Partagez | 
 

 Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]

Aller en bas 
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Dim 4 Mar 2018 - 23:32

Niels avait mal dormi. Il avait passé la nuit à penser à cette fille, Ingrid, et aux autres enfants de cet hôpital psychiatrique, et à mille autres choses encore. Sa magie, qu’il ne savait pas utiliser, ses amis, qu’il avait du quitter malgré lui, et auxquels il ne pouvait pas donner de nouvelles, ce nouveau monde, enfin, dans lequel il était plongé et auquel il avait du mal à s’adapter. Ingrid, avec ses souffrances enfouies et sa dureté incendiaire, avait réussi sans le faire exprès à ébranler le jeune Fujin, jusque là plutôt épargné par la vie mais dont le moral était déjà fragilisé par son arrivée à Awashima.

En se levant ce matin, le danois était d’humeur morose, et il n’avait qu’une envie, c’était de se cocooner en buvant quelque chose de chaud et en mangeant des viennoiseries. Par chance, au bout de deux semaines passées à Awashima il avait fini par dénicher une boulangerie-pâtisserie danoise en plein centre de Kousha, à laquelle il pouvait se fournir en rugbrød et en pâtisseries danoises.

Pour l’instant, c’était un peu loin de l’endroit où il logeait, mais quand il aurait une chambre à Kousha, ce serait parfait. Et puis, il avait vraiment envie d’æbleskiver et il n’en avait pas trouvé ailleurs… Le musicien décida donc de se mettre en route pour Den Gyldne Mølle, « Le Moulin d’Or ». Le temps était froid et humide, et il avait donc mis l’une de ses écharpes préférées, son pull bleu à torsades et au col châle et son pardessus crème, et coiffé sa tête de son inévitable casque circum-aural.

Assez mal réveillé, l’étudiant laissa ses jambes le guider jusqu’à la station de métro, suivant un trajet qu’il finissait par connaître par cœur, et s’engouffra dans la bouche menant au quai en direction du centre-ville d’Amishawa, où il devrait prendre une correspondance. Le trajet parut particulièrement bref, tant le linguiste bulla dans les rames de métro.

Arrivé à Kousha, Niels se mit en marche d’un pas dynamique, redoublant de vigueur pour affronter le froid et lui échapper plus rapidement. Il était en pleine écoute de l’album
Pocket Rhapsody du pianiste allemand Frank Woeste, lorsqu’il arriva finalement à la boulangerie et dût se résoudre à quitter son casque avant d’ouvrir la porte vitrée et d’entrer dans la petite boutique.




« Dling ! », fit le carillon. « Dling à toi aussi. », lui répondit mentalement le musicien, en s’avançant vers le comptoir.

La boulangerie était douillette et chaleureuse, dotée exactement de l’ambiance dont Niels avait besoin à cet instant : elle était petite et décorée avec goût de tresses d’épis de céréales diverses et de quelques pains décoratifs séchés pour être mis en exposition, dont l’emblématique moulin, symbole de la boutique ; et ses murs étaient d’un jaune doré bienveillant. La boutique, quoique coincée dans une petite rue peu fréquentée, avait tout pour charmer le passant égaré ; et il était rare de ne pas y revenir après y être entré pour la première fois tant ses propriétaires, un couple de Kagutsushi qui utilisaient leur magie dans le cadre de leur métier, étaient tout à la fois doués et accueillants.

L’étudiant était en train de prendre commande d’un rugbrød et d’une pleine plâtrée de wienerbrød, d’æbleskiver et de tebirkes, tout en discutant en danois avec le propriétaire, lorsqu’une deuxième cliente fit son entrée dans la boutique en faisant tinter le carillon, faisant accourir la propriétaire.

Un mètre soixante-cinq environ, menue, cheveux roses, joues rosies par le froid ; habillée d’une robe à froufrous, parée de multiples rubans ; la seule couleur chez elle qui venait trancher avec le rose qui ne la quittait pas était le bleu de ses yeux. En bref, elle était tout aussi à croquer que chacune des pâtisseries présentées dans la boutique.




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro


Dernière édition par Niels Jensen le Sam 9 Juin 2018 - 23:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 183

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Mar 6 Mar 2018 - 13:20

Oui, bon, j’avoue : il m’arrivait de réussir à dormir quelques heures en ce moment. Je ne savais pas trop pourquoi, ceci dit. Ça arrivait, ça repartait. Ah, la douce mélodie du sommeil, quel non-bonheur pour mon corps qui ne demandait qu’à hiberner une quinzaine d’heures à la suite. Ce matin, j’étais de bonne humeur. Je sautillais gaiement hors de mon lit, me dirigeant vers la cuisine où je descendais un verre de jus de pomme comme si c’était un verre de rhum. Non, pas l’inverse ! Bande de fous, vous croyez vraiment que je bois comme ça, sans raison, à toute heure de la journée ? Tsss, tsss, tsss. Mauvaises langues que vous êtes.

Ma salle de bain me paraissait bien froide aujourd’hui encore. Sûrement la température extérieure qui était gardée par le carrelage légèrement bleuté de la pièce. Je montais le chauffe-serviette qui servait également de chauffage à la petite salle, en plus d’avoir une bonne serviette bien chaude en sortant de l’eau, j’aurai également une pièce chauffée ! Yeah ! Je croisais mon reflet dans le miroir. Cette mèche noire… elle ne semblait pas vouloir disparaître. Ça me donnait un style rebelle, c’était fun. Sauf quand on me demandait si j’avais oublié de refaire la coloration. HEY LES MEUFS, J’SUIS BLONDE A LA BASE HEIN. Et sans plus attendre, mes pieds me guidèrent vers le bac de douche, mes mains prenant le chemin bien connu du robinet d’eau. Bientôt, l’eau chaude ruisselait sur mon visage, mon corps, imbibait mes cheveux majoritairement roses comme une délicate fraise Tagada des champs.

Les minutes passèrent. L’eau très chaude laissa alors la place à la fraicheur de la pièce, qui s’était pourtant déjà bien réchauffée. Je m’enroulais dans la serviette toute droite sortie du four à serviette personnel et je partais m’écrouler à nouveau sur mon lit. Ah, quel bonheur… Du chaud, du douillet… J’aurai pu rester comme ça une éternité. Mais non. Mon estomac gargouillait et l’heure avançait. Je me relevais pour m’habiller, me parant d’une de mes robes à froufrous et rubans préférées. J’optais pour des collants blancs, des chaussures robes à talons peu hauts et dans un style très mignon. Enfin, je complétais le tout avec des accessoires dans mes cheveux, un gros nœud principalement, situé sur le haut de la tête et à l’arrière de celle-ci. Un léger trait de maquillage, et hop, j’étais fin prête à aller chercher mon Graal de la journée : mon petit déjeuné.

Bah oui, le p’tit dej, c’était le truc le plus important. Quand on ne dort pas assez, les loulous, il faut prendre plein de force dès le matin. Et donc je m’étais dirigée vers ma boulangerie-pâtisserie préférée. Fidèle cliente que j’étais, j’étais accro à leurs douceurs depuis que je les avais découverts. Oh, bien évidemment, je n’avais retenu absolument aucun des noms de ces délices sucrés. Mais qu’importait : ils me connaissaient maintenant.

Après mon périple de marche à pied et autres sautillements, je poussais la porte de la boutique. L’odeur de la bonne nourriture danoise me prit tout de suite les narines et me guida jusqu’au comptoir où se trouvait déjà un autre client. Tient, lui, je ne l’avais jamais vu encore. Il avait une drôle de coupe de cheveux, ceci-dit… Faudrait qu’il me donne le numéro de son coiffeur éventuellement. L’homme ne parlait pas dans une langue que je comprenais et lorsqu’il se tournait vers moi, je penchais doucement la tête sur le côté lorsque je sentis son regard me parcourir.

« Oui ? »

Je lui rendais son regard, le contemplant de haut en bas. Etrange personnage, assez simplet, mais pour le moins intriguant. Son regard avait comme un petit quelque chose de mystérieux, d’attirant. Mon sourire s’étirait doucement, juste avant que la propriétaire de la boutique ne fasse son apparition.

« Oh, Nelly-Pi, comment vas-tu aujourd’hui ? »
« Bien merci. Et vous ? Je prendrai… ça, ça et… hm… disons ça. S’il-vous-plaît. »

Je pointais du doigt trois viennoiseries qui me semblaient délicieuses. Des nouvelles, que je n’avais pas encore testées. Et comme je ne savais pas résister à la tentation du diable, je pointais l’inconnu en rigolant.

« Et lui, vous pouvez me le mettre dans un paquet ? Hu ~ »


Je suis une tagada #FF456A

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Mer 7 Mar 2018 - 0:15

« Oui ? »

« Oh, rien. »
Niels était passé à l’anglais sans transition, sans la moindre hésitation, et sans que la plus subtile trace d’accent danois ne reste accrochée à ses lèvres. Il esquissa un léger sourire à l’adresse de l’inconnue, puis reporta son attention sur le boulanger qui lui tendait un gros sac plein à craquer de viennoiseries danoises au fumet divinement alléchant.

« Oh, Nelly-Pi, comment vas-tu aujourd’hui ? », salue la patronne. Nelly-Pi ? Surprenant, comme prénom. Mais j’aime bien, c’est joli. Et donc, la nouvelle-venue est une habituée. Pas que ça me déplaise, hein ! Elle est mignonne et elle a l’air adorable, alors je n'ai absolument aucune raison de me plaindre de la possibilité de la recroiser.

« Et lui, vous pouvez me le mettre dans un paquet ? Hu ~ »
« Pardon ?! », je m’exclame.
J’ai presque sursauté avant de me tourner vers la demoiselle rose. Ses yeux pétillent. Pleins de chaleur et d’humour. Si elle est en couple, j’envie son copain. Il y a assez de vie pour deux dans ces iris bleus et on pourrait passer des heures à s’y perdre.

Ses yeux pétillent… Et j’éclate d’un rire franc, incontrôlable. Ce rire qui m’est si caractéristique et qui m’est par trop rare en ce moment. Mon rire, dans sa déclinaison la plus violente, la plus folle et la plus contagieuse. Bientôt, ma main s'est agrippée au comptoir comme une tique sur une peau, et c’est bien la seule chose qui me retient de m’effondrer au sol. Mon cœur s’emballe dans un effort désespéré pour brasser l’oxygène qui reste dans mes veines, alors que mes poumons sont devenus incapables de capter l’air ambiant, tout occupés qu’ils sont à tressauter de manière frénétique au rythme de mon rire.

Autour de moi, c’est la débandade. La dénommée Nelly-Pi, elle qui riait déjà intérieurement, n’a pas eu la moindre chance de résister à mon rire dévastateur et est elle aussi écroulée de rire ; et même les propriétaires, après avoir un instant partagé les yeux ronds que je lui ai adressés, se sont eux aussi laissés emporter par la déferlante de mon rire. Ce n’est pas comme si ils avaient vraiment le choix, à vrai dire, au vu des deux hurluberlus écroulés devant eux, et dont le rire est si terriblement contagieux.

L’incongruité de la situation initiale fait désormais pâle figure, comparée à la scène de ces deux clients et de ce couple de boulangers-pâtissiers, écroulés de part et d’autre du comptoir, agités de mouvements presque épileptiques et totalement incapables de reprendre leurs souffles respectifs. Moi, j’ai même fini par lâcher mon sac et m’étaler par terre, me tenant les côtes et roulant sur le sol en position fœtale, incapable que je suis de faire quoi que ce soit d’autre.

Au bout d’un moment dont je ne saurais ne serait-ce qu'estimer la durée — comme à chaque fois que je suis pris d’un fou-rire incontrôlable — ma respiration finit par s’apaiser quelque peu, alors que mes yeux sont déjà embués de larmes depuis longtemps et que je suffoquais comme un poisson hors de l’eau depuis un moment. Et puis mon regard croise celui de Nelly-Pi, et je repars de plus belle. Les uns après les autres, nous nous calmons avant de nous faire rattraper par la mêlée générale, et ce manège dure probablement plusieurs minutes avant que nous ne finissions par parvenir à tous nous calmer, terminant pantois, pantelants, les mains vissées au comptoir le temps de reprendre notre souffle et de donner à nos jambes le temps d’accepter de nous porter à nouveau.




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro


Dernière édition par Niels Jensen le Sam 9 Juin 2018 - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 183

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Sam 10 Mar 2018 - 17:50

Il… Il s’est mis à rigoler. Sérieusement ?! J’étais donc un clown, et j’adorais ça, oui, oui. Mais il ne faisait pas que rire, il se tordait de rire. Le spectacle n’en était que plus satisfaisant à voir, mais aussi à vivre. Car très vite, son rire me gagna et j’explosais à mon tour, comme happée par la joie qu’il renvoyait. Il avait un petit côté extravagant. Un truc en plus, que je n’avais pas revu depuis… Oui, depuis ma rencontre avec Prunille il y avait de cela un bout de temps maintenant. Il avait ce petit plus qui le poussait à se rouler de rire par terre sans même se contraindre ou s’inquiéter du regard de ceux qui l’entourait. Ce petit plus qui me plaisait bien, je l’avouais.

Le temps passe. Un temps à la fois très long et très court, pendant lequel nous rions comme si nous nous connaissions depuis des années alors que cela ne faisait que quelques minutes. Mais enfin, nous finissons par nous calmer… pour repartir de plus belle ! Ce jeu dure un moment, avant de nos souffles respectifs nous rappellent à la raison et nous obligent à arrêter nos rires pour éviter de mourir étouffés.

Le silence avait gagné la boulangerie un instant. Je plongeais la main dans mon sac afin de sortir mon porte-monnaie et je posais un billet sur le comptoir afin de payer les sucreries que j’allais emporter avec moi. Mes yeux se posèrent de nouveau sur cet inconnu à qui je tirais légèrement la langue.

« Hey, bel inconnu. T’as un rire sympa ! »

Je récupérais ma monnaie puis rangeais mon porte-monnaie en forme de grenouille.

« J’m’appelle Nelly-Pi. Je ne t’ai jamais vu ici avant, ça fait longtemps que tu y viens ? »

Et non, on ne m’a jamais appris que la curiosité est un vilain défaut. Ja-mais ! Mon père m’incitait plutôt à expérimenter des choses pour le moins… des plus farfelues. C’était bien pour cette raison que j’allais sur mes vingt ans et que j’avais déjà synthétisé l’huile essentielle de Tagada, couché avec plus de gens que je n’ai de doigts pour les compter mais que je n’avais pas pour autant connu l’amour jusque-là. Paraît, d’après mon papa, que ce n’était pas important, l’amour. J’étais un peu d’accord avec lui : les viennoiseries c’était bien plus essentiel à ma vie actuellement !

Je plongeais ma main dans le sachet que la boulangère venait de me tendre, saisissant une douceur aux pépites de chocolats et à la crème que j’engouffrais dans attendre dans ma bouche. Hm… Un vrai régal ! Comme d’hab’, j’en foutais un peu partout. Cecil m’aurait certainement dit de « nettoyer l’écharpe qui me sert de bavoir » s’il avait été là. Mais il ne l’était pas, je pouvais en profiter pour faire mes réserves tranquillement… des fois que j’ai un petit creux un peu plus tard dans la matinée. Nelly-Pi le hamster, l’écureuil, le rongeur qui fait des réserves… Et pourtant, je n’étais pas grosse du tout. Même pas un kilo en trop, ehweh, c’est ça la classe !


Je suis une tagada #FF456A

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Sam 10 Mar 2018 - 19:05

La jeune femme vêtue de rose paye sa commande et se tourne de nouveau vers moi. Et me tire la langue d’un air taquin.

« Hey, bel inconnu. T’as un rire sympa ! »

Je rougis. C’est pas possible, elle est vraiment en train de me draguer ouvertement ! Soyons honnêtes, en plus elle est tout à fait mon genre… Par contre, on ne se connaît que depuis quelques minutes, et encore, on ne peut pas vraiment dire qu’on se connaît… On a partagé un fou-rire, c’est tout — même si c'est vrai que mes fous-rires on tendance à créer des liens.

Dans une tentative désespérée, et certainement totalement inefficace, de cacher mon trouble, je m’accroupis d’une flexion souple afin de récupérer mon sac — un sac en bandoulière, entièrement fait de cuir fauve, avec un grand rabat et une poche dorsale ; et surtout, pile au bon format pour y ranger des trieurs et une trousse sur le côté. Bref, un sac que j’adore et que j’évite normalement de laisser traîner par terre parce que j’ai peur de l’abîmer.

« J’m’appelle Nelly-Pi. Je ne t’ai jamais vu ici avant, ça fait longtemps que tu y viens ?
Moi c’est Niels. Et pour répondre à ta question, ça fait seulement quelques jours… Il m’a fallu un moment pour la trouver. »

Tout en répondant, j’époussette mon sac afin d’en ôter toute poussière, ce qui n’est en fait pas très difficile puisque la boulangerie-pâtisserie est très propre, puis je me retourne vers le proprio afin de payer… Proprio qui ne manque pas de remarquer ma gêne et de me faire un clin d’œil qui se veut complice, et qui me fait virer encore plus à l’écarlate, moi qui m’étais calmé d’un soupçon alors que je me préoccupais de l’état de mon sac. Je sors mon portefeuille et tends à l’homme de quoi payer mes achats.

« Farvel ! », dis-je au couple de boulangers après avoir récupéré la monnaie et l’énorme sac contenant un pain et une monstrueuse pile de pâtisseries, avant de me retourner vers ma nouvelle connaissance, qui a l’air de m’attendre. Bon. Pas de panique, Niels. Respire. Ça va bien se passer, elle ne va pas te sauter dessus. Tout va bien.

« Et toi ? Ça fait longtemps que tu viens ici ? »

Je fais une pause, expire par la bouche en une sorte de rire nerveux avorté, le visage toujours aussi furieusement écarlate, ce qui, évidemment, se voit d’autant plus que j’ai un teint pâle, et reprends :

« Tu es étudiante à l'université, je suppose ? », je continue en me dirigeant vers la porte, que j’ouvre, franchis et tient galamment ouverte pour la ravissante demoiselle.




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro


Dernière édition par Niels Jensen le Sam 9 Juin 2018 - 23:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 183

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Dim 11 Mar 2018 - 10:45

Il rougissait, comme c’était mignon. Ça faisait un petit moment que je n’avais fait rougir personne avec mes idioties. J’avais comme l’impression soudaine de revivre et de retourner quelques temps en arrière, avant que…avant que quoi, déjà ? Avant que ces ténèbres commencent à un peu trop envahir ma vie, mon sommeil, certainement. Heureusement que le rose était ma couleur préférée, je n’avais pas à m’inquiéter de voir le noir gagner ma garde-robe de ci-tôt.

Pour en revenir à notre inconnu, je le trouvais affreusement craquant à rougir comme un enfant. Malheureusement pour mon petit plaisir personnel, il n’en était pas non plus au stade de bafouiller. Ah, les gens qui bafouillent, c’est tellement choupinet à souhait. Ça rappel les premiers émois de la jeunesse… La vieillesse me gagne, approcher de la vingtaine ne me faisait pas que du bien, visiblement. Oh, wait. Ai-je ne serait-ce que vécu ces fameux émois desquels je parle ?! Bouhahaha. Non.

Niels ne venait ici que depuis quelques jours. Alors qu’il prenait son énorme paquet (vousmêmevoussavezdequoijeparle… *clin d’œil*) il envoya un petit mot doux en danois aux propriétaires et se retourna de nouveau vers moi. Il me retournait la question que je venais de lui poser, m’obligeant à repartir dans mes souvenirs pour savoir depuis quand je venais dans le coin. Le temps que je réfléchisse, il poursuit en m’interrogeant sur mon activité quotidienne, tout en était toujours de la couleur d’une écrevisse qui avait un peu trop abusé d’un bain de soleil.

« Hm… un moment. J’ai une mémoire temporelle un peu moisie, alors je ne me souviens pas exactement. J’adore tous leurs p’tits pains et autres douceurs. »

Je croquais à nouveau dans la viennoiserie que j’avais dans les mains, savourant cette nouvelle bouchée au goût si doux.

« Tu supposes bien ! Je suis de la section chimie. J’adore faire des mélanges improbables et tout faire sauter ! BOOOOOOM ! »

J’éclatais de rire. Je n’avais encore jamais rien fait sauter, à vrai dire… C’était un peu comme un rêve farfelu que je ne pouvais pas encore atteindre mais vu mon niveau d’attention en ce moment, ça risquait d’arriver plus rapidement que prévu.

« Et toi ? T’es testeur professionnel de pâtisseries étrangères ? »

Quelque chose semblait sonner faux dans ma phrase. Je me reprenais.

« A moins que ces douceurs viennent du même pays que toi. Dans quel cas je commencerai à croire qu’il y a des choses vraiment pas mal là-bas ! »

Je sautillais, souriant, grignotant la fin de mon premier pain sucré pour en prendre un second. Du caramel, celui-ci était au caramel ! Je salivais déjà avant même de le porter à ma bouche. Et je croquais dedans, me collant un filet de caramel au coin des lèvres que je m’empressais de récupérer d’un coup de langue agile.

« Dit, dit ! T’as quoi de prévu aujourd’hui ? Faut que j’trouve des idées pour m’occuper un peu. Et p’t’être… que tu pourrais m’accompagner ? »

Sourire charmeur, petits yeux de biches. Et je rigolais à nouveau. Nan, jouer comme ça, ça faisait trop longtemps. Je voulais seulement des idées, peut-être un peu de compagnie. Et le taquiner un peu, ce petit nouveau, c’était vrai…


Je suis une tagada #FF456A

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Dim 11 Mar 2018 - 13:02

Alors que ma compagne prend une viennoiserie et croque dedans, je jette un œil dans mon sac, avant de me décider pour un æbleskive à la compote de cassis dans lequel je croque avec enthousiasme.

« Tu supposes bien ! Je suis de la section chimie. J’adore faire des mélanges improbables et tout faire sauter ! BOOOOOOM ! »

Elle éclate de rire, et je la suis avec un petit rire plus doux, moins explosif que précédemment. Elle ne manque décidément pas d’enthousiasme ! Même si je ne crois pas une seconde à son histoire de tout faire sauter… Les chimistes ne peuvent pas vraiment se permettre de faire joujou avec des explosifs à tout bout de champ !

« Et toi ? T’es testeur professionnel de pâtisseries étrangères ? »

Je hausse un sourcil et la regarde bizarrement. Ça existe vraiment ce genre de métiers, dans le pays d’où elle vient ? L’idée est saugrenue. D’ailleurs, elle embraye déjà avec une hypothèse moins perchée et pour le coup, tout à fait crédible. Et tout à fait juste, d’ailleurs.

« A moins que ces douceurs viennent du même pays que toi. Dans quel cas je commencerai à croire qu’il y a des choses vraiment pas mal là-bas !
Mieux tenté ! », je réponds en riant.
C’est pour ça que j’ai cherché une boulangerie danoise et que j’ai fini par trouver celle-là. », j’explique.

Au fur et à mesure de la conversation, et puisque Nelly-Pi a arrêté ses assauts embarrassants, j’ai peu à peu retrouvé mon calme, mon cœur a arrêté de battre à cent à l’heure en mode panique, et j’ai cessé de rougir comme une pivoine. En fait… Je suis bien. Moi qui, en me levant ce matin, avait le moral dans les chaussettes, je suis de bien meilleure humeur. En quelques minutes seulement, cette fille a réussi à me remonter le moral.

« Dis, dis ! T’as quoi de prévu aujourd’hui ? Faut que j’trouve des idées pour m’occuper un peu. Et p’t’être… que tu pourrais m’accompagner ? »

Mmm… J’avais prévu d’aller à la BU chercher des livres pour travailler mon Allemand, et surtout mon Français qui n’est pas du tout au point. C’est dur le Français. Et en plus ce n’est pas une langue germanique, du coup même si je suis pratiquement trilingue Danois-Suédois-Anglais, ça ne m’aide pas beaucoup.

Bon, tant pis, ça sera pour une autre fois. Cette fille est chouette, et je n’ai pas envie de laisser passer l’occasion de me rapprocher de quelqu’un. Surtout que franchement, comme première amie dans un lieu inconnu, on a déjà vu pire !

« Euh, rien de particulier. », je réponds donc en mentant éhontément, mais sans laisser transparaître quoique ce soit. Je vous avais déjà dit qu’outre le fait que je suis polyglotte et extraverti, j’ai deux ans et demi de théâtre derrière moi ?

« Par contre, pour te donner des idées, c’est pas forcément gagné… Je ne connais pas encore très bien Awashima. »




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro


Dernière édition par Niels Jensen le Dim 10 Juin 2018 - 14:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 183

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Mar 20 Mar 2018 - 13:15

Point pour moi ! Le jeune homme était danois, comme ces douceurs. Il y avait donc réellement des choses intéressantes dans ce pays… J’esquissais un sourire, le laissait se dessiner au coin de mes lèvres. J’adorais les pâtisseries, les viennoiseries, peu importait de quel pays elles provenaient. Cependant, il ne m’était pas encore venu à l’esprit de chercher celles qui provenaient de chez moi. Cette idée même venait de me foutre un sacré coup au moral. Je secouais doucement la tête avant de croquer dans ma jolie et délicieuse douceur.

Le sucre se répandait dans ma bouche, remontant presque instantanément mon moral tandis que je posais de nouveau mes yeux sur mon compagnon. Il n’avait donc rien de prévu ? C’était étonnant. Je l’avais déjà imaginé hyper actif, toujours occupé, jamais ennuyé. J’arquais un sourcil. Oh, je comprenais mieux : c’était encore un petit nouveau ici.

Je me souvenais encore de mon arrivée sur cette île étrange. Si Shawn ne m’avait pas recueillie, je serais restée à la rue un petit moment. Mais heureusement, j’avais trouvé cette première peluche humaine en ces lieux et je l’avais gardée jusqu’à trouver mon appartement. Souriante, je léchais mes doigts pour ne pas perdre une miette du goût délicieux de mes précieuses viennoiseries.

« Nouvel arrivant ? Ah… Lointaine époque pour ma part. On finit par s’y faire, de toute façon. »

Je haussais les épaules, tapotant la sienne comme pour compatir avec lui. Mis à part les natifs, nous étions tous dans le même cas : retirés à nos familles, nos amis, pour finir seuls ici. Une question demeurait entière : dans quel but ? Je secouais la tête, chassant une nouvelle fois toutes ces pensées obscures. Aujourd’hui devait être une bonne journée, j’avais dormi après tout. C’était une chose assez rare pour être fêtée. Donc je venais de décréter que ce jour devenait un jour sacré et qu’il devait être fêté. Pour cela, je comptais évidemment embarquer mon nouvel ami dans une aventure un peu folle… Déjà, je passais en revu certaines activités sympathiques à faire à deux. Le centre-ville de Kousha était loin d’être le plus intéressant en matière d’activité. Si le centre-ville était sympathique, il manquait cruellement de choses à faire. Je réfléchissais en sautillant jusqu’à me retrouver face à celui qui était encore un inconnu quelques minutes plus tôt.

Une promenade depuis la place centrale jusqu’au parc, ça te dit ? Et puis, comme ça, tu pourras me raconter ce que tu fais dans la vie et comment s’est passée ton arrivée ici.

Je lui offrais un clin d’oeil digne d’un roman romantique gnan-gnan avant de lui tirer la langue. Ma main rejoint rapidement son visage pour retirer la miette qui s’était logée au coin de ses lèvres. Je la retirais en souriant, la mangeait, et me retournait en sautillant à nouveau en prenant la dernière des douceurs de mon paquet.

Alors, tu viens d’où ? T’as des frères et soeurs ? T’es plutôt sucré ou salé ?

Si j’avais été un chien, on aurait certainement pu voir ma queue remuer sans relâche. J’étais… comme excitée. Toujours excitée de faire de nouvelles rencontres, de vivre de nouvelles choses. Et puis, il était intéressant, ce Niels : il rougissait et moi, je trouvais ça vraiment drôle.


Je suis une tagada #FF456A

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Dim 25 Mar 2018 - 19:47

Ma main plonge dans le sac de viennoiseries et s’empare d’un wienerbrød pommes-caramel-cannelle-cardamome, dans lequel je croque avec délice. Le caramel, c’est la vie. Les pommes et les épices aussi, d’ailleurs.

« Nouvel arrivant ? Ah… Lointaine époque pour ma part. On finit par s’y faire, de toute façon.
Mmoui, je suppose… », je dis avant de prendre une autre bouchée de ma pâtisserie au goût divin.

Elle me tapote l’épaule, comme un signe de compassion. Tu sais, Nelly-Pi, je n’ai pas besoin d’être consolé. Et encore moins rassuré. J’ai besoin de donner un sens à ma vie. Et si je peux comprendre pourquoi j’ai été balancé sur cette île, ça me ferait plaisir, aussi.

Je finis mon wienerbrød et pioche un autre æbleskive dans le sachet. Par jeu, je le lance en l’air. Il tourne sur lui-même tout en empruntant une belle trajectoire en cloche, et son mouvement de rotation ne cesse que lorsque je croque dedans à pleines dents avant d’attraper la moitié restante avec ma main gauche désormais libre.

« Une promenade depuis la place centrale jusqu’au parc, ça te dit ? Et puis, comme ça, tu pourras me raconter ce que tu fais dans la vie et comment s’est passée ton arrivée ici, dit-elle en me devançant et en se retournant vers moi de son pas sautillant.
Ça me va ! je réponds.
Mais tu sais, je n’ai pas tant de choses à raconter que ça… »

Je m’interromps alors que la main de mon interlocutrice se dirige droit vers mon visage et que ses doigts délogent une miette de wienerbrød restée accrochée à la commissure de mes lèvres. Je cligne des yeux, surpris, alors qu’elle gobe la miette en question pendant que le rouge me monte aux joues de nouveau. C’était… Gênant.

« Alors, tu viens d’où ? T’as des frères et soeurs ? T’es plutôt sucré ou salé ? », m’interroge-t-elle alors que je finis mon æbleskive.
Je, euh… Je suis d’Aarhus. C’est au milieu du Danemark, à peu près. Et euh, non, je suis fils unique. Remarque, ça dépend du point de vue, je suppose. Enfin, peut-être. »

Nelly-Pi me tire une tronche chelou, l’air de se demander ce qu’il se passe dans ma tête. Heh.

« J’ai été adopté. », je précise. « Et, euh, pour le sucré et le salé… Les deux, je suppose. Peut-être une légère préférence pour le sucré… Quoique. Nan en vrai j’en sais rien ! », je dis en riant.




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro


Dernière édition par Niels Jensen le Dim 10 Juin 2018 - 14:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 183

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Lun 2 Avr 2018 - 14:21

Nelly-Pi, il faut qu’on se calme ! Faire rougir les gens c’est cool, mais ça l’est moins quand on ne les connait pas trop et qu’on risque de les faire fuir. Et crois-moi ma jolie rose, t’as aucune envie de faire fuir ce pauvre gars qui n’a même pas demandé à tomber sur toi aujourd’hui. Quoi ? Tu veux qu’il prenne ses jambes à son cou parce que tu fais que de le faire rougir depuis tout à l’heure avec tes petits gestes affectueux et que tu te n’en rends même pas compte vraiment parce que c’est naturel et qu’en plus t’es trop bête pour le voir ? HEIN ? TU NE VEUX PAS CA HEIN ?! Alors tu t’calmes, ok ? Oui moi. D’accord moi. Je me calme, moi… Et cesse de te parler à toi-même. T’as l’air débile. Je suis débile. Ah oui. J’avais oublié.

C’est fou ce qu’il pouvait se passer dans ma tête entre moi et moi. Parfois, je me demandais si l’apocalypse n’était pas imminente tellement c’était le foutoir dans mon esprit. Enfin… Si on peut appeler ça un esprit. Ouais enfin ce truc qui me sert à penser… Plus ou moins. Bref, passons. Revenons à notre petit mouton du nom de Niels. Niels était donc un enfant danois, venant d’une ville dont je ne retiendrais jamais le nom parce que je n’arrivais déjà pas à retenir celui des délices que je dévorais tous les jours, et qui était plus ou moins fils unique. Plus ou moins, il savait pas trop, c’était comme pour mon esprit qui n’était pas trop le miens non plus, m’voyez. Mais lui il avait une raison de pas trop savoir : il était adopté. A ces mots, j’avais penché la tête légèrement sur le côté. J’avais déjà une foule de questions indiscrètes qui me trottaient dans la tête. Mais je me mordais la langue pour ne pas les laisser s’échapper.

« Hey, t’es bi-goût ! T’aimes les deux, c’est vachement cool quand même. Ça laisse tellement plus de choix. J’suis cantonnée au sucré. C’est c’qui me remonte le moral quand ça va pas, et même quand ça va en fait. Pis ça me rappelle mon enfance, un peu, le sucré. Alors que le salé je trouve que c’est… bah, salé, en fait. C’est moins doux. Mais des fois… Un peu de brutalité, ça ne fait pas de mal ! »

J’avançais en sautillant à ses côtés.

« J’ai deux petits frères. Des demi-frères. Ma mère s’est remariée, c’est pour ça. Je ne les connais pas trop, j’ai pas réellement vécu avec eux. Oh, je viens d’Allemagne. Normalement je suis blonde, t’y crois à ça toi ?! ça fais tellement longtemps que j’ai les cheveux roses que je ne sais même plus à quoi je ressemble au naturel, c’est dingue. Mais en même temps… ça me plaît, comme ça. Sinon je le ferais pas. »

Je lui souriais à nouveau, un petit sourire léger, presque tristounet, pendant que mes yeux tendaient à se perdre dans les siens. Si les miens étaient d’un bleu profond, les siens tiraient légèrement vers le vert, rendant le tout encore plus chouette que ça ne pourrait l’être. Pour l’embêter, j’aurais bien déposé un baiser sur sa joue. Mais je risquais encore de le faire rougir. Et s’il était trop chou quand il rougissait, je n’avais vraiment pas envie qu’il me prenne pour une folle. Alors, je faisais un petit pas sur le côté pour éviter d’être tenté.

« Tes yeux. Ils sont chouettes. » Je marquais une pause. « Ah ! On ferait mieux de tourner à droite, sauf si tu veux faire un tour sur le marché ? »


Je suis une tagada #FF456A

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Mer 18 Avr 2018 - 23:09

« Bi-goût » ? La formulation est bizarre… Comme une am-bi-gu-ïté dans ce choix de termes. Comme si ils voulaient s’échapper de leur contexte initial pour prendre une sémantique différente… Euh, bref. On va laisser couler… Me dis-je tout en sentant une pointe de rouge me monter aux joues. Again. It’d been a long time, hadn’t it?

« Tes yeux. Ils sont chouettes. »

Et là, je pique un fard pour de bon. Elle ne le sait probablement pas — son accent est germanique, pas français, et d’ailleurs elle vient de dire qu’elle est Allemande —  mais « T’as de beaux yeux, tu sais. », c’est une réplique culte d’un film français, Le Quai des brumes, et qui est extrêmement connotée en France. Du genre phrase de drague cliché.

« Ah ! On ferait mieux de tourner à droite, sauf si tu veux faire un tour sur le marché ? »

Oui, c’est ça, change de sujet, merci !

« Euh, comme tu veux. », je réponds tout en tâchant de reprendre contenance.

Pourquoi j’ai décidé de rester avec elle ? Est-ce que je n’aurais pas mieux fait de reprendre mon chemin et de continuer ma journée comme prévu ? Je me laisse joyeusement torturer là, non ? Je veux dire, c’est gênant… Et ça n’a pas l’air de lui déplaire. Est-ce que je devrais trouver un prétexte pour me faire la malle ? Pour fuir toutes ces ambiguïtés terriblement embarrassantes ?

Oui, mais en même temps, ça serait pas sympa envers elle. Et puis, je l’aime bien. Et puis, soyons honnêtes, elle me plaît. C’est même précisément pour ça que je suis gêné. Mais c’est quand même vachement rentre-dedans. Je veux dire, je vais pas coucher direct avec une fille que je connais à peine ! Et me mettre en couple avec elle encore moins. Est-ce que je lui dis quelque chose, cash, pour casser l’ambiguïté ? Nan, ça manque de classe. Ça en manque cruellement.

Alors je fais passer au second plan mes réflexions angoissées de type qui ne sait pas où se mettre, et je ressors un des thèmes qui tournent constamment en toile de fond dans ma tête en ce moment :

« Dis, tu sais si des gens maîtrisent déjà leur magie avant d’arriver sur l’île ? D’ailleurs, c’est quoi ta magie ? »




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 183

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Lun 23 Avr 2018 - 16:11

Mes yeux s’étaient posés sur lui. Il rougissait. Encore ? Mais, qu’est-ce que j’avais dit cette fois ? Ce n’était même pas comme si je l’avais fait exprès, pour le coup. Je lui avais indiqué la rue sur la droite, en lui demandant s’il souhaitait passer par le marché, ou bien continuer en faisant un léger détour plus calme. Vraisemblablement, il me laissait le choix. Je clignais des yeux sans savoir réellement ce qui était le mieux à faire. J’adorais trainer sur le marché, fouiner à droite à gauche, mais cette fois je n’étais pas seule et fureter en laissant son compagnon seul dans un coin, ce n’était pas très gentil. Alors je lui faisais signe de tourner.

C’est là que la question est arrivée. « La » question. Celle que je détestais qu’on me pose au point même où j’étais prête à faire la morte pour ne pas avoir à y répondre. D’autant plus qu’elle détraquait complètement, en ce moment, ma magie. J’avais des mèches noires qui apparaissaient dans mes cheveux, mes yeux changeaient de couleur comme je changeais de culotte et je faisais de plus en plus de cauchemars desquels je me réveillais avec « ça » dans les mains. J’aurai pu devenir livide si je n’avais pas englouti ces viennoiseries juste avant. Je devais lui répondre, pourtant.

Alors je glissais doucement une main dans mes cheveux, pour les remettre en place, comme pour dissimuler cette mèche noire corbeau qui avait élu domicile depuis quelques temps. Je réfléchissais un instant, laissant mes yeux vagabonder sur le sol le temps de formuler une réponse qui pourrait être potable. J’avais appris tellement de chose sur la magie au contact de Shawn que je ne savais plus quoi répondre, ni comment m’y prendre. C’était… Si particulier.

« Je ne sais pas si certains la maîtrisent à proprement parlé. Mais c’est sûr que tout le monde ne réagit pas pareil à ses pouvoirs. Certains les acceptent, d’autres pas. Certains font des dégâts, d’autres non. »

Je prenais une bouffée d’air, affichant un léger sourire presque caché, discret. Je m’arrêtais un instant et m’accroupissait. Après avoir fait craquer mes doigts, je tendais la main un peu en avant et, après quelques mouvements, une petite créature apparue au sol. Joyeusement, elle se baladait sur quelques mètres puis revenait en courant mon camarade et moi-même. Une petite créature faite de noir, une matière qui ressemblait à une ombre compactée pour donner vie à quelque chose qui pouvait s’animer, se promener… Mais qui n’avait heureusement pas de volonté propre. Du moins, apparemment.

« Je manipule les ténèbres. Bien sûr, ça, c’est mignonet. Très mignonet même. »

J’effaçais ma création d’un revers de la main avant de reprendre la parole.

« Pour ma part, je ne m’y suis jamais habituée. Et même si je la maîtrise plus ou moins, elle m’échappe encore dans… certaines situations. »

Je me relevais enfin pour reprendre ma taille normale et observait Niels en souriant doucement. Un sourire léger, encore une fois. Puis je portais une main à mon menton, prenant une pose typée « je suis une détective qui réfléchit » et j’affichais enfin le fameux sourire Colgate en posant ma seconde main sur l’épaule de mon nouveau camarade.

« Et vous, mon cher. Quelle est votre type de magie ? »

J’avais gardé une distance de sécurité. M’voyez, j’avais un peu peur qu’il me fasse une crise cardiaque à force de le faire rougir plus ou moins volontairement…


Je suis une tagada #FF456A

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Lun 23 Avr 2018 - 23:03


Pour la première fois, Nelly-Pi marque un arrêt. Mais elle finit néanmoins par prendre la parole. Lentement. Comme si elle pesait chacun de ses mots. Des mots pleins de sous-entendus qu’il faut lire entre les lignes. Rapidement, il ne fait plus aucun doute que j’ai mis le doigt au mauvais endroit. Le bout de mon ongle a accroché un éclat, révélant rapidement une fracture dans cette carapace de bonne humeur qui enveloppe l’étudiante. Ainsi donc, elle n’est pas aussi heureuse qu’elle en donne l’air…

Elle s’agenouille, et après un bref instant, une petite silhouette faite de ténèbres pures s’anime sous mes yeux, avant de disparaître comme elle est apparue. Le nom résonne dans ma mémoire : Tsukoyomi. Un pouvoir bien inquiétant, il est vrai. Et puis la chimiste se retourne, un sourire aux lèvres. Léger, mais non dénué d’une part d’ombre…

« Et vous, mon cher. Quelle est votre type de magie ? », s’enquiert-elle en prenant une pose de détective.

J’ai un petit rire de crécelle à son changement de ton. Elle est douce-amère, je suis aigre-doux.

« Au risque de te décevoir, je ne sais toujours pas. Super réponse, pas vrai ?, dis-je avec une pointe d’autodérision.
Je… Désolé d’avoir abordé ce sujet. Je ne savais pas que c’était sensible. »

Spontanément, je tends mon bras pour lui caresser la joue du bout du pouce, comme on ferait pour consoler un enfant. Ou son amoureux·se. D’ailleurs je me reprends très vite, d’autant plus gêné que Nelly-Pi avait marqué une certaine distance après sa dernière réplique. Est-ce que je vais continuer à accumuler maladresse sur maladresse ?

« Désolé, c’était spontané. »

Pour me faire pardonner, je pioche une énième fois dans mon sachet de viennoiseries (il en reste encore! :D) et en sors une viennoiserie que je lui tends :

« Tu veux une æbleskive ? »




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 183

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Mar 24 Avr 2018 - 20:55

Il… ne savait pas ? Je haussais un sourcil. J’étais loin d’imaginer qu’il y avait encore des gens ici qui ne connaissait pas leur magie. La plupart des arrivants le savaient déjà depuis bien longtemps, où découvraient leurs pouvoirs rapidement au contact des autres descendants. Il n’était pas arrivé hier, non plus. Alors… Il y avait des gens qui tardaient à les découvrir. Je hochais la tête doucement, en signe de compréhension, juste avant qu’il ne s’excuse.

Sujet sensible ? C’était l’impression que ça donnait, alors… Ce n’était sûrement pas tout à fait faux. J’avais toujours eu du mal avec mes pouvoirs, d’autant plus lorsqu’ils n’en faisaient qu’à leur tête et qu’un faux de deux mètres de haut manquait de tuer votre meilleur ami au milieu de la nuit. Oui, bon, déjà les gens normaux ne couchent pas avec leur meilleur ami. Mais outre cela, les apparitions nocturnes de cette forme particulière de ma magie me terrorisaient assez pour qu’il n’y ait que deux personnes au courant de cette histoire : Eran et Cecil.

Niels approchait sa main jusqu’à veir déposer une petite caresse sur ma joue. Cette fois, c’était la surprise qu’on lisait dans mes yeux. J’entrouvrais la bouche, avant de finalement laisser un sourire tendre apparaître sur mon visage. Je posais ma joue contre sa main, avant de finalement la lui rendre. Je n’avais pas vraiment l’habitude des gestes affectifs. Enfin, plus l’habitude. Etrangement, ce tout petit geste m’avait comme… apaisée.

« Hm, hm. Aucun souci. Merci. »

Il piocha alors une nouvelle fois dans son paquet de viennoiseries et m’en tendit une au nom une nouvelle fois imprononçable. Je hochais la tête, la saisissant avec douceur et remerciais Niel d’un baiser du bout des lèvres sur la joue.

« Miam ! Merci ! »

Je fis quelques pas en sautillant de nouveau comme une enfant qui venait de recevoir un cadeau. Puis, je me retournais vers lui en lui faisant un clin d’œil.

« Oups, désolée. C’était spontané. »

Je lui tirais la langue en enfournant mon bien dans ma bouche pour en croquer un bon morceau, savourant chacune des saveurs qui s’en dégageaient. Je repris soudainement un air plus sérieux, mais toujours avec une pointe de tendresse qui se dégageait de mes yeux.

« Plus sérieusement, si ce genre de chose te gêne, n’hésites pas à la dire. Je ferais attention. »

Je marquais une pause.

« Et puis… Tu ne pouvais pas savoir, pour la magie. Tu n’as pas à t’en excuser. Je ne la déteste pas, c’est juste… que je n’aime pas quand elle m’échappe. Et elle m’échappe souvent en ce moment. »

Je rigolais. Un rire un peu nerveux, presque forcé. Rapidement je me reprenais, retrouvant ma joie normale et jouant les puces grimpées sur le dos d’un singe hyperactif.

« Y’a des canards en plus dans le parc ! Tu aimes les canards ? J’avoue que je suis plutôt chat, mais les canards c’est fun aussi. Coin ! »

Je mimais le bec de canard, lui indiquant qu’après cette rue il faudrait tourner à droite. On entendait assez bien les bruits du marché, l’agitation des gens autour de nous. J’avais hâte, hâte de retrouver le calme du parc. Ça ne saurait tarder, bientôt, nous y arriveront. Et après ? Qui savait. Pour le moment, je ne me préoccupais que de savourer la douceur que j’avais entre les mains.

« C’est vraiment trop bon ! »


Je suis une tagada #FF456A

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Dim 10 Juin 2018 - 15:46

Nelly-Pi prend l’æbleskive et me remercie d’un baiser sur la joue. Évidemment, je me fige et rougis, avant de reprendre contenance, plus vite que les fois précédentes. Je vais peut-être finir par être immunisé, à force ?

« Oups, désolée. C’était spontané. »

Un sourire amusé se dessine sur mes lèvres. Joli retour de balle. Décidément, j’aime la façon d’être de cette fille.

Elle reprend la parole pendant un moment avant que ne revienne mon tour et que je réponde à sa première phrase.

« Je… Vas-y mollo, ok ? Et surtout… Essaie de ne pas trop… Je veux dire… »

Je m’interromps, gêné. Je dis vraiment ce que je ressens, maintenant, cash ? C’est… D’un autre côté, c’est le bon moment pour en profiter, et si ça peut mettre les choses au clair ça ne sera pas plus mal. J’ai envie de garder le contact avec elle, mais je n’ai pas envie d’un flou constant. Si on continue à se voir pendant un mois sans savoir si on a juste envie d’être potes ou si on a envie de plus…

« Je… Tout à l’heure, j’ai vraiment eu l’impression que tu étais en train de me draguer. Et… J’ai envie que les choses soient claires. C’est pas que je te trouve moche ou désagréable hein, mais on se connaît à peine. Donc… On apprend à se connaître et on verra plus tard si jamais il y a lieu d’aller plus loin, ok ? »




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 183

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Mar 12 Juin 2018 - 17:29

Il semblerait que j’ai totalement décontenancé Niels et ce, depuis notre rencontre plusieurs minutes plus tôt. Ramassant les miettes qui trainaient au coin de mes lèvres, je hochais la tête avant de lui offrir un sourire à la fois amusé et enjoué.

« Ne te casse pas trop la tête, tu sais. Je suis comme ça, affectueuse à souhait. Je ferais attention, c’est promis ! »

Si j’avais été un chien, j’aurais certainement eu la queue qui remue dans tous les sens, les oreilles bien dressées, prête à bondir après la balle. Je comprenais pour autant son point de vue. L’ambiguïté, le flou constant dans une relation n’est pas sain. Il fallait aussi avouer que je n’avais pas l’habitude de garder des relations bien longtemps. Beaucoup de gens que je rencontrais disparaissaient du jour au lendemain. Je pensais à Logan, notamment, que je n’avais pas revu depuis si longtemps ! Certainement qu’il vagabondait à droite ou à gauche avec sa caravane… Ou qu’il était en mission. Qu’en savais-je. Mais à part quelques personnes récurrente, je n’avais que très peu de personne dans mon entourage.

« En parlant de ça… Tu as pu rencontrer quelqu’un, ici ? »

Amicalement, ou plus si affinité. Je ne parlais pas forcément d’une relation amoureuse même si la tournure de ma phrase pouvait porter à confusion. En sautillant, je continuais à nous guider vers les canards… Les petits coin-coins que j’attendais de rencontrer avec impatience. Déjà, le portail grand ouvert du parc se laissait apercevoir plus loin dans la rue perpendiculaire.


Je suis une tagada #FF456A

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Mar 12 Juin 2018 - 20:13

« Rencontré des gens sympa, tu veux dire? Hmm… La première personne que j’ai rencontrée à mon arrivée est super weird… Je sais pas si j’ai vraiment envie de rester en contact avec elle. »

Helena… Helena, si serviable qu’elle te force presque à accepter son aide. Helena, pas terre-à-terre pour deux sous voire carrément la tête dans les nuages — et dire que c’est une « adulte responsable » avec un travail et tout le bastringue… Helena, qui t’oblige à aller dans son sens quoi que tu veuilles… Difficile de ne pas la considérer comme quelqu’un de bizarre.

« À part ça, j’ai commencé à faire connaissance avec les gens de ma promo. J’avoue que pour l’instant j’ai pas énormément d’affinité avec eux… »

En même temps, ils ont tous déjà leurs cercles d’amis, et une bonne part d’entre eux ne s’intéressent manifestement pas aux nouveaux arrivants… Enfin, j’ai quand même trouvé un mec sympa avec lequel j’ai un peu sympathisé. Joey Johnson. Il fait du tennis, comme moi, et puis il a des goûts musicaux relativement similaires aux miens. Enfin, le jazz c’est pas ça mais il a bon goût en matière de rock. C’est déjà ça.

« Y a Joey qui est plus accueillant que les autres, mais la plupart ont déjà leurs amis et ne s’intéressent pas aux nouveaux arrivants comme moi. Mais bon, on fait avec… J’ai pas mal sympathisé avec Miya, du café étudiant, ça compense. »

Et puis y a eu Ingrid, hier… Super rencontre, vraiment… Mais bref, pensons à des trucs plus joyeux.

« Et puis maintenant il y a toi. », je reprends en masquant mon malaise derrière un sourire que j’espère convaincant. J’ai envie de me faire des amis, pas de repenser aux mauvaises rencontres…




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 183

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Dim 24 Juin 2018 - 17:10

Je souris, tu souris, il sourit.
J’aime les souris.


Niels avait raisons sur un point : la plupart des « vieux » de l’île ne voulaient pas forcément s’encombrer des nouveaux venus. Je comprenais ça très bien, même si je n’en savais pas réellement la cause. Les gens avaient-ils donc si peur de la nouveauté ? Haha. Oui. Sauf moi. Parce que je suis quand même vachement différente des gens lambda. Eh ouais, j’suis plutôt le genre à me coller à tout le monde comme un chat en manque d’affection et ensuite à trier parmi les concernés. En bref, je faisais connaissance et ensuite seulement je décidais qui restait dans mon cercle d’amis. A vrai dire, il n’y avait pas grand monde. J’avais fait beaucoup de connaissance éphémère. Il y avait des gens qui avaient disparus, d’autres que je n’avais vu qu’au détour d’une mission ou d’un cours à l’école.

Je repensais soudainement à cette fois, dans le café. Ma rencontre avec Lilith et Oliver, ce petit couple si charmant. Ma rencontre avec eux, mais bien sûr aussi avec elle. Henka. Je serrais le poing sans réellement le faire exprès, comme par réflexe. Je savais que j’allais la recroiser un jour. J’en étais certaine. Elle faisait partis de mon monde à présent. Les gens, dans mon monde, finissent toujours par réapparaître.

Niels me tira de mes sombres pensées en indiquant sa rencontre avec moi, affichant un sourire qui se voulait un peu tordu mais auquel je ne ferais aucune remarque. Je lui répondais en étirant mes lippes à mon tour, positionnant mes mains derrière ma tête et regardant le ciel.

« C’est déjà bien ! Tu as presque le même nombre de personne dans ton cercle de relation que moi. Bon, par contre, ça fait juste deux ans que je suis là, quoi. »

Je pouffais de rire et lui faisait un clin d’œil. Nous venions de passer le portail du parc lorsque je retirais ces quelques miettes qui trainaient encore près de mon col.

« J’ai eu la chance de tomber sur quelqu’un de bien à mon arrivée ici. Il m’a accueillie et aidée à m’intégrer. Il a même accepté d’être ma peluche, c’est une bonne personne. »

Je hochais la tête frénétiquement avec la main sur le menton, l’air sérieux.

« L’un des bars du coin est tenu par un bon ami également. La serveuse y est sympathique en plus… Et carrément à croquer. Ah, et j’ai fait la connaissance de la copine de celui qui m’a accueillie. Ça doit bien être la seule amie femme que j’ai ici. »

Je haussais un sourcil en réfléchissant. A part Terrence, je n’avais vraisemblablement oublié personne. Mais comment décrire cet homme étrange alors que ce qui nous unissait n’était qu’un vague jeu de vannes envoyées et répondues.

« Et du coup, tu loges où ? T’es toujours à l’hôtel ou tu as trouvé quelque chose ? »

J’essayais de ne pas fixer mon compagnon, pour ne pas le mettre mal à l’aise à nouveau. Mon regard vagabondait à droite et à gauche, observant les arbres et leurs habitants avec l’admiration d’une enfant de cinq ans. Ouais, cinq ans d’âge mental, c’est pas des masses quand même.


Je suis une tagada #FF456A

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Mer 4 Juil 2018 - 18:23

Alors que j’énumère les personnes que j’ai pu rencontrer jusqu’ici, Nelly-Pi s’assombrit soudainement. Son serrement de poing capte ma vision périphérique. Quelque mauvais souvenir semble s’être réveillé en elle, mais l’émotion se dissipe rapidement comme la pluie après l’orage et ma comparse me renvoie mon sourire à l’occasion d’une remarque moqueuse sur la taille de son propre cercle d’amis.

Je fronce les sourcils à la mention de « sa peluche », un peu circonspect quant à la définition se cachant derrière cette dénomination impromptue. Douteux ou pas douteux ?… Telle est la question.

« L’un des bars du coin est tenu par un bon ami également. La serveuse y est sympathique en plus… Et carrément à croquer. »

Comment résister à l’envie de taquiner la demoiselle si hors-normes et effusive, mais surtout si effrontée ? Évidemment, elle n’y coupe pas. D’ailleurs, c’est elle qui a lancé la première offensive tout à l’heure.

« Tu ne dragues donc pas que les mecs ? rétorqué-je, moqueur, avant de la laisser continuer sur sa lancée. »

Puis vient la question du logement. L’épineuse question du logement, une de celles qui me préoccupent le plus depuis mon arrivée, et à laquelle je n’ai toujours pas de réponse.

« Je suis encore à l’hôtel, réponds-je en faisant la moue. J’ai fait une demande pour avoir une chambre à la résidence étudiante à la fac, mais je n’ai pas encore eu de réponse, complété-je. Il ne me reste plus que deux semaines avant de devoir quitter The Beginner, j’espère que j’aurai une réponse bientôt. »

Je pousse un bref soupir.

« Il y a aussi des résidences privées, mais elles sont plus chères, donc même si j’ai aussi fait des demandes j’espère que ça ne sera pas nécessaire, conclus-je. »




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 183

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Mar 10 Juil 2018 - 11:35

« Tu ne dragues dont pas que les mecs ? »

Je tiquais, haussais un sourcil. En effet, ça pouvait être perçu comme de la drague. Mais moi, la grande Nelly-Pi, je ne m’attaquais pas à plus fort que moi ! Ô grand jamais je ne m’attaquais aux gens que je savais déjà en couple, fiancés, mariés, heureux, avec des enfants. Surtout pas avec des enfants, en fait. Les enfants, c’est le mal, vous voyez ? Le mal absolu. Je hochais la tête pour approuver ma propre pensée. Les enfants, ce n’était pas pour moi. J’étais presque sûre que la jolie brune qui servait au bar avait pour projet de faire des enfants, un jour. Enfin, ça, c’était l’aperçu que j’avais d’elle. Dans le fond, je la savais bien plus distante, sombre, renfermée. Elle n’en restait pas moins à croquer. Séduisante, le noir lui allait à merveille. Il semblait que ce soit sa couleur de prédilection, d’ailleurs, puisqu’elle la portait très souvent. Je me surpris à rêvasser à nouveau, alors je me tirais de mes pensées pour retrouver le jeune Niels qui était tout aussi à croquer que la jolie Jess. Peut-être même un peu plus. Sûrement parce qu’il avait un charme masculin que la demoiselle n’avait pas. Finalement, je préférais quand même les hommes, il fallait croire. Je lui souriais.

Il était donc encore à l’hôtel. Tout le monde n’avait pas la chance que j’avais eue à mon arrivée ici. Être recueillie par une autre personne relevait du hasard le plus total, mais pouvait s’avérer être bien utile lorsque l’on arrivait seulement.

« Généralement, ils attribuent les chambres sans réellement tenir compte du dossier. Faut bien aider les étudiants de temps en temps ! Ça va arriver, ne t’en fait pas. »

Je réfléchissais un moment.

« Plutôt que les résidences privées, tu pourrais chercher les pensions locales. C’est sans doute moins cher, surtout si tu files un coup de main au logeur tu auras une ristourne de loyer. »

Je lui tirais la langue. Il n’avait pas de souci à se faire. J’étais sûre qu’il allait trouver son bonheur en temps et en heure. Oh, un écureuil ! IL Y A UN ECUREUIL BON SANG ! Je sautillais sur place avant d’attraper mon compagnon par le bras et de le secouer sous l’effet de l’excitation soudaine qui m’envahissait.

« REGARDE ! REGARDE, REGARDE !! Y’a un écureuil ! Un é-cu-reuil ! »

Je relâchais mon nouveau compagnon et le fixait un instant en souriant avant de partir à la poursuite de l’écureuil, faisant signe à Niels de me suivre si l’envie lui disait.


Je suis une tagada #FF456A

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Masculin Date d'inscription : 27/01/2018
Occupation : Étudiant en linguistique
Sexualité : Bisexuel / Panromantique
Messages : 259

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   Ven 13 Juil 2018 - 19:14

Une fois de plus, Nelly-Pi démontrait ses talents de fraise tagada à réaction en partant en vrille sans aucun préavis. Qu’était-ce cette fois ? Un écureuil. Animal particulièrement farouche et difficile à observer. Malgré l’enthousiasme de l’allemande et la bonne volonté du danois, la course-poursuite fut peu concluante tant l’excitation intérieure de la chimiste était incompatible avec le calme nécessaire pour que l’animal daignât se montrer de nouveau : effrayé par le bruit et les mouvements brusques de la demoiselle, le rongeur avait certainement préféré se terrer ici ou là en attendant que ce qu’il considérait comme un danger s’éloignât de lui.

Néanmoins, la bonne humeur de la demoiselle était difficile à vaincre, et la déception fut vite oubliée et les deux étudiants passèrent une bonne partie de la journée ensemble. Même si elle s’était assombrie quelques fois depuis le début de la rencontre, l’étudiante débordait d’énergie et les averses n’étaient que de courtes durée. Niels, quant à lui, se laissait facilement contaminer par le dynamise de sa comparse, et la morosité provoquée par ses soucis du moments continuèrent de s’effacer au profit d’une bonne humeur plus représentative de son tempérament usuel.

Au final, le linguiste n’alla pas chercher de livres à la bibliothèque universitaire, comme il l’avait prévu. Mais était-ce vraiment important ? Il avait passé une bonne journée, partagé plusieurs fous-rires, découvert plusieurs lieux inconnus de Kousha… Et surtout, il avait rencontré quelqu’un qui avait de très fortes chances de devenir une de ses premières vraies amies à Awashima.




Niels papote en #5511cc.
Mon autre personnage : Mbuyi Kimaro
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Douceurs matinales [PV Nelly-Pi]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nelly
» répartition de Nelly
» Nelly s'installe, nelly se pose ♪♫ (PV M.)
» Nelly Horrocks (terminé)
» Nelly Taylor, a very strange trainee

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: La cité scolaire de Kousha :: Centre-Ville-
Sauter vers:  
Top-Sites