Le sac sur les épaules et la carte en main, elle quitte donc son appartement pour la journée – et, secrètement, espère revenir indemne.




C’est après de longues heures de marche que Sasha laisse échapper un long et profond soupir de soulagement, s’autorisant une courte pause à l’ombre d’un arbre. Ses épaules sont rougies par le frottement des bretelles du sac, ses pieds brûlent à cause de l’effort, et sa bouteille est à moitié vide. Et, devant elle, se dresse une imposante montée. Elle grimace d’avance, anticipant déjà l’impression d’avoir des jambes faites de coton une fois arrivée tout en haut de la falaise.

Oui, c’est son but. Grimper, grimper, et encore grimper, afin d’avoir une vue d’ensemble d’une partie de ces nouvelles terres et de repérer les endroits qui lui parleraient le plus. Mais une chose est sûre : la vue sera sa première récompense de la journée. Et – enfin ! – une excellente raison de sortir son appareil photo du sac et de le pendre autour de son cou.

La sensation de tenir l’appareil entre ses mains et de tout observer à travers l’objectif lui manque tellement qu’une nouvelle énergie la saisit toute entière. La rouquine se lève, s’étire jusqu’à ce que ses chevilles craquent, remet le sac sur ses épaules et reprend sa marche. Elle grimpe, se focalisant sur sa respiration avant d’abandonner ce stratagème et de commencer à fredonner les quelques chansons qui l’ont bercée alors qu’elle était haute comme trois pommes. Des chansons chantées par son grand frère, qu’il accompagnait d’un air de guitare une fois qu’il était prêt. Des chansons qui l’aidaient à s’endormir, ou qui chassaient les mauvais rêves en pleine nuit.

« Bíum, bíum, bamba, börnin litlu ramba murmure-t-elle, ses mains moites agrippées autour des bretelles. Fram áAH ! »

Sasha vient juste de manquer une pierre qui dépasse légèrement du sol, se prenant les pieds dessus et se faisant un croche-patte à elle-même. Heureusement, elle ne tombe pas – trébuche à peine, et vacille alors qu’elle tente de retrouver son équilibre. S’agrippant à la première chose qu’elle peut saisir avec sa main gauche, elle parvient à harmoniser ses pas, avant de se figer.

Non, Sasha ne vient pas de s’appuyer contre un rocher. Non, elle ne vient pas d’attraper la branche solide d’un arbre. Non. Rien de tout cela. Bien sûr que non ! Elle vient juste d’empoigner l’avant-bras d’une parfaite inconnue, le serrant comme si sa vie en dépendait …


Sasha's theme •



#cc0000
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 53

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
6 ★ - Divine
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   Jeu 13 Sep 2018 - 21:36

Elle avait fermé les yeux, profitant de la lumière du Soleil tant qu’elle le pouvait. Elle avait beau être issue de l’ombre, elle aimait aussi profiter de la lumière et de l’astre solaire. Et puis, ne disait-on pas que la lumière la plus forte crée les ténèbres les plus intenses ? Si c’était vrai, on pouvait sans nul doute en déduire qu’elle se renforçait. Mais en tout cas, il était vrai qu’elle avait l’impression de se régénérer.

Respirant calmement, on aurait presque pu croire qu’elle dormait, mais il n’en était rien. Elle était plus proche d’un état de méditation que d’un état de sommeil. Elle entendait la vie, elle sentait presque la flore grandir et la faune, aussi minime soit-elle, parcourir le sol et la végétation. Elle n’était pas une descendante de Saruta-Hiko et ne possédait donc aucun pouvoir sur la nature, mais, durant son adolescence, celui qu’elle considérait comme son père adoptif lui avait malgré tout appris à communier avec la nature. Rien d’hippie ou d’extraordinaire. Il s’agissait surtout principalement d’apprendre à respirer et à écouter, de s’oublier pour mieux se retrouver.

Et dans cet état de semi-méditation, elle ne s’en rendit pas compte, mais sa conscience et son esprit s’élargir. En temps normal, elle n’aurait sans doute pas compris qu’elle venait de découvrir ses compétences télépathiques, mais, à ce moment précis, elle sentit une présence. Une présence à priori humaine. Rien qui venait réellement briser l’harmonie de ce lieu. Après tout, d’autres humains pouvaient passer ici aussi. Elle ne s’était finalement pas vraiment très éloignée des villes, malgré tout, donc ça n’avait rien d’étonnant.

Mais alors que ces pensées rapides traversaient son esprit, sans même la perturber, elle ressentit soudain une forte douleur au bras. De surprise, elle eut un sursaut et poussa un cri tout en rouvrant les yeux, tandis que les doigts se refermaient sur elle.

Bordel de mhmpf !

Son cri, instinctivement poussé en français, s’apparentait plus à un étrange mélange entre un juron et un hurlement étouffé. Ce qui est, en soit, une réaction assez cohérente avec le fait de voir son bras soudainement agrippé avec une force insoupçonnée.

Arrachée brutalement à son état de plénitude, elle eut pour réflexe d’ériger rapidement une dague à l’aide de ses ombres et de la pointer sur l’origine de ce qui pouvait passer pour une attaque. Mais elle retint son geste avant d’avoir pu le regretter, voyant qu’il ne s’agissait pas d’une attaque à proprement parler, mais plutôt d’une maladroite qui semblait être tombée et qui s’était rattrapée au premier objet qui lui passait sous la main. Comble de malchance pour la cambrioleuse, il s’avérait que son bras était l’objet en question.

Elle jeta un regard interrogatif à la jeune femme aux cheveux rouges qui se tenait encore à elle, ayant réussi à ne pas s’étaler au sol.

-ça va ? Rien de cassé ?

Elle eut un petit instant de silence, puis reprit, avec un petit sourire amusé.

-Euh… Tu pourrais lâcher mon bras, s’il te plaît ? J’aimerais bien le récupérer, entier si possible…

Car oui, l’inconnue n’avait toujours pas lâché le bras de la journaliste. Bras dont la douleur commençait à se faire ressentir. C’était fou ce que la rousse avait de force, contrairement à ce que son gabarit semblait indiquer !


•Faërye's theme
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 04/09/2018
Occupation : Photographe professionnelle
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 33

Carte de Jeu
Double Compte:
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
2 ★ - Multiple
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   Ven 14 Sep 2018 - 16:23

Contrairement à ce que l’on aurait pu croire, lorsque l’inconnue fait un bond et crie quelque chose par réflexe – une insulte probablement –, Sasha ne relâche en aucun cas sa prise. Non. Mieux : elle la resserre, se raidissant de plus belle. Un peu comme si elle avait eu autant peur que cette femme aux cheveux bleu nuit. Comme si la réaction de cette dernière n’avait pas été causée par Sasha et sa petite mésaventure de quelques secondes auparavant, et qu’un danger était imminent. Comme s’il fallait anticiper, se préparer à affronter ce fameux danger.

D’ailleurs, c’est ce que croit la jeune photographe en l’espace de quelques secondes, lorsqu’elle remarque cette dague se lever dans les airs, la pointe tournée vers elle sans aucun scrupule. Une peur foudroyante et inexpliquée la saisit toute entière, contractant tous ses muscles, la paralysant sur place et effaçant toutes couleurs sur son visage. La commotion dans le bas de son dos se fait sentir, pulsant, tambourinant, et la rouquine a la soudaine impression qu’il fait un peu plus frais ici. Si elle tendait bien l’oreille, elle pourrait entendre ce petit remue-ménage fluvial non loin de là. Mais Sasha ignore tout cela ; elle est prête à crier pour alerter quiconque passerait par-là et pourrait lui venir en aide, prête à hurler sur l’inconnue et lui dire qu’elle n’a pas fait exprès, que c’était seulement un accident, que l’attaquer n’avait jamais été son intention et qu’elle n’a jamais voulu lui faire du mal …

Quand tout redevient calme autour d’elles.

La dague n’a plus l’air menaçante. La jeune femme face à elle semble plus surprise et intriguée qu’autre chose. Même la sensation dans le bas de son dos est en train de disparaître – et quelle sensation ! Tellement différente de toutes les autres fois où elle a pu se déclencher ! Elle n’avait jamais paru autant appréhensive et inquiétante qu’aujourd’hui.

Sasha, d’une manière assez timide – presque gênée, presque craintive –, lève légèrement les yeux pour rencontrer les iris bleu foncé de l’inconnue.

« J-já, ç-ça va, ça va  … »

Puis elle ajoute, marmonnant un peu :

« Plus de peur que de mal, mh … »

Sasha détourne le regard, impressionnée, avant d’écarquiller les yeux avec surprise. Oh ! C’est vrai ! Rougissant quelque peu et se confondant en excuses, elle s’empresse de relâcher sa prise et retire rapidement sa main, presque comme si l’avant-bras de l’inconnue était, d’un seul coup, devenu brûlant, englouti par les flammes.

« P-pardon, c’était vraiment pas voulu ! Je– je me suis prise les pieds, et … Oh mes dieux, je ne vous ai pas fait si mal ? »

Oui, ça y est, elle vient de réaliser ce que voulait dire la jeune femme par « le récupérer entier », son bras ! Sasha elle-même a l’étrange impression d’avoir des mains et des doigts engourdis, lourds et paralysés, tellement elle a pu serrer ce bras fort. De même, ses jambes paraissent alourdies et faibles après tout ce grand n’importe quoi.

Elle ravale sa salive avec difficulté, son cœur inquiet frappant sa cage thoracique – elle n’avait pas l’air si en colère que ça … Quoique, elle a eu un réflexe de combattante, quelques minutes auparavant. Mais cela ne veut rien dire ! C’était un réflexe tout ce qu’il y a de plus normal, après tout !


Sasha's theme •



#cc0000
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 53

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
6 ★ - Divine
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   Mar 25 Sep 2018 - 8:29

L’inconnue qui avait pris le bras de la cambrioleuse pour une rembarde de soutien affirma que tout allait bien et qu’elle avait eu plus de peur que de mal, ce qui rassura la jeune femme aux cheveux de nuit. Puis la rouquine lui lâcha enfin le bras, se confondant en excuses… Et s’emmêlant aussi dans ce qu’elle voulait dire. A croire qu’elle n’avait pas perçu le second degré dans la dernière phrase de Faërye. Cette dernière eut un petit rire, amusée par l’inquiétude de son “assaillante”.

-Ne t’inquiète pas pour ça, j’ai récupéré mon bras, c’est l’essentiel. Tu sers fort, c’est vrai, mais j’ai déjà connu pire. Tu devrais faire attention, par ici, une chute peut s’avérer dangereuse.

Oublié, le réflexe défensif qu’elle avait eu à l’instant. En même temps, elle voyait bien que celle qui lui faisait face n’était pas dangereuse. Mais d’ailleurs, à ce propos…

-Désolée pour le coup de la dague, je ne voulais pas t’effrayer… Mais tu m’as prise par surprise, c’était un réflexe. Il faut dire aussi qu’on ne sait jamais vraiment ce qui peut nous tomber dessus, sur cette île !

Elle ponctua sa dernière phrase avec un autre rire. Mais en voyant que l’autre jeune femme semblait avoir du mal à tenir sur ses jambes, la journaliste se releva prestement et posa sa main dans le dos de l’autre pour la soutenir.

-Tu es sûre que ça va ? Tu trembles de partout et tu sembles avoir du mal à tenir sur tes jambes. Tu devrais peut-être t’asseoir un peu ? ça te fera du bien, je pense.

En même temps qu’elle disait ça, elle accompagnait l’autre pour la forcer à s’asseoir et se reposer un peu. La chute avortée, plus la menace de la dague, ça avait peut-être été un peu trop à supporter d’un coup pour elle. Parfois, la voleuse oubliait que tout le monde n’avait pas forcément son endurance ou celle d’une bonne moitié des habitants de l’île. Il fallait bien dire, aussi, que la plupart des habitants de l’île pouvaient, au mieux, être qualifiés de “bizarres”, et elle se rangeait sans problème dans cette catégorie. Mais il restait malgré tout des personnes normales, ici aussi.

En la tenant doucement mais fermement, Faërye força la rouquine à rester assise pendant plus d’une minute pour lui donner le temps de se remettre de ses émotions. Quand enfin l’autre lui sembla dans un meilleur état (c’est à dire qu’elle semblait capable de tenir debout sans menacer de s’écrouler à tout moment), la femme aux cheveux de nuit se releva et tendit la main à la rouquine.

-Ca va mieux ? Tu t’es remise ?

Une fois qu’elle l’eut relevée, elle lui jeta un coup d’oeil, pour vérifier qu’elle n’avait vraiment rien, puis elle repris la parole.

-Tu devrais faire plus attention où tu mets les pieds, surtout sur cette île. On ne sait jamais à quel moment le sol va être traître sous nos pieds… Et dans les terres inexplorées de l’île, c’est encore pire. Au fait, qu’est-ce que tu fais là ? Tu ne sembles pas encore taillée pour t’y balader sans trop de danger… N’y vois pas d’offense, c’est juste que… Tu ne sembles pas être une combattante, et tu ne dégages pas une puissance immense, c’est pour ça que je dis ça.

Elle s’interrompit un instant, puis se rappela qu’avant de sermonner les gens ou de les interroger, même par curiosité, elle avait oublié une petite étape… Que les événements ne lui avaient pas laissé le temps de suivre.

-Au fait, je m’appelle Faërye, mais tu peux m’appeler Faë, et toi ?

Avant de savoir ce que l’autre faisait là, il pouvait en effet être utile de savoir comment elle s’appelait. Après tout, elle ne pouvait pas juste la désigner par “la rouquine mignonne et maladroite qui avait étonnamment beaucoup de force pour sa carrure”.


•Faërye's theme
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 04/09/2018
Occupation : Photographe professionnelle
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 33

Carte de Jeu
Double Compte:
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
2 ★ - Multiple
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   Lun 1 Oct 2018 - 20:27

Toujours un peu embarrassée, mais surtout dépassée par les évènements, Sasha porte une main au creux de son cou, ses ongles y laissant instinctivement de petites griffures rougissantes. Elle dévie le regard – ce qui n’est pas chose difficile étant donné que l’inconnue fait bien une tête de plus qu’elle –, grimaçant légèrement. Une chute peut s’avérer dangereuse, mh … ? Alors, ce que l’on raconte au sujet des Terres Inexplorées serait bien vrai ? Que personne n’en revient, car c’est si dangereux que ça, là-bas ? Un soudain frisson parcourt le dos de la roussse alors qu’elle commence à retirer les bretelles de son sac à dos, le posant au sol, contre l’arbre. Non, elle ne veut pas risquer la perte de son appareil photo à cause d’une nouvelle et malencontreuse chute – et puis, ces bretelles épaisses commençaient à lui faire mal aux épaules !

Sasha jette un coup d’œil à la vue tout autour d’elle, pour la première fois depuis qu’elle est arrivée. C’est calme … Et canon. À tel point que son cœur gonfle de joie. Mais était-ce réellement une bonne idée, de se rendre ici ? Pourtant, tout semble propice à l’inspiration, à la découverte de choses autant fabuleuses qu’inédites. Sasha se mord la lèvre inférieure, un petit pincement au cœur – à son cœur de photographe et d’artiste. Son côté obstiné voudrait qu’elle tienne tête à l’inconnue, qu’elle lui dise qu’elle se trompe car il faudrait tout simplement faire attention où poser les pieds, et veiller à ne pas trop s’approcher du bord des falaises. Mais avec ce que vient de lui dire cette femme aux cheveux bleu nuit, Sasha sent qu’il ne s’agit pas là d’une petite nouvelle sur l’île, contrairement à elle. Et les prochaines paroles de l’inconnue ne font que confirmer cette pensée.

Alors que cette dernière s’excuse, Sasha la regarde de nouveau et lui sourit gentiment, espérant la rassurer quelque peu.

« C’est pas grave, c’est même compréhensible. »

Chacun ses réflexes selon la situation, bien sûr. Sasha aurait également réagi d’une certaine manière, si elle avait été à sa place. Est-ce qu’elle aurait cherché à se protéger d’une manière similaire ? Probablement pas. Car, déjà, elle n’a jamais eu de dague, de couteau, de matraque, on en passe et des meilleures, sur elle. Cela étant, ce n’est peut-être pas une mauvaise idée … Comme l’étrangère vient de le dire, on ne sait jamais ce qu’il peut arriver, ici ! Et si Sasha s’était accrochée à quelqu’un d’autre, à la place de cette inconnue pour le moins sympathique ? Et si ce quelqu’un l’avait pris comme une attaque imminente et avait voulu se battre ? La photographe n’ose même pas penser à la suite – ou, alors, elle espère juste que ses jambes auraient tenu le coup pour la ramener au centre-ville aussi vite que possible.

Une main dans son dos la sort de ses pensées envahissantes. Étonnée, elle jette un regard à cette ténébreuse jeune femme qui semble … s’inquiéter de son état ? Est-ce si visible que ça ? Il est vrai que malgré cette sensation de jambes faibles et alourdies, tous ses muscles paraissent être fermement contractés et, ce, jusque dans ses avant-bras. En même temps, la rouquine n’a jamais été confrontée à ce genre de situation : personne ne l’a jamais vraiment menacée. Au contraire. Les autres préféraient la laisser tranquille. Ils la mettaient à l’écart sans hésiter, afin de se protéger eux-mêmes. Elle n’a pas eu à faire à du harcèlement ponctué de violences en tout genre – notamment physiques. Non, rien de tout cela. Sasha a plutôt eu à faire à la solitude, à l’isolement – et, d’accord, à quelques insultes par-ci par-là, surtout dans son dos, mais rien de physique.
L’inquiétude de l’inconnue la touche, d’un côté. Elles ne se connaissent pas, mais celle-ci n’a pas été rebutée par son apparence et ses iris à la couleur déroutante, alarmante.

« Nei, ça va, ça ira, je … Ça va– vraiment, c’est juste … »

Finalement, Sasha laisse échapper un petit soupir tremblotant. Elle ne rechigne en aucun cas, obéissant, se pliant sous la légère pression exercée par la jeune femme. Une main à terre, et ses fesses touchent bientôt le sol, dans une position plus ou moins confortable. Désormais assise, la photographe soupire, soulagée. Cette petite contraction musculaire au niveau des mollets n’était pas des plus agréables, même si elle avait l’impression que, pour une fois, ils étaient bien musclés et que ce n’était que du béton. Et maintenant stable et plantée au sol, il y a moins de poids à supporter ; et cette faiblesse au niveau des cuisses qui a l’air de moins en moins cotonneuse … Ça fait du bien.

La rouquine ne cherche pas à se relever pour le moment, bien décidée à masser ses mollets tendus, appuyant un poil plus fort de temps à autre avec son pouce. Un peu comme si elle détectait des nœuds – inexistants – à soulager.
Et puis … Elle trouve un certain – et surprenant – réconfort dans ces mains étrangères posées et dans son dos et sur une de ses épaules ; mais aussi dans la présence et la proximité de l’inconnue. Elle n’est pas seule. Et il est toujours rassurant d’avoir quelqu’un avec soi, surtout dans de pareilles circonstances … Un léger sourire étire les lèvres de Sasha : quelques souvenirs remontent à la surface, comme ces soirées durant lesquelles elle pleurait, enfant et toute malade, jusqu’à ce que son grand frère vienne la calmer et l’autorise à dormir avec – et contre – lui.

Au bout d’un court instant, cette sensation de chaleur et de sécurité s’évanouit, et Sasha lève les yeux pour se retrouver face à une main. Avec un sourire légèrement timide, elle glisse la sienne dans celle de l’inconnue et se relève, beaucoup moins vacillante que précédemment. Par réflexe, elle tape la pointe de ses pieds tour à tour sur le sol, comme pour se dégourdir un peu plus les jambes.

« , merci beaucoup. C’est gentil … dit-elle tout en relâchant cette main bienveillante … Avant que ses joues ne commencent à rosir, automatiquement, lorsqu’elle remarque que l’inconnue la détaille furtivement du regard. Um … »

Elle n’a pas le temps d’enquérir quoi que ce soit que l’inconnue enchaîne. En l’espace d’une fraction de seconde, Sasha se sent un peu comme une enfant en train de subir de douces remontrances, quelque peu attentionnées. Cela dit, elle tique en entendant certains commentaires, mais secoue très vite la tête, comme pour dire « Il n’y a pas de mal ». Ce n’est pas comme si elle l’avait mal jugée ; au contraire, c’est vrai. Sasha n’a pas du tout l’étoffe d’une combattante – et elle ne l’est pas, dans tous les sens du terme. Peut-être un jour …

« Oh, quel joli nom ! »

Les mots lui échappent, spontanément, soudainement, avant même qu’elle ne puisse y réfléchir à deux fois. Stupéfaite pendant une seconde, la photographe sent ensuite ses joues se colorer très vite. Elle toussote et se présente rapidement :

« En-enfin, enchantée Faërye, moi c’est Sasha. »

Lui offrant un petit sourire gêné, la rouquine lie ses mains derrière son dos, jouant machinalement avec ses doigts. C’est vrai que son prénom est joli – Faërye. Le surnom l’est tout autant mais, même si elle y est autorisée, Sasha ne va pas l’appeler comme ça tout de suite. Peut-être un peu plus tard.

« Je, euh, je ne suis pas venue ici pour me lancer un défi, ou me mettre en danger et me battre … Je suis juste en quête d’inspiration. Elle s’éclaircit la gorge, avant de faire un signe de tête en direction de son sac à dos, au pied de l’arbre. Je suis photographe, et j’ai entendu parler de ces terres … Je pensais pouvoir faire de chouettes photos, alors je suis venue. Et toi, alors ? Qu’est-ce que tu fais ici ? »


Sasha's theme •



#cc0000
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 53

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
6 ★ - Divine
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   Mar 9 Oct 2018 - 0:29

Alors que la journaliste se présentait face à la “mignonne rouquine maladroite”, comme elle l’appelait, cette dernière eut une réaction qui arracha un autre sourire franchement amusé à Faërye. La jeune fille en face d’elle semblait être une personne vraiment spontanée. Et cette spontanéité avait quelque chose de rafraîchissant. Et il fallait bien avouer qu’elle rougissait joliment quand elle se rendait compte de cette fameuse spontanéité, cette Sasha, ainsi qu’elle se présenta finalement.

Elle déclara ensuite être venue en ces lieux… hé bien, pour suivre, finalement, une quête semblable à celle de la Tsukuyomi. A savoir, l’inspiration. Même si la ressemblance s’arrêtait là, la première étant venue pour écrire, l’autre étant venue pour prendre des photos. Il est vrai que les décors de l’île offraient énormément de possibilités et de spectacles, pour qui voudrait bien les voir. Une petite compensation pour emprisonner les descendants, sans doute…

La journaliste eut un nouveau sourire.

-Enchantée, Sasha, et merci du compliment. Toi aussi tu as un joli nom. Pour répondre à “qu’est-ce que je fais ici ?”... Est-ce que tu voulais dire “qu’est-ce que je fais sur l’île ?”, à cela, je répondrais quelque chose comme… Ma foi, la même chose que toi. Mais je pense que ta question était plus “qu’est-ce que je fais ici, précisément. A cela, ma réponse est… Presque comme la précédente.

Encore un sourire, amusée par son trait d’esprit.

-La même chose que toi. Ou presque. Je suis écrivaine à mes heures perdues. Et je souffrais du syndrome de la page blanche. Je n’arrivais plus à rien écrire qui me plaise… Et surtout, je n’avais aucun cadre pour mon histoire. Donc j’ai décidé de venir ici, dans l’espoir de trouver un lieu qui m’inspirerait.

Elle s’interrompit quelques secondes, avant de jeter un oeil à Sasha et de lui faire un clin d’oeil.

-Pour l’instant, j’ai un bon début. J’imagine bien une mignonne rouquine aux yeux rouges, un peu maladroite, trébucher sur une racine… C’est un bon début d’histoire, tu ne crois pas ?

Elle éclata de rire devant la mine de son interlocutrice, et lui fit un autre sourire.

-Ne t’inquiète pas, je plaisante. Même si je pense vraiment que ça pourrait faire un bon début d’histoire, j’ai aucune envie de te mettre dans l’embarras avec ça, tu peux te détendre.

Elle regarda autour d’elle, observant un peu les alentours. Le soleil commençait à descendre dans le ciel, mais il restait sans doute encore quelques heures avant la tombée de la nuit, puis elle reporta son attention sur Sasha.

-Bon, comme on est toutes les deux ici, ça te dirait de me montrer tes photos ? Je suis curieuse de voir tes oeuvres d’art. Après tout, tu as choisi cet endroit. Donc tu as sans doute une bonne sensibilité artistique. Je peux jeter un oeil ? Viens, on va s’asseoir un peu plus loin. Fais attention, il y a quelques cailloux un peu traîtres.

Elle sourit encore une fois en adressant cette petite pique à la photographe, puis s’assit à côté de l’arbre contre lequel elle s’était appuyée tout à l’heure. Elle tapa doucement le sol à côté d’elle du plat de la main pour inviter la rouquine à s’asseoir à ses côtés.

-Pardonne-moi si je me trompe, mais tu n’es pas arrivée sur l’île il y a très longtemps, pas vrai ? Tu n’as pas… Comment pourrais-je l’exprimer ?.. Tu n’as pas l’assurance un peu blasée de la plupart des habitants de l’île. Donc, j’en conclus que tu es arrivée récemment. Je me trompe ? Et d’ailleurs, tu sais quelle est ta magie ?

Elle s’interrompit. Ses sens, souvent en alerte, semblaient l’alerter… Mais elle ne percevait pas ce que son instinct voulait lui signaler. Il y avait comme un… fourmillement dans l’air. Une sensation qui n’aurait pas dû être là. Mais elle n’arrivait pas exactement à appréhender ce dont il s’agissait. L’air de rien, elle tendait ses sens, mais rien n’indiquait que son instinct ne s’était pas simplement affolé. Mais c’était précisément en suivant son instinct qu’elle avait toujours réussi à s’en sortir… Elle ne comprenait juste pas encore ce qu’était le problème.

Derrière les deux jeunes femmes, sans qu’aucune des deux ne s’en aperçoive, l’air scintilla pendant quelques dixièmes de secondes.


•Faërye's theme
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 04/09/2018
Occupation : Photographe professionnelle
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 33

Carte de Jeu
Double Compte:
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
2 ★ - Multiple
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   Lun 15 Oct 2018 - 19:03

Le sourire, même amusé, de Faërye la rassure, au point que Sasha joue de moins en moins avec ses mains derrière son dos. Elle presse même ses paumes l’une contre l’autre, juste devant sa poitrine, avant de souffler de discrets remerciements – c’est toujours agréable de recevoir un compliment sur son prénom, même si ce n’est qu’en retour et que par politesse. Bien vite, la façon dont la jeune femme aux cheveux bleu nuit s’exprime interpelle Sasha, mais dans le bon sens du terme : celle-ci lui sourit, rit même un petit peu, pensant que Faërye pourrait être capable de faire un petit monologue tandis que Sasha reste là, à côté d’elle, à l’écouter, buvant presque ses paroles.

Elle est venue en ces lieux pour … la même chose qu’elle, mh ?
Cela pique la curiosité de Sasha, qui hoche rapidement la tête, de plus en plus intéressée. Alors, Faërye est une écrivaine ? En recherche d’inspiration, également ? La rouquine fronce le nez, amusée. Quelle drôle de coïncidence, que celle de croiser une collègue artiste en ces terres visiblement dangereuses ! À vrai dire, Sasha n’y aurait pas cru une seule seconde si on lui avait dit ça ce matin, juste avant qu’elle ne mette les pieds hors de son appartement. Et puis, elle ne s’attendait même pas à croiser quelqu’un pendant son expédition – à part, peut-être, de braves touristes, à qui elle n’aurait pas forcément adressé la parole.

Tout le contraire avec Faërye, qui n’hésite pas à lui faire un clin d’œil et à lui lancer une gentille pique. Lorsqu’elle réalise que la jeune femme est réellement en train de parler d’elle, les joues de Sasha redeviennent capricieuses. Elles s’enflamment, imitant presque la couleur immonde de ses iris ; couleur que Faërye a, bien évidemment, remarqué … Inconsciemment, Sasha retient sa respiration lorsque le détail de ses yeux revient sur le tapis, pendant que son estomac commence à se tordre. Son cœur tambourine de plus en plus fort dans sa poitrine, sous le coup de l’angoisse et d’une peur instinctive. Comme si elle devait s’apprêter à faire face à de nouvelles critiques, très vite suivies d’un nouvel isolement. Comme si son ancienne vie en Islande était à deux doigts de revenir au galop et, surtout, à deux doigts de lui revenir en pleine tête.

Mais rien de tout cela ne se produit : Faërye continue, ne tiquant même pas lorsqu’elle évoque ces affreux yeux rouges, sans la critiquer fermement et sans scrupule. Elle continue, et rappelle à Sasha sa petite maladresse qui a fait qu’elles ont pu entrer en contact, littéralement.

Ses battements de cœur se calment, et la jolie rousse tire une mine boudeuse lorsque la femme aux cheveux foncés se met à rire.

« Hey ! Mais elle l’accompagne, riant également. Nei, tu ne me mettrais pas dans l’embarras, surtout sachant que j’ai trébuché sur une pierre et pas sur une branche … C’est comme si ce n’était pas vraiment moi ! »

Un dernier petit rire s’élève, se fondant rapidement dans le silence confortable qui s’installe, tandis que les yeux bleus de Faërye s’égarent çà et là. La rouquine inspire brusquement, quelque peu prise au dépourvu par ce portrait magnifique se dessinant sous ses yeux. Le ciel et ses couleurs s’adoucissent petit à petit, créant un contraste délicat et intéressant avec la longue et sombre chevelure de l’écrivaine. Mise en valeur comme ça, cela lui rappellerait presque la couleur qui va dominer le ciel d’ici quelques courtes heures …

Faërye se retourne d’un seul coup, la prenant de court, son intense regard de nouveau sur Sasha. Telle une enfant prise la main dans le sac – un sac probablement rempli de bonbons et, ce, juste avant l’heure du goûter, si l’on devait illustrer le tout –, la photographe rosit légèrement. Elle s’éclaircit même la gorge, s’apprête à dévier le regard … Mais elle oublie bien vite tout cela, un grand sourire menaçant de diviser son visage en deux à la proposition de Faërye.

Lui montrer les photos qu’elle a pu prendre et qu’elle n’a pas encore enlevé de son appareil photo ?

« Avec plaisir ! J’espère bien l’avoir, cette sensibilité artistique … Tu pourras me dire ce que tu en penses, si ça ne te dérange pas ? »

Après tout, sa carrière n’a jamais vraiment pu décoller … Il y a sans doute un problème quelque part. Mais lequel ? Un manque de variété ? Voire d’originalité ? Ou bien une façon de cadrer qui n’est finalement pas idéale ? Peut-être qu’en partageant tout ceci avec Faërye, elle va pouvoir récolter un avis extérieur et objectif, ce qui pourra l’aider à progresser, à s’améliorer, et à percer dans ce métier qui lui tient tellement à cœur ?

« Mais ne crois pas que ça va me faire oublier ta petite pique, dit-elle après un petit rire. Je t’ai très bien entendue, mademoiselle. »

Son grand sourire amusé ne tarde pas à se transformer en un sourire reconnaissant, alors qu’elle rejoint Faërye, prenant place à ses côtés. Elle attrape son sac à dos, l’ouvre et sort son loyal appareil photo, toujours aussi bien lové dans sa housse protectrice. Même si elle a les yeux rivés sur ce qu’elle fait – c’est-à-dire sortir son appareil d’ici et l’allumer –, Sasha laisse échapper un faible rire en entendant les paroles de Faërye.

« , je suis arrivée il y a un mois à peu près. Je dois avoir l’air perdue aussi, plaisante-t-elle, avant de rapidement se mordre la lèvre inférieure. Et , je– je connais ma magie. Sasha marque une pause pendant un bref instant, réalisant que c’est bel et bien la première fois qu’elle pose un mot précis sur ce phénomène qui s’est produit pour la première fois il y a quelques années déjà – et qui s’est manifesté encore une fois, pas plus tard qu’aujourd’hui, juste après avoir agrippé le bras de Faërye. Ça … Ça a un rapport avec l’eau. Et la neige, aussi. Je ne la connais pas très bien, je ne m’en suis jamais vraiment servie … Pas consciemment, en tout cas. Mais je la sens. »

Adossée contre le tronc de l’arbre, Sasha se redresse de façon à ce que son dos se décolle de là. Puis elle tord un peu son bras pour poser son index sur un endroit précis dans le bas de son dos : là où se trouve son tatouage, toujours dissimulé en-dessous de son haut.

« Juste là. Elle s’adosse de nouveau contre l’arbre, jetant un œil à l’écran de son appareil photo, ses pouces exerçant de rapides pressions sur les boutons. C’est une sensation très étrange … Mais du coup, ça veut dire que tu as des, euh, pouvoirs, toi aussi ? »

Sasha jette un regard furtif à Faërye lorsqu’elle demande cela, ne voulant pas paraître impolie, avant de se reconcentrer sur la mosaïque de photos défilant sous ses commandes devenues plus qu’habituelles.

« Ah ! s’exclame-t-elle d’un seul coup, à la vue d’une photo – qui paraît enflammée aux premiers abords. »
Spoiler:
 

La rouquine se penche vers Faërye, laissant leurs épaules s’effleurer, tout en positionnant l’appareil entre elles. Elle sourit devant la photo affichée à l’écran.

« Tiens, c’est une de mes photos préférées. Depuis un bon moment, en plus. Après les aurores boréales, c’est probablement un des plus beaux ciels que j’ai pu voir dans ma vie. Avec celui-là … »

Quelques rapides clics plus tard, un nouveau cliché se matérialise sous leurs yeux.
Spoiler:
 

« C’est juste un ciel complètement banal, mais j’étais fan de la forme qu’ont pris les nuages ce jour-là … Et regarde ! Sasha pointe le coin de l’écran en bas à droite, montrant le nuage aux contours illuminés. Elle enchaîne, ravie, En vérité, le soleil est caché là. Il venait juste de disparaître derrière ! J’ai trouvé ça très beau, et pas commun. J’ai pris une autre photo avec juste ce nuage au centre, mais je ne l’ai pas très bien cadrée … malheureusement, soupire-t-elle. Du coup, les collines en-dessous ont l’air trop sombres, et ça gâche un peu le phénomène, je trouve. »

Elle hausse légèrement les épaules, comme pour se faire une raison.

« Mais bon … Oh, bien sûr, je ne prends pas que le ciel en photo ! »

Appuyant sur un bouton pour la énième fois, Sasha fait de nouveau défiler la mosaïque, aux clichés tout de même variés : beaucoup de paysages, des animaux, des plantes, quelques portraits par-ci par-là, tout comme quelques objets – parfois disposés de façon originale –, … Des clichés variés, mais nombreux, qui prouvent qu’elle passe tout son temps derrière l’objectif.


Sasha's theme •



#cc0000
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 53

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
6 ★ - Divine
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   Jeu 25 Oct 2018 - 12:09

La jolie rouquine accepta, pour le grand plaisir de l’écrivaine, de lui montrer ses photos. La journaliste était sincèrement curieuse et voulait en apprendre plus sur la jolie photographe. Et, rien qu’avec les quelques paroles qu’elles avaient échangé, Faërye devinait que Sasha était totalement passionnée par la photo. Et les gens passionnés sont des gens passionnants. La journaliste était certaine que la discussion serait agréable. Et évidemment qu’elle allait répondre à la requête de la rouquine en lui disant ce qu’elle pensait de ses photos.

Elle eut un petit rire quand Sasha lui annonça que la pique de la cambrioleuse n’était pas passée inaperçue. Tant mieux. C’était le but. Sasha semblait bien trop amusante à taquiner pour qu’elle résiste… Tout en ne se laissant pas faire, ce qui était encore plus agréable.

Les deux jeunes femmes s’assirent côte à côte et Sasha entreprit de sortir son outil de travail. On pouvait deviner, à la façon dont elle le traitait, qu’elle y attachait sans nul doute une valeur particulière. Puis la photographe répondit à sa question précédente, confirmant les soupçons de Faërye. Elle n’était en effet arrivée sur l’île que récemment. Et elle semblait être une descendante de Suijin, même si elle ne savait pas encore réellement si elle se spécialisait sur l’eau ou sur la neige. A l’interrogation gênée de sa nouvelle amie, Faërye sourit.

-Tu as déjà vu mon pouvoir. Je manipule les ombres et les ténèbres. Je suis une fille de la Lune et de la Nuit.

Une appellation qui, en plus d’être poétique, était d’autant plus appropriée que ses méfaits se produisaient souvent la nuit. A titre d’exemple, elle fit voltiger les ombres devant elles quelques secondes, les sculptant pour former une sphère qui se tenait devant leurs yeux. Puis la sphère se transforma en trèfle à quatre feuille, avant de s’évanouir, sur la volonté de la voleuse.

Puis elle se concentra sur les photos de la mignonne photographe, souriant de la passion avec laquelle elle lui décrivait le contexte pour chacune d’entre elles. Les premières photo qu’elle lui montra représentaient un ciel sous différents états. Et elle comprenait parfaitement que la première fût la photo préférée de la rouquine. Faërye poussa un sifflement admiratif.

-Je comprends pourquoi la première est ta photo préférée. Elle est très belle. La succession des nuages et des couleurs du crépuscule est impressionnante. Tu as décidément un bon sens de la composition. Ne t’inquiètes pas pour la sensibilité artistique, je suis persuadée que tu l’as !

Elle apprécia aussi la deuxième photo du ciel, bien que plus banal. Elle complimenta de même toutes les photos que la mignonne rouquine un peu maladroite lui montrait, exprimant son ressenti. Elle pensait sincèrement que la photographe disposait d’une réelle sensibilité artistique et qu’elle finirait par percer. Et surtout, chacune de ses photos témoignait d’une passion véritable pour son art.

Faërye aurait pu continuer à observer les photos pendant encore longtemps, mais son instinct l’avertit à nouveau. Elle leva brusquement la tête. A priori, rien n’aurait dû changer. Mais elle avait l’impression que les distances étaient comme… faussées. Tout comme ses sensations.

Avec un sourire rassurant, elle posa sa main sur celle de la photographe pour interrompre la démonstration. Elle pris la parole d’un ton léger, qui contrastait avec la sensation qu’elle ressentait actuellement.

-Dis-moi, Sasha, tu ne ressentirais pas une sensation étrange, par hasard ? J’ai l’impression que quelque chose n’est plus normal. Presque comme si… Le monde venait de changer de forme...

C’était presque cela. Ce qu’elle ressentait était difficile à retranscrire avec des mots, aussi douée fusse-t-elle pour les manier dans son travail d’auteure ou de journaliste. Ce n’était peut-être rien, mais les dimensions semblaient être distordues. Elle avait l’impression que le val au-dessus duquel elles se trouvaient était plus éloigné qu’il ne l’était tout à l’heure. Comme si le vide se trouvait à deux ou trois fois plus de pas qu’il n’en fallait réellement pour l’atteindre.

Dans son métier de cambrioleuse, il était nécessaire d’avoir une bonne faculté de représentation spatiale. Si Faërye n’était pas la meilleure dans ce domaine, elle savait quand même assez bien se repérer…. Et ne comprenait pas pourquoi, soudainement, l’univers semblait faussé dans ses proportions…


•Faërye's theme
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 04/09/2018
Occupation : Photographe professionnelle
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 33

Carte de Jeu
Double Compte:
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
2 ★ - Multiple
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   Sam 3 Nov 2018 - 11:19

Les ombres et les ténèbres. Ah oui, exact : Sasha a réellement vu son pouvoir. Elle aurait dû y réfléchir à deux fois, avant de retourner poliment la question ! Après tout, la rouquine s’est bel et bien retrouvée face à cette masse noire soulevant une dague en sa direction – ou était-ce une main ténébreuse, au lieu d’une masse noire ? Curieusement, et certainement parce que la démonstration était express, elle ne s’en rappelle plus très bien. Bon, au moins, elle est désormais doublement prévenue.

Encore une fois, la façon qu’a la jeune femme assise aux côtés de Sasha de formuler les choses ne passe pas inaperçue. Faërye semble être une femme poétique. Étant écrivaine, cela n’est pas si étonnant, au final … Mais elle s’exprime si bien face à elle que Sasha en devient curieuse : ses pages doivent être tellement bien garnies ! (Pas vrai ?)
Rien que cette appellation : « une fille de la Lune et de la Nuit » … Est-ce que cela fait de Sasha une fille de l’Eau et de la Neige ? Des Mers et des Glaces ? Des Océans et du Froid ? Ou, encore, une fille du Déluge et de l’Hiver ? … … … Oh non. Ça ne sonne décidément pas aussi bien que ce que Faërye a dit à son propre propos ; ou peut-être que tout cela sonnerait mieux si Faërye le disait. Sasha en est sûre.

Mais la rouquine ne dit mot, garde ses métaphores tout au fond d’elle-même. Et, dans tous les cas, cela aurait été compliqué pour elle de dire ne serait-ce qu’une seule chose devant le spectacle un peu sidérant que l’auteure lui offre. Cette dernière se met à faire danser des ombres devant une Sasha stupéfaite, bouche bée, ses lèvres s’écartant légèrement sous le coup de la stupeur. Les ombres dansent, virevoltent, s’entrelacent, obéissent à Faërye au point de se rassembler et de se métamorphoser très vite en un seul et unique trèfle à quatre feuilles. Hormis sa couleur beaucoup plus foncée que ce que l’on peut voir habituellement, ce trèfle porte-bonheur semble tellement réel que Sasha aurait pratiquement envie de tendre sa main pour l’attraper, le cueillir, …

Si seulement elle ne tenait pas fermement son cher et tendre appareil photo entre les mains, bien entendu. Et puis, de toutes façons, Faërye a fait disparaître le trèfle à quatre feuilles presque aussi vite qu’il est apparu !

« C’était très beau, ne peut-elle s’empêcher de souffler, admirative, un sourire dessinant ses lèvres roses. »

En effet – et une telle manipulation d’un pouvoir, la possibilité de pouvoir créer de belles formes avec … Cela inspire Sasha, et la fait se projeter. Et si elle essayait de travailler sur sa propre magie et créer, à son tour, de magnifiques choses ? Et si … et si elle photographiait ces manifestations de magie, dès qu’elle en a l’occasion ? Après tout, la rouquine est consciente qu’il existe plusieurs types et formes de magie, et probablement une large variété ! À première vue, sa magie concerne l’eau et/ou la glace – elle ne sait toujours pas trop –, celle de Faërye a à voir avec les ombres et les ténèbres, … Et puis, elle en a vu à la caserne, la dernière fois, avec la jeune Kaede ! Kaede qui avait notamment créé une bulle d’air autour de l’appareil photo pour le protéger de la pluie. Sans parler du petit chenapan, le fameux renard de feu, qui parcourait la caserne en embêtant sa maîtresse. L’eau, la glace, le feu, les ombres, l’air … Tous les éléments semblent être concernés, et beaucoup d’entre eux doivent échapper à la rouquine. Pour l’instant.

Mais … Prendre des clichés de personnes en train de jouer avec leur magie, ou juste des manifestations par-ci par-là, tel ce trèfle à quatre feuilles d’ombres … Cela serait révolutionnaire, aux yeux de Sasha. Ayant décidé de cacher ses pouvoirs, cette idée ne lui avait jamais traversé l’esprit. Mais ce serait tellement … génial, diversifié – voire infini – et inspirant ! La rouquine en trépigne déjà d’impatience, un grand sourire aux lèvres.

Sourire qui s’agrandit de plus belle grâce aux compliments de Faërye quant à ses photographies. Elle rit aussi un peu, bien que très touchée – cela la rend fière de son travail, et tout autant heureuse de savoir qu’une autre artiste apprécie les quelques clichés qu’elle a choisi de dévoiler. Et, prise dans son élan de photographe, Sasha ne peut s’empêcher d’ajouter quelques détails : par exemple, que la toute première photo n’a pas été prise au crépuscule, mais bel et bien très tôt le matin, sur la route. Au point que son grand frère avait été obligé de s’arrêter sur le bas-côté pour qu’elle puisse immortaliser ce début de lever du soleil.

« Merci pour tous tes compliments … C’est très gentil. Sasha sourit à l’écrivaine, avant de reporter son attention sur l’écran de son appareil photo. Il est temps de l’éteindre, afin que Faërye ne s’ennuie pas ; et il est temps d’en connaître un peu plus sur cette dernière ! Dis Faërye, est-ce que tu pourras me faire lire quelques-unes de tes œuvres, en retour, un jour ? Ou même, si tu as des d’anciens brouillons sur toi, ou autre … Je suis vraiment curieuse. »

Sasha lui offre un nouveau sourire, un peu timide mais sincère, comme pour lui montrer que c’est loin d’être une obligation – même s’il est vrai que cela lui ferait plaisir de découvrir un peu son univers.
Jetant un dernier regard à son appareil photo afin de s’assurer qu’il s’éteigne correctement dans un dernier clic, Sasha remarque, du coin de l’œil, que la femme aux yeux bleu nuit scrute les alentours. Quelque chose semble l’alerter. Perturbée par cette impression mais aussi par la main de Faërye soudainement posée sur la sienne – main qui se veut tout aussi rassurante que son sourire délicat –, Sasha finit par relever la tête.

Une sensation étrange, mh … ? Elle devient de plus en plus interloquée en entendant les paroles suivantes : comme si le monde avait changé de forme, à l’instant. À ces mots, la jolie rousse laisse automatiquement son regard vadrouiller. Devant elle, avec le vallon toujours en contre-bas. À sa gauche, à sa droite, la nature alentour. Un petit coup d’œil derrière, et la descente – ou la montée, dans l’autre sens – est toujours là, avec son herbe, ses cailloux traîtres. Sasha cligne des yeux, ne sachant quoi penser. Tout ce qu’elle sait, c’est qu’elle ne peut pas prétendre que Faërye est en train de lui faire une blague ; surtout pas. Rien que le fait que celle-ci soit plus expérimentée niveau magie qu’elle et qu’elle ait une meilleure connaissance de l’île indique à Sasha qu’elle ne plaisante pas. Et, en parlant de l’île, ne se trouvent-elles pas au beau milieu des Terres Inexplorées ? Terres réputées pour être dangereuses, qui plus est.

Alors non, Sasha peut penser à tout sauf à une blague. Elle peut ressentir plusieurs émotions, mais pas de l’amusement et de la joie. Bien au contraire : elle est plutôt tiraillée entre l’inquiétude et une légère pointe de curiosité. Parce que cette sensation étrange dont Faërye parle, elle ne la ressent pas. Tout à l’air normal.

« Je, euh … Je ne suis pas sûre ? dit-elle avec un ton hésitant et incertain. La rouquine pose son regard sur la jeune femme à ses côtés, sentant également un grain de panique au fond d’elle. Faërye, on est toujours au même endroit. Enfin … Je crois ? »

Par réflexe, elle tourne sa main de façon à ce que sa paume et celle de l’écrivaine se touchent, et la lui serre. Comme pour se rassurer un peu plus. Comme pour éviter que le grain de panique ne se transforme en tempête, aussi. Ah, la puissance du doute …


Sasha's theme •



#cc0000
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 53

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
6 ★ - Divine
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   Lun 5 Nov 2018 - 0:17

Sasha avait apparemment aimé la petite sculpture qui lui montrait la cambrioleuse, au vu des mots que prononça la jolie rouquine… Pour le plus grand plaisir de la Tsukuyomi. Elle eut un sourire face à la réaction de la photographe et s’installa confortablement à ses côtés pour observer ses photos.

Lorsque Sasha lui eut montré celles qu’elle désirait lui faire découvrir, elle demanda si Faërye accepterait de lui montrer quelques uns de ses textes ou de ses brouillons si elle en avait sur elle. De ce dernier point, l’écrivaine n’était pas totalement sûre (il faut dire qu’elle ne prêtait pas forcément attention aux papiers qu’elle prenait sur elle, tant qu’elle pouvait écrire quelques idées dessus), mais elle acquiesça avec enthousiasme. Enfin, elle voulait acquiescer avec enthousiasme et rendre la pareille à la mignonne rouquine un peu maladroite. Mais elle n’eut pas le temps, puisqu’à ce moment-là, elle capta cette étrange sensation de déformation de l’univers.

Le plus perturbant était sans doute que Sasha ne semblait pas en avoir conscience, d’après ce qu’elle répliqua à l’interrogation de la journaliste. Ses perceptions à elle semblaient correctes… Mais la question de Faërye avait semé le doute dans l’esprit de la rouquine. La journaliste se morigéna. Elle n’aurait peut-être pas dû parler de cela… Mais elle avait malgré tout besoin d’en être sûre.

Elle sentit la main de Sasha pivoter doucement dans la sienne, pour qu’elles se retrouvent paume contre paume. Faërye lui pressa doucement la main, pour la rassurer… Et parce que se séparer ou s’éloigner l’une de l’autre n’était pas forcément une bonne idée là où l’espace semblait étrangement distordu. Elle lui adressa un sourire apaisant.

-Ne t’inquiète pas, je reste à tes côtés. Il ne va rien t’arriver.

Elle observa la zone devant elles, scrutant les moindres détails, espérant trouver une faille dans ce qu’elle voyait. Mais l’univers semblait définitivement trop large par rapport à auparavant. Elle se pencha légèrement et, avec l’aide d’une ombre qu’elle fit grandir et sortir du sol, récupéra un caillou. Assez gros pour qu’elle puisse continuer à le voir, mais assez léger pour qu’elle puisse le soulever sans problème.

Elle le fit rebondir quelques fois dans sa main, comme si elle s’apprêtait à faire des ricochets, Puis elle lança le caillou droit devant elle, là où devrait se trouver le val si elle ne se trompait pas. Elle vit le caillou passer au travers de ce qui, dans sa vision, semblait être le sol. Elle l’entendit tomber. Elle soupira de soulagement. Elle avait failli aller voir par elle-même. La seule chose qui l’en avait empêchée était Sasha, qui avait serré sa main. Elle ne comptait pas risquer la vie de la jeune femme pour procéder à des expériences qu’elle pouvait faire autrement. Mais si elle y était allée, elle aurait évidemment risqué une bonne chute qui aurait pu s’avérer plutôt dangereuse. Elle serra à nouveau doucement la main de Sasha, pour la remercier silencieusement.

-OK. Je viens de voir mon caillou passer au travers du sol. ça confirme ce que je pensais. Les perceptions spatiales semblent déformées… Mais pas de façon immense, juste légèrement. Est-ce que c’est un phénomène naturel ou… ?

Elle s’interrompit. Elle ne voulait pas effrayer Sasha en émettant l’autre hypothèse, à savoir, un phénomène humain. Autrement dit, quelqu’un, sans doute un descendant d’Amaterasu, s’amusait à créer des mirages… Et ce genre de mirage n’était sans doute pas là que pour jouer les plaisantins. Ce qu’elle se demandait aussi était pourquoi elle avait été la seule touchée par ce mirage, Sasha n’avait pas semblé être affectée.

Elle balaya ses interrogations d’un geste et fit un léger sourire à Sasha.

-Les Terres Inexplorées peuvent être impressionnantes, pas vrai ? Il faut toujours être sur ses gardes, ici. Mais tant que nous sommes toutes les deux, on ne risque pas grand chose.

Elle ne s’en rendait pas compte, mais son interlocutrice semblait à son tour être victime, petit à petit, d’une illusion. Les vêtements de la Tsukuyomi semblaient, par endroit, clignoter, révélant sa peau nue aux yeux de la suijin pendant quelques petites secondes, puis revenaient…


•Faërye's theme
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Truth or Dare [PV Sasha]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Truth or Dare [PV Sasha]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» truth or dare.
» Truth or dare ?#Skyeward (1)
» Dirty Little Sasha. [Done.]
» Sacha Louise Ryan une nouvelle riche Feat Sasha Pivovarova
» Hidden Truth [ Partenariat ] Fermé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: La périphérie :: Terres Inexplorées-
Sauter vers:  
Top-Sites