Partagez | 
 

 Let me be [Cecilouh]

Aller en bas 
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Let me be [Cecilouh]   Dim 29 Avr 2018 - 16:30

Dehors, l’air était froid et la pluie tombait toujours. Je soupirais un instant, attendant la sortie de mon ami qui ne se fit pas trop attendre. Il semblait dans un état second, comme dépossédé de toute âme, les yeux toujours infiniment vides. En toute honnêteté, il me faisait réellement de la peine. Je m’approchais de lui, l’aidant à ajuster son écharpe pour qu’il n’attrape pas froid. Il avait bien assez de souci aujourd’hui pour, en plus, tomber malade.

« Aller, go ! Avant que le ciel ne nous tombe définitivement sur la tête. Ça va aller, ou il faut que je te porte, princesse ? »

J’avais gagné un point puisqu’il avait accepté de me suivre. Mais je tenais à l’égalité des chances et je lui tendais une perche qu’il était censé me retourner violement en pleine face. Fort heureusement, dans sa mélancolie la plus profonde, il avait eu la présence d’esprit de ne pas trop s’éloigner de son appartement. Je ne savais pas combien de verre il avait bu avant mon arrivée, ni même s’il n’avait pas bu avant d’arriver au bar. En fait, je ne savais pas grand-chose, moi non plus… Occupée à survivre contre cette noirceur qui m’envahissait petit à petit, à lutter contre mes cauchemars, j’avais laissé mon ami de côté et je n’avais pas su voir sa tristesse. Quelque part, je m’en voulais pour ça.

Les minutes passaient. Bientôt, nous arrivions devant la porte de son appartement. Cecil ne semblait pas avoir retrouvé ses esprits malgré la promenade sous la pluie. Je passais ma main devant ses yeux après avoir fermé la porte derrière nous.

« Cecilouh ? »

Un sourire en coin, je lui retirais sa casquette et la posais sur le côté.

« Retire tout ça avant d’attraper la mort et file sous la douche. Enfin… Sauf si tu as besoin d’aide pour te déshabiller ~ »

Je cherchais une réaction, même minime et en attendant son éventuelle réponse je m’engouffrais dans la salle de bain à la recherche d’une serviette pour mes cheveux. Je lui fis signe de « je t’emprunte ça », la posant sur ma tête et frictionnant ma chevelure avec attention avant d’essuyer mon visage. Je retirais enfin mon écharpe, trempée, que je posais sur le dossier d’une chaise après l’avoir essorée dans l’évier. Face à un Cecil totalement mou, je penchais la tête vers lui en souriant doucement.

« Quoi, il faut que je t’accompagne sous la douche en plus de t’aider à te déshabiller ? »

J’allais finir par réellement m’inquiéter, s’il ne répondait même pas à ça...


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 50

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Let me be [Cecilouh]   Dim 6 Mai 2018 - 23:19

Cecil se leva de son tabouret, titubant un instant sous le coup de l’alcool, avant de suivre Nelly à l’extérieur du bar, retrouvant le froid et la pluie battante qui l’avaient patiemment attendu, comme pour continuer de le narguer. Un temps de chien pour une journée détestable, quoi de plus normal ? L’œil hagard, le guitariste n’offrit guère plus de réponse à son amie qu’un simple geste pour lui signifier qu’il pouvait marcher seul. Il savait que si elle s’était mis en tête d’être joyeuse pour deux, il ne pourrait rien y faire à part attendre qu’elle se lasse. De toute manière, il n’avait pas envie d’ouvrir la bouche. S’il était resté seul, il n’aurait d’ailleurs pas desserré les lèvres de la journée, mais la demoiselle avait tout fait pour briser ce vœu de silence, et ce qui s’était ensuivi lui faisait regretter de ne pas avoir fait front de manière plus tenace.

Après quelques minutes passées à affronter les éléments, les deux jeunes gens arrivèrent finalement à l’appartement de Cecil. L’état du jeune homme ne s’était pas vraiment amélioré. Non pas qu’il était encore plein de cette véhémence dont il avait fait preuve un moment plus tôt dans le bar, au contraire. Il était calme. Trop calme, justement, à un degré inquiétant, presque apathique. Une barrière intangible semblait s’être dressée entre le londonien et son environnement. L’avait-il érigée lui-même, ou bien n’était-ce qu’un effet supplémentaire des quelques verres descendus plus tôt ? Bien malin qui saurait le dire…

À peine rentré, Nelly se retourna vers lui, tentant de l’atteindre dans la brume qui envahissait son esprit. La demoiselle était-elle sincèrement pleine d’entrain, ou bien se forçait-elle à afficher cet air dynamique pour tenter de le faire réagir ? Cecil n’en avait cure. Une douche lui ferait peut-être effectivement du bien, mais il n’avait pas l’intention de se forcer à adopter un ton enjoué pour autant. Pas aujourd’hui. Mais son amie n’en avait pas fini avec lui, bien décidée à le faire réagir d’une manière ou d’une autre.

Ces taquineries auxquelles il prenait d’habitude tant de plaisir à répondre en surenchérissant, ces même taquineries ne faisaient aujourd’hui que l’agacer. D’une voix sèche, il se contenta de répondre un laconique :

- Ça ira.

Attrapant dans un tiroir des vêtements secs, il fila ensuite dans la salle de bains pour se faire couler une douche bien chaude. Peut-être cela le détendrait-il enfin.


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Let me be [Cecilouh]   Mar 8 Mai 2018 - 18:43

« Bonjour, vous êtes bien chez Cecil. Laissez un message et je vous rappellerai ! » *BIIIP*
C’était un peu l’effet que ça me faisait. Depuis quand est-ce que je couvais à ce point les gens qui m’entouraient ? Une seule personne jusque-là avait subi ça. Je n’avais couvé qu’une seule personne. Une personne qui me manquait atrocement. Je secouais la tête pour me retirer ces idées de l’esprit. Si Cecil ne semblait pas réceptif, est-ce qu’il était réellement nécessaire de continuer à essayer de le remonter de la sorte ? Qu’il cherche de lui-même à noyer son chagrin dans l’alcool était une chose, qu’il refuse carrément ou presque de parler, s’en était une autre. Bien qu’elles soient toutes les deux liées.

Tandis que j’entendais l’eau couler à travers la porte, je m’installais sur le canapé, me laissant choir lourdement en soupirant. Quelque part, j’étais épuisée, déjà. Je ne savais pas quoi faire pour lui, mais Dieu seul savait à quel point j’avais envie de l’aider. J’étais perdue, le regard dans le vide, guettant sa venue distraitement en me demandant quoi faire. Je ne devais ni trop le brusquer, ni pas assez, et ne pas l’obliger à me parler… Sans oublier de ne pas trop l’agacer. Je soupirais à nouveau. En voilà une bien drôle de situation.

Lorsque le bruit de la porte de la salle de bain se fit entendre, je me redressais pour m’asseoir sur le sofa. A peine avait-il fait son apparition dans la pièce que je l’agrippais par le poignet à l’aide de ma magie. Je ne savais pas pourquoi j’avais fait ça. Mes yeux se plantèrent sur lui, constatant sa surprise alors que la mienne était également présente sur mon visage. Pourtant, je saisissais l’occasion et je tirais brusquement sur le lasso d’ombre pour l’amener jusqu’à moi. Qu’il grogne ou non, cela importait peu, je ne le libèrerais que lorsqu’il aura posé son popotin fraîchement lavé près du miens. Ce qui ne tarda pas réellement. D’une main, je le poussais à tourner la tête pour qu’il me fasse face, gardant une distance de sécurité raisonnable pour ne pas lui faire peur.

« Je… Excuse-moi. Pour tout à l’heure. »

Mon regard brillait d’une lueur de sincérité, ma voix se faisait calme, posée, sans artifice.

« Je n’aurai pas dû jouer comme ça. Ce n’était pas très fair-play. »

Lui avouer que j’avais quand même bien profité de la situation et que ses lèvres avaient un goût particulièrement délicieux ? Jamais. Manquerait plus que ça ! Je relâchais son visage, en profitant pour lui ébouriffer un peu ses cheveux encore humides.

« Tu sais je t’aime beaucoup, Cecil. Tu es mon ami, et je peux faire n’importe quoi pour que mes amis aillent bien. Si tu veux quoi que ce soit, dit le. Même si ce quoi que ce soit est de me voir déguerpir le plus loin possible. »

Ça faisait mal. J’avais envie de tout sauf de le laisser se morfondre tout seul dans son coin. Mais aujourd’hui, je ne devais pas être égoïste. Aujourd’hui, c’était à lui de décider si j’étais un parasite, ou quelqu’un sur qui il pouvait compter.


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 50

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Let me be [Cecilouh]   Sam 12 Mai 2018 - 22:13

La sensation du jet d’eau glacée sur son dos arracha un frisson à Cecil. Il attendit cependant encore une bonne minute avant d’augmenter la température. Le choc du froid l’aiderait à remettre ses idées en place. Que s’était-il passé exactement ? Il ne faisait que se bourrer la gueule tranquillement dans ce bar… C’était son droit, après tout, non ? Chacun pouvait disposer librement de son corps. S’il voulait engloutir quantité de substances psychotropes pour bâillonner ses pensées fuyantes le temps d’une soirée, personne ne l’en empêcherait ! Et d’ailleurs, personne n’avait essayé… jusqu’à ce que Nelly arrive. C’était à partir de cet instant que le jeune homme perdait un peu le fil de la soirée.

Il avait continué à boire, des gorgées de plus en plus franches, et de plus en plus vite. Et les choses avaient fini par dérapé lorsqu’il avait décidé d’ouvrir la bouche. Oui, c’est à ce moment-là que le bordel avait vraiment commencé. Il n’avait pas vraiment débité autre chose que des conneries. Et Nelly avait d’abord commencé par tenter de le raisonner, avant de prendre des mesures plus… extrêmes. Et lui l’avait suivi là-dedans. Il l’avait embrassée. Mais qu’est-ce qui lui était passé par la tête, merde ? Il n’avait pas décidé de se prendre une cuite pour finir comme ça. Non, il avait simplement voulu se défoncer suffisamment la cervelle pour ne plus penser à rien et pouvoir passer sa soirée à ne rien faire sans que ses pensées ne viennent le torturer en dérivant vers Amelia. Et il avait embrassé une fille. Bordel. Pire connerie du monde. Quel genre d’enfoiré embrassait une fille cinq minutes après avoir pleuré sur son ex ? Et en dehors de ça, restait la question de savoir pourquoi une telle idée avait pu passer par la tête de Nelly. Est-ce qu’elle n’avait fait que jouer comme d’habitude, ou… ?

Sur ces questions, le guitariste coupa finalement le jet d’eau et sortit de la douche, se séchant vigoureusement à l’aide d’une serviette pour tenter de réveiller ses muscles engourdis. Une fois ses vêtements secs enfilés, il quitta la salle de bain, et s’arrêta net lorsqu’il sentit un objet s’enrouler autour de son poignet. Jetant un coup d’œil à la cordelette d’ombre qui l’agrippait, puis à Nelly, il sentit celle-ci le tracter subitement jusqu’à elle, sur le canapé. Lorsqu’il fut assis, la demoiselle prit la parole, commençant par s’excuser pour le baiser au bar. Ah. Elle était donc bien en train de s’amuser. Cela faisait au moins une question de réglée. Bon. Cecil se taisait toujours, préférant ne rien ajouter sur ce sujet précis. Du moins pas avant d’avoir parfaitement compris ce qui avait pu lui passer par la tête en agissant ainsi.

Toutefois, quand Nelly lui demanda si elle pouvait l’aider, le jeune homme finit par réagir. D’un ton fatigué, il dit :

- S’il y avait moyen que tu me mettes une bonne baffe, là maintenant, je pense que ça me ferait pas mal de bien.


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Let me be [Cecilouh]   Dim 13 Mai 2018 - 21:15

Une baffe ? Il voulait que je lui mette une baffe ? Je haussais un sourcil, surprise. Je venais de lui faire une folle déclaration sentimentale à base de « t’es mon ami, je ne veux pas te faire de mal » et lui, il me demandait de lui coller une foutue gifle ? J’eus un geste de recul, mordillant ma lèvre nerveusement. Une perle de douceur apparue dans mes yeux. Comment est-ce que je pouvais faire ça ? Comment est-ce que je pouvais le gifler alors qu’il n’y avait pas une heure, je l’avais presque forcé à m’embrasser ? Je fermais les yeux, secouant la tête subitement.

Je me levais, plantant mes yeux dans les siens. Alors, je m’approchais doucement, venant prendre place face à lui. Ou plutôt : sur lui. J’avais pris position sur ses genoux, comme à califourchon sur lui, face à son visage. Mes mains vinrent trouver ses joues avec une sorte de semi-violence, pas assez vive pour lui faire mal, mais assez forte pour lui montrer ma présence. Je fermais les yeux, posant mon front contre le sien.

« J’espère que ça te va, parce que je ne suis pas capable de mieux. Je refuse de te faire du mal. Je tiens trop à toi pour te faire du mal. »

Alors, j’enveloppais nos deux corps dans une grosse bulle. Une bulle de ténèbres, ou rien ne pouvait en sortir, rien ne pouvait y entrer. Il n’y avait que nous, juste nous, rien que nous. Nous, coincés dans cette bulle de peut-être deux mètres carrés. Mes mains ne bougeaient pas de son visage, tremblaient seulement légèrement. Doucement, mon pouce vint caresser sa joue droite avec tendresse. Je ne portais pas réellement attention à la position que j’avais soudainement adoptée face à lui. Pourquoi est-ce que je m’étais mise ainsi, sur lui, face à lui ? Pourquoi j’avais attrapé son visage de la sorte, pourquoi j’étais incapable de lui faire le moindre mal ? Pourquoi j’avais fait ce choix étrange de l’enfermer dans cette bulle sombre, où il pourrait plutôt ruminer au lieu d’essayer d’illuminer sa journée ?

Je saisissais sa main, l’approchant de ma poitrine avant de la déposer juste à l’emplacement de mon cœur. Il battait fort, si fort, que j’avais l’impression qu’il allait sortir de mon corps. Pourtant, après avoir fortement inspiré, il se calmait lentement et reprenait un rythme normal. Alors, j’affichais un léger sourire en relâchant enfin sa joue que j’occupais encore.

« Tu le sens, n’est-ce pas ? Cette bulle… Elle m’angoisse, et pourtant je n’ai pas pu m’empêcher de la créer. Quand je suis dans le noir, j’ai peur. J’ai peur, et je repense à mon passé. Je repense à tout ce que j’ai laissé derrière moi. Et les seules choses qui m’apaisent sont les battements de cœurs et la chaleur d’une autre personne. »

Je soupirais, cherchant son regard dans la pénombre alors que je relâchais enfin sa main posée sur ma gorge.

« Et toi, Cecil. Qu’est-ce qui t’apaise, quand ça ne va pas ? Parle-moi. Dit moi tes craintes, tes peurs. Dit moi pourquoi tu t’en veux à ce point… »


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 50

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Let me be [Cecilouh]   Dim 17 Juin 2018 - 23:02

Une seconde. Deux secondes. Cinq secondes. Et le choc ne vint toujours pas. Le guitariste finit par se rendre à l’évidence, Nelly n’avait pas l’intention de le frapper. Magnifique. Si même au prix de quelques contusions il n’avait pas les moyens de remettre ses pensées en ordre, il devenait bien difficile de deviner où il en serait rendu au petit matin. Cecil jetait l’éponge. Quoi que le destin puisse lui réserver jusqu’au lendemain, il n’essaierait même plus d’en comprendre le sens. Une résolution dont la première mise à l’épreuve ne se fit pas attendre : Nelly-Pi le rejoignit en effet quelques instants plus tard, s’asseyant sur ses genoux, face à lui, avant de lui saisir les joues. Que pouvait-elle bien avoir en tête ? Le jeune homme était bien en peine de le deviner, et préféra se concentrer sur l’instant présent plutôt que de vainement tenter de réfléchir à la question.

Alors comme ça la demoiselle tenait trop à lui pour lui faire mal ? Mouais, si ce genre de considérations avait véritablement une quelconque importance, Cecil serait toujours en couple avec Amelia, et ce malgré son déménagement sur Awashima. Un simple éloignement géographique n’aurait pas été de taille face à son amour pour elle. Mais non, il avait rompu avec elle de la manière qu’il savait. Et le fait que ce soit la centième fois ce soir qu’il se remémore cette histoire n’y changerait jamais rien. Sa faute resterait toujours.

La pièce s’assombrit soudainement autour de lui. Cecil mit un instant à comprendre qu’une bulle de ténèbres était apparue autour d’eux, et qu’elle avait très probablement été créée par Nelly. Le guitariste fut d’abord étonné, croyant se souvenir que Nelly craignait sa magie et n’aimait pas s’en servir. Mais après tout, s’il s’étonnait encore des lubies de Nelly, il était peut-être temps de véritablement s’interroger sur la quantité d’alcool qu’il avait ingurgitée.

Puis la Miss Tagada se confia à lui, sur ses peurs, sur ses regrets, sur ces ténèbres. Apparemment, la présence d’autres personnes était la seule chose pouvant la calmer. Effectivement, comme Nelly le lui fit constater, les battements de son cœur avaient peu à peu ralenti depuis leur contact. Mais enfin si elle craignait cette ombre et ne souhaitait pas en entendre parler, pourquoi l’avait-elle matérialisée ? Cela n’avait aucun sens. Et puis ces questions qu’elle lui posait… Non, non, Cecil s’était juré d’arrêter de s’interroger. Cela n’en valait pas la peine, après tout. Mais tout de même…

- Je m’en veux pour elle. J’avais peur de la perdre, mais c’est trop tard à présent. Et toi ? Pourquoi fais-tu apparaître cette bulle si tu la crains tant ? Tu ne veux donc même pas profiter des moments de répit que ta magie te laisse ?

Il marqua un blanc, puis ouvrit la bouche une dernière fois :

- Et pourquoi toutes ces questions ? Mes déboires te fascinent tant que cela ? Tu as bien assez à faire avec les tiens…


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Let me be [Cecilouh]   Dim 24 Juin 2018 - 17:54

« Tu es naïf si tu crois qu’elle me laisse un seul instant de répit. Elle me hante. Partout. Tout le temps. Pourquoi je l’utilise maintenant, alors ? Parce que les peurs, ça s’affronte. Les regrets, ça se combat. Le passé fait de nous ce que nous sommes. J’aime ce que je connais de toi. J’ai envie d’en savoir plus, parce que je suis une foutue curieuse pas fichue de retenir ses pensées et ses questions. Cette bulle, c’est un sanctuaire. Fait ce que tu veux. Dit ce que tu veux. Ce qui se dit ou se passe dans la bulle, reste dans la bulle. »

Je baissais la tête. J’avais voulu créer pour lui un lieu où il pouvait faire ce qu’il voulait sans risquer d’être jugé.

« Tu avais tes raisons de la lâcher. J’ai mes raisons de ne pas te laisser. Tu es spécial. La seule preuve que j’ai à te donner c’est que je ne t’ai pas encore sauté dessus et agressé sexuellement. Pourtant, quand je bois avec quelqu’un, c’est souvent comme ça que ça se termine. Mais pas là, parce que tu n’es pas « quelqu’un ». Tu es Cecil. »

Lui dire qu’il m’apaisait par sa présence ? Hors de question. Après avoir glissé mes mains dans ses cheveux une nouvelle fois et les avoir bien mis en bataille, je poussais un profond soupire suivi d’un léger cri à la fois de soulagement et de désespoir. J’avais l’impression de faire n’importe quoi sans parvenir à lui faire comprendre que je tenais vraiment à lui et que ça me faisait beaucoup trop de peine de le laisser tout seul dans son coin à se morfondre sur un amour perdu. Tout le monde avait quelqu’un qui lui manquait. Tout le monde faisait des erreurs. L’idée qu’elle ait retrouvée quelqu’un m’avait effleuré l’esprit, pourtant je m’abstenais de lui en faire part. Je ne savais pas quelle réaction il pouvait avoir à ce propos, surtout s’il l’aimait toujours autant que lorsqu’il sortait avec elle.

« Tu veux… Parler des bons souvenirs que tu as avec elle ? »

J’évitais son regard un moment, jouant avec mes cheveux d’une de mes mains, murmurant aussi légèrement qu’une brise d’été quelques mots forts en sens, qui sonnaient comme une promesse.

« Je ne te laisserai pas tomber. Jamais. »


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 50

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Let me be [Cecilouh]   Jeu 26 Juil 2018 - 1:00

Naïf. Ouais, c’était probablement le bon mot. Sur le continent, il avait pensé pouvoir faire taire ses émotions en coupant brutalement les ponts. Ici, il avait espéré pouvoir fuir en noyant ses émotions superflues dans l’alcool. Et à l’instant, même si la magie lui avait déjà coûté Amelia, il avait encore voulu croire qu’elle laissait les gens en paix quand ils en avaient besoin. Comme quoi, on pouvait s’en prendre plein la gueule et continuer bêtement à se faire de belles illusions sur ce chemin de croix qu’est la vie.

Les peurs, ça s’affronte. Les regrets, ça se combat. Ah ça, il avait bien trouvé le meilleur moyen d’affronter sa peur : donner vie à son objet. Sûr qu’après avoir largué sa petite amie, il ne risquait plus d’avoir peur de la perdre. Pour ce qui était des regrets, en revanche, ils n’étaient pas bien loin de la victoire par K.O. avec tous les coups qu’ils lui avaient assénés. Si seulement l’arbitre pouvait sonner la fin du match, Cecil aurait peut-être enfin un moment de répit. Le passé fait de nous ce que nous sommes. Et actuellement, il était un jeune homme bourré et aigri se complaisant dans sa mélancolie. Oui, c’était cohérent.

Cette bulle, c’est un sanctuaire.

Fais ce que tu veux. Dis ce que tu veux.

Ce qui se dit ou se passe dans la bulle, reste dans la bulle.

Un rictus vint déformer le visage du jeune homme. Et s’il se laissait aller une fois de plus à cracher sa rancœur et son dégoût de lui-même, ceux-ci resteraient-ils aussi à jamais coincés dans la bulle ? Était-il vraiment possible qu’ils ne viennent plus le poursuivre à l’extérieur, de l’autre côté de ce cocon ?

- Effectivement, j’avais une bonne raison de la lâcher. Tellement bonne que je n’ai jamais voulu lui donner. Oui, je suis Cecil. Et la vérité, c’est que Cecil avait la trouille au ventre. Cecil a eu peur de passer pour un dingue à ses yeux en lui parlant de magie, peur qu’elle le prenne pour un fou, peur de voir changer dans ses yeux le regard qu’elle lui portait. Cecil s’est comporté en lâche égoïste, et a préféré lui infliger la douleur de penser qu’il ne l’aimait plus plutôt que risquer d’avoir à éprouver cette même douleur. Cecil n’a pas su faire confiance à celle qu’il aimait. Celle qui, elle, avait confiance en lui. Cecil a été un échec en tant que partenaire.

Curieux, cette manière de parler de lui-même à la troisième personne. Comme pour exorciser le mal, attirer la tristesse et les remords sur ce Cecil qu’il évoquait plutôt que sur lui. Tandis qu’il parlait, sa voix s’était chargée d’amertume pour finir par s’emplir de dureté. Le guitariste énonçait un à un les chefs d’accusation, de manière implacable, dans cette affaire où il se faisait à la fois accusé, juge, et bourreau.

Lorsqu’il en eut fini, le jeune homme prit soudainement de profondes respirations, comme s’il sortait d’une longue apnée. Il devait se calmer, se reprendre. Il avait suffisamment craqué pour cette soirée, et même assez pour les jours à venir. Un moment passa, pendant lequel les deux jeunes gens ne prononcèrent pas un mot, ni l’un ni l’autre. Nelly finit par prendre la parole, un peu hésitante, proposant à Cecil de se remémorer quelques bons souvenirs. Le regard fuyant, elle ajouta d’un air timide cette promesse : Je ne te laisserai pas tomber. Jamais.

Curieusement, ces quelques mots semblèrent calmer quelque peu le guitariste, quand tous les discours jusqu’ici n’avaient pu lui faire entendre raison. Peut-être avait-il simplement besoin d’être rassuré, plutôt que déculpabilisé. Un léger sourire naquit sur ses lèvres, certes triste, mais néanmoins bien loin de cette moue crispée qu’il avait affichée plus tôt. Dans son esprit bouillonnant de souvenirs et de sentiments entremêlés, une image éclipsa le reste, calmant le torrent de ses pensées à mesure qu’il se remémorait la scène.

- Elle jouait de la musique, elle aussi. De la batterie. Ça allait bien avec ma guitare électrique. On avait réussi à monter un groupe avec deux autres amis, et on donnait de petits concerts quand on en avait l’occasion. Pas mal de reprises, mais quand même quelques morceaux originaux. On essayait de faire en sorte que chacun ait son petit moment de gloire à chaque fois. C’était pas forcément évident, mais on s’en sortait pas trop mal. C’était chouette.

Il s’arrêta un instant, puis reprit.

- Pour la fête de la musique, il y avait un concert d’organisé à la fac. On avait réussi à en faire partie. Une fois notre tour venu, on s’est installés sur scène, prêts à donner tout ce qu’on avait. On avait prévu de commencer avec un morceau où on entrerait de manière graduée, histoire de montrer l’importance de chaque instrument. Batterie d’abord pour installer le rythme, ensuite c’était à moi pour donner la mélodie. Après, c’était la basse pour ajouter de la profondeur, et pour finir, le chant. Amelia démarre de manière impeccable, et quand vient le moment de m’ajouter, je pince la corde… et aucun son ne sort. Un raté avec l’ampli. Je devais être vraiment stressé pour avoir oublié de tester le matériel… Toujours est-il que paniqué, j’ai dû me barrer en coulisses pour vérifier ce qui n’allait pas et régler le problème sans faire un boucan du diable dans la salle. Et là, sans même hésiter, Amelia nous a improvisé un solo de batterie pendant deux minutes le temps que je revienne, histoire de meubler et de ne pas perdre l’attention du public. Sans rire, solo de percussions, il faut le faire. Quand je suis revenu, elle m’a tiré la langue avant d’éclater de rire, et on a rattrapé le morceau prévu au départ. Ça a été notre meilleure performance du spectacle.

Cecil ne dit plus rien pendant un moment, à moitié perdu dans ces souvenirs qu’il n’avait pas pris le temps d’apprécier depuis longtemps. Puis il soupira.

- C’était tout elle, ça… Rattraper mes conneries comme si de rien n’était, en rigolant, et se moquer gentiment de moi ensuite. D’une manière ou d’une autre, ça finissait toujours comme ça. Et elle n’avait même pas l’air d’en avoir marre. Toujours souriante. Toujours prête à remonter le moral.

La voix du jeune homme trembla pendant ces derniers mots, tandis que des larmes commençaient à perler au coin de ses yeux. Soudain, il prit Nelly dans ses bras, et la serra fort contre lui, tentant de chercher en elle un semblant de réconfort tandis qu’il laissait enfin couler ses pleurs.

- Elle me manque, Nelly. Si tu savais comme elle me manque…


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Let me be [Cecilouh]   Mar 14 Aoû 2018 - 17:40

« Elle me manque, Nelly. Si tu savais comme elle me manque… »

Comment aurais-je pu le savoir ? Je le connaissais encore si mal, si peu, que je n’avais pas vu venir ce jour fatidique. Je n’avais pas vu que mon ami allait mal au point d’aller se noyer dans l’alcool alors que c’était entièrement contraire à ses habitudes. Finalement, j’étais la plus naïve de nous deux. J’avais pensé que tout allait bien, partout, pour tout le monde. Focalisée sur mes propres problèmes je n’avais pas pu voir ceux des autres. Il était temps que j’ouvre les yeux, que je me réveille ! Mais comment… Comment est-ce que je pouvais faire l’impasse sur… sur moi ? Je sentais ses larmes couler sur mon épaule. Mes bras l’entouraient, le serraient plus fort encore qu’il ne le faisait sur moi. Je l’avais promis : je serais toujours là. Aujourd’hui, demain… Dans dix mois, dans trois ans. Du moins, je l’espérais du fond du cœur.

Je laissais Cecil vider ses larmes contre moi. Je ne disais rien, il n’y avait rien à dire après tout. J’étais seulement là, les bras autour de lui, le gardant tout contre moi. La chaleur qui se dégageait de son corps gagnait le miens et me procurait un étrange sentiment de douceur et d’apaisement. Je déposais un baiser sur sa tempe la plus proche de mon visage avant de déplacer quelques mèches qui étaient venues se loger sur le sien.

Le temps semblait durer une éternité. Jusqu’à ce qu’il s’apaise enfin, je restais dans cette position pour le moins tendancieuse mais qu’il n’avait pour une fois pas réellement relevé. Lorsqu’il relevait la tête, j’essuyais ses larmes à l’aide de mes pouces et je déposais une petite pichenette sur son front.

« Cecil, quand ça va pas… Fait moi plein de câlins ! »

J’ébouriffais ses cheveux avec un léger sourire au coin des lèvres avant de soupirer simplement. Comme symbole de l’apaisement plus général, je laissais disparaître cette bulle écrasante qui nous entourait.

« Tu veux quelque chose ? Chocolat chaud ? Sucreries ? Plein de bisous et de chatouilles ? »


Je suis une tagada #FF456A

N'hésitez pas à me prévenir lorsque vous répondez à un de mes RPs ♥️
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 50

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Let me be [Cecilouh]   Mer 26 Sep 2018 - 22:21

Le guitariste avait fini par éclater. Toute la pression accumulée dans la journée et amplifiée par les vapeurs de l’alcool qui lui étaient montées à la tête, tout son chagrin, toute sa colère, toutes ses émotions qui s’étaient manifestés par à-coups sporadiques au cours de la soirée, tout cela s’évacuait soudainement alors qu’il sanglotait dans les bras de son amie. Le temps resta suspendu, figé, rien ne venant perturber la scène tandis que Cecil déversait ses pleurs dans l’étreinte rassurante et silencieuse de Nelly. Lorsque le jeune homme s’apaisa enfin, il releva doucement la tête tandis que la demoiselle l’encourageait gentiment en ébouriffant ses mèches déjà rebelles. La bulle protectrice que Cecil avait fini par oublier disparut, et la Miss Tagada lui demande s’il avait besoin de quoi que ce soit pour achever de se remettre.

- T’avoir avec moi, c’est déjà beaucoup, l’air de rien.

Cela n’était pas qu’un remerciement de pure politesse. Le guitariste était sincèrement reconnaissant que son amie soit restée près de lui pendant cette soirée, qu’il aurait certainement pu finir le nez dans le caniveau sans son aide.

- Je vais me prendre un bon jus d’orange, ça me fera du bien. Mais avant ça, il y a quelque chose dont j’ai vraiment besoin.

Faisant doucement descendre Nelly de ses genoux, le jeune homme se leva pour aller chercher sa guitare acoustique. Il la sortit de son étui, se posa de nouveau sur le canapé, et commença à jouer All Dead de Queen, chantonnant du mieux qu’il pouvait avec sa voix éraillée par ses éclats de la soirée.

Memories, memories
How long can you stay to haunt my days ? …


C’était vraiment une belle chanson, même si sa voix ne lui rendait certainement pas justice. Douce, mélancolique, et dont les paroles avaient une résonance particulière à ses oreilles en ce moment précis. Oui, la musique lui faisait du bien. Elle l’aidait à se calmer, en laissant les émotions s’envoler comme les notes qu’il égrenait sur les cordes de sa gratte.

…All dead, all dead,
All the dreams we had
And I wonder why I still live on…


Certes, les rêves qu’Amelia et lui avaient partagés n’étaient plus. Mais il savait maintenant pourquoi et comment il continuait à avancer. C’était grâce à des gens comme Nelly, des gens qui tenaient à lui, et qui étaient prêts à le soutenir dans les moments durs même s’il les remerciait en se comportant en véritable connard. Ce genre d’amis, il importait de les garder près de soi, car ils étaient aussi rares que précieux. Cecil était finalement chanceux dans son malheur : il aurait pu tomber bien plus mal. Il aurait pu ne jamais contrôler sa magie. Il aurait pu ne jamais arriver sur Awashima et n’avoir jamais personne à qui parler de ses pouvoirs. Et même une fois sur l’île, il aurait pu ne pas avoir la chance de rencontrer une amie aussi exceptionnelle que sa Tagada favorite.

…But I should not grieve
In time it comes to everyone…


Oui, tant que Nelly était là, il survivrait. Et c’est pourquoi il devrait prendre soin d’être là pour elle également lorsqu’elle aurait besoin d’aide, avec ses pouvoirs ou avec n’importe quoi d’autre. Après tout, entre blasés de la magie, mieux valait se serrer les coudes, non ?

…But in hope I breathe
Of course I don’t believe you’re dead
And gone…


Déroulant l’arpège final, l’étudiant laissa résonner ses cordes avant de reposer soigneusement sa guitare dans son étui. Une fois les mains libres, il se retourna vers son amie et la prit de nouveau dans ses bras. Pas de larmes cette fois-ci, juste ces quelques mots :

- Merci beaucoup, Nelly. Vraiment.

Puis Cecil relâcha son étreinte et se leva vers la cuisine, reprenant d’un coup son ton enjoué des bons jours :

- Bon ! Jus d’orange pour toi aussi, ou je te sers autre chose ?


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Let me be [Cecilouh]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Let me be [Cecilouh]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: La Ville d'Amishawa :: Lotissement "Simplicity" :: Appartement de Cecil Blake-
Sauter vers:  
Top-Sites