Partagez | 
 

 Bring New Year [Cecil]

Aller en bas 
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Bring New Year [Cecil]   Mar 2 Jan 2018 - 18:13

Dans le fond, la fin de l’année ne signifie-t-elle pas uniquement le début de la suivante ? Pourquoi diable faut-il que ces humains aiment à ce point « fêter » quelque chose qui n’est même pas un accomplissement personnel ? J’ai beau me poser la question, ça ne m’empêche pas de faire les mêmes erreurs d’années en années. J’avais déjà passé deux fois les fêtes ici. Deux putains de fois. Deux fois de trop. Seule, isolée, délaissée. Cette année, j’avais fait le réveillon du nouvel an avec Terrence, Aurore, Shawn et Elena… En somme, je n’avais jamais été aussi bien entourée. Et pourtant aussi seule. Malgré tout, j’avais (encore ?) trop bu… P’t’être à cause de ce challenge lancé par monsieur Chase. P’t’être parce que j’étais bête. Et p’t’être que c’était pour ça que je m’étais volatilisée au petit matin, vers six heures, alors que chacun avait fondu dans les bras de Morphée.

Et j’errais dans les rues froides et désertes d’Hizumu. Vers sept heures, j’avais pris le bus en direction d’Amishawa. Alors que j’étais descendue dans le cente-ville, je tombais nez à nez avec la délicieuse odeur de viennoiseries à peine sorties du four. Je me laissais tenter et ressortais de la boutique avec quelque chose comme… un gros sachet de pains au chocolat, de croissants et de chouquettes. Je sautillais en chantonnant, manquant de tomber deux fois avant de finalement arrivée indemne et avec toujours autant de douceur dans mon gros sac ! C’est un miracle de Noël, oui, oui ! Je n’avais pas touché une seule viennoiserie ! AUCUNE VOUS ENTENDEZ ! Fière, je venais sonner à la porte de Cecil.


J’avais rencontré Cecil il y avait un petit moment, maintenant. Sur un pari idiot avec des idiotes de première classe à la bibliothèque pendant une heure d’étude. Finalement, l’après-midi s’était transformée en séance cuisine et dégustation d’une tarte au citron meringuée. Après ça, étrangement et d’une façon assez naturelle, il était devenu plus qu’un simple copain de dégustation de tarte. Avec lui, j’étais bien. On rigolait bien. On s’entendait bien. On sortait, parfois. Souvent, en fait. C’était chouette, simple, léger et surtout : c’était sans ambiguïté. Cecil était bien la première personne avec qui j’arrivais à calmer mes pulsions affectives qui peuvent, je l’accorde, parfois faire peur. Et le pire… c’était que ça ne me frustrait même pas ! Pas vraiment, du moins.

Il ouvrait la porte, à moitié endormi, les cheveux encore plus en bordel que d’habitude. Premier rire franc de l’année ? CHECK ! Bien joué. Je lui tendais le paquet de douceur en sautillant.

« Bonne année ! On mange ? Il caille dehors. »

Une façon simple et personnelle de dire « bonjour, comment vas-tu ? Tu ne vas quand même pas me laisser dehors alors que je t’apporte le petit dej et qu’en plus il fait moins dix, n’est-ce pas ? ». La méthode Nelly, y’a que ça de vrai. Premier pas pour entrer ; mon pied gauche marche sur mon lacet droit ; mon pied droit ne peut plus se soulever. ET BOOM : une Nelly à terre. Je répète : UNE NELLY A TERRE !

Au moins, j’avais sauvé les viennoiseries. Mais pas mon sourire.


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Mar 2 Jan 2018 - 21:58

Aaaaah, le Nouvel An ! Soirée pour le moins festive s’il en était. Cette fois-là, Cecil avait fait le décompte final dans un bar du centre-ville. Il lui arrivait déjà de temps en temps de monter sur scène dans tel ou tel café, un moyen pour lui de se faire un peu d’argent tout en augmentant son expérience musicale. Et en période de fêtes, ça n’était pas les offres qui manquaient. Aussi plutôt que de faire le changement d’année tout seul dans son appartement, le guitariste n’avait pas hésité à rejoindre une formation musicale au pied levé, histoire de se détendre en pratiquant son passe-temps favori.

Les réjouissances s’étaient naturellement terminées plutôt tard. Ou plutôt tôt le matin, pour être exact. En fait, Cecil venait presque de faire une nuit blanche. Eh oui, les derniers fêtards ne s’étaient pas dispersés avant quatre heures du matin, et le gérant du bar avait généreusement offert à ses employés ainsi qu’aux musiciens de se détendre à leur tour autour d’un verre. Le jeune homme était donc resté, d’une part pour ne pas paraître impoli, mais aussi tout simplement parce qu’il appréciait la discussion. Et ce n’était donc qu’à cinq heures du matin qu’il était enfin arrivé chez lui, prenant juste le temps de poser sa guitare et le reste de son matériel avant de s’effondrer dans son canapé pour prendre un repos bien mérité, sans même se soucier de faire le déplacement jusqu’à sa chambre.

Il n’était pas certain de savoir combien de temps il avait dormi lorsque la sonnerie de l’appartement retentit. Trop peu, en tout cas. Émergeant laborieusement de la brume qui emplissait encore son esprit, il eut un vague marmonnement d’approbation qui n’avait toutefois aucune chance d’être audible depuis l’extérieur, et alla ouvrir la porte. Sur le palier se trouvait Miss Tagada. Déjà sautillante, de bon matin après les fêtes. Mais où pouvait-elle trouver une énergie pareille ? Il y avait presque de quoi lui en vouloir. Cependant, comme pour se faire pardonner, la demoiselle apportait avec elle un paquet de viennoiseries qu’elle proposait généreusement de partager. Comment rester bougon après ça ?

Cecil saisit le paquet que lui tendais son amie, juste à temps pour qu’elle puisse trébucher magistralement sans risquer de gâcher la nourriture. Un sourire naquit sur ses lèvres.

- J’en connais une qui n’a pas assez dormi ! T’as laissé ton équilibre sous ton oreiller ?

Tendant sa main libre, il aida Nelly à se relever, s’inquiétant tout de même de son état :

- Tu ne t’es pas fait mal, au moins ? Ce serait une manière bien triste de débuter la nouvelle année…


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Mar 2 Jan 2018 - 22:37

« J’en connais une qui n’a pas assez dormi ! T’as laissé ton équilibre sous ton oreiller ? »
« Il aurait déjà fallu dormir… »

Je me redressais doucement, soupirant en frottant mes cheveux avant de lui offrir un sourire doux.

« J’dois comptabiliser quatre heures en trois jours. Joli score ! »

Il me tendait alors une main, m’aidant à me redresser.

« Tu ne t’es pas fait mal, au moins ? Ce serait une manière bien triste de débuter la nouvelle année… »
« Hm non, ça va, je suis encore solide. J’ai juste… trois grammes dans l’sang c’pas bien grave. »

Je rigolais, saisissant sa main avant de tirer dessus légèrement pour me relever, manquant sur le coup de la faire tomber avec moi dans un nouvel éclat de rire. Enfin sur mes jambes, je pénétrais à l’intérieur de l’appartement. J’avais l’impression de redécouvrir cet espace à chaque fois que j’y venais. C’était si… bizarre ! Et pourtant, totalement plaisant. Sans demander l’autorisation, je venais poser mon si disgracieux popotin sur le canapé encore chaud.

« Et toi alors ? Triste soirée à dormir ou courte nuit ? »

J’esquissais un sourire, amusée.

« Le canapé me dit qu’en tout cas, tu l’as trouvé très confortable cette nuit. »

A mon tour, je me laissais tomber complètement, trouvant ma place sur un des coussins du sofa. Je soupirais, profondément. Les pains au chocolat devaient encore être chauds, il fallait vite les manger. Alors, je me redressais, difficilement. Comme si ma tête pesait soudainement une centaine de kilos. En baillant, je me frottais les yeux avant de fixer le sol distraitement plusieurs secondes.

« Cecil ? T’as… du café, ou du thé ou même du chocolat ? C’est l’heure du petit dej’, y’a Gilbert qui grogne. »

Je désignais mon estomac, visiblement affamé, qui grognait lamentablement. Une sorte de « grblblblblm » un peu chaotique mêlant malgré tous quelques vagues d’alcool et de chips. Je devais bien l’avouer : j’avais plus bu que mangé. Je n’avais même pas assez mangé du tout. En y repensant bien, à quand remontait mon dernier vrai repas ? Le 30 décembre, au midi. Oula, c’était déjà si loin… Les autres repas n’avaient été qu’un ramassis de grignotage divers. Je n’avais pas faim. Pas faim du tout. Pas faim, pas sommeil… Et cette migraine qui me tenait depuis plusieurs jours maintenant. Un véritable enfer, que le froid dehors n’arrangeait pas. Avouons également que les vêtements courts que je portais habituellement n’étaient pas des plus adaptés lorsque le froid polaire tel que celui qui mordait actuellement. J’avais froid. J’étais seule. J’étais juste…

Je me levais, gardant mon équilibre contre toute attente et rejoignais la table sur lesquels se trouvaient les délicieux pains chocolatés.

« Alors, ton réveillon ? Ça s’est bien passé ? T’as fait quoi de beau ? »


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Mer 3 Jan 2018 - 11:15

Cecil avait vu juste : son amie n’avait que très peu dormi, sans doute trop peu. Enfin, lui-même n’était pas très bien placé pour parler, lui qui sortait encore endorme d’à peine trois heures de sommeil. C’était du moins ce qu’il se pensait jusqu’à ce que Nelly lui annonce son « score » exact. Tout de même, cela commençait à tenir de la zombification…

- Je sais que c’est les fêtes, mais évite tout de même de trop forcer. Tu vas pas tenir la reprise si tu te reposes pas un peu avant.

Et elle avait bu, en plus. Bon, quoi de plus normal pendant les fêtes, après tout ? Mais lorsqu’on en était rendu à s’en vanter, c’était rarement bon signe. En un sens, le guitariste n’était pas tout à fait étonné : Nelly était bien du genre à faire la fête sans trop se soucier des conséquences. Mais tout de même, se fixer des limites ne pouvait pas faire trop de mal. Découvrant le canapé chaud encore d’un ton un brin moqueur, la demoiselle demanda lui demanda alors comment il avait passé la nuit.

- Je me suis occupé de l’animation avec d’autres musiciens dans un bar. C’était très chouette, mais je referai pas ça tous les jours : je suis loin d’avoir assez dormi. Je sens que je vais me coucher tôt ce soir...

Son estomac reprenant le dessus, Miss Tagada s’extirpa finalement du canapé pour atteindre la table, prête à prendre le petit-déjeuner, tout en quémandant sa boisson chaude du matin.

- Pas de café ! Je ne vais pas te donner un truc qui t’empêchera de dormir quand tu décideras enfin d’aller rejoindre ton lit. Chocolat ou jus d’orange, à toi de voir !

Joignant le geste à la parole, Cecil amena le tout sur la table, avant de se servir un grand verre de jus d’orange. Il venait à l’instant de poser un véto sur la caféine, mais s’il ne s’autorisait pas quelques vitamines pour compenser, il ne tiendrait pas la journée.

- Bah… pour mon réveillon, hormis cette petite escapade musicale, il ne s’est pas passé grand-chose. Mais bon, ça m’aura tout de même occupé toute la nuit, donc je pense dans l’ensemble on peut dire que c’était chouette. Et toi ?

Le jeune homme préférait poser la question car il n’était pas certain de savoir en deviner la réponse. Se saouler pouvait être un bon indicateur de ce que quelqu’un avait bien profité des fêtes. Mais de manière générale, il arrivait aussi aux gens de se saouler lorsqu’ils n’allaient pas bien. Et comme à son habitude, Nelly ne laissait pas particulièrement grand-chose transparaître. Inquiet, le Cecil ? Non, pas vraiment. Pas encore, en tout cas. Juste curieux.

Entamant un premier croissant pour reprendre des forces, il encouragea son amie à faire de même :

- Allez, mange tant qu’ils sont chauds !


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Mer 3 Jan 2018 - 22:23

J’étais certainement trop à l’ouest pour comprendre qu’il y avait une pointe d’inquiétude dans le ton de Cecil. J’avais peut-être exagérée sur la dose que j’avais bu cette nuit-là, mais une chose était certaine : c’était à la fois trop et pas assez. J’avais encore les idées claires, trop claires. Je pouvais penser, et je n’étais pas encore au point de me trémousser sur une table. Soit j’avais développé une tolérance un peu folle à la boisson, soit j’étais trop fatiguée pour aller mal à cause d’elle. A vrai dire, je ne savais pas si c’était bien ou mal.

« Je me suis occupé de l’animation avec d’autres musiciens dans un bar. C’était très chouette, mais je referai pas ça tous les jours : je suis loin d’avoir assez dormi. Je sens que je vais me coucher tôt ce soir... »

Au moins, il n’avait pas tenu la chandelle, lui ! Je lui souriais. Peut-être que j’aurai dû le suivre, que je me serais encore plus amusée…

« Pas de café ! Je ne vais pas te donner un truc qui t’empêchera de dormir quand tu décideras enfin d’aller rejoindre ton lit. Chocolat ou jus d’orange, à toi de voir ! »
« Hey ! C’est pas juste !! »

J’affichais une mine boudeuse, saisissant la boîte de chocolat et le lait qu’il venait de poser sur la table. Je mélangeais méticuleusement ma mixture, alors que j’écoutais toujours le résumé de ses aventures du réveillon.

« Bah… pour mon réveillon, hormis cette petite escapade musicale, il ne s’est pas passé grand-chose. Mais bon, ça m’aura tout de même occupé toute la nuit, donc je pense dans l’ensemble on peut dire que c’était chouette. Et toi ? »

Je perdais mes yeux dans mon chocolat. Il semblait passionnant, d’un coup… Malgré le sourire fixé sur mes lèvres, je semblais être absente, ailleurs… Perdue dans un océan d’une douceur amer.

« Allez, mange tant qu’ils sont chauds ! »

Je hochais la tête, et sans me faire prier je piochais un pain au chocolat encore tiède dans le sachet. Bientôt, le goût si tendre et délicieux du chocolat et de la pâte feuilleté envahissait mes papilles pour mon plus grand plaisir, m’obligeant à lâcher un soupire de satisfaction.

« J’étais chez Shawn, on était cinq et bien qu’Aurore ait fait un effort particulièrement appréciable pour me tenir compagnie, elle a fini par succomber à Morphée. »

Je prenais une nouvelle bouchée de mon pain. Mes yeux me piquaient, ils en avaient marre, eux aussi, d’être restés ouverts aussi longtemps. Je les frottais doucement, avant de me mettre à bailler.

« J’arrive pas à dormir… C’est pas que je ne veux pas, mais quand je me couche, quand je ferme les yeux, je… Je sais pas, j’arrive juste pas ! »

Je hochais la tête vigoureusement, clignant des yeux avant de glousser légèrement. C’était une drôle de déclaration que je venais de faire, mais elle était on ne peut plus vrai. Je n’arrivais juste pas à dormir, c’était une situation compliquée à vivre et ma maladresse n’aidait en rien. Elle refusait de me laisser tranquille, comme si elle me hantait… comme si elle était propulsée par elle. Je secouais la tête doucement, chassant mes pensées, mes angoisses magiques.

« Hey dit, c’était comment les fêtes de fin d’année chez toi ? Sur les continents ? »

Si j’avais été un chien et avait eu une queue, il aurait certainement pu la voir remuer comme si… Comme si on allait m’emmener en promenade dans le bois et jouer à « va chercher » avec moi jusqu’au bout de la journée !

« Chez moi, on mangeait beaaaaucoup de choses… On avait un gros rôti de veau pour le dîner, des frites, des haricots, de la salade, des toasts, de la bûche… C’était tellement bon ! Et on dansait, beaucoup. Avec de la famille… et des amis proches. »

Elan de nostalgie obligeant, je me jetais sur quelques chouquettes avant d’entamer un croissant, que je trempais goulument dans mon chocolat.


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Jeu 4 Jan 2018 - 11:24

Décidément, Nelly n’avait pas l’air réveillée. Ou en tout cas, comme éteinte. Qu’il s’agisse du manque de sommeil ou d’autre chose. Il lui restait tout de même assez d’énergie pour pouvoir faire mine de bouder lorsque Cecil lui interdit le café. Tant mieux, si elle ne réagissait même plus à ce genre de piques, il serait grand temps de s’inquiéter pour de bon. Son air absent envahit cependant de nouveau son visage lorsque le guitariste lui demanda en retour comment s’était passé son Nouvel An. Patient, il lui laissa le temps de grignoter un morceau avant qu’elle ne prenne finalement la parole.

Chez Shawn, donc… Cecil ne l’avait jamais rencontré, mais il savait que c’était un bon ami de Nelly. En couple depuis peu, d’ailleurs, paraissait-il. Cinq personnes, un nombre impair… Probablement un couple, pourquoi pas deux… Un « effort particulièrement appréciable » pour tenir compagnie à Nelly en particulier ? Le jeune homme commençait à se figurer un peu la situation.

Miss Tagada poussa soudain un bâillement à s’en décrocher la mâchoire, son corps reprenant finalement dessus. Visiblement, elle ne parvenait pas à dormir.

- Si tu vraiment du café à la première occasion, ça n’est pas étonnant, tu  sais ? la taquina gentiment Cecil. Je ne suis pas certain d’avoir de meilleur conseil que continuer à essayer… Tu finiras bien par t'endormir toute seule quand ton corps ne tiendra plus le coup, mais ce serait pas mal d’éviter d’en arriver là.

La demoiselle changea ensuite de sujet, évoquant les réveillons sur le continent. Cela semblait être pour elle une foire à petits plats, de quoi se faire éclater la panse. Mais après tout, qui ne s’emplissait pas l’estomac pour les fêtes ?

- Moi ? Toujours le même rituel. Réveillon de Noël avec mes parents, celui du Nouvel An toujours avec les mêmes amis. Et entre les deux, caser deux gros repas de famille avec les grand-parents de chaque côté. C’est généralement à ce moment-là qu’on s’empiffrait.

Son croissant terminé, Cecil goûta quelques chouquettes. Tout de même, un peu de sucre dès le matin, c’était un bon plus pour commencer la journée.

- Et alors, dis-moi : tu as pris de bonnes résolutions pour cette nouvelle année ?

Question plus pour la forme qu’autre chose. Quand il arrivait que quelqu’un ait la courage de prendre une résolution, il était rare qu’il ait celui de s’y tenir. Mais il fallait bien entretenir la conversation. Deux jeunes gens en état larvaire en train de se goinfrer silencieusement un lendemain de réveillon, la scène serait plutôt pathétique. Le guitariste se servit un nouveau verre de jus d’orange : il ne se sentait pas encore suffisamment réveillé pour interrompre son approvisionnement en vitamines.

- Au fait, si tu as vraiment un creux, j’ai un paquet de Tagada quelque part...

Le jeune homme avait rapidement constaté qu’il s’agissait de loin de la friandise favorite  de… la Miss Tagada, justement. Cela collait plutôt bien au surnom que lui avait attribué mentalement Cecil lors de leur première rencontre. Et comme il s’agissait d’un produit tout fait, prêt à acheter dans un rayon de supermarché, il ne pouvait pas tellement se protéger derrière son inaptitude à la cuisine. Et pour une fois, justement, il avait pensé à en acheter un paquet au cas où, pour la prochaine occasion qui se présenterait. Cela paraissait être un bon moment...


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Jeu 4 Jan 2018 - 23:02

Cecil avait raison. Quand l’idiot de corps que j’avais en aura marre, il me fera tomber de sommeil. En attendant, ça restait relativement emmerdant comme situation. D’ailleurs, moi aussi, je préférais ne pas en arriver là. C’était bien pour ça que je m’acharnais sur mon oreiller à tenter de trouver le sommeil là où je savais que je ne le trouverais pas. Sur les quatre dernières heures que j’ai dormies, je savais que j’avais beaucoup bougé et que mon sommeil n’avait pas été réparateur. La preuve même était que j’avais encore cauchemardé, ces rêves horribles m’obligeant à sortir de mon sommeil déjà peu efficace.

Alors, chez lui aussi, c’était bouffe-party ? Enfin, pas que, visiblement. Je lui souriais. A l’évocation de ces souvenirs, mon estomac grognait encore et je piochais à nouveau dans le sachet. A bien y penser… Combien de viennoiseries avais-je ramenée ? Pas la moindre idée ! Le paquet semblait pourtant ne pas avoir de fond et fournissait autant de petites douceurs que les goinfres que nous étions réclamaient.

Vint la douloureuse question des résolutions. Je manquais de m’étouffer avec mon croissant et dû boire quelques gorgées de mon chocolat pour le faire passer. Pourquoi tout le monde voulait que tout le monde prenne des résolutions ? Ce n’était pas faute d’y réfléchir, en tout cas. Seulement, rien ne m’était apparu comme assez… « intéressant » pour que je le maintienne.

« Ouep, j’veux me trouver une peluche ! Mais attention, pas n’importe laquelle. Il m’en faut une d’un mètre soixante minimum, de sexe masculin et qui dégage une chaleur apaisante. Ouuuuuh, waay, comme ça, j’dormirais mille fois mieux, c’est clair ! Et toi ? Enfin, je me doute que la peluche tu t’en fiches, mais tes résolutions ? »

J’avais répondu sur un coup de tête, mais l’idée ne me déplaisait pourtant pas réellement. Depuis Shawn, je n’avais plus eu de peluche attitrée à qui je pouvais venir me coller la nuit pour dormir toute blottie. Les battements de cœur d’une autre personne avaient comme quelque chose d’apaisant chez moi. Et je… TAGADA !? Il a dit Tagada ? Mon regard s’ouvrit en grand alors que je sautais sur mes pieds, droite comme un piquet avant de venir m’approcher de lui et de lui tourner un peu autour.

« Me proposer un paquet de Tagada, c’est comme me demander en mariage, tu sais ! »

Je lui offrais un clin d’œil complice et prétendument plein de sous-entendus avant que je ne laisse échapper un rire amusé, hochant la tête vigoureusement.

« JE VEUX ! Donne-le-moi ! Siteplé mon Cecil d’amouuuur ~ »

Je roucoulais. J’étais donc devenu un pigeon. Oui, oui. Je roucoulais comme un oiseau parce qu’on me proposait mes friandises préférées. Quoi de plus normal ? Non en fait, tout aurait été normal à côté de ça. C’était comme si j’allais lui avouer avoir synthétisé l’huile essentielle de Tagada : totalement irréaliste. Quoi que… Il allait bien le savoir un jour, de toute manière. En attendant qu’il ne m’apporte le saint Graal, je piochais une nouvelle chouquette et terminait d’une traite mon chocolat, me léchant les babines. Ah ! Maintenant, je suis un chat !

« Maow ~ »


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Ven 5 Jan 2018 - 0:33

Les fameuses « bonnes résolutions »… Cecil n’était ni pour, ni contre (lui-même d’ailleurs n’en avait jamais vraiment prises), mais il s’agissait du premier sujet de conversation qui lui était venu à l’esprit, un sujet plutôt attendu en ce début d’année. Nelly eut soudainement l’air troublée, manquant d’avaler une bouchée de travers. Sujet sensible ? Peut-être se sentait-elle simplement prise au dépourvu. Mais elle aurait eu  es tort de s’en faire à ce sujet : ce n’était pas le guitariste qui lui chercherait des ennuis pour ça. Après avoir repris une certaine contenance, la demoiselle répondit finalement par une originalité de son style. Une peluche vivante, masculine, de taille humaine ?

- Un petit ami, quoi.

Le jeune homme n’était pas vraiment certain que c’était bien ce que son amie entendait parler. Mais de deux choses l’une : soit il tombait juste, soit cela lui permettrait de taquiner un peu Nelly. Et de son côté…

- Rien du tout. Personne ne tient jamais aucune résolution de toute manière. Je me fixe comme objectif d’avoir le moins de regrets possibles, et je me débrouille avec ça.

Pas vraiment du genre prise de tête, le Cecil. Ou plutôt, pas envie de s’embêter. Un peu flemmard, finalement, non ? Non, pas vraiment, il était tout de même capable d’être bosseur. Disons plutôt que sa motivation pouvait passer d’un extrême à l’autre suivant les sujets. Et en parlant de motivation sélective, Miss Tagada elle aussi semblait être réactive à certains mots magiques. Soudainement excitée comme une puce, elle commença à s’agiter en tous sens, déblatérant des hyperboles à tout-va.

- Une demande en mariage ? Tu es si pressée que ça de la trouver, ta peluche géante ? demanda Cecil en se levant pour se diriger vers les placards.

Farfouillant un moment avant de retrouver le paquet de bonbons, le jeune homme finit par se retourner, l’air victorieux, exhibant fièrement sa trouvaille.

- Et un paquet de Tagada, un ! Tu me laisses me servir aussi, j’espère...

Sans même attendre la réponse de Nelly, Cecil ouvrit le paquet, et se saisit d’une friandise qu’il enfourna illico dans sa bouche. Il n’allait tout de même pas attendre une permission pour entamer le paquet qu’il avait acheté ! Tout de même, il était en train de donner du sucre à son amie. Est-ce que par hasard cela ne risquait pas de contrecarrer la privation de caféine ? Cecil n’avait pas suffisamment de connaissances en biologie pour déterminer si une dose de glucose avait des effets anti-somnolents. Par acquis de conscience…

- Bon, je te le redis une dernière fois, mais une fois chez toi : tu dors. Les Tagada, ça n’est que pour les petites filles sages. Et les petites filles sages se couchent tôt. Compris ?

C’était dit sans méchanceté, mais le ton était tout de même volontairement assez ferme.  Le jeune homme avait le sentiment que Nelly risquait de ne pas essayer sérieusement de prendre du repos s’il n’insistait pas, que ce soit par insouciance ou par découragement après plusieurs tentatives ratées de siestes. Mais il savait que si on ne forçait pas à se fourrer dans un lit toutes lumières éteintes, le sommeil pouvait attendre longtemps avant de venir. Loooooooongtemps. Et ça n’était jamais bon.


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Ven 5 Jan 2018 - 12:39

« Un petit ami, quoi. »

Mais non ! Cecil n’avait rien comprit. Je grimaçais, haussant les épaules vaguement pendant que je tentais de mettre au clair les idées que j’avais en tête Non, je n’avais pas besoin d’un petit ami, juste d’une personne contre qui me blottir. C’était sensiblement différent. Il n’était même pas question d’un amant, ni même d’un coup d’un soir : juste d’une peluche. Je réfléchissais à la dernière fois où j’avais aimé quelqu’un, où j’avais eu un « petit ami ». Oh, jamais. Presque vingt années de vie et pas l’ombre d’un copain. J’encaissais plutôt bien jusqu’à aujourd’hui, j’étais même déterminée à ne pas finir ma vie entourée de renard dans une vieille maison de campagne à boire du chocolat-tagada.

Alors, il n’en prenait pas ? Il m’en parlait alors qu’il n’en prenait pas lui-même ? Je fronçais les sourcils, c’était particulièrement fourbe de sa part de poser des questions qu’il ne se posait pas à lui-même. Dans un sens, il avait raison, et j’acquiesçais lorsqu’il évoquait le fait de ne jamais les tenir. Il marquait un point, le Cecil ! Premier point de l’année, on remet les compteurs à zéro et on voit qui a eu le plus raison à la fin de cette année qui débutait à peine.

Tss, et le voici qui revenait à la charge avec son histoire de petit ami. Je lui tirais la langue, un peu comme une enfant, m’arrêtant face à lui un moment alors qu’il retournait à la cuisine chercher mon précieux. Il avait cet air fier sur le visage qui me fit pouffer de rire alors qu’il ouvrait déjà le paquet en se servant dedans sans attendre que je n’aie eu le temps de répondre à sa question. Je le regardais avec effroi, horreur, indignation, tandis qu’il engloutissait une fraise. Dans un élan d’héroïsme, je m’étais comme jetée sur lui, tentant d’attraper le paquet pour le sauver de ses dents sauvages, espérant rattraper la pauvre victime qu’il avait déjà faite. Et je m’arrêtais, à quelques centimètres de son visage, un sourire narquois ourlant mes lèvres. J’avais ce regard… Ce regard provocateur, celui qui vous donne envie de surenchérir sur ce qu’on vous a déjà dit.

« T’as de la chance d’être mon ami, Cecil. Sinon… » Je m’approchais de son oreille. « Je serais venue reprendre l’otage. »

Taquine, je croquais doucement le lobe de son oreille, saisissant le paquet au même moment et m’éloignant jusque sur le canapé en sautillant fièrement.

« Et puis d’abord, pour avoir un petit ami, il faut être amoureuse. Pis j’sais pas c’que c’est moi : l’amour et les petits amis. Alors c’pas demain la veille que ça arrivera. »

Je lui tirais la langue avant d’enfourner une Tagada. Elle avait une saveur exquise. Je me balançais doucement sur le côté, le plaisir sucré fondant sur ma langue. Ah… Les premières Tagada de l’année ont réellement une saveur particulière. Exquises. Fondantes. Adorablement sucrées. Je poussais un soupire de bonheur en tendant le paquet à Cecil pendant qu’il me parlait des Tagada comme on parle du Père Noël à des enfants.

« Oui papa ! Aller Papa, mange donc une fraise magique et arrête de raconter des bêtises ! »

Je me laissais tomber en arrière sur le canapé, regardant le plafond comme s’il s’agissait d’une âme profonde. Je soupirais.

« Dit. T’as déjà eu… peur d’une part de toi-même au point d’en venir à la détester par-dessus tout alors qu’elle prend de plus en plus de place en toi ? »

Je laissais passer quelques secondes, engloutissant encore une douceur.

« Oublie ça, laisse tomber. »


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Ven 5 Jan 2018 - 16:21

Cecil rit sous cape devant la mine renfrognée de Nelly. Aaaah, c’était tout de même amusant de l’embêter comme ça. Et puis, si elle avait assez d’énergie pour prendre la mouche sur des piques pareilles, c’est qu’elle n’était pas aussi crevée qu’il ne le pensait. Sadique, le jeune homme ? Nooooooooooon. Simplement… taquin. Voilà. Très taquin. Et en bon taquin qu’il était, il ne put résister à l’envie d’avaler tout rond la première fraise Tagada de l’année sous les yeux de son amie, non sans avoir attiré son attention au préalable, histoire d’être certain qu’elle ne manque pas le spectacle.

La réaction ne se fit pas attendre, et le guitariste eut un sourire en coin devant le visage atterré de la demoiselle. Aussi unique qu’elle pouvait être, il était des situations dans lesquelles elle se montrait cruellement prévisible. Jamais la Miss Tagada n’aurait laissé quelqu’un d’autre occire une de ses protégées sans réagir. En l’occurrence, la justicière improvisée s’était précipitée en avant vers Cecil pour tenter de l’empêcher d’agir, mais il était déjà trop tard… Elle s’empressa donc de lui rendre ses piques, œil pour œil, dent pour dent. Mais après deux verres de jus d’orange bien vitaminés, le jeune homme était parfaitement réveillé, et n’allait pas se laisser faire :

- Je prends bonne note : Étant ton ami, je peux te chiper des Tagada quand je le souhaite sans risquer de représailles.

En tout cas, la vue de Nelly dégustant sa première fraise Tagada de l’année était un spectacle au moins aussi unique que Nelly elle-même. Cecil n’aurait jamais imaginé que de la nourriture puisse avoir des tels effets sur l’expression d’un individu. De grands yeux de Bambi couplés à un sourire béat. Il y avait là quelque chose de miraculeux. Et visiblement, les effets étaient tout aussi mentaux que physiques, puisque Miss Tagada voulut soudainement partager le paquet qu’elle avait farouchement défendu quelques instants plus tôt. Tandis que Cecil se servait, Nelly s’affala dans le canapé, avant de poser une question un peu étrange. Quelques secondes de silence passèrent, avant qu’elle ne tente finalement d’éluder le sujet. Mais le guitariste répondit malgré tout.

- Oui.

Une réponse sobre. Sur un ton tout aussi sobre. Il faut dire que les questions de ce genre avaient une nette tendance à faire chuter drastiquement le taux d’enthousiasme dans l’environnement. Tels des trous noirs à bonne humeur. Se disant que cela valait le coup de développer un peu, Cecil poursuivit :

- Bon, heureusement pour moi, c’est passé. Enfin, disons plutôt que je n’ai plus peur. Donc le problème a disparu.

...Ouais. Pas hyper fourni comme développement. Mais le jeune homme ne savait pas trop ce qu’attendait Nelly. Si elle souhaitait simplement connaître son avis, ou si elle comptait parler à son tour. Dans le doute, il laissa planer le silence. Attendant qu’elle prenne la parole, ou qu’elle l’invite à continuer.


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Ven 5 Jan 2018 - 19:12

Ah, je vois. Il voulait jouer à celui qui taquine le plus l’autre. Je le sentais son air taquin, je le sentais très bien. Je commençais à y être habituée, il fallait dire. Si je m’entendais si bien avec lui, c’était certainement en partie parce que je ne prenais pas la mouche à chaque taquinerie qu’il me balançait… Et que j’avais cessé de les compter, aussi. Par contre, qu’il ait conclut qu’il soit exempté de représailles, je ne pouvais pas l’accepter. Je réfléchissais déjà à la terrible vengeance que j’allais pouvoir lui faire subir… Ah oui, quelque chose à base de chatouilles, c’était certain qu’il le regretterait après ça ! Mais c’était certainement trop prévisible venant de moi. Je réfléchissais. Ma vengeance sera terrible.

« Oui. »

C’était là tout ce que Cecil avait trouvé à répondre à la question à laquelle je ne voulais pas qu’il réponde. Mais c’était trop tard : il y avait répondu et pour le plus sobrement possible. Un oui simple, concret. Je tournais la tête vers lui, intriguée par sa réponse qu’il approfondissait doucement.

« Bon, heureusement pour moi, c’est passé. Enfin, disons plutôt que je n’ai plus peur. Donc le problème a disparu. »

Je penchais la tête, tenue par l’incompréhension de ses propos. Il avait été honnête avec moi, c’était ce que j’attendais d’un ami, d’un vrai. C’était ce don j’avais besoin… A défaut de l’être avec moi-même, j’attendais de ceux qui m’entouraient de l’être avec moi. Je me tournais, me positionnant sur le ventre, soulevant sa tête de ses bras. Je balançais mes jambes, le regard perdu. Alors, je poussais un profond soupire et je me relevais, m’arrêtant à mi-chemin entre le canapé et Cecil. Tendant une main, fermant les yeux, je laissais apparaître une partie de mes angoisses, de mes pires cauchemars.

Presque deux mètres de hauteur, noire, pointue et aiguisée. La faux que je tenais désormais n’avait rien de joyeuse. Loin d’être festive, elle inspirait plutôt la peur et la mort : j’avais l’impression d’être la faucheuse avec cette chose dans les mains. Elles tremblaient légèrement, mais il était difficile de définir clairement la cause de ces tremblements. Quant à mes yeux, ils avaient pris une couleur ressemblant à un gris foncé, tirant sur le noir.

« Quand je dors… Quand je ferme les yeux, elle apparaît. »

Ça faisait trop longtemps qu’elle apparaissait, mais récemment, c’était pire encore. C’était récurrent, ça devenait flippant.

« Elle prend le dessus… Elle… elle vient n’importe quand, n’importe comment, elle me suit partout. »

Je baissais la tête, avant de secouer la tête vigoureusement, chassant des pensées obscures et relâchant cet amas ombreux qui se dispersa pourtant bien difficilement. Alors, tandis que mes pupilles retrouvaient leur douce couleur bleutée, je me laissais lourdement tombé par terre, m’adossant sur le canapé. J’avais peur de dormir, parce que j’avais peur de ne pas me réveiller le lendemain ou de ne plus être moi-même. J’avais peur que cette magie prenne le dessus sur moi, qu’elle me change. Qu’elle fasse de moi ce que je ne suis pas. Qu’elle m’utilise. Qu’elle me bouffe.

J’esquissais un sourire en levant la tête vers mon ami.

« Haha, heureusement que ça fait déjà plusieurs années qu’elle me menace et qu’elle ne m’a encore rien fait ! J’aurai trop peur de ne plus pouvoir t’embêter. C’est teeellement plus drôle de t’embêter que de rester dans mon coin à imaginer des trucs monstrueux. »

J’eus un rire forcé. J’avais retrouvé une partie de mon sourire habituel, mes yeux avaient leur couleur normale et je cessais progressivement de trembler. Alors, je piochais dans le paquet de Tagada avant de rouler par terre comme un rouleau de printemps.

« Mais maintenant –rolrol- je suis une femme comblée par toi –rolrol- qui m’a offert un paquet de douceur –rolrol- et j’adore ça wiiiiiiii –rooooooooooool-. »

Je roulais à ses pieds, le regardant en souriant avant de m’accrocher à ses jambes.

« Dit, Cecil… Soit ma peluche ! Et j’entends bien peluche, et pas petit-ami. C’est pas que j’t’aime pas, hein. Mais pas comme ça. Pis toi non plus tu m’aimes pas comme ça. Pis t’façon j’veux pas d’un petit ami. »

J’avais un regard doucereux, des yeux provocateurs, alors que je lui soufflais quelques mots supplémentaires.

« Par contre… Pourrait y avoir des avantages en nature ~ »

Je me mis à rire, alors que je roulais à nouveau dans le sens inverse pour retrouver le paquet de sucrerie dans lequel je piochais allègrement.

« A moins que tu sois trop pure et innocent, mouhahaha. »

Je lui tirais la langue, signe d’une taquinerie bien rendue. Etais-je sérieuse ? Peut-être, peut-être pas. Consciente de ce que je disais, ça, c’était certain. Enfin… Aussi conscient que je pouvais l’être habituellement, disons… Meow~


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Ven 5 Jan 2018 - 23:10

L’atmosphère avait changé dans la pièce. Une simple phrase, et le ton badin était soudainement devenu bien plus sérieux. Hésitant un instant, Cecil avait fini par opter pour une réponse simpliste, qu’il étoffa ensuite bien que toujours de manière assez minimaliste. Incertain quant à la marche à suivre après ceci, il attendit que Nelly prenne la parole. Elle se contenta d’abord d’un long soupir pesant, brisant le silence qui s’était installé depuis peu. Puis, lentement, elle se releva, paraissant de nouveau comme épuisée, et fit lentement quelques pas vers le guitariste. Et soudainement, une grande faux apparut. Noire, menaçante, à la pointe acérée. Le jeune homme s’arrangea pour ne rien laisser paraître, mais il avait été pris par surprise. On le serait à moins : la vision n’était pas à proprement parler habituelle. D’autant que la faux n’était pas la seule étrangeté de la scène. Ce n’étaient que de petits détails, mais on pouvait tout de même déceler un léger tremblement dans les yeux de Nelly. Et sans connaître avec certitude leur couleur habituelle, Cecil aurait pu gérer que les iris de son amie n’étaient pas si sombres quelques instants auparavant.

La demoiselle eut quelques paroles au ton sombre, le visage toujours fermé. Il n’était pas bien difficile de tirer les déductions logiques des événements de ces dernières minutes. Elle avait peur de cette faux, sans aucun doute liée à sa magie. Coïncidence ? C’est exactement ce que Cecil avait en tête lorsqu’il avait répondu par l’affirmative à la question de Miss Tagada. Sa magie. Qui lui avait également fait passer de très mauvaises nuits à se triturer l’esprit. Seulement, lui n’avait dû faire face qu’à quelques cailloux mouvants, ou des plantes animées. Certainement pas à la matérialisation brutale d’une arme communément associée à la mort dans l’imaginaire populaire. Comment aurait-il réagi ? Il n’en avait pas la moindre idée… Mais dans l’immédiat, c’était Nelly qui comptait. Celle-ci finit d’ailleurs par faire disparaître l’apparition macabre, en tentant vainement de rassurer Cecil par un sourire qui se devinait forcé.

- Tu viens bien de l’invoquer et la révoquer par ta seule volonté, non ? Donc tu as tout de même un minimum de pouvoir sur elle… Je me doute que c’est pas trop facile, mais essaie de ne pas trop t’en faire. Si ça se trouve, elle ne peut pas apparaître si tu ne penses pas à elle.

C’était le coup classique, non ? Auto-persuasion, et tout le tralala… Bon, ça valait ce que ça valait. Mais le jeune homme n’avait malheureusement rien de mieux à suggérer. Lui-même était loin de suffisamment s’y connaître en magie. Pendant ce temps, Nelly avait plus ou moins retrouvé son état normal : elle était actuellement occupée à rouler par terre en dévorant des fraises Tagada. Jusqu’à ce qu’elle vienne câliner les jambes de Cecil en lui demandant officiellement qu’il devienne sa peluche attitrée. Demande qu’elle ne put évidemment pas s’empêcher de ponctuer de nouvelles piques. La partie n’avait pas l’air près d’être finie. Le serait-elle jamais ? Du moins, le jeune homme ne serait pas celui qui la terminerait :

- D’accord pour la peluche. Mais je n’accepte pas les avantages susdits de la part des non-petites-amies. Sans compter que dans ton cas, ça tiendrait presque du détournement de mineur.

…Mais c’est qu’elle en remettait en une couche.

- Tu es sûre que ce n’est pas plutôt toi qui est bien trop décoincée ?

D’un geste vif, il récupéra le paquet de Tagada qu’il tînt du bout de son bras levé, hors d’atteinte de Nelly.

- Confisqué ! Tu n’as décidément pas mérité tes sucreries aujourd’hui.

Bien sûr qu’il allait s’attirer les foudres de la Miss. Bien sûr. Et alors ? Que pensait-elle pouvoir lui faire ?


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Sam 6 Jan 2018 - 17:44

Il soulevait une idée pour le moins intéressante… Alors, je pouvais être le fond du problème ? Non… Je ne l’avais jamais imaginée, cette faux. Elle était apparue seule la première fois, pendant mon sommeil. Comme une part de moi qui s’était modélisée d’elle-même, en utilisant une autre partie de moi : ma magie. Je lui offrais une grimace, un peu hésitante. Un « mouais » visuel, peu convaincue de ce qu’il disait. Si jamais il avait raison, c’était toujours plus facile à dire qu’à mettre en œuvre. Comment ne pas penser à ce qui nous fait peur, quand même notre inconscient ne nous laisse pas le mettre de côté ?

Cecil venait d’accepter d’être ma peluche, illuminant mes yeux l’espace d’un instant. Avant que je ne les fronce à nouveau. Détournement de mineur ? Réellement ? S’il cherchait les embrouilles, il allait être servi ! Ajoutant à cela je fais que j’étais trop « décoincée », le prude Cecil me piquait mon paquet de sucrerie alors que je préparais ma réponse. D’un geste vif, il l’avait ramené vers lui et le levait à présent vers le plafond pour que je ne puisse pas l’attraper. Quant à moi, je m’étais précipitée pour lui bondir dessus et récupérer mon bien.

Non mais, réellement, pour qui il me prenait ce p’tit guitariste ? Ah ouais, sous prétexte que j’étais plus petite, plus jeune que lui, j’étais un avorton débridé qui ne méritait pas sa dose de sucre quotidienne ? C’était quoi ? Un défi ? Il fallait que je lui montre que je ne suis plus une enfant ? Ou que je ne l’ai jamais été, peut-être… ? J’avais été trop sage avec lui… Bien trop sage. Bien trop tendre. Trop amicale, oui, exactement. S’il me provoquait, il allait me trouver. J’étais loin d’être du genre à me laisser faire sans demander mon reste. C’était ainsi, c’était comme ça. C’était moi.

C’était moi, mais qui suis-je ? Dans le fond, est-ce que je ne suis pas qu’une simple fille, un peu folle, légèrement différente ? Dans le fond, je ne suis qu’une enfant seule, affreusement seule, coincée dans une solitude infinie depuis toutes ces années. Une solitude qu’une seule personne avait réussie à combler. Un état qu’il avait été le seul à me faire oublier. Mais il n’était plus là. Il n’était plus là, et moi j’étais infiniment, définitivement, seule. Les amis, c’est beau. C’est cool, ça donne la pêche. Ça te fait oublier, l’espace de quelques heures, combien tu peux être vivante. Combien tu peux compter quelque part, pour quelqu’un. Les amis te rappellent que tu peux être toi-même avec eux, qu’ils t’apprécient tel que tu es. Ils peuvent t’en vouloir. Ils peuvent te faire mal. Mais si ce sont des amis, ils resteront auprès de toi. N’était-ce pas comme ça, que ça fonctionnait ?

J’affichais un sourire en coin, déterminée à récupérer mon bien. Ah, je ne l’avais donc pas mérité. Vraiment ? Je n’avais pourtant rien fait… Eh bien, il fallait que je lui donne une raison de penser que je n’avais pas mérité ces douceurs. Je tentais d’attraper le paquet, glissant ma main le long de son bras. Il était plus grand que moi d’une dizaine de centimètres, je ne parvenais pas à toucher mon bonheur. Mes yeux se posèrent sur les siens, mon sourire s’élargissant. Il devait le sentir… Il devait sentir que je préparais quelque chose. Il devait le sentir venir, il savait que quelque chose allait lui arriver. Mon sourire laissait apparaître mes canines, alors que je venais, d’un geste rapide, lui voler un baiser.

De ma main qui n’essayait pas d’attraper mon précieux, je glissais doucement sous son t-shirt et, à l’instant même où je relâchais ses lèvres, les chatouilles fusèrent, me permettant d’attraper mon bien à nouveau et de m’enfuir avec sur le canapé en ricanant comme une vieille sorcière.

« Haha, merci bien ! C’est délicieux ! »

Mais… De quoi est-ce que je parlais, au juste ? Amusée, j’enfournais deux nouvelles fraises dans ma bouche, savourant leur saveur si exquise.


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Sam 6 Jan 2018 - 21:31

Oui, certes, il aurait pu faire attention. D’accord, il l’avait cherché. Mais tout de même, ce coup-là, Cecil ne l’avait pas vu venir. Il pensait simplement profiter d’une nouvelle hausse du moral de Nelly pour détourner une bonne fois pour toutes son attention de cette histoire de faux démoniaque, même si lui continuait à réfléchir sur le sujet dans un coin de son crâne. Alors peut-être que les taquineries et provocations n’étaient sans doute pas le meilleur moyen de se faire des alliés sur cette terre. Mais lorsque de tels procédés étaient utilisés à une fin aussi louable, ne pouvait-on pas être en droit d’espérer quelque clémence ?

Quelle que soit la réponse, Nelly ne l’entendait en tout cas pas de cette oreille. Elle avait commencé par se rapprocher du jeune homme en tendant vainement de lui reprendre le paquet de bonbons. Jusqu’ici, sa réaction restait encore dans les scénarios prévus par le guitariste. Mais lorsqu’un léger sourire apparut sur les lèvres de son amie, il ressentit une drôle d’impression. Comme une fine réminiscence d’un instinct animal perdu, qui lui criait un mot, un seul. DANGER. Un sentiment extrêmement déconcertant. Il savait qu’elle allait se venger à sa manière, qu’elle préparait un sale coup. Mais il ne savait pas quoi.

Et donc, lorsque le visage de la demoiselle s’approcha soudainement du sien, Cecil eut par réflexe un mouvement de recul qui le déséquilibra légèrement, mouvement par ailleurs bien inutile puisqu’il n’empêcha aucunement Nelly de venir doucement cueillir ses lèvres. Non, décidément, il n’avait pas vu venir ce coup-là. Mais l’attaque ne s’arrêta pas là. Dans un enchaînement digne des plus grands stratèges, elle profita aussitôt de la surprise créée par cet assaut atypique pour venir en traître chatouiller le jeune homme. Emporté par le rire incontrôlable qui s’ensuivit logiquement, il ne tarda pas à lâcher bien malgré lui le paquet de fraises Tagada, que la Miss s’empressa de récupérer pour elle avant de s’éloigner en ricanant. Cerise sur le gâteau, ses mouvements désordonnés s’ajoutant à son équilibre déjà devenu précaire, le guitariste finit bientôt par basculer en arrière, se réceptionnant durement sur le sol de son appartement. Aouch. Heureusement que ce qu’il lui restait de ses cours du judo lui avaient permis d’amortir la chute…

Il faudrait qu’il songe à proposer un pacte à Nelly : remettre les compteurs à zéro chaque jour. Si l’escalade dans la provocation continuait à cette vitesse toute l’année, il préférait ne même pas imaginer où ils en seraient dans 365 jours. Après s’être relevé, Cecil s’approcha de la table en reprenant une dernière chouquette.

- Un homme à terre ! J’ai besoin de glucides pour récupérer. Rappelle -moi de matelasser le sol la prochaine fois que je te chipe des fraises.

Joignant le geste à la parole, il se permit de piquer une nouvelle Tagada dans le paquet, avant de s’asseoir à son tour sur le canapé. Il se garda cependant bien de s’accaparer le paquet entier à nouveau. Il savait à présent que la demoiselle ne reculerait devant rien pour le récupérer.

- Et modère tes effusions vis-à-vis de tes peluches. J’ai conscience d’être exceptionnellement mignon, ainsi que d’une beauté à tomber par terre, mais les filles que je croise dans la rue se font violence pour refréner leurs ardeurs, et ce ne serait pas juste de ma part de faire du favoritisme.

Décidément, il était incapable de faire la moindre remarque sans y ajouter sa touche personnelle à base d’exagérations, de taquineries, et d’ironie, n’est-ce pas ? Incorrigible...


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Sam 6 Jan 2018 - 23:26

Avais-je gaffé ? Certainement. Ça faisait parti de moi, c'était parfois difficile de renoncer à cette partie provocatrice qui sommeillait au fond de mon être. Des fois, elle prenait le dessus. J’aimais tester les réactions, guêter les expressions. Cecil m’en avait servie une très belle. Qui aurait pensé qu’un simple baiser le conduirait à une lourde chute sur le sol ? Assise sur le canapé, je l’avais observé se relever et piocher dans le paquet une chouquette puis venir s’asseoir près de moi pour prendre quelques fraises dans le paquet.

« Désolée. C’était tentant. Met ça sur le compte de la fatigue et de l’alcool si ça te gêne. »

Il répliquait alors, me sommant de réfréner mes pulsions, m’arrachant un léger sourire amusé. Alors… il avait nombre de prétendante ? Je ne savais pas si je devais le croire, ou me laisser porter par le ton léger qu’il prenait.

« Oh, monsieur a nombres de prétendantes, alors ? Et bien, le beau gosse que tu es ne s'inquiètera pas d’en avoir une de plus. N’est-ce pas ? »

Je lui tirais la langue, venant doucement poser ma tête sur son épaule en poussant un léger soupire. Ça faisait trop longtemps que je n’avais pas eu un contact si rapproché avec quelqu’un. Si longtemps… Je ne pouvais pas dire que ça me manquait, mais pas non plus que ça ne me manquait pas. La relation privilégiée que j’avais sur les continents avait laissé un trou béant en moi. Disparue du jour au lendemain, la solitude m’avait rencontrée à nouveau. Je mangeais une fraise de plus.

« Tu ne t’es pas fait mal au moins ? Je me vois mal devoir te faire un bisou magique sur les fesses, ça ferait un peu trop enfant capricieux quand même ! »

Je rigolais, doucement, laissant mes paupières se fermer un bref instant avant qu’elles ne se rouvrent en grand. Je me redressais, regardais mon ami, et fronçait les sourcils.

« Mais si tu as autant de femmes à tes trousses, pourquoi t’es encore célibataire ? Tu… peut-être… que t’es gay, en fait ? »

Je lui tapotais l’épaule, un air sérieux fixé sur le visage.

« Ne t’en fait pas… Je ne te jugerais pas. Je t’aime comme tu es mon Cecil ! »

Je savais, je me doutais que c’était faux. Mais c’était amusant. Dans un sens, je préférais imaginer ça que de le savoir encore accro à son ex. Après tout, la possibilité qu’il la retrouve était tellement faible… que j’avais plus de chance de me marier avec Dieu sait qui. Je lui tendais le paquet de Tagada, un air compatissant sur le visage… avant de rire à nouveau.


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Dim 7 Jan 2018 - 0:25

Eh bien, quelle matinée mouvementée ! Présage d’une année intéressante ? Ou peut-être d’une année bordélique… Comme d’habitude, tout était question de point de vue. Certains voient le verre à moitié plein, d’autres le verre à moitié vide, et seuls les plus malins se demandent quel petit plaisantin a bu en cachette la moitié de leur verre. En tout cas, Nelly s’excusa pour son impulsivité, ce qui n’empêcha pas Cecil de prendre une petite revanche en la réprimandant gentiment. Et, une fois n’est pas coutume, la Miss ne put se contenir et répondit du tac au tac. À croire qu’aucun d’eux n’aurait jamais le dernier mot. Cependant, pour une fois, le guitariste laissa couler. Rien de bien spirituel ne lui venait à l’esprit dans l’immédiat, et puis il était temps de faire retomber un peu la pression.

Quelques instants passèrent, durant lesquels ils restèrent ainsi immobiles. Lui, enfoncé dans le canapé. Elle, profitant de son épaule comme d’un soutien. Seul le bruit de Nelly avalant sa fraise Tagada brisait le silence. Jusqu’à ce qu’elle s’inquiète de la chute de Cecil.

- Ça ira, merci, je suis bien rembourré. C’est le minimum qu’on puisse attendre d’une peluche.

Un nouveau silence plana pendant un moment, à nouveau rompu par la demoiselle et une exclamation soudaine des plus inattendues. Réagir à une phrase deux minutes plus tard, en interprétant sérieusement ce qui se voulait être une plaisanterie, et en tirer une conclusion de manière beaucoup trop hâtive ? Typique de Nelly. Son expression était tout aussi amusante. Le regard assuré, les sourcils froncés, elle prenait ce faux problème beaucoup trop au sérieux. Sans compter qu’elle persévérait dans l’effort ! Oui, oui, la tolérance est une bonne chose. Mais encore plus lorsqu’on en parle sans raconter de bêtises. Cecil haussa son sourcil leeeeeeeentement. Le droit, pas le gauche. Il ne savait hausser que le droit.

- Je t’ai pourtant bien dit que j’avais une petite amie sur le continent, non ? C’est bien d’avoir une cervelle, Nelly. C’est même une des caractéristiques qui font de toi un être humain. Mais c’est encore mieux de s’en servir, tu sais ?

Parfait. Détourner la conversation. La faire réagir au quart de tour pour changer discrètement de sujet. Et surtout. Surtout. Surtout ne pas y penser. Ça n’amènerait rien de bon. Sortant finalement de son débat intérieur sur la marche à suivre, le jeune homme finit par apercevoir le paquet de fraises Tagada tendu par son amie.

- Eh bien, tu m’en offres, maintenant ? Je dois vraiment avoir une tête à faire peur pour que tu te montres aussi attentionnée...

Hum… Une tête à faire peur. Le pire, c’est qu’il avait peut-être effectivement pu en faire pendant une fraction de seconde. Non, sans doute pas non plus de quoi effrayer les gens, c’était pousser l’hyperbole un peu loin. Mais la mine avait probablement été un brin sombre. Fermée. Ou peut-être même n’avait-il rien laissé paraître. Mais en tout cas, la joie n’avait pas paru non plu.


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Dim 7 Jan 2018 - 14:44

Ah, oui. J’avais oublié cette petite amie ! Nan, j’rigole, comment j’pouvais oublier ce genre de truc. Certes, j’avais la mémoire à court terme d’un poisson rouge avec Alzheimer, mais il y avait des choses qui me marquaient plus que d’autres. En outre, ce genre d’histoire à l’eau de rose, pourtant fortement écœurantes avouons-le, me restait particulièrement dans la tête sans que je n’ai la justification de « pourquoi ». Moi, moi qui n’avais jamais aimé personne, que personne n’avait aimé en retour, où la tendresse ne faisait plus parti de ma vie depuis quelques années maintenant… je m’accrochais aux histoires des autres ? Heureusement pour moi, depuis que je connaissais Cecil, il s’était fait discret sur ce sujet. Peut-être même un peu trop, pour quelqu’un qui disait avoir tant de prétendantes à ses trousses… Eh mais, il changeait de sujet, là, en réalité, non ?

Bien que son sourcil haussé avait quelque chose de très amusant, je me permettais de hausser les DEUX, oui très cher, je haussais les deux tandis qu’il me demandait si sa tête faisait si peur que ça. Je haussais les épaules, bredouillant un « un peu » bien que je ne comprenais pas en quoi il s’agissait d’une attention particulière que de lui offrir quelques-unes des pièces de mon trésor gustatif. C’était vrai que l’espace de quelques secondes, la tête qu’il tirait était particulièrement étrange. Dix pieds de long, trente-six de large, c’était le score très sympathique du « ô Dieu, ô miséricorde ! Je plonge dans d’affreux souvenirs desquels je préfère ne pas me souvenir ». Alors, je n’avais juste pas relevé. Pour une fois, je pouvais bien lui faire cette fleur, après tout. Et puis, ce n’était pas le nouvel an tous les jours.

« Bah, t’as la tête d’un gars qui a pas dormi, quoi ! Mais cherche pas, tu n’peux pas rivaliser avec moi. C’est comme dans une bataille de chatouille, j’en ressortirais toujours gagnante ! »

Je hochais la tête, sûr de moi. Bien quoi ? Il était plus chatouilleux que moi, évidemment que je gagnerais à coup sûr. Je glissais ma main dans ses cheveux que j’ébouriffais joyeusement, rigolant après mon acte diabolique pendant que je réfléchissais à ce que nous pouvions faire maintenant que le petit déjeuné était terminé.

« Dit, dit. T’as un jeu ? Ou un truc comme ça. Oh oui, jouons à quelque chose. Le temps va être affreusement long, sinon, tu sais. Ou alors tu préfères que je te laisse retourner dormir affalé sur le canapé, un filet de bave coulant le long de sa joue ? »

J’affichais un sourire en coin, le regard joueur. Bien que j’adorerais taquiner ma nouvelle peluche pendant son sommeil, j’étais plutôt d’avis que chacun se change les idées en jouant avec l’autre. Peu importait le type de jeu, d’ailleurs…


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Ven 12 Jan 2018 - 16:29

Oh, il n’avait donc rien laissé paraître de plus que sa fatigue ? Un bon point. Il est vrai que même s’il avait dû s’accorder en une nuit autant de sommeil que Nelly en une demi-semaine, la quantité de repos que Cecil avait pris restait plutôt faible, selon les standards habituels. Rien d’étonnant donc à ce qu’il affiche une tête de déterré. Heureusement, comme à son habitude, Miss Tagada se montrait d’un soutien sans égal, capable de donner aux problèmes les plus graves du jeune homme une portée toute relative, simplement en les comparant à un autre cas bien plus extrême : le sien. Même si le guitariste se serait dispensé de la remarque sur les chatouilles.

- Je ne suis pas tout à fait certain que les insomnies chroniques et le plaisir de torturer les plus faibles à l’aide de stratégies inexcusables soient des choses dont il faille te vanter à ce point.

1 partout, la balle au centre. Ce petit jeu entre eux ne finirait probablement jamais. En réponse, la demoiselle ébouriffa sans vergogne les mèches brunes de Cecil, un effort bien inutile si l’on considérait l’état habituel de sa chevelure. C’était du même ordre d’idée que de se servir des glaçons dans son soda au Pôle Sud, ou que de prendre une photo avec flash dehors, par grand soleil. Il y avait un terme en jeux vidéo pour cela : overkill. La statistique de Coiffure de Cecil était déjà nulle, une attaque visant à la baisser était plutôt superflue.

Et voilà qu’elle souhaitait jouer maintenant. Et elle lui laissait la partie la plus difficile, en plus : trouver le jeu. Bon, d’un autre côté, cela aurait été un peu plus inquiétant qu’elle connaisse déjà avec exactitude l’ensemble des jeux présents dans cet appartement. Le jeune homme se serait soudainement senti… sous observation. Aaaah… et Mademoiselle en rajoutait un peu pour ne pas prendre de retard dans leur compétition implicite. Cecil commençait à s’inquiéter.

- C’est vrai que t’es bien placée pour parler, toi qui n’as que besoin que d’un paquet de Tagada pour baver d’envie, sans même dormir.

Hahaha. Elle ne pensait tout de même pas qu’elle prendrait la tête aussi facilement ? Ceci mis à part, la politesse demanderait peut-être que le guitariste finisse par répondre à sa question.

- Normalement, je dois avoir des jeux de cartes qui traînent, mais je ne connais pas beaucoup de jeux à deux, et on ne peut pas dire que la bataille soit un challenge très passionnant. Sinon, j’ai la console. Si tu es prête à jouer à un jeu de combat dont tu ne connais pas les commandes, on peut essayer, mais j’ai peur que ça devienne rapidement à sens unique. Un petit MarioKart?

Facile à prendre en main, amusant, connu de tous, difficile de trouver un meilleur jeu pour mettre une bonne ambiance. Jusqu’à ce que des amitiés se brisent à tout jamais suite à une course se jouant à un chouïa, bien évidemment. Mais cela ne leur arriverait pas. Ils étaient grands. Des adultes responsables.



Pas vrai ?


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Mar 23 Jan 2018 - 16:59

Salut, moi c’est Nelly-Pi. On peut m’appeler Nelly aussi, si vous préférez. Moi, je m’en fou, j’ai tellement de surnoms que de toute façon, je réponds à tout et à rien. Bon aller, soyons sérieux un instant.

Oui, c’est possible venant de moi.

Il y avait chez Cecil quelque chose qui m’apaisait. Un truc un peu à part, que je ne saurais pas décrire. Un truc bien à lui. Il devait dégager une forme particulière de phéromones masculines. Et moi, jeune femelle, j’y étais particulièrement sensible. Bon d’accord, « ou pas ». En vrai, c’était plutôt qu’il était trop tentant de l’embêter. Il avait cette bouille d’enfant gâté qu’on a envie de… vous savez, de prendre par les joues et de « mougnougnougnougnou <3 ». Folle ? Barge ? Moiii ? Jamais, voyons.

Peut-être un peu.

Si, totalement.

Je ne relevais pas sa phrase concernant ma relation avec mes précieuses fraises. Venant d’un type qui avait la tête d’un mort vivant, ça n’était pas très... inquiétant.

Alors que je scrutais son visage d’ange aux cheveux bataillant, je le laissais choisir le jeu. Après tout, c’était chez lui, alors il devait trouver ! Et après m’avoir sorti dieu sait quoi sur un jeu de combat, il proposait un grand classique : le. Fameux. Mario Kart. Jeu facile, indispensable. Briseur d’amitié. Je le regardais avec un sourcil légèrement relevé, à cheval entre « je vais te bouffer » et « t’es sûr de toi ? ». Ah, Mario. Celui qui a bercé mon enfance. Qui m’a presque élevée, tout de même ! J’y jouais tellement avec des cousins, des cousines, des voisins. N’importe qui qui passait chez moi, en réalité. Prise dans un élan de nostalgie, je finissais par en sortir et faire de nouveau face à celui qui était mon ami. Pour l’instant, du moins.

« Tu vas avoir mal, Cecil. Je gagnerais plus de parties que toi, j’suis déterminée ! »

Et suite à cette déclaration enflammée, je le laissais lancer ce jeu qui allait nous occuper… je ne savais pas combien de temps mais ça allait être long, c’était certain.


****


« Cecillleuuuh. Il est déjà midi et quart, j’ai la dalle ! »

Je lâchais ma manette pour la première fois depuis… trop longtemps. J’avais les doigts engourdis, le dos en bouillis d’avoir été à ce point recourbés sur plusieurs heures. Finalement, c’était ex-aequo. Encore et toujours. Impossible de le battre… Mais je ne m’étais pas laissée faire. J’aurais pu continuer longtemps, mais je devais absolument reprendre des forces. Sinon je risquais de m’endormir au milieu d’une partie et franchement, je refusais de le laisser gagner de la sorte. Je laissais échapper un large bâillement, me levant de mon poste pour venir me resservir un verre de jus d’orange laissé sur la table du petit déjeuné.

« Chinois, ça te dit ? »

J’étais plus calme, comme vidée de mes forces. Certainement la faim qui me faisait dérailler, certainement la faim qui m’empêchait de dire des âneries. Je soupirais, cherchant en ligne les restaurants ouverts en ce jour de nouvel an et qui livraient à domicile. Ça ou autre chose, tant que ça se mangeait, hein.

« Pis si t’as pas faim c’toi qu’je bouffe. Okep !? »

J’avais un faux air menaçant, pointant ma cible du doigt. Je m’asseyais à la table, sirotant mon jus en attente de sa décision. Mais rapidement, je me perdais dans un autre monde. J’étais… absente. Loin, si loin. Alors que mon inconscient, lui, jouait avec ces ombres qui me faisaient si peur. Elles dansaient, doucement, sur la table, grossissant à mesure que les pas devenaient rythmés, s’engloutissant les unes les autres. C’était clair : le lapin au centre était d’un sadisme sans nom.


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Mer 31 Jan 2018 - 22:30

À l’instant où Cecil avait fait sa proposition, il avait pu voir Nelly se perdre un petit instant dans ses pensées avant de soudainement se ressaisir, une lueur de défi dans le regard. La bataille promettait d’être rude, la demoiselle n’avait visiblement pas l’intention de laisser le guitariste remporter une victoire contre elle. Jeux vidéo et taquineries, même combat ? Si tel était le cas, la partie allait être longue. Très longue.

* * * * * * * * * *

Que… pardon ? Midi et quart ? Le jeune homme revint brusquement à la réalité, clignant lentement des yeux pour se les reposer après avoir passé tant de temps à les écarquiller. Cela faisait près de quatre heures qu’ils jouaient. Si un biologiste passait par là, il aurait largement assez de matière à disposition pour pondre un article de recherche sur l’état larvaire chez l’être humain. Quatre heures. 240. Fucking. Minutes. Comment en étaient-ils arrivés là ? Pour un Jour de l’An, c’était plutôt pathétique. D’autant plus que tout ce temps n’avait même pas suffi à les départager. C’en était presque miraculeux. Comme poussées par une loi physique encore inconnue, les victoires s’obstinaient à aller et venir d’un camp à l’autre dans une alternance parfaite, sans jamais daigner laisser l’un deux prendre l’avantage. Sidérant.

Se reconnectant lentement à la réalité, Cecil acquiesça mollement à l’idée d’un repas chinois, avant de s’extirper péniblement du sol pour rejoindre la station debout propre aux bipèdes, et de passer commande au téléphone d’un repas pour deux personnes. Miss Tagada avait apparemment les crocs, se disant prête à dévorer l’anglais lui-même.

- Ce n’est pas en mangeant des Tagada que tu vas te faire des dents assez aiguisées pour dévorer un humain.

Pas de réponse. Il aurait dû y en avoir une. Nelly n’avait pas pour habitude de laisser le dernier mot à Cecil. Se retournant vers la table, le jeune homme aperçut la demoiselle affalée sur une chaise, le regard dans le vague, une expression d’absence sur le visage. Il s’amusa un instant de cette brusque chute de tension chez elle qui était si enflammée quelques temps plus tôt lorsqu’il s’agissait de le battre à la course, avant de remarquer l’étrange spectacle qui se donnait sur la table. Des ombres s’animaient, grandissaient, rapetissaient, dansaient, s’entrelaçaient, enflaient, dans un ballet mystérieux. Difficile de dire si Nelly était consciente de la scène qui se jouait juste sous son nez. Cependant, il était assez évident qu’elle en était à l’origine. Ces ombres n’étaient pas sans rappeler la faux qu’elle avait fait apparaître plus tôt le matin.

Hésitant d’abord quant à la marche à suivre, le londonien s’approcha finalement de son amie, lui agrippant l’épaule avant de la secouer légèrement pour tenter de la sortir de sa torpeur.

- Hey, Nelly. Ça va ? Tu as l’air ailleurs...


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 186

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Jeu 22 Fév 2018 - 19:29

Tu as l’air ailleurs…
Mes yeux reprenaient une couleur normale, me ramenant à la réalité. Je frottais mes pupilles en baillant puis je m’étirais doucement. Je réalisais seulement après que mes ombres dansaient joyeusement dans leur coin, m’obligeant à arquer un sourcil.

« Ah. »

Ah. Ça avait recommencé. Ce n’était pas la première fois que j’avais une de ces absences. Généralement, je mettais ça sur le compte de la fatigue, mais j’étais de plus en plus amenée à croire qu’il n’y avait pas que ça. Il y avait autre chose… Il y avait une autre moi.

« Ah, ouais. Ça va, t’inquiète. Tu disais quoi, du coup ? Chinois, c’est bon ? »

J’affichais un léger sourire pour le rassurer. Sa tête me faisait peur… Me regarder dans un miroir m’aurait certainement fait peur également. Je ne devais pas avoir une tête géniale pour qu’il affiche cette mine si particulière. Comme si, pour une fois, il ne savait pas ce qu’il devait faire de moi. Je reprenais mon téléphone en main et sélectionnait enfin un restaurant chinois, ouvrant la carte du son mobile et choisissant ce qui m’intéressait le plus avant de finalement tendre le terminal à mon ami.

« Choisi ! J’offre avec plaisir pour te remercier des tagada du nouvel an. »

La commande passée, je me relevais doucement avec un large sourire amusé sur le visage. Faisant face à Cecil, je désignais la petite ombre en forme de lapin qui se dandinait toujours, mais cette fois sur mon épaule.

« T’en fait pas pour ça, elles, elles sont sympa. Je les ai créées y’a longtemps maintenant. Juste qu’elles s’incrustent un peu en ce moment vu que j’perds les pédales. Bon, ok, elles sont un peu sadiques et s’entre-bouffent. Mais rien de grave, j’t’assure ! »

Je haussais les sourcils, la moue joueuse.

« Un peu… comme toi et moi ! »

Je rigolais. Un rire franc, pendant que j’engloutissais une sucrerie rose. Je saisissais les mains de Cecil avec les miennes, entrelaçant doucement nos doigts en souriant avant de le tirer doucement vers moi, gardant tout de même une certaine distance de sécurité.

« Hey, tu sais danser ? Oui ? Non ? C’est pas grave si tu sais pas. Tu vas apprendre ! »

Je riais à nouveau. Cecil qui dansait… J’adorerais voir ça. Ça devait être tellement amusant, tellement choupinet. Je n’aurais manqué ça pour rien au monde. Et après ? Après… On aura qu’à faire la sieste. Oui. La sieste. C’est une chouette idée. La sieste.


Je suis une tagada #FF456A
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 49

Carte de Jeu
Double Compte: Aucun
Deuxième Magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur
5 ★ - Spirit
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   Dim 25 Fév 2018 - 0:14

Nelly n’était visiblement pas dans son état normal. Calme, elle ? Quelques chose ne tournait pas rond, à coup sûr. La Miss était naturellement survoltée, une véritable pile électrique, une batterie à énergie infinie. Difficile d’imaginer qu’elle n’ait soudainement plus de jus. Une mise en veille volontaire ? Jamais de la vie. La demoiselle ne risquerait jamais de son plein gré de manquer une occasion de se moquer de son guitariste favori. Et pourtant, pourtant… La chimiste était bien silencieuse, tandis que les ombres prenaient vie devant elle. Inquiet, le jeune homme avait fini par la secouer gentiment, tentant de la tirer de cette étrange torpeur.

À son grand soulagement, Nelly réagit rapidement. Même s’il était clair que l’événement n’était pas aussi banal qu’elle voulait le faire croire, au vu de la vitesse avec laquelle elle tentait de l’éluder : l’étudiante saisit la première occasion possible pour changer de sujet en suggérant au guitariste de passer commande de leur repas sans plus tarder. À l’évidence, cette pseudo-transe l’avait complètement coupée de son environnement, puisqu’elle n’avait apparemment pas enregistré le fait que Cecil avait déjà téléphoné au restaurateur. Ce constat n’était pas vraiment des plus rassurant aux yeux du londonien, mais il se garda bien d’en faire étalage, préférant simplement taquiner gentiment son amie pour mieux garder un œil sur elle :

- J’ai déjà commandé, grosse maligne. Le repas est en route. Il est plus que temps de te sustenter, on dirait bien que ça manque de glucides, dans ce petit cerveau ! Et les Tagada étaient là pour rembourser le petit-déjeuner que tu as eu la gentillesse d’apporter. On est chez moi, c’est moi qui régale, compris ?

La jeune femme daigna enfin donner au guitariste un semblant d’explication au sujet de ces ombres. Enfin, pour ce que cela l’avançait… Il ne pipa mot, pour ne pas pousser trop avant un sujet que Nelly tentait d’éviter de manière assez évidente, mais son cerveau carburait à plein régime malgré le manque d’énergie pour tenter d’y comprendre quelque chose… Qu’elle ait créé ces lapinous volontairement, c’était une chose. Mais n’aurait-elle pas dû être capable de les révoquer, si elle en était à l’origine ? Et puis, est-ce que ces créations étaient véritablement censées bouger de leur volonté propre ? Questions sans réponse pour le moment, mais le jeune homme se jura mentalement de mener de plus amples recherches sur le sujet. Hors de question qu’il laisse la Miss dans cet état.

« Un peu… comme toi et moi ! »

Oh. Mademoiselle avait repris du poil de la bête, semblait-il. Enfin une bonne nouvelle. Et Nelly d’éclater de rire de bon cœur. À quel sujet ? Mystère et boule de gomme. Inutile de chercher à savoir. Tout comme cette impulsion subite qui lui fit saisir ses mains en entrelaçant leurs doigts. Ce qu’elle pouvait bien avoir en tête à cet instant, nul ne pouvait le deviner. Cecil doutait même qu’elle le sache elle-même.

Danser ? Huh. En voilà une qu’il n’avait pas vue venir. Une de plus… Trouver un moyen de se tirer de ce pétrin, et vite ! Danser, lui ? Il avait passé ses soirées du côté des musiciens, pas sur la piste de danse. Et comment voulait-elle qu’il apprenne ? Comptait-elle lui enseigner ? Le jeune homme imagina la scène un instant. Avoir Nelly comme professeur… voilà qui ne serait sans doute pas un cours banal. Cela vaudrait presque la peine de tenter le coup. Presque.

- Je refuse de faire un effort de plus avant d’avoir avalé quelque chose.

Ouf, il avait gagné un sursis. De courte durée cependant : quelques minutes plus tard, leur repas arriva. Les deux jeunes gens s’installèrent et entamèrent leur repas.

- Bon appétit !


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
Revenir en haut Aller en bas




Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Bring New Year [Cecil]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bring New Year [Cecil]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» — bring me to life
» Dreamers bring ideas, projects to post-quake Haiti
» HAPPY NEW YEAR
» We wish you a merry chrismas and !a! happy new year ♪
» Mon dieu à moi... [LIBRE Senior Year-A]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: La Ville d'Amishawa :: Lotissement "Simplicity" :: Appartement de Cecil Blake-
Sauter vers:  
Top-Sites