Partagez | 
 

 When the world is running down... [w/ NP]

Aller en bas 
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 300

Carte de Jeu
Double Compte: Mbuyi Kimaro
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
7 ★ - Partner
MessageSujet: When the world is running down... [w/ NP]   Jeu 19 Juil 2018 - 20:14

Un mois. Déjà. Un mois que cette boule d’énergie survoltée s’est incrustée dans ma vie comme… Comme une praline dans une brioche (miam ♥️). Nelly-Pi, la fraise tagada à réaction. La pile électrique jamais à court d’idées pour s’amuser. Jamais à court de sujets de discussions, parfois tellement tordus qu’on se demande comment ils ont pu voir le jour. Nelly-Pi, la fille qui a définitivement réintroduit la bonne humeur dans ma vie alors que la perte de ma famille et de mes amis m’avait mis un sérieux coup au moral.

J’étais allé chercher du réconfort au Gyldne Mølle, mais mes plans pour la journée ont été complètement chamboulés par cette étrangère sympathique. Au final, on a passé la journée ensemble et je ne le regrette pas du tout. On a échangé nos numéros, et on s’est revus. Plusieurs fois.

Et aujourd’hui, ça va faire un mois qu’on se connaît. « Ça se fête ! », a dit Nelly-Pi. Comme si on était en couple et que ça faisait un an. En fait, je pense qu’elle a surtout envie d’un prétexte pour s’amuser. Et elle a eu cette idée folle : de l’explo urbaine. Je l’ai immédiatement suivie dans son idée. De l’explo urbaine… Si fou, si audacieux, et en même temps si excitant. Est-ce que c’est le frisson du danger ? Je ne sais pas. Je m’en fous. L’idée elle-même m’a rendu euphorique toute la journée.

Alors le moment venu, je me suis engouffré dans une rame de métro en direction du quartier industriel d’Amishawa. La rame s’est vidée au fur et à mesure du trajet. À la fin, il ne restait que des voyous de bas étage. Puis seulement moi. Seul avec ma musique. Le Diablo Swing Orchestra. Un groupe de ma Scandinavie natale, pour une fois. Des génies qui réussissent à associer le metal et le swing.



Je sors du métro alors que le soleil se couche. J’ai mis mes pires vêtements, ceux qui ne craignent rien : un t-shirt délavé, une veste miteuse et un jean usé. À mes pieds, des godasses de rando aux crampons solides. Je suis bien loin de mon style habituel… Seul élément normal, ma fidèle besace de cuir : je n’ai pas d’autre sac à disposition.

Je marche dans les rues, mi-excité par l’aventure qui m’attend, mi-apaisé par le crépuscule, avant de finalement arriver à l’usine désaffectée que nous avons définie comme point de rendez-vous. Tout ce qui pouvait s’abîmer tombe en morceaux. Les vitres sont défoncées. La nature reprend ses droits et les plantes envahissent chaque recoin de terre dénudée. Les tags de toutes les couleurs se disputent l’espace délimité par l’ossature béton, seul témoin encore inébranlable de ce qu’à autrefois été le bâtiment. L’endroit est… Magnifique, à sa propre manière.



Nelly-Pi n’est pas encore arrivée, manifestement. Alors je trouve un coin où m’asseoir, et j’attends. J’écoute ma musique, et je me prépare psychologiquement à ce qui va suivre. J’ai peur, un peu. Ce que nous allons faire est interdit, et dangereux. Mais l’appel de l’inconnu est plus fort, et l’adrénaline parcourt déjà mes veines. Cette nuit va être fantastique.




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 191

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Dim 22 Juil 2018 - 16:00

Salut, c’est Nelly-Pi ! On se retrouve aujourd’hui pour un suuuuper tuto beauté. Vous êtes prêtes les amies ? Ah, non. J’déconne. Ce n’est pas comme si ça me ressemblait vraiment ce genre de conneries.
En fait, je ne savais pas trop ce qui me ressemblait en ce moment. Depuis quelques jours, je ne savais plus qui j’étais, ce que je faisais. Rien ne me semblait correct, tout était absolument flou. Etait-ce le manque de sommeil, ou ces réactions pour le moins étranges que j’avais eu lors de ma dernière soirée avec Cecil ? Je grimaçais. Il était dix-sept heures, et j’étais encore au fond de mon lit, planquée sous ma couette. Mais ce soir, j’avais rendez-vous. Ce soir, c’était Niels et moi. Et rien d’autres que des ruines à explorer dans la pénombre à peine plus apaisante qu’une piqure de guêpe. Je soupirais. Encore cette question. Ce « pourquoi » : « pourquoi ai-je pensé ça ? ». Qu’est-ce qu’il était pour moi, en vrai, tout au fond de mon cœur ?

Je secouais la tête. Retour à la réalité, Nelly ! On se secoue les puces et on se bouge le popotin. Niels, c’était une personne à part. Si on avait passé pas mal de temps ensemble ce dernier mois, ce n’était certainement pas pour rien. Le petit mignon qu’il était me refilait la patate de ma jeunesse passée. L’idée même de le voir me donnait le sourire et je m’extirpais enfin de ma couette pour filer sous la douche. Ce soir, on fêtait notre premier mois. Notre « nous-mois-versaire ». Ué, ué. Comme les couples ! Sauf que nous, on était des p’tits fous qui sortaient s’amuser ensemble. Pendant que l’eau coulait sur mon corps, je réfléchissais un instant. Aux dernières nouvelles, Niels n’était pas en couple. Il faudrait que je songe à lui demander pourquoi.

La tâche la plus ardue passée, je m’habillais de façon simple. On allait explorer des ruines, pas à un bal ! Pour la première fois depuis… certainement trop longtemps pour que je m’en souvienne, j’enfilais un jeans noir qui me faisait des fesses à tomber, une paire de basket de la même couleur, un sweat rose complétant la tenue. Sous ce sweat ? Grr, petit coquin ! Il faudra l’enlever toi-même pour le savoir ~ Prête, je filais à toute allure : le métro n’allait pas m’attendre.

Je sortais enfin du métro. L’odeur qui se dégageait de la rame m’avait donné mal au cœur, j’étais bien heureuse de retrouver l’air frais. Frais. C’était la température qu’il faisait. Je frissonnais en baillant, marchant jusqu’au point de rendez-vous duquel nous avions convenu. J’avais à peine aperçu sa bouille d’ange que mon sourire s’étirait sur mes lèvres. Comme une adolescente qui retrouve sa meilleure amie, je lui faisais déjà de grands signes en sautillant partout.

J’étais plantée face à lui, il avait à peine eu le temps de se lever que je l’enserrais déjà entre mes bras. Doucement, je me calmais, respirant l’odeur de son parfum. Je devais laisser mes doutes au placard, au moins pour ce soir. Lorsque je le relâchais enfin, je posais mes pupilles dans les siennes avec un large sourire, réajustant ses quelques mèches sauvages.

« Bah alors ! T’en fait une tête. T’as vu un fantôme ou quoi ? »


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 300

Carte de Jeu
Double Compte: Mbuyi Kimaro
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
7 ★ - Partner
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Dim 22 Juil 2018 - 17:55

J’ai à peine le temps de me poser que Nelly-Pi arrive déjà. Comme quoi on se débrouille pas si mal niveau timing au final. Et le temps que je reprenne mon sac et que je me lève, elle est déjà sur moi à me broyer les côtes comme à chaque fois qu’on se voit.





Non, en fait, je retire ce que j’ai dit. D’habitude elle me broie les côtes pour me montrer qu’elle est contente de me voir et ensuite elle me lâche. Là, non. Au lieu de ça, elle relâche sa prise et pose sa tête sur mon épaule. Ça dure comme ça pendant quelques secondes, le temps que je réagisse. Et puis comme elle n’est manifestement pas disposée à me lâcher, je finis par refermer mes bras autour de son dos. C’est doux. C’est chaud. C’est tendre. C’est un havre de paix.

Ça dure sans doute pendant quelque chose comme cinq minutes. Cinq minutes, c’est manifestement le temps nécessaire pour qu’elle reprenne une attitude à peu près naturelle. Ainsi qu’un délai largement suffisant pour que mon inquiétude naturelle finisse par percer à travers la douceur de l’étreinte. Chose qui doit d’ailleurs se voir sur mon visage, puisqu’après s’être finalement décidée à me lâcher, elle me lance :

« Bah alors ! T’en fait une tête. T’as vu un fantôme ou quoi ?
Oui : un fantôme avec un sweat rose et un pantalon noir, réponds-je d’un ton mutin, avant de reprendre plus sérieusement : Ça va ? Tu n’as pas l’air d’être dans ton état normal ce soir… »

Il y a sans doute des gens qui diraient que je me fais des idées… Mais à chaque fois que j’ai vu Nelly-Pi passer de l’état de pile électrique à un état beaucoup plus tendre comme maintenant, c’était parce qu’elle était down. Alors sachant ça, comment ne pas s’inquiéter ?




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 191

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Lun 23 Juil 2018 - 11:19

Niels avait le chic pour déceler ce qui n’allait pas chez moi. Il tapait souvent dans le mille, pile poil dans ce que j’essayais de cacher. Pourtant je secouais la tête pour lui indiquer qu’il devait certainement se faire des idées.

« Ça va. J’avais juste besoin d’un petit remontant. » Je lui envoyais une petite pichenette sur le nez. « Estime-toi heureux que je ne t’ai pas volé plus qu’un câlin ! »

Je souriais. Un large sourire aux allures légèrement provocatrices. J’aurais pu faire bien pire que de lui broyer les côtes. J’aurais pu… Lui voler un baiser, par exemple ! Ou encore l’embrasser dans le cou, chercher à le faire frissonner un peu partout, le croquer délicieusement et laisser glisser ma langue le long de son échine. J’aurais pu faire tout ça. Mais c’était Niels. J’avais promis le jour de notre rencontre de faire attention à ne pas agir de façon qui pourrait porter à confusion. Alors, je me limitais à mes pulsions câlines soudaines. Je soupirais. Bon sang, ça faisait un bien fou, quand même. J’avais l’impression que cette petite dose d’affection n’avait pas touché mon cœur depuis des millénaires. Et pourtant…

Je prenais la pose, levant un bras et pointant le ciel avec un air mystérieux sur le visage. Dans la pénombre naissante, je commençais à ressentir comme une angoisse. La nuit, ma magie avait tendance à se manifester plus que d’habitude. Je perdais parfois un peu le contrôle, laissais mes pouvoirs faire un peu ce qu’ils voulaient de moi. Ce soir, je n’étais pas seule, alors tout irait bien, n’est-ce pas ? Je hochais la tête pour me convaincre et attrapais la main de mon ami pour le guider vers le bâtiment le plus proche. Notre exploration pouvait commencer.

« C’est parti ! Ce soir, c’est la fête mon p’tit coco ! J’ai même sorti ma tenue de bal t’as vu ! Ça doit bien faire 3 ans que je n’ai pas mis un pantalon. TROIS ANS ! C’est énorme !! Je ne dois pas manger tant de Tagada que ça si je rentre encore dedans… »

Je n’avais donc ni grandi, ni grossi depuis tout ce temps ? Je serrais la main de Niels dans la mienne.

« Plus sérieusement, ça ira tant que je ne serais pas seule. Ne t’en fait pas, c’est rien de grave. C’est peut-être à cause de la pleine lune, je vais me transformer en Nelly-garou ! »

Je hurlais à la lune avant d’éclater de rire. J’espérais l’avoir un peu rassuré, qu’on puisse réellement partir à la chasse aux trésors et aux fantômes dans ces ruines plus qu’attrayantes mes yeux. En sautillant, je nous dirigeais vers l’intérieur, sans réellement faire attention où je mettais les pieds…


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 300

Carte de Jeu
Double Compte: Mbuyi Kimaro
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
7 ★ - Partner
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Jeu 9 Aoû 2018 - 18:43

Dénégation. Mais même si on se connaît encore assez peu, je te connais déjà trop pour croire qu’il te fallait « juste un petit remontant ». Cinq minutes de câlin ininterrompu, ce n’est pas quelque chose qu’on réclame juste pour un petit coup de mou. Même quand on s’appelle Nelly-Pi et qu’on est une tagada.

Surtout quand on s’appelle Nelly-Pi et qu’on est une tagada, en fait. Une tagada à réaction avec des réserves de fuel supposément illimitées. C’est plus du genre à vous balancer dix volts dans la figure en un câlin de dix secondes qu’à puiser de la tendresse dans une étreinte de cinq minutes, une Nelly-Pi.

Mais je n’insiste pas. Si elle ne veut pas en parler, ce n’est pas à moi de la forcer, pas vrai ? Si vraiment elle a besoin d’en parler, elle le fera le moment venu, je suppose. Alors je me contente de riposter à sa pique.

« Tu sais bien que tu m’as promis d’éviter toute ambiguïté. Tu voudrais me voler quoi ? Un baiser ? Hors-contrat. Ma virginité ? C’est encore pire, et en plus rien ne dit que je ne l’ai pas déjà perdue. Alors ? »

Ignorant ma pique, ma comparse prend la pose d’une manière théâtrale mise en relief par le crépuscule… Avant de me sortir une tirade tout à fait inappropriée.

« Tu as toi-même cassé ton ambiance mélodramatique, remarqué-je d’un ton faussement réprobateur juste avant qu’elle n’enchaîne :
Plus sérieusement, ça ira tant que je ne serais pas seule. Ne t’en fait pas, c’est rien de grave. C’est peut-être à cause de la pleine lune, je vais me transformer en Nelly-garou ! »

Et de hurler à la lune pour appuyer ses propos. Elle ferait tout pour me rassurer, hein ? Ok, j’ai compris, je ne pose pas de questions. Mais ne compte pas sur moi pour te laisser toute seule dans la mouise si ça ne va pas !

« Bon, on y va ? »

À l’instant même, sans m’attendre, elle commence à se diriger vers le bâtiment adjacent.

« … Je prends ça pour un oui. »

Je m’arme de ma lampe de poche pour repousser l’obscurité, et nous nous aventurons à l’intérieur du bâtiment. La pièce est vaste, haute de plafond. Ici, un cercle de cendres et de charbon indique les restes d’un feu de camp relativement récent. Là, un escalier mène aux étages supérieurs, ou plus probablement à l’unique étage supérieur.

Le sol est couvert de décombres, de plantes rampantes capables d’apprivoiser le béton… Et de ce qui sont manifestement les multiples carcasses de machines partiellement démantelées suite à la fermeture de l’usine. Restent des courroies usées par le temps, des pièces métalliques majoritairement rongées par la rouille, les débris de pièces de bois inidentifiables…




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 191

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Ven 17 Aoû 2018 - 18:37

J’étais enjouée. Peut-être un peu trop, ça sonnait un peu faux. Mais une chose était vraie : voir Niels, ça me remontait le moral ! Et il était bien équipé le coco. Il avait une lampe de poche, p’t’être même qu’il cachait quelques autres accessoires auxquels je n’avais absolument pas pensé. Intérieurement, je haussais les épaules. T’façon, l’obscurité, cey mon amiiiie ! Ou pas. Surtout « ou pas », en fait.

Ici, tout était cassé. Détruit. Délabré. Abandonné. La liste de synonyme pourrait être longue si j’avais envie de la continuer mais j’avoue que ça ne me tentais pas plus que ça. Il y avait de tout, même des choses qui n’avaient rien à faire ici. C’était… Comme si les éléments s’étaient déchainés en ce même lieu. Je regardais autour de nous. Je n’étais pas rassurée, pas vraiment. De quoi avais-je peux, exactement ? De moi ? Il n’y avait pas que ça. J’avais peur d’elle aussi. Et elle était typiquement du genre à venir emmerder les gens dans ce type d’endroit. J’inspectais les lieux avec plus de détails, mais avec une certaine distraction : je ne m’attardais pas sur le paysage, je cherchais quelque chose à l’apparence humaine. Visiblement, il n’y avait rien à craindre ici. Je lâchais un profond soupir de soulagement avant de venir mettre en bataille la chevelure de mon ami.

« Uhm, on a dit pas d’ambiguïté. Je t’aurais volé… Quoi ? T’as déjà perdu ta virginité ?! »

Je faisais semblait d’être choquée, puis je fronçais les sourcils.

« Et ne te moque pas de moi parce que ça rame dans mon cerveau ! C’est pas de ma faute si la connexion entre les neurones est lente. »

Je pinçais doucement ses joues en lui souriant. Enfin, je m’attardais sur le décor dans lequel nous nous trouvions. C’était une usine d’automobiles, semblait-il. Mais tout était mangé par la rouille et la nature avait repris ses droits. Un léger sourire apparu au coin de mes lèvres.

« Je ne sais pas trop ce que je t’aurais volé. P’t’être que je t’aurais tapé le popotin ! »

**glink**

Si j’avais été un chat, mes oreilles se seraient dressées sur le haut de mon crâne. L’appel des croquettes ? Non, mais quelque chose semblait avoir bougé plus loin. Instinctivement, j’étais passée en position de défense. Qu’est-ce qu’il se passait, là-bas ? Pourtant, je ne ressentais rien. Seulement Niels et moi. Etait-ce… LE NELLY-GAROU ?!


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 300

Carte de Jeu
Double Compte: Mbuyi Kimaro
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
7 ★ - Partner
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Lun 22 Oct 2018 - 20:06

Cling.

Quelque chose a bougé. De l’autre côté du bâtiment, disent mes oreilles. Je me suis figé, me focalisant instantanément sur mon ouïe. Nelly-Pi, elle, s’est instinctivement raidie dans une position qui semble indiquer qu’elle est sur la défensive. Je tends l’oreille un instant de plus : rien. Le cône de lumière de ma lampe torche balaie la zone : rien. Alors je pose ma main sur l’épaule de mon amie d’un geste qui se veut apaisant, et je brise le silence :

« Relax, N-Pi, c’était sans doute une souris. Ou un chat de gouttière. Rien de dangereux, en tout cas. Et puis même si c’était le cas, tu as tes pouvoirs, toi, tu saurais nous protéger. De toute manière la grande aventurière Nelly-Pi n’a peur de rien, pas vrai ?, embrayé-je pour la taquiner. »

Je tourne la tête, examine les environs rapidement, et mon regard se focalise sur l’escalier de béton qui semble comme suspendu dans les airs par une volonté propre.

« On monte ? »

Sans attendre sa réponse, je me dirige vers l’escalier, et il ne fait nul doute que quelque soit l’animal que nous avons entendu, le bruit de mes semelles remuant les décombres et brisant des fragments déjà bien morcelés doit suffire à le faire fuir dans le cas peu probable où il ne l’aurait pas déjà fait. Le bruit ne s’apaise que lorsque je parviens enfin à l’escalier dénudé et surprenamment épargné par la couche de débris par ailleurs omniprésente.

Je commence à le gravir. Emprunter ce colimaçon dépourvu de garde-fou est assez étrange, et en cet instant, je me dis que je suis décidément ravi de ne pas avoir le vertige : si les escaliers de la tour que j’ai repérée en arrivant sont de la même nature, il est clair que même sans vertige, il vaudra mieux éviter de regarder dans le vide si l’on veut la gravir… Et dieu sait que j’en ai envie.




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 191

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Sam 27 Oct 2018 - 16:23

Une souris ou un chat. Oui, oui, il avait sans doute raison. Haha, à quoi je m’attendais moi ? Ce n’était pas comme si j’allais trouver une modifiée dans le coin. Ce n’étaient pas leur genre après tout. Si. En fait… Si. C’était clairement leur genre. Mais se cacher dans de tels endroits pour rien, par contre, c’était assez fourbe et ça ne leur correspondait pas. Henka avait été du genre complètement folle à se montrer et attaquer directement, pas à se tapir dans un coin en attendant que quelqu’un ne débarque. Pas leur genre, pas leur territoire. Ici, je savais que l’on allait être tranquille. N’est-ce pas ? Oui, nous le serions.

Je retrouvais mon calme et je suivais mon ami. Ces escaliers fileraient un vertige à n’importe qui qui ne l’aurait pas déjà. Râté, moi, j’avais plutôt envie de sauter pour voir si je pouvais voler. Loin de moi les pensées suicidaires, hein. Je comptais vivre bien sûr. Je voulais seulement savoir si je pouvais déployer mes ailes. Pff, comme si j’en avais. J’en avais ? Qui savait.

L’aventurière n’a peur de rien, en effet. J’étais prête à bondir pour te protéger corps et âme, voyons ! Que crois-tu ?

Je réfléchissais un moment, continuant de gravir les marches qui nous séparaient de l’étage.

Par contre… je doute d’être capable de te protéger. Je suis assez dangereuse en vrai tu sais. Et puis, je te l’ai déjà dit : si tu es ici, c’est que tu as des pouvoirs. C’est obligé. Règle de base de l’île !

J’étais curieuse de savoir à quelle catégorie il appartenait. Plus on grimpait, plus j’étais excitée comme une puce. Qu’allait-on découvrir là-haut ? Je grimpais les dernières marches à la vitesse de l’éclair, dépassant Niels et l’attrapant par la main pour le tirer avec moi jusqu’en haut des escaliers. Un petit pas de danse en haut du podium, et nous voici face à un spectacle des plus bluffants. Tout était resté en l’état. Peu nombreux semblaient avoir été les squatteurs à cet étage par rapport au rez de chaussée. Tout était délabré, poussiéreux, mais tellement magnifique en l’état ! Je m’aventurais parmi les machines, laissant mes doigts parcourir le métal poussiéreux de celles-ci. Un frisson m’envahissait alors que j’approchais d’une fenêtre brisée qui filtrait la lumière de la lune. Un large sourire gagnait mon visage. Ouais… ça faisait un bien fou d’être ici.

Nielou ? Approche, j’vais pas te manger !

Je le rejoignais en chemin et déposais un baiser sur sa joue avant de partir en sautillant fouiner dans un tas de ferraille envahit par la nature.

N’importe qui qui contruit des trucs pourrait venir se servir ici… Il y a tellement de pièces ! Hey dit, dit. T’aimerais être de quelle catégorie ? Pour tes pouvoirs je parle ! J’aurais préféré être de la foudre… ou de l’eau ! Mais j’ai tiré le mauvais lot c’pas ma faute. Paraît que c’est héréditaire en plus. De qui je pourrais tenir ça… T’as une idée pour toi ?


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 300

Carte de Jeu
Double Compte: Mbuyi Kimaro
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
7 ★ - Partner
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Dim 28 Oct 2018 - 16:10

Elle était prête à bondir pour me protéger, hein ? Ah là là, Nelly-Pi. Tellement romanesque. On imaginerait presque le preux chevalier volant au secours de sa princesse. Et voilà que j’essaie de m’imaginer la scène. Ce à quoi j’échoue lamentablement. Bonjour l’inversion des genres. En plus les figures de femmes chevaliers dans la fiction sont régulièrement ultra-cliché. Et trop souvent doté d’un équipement qui n’a pour but que de mettre en valeur leurs attributs féminins.



… Ehm. Heureusement que je suis en tête, parce que je me sens déjà rougir. Mais — ô distraction bienvenue ! — ma compagne reprend la parole.

« Par contre… je doute d’être capable de te protéger. Je suis assez dangereuse en vrai tu sais. Et puis, je te l’ai déjà dit : si tu es ici, c’est que tu as des pouvoirs. C’est obligé. Règle de base de l’île ! »

« Mais non, t’inquiète. Je sais que tu n’es pas rassurée par ta magie, mais il n’est jamais rien arrivé de grave, pas vrai ? Enfin bref. Oui, je suppose que j’ai une magie. Je serais bien infoutu de dire laquelle. Si ça se trouve elle va rester dans un état latent jusqu’à ce que je meure? »

Je soupire, et ma pile électrique préférée en profite pour monter quatre à quatre les dernières marches qui nous séparent du palier en m’attrapant la main au passage. J’en connais une qui est de nouveau excitée comme une puce…

« Eh, tout doux ma belle, tu voudrais pas qu’on loupe une marge et qu’on se mange l’escalier !, dis-je en riant. »

Mes protestations sont interrompues par un pas de danse impromptu alors que nous arrivons au premier étage, pas de danse que mes réflexes suivent tant bien que mal alors que moi, je suis trois secondes en retard. Et puis ma compagne lâche ma main pour aller s’extasier du spectacle. Il faut dire qu’il est effectivement digne du détour. Je reste un instant en arrêt, impressionné par le bon état de conservation des lieux. Bien sûr, la poussière est omniprésente et le contenu de la pièce est gagné par le délabrement, mais les machines ont l’air essentiellement en état. On pourrait presque s’imaginer les voir s’animer. Et moi qui m’attendais à ce qu’elles soient complètement rongées par la rouille ! La scène qui s’étale devant nous est presque belle, à sa propre manière. Je me demande ce qu’ils fabriquaient ici…

« Nielou ? Approche, j’vais pas te manger ! »

J’ai à peine eu le temps d’ouvrir la bouche et d’initier un mouvement que Nelly-Pi a fait demi-tour, m’a rejoint et… Dépose un baiser sur ma joue ?! S’ensuit un étrange instant de confusion interne de gêne mêlée d’une sensation de chaleur. Je suis bien… Et je bénis l’obscurité de cacher le rose qui me monte aux joues. Puis Nelly-Pi repart fouiner dans un tas de ferraille et la sensation se dissipe aussi soudainement qu’elle était venue.

« N’importe qui qui construit des trucs pourrait venir se servir ici… Il y a tellement de pièces ! Hey dit, dit. T’aimerais être de quelle catégorie ? Pour tes pouvoirs je parle ! J’aurais préféré être de la foudre… ou de l’eau ! Mais j’ai tiré le mauvais lot c’pas ma faute. Paraît que c’est héréditaire en plus. De qui je pourrais tenir ça… T’as une idée pour toi ?
Je sais pas trop. En vrai, y a pleins de trucs qui ont l’air cool, mais y en a aucun qui me paraît vraiment fou. Enfin, je sais pas. Peut-être que c’est juste moi qui ai pas d’imagination. En vrai, faire pousser des plantes avec Saruta-Hiko c’est classe. Et j’avoue que Rajin ça a l’air cool. Genre, tu peux recharger ton tél ou ton ordi quand il est en rade. Ceci dit avec Fūjin on peut voler, c’est quand même badass. Et j’ai entendu dire qu’on pouvait soigner avec Amaterasu, c’est fou. Enfin bon, je verrai bien le moment venu, je suppose. Enfin, j’espère. »




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 191

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Dim 28 Oct 2018 - 18:32

J’avais cessé de chercher dans les décombres pour me concentrer sur ce que me disait mon ami. C’était vrai qu’il y avait des pouvoirs bien plus intéressants que d’autres, mais j’étais convaincue que cela n’était dû qu’à l’imagination de chacun. Peut-être qu’un Amaterasu voyait plus de compétence en la magie de Suijin, cela devait dépendre de chacun. Après tout, nous étions tous différents les uns des autres. Sinon, on s’ennuierait sûrement bien plus que ce n’était déjà le cas par moment.

Ne t’en fait pas, ça viendra. Certains tardent un peu plus que d’autres, mais ça finit toujours par se déclencher. Des fois, on vit avec sans même s’en rendre compte !

J’affichais un sourire qui se voulait rassurant. Je me demandais souvent depuis quand est-ce que j’avais ces pouvoirs. Les souvenirs les plus lointains remontaient à l’adolescence, mais n’en avais-je pas d’avant ? Peut-être s’étaient-ils déclenchés dans mon enfance. Peut-être que j’avais oublié cet épisode traumatisant de ma vie. Il fallait bien avouer que je ne les avais pas découverts de manière tranquille. J’étais loin de ceux qui font pousser une plante comme ça, d’un coup, en jouant de la musique ou en claquant des doigts. Non. Moi, je m’étais réveillée avec une faux de deux mètres de haut. Dans mon lit. En pleine nuit. L’angoisse totale. Bizarrement, sur le coup, ça m’avait semblé cool. Enfin, de pouvoir matérialiser des ténèbres. Pas de se réveillant avec une arme pareil entre les doigts. Heureusement que cette nuit-là je n’étais pas avec Eran. Le pauvre, il m’aurait certainement fuit comme la peste après ça ! Déjà qu’il avait perdu sa soeur, si en plus il savait que sa meilleure amie était une sorte de sorcière cheloue aux pouvoirs venus d’on ne sait où, le pauvre ne s’en serait pas remis.

Je pointais mon nez vers la lune de nouveau, j’étais pensive, perdue dans mes souvenirs d’autrefois. Niels avait raison. Mes pouvoirs avaient sauvés plus de gens qu’ils n’en avaient tués. Enfin, ils faisaient du bien à tout le monde sauf à moi. Ils provoquaient des cauchemars, des insomnies, et puis… En ce moment, je me sentais vraiment pas dans mon état normal. J’avais cette étrange sensation de poids sur le coeur. Comme si… Rah, je ne savais vraiment pas. J’avais mal, quelque part. Je ne savais où. Et les seuls moments où j’étais bien, c’était quand je n’étais pas seule. Alors, je forçais un léger sourire.

Nielou, t’es vraiment chou, en fait. Tu dégages quelque chose d’apaisant. J’adore être avec toi.

En trottinant, je me dirigeais vers une des grosses machines laissées à l’abandon. Que pouvait-on bien construire ici ? Des voitures ? Non, ça me semblait compliqué de construire des automobiles à l’étage et de les faire descendre ensuite sans rampe d’accès. Ou alors, elle était très bien cachée. Peut-être… Des ordinateurs ? Les composants semblaient bien trop gros pour être le cas.

Hey dit donc, on a de la chance. On aurait pu tomber sur un labo clandestin ou je ne sais quoi avec des produits ultra-dangereux. Mais non, on est juste tombés sur une vieille usine d’on ne sait quoi. De biscuits ? Oh ! Peut-être qu’on faisait des biscuits ici ! Quoi que, ça me semble compliqué de construire des biscuits. Ca se cuisine, ça se construit pas...

Je gesticulais, encore, encore. Et HOP ! Voilà que je trébuchais et tombais en arrière. BOOM ! En plein sur le popotin. Et vu le bruit que ça avait fait, peut-être que j’allais entamer un régime finalement. Je marmonais un “Aïe” en faisant la grimace. Ma main semblait s’être coupée sur quelque chose.

Nielou… Bisou magique ?” Je lui souriais de toutes mes dents. “A défaut, t’aurais pas eu moins un mouchoir ?


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 300

Carte de Jeu
Double Compte: Mbuyi Kimaro
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
7 ★ - Partner
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Dim 28 Oct 2018 - 22:09

Nelly-Pi s’est interrompue un moment pour m’écouter et elle se retourne vers moi pour m’offrir une réponse encourageante qui ne me convainc qu’à moitié. Dire que ça fait déjà un mois et demi que je suis arrivé ici…

« Ça pourrait. Mais si il s’est déjà éveillé je dois être sacrément bigleux. T’imagines si je découvre jamais mon pouvoir ? »

Enfin bref. Je m’ébroue pour chasser ces mauvaises pensées, et je rend à mon amie le sourire affectueux qu’elle m’offre. Bon sang, tu sais pas le bien que ça fait de t’avoir comme amie, N-Pi. Je sais pas ce que je ferais sans toi et sans Joey. Enfin, si, je pense que je ne sais trop bien. Je broierais du noir dans mon coin et je me droguerais à la musique pour faire semblant de tenir bon en ayant toutes les raisons du monde pour que ça n’aille pas. Tous ces gens qui me manquent. Mes amis : Nicolai, Line, Hans, Erik… Formørke, ma chatte. Erik et Mark, mes parents…

« Dis. Tu crois que mes parents biologiques sont ici ?, demandé-je en repensant à la question que N-Pi m’a posée tout à l’heure. Boarf, laisse, ça n’a sans doute pas grande importance, à vrai dire. C’est pas comme si je risquais de la reconnaître si je la croisais dans la rue. »

Je me tais, et le silence s’installe un moment alors que je fais quelques pas pour rejoindre ma compagne d’aventure, qui finit par briser le silence.

« Nielou, t’es vraiment chou, en fait. Tu dégages quelque chose d’apaisant. J’adore être avec toi. »

Toi aussi, N-Pi, toi aussi. Curieux, d’ailleurs, comment une pile électrique telle que toi parvient à me rendre aussi discret alors que je ne le suis pas tant que ça d’ordinaire. Un peu comme si je m’estompais pour te laisser plus de place pour t’épanouir. Place que tu ne prends néanmoins pas toujours. Comment diable un bavard comme moi et une folle comme toi pouvons-nous bien arriver à être simultanément si calmes en étant ensemble ?

Mon regard parcourt la pile de ferraille et coule vers la tagada qui s’est relevée et se dirige vers une vieille machine qui nous toise gravement de toute sa hauteur d’ancêtre somptueuse.

« Hey dis donc, on a de la chance. On aurait pu tomber sur un labo clandestin ou je ne sais quoi avec des produits ultra-dangereux. Mais non, on est juste tombés sur une vieille usine d’on ne sait quoi. De biscuits ? Oh ! Peut-être qu’on faisait des biscuits ici ! Quoique, ça me semble compliqué de construire des biscuits. Ça se cuisine, ça se construit pas… »

Rah, N-Pi, tu me casses mon ambiance…

« Ah là là, qu’est-ce que tu n’irais pas inventer, rétorqué-je en riant. Ceci dit, j’avoue que je ne vois pas trop ce qu’ils pouvaient fabriquer ici. Ça a pas l’air d’être une usine de montage. Il faudrait au moins une rampe d’accès. Je pense pas que ça soit une usine sidérurgique. Ça ne ressemble pas non plus à des métiers à tisser… Ils faisaient sans doute des composants pour des trucs plus gros. Je suppose ? »

Je hausse les épaules en signe d’ignorance. Pas à moi qu’il faut demander une expertise en matière d’industrie…

Tout à mes pensées, je ne vois pas mon amie gesticuler, perdre l’équilibre, trébucher et… S’étaler. Elle est déjà en train de grogner de douleur, le cul par terre, lorsque je me retourne.

« Ça va ?!, m’exclamais-je, inquiet.
Nielou… Bisou magique ?, me répond-elle avec un sourire embarrassé qui suffit à me rassurer. À défaut, t’aurais pas eu moins un mouchoir ? enchaîne-t-elle en me montrant sa main ensanglantée. Aïe.
Montre-moi ça. »

Je prends sa main sans attendre de réponse, essuie le sang avec un mouchoir propre, puis lave la plaie — j’ai bien fait de prendre une bouteille d’eau !

« Désolé, je peux pas faire grand-chose de plus, ça ne m’est pas venu à l’idée de prendre des pansements, continué-je avec un sourire désolé, avant de reprendre : Ça ira ? On continue ? »




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 191

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Lun 29 Oct 2018 - 13:14

Bravo, Nelly. Palme d’or de la gafferie et du trébuchage en règle. Clap clap clap. Applaudissez-moiiii ! Je soupire tandis que Niels s’occupe de ma main. Il a pensé à tout, ce petit De l’eau, des mouchoirs, une lampe… J’étais persuadée qu’il avait même une ration de survie et des fusées de détresse quelque part dans son sac. Le pire, c’était quand même qu’il s’excusait de ne pas avoir de pansement. Je pouffais de rire face à son air désolé avant de secouer la tête.

Pas de problème. J’en mourrais pas. Et puis… J’ai qu’à être plus prudente.

Mais l'imprudence, c’est presque ma raison de vivre. Je me relevais et tapotais mon derrière pour retirer la poussière. L’air était frais, sacrément frais quand même. Alors que le printemps allait pointer le bout de son museau. Je soupirais un instant, grelottant légèrement. Puis, je sautillais sur place et prenait la pose d’un super héros.

C’est ok, tout va bien ! Même pas mal !

Si, en fait. J’avais oublié à quel point ça pouvait faire mal de simplement s’égratigner une main. Pourtant, j’étais tombé nombre de fois durant ma tendre enfance, et combien de fois j’avais manqué de tomber d’un arbre en y grimpant. J’avais arrêté de compter, en vrai, parce qu’il y en avait beaucoup trop et que moi, j’avais une vraie mémoire de poisson. C’était amusant comment Niels était attentif et délicat. Une vraie maman chat.

Tu s’rais pas mon ami, je t’aurais sûrement embrassé pour te remercier !

Par embrasser, bien sûr, j’entendais “faire un bisou”. Pas rouler une pelle. Quoi que. Eran était mon meilleur ami, ça ne m’empêchait pas de lui rouler des pelles. Et Cecil… Bon, Cecil, c’était une autre histoire. Lui, au moins, je n’avais pas couché avec. Je secouais la tête pour chasser ces nouvelles pensées. Je me souvenais alors des dernières paroles de Niels. Ses parents pourraient être ici. Oui, c’était vrai. N’importe qui qu’on avait connu ou non sur les continents pouvait être ici. C’était quelque chose que je trouvais particulièrement difficile : on ne savait jamais qui était là, ou pas. Et pour ma part, c’était carrément pire : je n’avais eu aucun contact avec l’extérieur depuis mon arrivée. Je ne savais pas quand j’allais sortir d’ici… Si un jour j’en sortais, bien sûr. Alors… il valait certainement mieux qu’ils me croient disparue ou morte.

Hey dit, dit. La tour à côté là, elle est haut. Et grande. Et sûrement pleine de belles choses aussi. Elle ressemble à la tour de la princesse Raiponse, tu sais le film d’animation. La nana avec les longs cheveux ! Mon dieu, déjà que je trouve les miens trop longs, j’aimerai pas avoir les siens.

Pour marquer mes paroles, je glissais mes mains dans les cheveux de Niels et je les ébouriffés légèrement, pour ne pas trop le décoiffer non plus. Enfin, s’il était coiffé… De toute façon, avec le temps qu’il faisait, ça serait difficile de les garder bien coiffé longtemps. Je fis signe à mon ami de me suivre, me dirigeant vers les escaliers à nouveau en prenant soin de ne pas louper une marche… savait-on jamais que je me casse encore une fois la figure.


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 300

Carte de Jeu
Double Compte: Mbuyi Kimaro
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
7 ★ - Partner
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Sam 3 Nov 2018 - 17:00

« Tu s’rais pas mon ami, je t’aurais sûrement embrassé pour te remercier !
Ah parce qu’embrasser ses amis c’est un problème mais embrasser des inconnus ça n’en est pas un ?, rétorqué-je d’un ton mi-moqueur mi-indigné. Faudra quand même que tu m’explique ta logique de fonctionnement un jour, N-Pi. »

« Hey dis, dis. La tour à côté là, elle est haut. Et grande. Et sûrement pleine de belles choses aussi. Elle ressemble à la tour de la princesse Raiponse, tu sais le film d’animation. »

Nope, pas vu. Disney, non ? Je connais le conte, par contre. Dans les grandes lignes en tout cas.

« La nana avec les longs cheveux ! Mon dieu, déjà que je trouve les miens trop longs, j’aimerai pas avoir les siens. »

Et de m’ébouriffer les cheveux. Pour appuyer son propos ?

« J’avoue, ça doit être infernal à laver et à coiffer. Déjà moi quand ils commencent à être longs ils me saoulent, alors ça… »

Nan, sérieusement, même des cheveux qui m’arrivent à la taille je pourrais pas. Il me faudrait un domestique pour s’en occuper. No way ! Je tiens à mon autonomie.

« En tout cas je suis content que tu parles de la tour, comme ça j’ai pas à proposer moi-même. (Je lui tire la langue d’un air moqueur.) On doit avoir une super vue sur la ville depuis là-haut, j’espère qu’on peut monter tout en haut. »

D’un commun accord, on se dirige vers les escaliers, qu’on descend, avant de sortir de la bâtisse et de nous diriger vers la tour. Même si elle n’est pas si loin que ça à vol d’oiseau, ça fait quand même une petite trotte à pieds puisque de multiples autres bâtiments à l’état de délabrement variable nous obligent à faire des détours. Et puis il faut dire que cette jungle a quand même du charme, et nous nous arrêtons parfois pour admirer le superbe graph laissé là par un précédent aventurier doté d’un véritable sens artistique — contrairement à la majorité des tagueurs s’étant arrêtés à la lisière de l’endroit.

Par moments, un lopin de terre dégagé accueille une miniature de terrain vague, avec ses débris de béton échoué là par les ruines d’un bâtiment voisin ayant moins bien vieilli que d’autres ; ses morceaux de métal rouillé, ses fragments de verre brisés, et autres reliques du même goût. Autant dire qu’en surcroît du caractère accidenté du terrain, l’agressivité de ses occupants force la prudence, et nous ne nous y aventurons qu’à une allure modérée qui ralentit encore notre progression — et je me félicite d’avoir à mes pieds mes chaussures de rando.

Et puis au bout d’un moment, nous finissons par arriver à notre destination. Heureusement que bouger réchauffe, parce que l’air ambiant, lui, s’est mis à refroidir petit à petit au fur et à mesure que la nuit tombe — je commence à regretter de ne pas avoir pris des vêtements plus chauds et je crois que Nelly-Pi est dans la même situation. Quoi qu’il en soit, nous voici finalement au pied de la tour. D’un accord tacite, on s’arrête plutôt que d’entrer directement, et on prend le temps d’examiner un peu les environs. Vue d’en bas, la tour est assez impressionnante. Je me demande à quoi elle servait. Quoi qu’il en soit, j’ai plus envie que jamais de parvenir au sommet et de regarder la ville et les étoiles qui commencent à briller.

« Et maintenant, on prie pour que ça ne soit pas le repaire d’un savant fou !, plaisanté-je. »




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 191

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Dim 4 Nov 2018 - 16:29

Je hochais la tête avec hâte. Oui, je voulais visiter cette tour et vite ! Elle m’intriguait tellement, j’aurai eu du mal à dormir si nous avions décidé de ne pas y aller. Oh, attendez : j’ai du mal à dormir même sans ça, en fait. Haha, quel bonheur ! Je soupirais intérieurement. Les escaliers, à nouveau, puis l’extérieur. Je prenais le temps de m’extasier devant chacune des merveilles que mes pupilles croisaient. Oui, même devant Niels quand je le voyais, j’avais l’impression de le redécouvrir.

J’adaptais ma marche à celle de mon ami : une marche modérée et prudente. Moi, prudente ? J’étais bien obligée après m’être presque ouverte la main par maladresse. Je risquais quand même pire en me plantant des clous ou autres structures métalliques dans une partie du corps. Vous savez, ces malades un peu reloues à cause de la rouilles, etc. J’avais un peu froid à force de ne pas bouger partout. C’était vrai, quoi, moi j’étais le genre à courir partout, tomber, me relever, m’écorcher… Et là, j’avais accepté de façon tout à fait naturelle et sans un mot de marcher à son allure et de, par la même occasion, me peler les ovaires. J’avais froid, bon sang ! J’aurai dû mettre un pull de plus, une écharpe, un bonnet, une doudoune, que sais-je d’autre qui pouvait me tenir chaud. Une bouillotte. Du thé. Et un câlin. Oui, ça serait parfait tout ça. Mais là, d’abord, on fait de l’exploration. Ensuite, peut-être qu’on ira boire un thé et faire un câlin.

Un repère de savant fou ? L’idée me plaisait tellement qu’un large sourire apparaissait sur mon visage. On pourrait peut-être y trouver un labo clandestin, un truc complètement décalé, un peu fou… J’avais hâte, hâte ! Et je prenais la main de mon ami à nouveau pour trottiner doucement vers l’intérieur de la grande tour.

On se serait cru dans un roman du moyen âge. La tour avait un décor pour le moins… Bordélique. Le rez-de-chaussée était sans dessus dessous, comme si des pirates étaient passés pour tout retourner et piller. Un fauteuil ancien côtoyait un coffre en bois retourné, une lampe à huile et ce qui semblait être les restes d’une penderie de théâtre. De l’autre côté, des plantes grimpantes, du lierre, et un panneau avec une tête de mort indiquait l’étage bien que jonchant sur le sol. Curieuse, je m’y aventurais avec un grand sourire, prête à découvrir ce qu’il se passait là-haut pour que ça soit jugé si dangereux.

Ni-Ni ! On monte ? Hein, dit… On monte !? J’aime trop ce panneau avec la tête de mort, j’ai trop hâte de voir ce qu’il se passe là-haut ! T’avais raison, c’est le labo d’un savant fou !


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 300

Carte de Jeu
Double Compte: Mbuyi Kimaro
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
7 ★ - Partner
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   Dim 4 Nov 2018 - 17:24

Nelly-Pi me prend par la main, et nous voilà à l’intérieur. Et là, la scène qui s’étale sous mes yeux me fait instantanément oublier le froid. Et dire que je blaguais en disant que ça pourrait être le repaire d’un savant fou ! Je ne sais pas qui squattait — squatte ??? — là, mais c’est folklo. La pièce est remplie d’un bordel sans nom. Au centre, une caisse branlante sert de support à… Une lampe à huile ?! Sérieusement ?! Un fauteuil ancien sans doute retrouvé dans une décharge — c’est fou ce que les gens jettent — côtoie des sièges de fortune dont une espèce de chaise en carton.

Pas mal de plantes ont envahi l’endroit, mais il reste assez dégagé. À mon avis, les squatteurs n’ont pas abandonné leur repaire, et j’espère que l’absence de lumière provenant du bâtiment indique bien leur absence, parce que je n’ai pas super envie de leur tomber dessus par hasard. Mais bien vite mes réticences sont balayées par la fascination qu’exerce l’endroit. Sérieusement, c’est génial.

« C’est fou, y a un bazar monstre là-dedans ! Et en plus ça a l’air d’être en état ! m’exclamé-je en commençant à fouiller dans les ruines de la penderie adossée à un mur. »

Vêtements pour homme, pour femme, de tous types… C’est assez incroyable, et ça me rend encore plus curieux de savoir qui peut bien avoir investi l’endroit. À côté, une caisse contient des stocks de nourriture… Pas encore périmée ! Je confirme, les squatteurs étaient encore là il n’y a pas si longtemps que ça. Mais je suis tiré de mon inspection par une Nelly-Pi toute excitée qui attire mon attention sur un panneau figurant une tête de mort — symbole terriblement universel — et m’incite à ne pas retarder plus longtemps la montée vers l’étage suivant… J’espère qu’on n’est pas en train de faire une grosse connerie.




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: When the world is running down... [w/ NP]   

Revenir en haut Aller en bas
 
When the world is running down... [w/ NP]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 07. Girls running wild
» CNN: Food prices rising across the world
» Who is running Haiti for whom?
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: La périphérie :: Terres Inexplorées-
Sauter vers:  
Top-Sites