Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
[-18] Powerless [Elena]Auteur
MessageSujet: [-18] Powerless [Elena]   Ven 14 Juil 2017 - 21:53

Ça ne pouvait pas être Nelly, et tu le savais. Elle avait les clés, pourquoi s'embêterait-elle à frapper à la porte ? Titubant, tu te levais du canapé et prit la direction de la porte d’entrée. C’était la curiosité qui te poussait à ouvrir. À son départ, la folle aux cheveux roses t’avait annoncer aller chercher du renfort, piquant au vif le peu d’intérêt qu’il te restait pour le monde extérieur. Lorsque tu ouvris la porte, la surprise avait envahis ton visage. Tu bégayais à demie-voix.

« Que… Elena... »

--------------FLASHBASK--------------
C’était dimanche soir. Pendant que le brouillard s’installait lentement sur l’île, tu te contentais de continuer tes recherches dans tes multiples livres. Seulement, après y avoir passé une large partie de la journée, il fallait bien que tu te changes les esprits. Alors, tu avais poussé les ouvrages disposés sur la table pour installer l’ordinateur portable que tu venais de sortir de sa sacoche de transport. Tu lançais ta machine, traînais rapidement sur les réseaux sociaux et les nouvelles du Monde avant de consulter tes mails. Alors que jusque-là tu chantonnais, la stupeur prit ton visage. Tes yeux refusaient de délaisser l’écran. Mais rapidement, la colère montait en toi. Tu te savais prêt à exploser. Après tout, qu’est-ce qui t’en empêchait ?

Alors, pour calmer tes esprits, tu étais parti faire un tour à l’extérieur. Entre temps la pluie s’était mêlée à la brume et au froid de ce côté de l’île. Et tu marchais. Tu marchais sans but, uniquement pour te libérer l’esprit. Tu avais le cœur lourd alors que les gouttes de pluies s’acharnaient à te tomber dessus, comme une fatalité de plus qui s'abattait sur toi.

Aujourd’hui, pour la première fois depuis ta plus tendre enfance, tu avais eu froid.

---------------STOP--------------

« Que… Elena… »

Alors là, si tu t’y attendais ! Bien sûr que c’était totalement imprévu. Le jour où Nelly deviendra prévisible n’était donc pas encore né. Tu la fixais sans dire un mot de plus. Le regard triste et perdu que tu lui offrais n’avait rien de très glorieux. Tu avais honte de te montrer à elle dans l’état dans lequel tu étais maintenant. Pourquoi avait-il fallu que ça soit elle qui arrive juste à ce moment où tout va mal ? Pourquoi c’était elle que ton amie avait été cueillir comme “renfort” ? Et pourquoi la belle à la chevelure de jais était la seule personne de qui tu avais soutenu le regard depuis ces deux derniers jours ?

Tellement de question sans réponses. Des questions que, dans ton état, tu ne te posais pas réellement. La déferlante d’interrogation ne faisait que commencer, Shawn. Il faudra t’y faire à présent. Maintenant qu’”elle” n’est réellement et définitivement plus là.

--------------FLASHBACK--------------
Lundi, début de soirée. Terrence était venu voir si “tu étais encore en vie” alors que tu n’avais donné signe de vie à personne depuis plus de vingt-quatre heures. Tout feu tout flamme n’était pourtant pas du genre à beaucoup s’inquiéter, mais il avait -il fallait l’avouer- un instinct qui t’avait souvent impressionné. Avachis sur le canapé du salon, le regard vide, tu faisais déjà peine à voir à ce moment-là. Et pourtant le seul réflexe, la seule pensée que tu as eu à ce moment-là a été de lui demander s’il voulait boire un coup avec toi.

Non, Shawn, bien sûr qu’il ne voudrait pas. Qui aurait accepté de boire avec toi alors que tu semblais déjà tellement attaqué par l’alcool ? Terrence était idiot mais lucide, lui, au moins. Il n’avait pas hésité une seconde à te retirer ton verre des mains. Pour autant, il n’avait pas essayé de te faire la morale. Il savait que ça ne servait à rien. Rongé entre chagrin et colère, tu n’étais simplement pas prêt à entendre ce qu’il avait à te dire. Alors, tu avais fini par le chasser. Tu voulais rester seul. Seul dans cette pièce froide et sombre, à te morfondre de ta vie passée avec elle. Ce soir-là tu l’avais passé seul, à boire dans ton coin, avant de t’effondrer sur le canapé jusqu'au petit matin.

--------------STOP--------------

Tu la regardais. Tu avais l’impression que ça faisait une éternité que tu ne l’avais pas vue. Ah, Elena. Elle provoquait en toi une forme d’apaisement. Juste d’avoir planté ton regard dans le sien, tu sentais la chaleur de son regard te contaminer. L’instant avant même qu’elle ne puisse ouvrir la bouche, tu l’avais attrapée et tu l’avais serrée contre toi, sans hésiter plus. Tu la tenais de manière à ce qu’elle ne puisse pas te regarder, mais tu la serrais tellement fort que tu avais l’impression de pouvoir la briser.

« Rentre chez toi… S’il te plaît… »

Tes gestes contredisaient totalement tes paroles. Tu lui disais de partir, mais tu la tenais contre toi pour la garder à tes côtés. Ta voix tremblait tandis que tu humais le parfum que dégageaient ses cheveux. Désormais, les larmes perlaient à tes yeux. Alors même que tu n’avais pas versé une larme depuis que tu avais appris la nouvelle. Alors même que tu avais jusque-là noyé et enfoui ton chagrin. Pourquoi fallait-il qu’en sa présence tu menaces à ce point de relâcher tes émotions ? Pourquoi elle, alors tu étais éperdument entiché d’elle ?  

--------------FLASHBACK--------------
Mardi, fin d’après-midi. Cette fois, c’était Nelly qui était venue prendre de tes nouvelles. La jeune à la chevelure rosée n’avait pas été aussi “tendre” que ton ami de la veille. Elle, elle avait simplement fouiné dans tes affaires sans que tu ne l’y autorises. En même temps, avachis sur le canapé à regarder le plafond, tu n’avais pas réellement la force de te battre avec elle. Elle avait jeté un œil sur ton écran d’ordinateur. Elle avait vu “ce” mail. Cette photo d’Angelic, en robe de mariée, accompagnée d’une enfant et d’un mari qui semblaient heureux ensemble. Le mail venait d’Angleterre, et avait été envoyé par ta mère, Shawn. Ta mère te savait en vie, et venait une fois encore de bousiller ton existence. Sous la photo, le corps du texte indiquait “Mariée et mère d’une petite fille. Elle s’appelle Azuria. Ne reviens jamais, personne ne t’attend.” Nelly avait tiré une drôle de tête, tu avais d’abord pensé qu’elle était surprise du ton qu’employait ta mère avec toi. Mais la vraie raison, tu la connaissais ; et elle avait dû le voir, elle aussi. Elle était lentement approchée du canapé alors que tu t’y trouvais assied, la tête entre les bras et les coudes sur les genoux. Avec ses yeux emplis de tristesse et de compassion, elle avait relevé ta tête alors même que tu la sommais de partir. Tu ne voulais voir personne, tu chassais l’aide que l’on venait t’apporter. Pourtant, elle avait tout de même planté ses yeux dans les tiens. Son front collé au tiens, elle avait lâché un grand sourire avant de se décaler.

« Tu pourrais au moins prendre soin de toi, Shawn. En plus de boire, t’es bouillant de fièvre ! »

Elle s’était levée alors que tu lui ordonnais de te foutre la paix. Plantée au milieu du salon, elle n’avait pas tourné la tête en ta direction.

« N’emploie plus jamais ce ton avec moi Shawn. Sinon… »
« Je n’ai pas peur de ta faux, moi, Nelly. »
« Tu n’y as pas encore goûter, tu ne peux pas en avoir peur. Je ne reviendrais pas, mais je vais chercher du renfort. J’attendrais tes excuses. »

Et elle avait claqué la porte avant que tu ne recommences à grommeler. Tu en avais profité pour te servir un nouveau verre.

--------------STOP--------------

Tu ravalais tes larmes. Combien de temps avais-tu gardé ton amie dans tes bras ? Combien de temps allais-tu encore la garder ici ? Toi qui lui disais de partir. Toi qui n’avais accepté aucune aide. Toi qui avais rejeté la tendresse de Nelly-Pi quelques heures plus tôt. Toi qui n’arrivais pas à lâcher l’étreinte que tu exerçais sur la belle à la crinière brune.

Certainement qu’elle pouvait sentir ton cœur battre à un rythme fou. Certainement qu’elle avait remarqué les frissons de froids qui parcouraient ta peau à cause de la fièvre qui te possédait. Mais une chose était sure : elle ne pouvait qu’avoir remarqué ton mal-être. Tes cheveux en bataille et ta chemise à demie-ouverte te donnaient un air négligé. Tu avais honte. Honte de te montrer ainsi face à elle. Sauf que c’était trop tard, tu le savais n’est-ce pas ?

Tu relâchais finalement ton étreinte, libérant la belle de tes bras tremblants. Tu ne savais quoi faire : la jeter dehors, ou la laisser passer la maudite barrière que tu avais érigée contre le monde ? Tu n’avais pas le cœur assez dur pour la mettre à la porte comme les autres. Tu te ramollis, Shawn. Non, en réalité, elle t’avait seulement touché en plein cœur avec son regard d'azur. Shawn, tu t’étais rendue compte pourtant… De ces sentiments que tu éprouvais pour elle. Ces sentiments si puissants, si inédits.

Le regard bas, tu n’osais pas soutenir les perles bleues d’Elena. Finalement, tu conviens qu’il était hors de question de la jeter dehors. Alors, tu avais saisi sa main, fermé la porte derrière toi et la poussais à te suivre jusqu’au salon. Là, à l’entrée du salon, tu lâchais sa main. Pourtant, tu restais planté debout, l’esprit embrumé et le regard vague. Pour contrer les effets de la fièvre et de l’alcool tu venais de t’adosser au mur derrière toi et tu te laisses désormais tomber le long de celui-ci. Alors, tu avais levé la tête vers celle qui t’accompagnait.

« Fais comme chez toi. Ce n’est pas rangé… mais t’auras compris que c’est pas vraiment ma priorité aujourd'hui. »

Bien que tu la regardais, tu ne parvenais pas à soutenir son regard. Trop honteux, fiévreux et éméché certainement pour parvenir à garder quoi que ce soit du regard trop longtemps. Maintenant, il faudrait peut-être déterminer lequel des trois en est réellement la cause. A moins qu’il n’y ait encore autre chose...


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Sam 15 Juil 2017 - 10:32

Elle ne l’avait pas revu depuis son retour sur l’île. Quelques jours s’étaient déjà écoulés sans que la belle à la crinière d’ébène ne lui donne de nouvelles d’elle. Pourquoi ce silence de sa part ? Parce qu’elle ne savait pas par où commencer. Parler de cette mission périlleuse durant laquelle elle avait fait face à Ran, lui ayant valu quelques points de suture sur la paume de sa main, quelques hématomes ci et là, ou bien lui avouer ce que son cœur ne cessait de hurler. Voilà deux jours qu’Elena scrutait les couloirs de l’université, se prenant même à vagabonder près de la fameuse salle sans numéro où son ami avait l’habitude de passer la plus grande partie de son temps. Mais jamais elle ne l’avait aperçu. Sans trop savoir pourquoi, la brune voulait que le hasard l’amène à lui, incapable de se décider sur le texte à écrire sur son téléphone ou sur son ordinateur.

Le souvenir de ses lèvres, la douceur de celles-ci se posant sur les siennes, ne faisait que lui revenir en mémoire. La petite fleur bleue sentait son cœur qui s’emballait uniquement à cette pensée. Il lui avait fallu se mettre en danger pour comprendre l’étendue de ses sentiments pour le beau Suijin. Son regard, son sourire, tout ce qui venait de lui manquait à la douce, tout ce qui l’avait charmée. Elle ne pouvait se le sortir de la tête et quand bien même, elle ne voulait pas. Cette sensation de chaleur au creux de sa poitrine lorsque ses songes dérivaient vers lui était bien trop agréable pour être rejetée. Et peut-être que … Peut-être éprouvait-il la même chose ? Elle avait cru le sentir dans les battements de son cœur lorsqu’elle s’était blottie contre lui, elle avait cru le déceler dans ses pupilles d’émeraude lorsqu’il posait les yeux sur elle, elle avait cru le ressentir dans la tendresse de leurs baisers échangés. Elle avait cru, simplement, était-elle si loin de la vérité ?

Durant cette dernière heure de cours, elle s’était prise à rêvasser, réfléchissant toujours à ce qu’elle devait dire ou faire. Si seulement elle n’était pas si novice en matière d’amour, si seulement elle n’était pas aussi réservée bien que Shawn avait ce don de la mettre à l’aise, si seulement elle n’avait pas peur d’un rejet. Quittant sa salle de cours, une voix féminine inconnue l’interpela. Surprise d’entendre son prénom, Elena leva le regard vers une jeune femme à la chevelure rose qu’elle avait l’impression d’avoir déjà vue quelque part. Mais rapidement, le nom de Shawn fut mentionné, captant l’attention immédiate de la Saruta. Selon cette demoiselle se prénommant Nelly-Pi, son ami avait des problèmes et la rose demandait son renfort. Pourquoi elle ? Sans réellement réfléchir, elle lui avait posé cette question : « Pourquoi moi ? ». Et la réponse ne se fit pas attendre. Parce que le ténébreux tenait à elle. Après tout, elle était sa raison de rester ... Enfin c'était ce qu'elle s'imaginait.

Non sans remercier cette étrange étudiante, la brune se hâtait de sortir des cours. Une seule chose en tête, rejoindre Shawn et le soutenir. Le soutenir aux dépens de ses propres sentiments qu’elle tairait. Au vu de la cause de ses problèmes, la belle américaine ne pouvait plus se permettre de s’immiscer dans sa vie de la sorte, elle n’en avait pas le droit après ce qu’elle venait d’apprendre. Elle resterait son amie, une oreille attentive et une épaule à disposition. Si sa gorge se serrait à cette pensée, ce n’était rien comparé à cette inquiétude grandissant en elle. Celui qui logeait déjà au plus profond de son cœur avait maintenant le sien en miette, et ce, à cause d’une autre.

Comme pour refléter l’état d’esprit de la jeune femme, le temps s’était couvert avant qu’une pluie orageuse ne s’abatte sur l’île entière. Ce fut donc simplement vêtue de sa robe de printemps d’un beau bleu pastel, nouée d’un ruban sombre à la taille, de ses ballerines noires et de sa petite veste en jean, que la belle à la crinière d’onyx affrontait ce temps en ayant surpris plus d’un.

Trempée jusqu’à l’os, l’étudiante en lettres parvint à gagner tout de même la Résidence de son ami, grelottant de froid alors qu’elle prenait l’ascenseur qui n’allait certainement pas assez vite à son goût. Quelques habitants de l’immeuble la dévisagèrent, la faisant rougir. Sa jolie robe pastel n’était plus qu’un tissu trempée, moulant ses formes contre son gré mais pas que … Peu importe, même si elle avait honte de cette tenue, elle voulait à tout prix rejoindre le Suijin, pour le soutenir par sa simple présence. Son cœur tambourinait dans sa poitrine alors qu’elle hésita un instant à frapper à la porte de son appartement, ce qu’elle finit par faire.

L’attente lui parut interminable et enfin, la poignée de porte pivota alors qu’à l’encadrement se présentait celui qu’elle aimait, qui souffrait pour une autre femme. A la vision de ce visage triste et lassé, la belle eut l’impression qu’on lui enfonçait un poignard dans le cœur. Ils étaient dans un bel état, tous les deux. Lui avec sa mine déprimée mais pourtant surprise de la voir venir à lui, ses cheveux en bataille et sa chemise ouverte. Elle, transie de froid, dont les cheveux habituellement doux et soyeux n’avaient plus aucune forme tant ils étaient détrempés, dont la robe lui collait à la peau tout en en révélant un peu trop sur ses formes et ce qu'il y avait en dessous. Et pourtant, Elena ne put s’empêcher de se plonger dans ce regard d’émeraude. Il lui avait manqué, encore plus qu’elle le pensait.

Elle ouvrit la bouche, mais la referma aussitôt, ne sachant que dire à cet instant. Comment pourrait-elle lui souhaiter un bonjour ? Comment pourrait-elle lui apporter les politesses habituelles ? Ils restèrent un instant immobile alors qu’enfin, le beau ténébreux s’avança vers elle, passant ses bras autour d’elle. Il la serrait fort, si fort alors que la joue rosée de la Saruta se posa sur son torse decouvert. A l’accoutumée, elle en aurait rougit, elle en aurait été gênée, mais à cet instant, elle ne songea qu’à l’enlacer à son tour pour caresser doucement son dos. Son propre cœur était au bord de l’implosion alors qu’elle s’en voulait de profiter de ce rapprochement. Et pourtant, elle en avait bien besoin. Sa peau était douce, mais pourtant brûlante, laissant deviner une fièvre, un mal-être. Elle se sentait si fragile dans ses bras alors que c’était lui qui appelait à l’aide. Elena ne put croire en ces mots qu’il prononçait. Resserrant son étreinte, elle répondit de sa douce voix, tentant de ravaler ses propres larmes.

« Non Shawn, je n'irai nul part … »

Elle ne partirait pas. Elle ne le laisserait pas seul. Il en était hors de question. Et les gestes du ténébreux contredisaient ses propres paroles. Le voir dans cet état lui fendait le cœur. La belle à la chevelure d’ébène poursuivait ses tendres caresses, cherchant en tout point à le réconforter tout en savourant la chaleur de ses bras. A cet instant, elle dut se faire violence pour ne pas prononcer ces mots qu’il lui brûlait les lèvres. Elle l’aimait. Sans aucun doute. Si fort déjà. Mais ce n’était pas le moment.

Le beau brun finit par la relâcher alors qu’elle relevait ses iris d’azur vers lui, elle voyait bien ces larmes qui menaçaient de s’échapper de l’émeraude. Elle serra le poing alors qu’un petit lancement lui rappela ses points de suture et ce pansement blanc qu’elle vint dissimuler dans sa manche. Il ne devait pas voir. Elle voulait tant poser sa main sur son visage d’ange, le rassurer, se rapprocher encore un peu plus de lui. Mais elle ne pouvait pas se le permettre. Elle avait eu trop tendance à oublier celle qui logeait déjà dans le cœur de son si cher ami.

Tandis qu’Elena souffrait en silence, le Suijin semblait en proie à un dilemme alors que finalement, il la prit par la main pour l’entrainer à l’intérieur de son antre. La jolie brune savait que cela voulait dire beaucoup, la rose lui ayant expliqué qu’elle avait été chassée sans ménagement pour sa part. Il la laissait entrer. Il voulait d’elle. Enfin … de sa compagnie, de sa présence. Il l’amena jusqu’au salon où la douce put remarquer ces cadavres de verre autour du canapé. L’odeur ne lui avait pourtant pas échappée lorsqu’il l’avait serrée contre lui.

La mine triste, la douce l’observa alors qu’il se laissait glisser au sol, contre le mur. Il s’adressa à elle, mais Shawn ne semblait pas vouloir lui accorder ce regard dans lequel elle aimait pourtant tant se plonger. Alors, doucement, abandonnant son sac de cours par terre, elle s’agenouilla devant lui, sa longue chevelure gouttant à sa guise sur le sol qu’elle vint écarter derrière son oreille. Silencieusement, elle vint poser son front contre le sien. Elle dont la peau était si fraiche alors que la sienne était bouillante. Sa main blessée toujours bien cachée, l’autre vint doucement caresser la joue rosie du ténébreux. Elle n’avait pu s’en empêcher bien longtemps. Ses prunelles d’océan captant la profondeur des siennes, elle lui murmura quelques mots.

« Ne t’inquiètes pas, je m’occupe de tout … Je vais prendre soin de toi … Je suis là maintenant. »

Décollant son visage du sien, ses douces lippes vinrent s’appuyer sur son front alors que ses phalanges quittaient sa peau. Elle l’observa un instant alors qu’elle mourrait d’envie de lui voler ses lèvres, ce qu’elle ne fit pas. « Je suis désolée … » Sans doute comprendrait-il qu’elle jouait de son empathie, elle qui n’y était pour rien dans cette tristesse. Mais elle ne put se retenir bien longtemps, déposant un tendre et bref baiser sur les lippes de son ami. Un réconfort pour elle, peut-être aussi pour lui ? Elena s’écarta, se redressant tout en se mordant la lèvre avant de s’adresser de nouveau à lui toujours avec cette même délicatesse qui la caractérisait si bien, comme si de rien n'était.

« Ne restes pas là, tu as besoin de repos … »

Détournant les talons, elle ferma un infime instant les yeux tout en déglutissant discrètement. Cette épreuve semblait tout aussi éprouvante pour elle que pour lui, mais pas pour les mêmes raisons. Ce n’était pas le moment de jouer les égoïstes, elle qui avait toujours fait passé les problèmes des autres avant les siens. La brune devait s’occuper l’esprit, s’approchant des bouteilles vides ou semi-vides pour les saisir alors qu’elle se permit de se diriger vers la cuisine. Le reste d’alcool finit au fond de l’évier, pour éviter de nouvelles tentations.

Puis elle revint vers le salon, non sans s'être permise de lui apporter une tasse de café qu'elle posa sur la table basse. Elle s'approcha de son ami alors qu’elle se forçait à sourire.

« Je me suis permise de te faire un café ... Tu as besoin d'autre chose ? … Dis-moi … Je suis là … »


Elle serait toujours là pour lui. Toujours.






Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Sam 15 Juil 2017 - 13:53

Tu faisais peine à voir, Shawn. Tellement peine à voir. C’était comme si tu n’étais plus toi-même, en proie à des démons profondément ancrés en toi. Cette noirceur que tu avais réussi à enfouir, la transformant en motivation qui te permettait jusque-là d’avancer dans tes projets, de persévérer ; cette noirceur qui remontait comme lorsqu’elle avait disparu au tout début. Un homme blessé doublement, voilà ce que tu étais aujourd’hui. Et tu te sentais tellement lamentable qu’elle, l’élue de ton cœur, assiste à ce spectacle digne d’un navet français qui passerait sur une chaîne nationale l’après-midi.

Tu l’avais amenée au salon avant de te laisser tomber désespérément contre un mur, comme si plus rien ne pouvait te soutenir à par un bloc de béton. Tu savais que c’était faux. Tu savais qu’elle n’était pas là par pitié. Tu t’en doutais, n’est-ce pas ? Tu te doutais certainement des sentiments qu’elle pouvait avoir pour toi. Et pourtant tu refusais d’ouvrir les yeux ; tu refusais de te risquer à être heureux, de peur de gâcher cette relation si complémentaire qui s’était installée entre vous. Elle avait ces yeux tristes, ceux que tu aurais aimé ne jamais voir sur son visage. Les larmes montaient à nouveaux à tes prunelles alors que tu détournais le regard. Tu entendis son sac tomber. Alors, elle s’approchait de toi jusqu’à pouvoir poser son front contre le tient. Sa peau froide contrastait avec la tienne, bouillante de fièvre. Pourquoi n’as-tu pas eu le courage de l’attraper contre toi ? De la serrer dans tes bras ? De caresser sa joue, ses cheveux humides ?

« Ne t’inquiètes pas, je m’occupe de tout … Je vais prendre soin de toi … Je suis là maintenant. »

Tu relevais la tête doucement, croisant enfin son regard alors qu’elle apposait ses lèvres sur ton front. Dans un murmure, elle s’excusa. Mais, de quoi s’excusait-elle ? D’être séduisante, désirable à souhait ? Ou bien d’être trempée jusqu’aux os, comme une idiote qui aurait couru sous la pluie ? Tu n’eus pas le temps d’ouvrir la bouche pour lui demander : ces lèvres possédaient déjà les tiennes.

La surprise s’emparait de ton visage. Ce n’était pas la première fois, pourtant, alors pourquoi est-ce que ce baiser avait un tel impact sur toi, là, maintenant ? Ton cœur tambourinait déjà dans ta poitrine, tu n’entendais plus que lui, quand bien même elle t’avait demandé de ne pas rester là où tu te situais. Tu l’avais vu, elle l’avait encore fait ; ce geste qui te fait craquer. Elle avait encore mordillé sa lèvre. Et toi, toi tu mourrais d’envie de répondre à ce baiser trop court à ton goût. Alors, tu la regardais s’éloigner de toi, ne sachant quoi faire pour la retenir. En avais-tu le droit, après tout ? Qui étais-tu pour juger qu’elle ne devait appartenir qu’à toi et à toi seul ? Tu l’avais vu saisir les bouteilles, partir vers la cuisine. Tu l’avais observée, détaillée. Ses vêtements mouillés n’avaient pas échappé au peu d’attention que tu avais. Décidément, elle t’obsédait. Elle t’obsédait tellement, que tu préférais qu’elle prenne soin d’elle et non de toi. Alors, titubant, tu t’étais dirigé vers la salle de bain pour y récupérer une serviette.

« Je me suis permise de te faire un café ... Tu as besoin d'autre chose ? … Dis-moi … Je suis là … »

Elena avait posé une tasse de café, visiblement tout frais et chaud, sur la table basse. Le geste, pourtant simple, t’avais surpris : ton regard le trahissait, mais tu espérais qu’elle ne le lise pas. Tu avais peur de la vexer, tu te sentais maladroit et vulnérable. Mais tu n’étais pas totalement idiot, n’est-ce pas Shawn ? Et puisque tu ne l’étais pas, tu voyais parfaitement sur son sourire, habituellement si magnifique et éclatant, n’était pas celui qu’elle avait pu te montrer jusqu’à aujourd’hui. Il n’était pas sincère. Et toi, tu n’aimais pas ça.

Tu t’étais approché d’elle, jusqu’à ce que tu puisses la toucher, sans pour autant le faire. Pour la première fois, tu étais venu chercher son regard de toi-même. Si ton visage affichait encore une profonde tristesse, c’est parce que tu n’étais pas apte à lui mentir ; tu t’y refusais. Elle était ce qui comptait le plus pour toi, pourquoi tu aurais voulu lui mentir ? Lui esquissant pourtant un léger et simple sourire en coin, tu posais la serviette sur sa tête et tu commençais alors à sécher doucement la chevelure de ta belle.

« J’ai besoin que tu prennes soin de toi, Elena. »
J’ai besoin de toi… Pourquoi c’est si dur à dire… ?

Tu avais saisi sa main, l’avait tiré vers ta chambre. Ton cœur s’enflammait, tes poumons te brûlaient, tes joues étaient teintées d’une douce mais violente couleur rouge. Mais ça, c’était la fièvre, tu en étais certain. Lorsque vous eurent enfin rejoins la pièce, tu lâchais sa main pour farfouiller dans l’armoire, sortant une chemise propre et la posant sur le lit. Alors, tu t’approchais à nouveau d’elle, plantant tes iris bleutés dans les siennes. Ta main glissait sur sa joue avec tendresse.

« Tu ferais mieux de te changer, ça évitera que tu attrapes froid. »
Ça évitera que je te saute dessus.

Tu savais qu’elle allait protester. Tu savais qu’elle n’accepterait pas que tu prennes ne serait-ce qu’un peu soin d’elle alors que tu étais dans le pire des états possible. Enfin, non : pire, c’est la mort. Mais tu n’étais pas mort, ah ça non. La fièvre, l’alcool et les sentiments que tu ressentais te montraient bien que tu étais en vie. Ah, ça y est, la voilà qui s’apprêtait à ouvrir la bouche pour broncher. Mais il était hors de question que tu la laisses faire. Sa santé était en jeu, et tu n’accepterais pas qu’elle attrape froid par ta faute. Avant qu’elle n’ait dit un mot, tu l’avais poussée sur le lit, te trouvant au-dessus de son corps frêle et froid. Ton regard sérieux se planta dans le sien. Cette scène avait un goût de déjà vu, mais cette fois… c’était différent. Tu étais sérieux. Tu ne voulais pas lui faire « peur ». Tu ne voulais pas la mettre en garde. Cette fois, tu étais prêt à passer à l’acte et à mettre à exécution tes menaces.

« Elena, si tu ne le fais pas toute seule, je vais devoir t’y aider ! »

Et tes yeux d’émeraudes scrutaient son visage si doux. Cette fois, tu n’avais pas pu résister. Tes lèvres se posèrent sur les siennes pour un baiser tendre que tu avais fait durer plusieurs secondes. Ta main en profitait, se glissant sur la peau des jambes nues de la jolie brune. Elle remontait, doucement, passant sous le tissu de sa robe pour venir frôler la peau de ses hanches. Alors, tu rompis le baiser. Alors, tu mis fin à ce moment. L’embrasant sur le nez, tu t’éloignais simplement avant de passer la porte.

« Je… t’attends dans le salon. »


Lorsqu’elle réapparue, tu étais avachi sur le sofa, la tasse de café tout chaud entre les mains. Tes joues encore rougies de ce que tu avais pu lui faire juste avant ne s’arrangèrent pas en la voyant. Par timidité, tu avais légèrement tourné le regard un instant avant de lui faire une place à tes côtés dans un silence gênant que tu ne savais rompre.

« Pardon. »

Plusieurs minutes s’étaient écoulées sans qu’aucun de vous n’ouvre la bouche. Et tout ce que tu avais à dire, c’était « pardon » ? On aurait pu croire à une mauvaise farce. Tu toussais, gardant la tasse de liquide chaud entre les mains, le regard planté dedans comme si tu allais pouvoir y deviner l’avenir.

« Je suis totalement pommé, Elena… Je sais plus quoi faire… »

Les sanglots dans ta voix eurent raison de toi. Tu posais la tasse sur la table basse avant de lamentablement te jeter dans ses bras comme un enfant en quête de réconfort.


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Dim 16 Juil 2017 - 12:02

Soutenir son regard semblait difficile pour la belle à la crinière d'ébène, mais pourtant, elle le fit tout de même. Après tout, comment pourrait-elle laisser passer ce léger sourire qu'il lui offrait, bien mieux que cet air triste qu'il arborait depuis son arrivée. Elle avait, elle-même, beaucoup de mal à dissimuler sa propre tristesse. Shawn était courageux, elle en était certaine. Mais elle se doutait également que son ami intériorisait, certainement pour ne pas l'inquiéter. Sa vue fut quelque peu troublé par un pan de serviette qu'elle écarta alors que le ténébreux commençait à sécher sa chevelure de jais encore trempée. Les joues roses, elle se laissait docilement faire alors que ses mots fit bondir légèrement son coeur.

Et elle ... Elle avait besoin de lui.

Sans qu'Elena ne puisse se défiler, elle se laissa tirer vers une autre pièce, ne comprenant pas ce geste soudain. Ses joues s'enflammèrent en constatant qu'il l'amenait dans sa chambre. Pourquoi dans sa chambre ? Sa main quitta la sienne alors que la jeune femme portait un regard curieux sur ce que le Suijin était entrain de faire. Il posa une chemise sur le lit avant de s'approcher d'elle de nouveau. Elle ne le quittait pas des yeux alors qu'il lui caressait la joue, avec ... tendresse ? La Saruta comprit alors que cette chemise était pour elle. Il s'inquiétait pour elle alors qu'il était lui-même dans un piteux état. Hors de question de lui obéir, c'était à elle de s'occuper de lui et non l'inverse.

"Shawn ..."

Mais elle ne put poursuivre dans sa lancée, surprise par l'initiative du beau brun. Elle était là, sur son lit, de nouveau à sa merci, comme lors de cette soirée après la patinoire. Elle déglutit, intimidée par ce regard qu'il lui portait. Se mordillant la lèvre, la douce arborait un air d'enfant penaud et resta totalement interdite à ses mots. L'aider à se ...

Sans qu'elle ne s'y attende, Shawn prit possession de ses lèvres. La jolie brune, bien que de plus en plus rougissante, ferma alors les yeux. Ses baisers, ils lui avaient tant manqués. Elle en voulait encore et encore. Elle levait sa main blessée dans l'optique de toucher sa peau, mais se ravisa bien vite pour éviter qu'il ne sente le tissu qui recouvrait sa plaie. Un doux contact vint réchauffer sa cuisse. Sa main ... Sa main remontait sous sa robe, jusqu'à sa hanche. Son coeur tambourinait dans sa poitrine alors qu'elle frissonnait comme jamais. Ses doigts étaient si chauds, la caresse si douce ...

La petite fleur bleue aurait tant aimé que ce moment ne s'arrête pas là. Elle le pensait secrètement. Mais leurs lèvres finirent par se quitter, le beau brun agrémentant son attention par un bisou sur son nez. Son visage était si rouge, son esprit si embrumé, qu'elle ne bougea pas pendant plusieurs secondes. Pourtant, son ami avait déjà quitté la pièce. Allongée sur le dos, elle ne savait plus que penser. Pourquoi ce baiser, pour cette caresse ? Pourquoi maintenant ? Alors qu'il se morfondait sur son ancien amour ? La belle américaine se sentait perdue.

Un peu tremblante, le coeur douloureux, elle finit tout de même par se redresser attrapant la serviette pour essorer un peu mieux sa crinière d'onyx. Puis, elle se dévêtit jusqu'à se retrouver en sous-vêtements. Elle grimaça en constatant que son soutien gorge avait subi le même traitement que sa robe et sa veste. Trempé, elle dut l'ôter également. Heureusement pour elle, son bas de dentelle noire était bien sec. Se saisissant de la chemise, elle l'enfila, bien heureuse que l'homme de son coeur soit aussi grand, ainsi, une fois boutonnée, la chemise lui arrivait un peu au dessus des genoux.

Repérant un radiateur, elle déposa une chaise devant pour y étendre ses vêtements, prenant soin de bien cacher son dessous. Avant de quitter la pièce et rejoindre le salon, elle s'assurait d'avoir bien boutonné le vêtement, cachant sa main blessé dans la manche beaucoup trop longue pour elle. Se montrer ainsi à lui la mettait mal à l'aise, mais elle n'avait pas réellement le choix. Elle le retrouva donc sur le sofa, hésitant un instant avant de s'asseoir à côté de lui.

Se planquant dans ses mèches, Elena n'osait ni le regarder, ni s'adresser à lui. Non pas parce qu'elle lui en voulait, mais parce que son coeur ne cessait de battre encore et encore. Mais ce silence devenait pesant, jusqu'à ce qu'un simple mot ne sorte de la gorge du ténébreux. Pardon. Regrettait-il ce qu'il avait fait plus tôt ? Surprise, son regard se porta sur lui. Elle aurait tant voulu lui dire qu'elle ne lui en voulait pas. Que son coeur s'affolait pour lui et uniquement pour lui. Mais elle n'eut pas le temps d'y réfléchir, la confession de son ami lui serrant le coeur. Il était malheureux, au point qu'il ne pouvait retenir ses sanglots, au point qu'il se jetait dans ses bras de manière desespérée.

Son organe de vie lui faisait si mal, c'était si douloureux de le voir ainsi, lui qu'elle aimait plus que tout. Et le savoir ainsi épris d'une autre la faisait souffrir encore plus. C'était dur pour elle, mais ce n'était pas le moment de jouer les égoïstes, même si elle était de plus en plus perturbée par les réactions contradictoires du jeune homme. Ses doigts finirent par se glisser dans les cheveux du brun, les caressant avec tendresse. Son autre main vint flatter son dos dans un geste qu'elle voulait rassurant, réconfortant.

Il fallait qu'elle reste à sa place. Elle n'était qu'une amie, rien de plus.

Les larmes lui montaient aux yeux. Réellement, elle ne supportait pas de le voir dans cet état de détresse. Et la douce se rendait bien compte qu'elle maudissait intérieurement celle qui l'avait blessé de la sorte. La jeune étudiante ne savait que dire, que faire. Elle finit par déposer un baiser dans ses cheveux, alors qu'une larme coulait sur sa propre joue. Ah, elle était si faible, si empathique, si ... malheureuse. Déglutissant, elle ouvrit enfin la bouche, cherchant soigneusement ses mots.

"Hey ... Ca va aller ..."

Elle se sentait idiote de ne rien dire de plus. Elle n'arrivait pas à trouver les mots. Il était difficile pour elle de le réconforter alors qu'elle-même commençait sérieusement à déprimer. C'était donc ça l'amour ? Un synonyme de souffrance ? Ce n'était pas l'image qu'elle s'en faisait depuis des années ... Confronter à la dure réalité, ses nerfs semblaient sur le point de lâcher.

"Je sais que tu souffres. Savoir que la personne qu'on aime est avec quelqu'un d'autre ... Ca doit faire si mal. Mais ... Elle ne te mérite pas Shawn. Si elle n'a pas été capable de t'attendre, de te chercher ... Si elle a été capable de te remplacer ... Elle n'en vaut pas la peine."

Etait-ce réellement le meilleur moyen de le réconforter ? La jolie brune était plutôt maladroite. Mais elle ne pouvait s'en empêcher. Cette femme faisait du mal à celui qu'elle aimait. Comment pourrait-elle la défendre ? Comment pourrait-elle mentir sur ce qu'elle ressent à cet instant. Elle retenait difficilement ses larmes, mais tenait bon. Elle le serrait un peu plus contre elle nichant son nez dans ses cheveux tout en reprenant.

"Je sais que tu l'aimes et peut-être que ... Tu m'en veux en sachant ce que je pense d'elle, mais je ne peux pas penser du bien de quelqu'un qui te fait du mal. Te voir comme ça ... ça fait mal ... Je veux te voir sourire moi ... Tu es si beau quand tu souris ..."

Ecarquillant les yeux, elle se rendit compte de sa bourde. Elle s'était laissée emportée dans ses mots, exposant ainsi le plus profond de ses pensées. Alors, son coeur au bord de l'implosion, elle tenta de se rattraper.

"Enfin ... J-je n'aime pas te voir malheureux. L'amour c'est pas fait pour pleurer."

Ce qu'elle pouvait être idiote, elle et ses principes sur l'amour qu'elle n'avait encore jamais expérimenté, qu'elle ne connaissait qu'à travers les livres. Tout ce qu'elle savait, c'était que ses sentiments pour lui étaient bien réels, et que s'il le fallait, elle ferait passer son bonheur avant le sien. Sa main glissa sur sa joue.

"Pardon. Je n'avais pas le droit de juger la situation comme ça ..."







Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Lun 17 Juil 2017 - 20:54

Tu ressemblais à un enfant, Shawn. Blottis dans ses bras, comme un gosse l’aurait été dans ceux de sa mère après un gros chagrin. Elle tentait de te réconforter, tu pouvais le sentir dans ses gestes si tendres. Elle était d’une douceur qui te faisait fondre, et ce malgré l’état dans lequel tu te trouvais. Ton visage logeait à moitié sur sa poitrine. De là, tu pouvais sentir son cœur qui battait si vite, si fort. Et tu t’en voulais. Tu t’en voulais de la rendre si triste par ton propre état. Elle ne méritait pas de souffrir avec toi. Elena était si belle, si joyeuse, si… Si Elena.

Tu l’écoutais parler. Tu entendais le son de sa voix, elle t’apaisait lentement. Mais quelque chose te perturbait. Quelque chose n’allait pas dans ce qu’elle disait. Dans un sens, ça se tenait, là n’était pas la question. En réalité, tu avais plutôt l’impression qu’elle était légèrement à côté de la plaque. La jolie brune avait niché son nez dans tes cheveux. Son souffle te chatouillait, alors que tu pouvais sentir les sanglots dans sa voix. Alors qu’elle s’excusait, tu relevais la tête vers elle, sa main glissant sur ta joue. Ton regard se plantait dans le sien, profondément. Tu devais lui dire. Lui dire qu’elle fait fausse route. Lui dire que tu l’aimes, elle, juste elle, rien qu’elle. Tu inspiras une fois. Deux fois. Les yeux clos, tu attendais « le bon moment ». Mais il ne viendra, Shawn. Ce genre de chose, il faut le dire d’un coup. D’un seul. Quitte à se prendre un vent digne d’un ouragan. Quitte à ce qu’elle te gifle. Quitte à ce qu’elle te déteste à jamais.

« Elena je… Tu fais fausse route… »

Tu inspirais. L’embrassant sur la joue, tu t’étais relevé en lui faisait signe de ne pas bouger de là où elle était. Tremblant légèrement, tu avais saisi un vieil album photo dans le bas de la bibliothèque, avant de te diriger vers la table ronde et d’y prendre l’ordinateur portable. Là, tu étais revenu t’asseoir auprès de ta belle brune aux yeux d’azur. Tu allais replonger dans un passé que tu aurais préféré savoir enfoui à jamais. Mais pour elle… Tu étais prêt à tout.

Tu avais ouvert l’album, tournant les pages avec douceur jusqu’à retrouver cette photo de toi, lorsque tu avais quatre ans. Petit, tu te tenais debout près d’un arbre, tout sourire. Tes cheveux de jais avaient de légers reflets grisés. Pourtant, ils étaient teintés de blancs sur les pointes. Tes yeux, eux, avaient déjà leur couleur d’émeraude. Elena ne comprenait pas. Tu le voyais, elle ne faisait pas le lien avec ce qu’il se passait dans ton esprit. Tu lui offris un léger sourire, lui tendant la photo. Lorsqu’elle s’en saisit, tu avais rouvert l’écran de l’ordinateur que Nelly avait pris soin de charger lors de sa visite. Cette image s’affichait en premier sur l’écran : c’était la dernière que tu avais regardée. La dernière ouverte, avant que tu ne sortes sous cette pluie battante pour te rafraîchir l’esprit. A nouveau, tu sentais ton cœur chavirer. Il s’accélérait, se tordait, te faisait mal. Mais tu résistais. Tu étais décidé à lui dire, car s’il y avait bien quelqu’un à qui tu pouvais te confier, c’était celle que tu aimais.

Tu tournais l’écran vers ta belle, dévoilant l’image sur laquelle tu avais quelque peu buggé quelques secondes. C’était une photographie d’une enfant qui ne devait pas avoir plus de quatre ans. Elle aurait pu être n’importe qui. Mais elle n’était pas n’importe qui. Ses cheveux noirs comme le pelage d’un corbeau étaient légèrement reflétés de gris alors que leurs pointes blanches tronquaient avec le reste. Son visage fin et lumineux, à la peau si blanche, laissait ressortir ses petits yeux d’un vert émeraude profond et magnifique. Tu tournais ton regard vers Elena.

« Lorsque j’étais avec Angy, à cause d’une discussion avec des amis au lycée, on avait abordé le sujet des prénoms qu’on pourrait donner à nos enfants. Elle… Elle aurait adoré Apple pour une fille. Moi je… J’avais évoqué Azuria. »

Essuyant une larme qui avait coulé le long de ta joue, tu bougeais doucement la souris du PC. La légende sous la photo apparue alors : « Azuria, 4 ans ».

« C’est ma fille, Elena. Et je… Je ne le savais même pas ! Je… »

Tu secouais la tête, posant doucement ta tête sur son épaule.

« Tu l’as dit. Aimer, ce n’est pas fait pour souffrir. J’ai renoncé à Angelic, à la revoir, à partir d’ici pour elle quand je t’ai connu, ma belle. »

Tu levais la tête vers elle. Un léger sourire apparu au coin de tes lèvres alors que ton regard se plantait dans le sien. Il lui offrit un baiser furtif, puis, voyant qu’elle ne le repoussait pas, en second bien plus appuyé.

« Tu fais fausse route, Elena. C’est toi que j’aime. »


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Mar 18 Juil 2017 - 20:46

Elena cligna des yeux, ne comprenant pas où son ami voulait en venir. Sur quoi faisait-elle fausse route ? Sur les sentiments qu'il avait pour elle ? Sur ceux qu'il avait pour cette Angelic ? Ou sur toute autre chose. Elle ne comprenait pas et son regard le traduisait bien. Étrangement, elle appréhendait la réponse, persuadée de s'être trahie sur ses propres sentiments. Certainement qu'il la remettrait à sa place, en lui disant qu'elle n'était que son amie et rien de plus. Sa gorge se serrait autant que son cœur à cet instant.

Shawn s'éloigna après avoir déposé un baiser sur sa joue, la belle à la crinière d'ébène l’interrogeait du regard. Elle ne devait pas bouger alors, elle se contenta de l’observer en profitant pour replier ses jambes sur le canapé. Ses membres tremblaient d’angoisse, il ne devait pas s’en rendre compte. Ses pupilles d'océan se posèrent sur ce qui semblait être un album photo. Elle fronça les sourcils, ne comprenant toujours pas. Le beau brun s'arrêta sur une photo, la retirant de l'ouvrage pour lui tendre. Jetant un œil à son ami, elle la saisit avec précaution. Un sourire naquit sur son visage pâle à cet instant où elle reconnaissait l'homme de son cœur qui ne semblait pas plus âgé de 5 ans sur le cliché. La douce arborait un air tendre.

"Tu étais vraiment adorable…  Mais pourquoi tu…"

Elena s'interrompit devant l’écran de l'ordinateur que le ténébreux avait tourné vers elle. Et là, elle ouvrit la bouche, sans pouvoir prononcer un mot. A vrai dire, elle ne savait pas comment réagir. Cette petite fille était aussi adorable que l’enfant posant sur la photo qu'elle tenait toujours, aussi adorable que ressemblante. Elle déglutit avant de baisser les yeux. Elle ne savait s'il fallait sourire ou pleurer. L'homme qu'elle aimait était lié à jamais à une autre par l'intermédiaire de ce petit être innocent.

Aux mots de Shawn, elle constata ce prénom si doux, si beau qui lui allait si bien. La belle américaine ne put que se fixer sur les iris fascinantes d’Azuria, iris qu'elle aimait tant chez son père. Elle sourit légèrement à celui-ci comme pour sauver les apparences.

"C'est un très beau prénom."


Bien que sincère, bien qu'elle trouvait cette petite absolument magnifique, elle ne pouvait en dire plus pour le moment. Il lui fallait encaisser. Et pourtant ce n'était normalement pas son rôle à elle. Mais dorénavant, elle comprenait ce que pouvait ressentir son ami, lui qui venait d'apprendre l’existence d'une descendance. Elle aurait tant aimé cueillir elle même cette larme sur son visage. Elle se sentait si mal pour lui…

Et lorsque la tête du jeune homme vint rejoindre son épaule, la douce se permit de clore ses paupières, mais les rouvrit rapidement à cette confession pour le moins inespérée. Il avait renoncé à son premier pour elle ? Les joues de nouveau rouges, elle scrutait ses prunelles d’émeraude comme si elle n'arrivait pas à le croire. II souriait, il la faisait craquer. Le visage de Shawn s’approcha du sien pour déposer un baiser sur ses lèvres.

La jolie brune n'avait pas bougé, son cœur s'étant comme arrêté l’ombre de quelques millièmes de secondes. Et bien vite, un second suivit, plus appuyé, plus tendre, enflammant un peu plus le visage et le cœur de la petite fleur bleue. Paupières closes, elle savourait l'échange, un peu déboussolée. Ses lèvres étaient si douces, si additives.

Les paroles de l’homme de son cœur, ces mots qu'elle même n’avait pas eu le courage de dire, Elena ne les attendait plus et pourtant, il venait de les prononcer. L'émotion la submergeait, au point que ses pupilles subitement illuminées se remplirent de larmes. Troublée, elle prit d'abord soin de déposer la photo et l'ordinateur que Shawn tenait encore sur la table. Puis, le cœur battant, sourire aux lèvres, elle prit doucement possession des lippes du beau brun alors que ses mains encadraient son visage fin et harmonieux avant que ses bras ne viennent enlacer son cou.

La belle était si heureuse qu’elle ne se sépara de lui uniquement lorsqu'elle manqua de souffle. Pour dissimuler ses rougeurs, calmer les battements de son cœur, elle vint nicher son nez dans le cou du Suijin, sans relâcher son étreinte. Elle y resta quelques secondes avant de venir lui souffler quelques mots à l'oreille.

"Moi aussi…  Je t'aime, Shawn."


Se mordant encore et toujours la lèvre inférieure, elle s'écarta de lui pour planter ses yeux dans les siens. Elle avait retenu ses larmes. A quoi bon pleurer alors qu'elle était heureuse ? Subitement elle semblait plus rayonnante. Et enfin, elle se permit de poser sa main sur sa joue, approchant son visage du sien, frottant doucement son nez contre le sien. Bien qu'encore rose, elle se devait de le lui dire dans les yeux.

"Je t'aime."

Un doux baiser, un second, et la belle s'écarta, l'observant un instant l'air inquiet. Elle posa sa main sur son front, y constatant la température alors qu'elle arborait une moue contrariée.

"Tu es encore bouillant de fièvre, il faut que tu te reposes ... Reste ici, je vais te chercher un verre d'eau fraiche ça te fera du bien."

Un dernier baiser volé et Elena se déroba à lui, à contre coeur, elle était si bien tout contre lui. Elle n'aimait pas s'éloigner de lui, lui qui était dorénavant son aimé. Mais sa santé passait avant ses désirs de tendresse, elle ne pouvait le laisser dans cet état. N'était-ce pas le rôle d'une petite amie de prendre soin de celui qu'elle aime ? Arrivant sur le pas de la porte de la cuisine, elle se retourna une dernière fois vers lui. Il fallait qu'elle le lui dise.

"Shawn ... Ta fille est magnifique, elle te ressemble beaucoup ..." Un petit clin d'oeil à ce compliment indirect qu'il lui avait offert lors de leur première sortie. Mais, lui souriant paisiblement, elle ajouta : "Je t'aiderais à trouver un moyen de regagner le continent pour la rencontrer."

Elle y était déterminée. Elle voulait, l'aider, le voir sourire, le rendre heureux. Elle-même avait pu regagner le continent, mais par l'intermédiaire d'une mission qu'on lui avait délivrée. Peut-être que s'il se rendait au bon lieu, ou s'adresser à la bonne personne, Shawn pourrait partir quelques jours d'ici ? Cette idée lui serra le coeur alors que la douce fouillait déjà les placards à la recherche de quelque chose à grignoter. Son beau brun n'avait sans doute rien mangé depuis la nouvelle, elle en était sûre. Tout de même, un sourire ourla ses lippes alors qu'elle commençait à réaliser qu'il était désormais : son Shawn.






Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Dim 23 Juil 2017 - 18:49

Tu avais vu ses larmes monter rapidement à ses yeux. Tu les avais vu, et tu avais cru l’avoir blessée. Mais ce sentiment n’avait duré qu’un instant. Un instant pendant lequel elle avait soigneusement déposé cette photographie et l’ordinateur sur la table, te laissant dans l’incertitude. Certes, tu réalisais que ce n’avait pas forcément été le « bon » moment pour tout lui dévoiler. A bien y réfléchir, si tu ne l’avais pas fait sur un coup de tête, tu ne l’aurais d’ailleurs certainement jamais fait. Elena venait de passer ses bras autour de ton cou, ses lèvres venaient prendre les tiennes tandis que ses mains entouraient ton visage. Comme si elle avait peur que tu t’enfuis. Comme si tu aurais pu avoir envie de fuir. Ce n’est que lorsque vous commenciez à manquer de souffle qu’elle relâcha un peu son étreinte, nichant son nez dans ton cou pour mieux d’enlacer.

Ces mots… Elle te les avait retournés. Alors elle aussi, elle ressentait de tels sentiments. Tu avais souris, tendrement, amoureusement. Elle s’éloigna un peu, te regardant de ses iris si profondes. Ta jolie brune mordillait encore sa lèvre. Elle te rendait dingue, alors que tu passais doucement ton pouce sur cette partie torturée de son corps. Son nez contre le tien, tu observais ses rougeurs qui la rendait encore plus belle qu’elle ne l’était.

« Je t’aime. »

Ce baiser qu’elle t’offrait, tu avais l’impression de l’avoir attendu depuis des années. Alors que le précédent n’avait même pas cinq minutes ! Mais c’était différent. C’était différent maintenant qu’elle l’avait dit. Un baiser tendre, doux, avant qu’elle ne te regarde avec cet air inquiété. Ah, la fièvre. Elle avait donc fini par réellement s’en rendre compte, alors… Tu souriais niaisement. Comment pouvais-tu te reposer après ça ? Alors qu’elle était là ? Alors qu’elle te rendait dingue. Tu la regardais s’éloigner, laissant ton corps tomber sur le canapé. Ton regard ne se détachait pas de ce corps à demi-nu qui se pavanait devant toi. Elle semblait si minuscule dans cette chemise qui était la tienne… De ton point de vu, tu avais une vision imprenable sur ses dessous. Tu te surpris un moment à clairement la mater, imaginant un instant le touché de tes doigts sur cette peau qui te semblait si douce.

Ta belle te tirait de tes rêveries impures, te promettant de trouver un moyen de partir après t’avoir fait un compliment indirect. Ce clin d’œil te donnait envie de la dévorer. Mais tu lui répondis plutôt avec un large sourire enfantin.

« Je t’emmènerai avec moi, c’est promis. »

Il était hors de question qu’elle reste ici si tu partais. Avec cette île, on ne pouvait pas réellement savoir qui partirait, quand, pourquoi et surtout qui reviendrait et quand… Ni dans quel état. Tu chassais cette idée de ta tête. Doucement, tu te levais et quittais le canapé pour partir à la recherche de ta belle, te faufilant derrière elle lorsque tu eus rejoint la cuisine. Cette scène avait un goût de déjà vu, mais tu savais l’histoire différente. Ta tête prit place sur l’épaule de la jolie brune, qui ne tarda pas à râler parce que tu t’étais déplacé jusqu’à elle. Mais tu avais besoin d’elle. Tu voulais la sentir, la toucher. L’embrasser. Tu saisissais ses lèvres des tiennes, glissant doucement ta main dans la sienne. De ta main libre, tu passais doucement sur sa peau jusqu’à trouver ta place sur sa hanche. Pourtant, tu avais rompu le baiser un peu rapidement. Quelque chose avait attiré ton attention.

Doucement, tu relevais la manche de la belle, dévoilant un étrange pansement sur sa main. Ton regard se fit plus sombre, plus inquiet.

« Elena… Qu’est-ce qu’il t’est arrivé ? »

Tes yeux réclamaient la vérité pure. Peu importait qu’elle soit dure à entendre, tout ce qui comptait pour toi, c’était qu’elle aille bien, au final. Mais tu ne voulais pas commencer cette relation sur un mensonge. Non, tu ne voulais juste pas de mensonge. Mais ça, elle le savait certainement. Oui, c’était certain qu’elle le savait : elle non plus, elle n’aurait pas aimé qu’on lui mente. Malgré ton regard inquiet, tu l’avais embrassée sur la joue, maintenant ton étreinte sur elle, gardant cette main sur sa hanche, alors que l’autre avait glissé ses doigts entre les siens.


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Mar 25 Juil 2017 - 16:17

La petite fleur bleue était dans son monde, sur son petit nuage alors qu’elle ne tardait guère à trouver un verre et une bouteille de fraîche. Une moue sur le visage, Elena se disait qu’elle devrait peut être lui préparer quelque chose à manger, doutant de l’alimentation de son beau brun de ces derniers jours. Ses pensées dérivaient encore sur ses mots échangés. Ils s’aimaient tous les deux, n'était ce pas merveilleux ? Et lorsque Shawn lui avait promis de l'emmener avec lui, il ne s’était certainement pas rendu à quel point cela pouvait la rendre heureuse. Elle ne fut pas si surprise de le sentir près d’elle et bien vite ses pupilles d'océan se posèrent sur l’intrus. Arborant une moue contrariée, les sourcils froncé, elle le réprimanda.

“Je t’ai dit de rester tranquille…”

La belle a la crinière d’ébène n’eut pas le loisir de poursuivre son sermon, interrompue par les douces lèvres de son ténébreux. Il savait déjà si bien y faire avec elle. Le cœur battant, elle ferma les yeux, lui rendant ce baiser dorénavant normal entre eux, même si chacun d’eux restait exceptionnelle aux yeux de la douce. Plus d'ambiguïté, simplement deux personnes amoureuses.

La belle américaine ne pouvait que céder sous ses contacts alors qu'elle rosissait en sentent les mains de son aimé caresser sa peau. Mais le baiser fut rompu, bien trop tôt, si bien qu’elle aurait pu protester un peu pour le poursuivre. Mais avec tout ceci, elle avait oublié un détail : sa main blessée.

Honteuse, elle baissa le regard, se mordant la lèvre en attendant la question inévitable. Elle aurait voulu qu'il n’y prête pas attention mais c'était impossible pour lui, elle le savait maintenant très attachée à elle. L’interrogation posée, elle risqua un coup d’œil vers lui. Son regard d’émeraude ne montrait aucune colère, juste de l'inquiétude et ce besoin de vérité. Elle lisait déjà si bien dans ses yeux, mais elle détourna le regard préférant regarder le sol.

Elle ne lui mentirait pas, ce n'était pas son genre, surtout juste après la naissance de leur relation. Cherchant ses mots, ce baiser sur la joue lui donna du courage, tout comme son étreinte se resserrant sur elle. Elle caressa nerveusement la main de son beau brun avant d’ouvrir enfin la bouche, cessant de torturer sa lèvre inférieure. Elle avait beaucoup de choses à énoncer, aussi, elle décida de ne pas se retourner, pour parler plus librement.

“Pardon je…  Je voulais t’en parler mais…  tu étais si malheureux, ma priorité était d'être à tes côtés et d’être à ton écoute. Je ne voulais pas que tu t'inquiètes pour une chose de plus. “

Et c'était bien vrai. Elle n'avait voulu être égoïste, préférant le réconforter avant tout. Elle inspira avant de lâcher cette information qui risquait sans doute de faire bondir le cœur du jeune homme.

“J’ai…  j’ai combattu Ran… “ Une pause, puis elle reprit. “J’ai été envoyée pour une mission sur le continent avec plusieurs descendants. Le but était de ramener une clé qui se trouve dans un musée. J'ai fait équipe avec une femme du nom de Jess et…  Oliver. Ran s’est mise en travers de notre chemin. Tout est un peu confus. J'avais si peur que… ma magie a fini par prendre le dessus et je suis devenue une… Autre personne. Tout comme Jess et Oli. D’ailleurs, Oli a essayé à plusieurs reprises de me protéger, il voulait que je prenne la fuite mais je voulais pas les laisser, je voulais pas être lâche.”

Elle déglutit. Il était rare que la belle parle autant mais il le fallait. Elle lui devait la vérité. Elena ferma un instant les yeux, resserrant un peu plus sa main. Même si elle ne voulait pas l’admettre, cette expérience l'avait angoissée, quoi de plus normal ? Soupirant, elle finit par s’extirper de l’étreinte, se retournant pour adresser un léger sourire à Shawn alors que ses iris d'azur se planter dans les siennes.

“En y repensant, je voulais me battre pour revenir auprès de toi…”

Elle rosit un peu en observant sa main bandée.

“J’ai eu de la chance, je n'ai eu que ça et quelques bleus. Et cette plaie je ne la dois qu’à moi même. Je me suis entaillée la main en plantant un morceau de verre dans le dos de Ran parce que ma magie n’avait aucun effet sur elle. Je n'ai jamais haï personne mais elle… Si.”

Sans oser relever la tête, elle continua son récit.

“Pardon, je parle beaucoup. On nous a donné ensuite l'opportunité de voyager sur le continent pendant vingt quatre heures et, j'ai décidé de me rendre sur la tombe de ma mère.”

Sa voix se fit un peu tremblante mais elle sourit tout de même.

“Ça m’a fait un bien fou, c'est comme si j'avais pu lui dire au revoir. Oli est venu avec moi, on a beaucoup parlé tous les deux, je sais maintenant pourquoi il était si étrange ces dernières semaines… Mais aussi, j'ai appris que j'ai une demi-sœur qui vit dans la rue ici même… Ça c'est encore une autre histoire. Je ne l’ai pas encore eu le cran de la chercher…”

Elle n’avait pas fini non. Le beau brun l'ayant écoutée tout le long, elle voulait terminer par ce que logeait au fond de son cœur durant cette longue journée. Attrapant doucement les mains de son Suijin, elle se confia.

“Mais je veux que tu saches que je n’ai pas cessé de penser à toi la bas et je m'étais d'ailleurs décidée à t'avouer ce que je ressens pour toi dès mon retour.”

Se mordant une énième fois la lèvre, elle leva timidement les yeux vers lui avant de se rehausser sur la pointe des pieds et déposer ses lèvres sur sa joue. Une fois pied à terre, les joues empourprées, elle ajouta quelques mots.

“Tu m’as beaucoup manqué tu sais ?”







Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Sam 5 Aoû 2017 - 23:01

Alors… Elle l’avait rencontrée. Elle. Ran. Juste son nom suffisait à t’arracher un frisson d’effrois alors que ton regard se faisait plus sombre soudainement. Elle l’avait rencontrée, et tu n’avais pas été là pour la protéger. Tu serrais les poings, la colère montant en toi alors qu’elle t’expliquait qu’elle avait coopéré avec une certaine Jess et Oliver. Son meilleur ami. Celui avec qui tu étais persuadé qu’il s’était passé quelque chose. Celui qui avait été là dans ce moment de joie lorsqu’elle avait été voir sa mère, par la suite. Plus elle parlait et plus tu t’agaçais. La jalousie grimpant en toi, tu serrais les lèvres, essayant de ne pas agir ou parler sous l’impulsion des sentiments.

Car tu étais comme ça, Shawn. Il était inutile de le nier. Tu étais un grand impulsif et tu agissais souvent sur un coup de tête. Mais là, face à celle que tu aimais plus que tout, il était difficile pour toi d’imaginer la perdre à cause d’un acte irréfléchi. Alors, tu avais gardé le silence, détachant ton regard du sien, gardant tes yeux noirs pour toi seul. Seul son baiser te ramena sur terre. Alors, tes yeux reprirent leur douce couleur. Alors, la colère laissa sa place. Aujourd’hui, il y avait bien trop d’info qui te parvenaient. Tu levas la tête, frottant tes yeux, avant de soupirer un bon coup.

« Je… »

Tout se mélangeait dans ton esprit. Tu ne savais plus ce que tu devais dire, pourquoi, comment. Elle aussi, elle t’avait manqué. Beaucoup. Enormément. La seule personne que, pourtant, tu ne voulais pas voir dans l’état dans lequel tu te trouvais. Et pourtant la seule que tu aimais. Ah, tout ça était si contradictoire. Tu t’étais approché d’elle en douceur, passant tes bras autour de son cou. Ton front vint se coller au sien. Oui, tu l’aimais. Oui, elle t’avait manqué. Oui, tu étais furieux.

« Je suis en colère, Elena. Pardon… Pardon de ne pas avoir été là pour te protéger. Je suis désolé… Je n’étais pas là non plus pour t’emmener voir ta mère… J’aurais tellement aimé… »

Tu te mordais une lèvre jusqu’à ce qu’une goutte de sang perle à cet endroit. Tu la serrais contre toi, encore un instant. Un dernier instant avant de la lâcher. Ton regard se perdit à nouveau un instant avant que tu ne te retournes. Dos à elle, tu déboutonnais ce qu’il restait de ta chemise, la laissant tomber le long de tes épaules, de tes bras, de ton corps, lui dévoilant ton dos. Ce dos, cette cicatrice… Cette cicatrice qu’elle t’avait infligée. Car ta rencontre avec la modifiée n’avait pas été sans séquelles : l’immense entaille qui traversait ton dos de haut en bas en diagonale en témoignait.

« Je ne peux pas t’en vouloir pour… ta main… alors que j’ai ce souvenir sur moi, n’est-ce pas ? »

Tu lui offrais ce sourire charmeur. Celui qui voulait en dire tant sur ce que tu ressentais.

« J’ai juré de me venger le moment venu. J’ai une deuxième raison de le faire… Elle ne te touchera plus, plus jamais. C’est une promesse. »

Tu sentais sa main parcourir ton dos, t’arrachant un frisson au passage. Tu soufflais, profondément.

« Tu m’as manquée… Je ne veux plus que tu t’éloignes. Plus jamais… »


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Dim 6 Aoû 2017 - 14:44

Elena lui avait tout révélé, dans les moindres détails. Elle ne pouvait pas lui cacher cette mission périlleuse, ainsi que ce temps qu'elle avait passé avec son ami ensuite. Elle avait été des plus honnêtes même si le regard de son aimé s'était assombri. Etrangement, elle semblait déceler ses émotions. La colère, la jalousie, l'inquiétude. La belle à la chevelure d'ébène ne pouvait lui en vouloir mais lui cacher n'avait pas été son intention, elle voulait simplement attendre le bon moment. De manière à faire passer un peu mieux la pilule, elle avait terminé sur ses propres ressentiments ainsi qu'un baiser sur sa joue. Elle ne lui voulait pas le savoir en colère contre elle. Pas maintenant, pas juste après avoir appris que ses sentiments étaient réciproques.

Baissant les yeux, elle attendait patiemment le verdict. Bien sûr, recevoir autant d'informations d'un coup était certainement un choc pour le beau brun qui avait déjà eu son lot d'émotions ces derniers jours. Mais il avait voulu savoir. Il avait voulu la vérité. La douce la lui avait dévoilé, tout comme elle venait également de lui faire comprendre à quel point il comptait déjà pour elle. La gorge serrée, elle trouvait le temps bien long. Elle voulait entendre sa voix, le silence était trop pesant. Il était juste devant elle, mais elle avait à cet instant l'impression que des kilomètres les séparer.

Son coeur s'apaisa à l'instant même où elle sentit ses bras l'enlacer, relevant la tête pour sentir son front toujours bouillant contre le sien un peu plus frais. La jolie brune planta son regard dans le sien, son regard de naïveté, de candeur, d'amour. Ses mots la laissèrent bouche bée. Il n'était pas en colère contre elle mais ... contre lui-même ? Elle se mordilla la lèvre alors qu'elle posa une main sur sa joue, attendrie.

"Shawn ... C'est pas ta faute, tu n'avais aucun moyen de savoir ..."

Les larmes menaçaient les pupilles d'azur de la jeune femme. Elle se sentait quelque peu coupable soudainement, mais comment aurait-elle pu rater une telle occasion ? Fleurir la tombe de sa mère, se réconcilier avec Oliver. Mais elle se tut, elle ne voulait pas se justifier, car elle n'avait pas d'argument pouvant atténuer la déception de son beau ténébreux. Elle aussi, dans son cas, aurait été déçue, elle aussi, aurait certainement été jalouse. Elle choisit le silence alors que ses doigts glissèrent sur sa joue, venant frôler la lèvre torturée du jeune homme, passant sur cette perle écarlate pour l'effacer. Elle ne voulait pas qu'il se fasse du mal, que ce soit physiquement ou moralement.

L'émotion continuait de l'envahir alors que Shawn s'écartait d'elle. Elle aurait voulu qu'ils restent ainsi un peu plus longtemps. Elle ne le quittait pas du regard, interpellée par le fait qu'il lui tourne le dos. Si elle était curieuse de savoir ce qu'il se tramait, elle ne broncha pas. Le feu monta aux joues d'Elena alors qu'elle voyait la chemise de son Suijin s'effondrer mollement au sol, dévoilant son dos, sa peau si belle, sa musculature si bien dessinée mais une chose attira l'attention de la belle, ses joues palissant en conséquence : une cicatrice barrant son dos. Ran. Elle n'avait pas besoin d'explication, elle savait.

La brune resta muette alors que son regard triste se posa sur ce sourire pourtant si beau. Mais elle-même ne parvenait pas à sourire, sa gorge était bien trop serrée pour ça. Elle restait silencieuse mais l'écoutait, soudainement inquiète de ces mots. La vengeance l'animait lui aussi, ce sentiment qui avait détruit son meilleur ami. Elle se sentit soudainement angoissée alors qu'elle s'approchait de lui, sa main blessée venant caresser cette longue cicatrice, la traçant de haut en bas avec douceur. A travers ses dernières paroles, la jolie fleur bleue comprit enfin. Si elle l'aimait déjà de tout son être, il en était de même pour lui vis à vis d'elle.

Se sentant soudainement plus proche de lui, son coeur réagissant à cette pointe de bonheur que le beau brun avait fait émerger en elle, la belle américaine l'enlaça de ses bras frêle. Rougissante, elle colla son corps au sien pour l'étreindre, une étreinte qu'elle voulait douce et rassurante. Ses lèvres se posèrent à plusieurs reprises sur le stigmate ornant son dos, simplement par instinct, comme si elle voulait le faire disparaitre par la simple force de ses baisers. Mais c'était impossible, une cicatrice restait à vie. Elle posa sa joue contre sa peau, fermant les yeux alors que son pouce caressait son ventre, lui communiquant sa tendresse.

"Promis ... Je resterais près de toi. Mais, Shawn ... je ne veux pas que le désir de vengeance te consume, j'ai vu ce que ça pouvait faire. Je ne peux pas nier ... Je la déteste encore plus maintenant que je sais ce qu'elle t'a fait mais ..." Elle marque une pause, venant poser son front contre son dos. "Je ferais quoi s'il t'arrivait quelque chose ? Je ne veux pas que tu l'approches ... Je sais que tu refuseras de m'écouter alors, je te demande une chose au cas où l'occasion se présenterait. Je veux l'affronter avec toi. Moi aussi, je veux te protéger. S'il te plait ..."

Ces mots paraissaient certainement beaucoup moins crédible de la bouche de ce petit bout de femme, mais ils étaient néanmoins sincère. Elle connaissait maintenant l'étendue de ses pouvoirs, et les développerait chaque jour un peu plus si besoin, pour protéger celui que son coeur avait choisi. Restant contre lui quelques minutes, elle finit par relâcher son étreinte, sa main saine parcourant avec curiosité ce corps doux de sa hanche jusqu'à son omoplate. Se rendant compte de ses gestes, elle rougit de nouveau, retirant sa main à contre coeur. Elle se prenait à vouloir connaître la sensation de sa peau contre la sienne. Mais quelque chose la tracassait encore. Elle aussi, devait lui montrait toutes ses blessures, par souci d'honnêteté ?

"Shawn ? ..."

Lentement, elle prit sa main, l'inciter à se retourner. Ses iris d'océan se promenèrent irrémédiablement sur son torse dénudé avant qu'elle ne baisse la tête, un peu honteuse d'être si peu discrète et si distraite. C'était bien la première fois qu'elle pensait à de telles choses. Mais il était encore plus beau qu'elle ne l'avait imaginé. Elle se mordit la lèvre pour redescendre un peu sur terre, ce n'était pas le moment de s'évader dans ses songes. Le visage toujours empourprée, elle finit par reprendre la parole.

"Je ... Il n'y a pas que ma main ... Enfin, c'est pas grave mais ... Je veux que tu saches ..."

Soudainement stressée, elle inspira alors que, le fuyant du regard, elle déboutonna un peu sa chemise, laissant un bouton au niveau de sa poitrine pour s'assurer qu'elle n'en dévoile pas trop. C'était quelque peu embarrassant mais la douce se voulait sincère et honnête, quitte à repousser un peu sa timidité et sa pudeur. Elle ne lui dévoila que cet hématome sur l'abdomen encore violacé, loin d'être guéri suite au coup de poing de Ran. Crispée, ne se rendant pas réellement compte qu'il pouvait voir une partie de son dessous de dentelle noire, elle déglutit.

"Je n'ai ... rien de cassé, mais ... au moins, t-tu sais tout ..."






Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Sam 19 Aoû 2017 - 14:54

Elle était là, si près de toi. Le front accolé à ton dos. Tu devais sembler si fragile, un frisson avait parcouru ton dos. La fièvre, ou sa façon de te toucher et de prendre soin de toi ? Certainement les deux. Tu voulais, à ce moment, la prendre contre toi et ne plus jamais la lâcher. Tu ne réalisais pas encore que tu n’aurais plus à te séparer d’elle, que vos taquineries, vos gestes tendres avaient pris tout leur sens aujourd’hui. Vos sentiments avaient explosés, pour ton plus grand plaisir. Tu aurai aimé lui avouer dans de meilleures conditions, ne pas “profiter” de ta faiblesse du moment. Et ses doigts… ses doigts qui se promenaient sur ta peau ne faisait que t’arracher des frissons supplémentaires. Des frissons de plaisir. Tu voulais la sentir contre toi. Là. Maintenant.

Et elle venait de t’inciter à te retourner vers elle, chose que tu fis sans te faire prier. Tes yeux se plantaient dans ses iris un instant, juste avant qu’elle ne te détaille de haut en bas. Tu n’avais pas eu le temps de te sentir gêné qu’elle se trouvait déjà en train de… de… déboutonner sa chemise ?! Tu ouvris les yeux en grand, étonné de son geste. Mais tes yeux n’avaient pas tardés à se poser sur ces hématomes violacés qui peuplaient son torse. Tu serrais le poing. Ran… encore. Réellement, tu lui ferais la peau. Elle avait osé ! Elle l’avait touchée !

Tu t’approchais de ta belle. Tes pupilles avaient eu du mal à se détacher de ce corps dont la peau semblait si douce. De ce corps qui semblait si chaleureux. Alors, tu t’approchais d’elle. Et tes mains se perdirent sur son corps. Ses hanches, ses flancs, son dos. Chaque partie fut explorée. Remontant dans son dos, tu n’avais pas mit longtemps à te rendre compte qu’elle ne portait pas de soutien-gorge. Ton coeur loupa un battement, pendant que tes mains repassaient sur l’avant de son corps. Chaque caresse ressemblait à celle d’une plume. Tu flirtais avec les limites, glissant presque tes doigts sous son bas de dentelles, remontant juste sous sa poitrine. Bon dieu… Tu la désirais déjà tellement… tellement plus que ce que tu ne l’avais imaginé jusque-là.

Tu pouvais le sentir. Ton coeur battait si fort qu’il faisait bourdonner tes oreilles. Tu t’approchais d’elle, ta main droite remontant sur sa hanche alors que la gauche venait doucement caresser un de ses seins. Tu cherchais ses yeux un court instant. Un simple instant avant que tes lèvres ne viennent prendre les siennes pour un baiser tendre, mais tellement fougueux.

« Elena... »

Tu murmurais, t’approchant de son oreille.

« C’est le moment où tu es censée m’arrêter… »

Mais tu étais loin d’avoir envie de t’arrêter. Pourtant, ce qu’elle ressentait passait avant tout, tu étais prêt à tout pour elle. La voir… ici, dans cette tenue, sous ton nez… Comment ne pas la désirer. Tu croquais son oreille, doucement, sans lui faire de mal. Puis, tu descendais te nicher dans son cou, que tu embrassais et mordillait au coup par coup. Ta main sur sa poitrine continuait de la caresser avec une tendresse insoutenable. Mais tu n’insistais pas, pas encore, sur les zones les plus sensibles. Non, tu la découvrais, lentement, à ton rythme mais surtout au sien. Tu ne voulais pas l’effrayer. Juste lui faire comprendre à quel point elle pouvait être belle et désirable à tes yeux.


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Sam 19 Aoû 2017 - 18:58

Shawn s'était approché d’elle. La douce avait enfin relevé les yeux et à cet instant, elle eut la réelle impression d'être dévorée du regard. La proximité de son aimé à demi nu l’intimidait. Elle aurait tant souhaité se blottir contre lui, sentir la chaleur de sa peau contre la sienne. Il lui embrouillait les idées, faisait imploser son cœur par sa simple présence, d'un simple regard. Mais la belle a la crinière d’ébène n’était pas encore au bout de ses surprises. Car la distance entre eux se réduisait de plus en plus alors que le beau brun glissait ses mains sur sa peau. A peine l’avait il effleurée qu'elle fut parcourue de frissons incontrôlables. Ses mains étaient douces, chaudes, rassurantes. Il l’apaisait de par ses simples caresses. Ce pouvoir qu'il avait sur la jolie brune était d'une puissance inédite. Il poursuivait son exploration alors qu’Elena fermait les yeux. Son cœur la tourmentait, son corps surchauffait, chaque passage de ses mains lui arrachant des frissons.

Ce qu'elle pouvait aimer sa proximité, ses contacts qui la faisaient pourtant rougir encore et encore. Il n'y avait que lui qui pouvait la toucher ainsi, il n'y avait que lui qui avait ce privilège de découvrir la douceur de sa peau. Juste lui, rien que lui. Elle ne voulait se dévoiler à personne d'autre. Il était le seul à faire battre son coeur à ce rythme, tellement qu'elle avait parfois l'impression de manquer d'air. Une pointe d'angoisse se fit ressentir alors qu'il franchissait légèrement la barrière de dentelle noire, la belle n'osant pas relever les yeux vers lui. Son visage était teinté d'un rouge très prononcée. Ses joues étaient si brûlante, mais certainement autant que son corps à cet instant. Car oui, elle l'avait remarqué, sa température semblait avoir augmenté en flèche depuis qu'il avait débuté ses entreprises.

Elle déglutit lorsque les doigts de son beau ténébreux effleurèrent le dessous de sa poitrine. La douce ne savait comment réagir à une telle initiative, encore moins lorsqu'elle sentit sa main s'emparer de sa poitrine, avec tellement de douceur ... La belle à la chevelure d'onyx se mordit la lèvre alors qu'elle se sentatit déjà succomber sous ses doigts. Elle avait peur mais pourtant ... Ses mains sur elle ... Elle adorait tellement ... Mais ce plaisir, elle ne savait comment le lui rendre. Timidement, ses pupilles se plantèrent dans les siennes. C'était sans doute la première fois qu'il la regardait comme ça et elle, ne lui rendait qu'une expression ingénue et innocente. Mais bien vite, il prit possession de ses lèvres. Ce baiser aussi, c'était nouveau, bien plus intense que les précédents.

La petite fleur bleue se sentait soudainement perdue, elle savait qu'elle ne pouvait pas résister aux gestes tendres de l'homme qu'elle aimait par dessus tout. Et d'ailleurs, avait-elle envie de lui résister ? Son esprit s'embrumait, pire même, elle perdait déjà pied. Elle hésitait, ne sachant où mettre ses mains. Elle se sentait novice, ridiculement novice avec ses bras qui pendaient le long de son corps. Alors qu'il abandonnait ses lèvres, elle luttait pour reprendre son souffle, les poumons et le coeur embrasés. Son prénom qu'il prononçait de sa voix à la fois douce et rauque ...

Elle savait. Elle savait que peut-être, elle devait mettre fin à cet écart de conduite. Elle qui était si angoissée à l'idée d'aller plus loin. Elle qui en avait tellement envie mais qui pourtant semblait vouloir le découvrir dans son intégralité. Shawn était devenu si important à ses yeux. Il l'avait séduite. Elle était charmée par son doux visage, ses regards tendres et son comportement envers elle. Le beau brun était si contradictoire, lui qui lui offrait la possibilité de s'échapper mais qui la retenait pourtant en s'attaquant doucement à son oreille.

La belle américaine dut se mordiller un peu plus fort la lèvre pour ne pas laisser échapper un petit gémissement. Elle était dans un état second, ses jambes ne voulant déjà plus la porter. D'instinct, elle passa ses bras autour de son cou tandis qu'elle arquait le sien pour lui laisser plus de place. Entre chaleur et frissons, baisers, morsures et caresses, elle n'était plus apte à réfléchir. Elle était sûre d'une chose, elle l'aimait et était prête à tout pour lui. Inspirant, elle posa sa tête sur la sienne.

"Shawn ... Je ... Je n'ai pas envie de ... t'arrêter."

L'ombre d'un instant, elle eut l'impression d'être la pire des dévergondées, elle-même avait beaucoup de mal à croire à ses propres paroles à vrai dire. Son coeur avait parlé, sa raison et sa timidité s'étaient effritées. Il l'envoutait. Elle caressait doucement son omoplate tout en cherchant ses mots. Elle devait lui avouer quelque chose, une chose très importante. Elle ne voulait rien lui cacher, être transparente et honnête avec l'élu de son coeur. Comme pour se donner du courage, la douce se nicha dans son cou, y déposant ses lèvres, puis le croquant timidement de ses dents.

"Je ... Il faut que tu saches que ..." Elle resserra son étreinte, comme pour l'empêcher de s'éloigner d'elle, l'empêcher de la regarder. "Je n'ai jamais fait ... 'ça'. C'est la première fois que ... je tombe amoureuse." Elle se sentait de plus en plus mal, un peu ridicule. La Saruta avait bien du mal à trouver les bons mots et s'en trouvait réellement maladroite. "Tu es le premier à ... me lancer de tels regards, à ... m'embrasser et à pouvoir me toucher. Je ... J'ai peur de te décevoir ..."

Elena expira, voulant calmer les battements de son coeur que son beau Suijin devait sentir. Elle s'écarta doucement de lui, exposant la couleur de ses joues et son regard pétillant, posant son front contre le sien.

"Je ne veux pas que ... tu t'arrêtes ..."

Et lentement, elle vint sceller ses lèvres aux siennes dans un baiser tendre.






Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Sam 26 Aoû 2017 - 22:07

Comment avais-tu pu lui résister aussi longtemps ? Comment faisais-tu pour ne pas lui sauter dessus instantanément ? Tu l’aimais. C’était tout ce qui te retenait à ce moment-là. Tu ne voulais pas lui sauter dessus : tu voulais la toucher avec tendresse, profiter de sa peau, de son souffle.  Et elle s’était accrochée à toi. Ses bras étaient passés autour de ton cou, te laissant l’accès libre à son cou. Ses mots… Ses mots pénétrèrent ton cœur. Elle aussi, elle t’aimait. Il ne fallait surtout pas que tu l’oublies. Et c’était parce qu’elle t’aimait qu’elle ne voulait pas t’arrêter. Tu avais voulu lui répondre que seuls ses sentiments à elle comptaient, qu’elle pouvait lui dire « non » si elle pensait qu’il allait trop vite. Mais sentir son nez se poser dans ton cou ; ses lèvres venir chercher ta peau ; tes dents saisir ta chaire… ça t’avait donné un frisson incontrôlable et incontrôlé.

Tu étais le premier, Shawn. Son premier. « Le » premier. Celui dont on se souvient toujours. Celui qui nous marque, qui nous fonde. Le premier, celui qui nous prend nos premières fois. Tu avais déjà été ce premier pour Angelic. La jolie blonde n’avait jamais eu personne avant toi. Tu lui avais volé son premier baiser, ses premières caresses, sa premières fois. Toutes ses premières fois. Et maintenant… Tu recommençais.

Pour autant, ça provoquait une sorte de joie au fond de toi. Tu étais heureux d’être celui qui lui faisait goûter à ces plaisirs charnels. Le souvenir de ce premier baiser que vous aviez échangé t’envahis. Le premier pour « vous », le premier pour « elle ». Personne n’avait touché ses lèvres avant toi. Une femme de cet âge, qui n’avait jamais connu personne… C’était comme un privilège qui t’était donné. Epouse-là, Shawn ! *rire*

Tu pouvais sentir son cœur battre aussi vite qu’un oeuf se cassait. Son front vint trouver le tient. Alors, elle te rappela une nouvelle fois qu’elle ne voulait surtout pas que tu t’arrêtes, scellant ses paroles d’un baiser. Comme une promesse. Elle s’offrait à toi, Shawn. Tu la faisais fondre, tu n’en étais peut-être pas conscient mais elle t’avait succombé il y avait un certain temps déjà.

Tu prolongeais le baiser sans ménagement. Un baiser tendre, mais enflammé. Comme si c’était le dernier… Alors que c’était loin de l’être. Ta main vint se poser sur sa joue, soutenant son visage de ta paume chaude. Les yeux clos, tu profitais de cet échange si doux avant de le rompre avec douceur. Tes yeux glissèrent sur les siens. Tu aimais son regard, la couleur de ses pupilles. Tu laissais ton pouce aller sur ses lèvres avant de soupirer légèrement.

« Je… Je t’aime. »

C’était là tout ce que tu avais trouvé à dire ? Tu te sentais tellement bien, tellement heureux, que c’était tout ce qui te venait à l’esprit. Tes mains se posèrent sur ses hanches que tu caressais lentement. Ton nez venait jouer avec le sien, un sourire naissant sur tes lèvres.

« Et je suis heureux de l’apprendre… »

Tu l’embrassais sur le front, avant de reprendre ta position.

« Mais tu ne me décevras pas en refusant, tu sais. Va à ton rythme, ça fait partie de ce que j’aime chez toi. »

Tu parlais, et tes mains remontaient pour flatter ses courbes si belles et bien dessinée.

« Alors n’hésites pas… Dit-moi si je vais trop loin. »

Tes lèvres partirent trouver les siennes, encore. Tu les mordillais lentement, les embrassaient, et ta langue jouaient un peu avec elles avant de reprendre un simple baiser si fougueux. Du bout des doigts, tu glissais sous sa chemise de nouveau pour sentir sa peau, remontant jusqu’à l’unique bouton qu’il restait. Sans hésiter, tu l’avais retiré. Simplement. Et tu la regardais, les yeux pleins d’amour et de tendresse. Des doigts vinrent frôler la peau de son sein que tu caressais plusieurs secondes avant de passer dans son dos. La serrant contre toi, tu l’approchais de ton corps, sentant sa peau contre la tienne, venant lui mordiller le creux du cou avec envie.

« Tu es belle… délicieusement belle… »


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Dim 27 Aoû 2017 - 12:24

En quelques minutes, la douce avouait ce qu'elle pensait être des "tares" et n'avait pas hésité à lui faire comprendre qu'elle s'offrait à lui, lui celui qu'elle aimait plus que tout. Lui, son premier amour. Lui qu'elle espérait être le seul, même si elle n'osait pas réellement se projeter de la sorte. Elena lui avait volé un baiser, comme pour appuyer ses mots emplis de sens, un baiser que le beau ténébreux ne tarda guère à prolonger. Alors que sa joue logeait dans la paume du Suijin, la belle glissa une main sur son torse, la remontant jusqu'à sa nuque. Cet échange était à couper le souffle, emballant un peu plus le petit coeur de la jolie fleur bleue. Résister en devenait impossible.

Ses yeux dans les siens, elle reprenait doucement son souffle alors qu'elle ne se lassait pas de le contempler. Et lorsque son pouce vint flatter ses lèvres, elle sourit l'attrapant entre celles-ci avec douceur, le libérant bien vite. Son regard était d'une douceur qu'elle n'aurait jamais cru possible envers elle. Dire qu'à son arrivée, elle était loin d'imaginer que les choses tourneraient ainsi que ses sentiments pour elle étaient devenus bien plus forts que ceux qu'il semblait entretenir pour son premier amour. C'était digne d'un rêve, de ses nombreuses songes un peu trop romantiques. Et pourtant, l'instant présent était bien une réalité. Elle sentait comme jamais ses mains sur sa peau, ses lèvres sur les siennes, ses pupilles d'émeraude qui transperçaient l'azur des siennes.

Elle l'aimait, sans l'ombre d'un doute. Même si la jeune Saruta était de nature réservée, ce n'était pas n'importe qui qui pouvait enflammer ses joues de la sorte, ni rendre son regard si pétillant, si énamouré. Son sourire s'élargit à la nouvelle déclaration de son aimé. Il ne l'avait pas encore dit de cette façon et l'entendre fut un réel plaisir. Mais captivée par ses iris fascinantes, elle ne trouva pas la force de lui répondre, se laissant bercer par ses gestes tendres. Ce sourire, elle l'adorait, tout comme chacun de ses mots qu'il prononçait pour elle, tout comme ses lèvres qui se posaient sur son front comme une promesse de protection. A croire qu'il était fait pour elle, qu'il était son idéal.

Il ne la forcerait à rien, il lui laissait le choix. Elle n'en attendait pas loin de lui. Elle le savait gentil, sincère avec elle. Elle avait tellement confiance en lui. Ses caresses la firent frissonner de nouveau alors qu'elle acquiescait aux paroles de Shawn. Aller trop loin ? Certainement que oui, mais avec la plus grande des tendresses, c'était ce qu'elle espérait de lui. Et ses lippes qui rencontrèrent de nouveau les siennes, comme s'il cherchait à lui faire oublier ses craintes. Et cette langue taquine, la belle brune se prenait à vouloir la savourer. Il n'y avait que lui pour lui inspirer ce type de pensées. Enfin, il lui accorda un baiser, tout aussi tendre, tout aussi passionné que précédemment alors qu'il la libérait de ce dernier bouton compressant légèrement sa poitrine.

S'accrochant à son regard, elle se mordit la lèvre, un peu anxieuse, comme si elle avait peur qu'il n'appréciait pas ce qu'il avait sous les yeux. Elle poussa un léger soupir d'aise comme pour libérer un peu de pression sur ses poumons alors qu'elle sentit ses doigts parcourir son sein. Elle put sentir sa chaleur contre sa peau dans cette douce étreinte. Et Shawn fit évader ses craintes, comme s'il avait lu en elle comme dans un livre ouvert, la faisant frémir par cette douce morsure. Passant ses petits bras autour de lui, elle profita de ce contact, s'énivrant de son odeur et de la douceur de sa peau.

"Je t'aime ... tellement ..."

Elle aussi, avait envie de parcourir ce corps parfait qu'il exposait, mais en aurait-elle le courage ? Timidement, ses doigts glissèrent le long de son dos avant qu'une main ne se positionne sur sa hanche et l'autre sur son torse. Rougissante, elle se déroba quelque peu à son étreinte afin de pouvoir le gratifier d'un baiser à l'emplacement de son coeur. Hésitant un instant, elle ferma les yeux alors qu'elle posa de nouveau ses lippes au même endroit.

"Ton coeur ... Il bat si fort ... Comme le mien ..."


Lentement, elle se permit d'aspirer sa peau, la mordiller légèrement, se souvenant de cette marque qu'elle avait découverte sur sa propre peau le lendemain de leur "première nuit" ensemble. Elle lui appartenait déjà à cette époque et à cet instant, c'était à elle de déposer son empreinte sur lui. Une fois terminé, elle observa la petite plage violacée ornant le torse de son bien aimé. Elle se sentit un peu honteuse alors qu'elle fit glisser un peu sa chemise pour dévoiler cette ancienne marque au creux de son épaule, bien que quelque peu effacée maintenant.

"On a ... la même comme ça ..."

Elle leva le regard vers lui, se mordillant la lèvre tant elle était satisfaite de son oeuvre, satisfaite qu'il ne soit rien qu'à elle. Sa main qui avait quitté son torse revint s'y loger délicatement, le caressant du bout des doigts dans l'unique but de le faire frissonner. Elle soutenait son regard, avec son demi-sourire et ses joues enflammées. Comme si son air innocent était là pour le provoquer.

"Et ... Je suis heureuse, d'être à toi ..."







Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Ven 1 Sep 2017 - 21:44

Elle cherchait à te faire craquer, ou ce n’était qu’une idée erronée envoyée par ton cerveau liquéfié par les derniers événements ? Cette marque… tu t’en souvenais plus que clairement. Mais vu ton état, elle avait certainement bien fait de te la remettre en mémoire, dévoilant cette partie de sa peau qu’il aurait certainement mieux fallut que tu ne vois pas dans ton état. Blottie contre toi, tu l’avais gardée au creux de tes bras plusieurs secondes, la gratifiant d’un baiser sur le haut du crâne. Oui, elle était tout à toi, tout comme tu étais tout à elle. Rien qu’à elle. Qui donc aurait pu prendre sa place, alors que c’était comme si tu avais attendu son arrivée depuis si longtemps ? Tu ne croyais pas au destin, Shawn. Mais tu devais bien avouer que parfois, tu te demandais pourquoi les choses arrivaient. Ta rencontre avec Elena et cette relation que vous avez développée sont deux choses que tu n’aurais échangées pour rien au monde.

Finalement, tu avais relâché ton étreinte, cherchant son regard. Ses joues rougies, son cœur que tu sentais encore sur ta peau, cette tenue qu’elle arborait… S’en était trop. Tu te frottais les yeux puis tu l’embrassais sur la joue, juste au creux des lèvres.

« Je… Vais prendre une douche. »

Tes joues aussi semblaient s’enflammer. Il n’y avait pas que ses joues d’ailleurs : ton visage entier semblait avoir changé de teinte. Forcé de battre en retraite, tu ne pourrais pas tenir le rythme dans ton état. La fièvre t’envahissait à nouveau, floutant ta vue, brouillant ton ouïe, altérant chacun de tes sens. Tu te tournais, pris le chemin de la salle de bain. Mais à peine avais-tu fait quelques pas que tu te retournais déjà vers ta belle, la coinçant contre un meuble, lui volant un baiser enflammé alors que tes mains se promenaient déjà sur sa peau nue. Finalement, tu ne pouvais pas t’éloigner d’elle. Pas maintenant que tu avais eu un aperçu du goût de ses lèvres, de la douceur de sa peau. Les mains sur ses hanches, tu remontais lentement sur son ventre. Tes lippes lâchèrent les siennes un instant pour venir trouver son cou, son épaule, alors que lentement tu laissais tes mains la délaisser de ce qu’il lui restait sur le dos. Ah, Shawn… Que faisais-tu ? Tu ne voulais pas la décevoir. Vraiment pas… Décidément, tu ne savais pas ce que tu devais faire. Lui résister, mais pour mieux la contempler… Ou craquer, lui montrer à quel point tu tiens à elle, à quel point elle t’attire… Soit raisonnable. Tu as toute la vie devant toi.

Tu l’as relâchée. Tes lèvres se sont éloignées… un court instant, avant d’y retourner. Juste le temps de reprendre ton souffle. Tes lèvres reprennent les siennes, alors que ta langue s’immisce doucement entre ses lippes. Tu avais osé… ça te démangeait tellement ! Une douce danse s’engageait, mais tu ne t’attardais pas plus que ces quelques longues secondes. Ces secondes si douces. Ces secondes qui semblaient avoir duré une éternité. Tu rouvrais les yeux, l’observant. Le visage rougis, tu lui offris un sourire tendre.

« Tu viens avec moi ? »

Proposition sérieuse ou simple taquinerie ? Nul n’aurait su le dire. Mais le clin d’œil que tu lui offris lui fit certainement comprendre que tu étais assez sérieux pour être prêt à la prendre avec toi sous l’eau chaude.


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Sam 2 Sep 2017 - 16:21

Après une douce étreinte,Shawn s’éloigna d’elle. A peine quelques secondes sans lui et il lui manquait déjà alors que pourtant il était encore dans son champ de vision. C'est donc çà être amoureux ? Ne pas pouvoir se passer de l'autre ne serait-ce que pour quelques secondes ? Elena ne le quittait pas des yeux, scrutant son dos alors qu'elle frissonnant déjà du manque de sa chaleur. Elle profiterait de son absence pour lui préparer un encas. Mais à peine se détournait-elle, à peine reprenait-elle quelque peu ses esprits qu'elle se retrouva acculée. Son beau brun prit possession de ses lèvres alors que sa peau de porcelaine n'échappait plus à ses caresses. Elle aimait cette passion, cette spontanéité, tout comme lui aimer sa candeur et sa réserve. Leurs tempéraments étaient différents, lui était passionné autant qu'elle était douce, mais leurs sentiments prenaient la même ampleur. Ils s'aimaient tous les deux, c'était tout ce qui comptait.

L’air lui manquait alors que son aimé libérait ses lèvres, venant flatter la peau de son cou et de son épaule. La belle sentit sa chemise glisser le long de son corps, s'écrouler dans un léger bruissement. Son cœur loupa un battement, elle ne s'était jamais tant exposée à quelqu’un. Cette pointe de gêne et la douceur de ses lippes sur sa peau la firent frissonner alors qu’elle plaçait ses mains sur ses hanches. Un nouveau baiser, plus surprenant cette fois. Elena ouvrit subitement les yeux alors qu'elle ressentit l'intrusion, devant la douceur du geste, elle ne put qu'y céder. Peu assurée, sa langue vint timidement rejoindre la sienne. Cette nouveauté ne la dérangeait pas, bien au contraire. Après quelques secondes, l'échange fut rompu. La douce mit quelques instants à rouvrir les yeux, rougissante, se figeant à la proposition inattendue.

Baissant le visage pour cacher ses rougeurs, elle croisa les bras sur sa poitrine. Il lui avait presque fait oublié sa "tenue". La belle américaine se mordit la lèvre, sa pudeur et la peur de brûler les étapes l'empêchaient de répondre de manière spontanée. Mais elle ne voulait pas qu'il s'éloigne, elle voulait encore sentir sa peau contre la sienne, elle voulait encore qu'il la prenne dans ses bras, juste ça. Qui avait-il de mal à ça ?

"Je ... D'accord ... Mais après, laisse-moi m'occuper de toi. Ton état m'inquiète."

Bien sûr, elle n'avait pas oublié sa fièvre, ni l'état dans lequel elle l'avait trouvé en arrivant. Ainsi, elle pourrait s'occuper au mieux de lui. Barrant toujours sa poitrine d'un bras, les joues roses, elle l'attrapa par la main afin de le suivre silencieusement jusqu'à la salle de bain. Finalement, était-ce vraiment une bonne idée ? Un peu gênée, elle se mit sur la pointe des pieds pour lui offrir un baiser. Son malaise était palpable, l'idée de se dévoiler en tenue d'Eve devant lui était assez angoissante, tout comme celle de le voir se dévoiler entièrement à elle. Comme s'il l'avait compris, son aimé lui offrit un sourire avant de se tourner, ce qu'elle fit également. Ainsi, chacun pourrait garder un minimum d'intimité pour le moment.

Rouge comme une pivoine, Elena fit glisser son dernier vêtement de dentelle avant de s'engouffrer dans la douche. Son coeur poursuivait sa folle danse, la situation était un peu embarassante pour elle qui n'avait aucune expérience en amour. Déglutissant, restant face à la paroi de la douche, elle finit par l'avertir de sa position.

"C'est bon ... Tu peux venir ..."

Fermant les yeux, la brune attendit qu'il la rejoigne et bien rapidement, le réconfort dont elle avait besoin vint. Il avait passé ses bras autour d'elle et étrangement, ce geste l'apaisait. A croire qu'elle était plus gênée par son regard que par ses mains posées sur elle. Sa crinière d'ébène encore un peu humide cascadait le long de son dos et sur sa poitrine. Elle ouvrit l'arrivée d'eau afin que le jet les recouvre tous les deux, la sensation était agréable, l'eau tiède coulant sur sa peau d'albâtre. Elle sourit, au final, elle ne regrettait pas sa décision. D'une envie soudaine, elle se retourna pour venir se blottir contre lui, veillant à ne pas descendre son regard ... trop bas. Tout contre lui, l'eau châtouillant son dos, elle ne changerait de place pour rien au monde. Elena passa ses bras autour de lui.

"Tu te sens un peu mieux ? Je ne veux que ... tu négliges ta santé à cause de moi ... Après ça, je te préparerais quelque chose et tu iras t'allonger, c'est pas négociable ..." Oui, la belle avait bien conscience qu'il ne se reposait pas à cause d'elle. N'osant pas lever le regard, elle posa sa joue contre son torse. "Et ... Merci, d'aller à mon rythme. C'est une des choses que j'aime chez toi, moi aussi."

Fixant le flacon de gel douche, elle leva enfin ses pupilles d'océan vers les siennes, lui souriant naïvement.

"Si tu te tournes, je te laverais le dos. Enfin ... si tu veux ..."

Les rougeurs peuplaient un peu plus ses joues, décidément, elle aurait dû mal à s'habituer à la situation. Mais pour lui, Elena ferait tout ce qu'il faut.






Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Dim 10 Sep 2017 - 18:01

Elle avait accepté… A ton plus grand étonnement. Les bras croisés sur la poitrine, elle te regardait avec son regard tendre, ses joues rougies et sa lèvre qu’elle mordillait te donnait encore plus envie de la serrer contre toi. Et finalement, pour ne pas céder à une pulsion certainement trop malsaine pour le moment présent, tu l’avais prise par la main et dirigée vers la salle de bain. Tu la sentais gênée. Sa timidité faisait partie des choses que tu adorais chez elle. Sa tenue, si légère, te faisait tourner la tête. Face à sa gêne, tu avais pourtant cédé. Après tout, elle était celle que tu aimais par-dessus tout… Alors, tu t’étais simplement retourné, lui offrant un doux sourire. Tu en avais profité pour te défaire du reste de tes vêtements, les envoyant directement dans le panier de linge sale. Ça faisait déjà plusieurs jours que tu les portais avec négligence, il était temps de prendre un peu soin de toi-même.

Ta belle t’avait donné le signal. Ton regard parcouru l’entièreté de son dos, de haut en bas, que tu détaillais avec amour. T’approchant, tu avais glissé tes mains autour d’elle, t’approchant au plus près d’elle. Tu te promenais sur son corps avec douceur, glissant tes doigts le long de sa peau tandis que ta tête trouvait sa place sur son épaule. Alors, elle avait allumé l’eau, laissant le jet tiède vous tomber dessus. Soudain, elle s’était retournée vers toi, se blottissant tout contre ton corps à la peau humide. Elle te rendait fou… Et tu ne pouvais pas lui résister. Tu l’avais gardée contre toi, l’écoutant sagement parler. Elle s’inquiétait, Shawn. Tu le savais bien. Pourtant, incapable de la laissée, tu forçais sur ton propre corps. Il était inconcevable qu’elle te voit à nouveau dans l’état dans lequel tu étais à son arrivée.

« J’irai bien tant que tu seras là… Et j’irai m’allonger si tu viens avec moi. »

Tu lui souriais alors. Sa naïveté était réellement une de ses qualités les plus amusantes. Ton pouce glissait sur sa joue un instant avant que tu ne viennes lui voler un baiser.

« C’est toi que je veux. »

Ce n’était pas la réponse à sa question, ça, Shawn. Alors, tu avais rigolé un peu, échappant un petit rire.

« D’accord pour le dos. »

Tu t’étais retourné, lui offrant l’arrière de ton corps. Rapidement, tu avais senti ses mains parcourir ton dos, de haut en bas, avec application. Pas une parcelle de ta peau échappait à sa vigilance. Elle était minutieuse, consciencieuse. Amoureuse. Et tellement belle… L’eau qui lui coulait dessus ne faisait que la rendre plus belle, plus désirable. Tes yeux de poisson frit s’étaient à nouveau posés sur elle, tes mains attrapant les siennes avec la douceur d’une plume. Tu l’avais incitée à se tourner à son tour, prêt à lui rendre la pareille. Enduite de gel douche, tes mains se promenaient dans son dos, sa chevelure rabattue sur l’avant de son corps. Plus tu l’observais… Plus elle te rendait fou.

A présent, tu la serrais à nouveau contre toi. Sa présence… c’était comme si elle te manquait alors qu’elle était pourtant si près de toi. Tu observais inlassablement l’eau couler sur sa poitrine, son corps, ses cheveux. Les mains posées sur son ventre, tu ne faisais que l’observer, avant de finalement l’embrasser dans le cou jusqu’à venir lui mordiller le lob de l’oreille.

« Elena… Tu es belle… très belle… »

Il était inutile de le nier : la belle à la chevelure d’ébène devait bien avoir remarqué à quel point il pouvait la vouloir toute entière. Ça contrastait plutôt pas mal avec son attitude si délicate, déterminé à ne pas se laisser emporter. Pour elle, il était prêt à tout. Et puis, avec cette fièvre qui se semblait pas vouloir s’arrêter, il n’avait pas le choix. Il ne pouvait pas se résoudre à offrir une « mauvaise » première fois à sa bien-aimée. Ton pouce amena son visage à faire face au tient. Tes pupilles se perdirent un instant dans ses iris bleutées, juste avant que tu ne viennes une fois encore lui prendre un doux baiser.


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Dim 10 Sep 2017 - 21:09

A chaque baiser volé, à chaque rire de son bien aimé, Elena sentait défaillir. Elle était si bien, si heureuse. Il était le seul à lui faire oublier ses craintes. Son côté enfantin qu'il arborait de temps à autre, elle espérait être la seule à en profiter. Il s'était retourné, lui permettant de prendre soin de lui. Ses iris d'azur parcourant son dos puis un peu plus bas, elle se mordit la lèvre, attrapant le flacon de gel douche. En versant au creux de sa paume saine, elle l'étala délicatement sur sa peau alors qu'elle détaillait une nouvelle fois cette cicatrice qui lui rappelait sa propre mission de quelques jours plus tôt. Elle ne devait pas pensé à ça, pas dans un tel moment. La jolie brune poursuivit ses caresses, avec le plus grand soin.

Lorsqu'elle eut terminé, ses pupilles se plantèrent dans les siennes alors qu'elle se retournait à son tour. Pour lui faciliter l'accés, la belle américaine attrapa sa longue crinière d'ébène afin de découvrir son dos. Les bras le long du corps, la douce ferma les yeux, se laissant docilement faire alors que la chaleur des mains de son beau brun contrastait avec le liquide moussant sur sa peau.

Il s'approcha d'elle, un peu plus, l'enlaçant tendrement. Il était si proche qu'Elena pouvait ressentir sa peau encore fiévreuse mais surtout ... son envie. Ouvrant soudainement les yeux, piquant un fard monstreux, elle ne sut que faire à cet instant. Un frisson parcourut son échine, laissant échapper un léger soupir alors qu'elle posait ses mains contre les siennes. La belle culpabilisait, elle s'en voulait de ne pouvoir répondre à son désir pour elle. Elle ne savait tout simplement pas comment réagir. Elle avait si peur de ne pas être à la hauteur.

La douce sentit une lègère pression sur son visage. Elle croisa le regard de son beau ténébreux avant qu'il ne scelle leurs lèvres. Elle le voyait dans son regard, l'amour qu'il avait pour elle. Elle n'était pas dupe, elle avait conscience de ses efforts pour ne pas la brusquer. Répondant au baiser, le rompant peut-être un peu trop tôt, elle finit par lui faire de nouveau face. Sa main se logeant sur sa joue, l'observant d'un air tendre, la jolie brune vint l'embrasser une seconde fois, cherchant timidement sa langue comme il l'avait fait plus tôt. Ce doux contact langoureux, elle le prolongea plusieurs secondes, glissant sa main dans ses cheveux humides. Le souffle lui manquant, ses lippes quittèrent les siennes, les pinçant pour en garder la saveur.

"Je t'aime."

Sur le moment, Elena s'était tout simplement laissée aller à son envie, trop peu consciente des conséquences pouvant en découdre. Lui adressant un sourire toujours si timide et réservé, si troublée qu'elle ne se cachait plus à son regard, elle tourna le robinet d'arrivée d'eau pour la couper. Passant à côté de lui, effleurant sa peau afin de quitter la douche, elle l'interrogea du regard.

"Où ranges-tu les ... serviettes ?"


L'air ambiant de la pièce semblait glacial, pour elle qui sortait tout juste de ce jet d'eau chaude et de l'étreinte de son beau brun. Des frissons parcouraient sa peau alors qu'elle se munissait de deux serviettes de bain. Elle enroula l'une d'elle autour de son propre corps, l'attachant au mieux au creux de sa poitrine avant de revenir vers Shawn. Toujours un peu rouge, elle commença doucement à sécher son torse, puis son dos, évitant soigneusement son regard et autre ... Puis, sans porter les yeux vers ce "détail" troublant, elle recouvrit sa taille de cette même serviette, déposant un doux baiser sur son torse.

"Va t'allonger maintenant, je te rejoindrai après."






Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Sam 16 Sep 2017 - 15:29

C’était fou ce qu’elle pouvait être craquante. Tu le savais, tu la savais entièrement innocente et totalement pure. Mais purée… Qu’est-ce qu’elle était séduisante ! Sa façon si simplette de faire les choses quand elle voulait les faire… Tu n’allais pas résister encore longtemps à ce rythme, n’est-ce pas ? Elle savait te faire craquer, sans même en avoir conscience. Elle était forte. Très forte. Trop forte. La fougue de ta jeunesse avait-elle disparue ? Tu n’étais pourtant pas si vieux. Alors, que t’arrivait-il, Shawn ? C’était comme si tu étais possédé par quelqu’un d’autre. Etait-ce la fièvre qui te rendait si sage ? Tu te savais plus fougueux, d’habitude. Plus insistant… Tellement moins sage.

Ta langue trouve à nouveau la sienne pour une danse si courte, mais qui te parue si longue. Ça ne venait pas de toi. Tu n’avais pas initié la chose. Et pourtant… Pourtant, ça te procurait un étrange sentiment de plaisir. Cette vague de chaleur qui te parcourait le cœur ne semblait pas décidée à s’arrêter en si bon chemin. Naturellement, alors qu’elle s’était éloignée, tu avais ressenti ce pincement au cœur. Si seulement vos étreintes pouvaient durer éternellement…

« Je t’aime. »

Elle coupait l’eau, s’éloignait encore de toi. Elle était pourtant toute proche, encore. Ses doigts avaient glissé sur ta peau. C’était comme si elle te provoquait.

« Où ranges-tu les ... serviettes ? »

Tu prenais appuie sur la paroi de la douche. Elle te provoquait, et toi tu résistais. Elle te provoquait avec son innocence si tentatrice. D’un geste des yeux, tu lui indiquais l’étagère sous le lavabo. Etrangement, tu avais levé le regard alors qu’elle se baissait pour les attraper. Rah, s’en était vraiment trop… Je ne te reconnais plus, Shawn. Réveille-toi. Sort ce démon tendre de ton corps ! Tu n’attends qu’elle depuis que tu la connais, depuis que tu as appris à la connaître… et tu n’es pas foutu d’en profiter le moment venu ! Et si… Si c’était elle, si c’était Angelic ? Est-ce que tu aurais hésité de la sorte ?

C’était différent. Entièrement différent. Angelic, tu avais eu le temps d’apprendre à la connaître, à vivre avec. Des années s’étaient écoulées avant que vous ne sautiez le pas. Des années au cours desquelles vous vous étiez découverts mutuellement. Mais Elena, c’était loin d’être la même chose. Au final, tout avait été si vite… Mais tu n’étais pas forcé de cacher ta relation avec elle. Et ça, c’était la plus belle chose qui pouvait t’arriver. Elle était celle qu’il te fallait. Tu le savais. C’était pour ça que tu prenais à ce point soin d’elle. Elle avait pris le temps de te sécher, recouvrant le bas de ton corps d’une serviette propre qu’elle avait attrapé sur le meuble désigné. Tu frissonnais comme un enfant. C’était pire que tout.

« Va t'allonger maintenant, je te rejoindrai après. »
« Sûrement pas ! »

Tu avais attrapé son poignet, la tirant vers toi, relevant son visage de ta main libre. Le sourire malicieux, tu glissais tes doigts sur sa joue, puis le long de son corps. Et tu l’attrapais, comme on attrape une princesse. Comme on attrape une mariée. Ton regard dans le siens, tu sortais tranquillement de la pièce que vous occupiez jusque-là.

« Tu viens avec moi, c’est hors de question que tu m’échappes maintenant ! »

Et ton regard… Ton regard en disait tellement long sur tes intensions. Finalement, arriverais-tu à lui résister ? Malgré ses premières protestations tu avais rigolé en la portant ainsi jusqu’à la chambre. Là seulement, tu la déposais sur le lit. Ton regard dans le siens, ta main glissait dans ses cheveux un moment. Tes lèvres prenaient les siennes avec douceur.

« Tu vois, je ne suis pas à l’agonie. Tu es aussi légère qu’une plume et je ne suis pas au bord de la mort. Alors il n’y a aucun souci. »

Ta seconde main parcourait son visage. Sa joue, puis ses lèvres. Tu glissais ton pouce sur ses lèvres, tes lippes s’engouffrant dans son cou qu’elles embrassaient tendrement. Alors, tu la mordillais. Alors… Alors tu l’aimais. Oui, tu l’aimais de tout ton être. Et les nouvelles du jour te paraissaient bien lointaines maintenant que tu l’avais auprès de toi. Lui laissant une nouvelle marque de ton passage, tu descendais tes baisers sur le haut de sa poitrine, juste ce qui n’était pas caché par la serviette. La main auparavant sur son visage étaient bien descendue le long de ses courbes, se trouvant actuellement sur sa cuisse, remontant lentement jusqu’à la bordure de la serviette humide.

« Oh, j’oubliais. Il ne faudrait pas que tu attrapes froid ! »

Attrapant la serviette qu’elle avait utilisé plus tôt dans la soirée, tu l’avais aidé à se relever doucement pour lui sécher les cheveux en chantonnant. Elle protestait, tu devais te reposer. Elle te l’avait pourtant bien dit ! Mais toi, tu n’en faisais qu’à ta tête. Et lorsque tu eus terminé, tu l’avais embarqué avec toi sous la couette. Tu la regardais avec ces yeux pleins d’amour. Ceux que tu ne faisais qu’à elle. Ceux qui n’étaient fait que pour elle. Tu la regardais encore, jusqu’à ce que tu viennes finalement te blottir contre elle.


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Sam 16 Sep 2017 - 18:21

Elena se sentait comme épier. Le simple fait de savoir que le regard de Shawn suivait le moindre de ses mouvements la rendait nerveuse. Elle rougissait, frissonnait, comme s'il la touchait rien qu'avec les yeux. Et elle était revenue vers les lui, les joues roses et le regard fuyant afin de prendre soin de lui. Il le lui rendait si bien alors que son état était bien plus inquiétant que celui de la jolie brune. Elle voulait s'occuper de lui, faire tomber sa fièvre, lui faire oublier ses maux par de petites attentions simples. Mais alors qu'elle le sommait d'aller se reposer, le beau brun réagit immédiatement, attrapant son poignet, l'amenant contre lui. Son regard d'innocence se planta dans le sien et une nouvelle fois, elle s'y perdit, à tel point qu'elle poussa un léger couinement de surprise lorsqu'il la souleva de terre. S'accrochant au cou de son bien aimé, elle paniquait déjà.

"Shawn ! Repose-moi, tu es fiévreux et ... je suis lourde !"

Sous ce regard insistant, tellement profond, la belle abdiqua, baissant les yeux alors qu'elle déglutissait. Elle avait encore beaucoup de mal à se faire à ces expressions de tendresse, chose qui la rendait pourtant heureuse. Mais pourtant, à chacune d'elle, son coeur battait un peu plus fort. Se mordillant la lèvre, elle se laissa doucement déposer sur le lit. Sa main dans ses cheveux, le baiser qui suivit, toute cette délicatesse la rassurait. La jolie brune le fixait toujours, inlassablement.

Sous ses caresses, elle était impuissante, incapable de lui résister. Fermant les yeux, elle se mordillait encore la lèvre, jusqu'à laisser la marque de ses dents. Son toucher était comme une trainée d'étincelles sur sa peau. La belle américaine le sentait s'attarder dans son cou, insister. Elle lui appartenait et voulait lui faire savoir. Il le savait n'est-ce pas ? Qu'elle était à lui et rien qu'à lui ? Ses lippes exploraient le haut de sa poitrine, elles étaient si proche de cet endroit si sensible pour elle. Et sa main sur sa cuisse qui ne dépassait pas les limites. Elle appréhendait qu'il la dépasse tout en le souhaitant.

A ses mots, elle rouvrit les yeux pour observer ses gestes, mais surtout l'expression de son visage, sa mine concentrée alors qu'elle se redressait un peu pour le laisser s'ateler à la tâche. Elle sourit devant tant d'attention. C'était adorable. Mais c'était lui qui avait besoin de soins, pas elle. "Mais repose-toi !" Mais il ne l'écoutait pas, cette tête de mule. Elle s'en amusa, pouffant un peu de rire, car elle pouvait être elle-même avec lui. Il l'aimait telle qu'elle était. La jolie brune ne tarda pas à se retrouver sous la couette à ses côtés, soutenant ses prunelles d'émeraude qui la firent rougir.

"Ne ... Arrête ... je vais encore rougir ..."

Mais c'était trop tard, bien trop tard. Et elle ne voulait pas qu'il cesse de lui offrir ce regard énamouré. Un sourire béat aux lèvres, elle risqua un nouveau coup d'oeil innocent vers lui avant qu'il ne vienne se blottir contre elle. Elle ne tarda pas à l'étreindre, une main glissant dans ses cheveux humides. Elle aimait faire ça, tout comme elle aimait qu'il en fasse de même. Ces petits gestes emplis de tendresse et d'amour entre eux, elle espérait qu'ils perdureraient.

La belle à la crinière d'ébène s'enfonça un peu plus sous la couette, jusqu'à ce que son nez touche celui de Shawn. Et de manière incontrôlable, elle lui sourit encore alors qu'elle déposant un baiser au coin des lippes de son beau brun. Comme dans son monde, comme dans un rêve, ses doigts quittèrent ses cheveux pour descendre sur son cou, puis sur son corps. Elle réalisait peu à peu ce qu'il se passait, que la situation entre eux avait changé. Posant son front frais contre le sien, sa main vint se loger sur sa joue. Elle l'aimait tellement et sentir sa fièvre ne pouvait que lui rappeler sa faiblesse du moment.

"Je ne veux plus te voir triste. Je ne veux plus que ... tu pleures."

Au fond d'elle-même, elle ne pouvait qu'en vouloir à cet ancien amour qui avait fait battre le coeur de son bien aimé auparavant. Mais son regard ne retranscrivait aucune jalousie, simplement de la tendresse, de l'inquiétude. Ses doigts effleurèrent ses lèvres, comme si elle avait besoin de le toucher pour s'assurer qu'il ne soit pas un mirage.

"C'est mieux quand tu souris. J'aime ton sourire ... et tes yeux, ils sont si beaux ..."


Parler à coeur ouvert était une épreuve bien difficile pour elle, mais pourtant, elle l'avait fait pour lui, pour lui montrer à quel point elle pouvait l'aimer, le moindre détail qui le constituait. Les joues roses, le souffle court, elle hésita un instant avant de lui voler un baiser.

"Je te promets d'être là. Toujours. Et ... Si tu as besoin de parler, de n'importe quel sujet, je t'écouterais."

C'était important pour elle, qu'il le sache. Qu'il sache qu'il pouvait parler de cette enfant qui avait débarqué dans son coeur. Elle pouvait comprendre son mal-être, son envie de la mentionner. Et jamais Elena ne pourrait le lui interdire. Il avait un passé et la belle le prenait tout entier. Passant ses bras autour de son cou, cherchant sa chaleur, elle vint se blottir un peu plus contre lui, le gratifiant d'un doux baiser. Elle frissonnait dans ses bras. Elle voulait qu'il la serre un peu plus.

"Shawn ... Je ... J'ai froid ..."

Pourtant malgré ses frissons, cette sensation de froid, son corps semblait relativement fiévreux. Nichant son nez dans son cou, elle pouvait sentir le coeur de son aimé battre au même rythme que le sien. Elle était troublée, mais heureuse, amoureuse.






Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Dim 17 Sep 2017 - 21:44

« Ne ... Arrête ... je vais encore rougir ... »
« Mais, c’est le but ! T’es si belle quand tu rougis… »

Tu te devais de lui faire savoir, n’est-ce pas ? Tu te devais de lui faire comprendre qu’elle était belle, si belle, et encore plus lorsqu’elle rougissait. Ces rougeurs… C’étaient les premières choses que tu avais pu voir chez elle. Ses émotions transparaissaient sur son visage comme on pouvait se voir dans un miroir. Elle était sincère, même lorsqu’elle ne voulait certainement pas l’être. Et ça la rendait affreusement craquante.

Elle s’enfonçait sous la couette, son nez touchant le tient. Tu souriais, comme une véritable gosse qui ouvre un cadeau de Noël. D’ailleurs, ton cadeau se trouvait en face de toi et tu crevais d’envie de l’ouvrir. Mais minuit n’avait pas sonné. Il te faudrait être patient si tu voulais que le Père Noël passe l’année suivante également. Tu ne voulais pas être considéré comme un mauvais garçon, un enfant pas sage. Tu étais tout le contraire ! Tu étais sage, et tu faisais tes devoirs. Et même si tu étais carrément branché histoire, ce soir-là, c’était plutôt le TP de biologie qui t’intéressait.

Ses lèvres se posèrent un instant au coin des tiennes. Mais tu n’avais pas répliqué. Pas maintenant. La patience était une vertu que tu avais, de temps en temps. Tu laisses ses doigts se promener sur ton cou, ton corps bien plus dénudé que le siens. Son front finit par venir trouver le tient. Tu lui souriais, profitant de sa fraîcheur.

« Je ne veux plus te voir triste. Je ne veux plus que ... tu pleures. »

Son regard tendre et inquiet ne te quittait pas, alors que ses doigts passaient sur tes lèvres sans réellement les toucher complètement. Tu lui tirais la langue un court instant.

« C'est mieux quand tu souris. J'aime ton sourire ... et tes yeux, ils sont si beaux ... »

Elle semblait hésiter un instant. Ses lèvres vinrent trouver les tiennent que tu accueillais avec plaisir pour un baiser chaleureux.

« Je te promets d'être là. Toujours. Et ... Si tu as besoin de parler, de n'importe quel sujet, je t'écouterais. »

Tu hochais la tête en signe de compréhension. Tu comprenais bien là que ta belle te parlait de cette enfant. Azuria. Ta fille… C’était encore bien difficile à digérer, d’autant plus que cela faisait environs quatre ans qu’elle était née et toi… tu n’en avais aucune idée jusqu’à ce jour. Tu laissais les idées qui te peuplaient de côté, souhaitant profiter de ce moment de tendresse avec ta jolie brune que tu serrais contre toi. Si elle avait froid, le meilleur moyen de la réchauffer, c’était de lui donner une partie de ta chaleur corporelle. Sentant son nez se nicher dans ton cou, tu frissonnais, te faisant violence pour ne pas la taquiner… Mais cela n’avait pas duré longtemps. Tu avais approché tes lèvres de son oreille, caressant ses cheveux en souriant tendrement.

« Je ne veux plus jamais te voir pleurer non plus. Et je ne veux plus jamais voir cette expression d’inquiétude sur ton visage, celle que tu avais en arrivant ce soir… Je veux prendre soin de toi Elena, alors… fait-moi confiance. »

Un sourire amusé apparu sur ton visage tandis que tu cherchais son regard un moment, prenant un air faussement sérieux.

« Je dois te dire quelque chose d’important, là, maintenant… »

Tu marquais une pause, toujours ce sourire au coin des lèvres.

« Je t’aime. »

Et, à demi-voix, tu ajoutais.

« Mais je suis un pervers. »

Face à son visage étonné, tu avais simplement ri. Oui, simplement. Légèrement. Comme si la vie n’avait aucun problème et que le plus seul qui existait en ce moment, c’était de faire rire ta belle. Au moins, elle était prévenue : tu adorais promener tes mains sur son corps. N’était-ce pas ce que tu faisais d’ailleurs actuellement ? Ton souffle trainait près de ses oreilles, tes mains glissaient sur la peau libre juste au-dessus de la serviette. Tandis que tes doigts continuaient de caresser son dos, ta deuxième main reprenait son chemin sur sa cuisse. Doucement, tes doigts s’aventuraient jusqu’à ses hanches, passant très lentement et légèrement sous le seul tissus qu’elle portait. Tes lèvres se logèrent dans son cou, sur ses épaules. Elle avait le droit de le repousser. Elle avait le droit de lui dire stop. Elle en aurait toujours le droit.

Tes doigts parcouraient sa peau de ses cuisses à ses hanches, n’épargnant aucune parcelle de celle-ci, s’imprégnant de chaque partie qui la constituait. Tu ne t’attardais pas sur son bas-ventre, pas maintenant, préférant venir te loger au creux de ses reins que tu caressais avec douceur. Alors, ton regard croisa le siens. Tes lèvres s’approchèrent à nouveau des siennes, jusqu’à pouvoir les toucher, les savourer, lui offrant un baiser fougueux mais affreusement tendre.


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Dim 17 Sep 2017 - 22:38

Cet instant, Elena ne l'aurait échangé pour rien au monde. Elle était là, blottie contre lui, pouvant prendre ses lèvres à sa guise, pouvant se laisser aller à ses envies. Elle était là, rougissante, sous le seul regard de l'élu de son coeur. Elle lui avait évoqué ses intentions, ses souhaits, elle voulait juste le voir heureux, le voir rire et sourire. C'était tout ce qui comptait pour elle. Et il exposait les siens, lui arrachant un doux frisson rien que par son souffle chaud sur son oreille, rien que par la chaleur de son corps à demi-nu. Humant son parfum, elle sourit, tendrement.

"Mais ... je te fais confiance. Depuis le début, Shawn."


La belle le sentait s'écarter légèrement alors qu'elle retrouvait ce beau regard qui la faisait chavirer. Elle décelait la malice dans ses pupilles malgré son air sérieux. Elle attendit patiemment, plantant ses saphirs dans l'émeraude de ses iris. Elle n'avait jamais regardé quelqu'un de cette manière, il était le seul jusqu'à maintenant, et il serait toujours le seul, elle en était persuadée. Un sourire naquit sur les lèvres de la jolies brunes alors, son coeur palpitant de plus en plus à cette nouvelle déclaration. Mais la suite la surprit, alors qu'elle ne put dissimuler son étonnement.

Son rire était communicatif alors que la douce souriait à son tour. Elle l'adorait. Non, elle l'aimait, plus que tout. Elle souhaitait qu'il garde ce sourire en sa présence. La jolie brune ne perdit pas son sourire alors qu'elle sentait ses mains parcourirent sa peau. Sa peau brûlante mais pourtant parcourue de frissons. Elle ferma les yeux, tentant de gérer son souffle alors que de nouvelles rougeurs s'emparaient de ses joues. Et même lorsque ses doigts s'aventurèrent sous la simple serviette qui la recouvrait, elle le laissait faire. Ses caresses étaient si douces, si addictives.

Se mordillant la lèvre, elle ouvrit les yeux lorsqu'elle le sentit proche de son visage. Elle ne s'était pas trompée, il l'observait. Elle lui rendit un regard envieux, peuplé d'une lueur inédite. Ses joues étaient feu, sa respiration se faisait plus courte, son coeur battait plus fort. Il le verrait, sans aucun doute. Si jusque là, la douce était restée passive, cette fois, l'une de ses mains se glissa sur ses côtes avant de rejoindre son dos alors qu'elle répondait à ce baiser si tendre et si passionné. Ses doigts libres se glissèrent de nouveau dans ses cheveux, les caressant doucement alors qu'elle prolongeait l'échange. Qu'y avait-il de mal à ça ? Qui avait-il de mal à vouloir découvrir celui qu'elle aimait, à vouloir s'offrir à lui.

Le baiser fut rompu, par manque de souffle. Elle se mordillait encore la lèvre, comme pour l'aguicher, inconsciemment, ou peut-être pas. Elle ne savait plus réellement où donner de la tête dans ce moment inédit et intense. Sa main quitta ses cheveux, glissant le long du bras de son bien aimé. Elena était à sa merci, vulnérable, mais elle n'avait pas peur. Elle se redressa un peu, juste pour trouver de nouveau ses lèvres, une première fois. "Je te fais confiance. Si c'est toi, je ... je n'ai pas peur ..." Puis une seconde fois, beaucoup plus longue.

Son visage s'embrasait alors qu'elle venait le nicher dans son cou, y apposant ses lèvres, le mordillant, aspirant sa peau. Elle attrapa l'une de ses mains, y entrelaçant ses doigts alors qu'elle continuait sa marque. Avait-elle réellement conscience de ce qu'elle faisait ? Certainement pas, elle se laissait emporter par le moment, par son amour. Après tout, elle lui faisait confiance. Les derniers jours avaient été difficiles. La mission, la tombe de sa mère, la détresse de celui qu'elle aimait ... Ecartant ses lèvres de son cou, reposant sa tête sur l'oreiller, la belle détourna les yeux, encore un peu trop intimidée pour soutenir son regard après ce qu'elle venait de faire. Sa main qu'elle tenait, elle l'amena sur le noeud qui retenait son seul rempart de tissu alors que l'autre caressait son dos. Et pour la énième fois, elle se mordillait la lèvre.







Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Mar 19 Sep 2017 - 18:27

Elle avait ce regard… Un regard que tu ne lui connaissais pas. Pourtant, ce regard, tu l’avais connu chez une autre personne, bien avant que tu n’arrives ici. Bien avant qu’Elena n’entre dans ta vie. Tu voyais les joues de ta belle rougir. Tu adorais ça… Vraiment. La faire rougir, la voir se perdre dans cet état qu’elle ne connaissait pas… C’était plaisant. Ça l’était réellement parce qu’il était celui qui provoquait cet état chez elle. Sa main glissant sur tes côtes ne faisait que confirmer ce que tu pensais. Tu fermais les yeux brièvement, juste pour en profiter. Juste parce que tu aimais ça. Et tu te laissais surprendre par ce baiser. Celui qu’elle t’offrait d’elle-même. Celui qui traduisait son amour pour toi.

La belle brune se mordillait la lèvre, t’aguichant de plus belle. Tu te faisais violence pour ne pas encore lui sauter dessus. Tu voulais la laisser te guider, simplement. Tu voulais qu’elle aille à son rythme, comme elle le souhaitait. Si elle le souhaitait. Quand elle le souhaitait. Et pourtant, tu la poussais… Doucement. Dans ses retranchements les plus lointains. Dans ceux qu’elle n’avait encore jamais connus. Elle lui faisait confiance. Il le savait, mais l’entendre était une des plus belles choses qu’elle pouvait lui offrir.

Le visage en feu, elle était venue se nicher au creux de ton cou, venant mordiller et aspirer ta peau au coup par coup. Elle te faisait frissonner, frémir. Tu glissais ta main dans ses cheveux, juste près de sa nuque, l’incitant à rester là, à poursuivre son œuvre. Tu pouvais la sentir, sentir cette respiration qui s’était accélérée. Sentir son cœur qui battait aussi vite qu’il le pouvait. Lorsqu’elle s’était éloignée, elle n’osait supporter ton regard. Comme si elle avait fait quelque chose de mal, de honteux. Mais c’était loin d’être le cas. Elle avait pris ta main, l’avait amenée jusque sur sa poitrine, jusqu’à ce seul nœud qui la gardait cachée de tes yeux baladeurs.

Tu cherchais ses yeux, son regard, ses expressions. Tu adorais ses expressions, ses mimiques… La voir frémir, rougir, se mordiller inlassablement ces lèvres qu’elle torturait un peu trop à ton goût mais qui la rendait si mignonne. Avec tendresse, ta main vint la défaire de ce qu’elle portait, la libérant de cette serviette trop serrée à ton goût. Mais tu n’avais pas tout de suite entièrement retiré le tissu cotonneux. Tu l’avais écarté doucement, dévoilant le haut de sa poitrine entièrement, mais gardant le bout de ses seins encore caché. Ta main caressait sa peau avec une douceur infinie, jusqu’à ce que tes lèvres viennent reprendre les siennes encore une fois. Tu étais si avide d’elle, infiniment envieux de la voir près de toi, contre toi.

Tu saisissais cette lèvre qu’elle martyrisait pourtant d’elle-même, l’emprisonnant entre les siennes, la mordillant doucement avant de passer sa langue dessus à plusieurs reprises. Alors, une de tes mains glissait sur ses hanches, remontait doucement sur son ventre, tandis que l’autre s’occupait à doucement venir flatter sa poitrine. Tu l’observais… guettant chacun de ses mouvements. Tes lèvres finirent par se perdre dans son cou, ton pouce venant à la rencontre de l’extrémité de son sein.

« Tu es vraiment magnifique… Comment… Comment j’ai fait pour te résister jusque-là… »

Tu lui murmurais ces quelques mots avant de venir mordiller le lobe de son oreille. Cette maint qui caressait sa peau, tu l’avais posée sur celle de ta belle, l’incitant à venir profiter de la chaleur de son corps si près du sien.


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Mer 20 Sep 2017 - 19:06

Son beau ténébreux n'avait pas tardé à s'exécuter, la libérant du noeud de cette serviette qui se fit plus lâche, exposant un peu plus sa peau d’albâtre qu'il était le premier à avoir toucher. A cet instant, la belle avait finalement planté ses pupilles dans les siennes, juste pour observer un peu plus cette lueur d’envie qu'elle y décelait. Elle découvrait que se sentir désirée était une sensation des plus plaisantes, surtout par la personne qu’elle aimait. Et inconsciemment, elle lui répondait avec la même expression. Elle se sentait si bien dans ses bras tout contre lui. Ce fut à Shawn cette fois de torturer la lèvre inférieure de la jolie brune et elle le laissa faire, lui souriant de manière taquine alors qu'elle tentait d’attraper elle aussi ses lippes, sa langue. Tel un chaton joueur et inconscient qu'on ne pouvait s'empêcher de trouver mignon…


Ses doigts sur sa peau ne cessaient de la faire frémir. La belle en profitait tout autant, parcourant lentement son torse de ses mains. Elle arqua son cou lorsqu'il y dériva, son beau brun taquinant tendrement sa poitrine, arrachant un soupir d’aise à la brune. Ses mots… Ils la firent rougir encore une fois, ils la touchaient. Elle se sentait si belle grâce à lui, si…  spéciale. Fermant les yeux, elle poussa de nouveau un léger soupir avant de déposer ses doigts sur la joue de son bien aimé, l'incitant à la regarder. Elle lui sourit, tendrement. Elle ne voulait plus qu’il résiste, tout comme ses propres barrières semblaient céder peu à peu. Elle était amoureuse, tellement, infiniment, qu'elle le désirait tout autant. Elle voulait qu'il soit le premier, celui qu'elle n'oublierait jamais, celui qui lui apprendrait la manière de ne faire qu’un.


“Toi aussi… Tu l’es…”


Si beau, oui il l'était. Et lentement, elle vint prendre ses lèvres, glissant sa langue dans l’échange pour initier une tendre danse une nouvelle fois. Elle adorait ça, elle se sentait de plus en plus proche de lui. Son pouce caressait sa joue avec cette douceur innée. Rompant le baiser, la belle passa ses bras autour de son cou, collant son corps qui se denudait sous son geste contre le sien, l’embrassant sur la joue avant de rejoindre son oreille. Son cœur loupant un battement à la simple idée de ce qu'elle allait faire, elle prit pourtant son courage à deux mains.

“Ta peau contre la mienne … J’en ai rêvé. S'il te plaît Shawn, guide moi…”


Le visage rougi, elle planta légèrement ses dents dans son lobe d’oreille comme pour appuyer ses mots, au risque de le rendre fou. Inconsciemment, sa jambe remonta sur la cuisse de Shawn, frottant sa peau brûlante. Mais lorsqu'elle sentit la serviette de son beau brun céder, elle écarquilla les yeux. Que venait elle de faire là ? Même dans ces moments, sa maladresse semblait toujours présente. D'instinct, elle nicha son nez dans son cou, cachant de nouveau sa gêne, sa réserve, aux yeux de celui à qui elle s'était pourtant entièrement dévoilée. Elle se mordillait la lèvre.


“Oups…” murmura-t-elle pour elle même.






Spoiler:
 
avatar


Féminin Date d'inscription : 28/10/2015
Occupation : Etudiante en lettres / Baby-sitter
Sexualité : Guimauve
Messages : 779

Carte de Jeu
Familiers: Socrate
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

9 ★ - Change


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   Jeu 21 Sep 2017 - 21:11

Elle venait de prendre tes lèvres, invitant vos langues à ce baiser tendre, t’arrachant un frisson de plaisir alors que tu glissais tes mains sur ses reins. Tu aimais réellement la sentir au plus près de toi, si près, toujours plus proche de ta peau… Cette peau si douce, si blanche, si belle qui t’avait tant fait rêver. Tu te souvenais de ces dérapages dont tu avais fait preuve au cours de votre sortie à la patinoire… La découverte de ses lèvres, de la douceur de sa peau, de l’odeur si bonne de ses cheveux.

Elena passa ses bras autour de ton cou, s’approchant de toi. Face à elle, tu n’osais pas perdre ton regard sur son corps que tu avais senti se dénuder sous son geste. Tu glissais une main le long de sa cuisse, frôlant sa peau avec douceur. Ses lèvres gagnèrent ta joue, puis ton oreille, où elle murmure ces quelques mots qui suffirent à te retourner l’esprit.

« Ta peau contre la mienne … J’en ai rêvé. S'il te plaît Shawn, guide moi… »

Ses dents qui viennent se planter dans ton lobe d’oreille, alors que sa jambe remonte le long de ta cuisse. Tu suis le mouvement avec ta main qui remonte lentement jusqu’à sa hanche. Son nez vint se poser dans ton cou, certainement pour cacher une gêne naissante et les rougeurs de ses joues. Même si elle se cachait, tu pouvais sentir qu’elle torturait encore cette lèvre… Cette manie qu’elle avait et qui te faisait craquer.

D’un geste rapide, tu répondais à son « oups… » en la faisant basculer. Désormais, elle se trouvait juste au-dessus de toi, et tu caressais sa peau avec douceur. Tu la dévorais du regard, comme si tu la découvrais. Tu glissais un doigt de sa gorge jusqu’à son nombril, passant entre ses seins en souriant. Alors, voyant qu’elle se cachait derrière ses cheveux, tu t’étais relevé doucement, te redressant pour être assied, elle au-dessus de toi. Tu dégageais une mèche de cheveux de son visage pour mieux le voir, venant frôler ses lèvres.

« Laisse-toi aller… »

Tes lèvres viennent saisir les siennes. C’était comme si tu ne pouvais pas te défaire de son emprise. Une de tes mains la soutient au niveau de son dos, tandis que l’autre se glisse sur sa poitrine et reprend sa route jusqu’aux endroits les plus sensibles de cette partie de son corps. Avec tendresse, tu caressais sa peau, t’attardant sur l’extrémité de son sein un moment. Lorsque tes lèvres lâchent enfin les siennes, elles viennent se poser dans son cou, descendant lentement jusqu’à sa gorge. Ton regard croise le siens à plusieurs reprises, enflammé. Ce moment, bien sûr que tu en avais rêvé aussi. Sa peau contre la sienne… Sa chaleur, sa douceur. Tout ça faisait partie d’elle. Et tu adorais ça.


Je te tire la langue en #2F4F4F !
avatar


Date d'inscription : 07/07/2015
Messages : 92


Voir le profil de l'utilisateur

6 ★ - Divine


MessageSujet: Re: [-18] Powerless [Elena]   







Contenu sponsorisé


 

[-18] Powerless [Elena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Agréable compagnie [ Elena ]
» L'Atelier d'Elena
» Ce que je veux ? [PV Elena] TERMINER
» Chacun a en lui son petit monstre à nourrir [PV Elena]
» Elena || Life is about pain and suffering

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: Hizumu : Sloping World :: Centre-Ville :: Quartier résidentiel « Chokkaku » :: Appartement de Shawn Peyton-
TOP