Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Elina VolchkevAuteur
MessageSujet: Elina Volchkev   Jeu 28 Aoû 2014 - 16:31

ELINA VOLCHKEV (♀)

5 décembre 1997 à Vladivostok • russe • homosexuelle • lycéenne (2 année) • suijin • Yayoi, de Kantai Collection


DESCRIPTION PSYCHOLOGIQUE
Le moins que l’on puisse dire d’Elina, c’est qu’elle n’est pas facile à vivre. De nature renfermée, elle n’est pas du genre à aller chercher le contact des autres. Autant dire que sa liste d’amis est très courte (et même inexistante), et qu’elle ne ressent pas le besoin de l’allonger. Non, ce ne sera pas elle qui viendra à vous, inutile d’espérer la voir faire une exception. Ce sera à vous de l’aborder, mais autant vous prévenir, ce ne sera pas chose aisée… Car elle a la fâcheuse tendance à ignorer les autres, soit parce qu’elle ne les écoute même pas, soit parce qu’elle n’a pas envie de vous parler, tout simplement. Vous risquez fort de terminer avec un monologue si l’idée de vous répondre ne lui vient pas. Il n’y aura que lorsqu’on lui dit quelque chose qui l’intéresse, où lorsqu’elle a besoin de quelque chose qu’elle aura le bon sens de dialoguer, le reste du temps une poignée de porte serait plus loquace. Un conseil toutefois : si elle vous ignore, n’insistez pas trop longtemps, car au bout d’un moment, vous la dérangerez, et dans ces cas-là, elle devient irritable. Elle aime qu’on la laisse tranquille, et beaucoup moins qu’on l’importune. Alors certes elle vous parlera, mais ce sera pour vous rembarrer direct avant de replonger dans son mutisme simulé. Si toutefois vous arrivez à entamer un dialogue avec elle, ne vous attendez pas à une conversation entre deux meilleurs amis : la plupart du temps, elle parlera d’un ton neutre, dans lequel aucun sentiment ne transparaîtra. Les seules autres alternatives n’étant pas particulièrement plus agréables : si elle a quelque chose de désagréable à vous dire, elle se montrera directe et franche, elle ne prendra pas de gants pour vous le dire, préparez-vous à vous ramassez quelques vérités en pleine face. Et si maintenant elle se trouve dans une situation où elle pourrait vous dire quelque chose de positif, elle se la jouera parfaite tsundere, refusant simplement de montrer ses véritables sentiments.

Si elle peut vous paraître antipathique, c’est tout simplement parce qu’elle ne vous fait pas confiance. Pour elle, accorder sa confiance est une chose très difficile, car elle considère tous les étrangers comme étant des ennemis potentiels. Et même si vous vous montrez amical, cela ne changera pas grand-chose. Les amis ne sont que des ennemis qui ne se sont pas encore déclarés comme tels. Aussi, il vous faudra faire preuve de patience avec elle si vous souhaitez devenir un véritable ami à ses yeux, une personne digne de confiance. Cependant, même si vous y parvenez, ne vous attendez pas à un changement radical dans son comportement. Elle se montrera certes moins hostile et plus communicative, mais elle ne deviendra pas pour autant la personne la plus extravertie que vous rencontrerez. Le plus grand changement que vous pourrez constater sera qu’elle se montrera beaucoup plus expressive.

Car en temps normal, son visage reste de marbre, ce qui fait qu’elle paraît imperturbable. Il est très difficile de deviner ce qu’elle pense, et ça l’est tout autant en ce qui concerne ses émotions. Inexpressive, voilà qui la qualifie bien. Les seules expressions qu’elle manifeste régulièrement sont la lassitude ou l’agacement, et comme ce sont en général des personnes qui en sont la source, mieux vaut éviter d’en être la cause. Il lui arrivera également de se mettre en colère, mais il faudra pour cela la pousser dans ses retranchements, car il lui en faut beaucoup avant d’atteindre ses limites. Mais si vous la mettez en confiance, elle s’ouvrira un peu plus, et le panel d’expressions que vous pourrez voir s’en trouvera agrandi. Que ce soit la mine boudeuse ou le sourire cynique, vous verrez quelques changements qu’elle ne montrera pas aux autres. Cependant, les vrais sourires, ceux chargés de joies et de bons sentiments resteront un exercice difficile pour elle, si elle s’y essaie, le résultat ressemblera davantage à une grimace. Les moments où elle se montrera le plus expressif, ce sera quand elle se trouvera dans une situation embarrassante. Mieux vaut éviter d’être témoin de ces moments-là, car elle déteste se faire surprendre. Son visage partagé entre la colère et les larmes, vous risquez fort de subir son traitement pour effacer la mémoire immédiate, qui consiste en divers sévices physiques.

Oui, n’allez pas croire qu’elle soit du genre à se laisser faire ! Bien qu’elle ne daignera pas vous faire le plaisir de réagir aux insultes et autres provocations, si vous en venez aux mains, elle rendra les coups ! Cependant, sa musculature n’étant pas son arme la plus efficace, elle préfèrera la joute verbale plutôt qu’au pugilat. Mais dans les cas où les mots feraient place aux gestes, elle se battra davantage avec son cerveau qu’avec ses poings. En effet, comme certains auront déjà pu en faire l’expérience, Elina est capable de compenser son manque de force par de redoutables stratégies. Sa grande intelligence alliée à un sang-froid à toute épreuve même dans les situations les plus délicates en font une fine stratège capable de trouver comment faire le plus de dégâts en faisant le moins d’efforts possible.

Il ne nous reste plus qu’à aborder quelques détails concernant Elina. Tout d’abord, elle est très cultivée, ayant reçu une bonne éducation dans une école prestigieuse. Mais c’est surtout grâce à l’un de ses passe-temps favoris qu’elle a considérablement accru ses connaissances. Ce passe-temps n’est autre que la lecture. En effet, Elina est un vrai rat de bibliothèque, elle lit de tout, du simple roman pour enfants aux encyclopédies abordant les thèmes les plus compliqués. Son autre passe-temps favori est le dessin. Dès qu’on lui met un crayon et un bout de papier entre les mains, elle en profite pour dessiner. Sans que son niveau soit digne des plus grands artistes, elle se débrouille néanmoins très bien pour une autodidacte. Enfin, terminons sur un détail qui a cependant toute son importance : Elina n’apprécie pas la gente masculine. Elle les considère comme des brutes obsédées par le sexe, et qui n’hésitent pas à manipuler les autres pour obtenir ce qu’ils veulent.


INFORMATIONS MAGIQUES
• Manière d'utiliser la magie : Elina peut utiliser sa magie d'une simple pensée, elle doit cependant la diriger via des gestes, elle se servira principalement de ses mains mais peut également le faire avec d'autres parties de son corps. Il arrive à sa magie de se manifester involontairement, lorsqu'elle se met en colère.
• Affinité : Elina n'a pas de sentiment particulier envers sa magie, elle la considère comme une partie d'elle-même au même titre que ses bras ou ses jambes. Elle s'en sert comme d'un outil, c'est-à-dire lorsqu'elle en a besoin.


DESCRIPTION PHYSIQUE
Elina est une jeune fille de seize ans, approchant doucement de ses dix-sept printemps. Cependant, certains la croit plus jeune de quelques années. Il est vrai que sa petite taille peut aider à induire en erreur. Elle mesure en effet un petit mètre cinquante-deux, ce qui est petit, surtout par rapport à la moyenne de son pays natal. En plus de cela, sa poitrine n’arbore pas de courbes particulièrement rebondies. En effet, la nature ne l’a doté que d’un simple bonnet A, il n’est donc pas difficile de la confondre avec une fille plus jeune qu’elle ne l’est réellement.

Cependant, pour qui sait l’observer en détail, on peut remarquer qu’il s’agit d’une adolescente. Premièrement, les traits de son visage sont d’une jeune fille et non ceux d’une fillette. Des lèvres fines, un petit nez rond, ainsi que de grands yeux bleu clair. Un charmant ensemble lui donnant un petit côté angélique. Quant à ses hanches, elles arborent les courbes caractéristiques de l’adolescence. Des détails qui peuvent échapper aux plus empressés.

Elina possède un trait physique des plus singuliers : ses cheveux. Ou plus précisément, la couleur de ceux-ci. En effet, ils sont de couleurs violet clair. Comment diable cela pouvait-il être possible ? Il se trouve qu’à l’origine, Elina était blonde, un blond clair qu’elle avait hérité de sa mère. Qu’avait-il pu se passer ? Sachez avant toute chose que sa longue chevelure n’a changée de coloris que peu de temps avant son arrivée sur Awashima. Et que ce n’était pas la décision de la jeune fille. Il s’agit en effet d’une coloration forcée, dont certains « camarades » sont à l’origine. Elle s’est pourtant surprise à apprécier cette nouvelle couleur, et a décidé de la garder.

Enfin, concluons avec le style vestimentaire d’Elina. Tout d’abord, la jeune fille est loin d’être une accro de la mode. Ses tenues sont toutes sobres, sans artifices, et cela lui convient très bien ainsi. Il faut peut-être préciser qu’elle n’a plus pu choisir ses propres toilettes elle-même depuis des années, et qu’elle se contente donc de ce qu’on a bien voulu lui donner. Mais en ce qui concerne ses préférences personnelles, les vêtements de couleurs sombres, telles que le bleu marine ou le noir, sont son premier choix, ce qui met d’ailleurs en avant sa peau pâle. Elle préfère les tenues légères, bien que celles qu’elle possède actuellement sont plutôt chaudes, à cause du rude climat dans lequel elle habitait jusqu’il y a peu. Seule la tenue avec laquelle elle est arrivée sur l’île se montre légère, il s’agit de l’uniforme de l’orphelinat d’où elle provient. Et heureusement qu’elle l’a en sa possession, car comparé aux basses températures auxquelles elle est habituée, le soleil d’Awashima aurait pu avoir raison d’elle si elle avait été vêtu de ses épaisses guêtres. Elina n’a pour seul accessoire qu’une pince à cheveux en forme de croissant de lune, seul cadeau de sa mère qu’elle possède encore à ce jour.


RACONTE NOUS SON HISTOIRE
Ce sont dans les froides landes enneigées de la Sibérie, en Russie, qu’Elina vit le jour. Alors que sa mère était femme au foyer, c’est dans les sphères de la politique que son père évoluait. En effet, bien que jeune, il avait su se faire rapidement une place au sein du gouvernement de son pays, son charisme lui ayant permis d’atteindre le poste de ministre à l’âge de seulement trente ans. Ce fut également à cette période que vit le jour son première enfant, qui n’est autre que notre jeune héroïne dont nous contons l’histoire. Bien qu’il dut régulièrement se rendre au Kremlin pour exercer son rôle de politicien, sa demeure resta fixée dans sa région natale, où résidait le reste de sa petite famille. À cause de la fonction de son père et de la distance géographique qui séparait son domicile de son lieu de travail, Elina n’eut pas beaucoup d’occasion de fréquenter ce dernier durant ses premières années de vie. Cependant, lorsqu’il rentrait à la maison, il se montrait affectueux envers sa fille, comme le serait tout père.

Les années passèrent, et Elina grandit dans une famille aux revenus plus que généreux. Vers l’âge de cinq ans, la petite famille déménagea à Moscou, pour que tous puissent être réunit, et pour échapper au rude climat de la Sibérie. En grandissant, la petite fille fréquenta une école renommée, où les enfants des grandes figures politiques et économiques se retrouvaient pour recevoir une éducation adéquate. Son père commença aussi à l’emmener à certaines soirées ou cérémonies officielles auxquels il devait se rendre, et afin de faire bonne figure, il lui fit prendre des cours particuliers d’anglais pour qu’elle puisse impressionner les invités étrangers et ainsi donner une bonne image de son père. Ainsi, en arrivant au collège, elle avait déjà un bon niveau de connaissance dans cette langue. Une vie qui avait ses avantages, mais également ses exigences. Cependant, Elina ne s’en plaignait pas, et grandissait dans des conditions dont bon nombre de fillettes du même âge ne pouvait même pas rêver. Seulement, cette vie était sur le point de basculer du tout au tout.

C’est à l’âge de douze ans que la vie telle qu’elle l’avait connue prit fin. Tout commença à cause d’un article, paru dans les plus grands quotidiens du pays. L’article décrivait comment son père avait été surpris à rentrer dans un hôtel en compagnie de deux jeunes prostituées, mineures de surcroît. Une photo, prise à la dérobée par un quelconque journaliste, prouvait les dires énoncés par écrit. Le scandale éclata. L’immunité diplomatique de son père vola en éclats, brisée par la prise en flagrant délit. Il perdit non seulement son poste de ministre, mais également son statut, et sa fortune. Il fut également poursuivi en justice pour divers motifs, et c’est à cette occasion qu’Elina découvrit toute la vérité sur son père. Les faits énoncés dans l’article n’étaient malheureusement pas les premiers dont il se rendait coupable. En effet, il semblait qu’il fréquentait fréquemment des prostituées, et ce n’était pas la première fois non plus qu’elles étaient mineures. Mais le comportement pervers de son père n’était pas le seul crime qu’on lui reprochait. Corruption, détournement de fonds, blanchiment d’argent, il était également soupçonné d’avoir organisé la disparition de plusieurs opposants politiques. La peine dont il écopa lui assura de ressortir vieux de prison, pour peu qu’il vive jusque-là.

Mais il ne fut pas le seul à subir les conséquences de ses méfaits. Oui, sa famille aussi eut droit à son lot de répercussions. Elina découvrit à quel point son père était méprisé, alors que jusque-là, elle était persuadée qu’il était apprécié. Mais la réalité était tout autre, et elle comprit que seul son statut et le pouvoir qu’il avait entre les mains étaient la cause des courbettes et autres flatteries qu’on lui offrait en large quantité. Et malheureusement, elle apprit que ce n’était pas fort différent pour elle-même… Du jour au lendemain, tous ses camarades de classe la traitèrent en paria, et même ceux qui se faisaient appeler ses amis la rejetèrent sans toute autre forme de cérémonie. Même le corps enseignant se montrait froid, ferme et injuste envers elle. Mais si sa vie scolaire était devenue une torture, sa vie à la maison relevait du cauchemar. Des lettres aux propos haineux étaient régulièrement retrouver parmi leur courrier, et parfois, des petits attroupements se rassemblaient devant leur maison, vociférant des insultes et des menaces. Lorsque cela arrivait, Elina allait se réfugier dans sa chambre, s’enfermant, se blottissant dans un coin, les genoux serrés contre elle, priant pour que la situation se termine sans autres incidents.

Malheureusement, d’autres problèmes venaient s’ajouter à ceux-là. À cause des malversations du politicien, la famille se trouva criblée de dettes. Mère et fille durent revendre la quasi-totalité de leurs biens, ne les laissant qu’avec un toit et quelques objets de premières nécessités. Mais ce ne fut pas la fin de leurs soucis financiers pour autant. Les maigres revenus de sa mère ne permettait pas de subvenir aux besoins de la famille. C’est à ce moment-là qu’Elina apprit une nouvelle vérité insoupçonnée. À cause du manque de moyens, sa mère ne pouvait plus se payer ses antidépresseurs. Bien qu’elle fut surprise d’apprendre que sa mère était sous médicament, ce fut les raisons pour lesquelles elle les prenait qui la choquèrent réellement. Son père battait sa mère, et ce depuis leur arrivée à Moscou. Elina ne comprenait pas pourquoi sa mère avait accepté cette situation toutes ces années. En plus d’être un politicien véreux, il était également un mari détestable. Il n’y avait qu’en tant que père qu’il n’avait pas tout foirer ! Et là encore, il n’avait pas excellé…

À cause de son manque de médicament, sa mère chercha le réconfort dans d’autres substances. Ainsi, elle réussit à se procurer drogues et alcool, ce qui en plus de réduire encore davantage leur confort de vie, eut un autre effet désastreux. Avec ses finances limitées, elle ne put se procurer que des produits de mauvaise qualité, et au bout de quelques semaines seulement, elle fit une overdose, laissant à sa fille le soin de découvrir son corps sans vie. N’ayant plus de parents pour s’occuper d’elle et aucune famille d’accueil n’acceptant de la prendre à sa charge, elle fut envoyée dans un obscur orphelinat, en Sibérie. Triste retour à ses racines…

L’orphelinat dans lequel elle arriva était froid et sordide, à l’image de la région. Les autres orphelins avaient l’air bien portant, mais leurs mines maussades indiquaient que ce n’était pas le lieu idéal où grandir. Si Elina avait eu l’illusion qu’ici, on ignorerait qui elle était, elle en fut pour ses frais. Son arrivée fut très mal perçue par les orphelins, qui avaient du mal à accepter une nouvelle venue, les subsides dont disposait l’orphelinat étant déjà très limités. Autant dire qu’elle fut directement cataloguée comme indésirable. Pas tellement différent de ce qu’elle vivait avant ? Au contraire ! Alors qu’avant, on faisait comme si elle n’existait pas, ou du moins que son existence ne valait pas la peine d’être reconnue, ici, on faisait très attention à elle. On la bousculait dans les couloirs, on volait ses affaires pour les cacher dans des endroits où elle n’avait que peu de chances de les retrouver, on lançait des remarques blessantes sur son passage, et bien d’autres formes de persécution. Dans un premier temps, elle subit complètement les attaques de ses nouveaux « camarades ». Leurs propos et leurs gestes l’atteignaient au plus profond de son cœur, et elle les laissait faire. Et puis un jour, elle décida de ne plus se laisser atteindre. Elle se mit à les ignorer, n’écoutant même plus ce qu’ils disaient. Et lorsqu’ils essayaient d’en venir aux mains, elle rendait les coups. Au bout d’un moment, les orphelins, voyant que leurs attaques verbales étaient devenues sans effets et que leurs attaques physiques pouvaient se retourner contre eux, diminuèrent leurs attaques contre elle. Sans jamais les stopper toutefois.

Elle passa quatre années dans cette ambiance hostile, sans qu’on ne lui accorde jamais la moindre touche de sympathie. Mais elle s’en fichait. Tant qu’on la laissait paix, elle s’en portait à merveille. Et même quand ce n’était pas le cas, elle restait de marbre. Elle passait ses journées à suivre les cours, exécuter les corvées qui lui étaient assignées, et lors de son temps libre, elle parcourait inlassablement les livres présents dans la bibliothèque ou griffonnait au dos de ses feuilles de cours. Les orphelins les plus hostiles à son égard cherchaient cependant toujours un moyen de la blesser. Ils l’accusèrent d’avoir profité du malheur des autres, lui rappelèrent sa déchéance sociale ou encore le sort de son père dont ils pensaient qu’elle méritait pareil. Une fois, ils en vinrent à lui dirent que son père était un tel pervers qu’il ne s’était probablement pas contenter de ces prostituées mineures, mais qu’il avait dut abuser d’elle aussi. L’un d’eux ponctua ses propos d’attouchements, mais comme il se retrouva avec un poignet cassé, il ne retenta pas l’exploit.

Mais vint un jour où ils franchirent un nouveau pas dans leur persécution. Bien qu’elle l’eut ignoré, ils avaient ajouté de la teinture dans son shampoing, qu’ils avaient été chiper dans l’armoire de l’un de leur surveillant. Résultat : en se lavant les cheveux ce soir-là, elle appliqua la teinture en même temps que le shampoing, transformant sa longue chevelure blonde en des cheveux dont la couleur était devenue violet clair. Elle ne s’en rendit compte que trop tard, le mal était déjà fait. Elle déboula alors furieuse à la cantine, où tous les orphelins étaient rassemblés pour le dîner. Les éclats de rire fusèrent dans tous les sens, et le petit groupe responsable se pavanait, fier d’avoir réussir à atteindre cette jeune fille d’habitude si imperturbable. Pour la première fois depuis des années, la colère la gagna. Les poings serrés, le regard posé sur le sol dans l’espoir de canaliser sa fureur, elle finit par jeter au responsable de son humiliation un regard brûlant de colère. À cet instant précis, toutes les cruches d’eau sur les tables explosèrent, leur contenu s’étant inexplicablement transformé en glace. Mais la cause de ce phénomène leur sauta tous aux yeux : c’était Elina qui l’avait provoqué. Comment ? Ils l’ignoraient. Elle aussi d’ailleurs. Cependant, il était clair que cela pouvait se reproduire, dès lors, plus personne n’osa venir lui chercher querelle. Elina, elle, avait enfin obtenu la seule chose qu’elle désirait depuis son arrivée : la paix.

Deux mois passèrent, pendant lesquels Elina chercha à développer son don. Elle comprit qu’elle était capable de manipuler l’eau et de modifier son état. Et bien qu’elle n’ait jamais utilisé son pouvoir contre les orphelins, tous l’évitait de peur qu’elle le fasse. Ils la surnommèrent d’ailleurs « la sorcière de glace », comme si elle était une sorte de créature issue d’un monde magique. Elle finit aussi par s’habituer à la nouvelle couleur qu’arborait ses cheveux, et finit même par l’apprécier. D’autant plus qu’elle était parfaitement adaptée à son nouveau surnom !

Et puis un jour, elle se réveilla sur une île, sortant d’un sac en tissu dans lequel elle ne se souvenait pas être rentrée. Dans un premier temps, elle se dit qu’il s’agissait d’une nouvelle attaque de ses « camarades », mais elle ne voyait pas comment ils auraient réussi à la faire sortir du pays. Car les environs ne ressemblaient en rien à la Russie qu’elle connaissait ! L’idée d’un enlèvement en échange d’une rançon lui traversa l’esprit, mais elle doutait fort qu’il existe une seule personne assez stupide que pour espérer obtenir quelque chose en échange d’elle. Une vengeance ? Possible, mais alors pourquoi est-ce qu’elle avait toutes ses affaires avec elle ? Heureusement, elle n’eut pas à se torturer les méninges trop longtemps, car des personnes habillées en noir vinrent lui remettre une lettre lui expliquant vaguement les raisons de sa présence. En gros, elle avait été enlevée à cause de ses pouvoirs, et on attendait d’elle qu’elle reste là sans broncher. Pour une fois, on s’en prenait à elle pour quelque chose qui lui était propre, et non à cause de son père. Pour peu, elle en aurait été ravie… si elle ne se trouvait pas sur une sorte de prison. Elle posa quelques questions aux personnes l’entourant, notamment sur la signification du terme « descendant », mais elle n’arriva pas à arracher la moindre réponse à ses ravisseurs. Si elle voulait des réponses, elle allait devoir les découvrir seule, en parcourant les terres de sa nouvelle demeure.


DERRIERE L'ECRAN
• On m'appelle : Quentin
• J'ai : 24 ans
• J'ai connu le forum grâce à : Helen Brendan (Emily Pybirth)
• Je pense que le forum est : intéressant
• J'ai trouvé le "Passe-Partout" : #Jessy valide !
• J'aimerai ajouter que : //



(c) Himitsu no Kii - Awashima


La sorcière de glace

Elina's theme


Infos supp':
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/08/2014
Occupation : Kami
Sexualité : Homosexuelle
Messages : 1241

Carte de Jeu
Familiers: Fenrir
Deuxième magie: Kagutsuchi

Voir le profil de l'utilisateur

▲ Kami ▼


MessageSujet: Re: Elina Volchkev   Jeu 28 Aoû 2014 - 17:05

Bonjour et bienvenue mademoiselle :3
Merci pour ton inscription ♪

Tu es validée, amuses toi bien sur le forum !
Jess.


Couleur : #F99271 - Modération : #8FCF3C


avatar


Féminin Date d'inscription : 15/08/2014
Occupation : Etudes d'informatique | Barmaid
Sexualité : Kuraisexuelle
Messages : 2108

Carte de Jeu
Familiers: Raitei {chien de foudre}
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


 

Elina Volchkev

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Elina a 1 an !!!
» Elena de Sotomayor
» Astrid-Elina ♪ pousse toi de mon soleil tu fais eclipse avec ton gros cul.
» [TERMINE] Comment faire les commères en deux leçons [PV Elina Holden]
» Un lien avec Elina Holden la magnifique Roi des nouilles !! (oui, j'ai bien dis roi)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: Gestion de personnage :: Bureau des arrivées :: Dossiers validés-
TOP