Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]Auteur
MessageSujet: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   Ven 29 Sep 2017 - 18:02

Douce nuit, ô douce nuit. Non, les douces nuits étaient terminées depuis longtemps maintenant. Rares étaient celles que je terminais, où je dormais plus de trois ou quatre heures. Je vivais dans un constant état de zombification avancé et l’anticerne était devenu mon meilleur ami. Ce matin, j’avais comme d’habitude trébuché sur les vêtements qui jonchaient le sol et que je n’avais aucune envie de ranger. Non, non… Une maison propre, ça ne me ressemblait pas !

L’eau bien chaude de la douche coulait sur ma peau blanchâtre. Impossible de me défaire de ce teint pâle, même en ayant essayé tout l’été de prendre quelques couleurs. Oh, bien sûr, j’avais profité de la plage, de quelques camarades… L’eau était bonne, les crabes aussi d’ailleurs… ALORS POURQUOI BORDEL ? POURQUOI J’ETAIS ENCORE BLANCHE COMME UN CUL ?

Mes longs cheveux roses chatouillaient mon dos. Je prenais le soin de les sécher, puis de les démêler et enfin d’accessoirisé le tout d’un nœud rose à pois noirs. Alors, je sortais de la salle de bain et j’ouvrais l’armoire… Peut-être que je devrais la ranger un jour, histoire que tout ne me tombe pas des-… Trop tard. La pile de vêtement me tombait dessus sans crier gare et sans que je n’ai le temps de riposter. AH ! Je me vengerais, c’était certain, j’allais le faire. J’imaginais déjà un plan diabolique à mettre en place, mes neurones étaient en act-oh, ma jolie robe de mi-saison ! Parfait pour la température qu’il faisait à l’extérieur. Un collant noir, des bottines toutes mignonnes et ma petite cape sur les épaules, j’étais enfin prête à sortir. Alors, j’avais saisis les clés de l’appartement, mon sac de cours et hop, je m’étais envolée pour de nouvelles aventures.


Il devait être dix heures lorsque j’avais passé la porte de la bibliothèque avec un groupe de camarade. C’était l’heure de… ‘fin vous savez, d’étudier, là. Cette chose infâme… La chimie, c’est à l’odeur, au goût, à la vue ! Mais on m’obligeait à apprendre ces formules que je comprenais étrangement beaucoup mieux que celles de maths. Allez savoir pourquoi… « La passion » qu’ils disaient. « La passion » … Les fruits de la passion, j’avoue, c’est pas mal niveau goût.

« Hey Nelly… Nelly !? »
« Hm ? »

Je relevais la tête, quittant ma lecture qui n’avait rien à voir avec ces foutues cours de chimie pour prêter une oreille à ma voisine de table.

« Tu vois le type là-bas ? »
Je hochais la tête.
« Cap d’aller lui causer ? »

J’arquais un sourcil. Ah, elles, elles ne me connaissaient pas. C’étaient des nouvelles encore, des p’tites newbies arrivées il y avait à peine un mois. Déjà, elle pouffait de rire. Ça m’énervait. Je détestais qu’on pouffe de rire. Encore plus sur ce genre de chose. Car les gens pensaient que parce que je porte de rose, j’étais une distraction. Hein ? On me souffle que je raconte des conneries… Un sourire se dessina sur mon visage en entendant l’une fondre littéralement sur le type en question. Je posais alors mon regard sur lui. Moui. Mignon. Mais ça s’arrêtait là. Pourtant, dans un esprit de contradiction total et pour faire rager les pisseuses à mes côtés, je me levais enfin et me dirigeait doucement vers lui. Je m’assieds sur la chaise en face de la sienne, l’observant, tentant de le détailler. Non, vraiment, je ne comprenais pas ce qu’elles lui trouvaient…

« Hm… Salut ! J’suis venue ici à cause d’un « cap ou pas cap » un peu idiot venant de deux pisseuses qui ne me connaissent pas. Tu es libre de m’ignorer ou de-ôôôôh, tu lis quoi ? ça a l’air fun ! »


Je suis une tagada #FF456A
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 146


Voir le profil de l'utilisateur

4 ★ - Control


MessageSujet: Re: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   Mar 3 Oct 2017 - 13:41

Déjà plusieurs mois que Cecil était arrivé sur cette île, et le changement ne l’avait manifestement pas rendu plus assidu aux cours. Il continuait de pointer le bout de son nez de temps en temps pour s’assurer qu’il était toujours capable de suivre, mais la plupart du temps, les ressources mises à disposition en ligne par l’université étaient suffisantes pour qu’il puisse rester au fait de l’idée générale des cours et passer ses examens sereinement. Bien sûr, ce n’était pas ainsi qu’il obtiendrait des mentions appréciables, mais puisqu’il comptait gagner sa vie en jouant de la musique, ce n’était pas la qualité de ses diplômes qui lui importait. Une simple issue de secours, rien de plus, voilà ce que cette paperasse valait à ces yeux.

Pour autant, Cecil était loin d’être absent du campus. Il évitait simplement de se trouver dans les salles de cours. Mais puisqu’il avait accès à tous les équipements de l’université de par son inscription, il aurait été dommage de ne pas en profiter ! Il n’était donc pas rare de croiser le jeune brun, sa casquette sur la tête, en train de déambuler dans les couloirs à la recherche d’une salle de musique ou en train de se défouler au gymnase.

En l’occurrence, le jeune homme se trouvait à la bibliothèque, en train de feuilleter un livre qui avait attiré son regard dans les rayonnages. Après un rapide parcours, l’ouvrage semblait prometteur, et Cecil prévoyait déjà de l’emprunter pour le ramener chez lui, non sans l’avoir d’abord lu en entier une première fois ici-même. Le guitariste venait de prendre cette résolution et s’apprêtait à entamer sa lecture, lorsqu’une jeune fille entra dans son champ de vision, s’asseyant sur la chaise en face de lui. Rose. C’était le premier mot qui venait à l’esprit en la regardant. Elle resta silencieuse un instant, ne semblant pas plus vouloir engager la conversation que sortir ses affaires pour vaquer à ses propres occupations. Considérant que cette inconnue pouvait bien s’asseoir où elle voulait, Cecil reposa ses yeux sur les lignes de son livre, lorsque la jeune fille prit finalement la parole, expliquant pourquoi elle était venue lui parler. Une obscure histoire de pari, semblait-il. Poussant probablement le zèle un peu loin par rapport aux enjeux de son défi, la fraise tagada ambulante prolongea la conversation en interrogeant Cecil sur le livre qu’il tentait justement de lire.

D’abord interloqué par le soudain changement d’intonation dans la voix de l’inconnue, Cecil arqua un sourcil tout en affichant un sourire amusé. Une telle spontanéité avait de quoi impressionner, mais ça n’était pas pour lui déplaire. Refermant son livre, il en tourna la couverture vers son interlocutrice : Riffs et solos : travailler ses enchaînements. Le guitariste était loin d’être un débutant, et pourtant la clarté de l’ouvrage et la pertinence des entraînements proposés l’avaient marqué. Lire ce livre ne pourrait que le faire s’améliorer.

- Pas sûr que ça t’intéresse, à moins que tu ne joues de la guitare. C’est juste un bouquin d’exercices et d’astuces pour s’entraîner. Alors comme ça, c’est ton truc de répondre à tous les défis que te lancent les inconnus ? Et quel est ton nom, Mademoiselle « Cap’ ou pas cap’ » ?

Cecil n’était pas véritablement du genre à apprécier d’être dérangé en pleine lecture, mais cette fille avait piqué sa curiosité. Pour passer en une demi-seconde d’une attitude blasée à excitée, elle ne devait pas être du genre à se prendre la tête. On aurait presque l’impression qu’elle pensait à voix haute. Le personnage était pour le moins… intéressant.


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 20


Voir le profil de l'utilisateur

2 ★ - Multiple


MessageSujet: Re: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   Lun 9 Oct 2017 - 13:05

Il avait arqué un sourcil ! J’étais contente d’avoir provoqué une réaction chez cet homme qui ne semblait pas vouloir m’en donner. Ça avait suffis à me faire sourire comme une gosse qui regarde un hamster courir dans une roue. Rien de passionnant, avouons-le, mais ça restait sacrément fun ! Il avait refermé son livre pour me montrer la couverture. Un bouquin sur la guitare, visiblement. J’ouvrais de grands yeux, intriguée par cette lecture mais aussi par le personnage à mes côtés. Un guitariste, donc ?

« Pas sûr que ça t’intéresse, à moins que tu ne joues de la guitare. C’est juste un bouquin d’exercices et d’astuces pour s’entraîner. Alors comme ça, c’est ton truc de répondre à tous les défis que te lancent les inconnus ? Et quel est ton nom, Mademoiselle « Cap’ ou pas cap’ » ? »

Oh !! Mais il sait parler ! J’en restais bouche-bée. Ou pas, en fait. Je doutais fortement de sa capacité à être muet. A moins de l’être depuis bien longtemps, personne encore n’avait résisté à mon charme légendaire et surtout pas à mes conneries, en réalité.

« J’avoue que je suis plutôt batterie que guitare. Ça défoule tellement plus ! »

J’imageais mes propos avec des gestes, comme si je tapais sur une cymbale. Je lui souriais ensuite, hochant la tête.

« Faut bien passer le temps. On s’fait un peu chier ici quand même… Alors ouep, j’ai tendance à répondre un peu à tous les défis qu’on me lance. Ça rend mes journées moins chiantes. Je suis Nelly-Pi. Mais Nelly, ça suffit. Et toi, monsieur le guitariste solitaire ? »

N’avais-je pas raison ? Il était visiblement guitariste et solitaire. Eh bien voilà, ne cherchez pas à me contredire : j’avais raison et c’était un guitariste solitaire. Mais maintenant, j’étais venue pour l’embêter un peu. Je n’avais pas forcément envie de continuer à lire ou d’apprendre des formules qui étaient loin de m’intéresser. Vous parlez quand même à celle qui a synthétisé l’huile essentielle de Tagada ! J’avais comme besoin d’un vrai défi, un truc à me mettre sous la dent… Un truc pour me motiver. Mais ça, je ne l’avais pas encore trouvé. Certainement que j’irai voir Terrence plus tard si jamais l’ennui continuait d’être au beau fixe. Pour le moment, je décidais de continuer la conversation avec cet inconnu. Mes pupilles l’observaient attentivement. Finalement, ses yeux marrons et ses cheveux en bataille lui donnaient un certain charme… Mais il était hors de question que j’admette qu’il était mignon.

« Eh, monsieur Guitare, tu sèches ? C’est assez rare de trouver du monde ici à cette heure. T’étudies quoi ? En quelle année ? Eh, eh ! ça fait longtemps que tu joues ? Tu joues quoi ? T’aimes les Tagada ou tu préfères les Dragibus ? »

Si j’étais un renard, on pourrait certainement voir ma queue remuer dans tous les sens à l’heure actuelle. J’étais vraiment comme une enfant, prête à partir à l’aventure et à découvrir de nouvelles personnalités. Oui, tout ça, juste pour passer le temps.


Je suis une tagada #FF456A
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 146


Voir le profil de l'utilisateur

4 ★ - Control


MessageSujet: Re: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   Ven 13 Oct 2017 - 20:34

À mesure que le jeune homme répondait à la perturbatrice, celle-ci voyait son expression changer, passant de la joie à une apparente surprise. On aurait presque pu penser qu’elle s’attendait à ne jamais recevoir de réponse. Mais quitte à abandonner sa lecture, Cecil avait bien d’entretenir la conversation. Cette fille avait fait l’effort d’entamer une conversation avec un inconnu, simplement par jeu d’abord, mais semblait finalement s’entêter à vouloir mener une discussion en bonne et due forme, comme sur un coup de tête. Le personnage avait de quoi attirer l’attention. Et son apparence n’était pas en reste : tout aussi haute en couleurs.

En tout cas, la nouvelle venue ne manquait pas de culot ! Oser lui dire en face qu’elle préférait un autre instrument que la guitare... Vraiment, on en avait écartelés pour moins que ça. Plus sérieusement, Cecil n’était pas du genre à s’agacer pour si peu, mais une déclaration pareille juste après qu’il lui ait montré un livre traitant de la guitare ? Il était difficile de ne pas y voir un semblant de provocation. Il était du devoir de l’étudiant de défendre fièrement le plus beau loisir du monde !

- Ça défoule « tellement plus » ?  Reviens donc me dire ça quand tu auras fait quelques solos de Led Zeppelin, AC/DC, ou Iron Maiden, OK ?

Et, visiblement fière d’elle, Nelly-Pi (puisque c’était son nom) reconnut d’un air guilleret répondre à tout défi, avant de demander à son tour son prénom au jeune guitariste. … Et pas seulement son nom, d’ailleurs. Une avalanche de questions s’abattit sur l’infortuné étudiant qui ne s’attendait pas à une telle effervescence de la part de son interlocutrice, encore qu’il aurait pu s’en douter au vu de son attitude jusque là.

- Eh bien, voilà qui fait beaucoup de questions ! répondit le jeune homme, de plus en plus amusé. Le Monsieur Guitare s’appelle Cecil. Il est étudiant en musique, et joue effectivement depuis un temps plutôt raisonnable. Surtout de la guitare électrique, en fait. Et par curiosité, qu’est-ce que tu compterais faire si j’étais effectivement en train de sécher ?

Le fait est que, pour une fois, il n’avait vraiment pas cours. Mais mine de rien, au vu de sa conduite générale, elle tombait juste. Apparemment, son caractère expansif n’empêchait pas Nelly d’être attentive.

- Oh, et pour ces histoires de bonbons… Rien ne vaut le chocolat.

Cecil se doutait bien que si Nelly lui posait cette question, c’est qu’elle devait elle-même avoir sa préférence et voulait probablement vérifier son bon goût. Mais, eh ! C’était elle qui l’avait provoqué la première à placer la batterie au-dessus de la guitare ! Et puis, il fallait bien lui apporter un peu de résistance. Le brun avait le sentiment que si on la laissait faire, la jeune fille pourrait facilement partir loin. Trèèèèès loin…


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 20


Voir le profil de l'utilisateur

2 ★ - Multiple


MessageSujet: Re: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   Sam 14 Oct 2017 - 17:02

Oh, il semblerait que j’ai piqué là où il ne fallait pas. Ce fervent défenseur de la guitare n’avait pas aimé ma remarque. Mais sa réaction n’eut d’autre effet que tu me faire rire. Un rire franc. J’adorais déjà ce type. C’était un passionné et ça se voyait, ça se ressentait. Il s’était enflammé pour presque rien, défendait ses idées avec ardeur. Ah… C’était rafraichissant de parler avec lui. J’avouais ne pas être sur la défensive. Il était tout sauf méchant. Je pouvais le sentir, le voir dans ses yeux, dans ses gestes. Après tout, il avait aussi l’air amusé par la situation. Oui, bon, c’était vrai : ce n’était pas tous les jours qu’une tarée habillée en rose venait bous aborder pour rien. Mais au moins, ça avait le mérite d’être original !

Il s’appelait Cecil. Un prénom que je savais féminin, mais jamais encore je n’avais croisé de version masculine de celui-ci. J’avais déjà appris quelques choses sur lui : son prénom, qu’il aimait la guitare et le chocolat. Oh, et bien… C’était mon pire ennemi ! Mouhahaha ! Non, c’était une blague, bien sûr. J’aimais beaucoup le chocolat, mais inutile de débattre là-dessus : les Tagada restaient très haut placer dans mon petit cœur de guimauve sucrée. Je l’observais un court instant de mes pupilles bleutées avant de lui répondre.

« Le chocolat… Ma foi, t’es bien placé dans le classement des douceurs ! »

Je lui souriais, amusée.

« Ravie de faire ta connaissance, Cecil. Si tu étais en train de sécher, je t’emmènerais en promenade dans les bois pour te fouetter ! »

Je prenais un air sérieux. Faussement sérieux… Je ne savais pas l’être, après tout. Je prenais un crayon et entamait un croquis qui n’avait ni queue ni tête. Mes capacités en dessin étaient très limitées, mais j’adorais gribouiller pour passer le temps. Ça me permettait souvent de me concentrer, et dieu sait à quel point j’avais du mal à me concentrer des fois.

« Enfin, je ne fouette personne. Le fouet n’est mon arme préférée qu’en cuisine. C’est assez difficile de fouetter quelqu’un avec un fouet de cuisine. »

Distraitement, je lui offrais un visage interrogateur. J’imaginais, du moins, que c’était difficile de fouetter quelqu’un. Ce n’était pas comme si j’avais déjà essayé… Non, non. Loin de moi cette idée. Je savais que c’était stupide et impossible. Mais j’essaierais un jour, quand même. Histoire de confirmer l’hypothèse. On ne sait jamais, n’est-ce pas ? Je rangeais mon sadisme dans mon sac pour faire face à nouveau à Cecil.

« T’es de quelle catégorie, magiquement parlant ? »

J’étais curieuse, ce n’était pas nouveau. Il fallait que je passe le temps. On s’ennuyait comme un rat mort ici.

« Peut-être qu’on devrait… Se battre ! Oh oui, une bataille de chatouilles ! T’es chatouilleux ? »


Je suis une tagada #FF456A
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 146


Voir le profil de l'utilisateur

4 ★ - Control


MessageSujet: Re: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   Sam 21 Oct 2017 - 17:41

Loin de gêner Nelly, la défense immédiate de Cecil envers la guitare l’avait fait éclater d’un rire retentissant. Soit elle avait compris que le jeune homme n’était que faussement indigné, soit elle se moquait tout simplement de lui. Le guitariste penchait plutôt pour la première possibilité. La jeune fille ne lui paraissait pas vraiment capable de méchanceté gratuite, et semblait plutôt du genre à ne pas se prendre la tête. Une fois les présentations faites, elle répondit à sa question, déclarant tout de go qu’en cas d’école buissonnière elle se verrait contrainte de le fouetter. Rien que ça ? Elle semblait sérieuse, en plus.

Enfin, jusqu’à ce qu’elle commence à gribouiller distraitement sur une feuille qui traînait là. Difficile pour Cecil de déterminer ce que l’œuvre était censée représenter. Lui n’y voyait qu’un enchevêtrement improbable de lignes, sans logique apparente. Et la demoiselle en rose de continuer dans son histoire, expliquant le plus sérieusement du monde qu’elle ne songeait pas vraiment à le fouetter, parce que visiblement, c’était "assez difficile de fouetter quelqu’un avec un fouet de cuisine".
Cecil partit d’un grand éclat de rire. Nelly n’avait pas décidément pas mis longtemps à faire sombrer dans une complète anarchie cette conversation à peine démarrée. Jusque-là, cela lui plaisait. Visiblement, il ne risquait pas de s’ennuyer pendant les prochaines minutes.

- Toi, tu m’as l’air du genre à voir le monde comme tu en as envie et pas autrement, non ? C’est cool !

Il était sincère. Au vu du premier contact, Nelly était probablement… assez unique en son genre. Le moins que l’on pouvait dire était qu’elle ne se formalisait sans doute pas des opinions des autres. Le guitariste appréciait les esprits libres tels que celui-ci, cela changeait un peu de l’étudiant moyen dont les goûts restent toujours prévisibles à mesure qu’ils suivent l’air du temps. Nelly sortit alors de la rêverie dans laquelle elle s’était plongée à l’issue de son petit exposé sur les fouets de cuisine et demanda à Cecil de lui parler de sa magie. Le jeune homme réfléchit un instant au nom de sa catégorie. Il se rappelait confusément qu’il était assez long, mais hormis cela… Les langues étrangères n’étaient pas son fort, il y était assez moyen. Comme partout, finalement, n’est-ce pas ? À l’exception de la guitare, évidemment.

- Je suis désolé, je n’ai pas vraiment pris la peine de retenir le nom de toutes ces catégories. Mais pour la faire simple, je suis affilié aux plantes et aux pierres. Je dois dire que je trouve bizarre qu’un même pouvoir puisse influencer des êtres vivants et des choses inertes, mais visiblement c’est comme ça.

Il était difficile au musicien d’être plus explicite que ça. Il faisait régulièrement l’essai de ses pouvoirs, par curiosité, ou ne serait-ce que parce que sa musique semblait avoir une influence dessus, mais il n’obtenait jamais de résultats beaucoup plus probants qu’auparavant. Faire pousser sa plante verte : wow, quel exploit ! Voilà qui allait lui être d’une utilité renversante au quotidien ! Plus sérieusement, il aurait peut-être pu s’attarder sur le fait que sa magie semblait se déclencher grâce à cette musique (ce qui ne l’empêchait pas de jouer sans faire bouger tous les cailloux autour de lui, heureusement), mais il craignait d’être pris pour un cinglé. …À la réflexion, l’anecdote plairait peut-être à Nelly. Mais avant que Cecil n’ait le temps de décider de lui en parler, celle-ci le prit par surprise en lui suggérant une bataille de chatouilles.

Euh… des chatouilles ? Oh oui, Cecil était chatouilleux. Très. Et il n’était pas certain d’avoir en vie d’entrer en guerre sur le champ. Révéler un point faible pareil à une inconnue ? Jamais ! Il lui fallait trouver une échappatoire.

- J’ai peur que ce ne soit pas l’endroit idéal pour ça. Ça reste une bibliothèque, on est censés être silencieux. Alors même si les bavardages sont tolérés, je ne suis pas sûr que mettre un bazar pareil soit une bonne idée…

Ouf, sauvé ! Quelle riche idée il venait d’avoir. L’étudiant craignait cependant que Nelly-Pi ne se montre bornée et ne l’entende pas de cette manière. C’est qu’elle avait l’air d’y tenir, à cette bataille de chatouilles ! S’il pouvait détourner son attention…

- Et toi, sur le plan magique, tu te situes où ?

Plutôt normal qu’il pose la question en retour, non ? Avec un peu de chance, Nelly oublierait cette histoire de chatouilles le temps de répondre à la question. Avec un esprit comme le sien, il était difficile de savoir…


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 20


Voir le profil de l'utilisateur

2 ★ - Multiple


MessageSujet: Re: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   Lun 30 Oct 2017 - 10:37

Il devait me prendre pour une folle. C’était sûr… Et il avait bien raison, en fait. J’étais un peu bête, parfois. Je le faisais tantôt exprès, tantôt pas… En réalité, j’étais une variable aléatoire qu’on redécouvrait à chaque exécution du programme. Le programme « Nelly-Pi » était un des plus complexes que j’avais pu rencontrer. Comment ça, je ne peux pas me juger complexe moi-même ? Ne suis-je pas la plus à même de le faire, justement ? Personne ne me connaissait mieux que moi je me connaissais… En vrai, même moi j’avais du mal à me connaître. Vous suivez ?

Cecil avait raison, alors j’avais hoché la tête en souriant. Un monde rose était bien plus amusant que ce monde terne et triste dans lequel on était maintenant. Pourtant, le « c’est cool ! » en fin de phrase appuya sur mon sourire que j’agrandissais. Lui aussi, il était cool ! A ne pas se poser trop de question, c’est comme ça que c’était le mieux. Je l’écoutais alors me répondre au sujet de sa magie, me laissant à rêver de ce dont il me parlait. Il était donc affilié aux Saruta-Hiko. C’est vrai que c’était un des noms les plus longs pour définir ces différentes magies. Je l’écoutais en hochant la tête comme pour marquer son intonation, balançant mes pieds sur ma chaise pour marquer mon attention.

Lorsqu’il semblait s’être perdu dans ses pensées, j’avais suggéré une attaque de chatouille. C’est vrai, quoi ! C’est tellement bien les chatouilles… et puis, j’sais pas, il m’avait l’air d’y être très sensible ce petit homme. J’avais comme un sixième sens pour ça… Non, attendez, le sixième est déjà pris. Disons septième sens ! Oui, j’avais un septième sens pour repérer les gens chatouilleux. Etrangement, c’étaient surtout des hommes qui l’étaient… Amusant, quand on pense à quel point ils sont fiers de leur virilité. Pourtant, Cecil ne semblait pas prêt à abdiquer et repoussa mes avances d’un revers de la main, m’envoyant au tapis à coup de « nous sommes dans une bibliothèque, il ne faut pas faire de bruit ». ARGH ! Le silence… Un de mes points faibles les plus tenaces. Mais… je l’aurais ! J’en étais certaine !

ET BOOM ! Touchée en plein cœur. Question mortelle. Pourquoi j’avais abordé le sujet de la magie, déjà ? Stupide curiosité ! J’aurais dû la ranger au placard, aaaah oui, j’aurais dû ! Je semblais me calmer soudainement, mes jambes arrêtant de courir dans le vide. Je plongeais mon regard dans mon dessin, perdant de l’éclat que j’avais habituellement. Je promenais mes doigts sur la feuille, faisant marcher mon index et mon annulaire sur le dessin gribouillé rapidement. Alors que je leur faisais effectuer un saut signe d’un athlète olympique, une petite forme noire sortit du dessin. Un petit lapin, certes avec un gros derrière mais je n’ai jamais réussi à calibrer le derrière de ces lapins, venait de naître de ce qu’on pouvait penser être la feuille gribouillée. En réalité, c’était juste de mon imagination qu’il sortait.

« Je suis maitresse des ombres. Et elles font mal ! »

Comme pour appuyer mes propos, le petit être noir venait d’envoyer un high kick dans la main de Cecil. Bon, pas de panique, hein ! Cette chose fait cinq centimètres de hauteur, c’était pas comme si elle pouvait lui faire mal ! C’était plutôt un prétexte pour montrer que c’était solide. En gros, c’était doux… mais ça pouvait faire mal. Oui, comme moi. J’avais pris un faux air terrifiant en indiquant qu’elles faisaient mal. Je souriais à présent, me levant et disparaissant un instant derrière une étagère. J’étais revenue rapidement avec un livre de cuisine. Je m’installais à nouveau à côté de lui et feuilletais le bouquin en chantonnant.

« Donne-moi des idées ! Qu’est-ce que tu aimes manger, hein ? J’ai faim ! J’veux du sucré ! »

Je marmonnais.

« Des cookies ? non… Non y’en a déjà plein à la maison… hm… brownie ? Fondant ? Ah… difficile de choisir… »

Me tournant vers Cecil, je lui offrais un sourire déterminé.

« Guide moi dans cette quête et je t’offre une partie du butin ! »


Je suis une tagada #FF456A
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 146


Voir le profil de l'utilisateur

4 ★ - Control


MessageSujet: Re: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   Mar 31 Oct 2017 - 21:30

Unique, et fière de l’être ! Le sourire de Nelly-Pi s’était élargi de manière visible  Cecil lui avait fait la remarque. Vraiment dans son monde, celle-là. Après avoir répondu à ses questions sur la magie, le guitariste lui retourna la politesse, autant pour échapper à la menace des chatouilles que par intérêt, il est vrai. De manière assez soudaine, le jeune fille devint étrangement calme, son regard devenu vague se fixant sur sa feuille gribouillée. Que se passait-il donc ? La Tagada ambulante avait-elle perdu ses piles ? Le sujet de la magie semblait en tout cas la toucher de près. Le jeune étudiant aux mèches brunes hésita un instant à changer totalement de sujet devant le silence gênant qui semblait sur le point de s’installer, quand Nelly réagit finalement.

Tout en déclarant maîtriser les ombres – compétence qui dégageait tout de même une certaine prestance, il fallait le reconnaître – la jeune fille accompagna ses explications d’une petite démonstration. C’est ainsi que Cecil put assister à la naissance d’un petit lapin du noir le plus profond, un être… littéralement fait d’ombre, qui lui tapota le main d’une de ses pattes. Ces créatures étaient réellement solides… Durant tout la scène, Nelly resta étonnamment peu expansive, ce qui contrastait fort avec l’attitude qu’elle affichait auparavant. Puis, comme si de rien n’était, elle retrouva d’un coup son sourire et se leva chercher un livre dans un des rayonnages. Le jeune homme resta un instant songeur devant ce brusque revirement. Cherchait-elle à dissimuler un quelconque malaise ? Cecil se promit mentalement de faire plus attention la prochaine que le sujet pourrait être abordé. Sa nouvelle connaissance était d’une compagnie bien plus agréable lorsqu’elle délirait !

Justement, la jeune fille finit par revenir avec un gros livre de recettes, ayant apparemment très envie de préparer quelque chose. Après avoir réfléchi, quelques instants pour elle-même, elle alla même jusqu’à demander au guitariste de lui prêter main-forte dans sa quête d’idées. En échange de quoi, elle serait prête à partager le dessert avec lui. En ce cas…

- De la tarte au citron meringuée.

Le jeune homme n’avait aucun idée de si ce dessert était facile de réalisation ou pas. De toute manière, cela revenait au même pour lui, étant donné ses plus que piètres compétences en cuisine. Mais s’il lui fallait choisir un plat sucré sans avoir à s’occuper lui-même de le préparer, le choix était vite fait.

- Et si ce n’est pas possible, n’importe quoi qui contienne du citron serait super. Le chocolat aussi est très bon, mais c’est plus classique.

Oui, le chocolat, c’était délicieux, mais quand même moins original. Et surtout, ce n’était pas bien compliqué de s’acheter des tablettes de chocolat à la supérette. Alors que des tartes au citron, c’était déjà moins facile à stocker !

- Mais dis-moi, tu comptes préparer ça dès maintenant ? Tu ne ferais pas mieux de réfléchir d’abord aux ingrédients que tu as chez toi, ou ce genre de trucs ?

Cecil avait beau être une véritable quiche en matière de cuisine (sans mauvais jeux de mots), il n’en était pas au point d’ignorer qu’il fallait à un moment ou un autre réunir un minimum d’ingrédients pour confectionner un plat. Nelly-Pi n’allait quand même pas passer au supermarché acheter des ingrédients supplémentaires simplement pour suivre l’idée du guitariste ! Quoiqu’en y pensant, ce ne serait pas sa première bizarrerie. Mais non, là tout de même… Elle n’irait pas jusque là. … Si ?


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 20


Voir le profil de l'utilisateur

2 ★ - Multiple


MessageSujet: Re: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   Mar 31 Oct 2017 - 22:51

La tarte au citron meringuée ? Je réfléchissais. Ça faisait tellement longtemps que je n’avais pas mangé de cette chose que j’avais presque oublié l’existence de cette merveille sucrée. J’avais fermé le livre pour l’ouvrir à la fin, au niveau du sommaire. Je cherchais, jusqu’à trouver la fameuse, la tant convoitée tarte. Si finalement Cecil semblait revenir sur sa décision, je restais décidée à concevoir cette tarte. Ça ne devait pas être plus difficile que de faire des enfants. Quoi que… Et puis, il n’avait pas hésité un seul instant à proposer ce dessert, c’était qu’il en avait envie. Je lui offrais un sourire amusé, montrant toutes mes blanches dents bien alignées.

« La tarte au citron c’est parfait ! »

J’avais besoin d’une dose de sucre, au moins, je n’allais pas être déçue. Je réfléchissais un moment suite à ce qui disait. Des ingrédients ? Oui, ma foi, il fallait y penser. Mais si je manquais de quoi que ce soit, je n’aurais qu’à aller en acheter en route ou bien sonner chez ma charmante voisine pour lui en emprunter. Je hochais la tête en me tournant vers mon nouveau compagnon dans cette quête. Je posais un doigt sur son nez en l’observant, plantant mes yeux dans les yeux.

« Il me semble que j’ai tout. J’dois bien être la seule personne sur cette île à avoir du citron dans son frigo, d’ailleurs. J’avais prévu de faire du poulet mariné au citron et au miel mais ça attendra, je. Veux. Du. Sucre. »

Je me levais, prenant le livre sous mon bras et partais jusqu’au comptoir pour l’emprunter. Puis, je revenais en trottinant vers Cecil que je trouvais toujours assied à sa place. Face à lui, je posais mes bras sur mes mains, prenant appui sur mes coudes.

« Bon alors, on y va ? »

Je fis le tour de la table à petits sauts, prenant mes affaires que je rangeais dans mon sac avec le livre nouvellement emprunté. Excitée comme une enfant le soir d’Halloween, je le saisis par la main et le tirait vers moi doucement.

« Tu ne te défileras pas facilement ! Tu es mon complice dans ce crime du sucre. Aller, go ! Ma cuisine n’attendra pas éternellement et mon taux de glycémie non plus. »

Je le laissais ranger ses affaires en sautillant puis, m’approchant, le plantait à nouveau mes pupilles dans les siennes. J’étais bien près, comme si je voulais voir leur couleur plus en détail, comme si ça m’intriguait. Puis, je reculais simplement en passant mon bras autour du siens.

« Allons danser chez moi ! »


Je suis une tagada #FF456A
avatar


Féminin Date d'inscription : 16/03/2016
Sexualité : Hétéro, tend vers bi
Messages : 146


Voir le profil de l'utilisateur

4 ★ - Control


MessageSujet: Re: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   Mer 1 Nov 2017 - 22:08

Cecil avait à peine fait sa proposition que Nelly s’empressa de chercher la recette correspondante dans l’index du livre de recettes. Quel enthousiasme ! En un sens, c’était compréhensible : rien de plus délicieux qu’une tarte au citron. Mais tout de même, le guitariste était plutôt du genre à appliquer ce volontarisme au fait de manger le dessert plutôt que le préparer. Sans doute parce qu’il n’était pas capable de cuisiner correctement, certes. Le jeune homme faisait de son mieux pour manger le plus souvent possible au restaurant universitaire, et s’il n’en avait pas la possibilité, il restait dans le basique. Pâtes et riz. Et encore, même ça… Il avait réussi à se rater les premières fois. Une vraie catastrophe au fourneau. Au moins, en contrepartie, sa cuisine restait toujours propre. Faute d’utilisation régulière.

À la surprise de l’étudiant, la jeune fille semblait effectivement posséder tous les ingrédients nécessaires. Posant son doigt sur le bout du nez de Cecil, elle insista une fois de plus sur le caractère visiblement urgent de cette opération glycémique. Après avoir emprunté son livre en deux temps trois mouvements, la gamine surexcitée rangea ses affaires en vitesse, avant de tirer l’étudiant aux mèches brunes par le bras vers la sortie. Affichant un air faussement stoïque bien qu’il soit intérieurement toujours aussi amusé par cet enthousiasme, celui-ci rangea ses affaires avant de se retrouver nez à nez avec Nelly, ses prunelles braquées vers les siennes. Et bien quoi, ses yeux étaient donc si intéressants que cela ? Avant qu’il n’ait pu poser la question, la demoiselle s’écarta. Et lui proposa d’aller danser.

Danser ? Huh. Était-ce vraiment le genre de choses qu’une fille proposait à un gars qu’elle avait rencontré cinq minutes plus tôt ? Probablement pas. Mais en cinq minutes, Cecil avait déjà eu le temps de comprendre qu’avec Nelly, mieux valait oublier toute idée préconçue. Plutôt que de relever, il préféra demander :

- Hum… Tu comptes danser où ? Que ce soit sur le chemin, pendant la cuisine, ou pendant qu’on mange, j’ai peur que ce ne soit pas hyper pratique. Voire dangereux. Et puis, on n’a pas de musique.

La musique, il aurait pu y remédier sans souci, si seulement il avait eu sa guitare avec lui, mais ce n’était pas le cas. Et puis de toute manière, danser tout en jouant ? Non, mauvaise idée. Il n’y aurait rien gagné d’autre que d’abîmer son instrument… Sans se poser plus de question, le jeune homme suivit Nelly jusqu’à la sortie de la bibliothèque. Un bon livre de guitare, une nouvelle connaissance, et par-dessus le marché une tarte au citron à l’arrivée ? La journée commençait bien.


Cecil fait sonner sa guitare en #cc6600
avatar


Date d'inscription : 09/09/2017
Occupation : Guitariste
Messages : 20


Voir le profil de l'utilisateur

2 ★ - Multiple


MessageSujet: Re: T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]   







Contenu sponsorisé


 

T'es cap, pas cap ♪ [Cecil]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cëcil [Validée]
» Carol Cecil
» Is it too late now to say sorry? [Cecil & Ian]
» Chambre de l'éveil - Niveau SUP - le 14/10
» Conseil pour me monter une équipe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: La cité scolaire de Kousha :: Université Tetteiteki-
TOP