Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
[YURI] Nuit dans les limbes | feat. SatanAuteur
MessageSujet: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Dim 2 Oct 2016 - 19:48

Je repensais encore aux paroles de Kathleen, celle-ci résonant dans mon esprit désormais corrompu "tu sais, ce que tu as vu tout à l'heure ... c'est ma vraie nature." qu'avait-elle voulu dire par là. Comment était-il possible de... "j'aime faire mal ou avoir mal pour me sentir vivante et surtout ... Parce que ça m'excite" je secoue la tête de droite à gauche, comment était-il possible d'aimer ainsi ce genre de choses... Kathleen avait beau se justifier, je ne comprenais simplement pas, je venais de quitter un monde que j'avais côtoyé jusqu'à maintenant, le changement était brutal... Et malgré cette peur encrée en moi, quelque chose me retenait ici où plutôt auprès de l'albinos.

Je soupirai, je n'avais pas osé lui adresser la parole. J'avais simplement quittée les lieux, me réfugiant dans un coin du jardin où j'avais commencé à lire "Autant en emporte le vent". Cette histoire avait eu le don de me plonger dans l'univers de Scarlet O'hara. Sous le ciel bleu, la chaleur d'Avril caressant ma peau, je n'avais pas vu le temps passer. C'est finalement quelque temps après que Kathleen arriva auprès de moi pour me dire qu'il était l'heure du repas.

Une fois à table, j'étais restée particulièrement silencieuse. Kathleen et Hailee se j'étais quelque regard alors que j'essayais par tous les moyens d'éviter celui de Satan. Avant le repas, je fis une bénédiction pour le repas, ce geste semblait déranger les deux jeunes filles, mais je n'y fis pas attention. Des questions se bousculaient dans ma tête mais, par le choque que j'avais ressentie précédemment, je ne me s'entais pas de courage à demander à la Satanique l'utilité de ses objets aussi étrange les uns que les autres ainsi que... que la raison de son plaisir à ressentir et de donner de la douleur.

Après le repas, la nuit étant tombée et le froid attaquant ma peau, je m'étais assise à côté de l'albinos dans le canapé du salon, celle-ci regardant un documentaire à la télévision. N'étant pas du tout habituée à la boite à image et n'étant vraiment pas intéressée par celle-ci pour le moment, j'avais continué de lire mon roman, le dévorant à une vitesse hallucinante, à chaque fois que je tournais une page, je voulais connaitre la suite... cela faisait bien longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi attrayant.

Regardant le chiffre au bas de ma page, je ferme mon livre, baillant soudainement, mes yeux étaient devenues lourd... quelle heure était-il ? Me frottant le visage avec mes mains, je me redresse, regardant un instant Kathleen, lui prononçant alors un simple « Passer une agréable nuit » ceci fut les seuls mots que je prononça, n'ayant rien dis depuis la scène de la salle satanique de l'albinos.

Montant les escaliers, j'avais fais très attention a ne pas me tromper de chambre. Une fois dans celle-ci, je m'étais déshabillé, utilisant l'une des chemises de nuit que Kathleen m'avait donné pour me dépanner cette nuit. Mon livre sur la table de chevet, j'avais fermer les volets avant de réaliser ma prière du soir, me couchant après dans le lit. Plongeant mon visage dans le coussin, la couverture sur mes épaules, je cru alors reconnaître l'odeur de Kathleen... sans doute mon imagination. Baillant une nouvelle fois, je ferme les yeux, quittant alors le monde mortel pour le paradis de Morphée...

Il faisais bien sombre jusqu'au moment où je me vis dans mon lit, endormis. Mon âme quittant mon corps, je m'élevais doucement dans le ciel jusqu'à me retrouver dans un couloir. La lumière devenait de plus en plus forte, je fus alors immédiatement éblouie, me retrouvant dans un endroit ressemblant étrangement a un purgatoire. Regardant autour de moi, une voix grave se mis a me parler, dieu ?

« Seneka, tu as laisser le diable corrompre ton corps et ton âme, je ne peux te pardonner cela, ta place est en enfer » dit-il, sans que je n'ai mon mots a dire, le sol sous mes pieds déboulas. Je tombe alors dans un endroit horrible... Il faisait affreusement chaud, des humains criant de toute leurs forces, essayant de fuir aux flammes. Au loin, je vis Kathleen habiller d'un vêtement de cuir, des cornes sur la tête... elle me lança un regard pervertie avant que je ne sois plongée dans le feu des limbes

Je me réveille en sursaut, essuyant un instant la sueur sur mon front. Ce n'était qu'un misérable rêve... soupirant une nouvelle fois, je ferme les yeux, ressentant alors au dernier moment un étrange présence à mes côtés, était-je encore en train de rêver ?


- Les Ténèbres lui vont si bien -
Je me soumet en #5466BC ~ ♥️
avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Ancienne Nonne
Sexualité : Satansexuelle
Messages : 87

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Spirit


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Lun 3 Oct 2016 - 19:13



feat. Seneka


Nuit dans les limbes

Veux-tu que je te montre mon Enfer ?


J'AI DES DOIGTS DE FÉE
LAISSES TOI ALLER DANS MES BRAS,
TU CONNAITRAS ALORS
TOUS LES PLAISIRS CHARNELS ...







Après cette dernière discussion dans les écuries du manoir, je n'avais pas revu Seneka avant quelques heures, pas avant l'heure du dîner. Qu'avait-elle fait ? je n'avais pas cherché à l'espionner. Certes, j'avais dit que je devais travailler un article pour le journal, mais j'en avais aussi profité pour écrire dans mon journal intime. C'est quelque chose que je fais depuis l'adolescence. Imaginez un peu, un coffre entièrement rempli de journaux intimes, décrivant par ma plume, ma vie, mes sentiments, mes secrets les plus profonds dans des dizaines de petits livres. Je n'ai jamais cessé, mais je m'arrange pour les cacher. Je ne voudrai pour rien au monde que quelqu'un un jour puisse tomber dessus. Ils sont une partie de moi, une partie très intime, dévoilant certaines de mes faiblesses. Je n'en ai pas beaucoup ceci dit, mais une surtout pourrait devenir compromettante pour moi si elle était découverte.


A l'heure du repas, Hailee était descendue nous rejoindre pour manger. A moins que c'était Hayden ... Je ne me rappelle plus, ça change si souvent. Seneka était présente bien sûr, bien qu'elle semblait fuir mes regards. J'en profitais pour annoncer officiellement à ma/mon colocataire que la jeune nonne résiderait dorénavant au manoir avec nous. Bien sûr, je n'avais toujours pas révélé à cette dernière que c'était en réalité dans MA chambre qu'elle allait dormir cette nuit-là et les suivantes. Elle l'apprendrait par elle-même très rapidement, pas plus tard que le soir-même ... Mais je m’avance trop.

Après le dîner, comme à mon habitude, je m'installais devant la télévision du salon. Je la regardais assez rarement, affectionnant plutôt les livres. Mais le soir, il y avait souvent selon les chaînes des documentaires intéressant. Ce soir-là justement, l'un d'eux traitait d'une période de l'histoire. Un sujet qui me passionne. Cette fois-ci, il s'agissait de la Préhistoire et de l'évolution des espèces. Cela me fascinait et je ne perdais pas un mot de cette émission. Je savais que Seneka était installée à côté de moi dans le canapé. Elle lisait le livre que je lui avait conseillé un peu plus tôt dans la journée et vu comment elle avait avancé, j'en avais déduit qu'elle avait lu le reste de l'après-midi jusqu'au repas du soir.


« Passer une agréable nuit »

Ces quelques mots, les premiers depuis l'incident de ma salle, avait eu l'effet de faire quitter mes yeux de l'écran. Je regardais alors la jeune fille se diriger vers l'escalier, lui souhaitant à mon tour une bonne nuit. Je la fixais toujours tandis qu'elle gravissait les marches, jusqu'à ce qu'elle disparaisse de mon champ de vision après le tournant de l'escalier de bois. Un sourire malveillant traversait alors mes lèvres. Je savais exactement comment se passerait la suite des évènements. "Mais patience mon Démon, il est encore trop tôt." Voilà ce que je me disais, reportant mon attention sur mon documentaire. ce dernier se termina vers les 23h, cela faisait déjà presque une heure que la nonne était montée se coucher. Il était temps pour moi de la rejoindre ...

En atteignant l'étage supérieure, aucun bruit ne parvenait à es oreilles, même pas des autres chambres occupées. Je m'avançais discrètement, sachant exactement où poser mes pieds sur le vieux parquet pour ne pas faire grincer le bois. Doucement, j'ouvrais puis refermais la porte de la chambre derrière moi. La pièce était plongée dans le noir quasi total. Mais c'est ma chambre depuis longtemps et je m'y repère facilement mais dans l'obscurité. Je me déshabillais, ôtant ma robe et mes sous-vêtements. J'étais à présent dans le plus simple appareil, totalement nue. Je m'approchais du lit à baldaquin à pas feutrés, percevant déjà la respiration forte et régulière de la jeune fille qui semblait dormir profondément. Je me glissais furtivement sous les draps. Il y faisait particulièrement chaud. Je ne savais pas alors si c'était la chaleur corporelle de Seneka qui provoquait cela ou bien le fait que ce soit une Amaterasu et qu'elle dégage donc de la chaleur naturellement.

Quoiqu'il en soit, à peine l'avais-je rejoint depuis quelques minutes qu'elle sursautait mais ne se retournait pas. Avait-elle fait un cauchemar ? En tout cas, elle ne semblais pas avoir encore détecté ma présence. J'attendais encore quelques instants. Puis j'approchais mon visage de ses cheveux dorés, humant leur parfum dans une profonde inspiration. Ma main, guidée par mon désir omniprésent, se frayait déjà un chemin sous les couvertures. Elle se posa dans un frôlement sur la cuisse de Seneka et remonta alors dans une caresse légère. Je glissais ma main sous la nuisette que je lui avais prêté et qui était trop grande pour elle. J'avais presque atteint sa hanche quand soudain, ma proie se retourna, visiblement surprise et légèrement terrifiée de la situation. Sans lui laisser le temps de répliquer, de crier, de se débattre, je me plaçais au-dessus d'elle pour saisir ses poignets et les lever au-dessus de sa tête, minimisant alors ses mouvements. Je lui murmurais alors à l'oreille d'une voix suave ...


- Je ne te l'avais pas dit ? Cette pièce est ... MA chambre. Ceci est ... MON lit et par conséquent, tout ce qui s'y trouve ... m'appartient. Bienvenue dans mon Enfer, Seneka Hasegawa ...

© Code de Anéa pour N-U





Ange ou Démon ?:
 






avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Journaliste
Sexualité : Lesbienne
Messages : 157

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Lun 3 Oct 2016 - 19:58

Je n'avais jamais réellement compris pourquoi je n'avais jamais froid, que mes nuits paraissait chaude et aphrodisiaque. Je baignais dans la lueur du soleil, jour comme nuit. Cette chaleur que je produisais instinctivement était comme un cocon, m'ayant permis de me rassurer et de me m'endormir aussi rapidement. Mon souffle était stable, mon esprit n'ayant pas encore franchie le seuil des rêves. Rapidement, mon imagination fit place a Morphée.

Sans savoir la raison, je me mis a repenser au désires sexuelle que j'avais ressentie après les attouchements de Kathleen dans la cabine d'essaye. Rapidement, je ne pus ignorer mon désire brûlant, étant venue a me caresser moi-même, découvrir cette endroit que je n'avais jamais osée explorer. Rougissante, mes souvenirs semblait être devenue réalité, je ressentais des caresses sur ma peau. Une sensation agréable mais qui paraissait bien plus réel que ça.

Ouvrant les yeux, je me rendis rapidement compte de la chose, quelqu'un était en train de me toucher au-dessous de ma nuisette... La personne s'était mise à me caresser la cuisse, celle-ci remontant jusqu'à ma hanche... Je me tourne subitement et malgré l'obscurité, je reconnu l'odeur de Kathleen. Déposant ma main sur la sienne pour l'arrêter dans sa course, je me demandais pourquoi celle-ci était venue faire interruption dans MA chambre ainsi que la raison de ses attouchements, je n'avais pas envie d'être autant souillé de la sorte par une femme. C'est alors que cette dernière venue au dessus de moi, attrapant mes poignets, les installant au dessus de ma tête.

« Je ne te l'avais pas dit ? Cette pièce est ... MA chambre. Ceci est ... MON lit et par conséquent, tout ce qui s'y trouve ... m'appartient. Bienvenue dans mon Enfer, Seneka Hasegawa ... » dit-elle soudainement, me faisant perdre le fils de ma respiration désormais instable.

Respirant bruyamment, je cherchais par tous les moyens une solution pour faire échouer les plans de la démone, j'avais très bien compris par ses caresses où la jeune femme voulais en venir. Elle m'avait tendu un piège et comme une débutante j'étais tombé à l'intérieur. Malgré ses sourires angéliques, je commençais peu a peu à connaitre cette femme qui renfermait en elle tant de mystère... Dieu pouvait lui même me le dire, Kathleen n'était pas une mauvaise femme, elle était simplement bien étrange aux yeux de tous.

« Comment avez-vous osée... je ne veux pas rester dans votre chambre, excusez-moi si je vous offenses mais si cette chambre est la vôtre, elle ne peut-être mienne » dis-je en essayant de me redresser, remuant mes jambes

« Pardonnez-moi Kathleen, je vous suis très reconnaissante de me laisser vivre sous votre toit mais, ... je ne serais pas l'ange déchu que vous prendrez ce soir... » dis-je une secondes fois en continuant de gigoter de droite à gauche « LACHER-MOI ! » répératais-je de nombreuse fois, la peur me lasserant le cœur.


- Les Ténèbres lui vont si bien -
Je me soumet en #5466BC ~ ♥️
avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Ancienne Nonne
Sexualité : Satansexuelle
Messages : 87

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Spirit


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Jeu 6 Oct 2016 - 15:43



feat. Seneka


Nuit dans les limbes

Veux-tu que je te montre mon Enfer ?


J'AI DES DOIGTS DE FÉE
LAISSES TOI ALLER DANS MES BRAS,
TU CONNAITRAS ALORS
TOUS LES PLAISIRS CHARNELS ...







« Comment avez-vous osée... je ne veux pas rester dans votre chambre, excusez-moi si je vous offenses mais si cette chambre est la vôtre, elle ne peut-être mienne »

- Oser ? Offenser ? Je suis ici chez moi, c'est donc moi qui y fait ma propre loi. Quand à l'offense, elle sera faite si tu essaye de t'enfuir. Me mettre en colère ne serait pas très avisé ...

La jeune nonne remuait à présent, essayant de se dégager de mon emprise, mais mes griffes se refermaient sur elle. Elle avait l'air apeuré, mais je savais que dans quelques instants, elle se calmerait vite, demandant encore plus de ce que je prévoyais de lui faire. Il était temps qu'elle paye pour son repas, ce toit au-dessus de sa tête et pour cette nuit dans un lit douillet et chaud, très chaud ...


« Pardonnez-moi Kathleen, je vous suis très reconnaissante de me laisser vivre sous votre toit mais, ... je ne serais pas l'ange déchu que vous prendrez ce soir... »

- Je t'ai laissé le choix plus tôt dans la journée. Malgré ce que tu as vu au sous-sol, tu as décidé de rester. Mais il y a une condition absolue, celle de me satisfaire par tous les moyens. Nous verrons si tu te débattras longtemps ...

Je souriais, mais dans l'obscurité, elle ne pouvait le distinguer. Je la tenais toujours fermement, mais rapidement, j'allais chercher sous les oreillers des menottes raccordées à des chaînes, elles-même fixées aux quatre colonnes du lit à baldaquin. J'attachais d'abord ses deux poignets, libérant ainsi mes mains pour plus de mouvements. Je m'occupais ensuite de ses chevilles tandis que Seneka se mettait à hurler à qui voulait l'entendre ... autrement dit, pas moi.

« LACHEZ-MOI ! LACHEZ-MOI ! LACHEZ-MOI ! ...»

Personne dans ce manoir ne se risquerait à venir me déranger lorsque je m'occupais de ma proie, mes colocataires le savaient pertinemment, aussi n'osaient-ils pas m'interrompre. Mais ces sons devenus aigus et irritant pour mes tympans, je m’attelais à ballonner ma victime avec ce même foulard qu'elle m'avait rendu un peu plus tôt dans la journée.

- Je te le retirerai lorsque tu produiras des sons plus doux à mes oreilles, tels que des gémissements de plaisir ...

J'éclatais de rire, imaginant sans trop de difficulté le rouge monter aux joues de la demoiselle prisonnière. A présent à ma merci totale, j'allais enfin pouvoir m'amuser. Je me rappelais bien de cette fois-là dans la cabine d'essayage, j'avais eu un aperçu de ce corps menu, mais aux formes fermes et à la peau si douce. Je me replaçais au-dessus de la jeune fille, mes doigts longs et fins, frôlant déjà son ventre, remontant doucement entre ses deux seins que je sentais frémir sous ma caresse. Je me penchais pour lui murmurer à l'oreille.

- Tu avais aimé ça la dernière fois, dis-toi que cette fois-ci, je t'emmène dans un endroit encore plus beau d'où tu ne voudras plus jamais revenir ... Je suis ton Enfer, tu seras mon Paradis, belle Seneka. Mais là où je me tiens, aucun dieu quelqu'il soit ne pourra te sauver de mon emprise. Tu es si chaude ... Voici donc le pouvoir des Amaterasu.

Mes doigts tournaient à présent autour de ses deux monts, se rapprochant inexorablement de leur sommet. Une fois atteint, je ne manquais pas de les titiller un peu. Les deux petits tétons que j'imaginais bien roses à présent, durcissaient, trahissant le plaisir que la jeune nonne semblait déjà ressentir. Se débattait-elle encore ? Je décidais d'y goûter. Je me penchais, rejetant ma longue chevelure d'un côté avant de lécher l'un des deux boutons de rose. C'était excitant. Le corps des femmes est si beau, si exaltant. Chacune d'elle a des zones érogènes différentes et les explorer est toujours comme un nouveau voyage pleins de promesses d'aventures palpitantes. Quoi de mieux qu'une femme pour donner du plaisir à une autre femme. Nous avons cet avantage que les hommes jeunes et inexpérimentés n'ont pas, connaître le corps féminin et ses désirs, ses attentes. Je ne pouvais continuer de me contenter de lécher ses tétons durcis, j'en voulais plus, je prenais celui dont je m'occupais déjà en bouche, le suçant allègrement. Je ne faisais rien d'autre, mes mains simplement posées de chaque côté du corps frêle mais frémissant de la jeune fille.

© Code de Anéa pour N-U





Ange ou Démon ?:
 






avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Journaliste
Sexualité : Lesbienne
Messages : 157

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Lun 10 Oct 2016 - 19:13

Satan était arrivée ainsi, insignifiant, j'étais tomber entre ses griffes, n'ayant aucun réel moyens de fuite. Me mordant la lèvre inférieur, j'avais essayer de dégager mes poignets de sont emprise, malheureusement je n'avais aucune force dans mes bras ainsi que dans mes jambes qui ne faisait que de frôler l'arrière de son dos.

« Oser ? Offenser ? Je suis ici chez moi, c'est donc moi qui y fait ma propre loi. Quand à l'offense, elle sera faite si tu essaye de t'enfuir. Me mettre en colère ne serait pas très avisé ... » dit-elle, resserrant on peu plus sont emprise sur moi. Prononçant peu de temps après « Je t'ai laissé le choix plus tôt dans la journée. Malgré ce que tu as vu au sous-sol, tu as décidé de rester. Mais il y a une condition absolue, celle de me satisfaire par tous les moyens. Nous verrons si tu te débattras longtemps ... Comme je le pensais, Kathleen voulait son dû et pour rien au monde elle ne me laisserait quitter cette chambre sans que je n'ai payé... pourquoi n'avais-je simplement pas fuit, j'étais idiote.

Me tenant toujours aussi fermement, je sentie soudainement quelques choses... essayant de me dégager mais toujours retenue de force, je fus finalement attacher aux extrémité du lit par... Je ne pouvais pas le dire moi-même, je voyant absolument rien dans cette obscurité. C'est après mes poignets que le démon sans pris a mes chevilles. J'avais eu beau remuer les jambes pendant un petit moment, Kathleen finis par réussir son coup.

Je me mise alors une nouvelle fois à crier, espérant que quelqu'un vienne a mon secours, malheureusement au plus profond de moi, je savais que personne ne viendrais... tout le monde craignait cette femme nommée Kathleen. Me mordant la lèvres inférieur, ma gorge flanchant sous la douleur de mes cordes vocales. C'est sans crier garde que le démon vint me bâillonner avec un tissus.

« Je te le retirerai lorsque tu produiras des sons plus doux à mes oreilles, tels que des gémissements de plaisir » prononça t-elle alors, la rage et la peur prenant possessions de mon esprit.

Le démon se mis alors a rire, des larmes se formant aux coins des mes yeux. Laissant ma tête retomber sur le côté, je n'avais plus aucun espoirs... que devais-je faire face à elle ? Je n'avais pas envie de lui servir ainsi de vice sexuel. Kathleen se place une nouvelle fois au dessus de moi, frôlant de ses doigts ma poitrine. Frémissant, ses main s’arrêtèrent dans une caresse, le contact de sa peau froide faisant dresser mes tétons qui peu à peu devenais dur, où était-ce mon corps qui était devenue brûlant... ?

« Tu avais aimé ça la dernière fois, dis-toi que cette fois-ci, je t'emmène dans un endroit encore plus beau d'où tu ne voudras plus jamais revenir ... Je suis ton Enfer, tu seras mon Paradis, belle Seneka. Mais là où je me tiens, aucun dieu quel qu’il soit ne pourra te sauver de mon emprise. Tu es si chaude ... Voici donc le pouvoir des Amaterasu. » dit-elle dans un murmure, me faisant tourner la tête de l'autre côté, mes dents serrant de plus en plus le tissus a l’intérieur de ma bouche.

Les doigts du démon tournant désormais autour de mes tétons, mon esprit lui commençais déjà a divaguer entre réalité et désire. Ma respiration devenant de plus en plus rapide, j'avais cessée de me débattre, les larmes elles, continuant de ruisseler le long de mes joues. Pleurant en silence, j'essayais de me concentrée sur ce que je n'avais pas l'habitude d'utiliser, mon pouvoir. Mon corps était devenue brûlant... doucement, une faible lumière apparaissant autour de moi, éclairant l'obscurité de la chambre.

Kathleen avait prit l'un de mes tétons en bouche, alors que ses mains toutes deux déposés sur mes hanches me fit frémir une nouvelle fois. Je ne pouvais pas l'expliquer mais parfois, certain endroits de mon corps étaient plus sensible que d'autre...

La lumière éclairant la chambre, je pu voir de mes yeux devenue rouge par les larmes, le corps nue de Kathleen qui étrangement ne me semblait pas indifférant... Rougissant, je bouge ma tête de droite à gauche, le nœud du baillons se détachant, me laissant alors la possibilité de prendre la parole.

Cependant, ce n'est pas ce que fis... j’attends que la jeune femme s'approche on peu plus pour me redresser assez suffisamment pour venir lui mordre l'épaule a sang, le liquide ruisselant déjà a l’intérieur de ma bouche. Je lâche finalement prise, prononçant faiblement, mes cordes vocales endoloris.

« Je n'ai pas envie d'aimer ça... je n'ai pas envie dallez dans cette endroit que vous qualifier d’éden... Vous n'êtes ni mon enfer et je ne serais pas votre paradis, JE NE VEUX PAS ! » prononçais-je, les ampoules de la pièce s'allumant un court-instant avant de s'éteindre, mes corps-lui, continuant de s'intiller.


- Les Ténèbres lui vont si bien -
Je me soumet en #5466BC ~ ♥️
avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Ancienne Nonne
Sexualité : Satansexuelle
Messages : 87

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Spirit


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Jeu 5 Jan 2017 - 19:34



feat. Seneka


Nuit dans les limbes

Veux-tu que je te montre mon Enfer ?


J'AI DES DOIGTS DE FÉE
LAISSES TOI ALLER DANS MES BRAS,
TU CONNAITRAS ALORS
TOUS LES PLAISIRS CHARNELS ...







Occupée avec le corps bouillant de ma proie, je ne remarquais pas tout de suite la luminosité qui emplie la pièce petit à petit. C'est en me redressant que je le remarquais enfin. Je pu donc un court instant admirer la beauté simple et nue de ma victime. Cela ne dura pas, je n'avais pas remarqué que ma prisonnière c'était libérée de son bâillon, la morsure fût rapide et m'arracha une grimace de douleur sur le coup. Voilà qui promettait d'être excitant si la jeune nonne se rebellait ainsi. Elle qui avait l'air naïve et innocente, semblait à présent bien plus intelligente et forte que je ne le pensais au départ.


« Je n'ai pas envie d'aimer ça... je n'ai pas envie dallez dans cette endroit que vous qualifier d’éden... Vous n'êtes ni mon enfer et je ne serais pas votre paradis, JE NE VEUX PAS ! »

- Que tu le veuilles ou non n'a pas d'importance, tu affronteras ta destinée. Personne ne viendra pour toi, les habitants de cette demeure savent qu'il ne faut surtout pas me déranger lorsque je "chasse". Tu veux continuer à me mordre ? Vas-y ne te gène pas. J'aime la douleur. Les morsures ne sont que des caresses excitantes pour moi. Je rajoutais, remarquant les effets de lumières dans la pièce. Tu veux déchaîner ton pouvoir ? Je peux faire de même ?

Je claquais alors des doigts, provoquant un court circuit dans toute la pièce, mettant alors hors service tous les moyens mise à disposition de la jeune Amaterasu pour s'amuser avec la lumière. Ne lui restait plus que son corps qui scintillait. Soit, cela ne m'empêcherait pas de poursuivre dans ma lancée. Je descend le long de la jeune nonne, atteignant rapidement son ventre plat, y déposant quelques léchouilles au passage. Je me trouvais plutôt soft pour ce viol. Il faut dire que le fait que la jeune fille sous mon emprise soit une nonne complètement novice dans les méandres du sexe, m'émoustillait et pour le moment, je ne désirais pas jouer les sadiques. Cela viendrait en son temps ...

Je descendais plus bas encore, écartant les cuisses blanches et étonnement douces de Seneka. Bien sûr, il y e de la résistance, mais je ne la laisserait pas se dérober. Je voulais la goûter et j’obtiendrais ce que je désire, comme toujours. Une fois que j'eu le dessus, je posais le bout de ma langue sur le petit bouton que j'avais sorti de sa cachette. Il était déjà bien rouge, signe d'une bonne excitation. La jeune nonne devait être en proie entre le désir et le refus. Mais je gagnerais, il n'était pas question de la laisser gagner. Je me mis alors à lécher sa vulve entière avec plus de ferveur. Son nectar était légèrement salé, mais pas agressif au palet comme chez certaines femmes. L'odeur aussi était plutôt douce. L'excitation en moi montait peu à peu. J'étais attentive au langage du corps de la demoiselle tous mes sens en éveil. J'étais enfin chez moi, dans mon Enfer, à l'aise. J'y avais emmené ma proie, un endroit duquel elle ne sortirait plus ...

© Code de Anéa pour N-U





Ange ou Démon ?:
 






avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Journaliste
Sexualité : Lesbienne
Messages : 157

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Sam 7 Jan 2017 - 13:39

Prisonnier des griffes de Satan, l'ange ne pouvait plus déployer ses ailes et s'envoler. Malgré ses appels de détresse, Dieu semblait préoccuper par une autre affaire... Bien plus importante. Je pouvais me débattre de toutes mes forces, provoquer la magie divine qui m’abritait, rien ne semblait effrayer la monstruosité au-dessus de moi. Mon corps scintillant, ne laissait paraître que mes formes généreuses, gênées sur le coup ainsi que paniquée, je ne comprenais pas comment faire marche arrière. Le goût de fer à l’intérieur de ma bouche devenait avide, mes forces me quittant, des larmes coulantes le long de mes joues pâles.

« Que tu le veuilles ou non n'a pas d'importance, tu affronteras ta destinée. Personne ne viendra pour toi, les habitants de cette demeure savent qu'il ne faut surtout pas me déranger lorsque je "chasse". Tu veux continuer à me mordre ? Vas-y ne te gène pas. J'aime la douleur. Les morsures ne sont que des caresses excitantes pour moi. » Dit-elle, me faisant tressaillir par la peur et l'excitation.

C'est soudainement, d'un claquement de doigts que la jeune femme au-dessus de moi provoqua un court-circuit dans toute la pièce, ne laissant alors que mon corps nu éclairé la pièce de mes vices. Ma respiration était profonde et tremblante, me débattre ne servait à rien... Que devais-je faire, continuer de me battre pour lui ou renoncer et me donner corps et âme à Satan. Un simple ange ne pouvait rien contre les deux seigneurs divins. Mon corps se crispe alors que je ferme les yeux, serrant de toutes mes forces ma mâchoire, mes larmes perlant, tombant sur mon épaule nue et scintillante de mille feu.

J'étais faible et puis cela, Kathleen en profiterait... je ne faisais absolument pas peur et ma magie était bien plus faible et pacifiste comparer à la sienne. Je pouvais la sentir, descendre le long de mon corps inexploré, je ne savais pas qu'en deviendrais de mon corps, j'étais novice... je ne connaissais rien au plaisir charnel, et même si mes convictions m’interdisait de me laisser portez, j'étais curieuse... Un petit sursaut fut provoqué au contact des lèvres du démon sur mon ventre. Je me mords la lèvre inférieure à sang, essayant de penser à autre chose, récitant une prière à l’intérieur de mon crâne.

Malgré ma concentration, je pue la sentir... Descendre encore et encore jusqu'à écarter mes cuisses que je n'avais même pas pris la peine de refermer sur son visage, il y eut une petite résistance puis finalement, pris au dépourvu que personne ne viendrais, que même pas dieu lui-même viendrais à mon secours, me fit dépérir sur place « arrête... » Prononçais-je faiblement, l'une de mes mains déposer sur son crâne, mes ongles agrippant ses magnifiques cheveux argentés. C'est alors qu'une chose douce et humide vint me caresser à cet endroit que j'avais qualifié de "porte des enfers". Je serrais encore et encore mes dents, pensant a un certain instant que celle-ci se casserait toute en mille morceaux au bout d'un moment.

Je m'empêchais de respirer, restant en apnée de longue minute pour finalement céder, ma main se refermant sur une poignée de ses cheveux. Mon esprit s'échappait peu à peu, et même si je désirais qu'il reste ainsi avec dieu, je ne pourrais rien faire au plaisir que me provoquait Kathleen. Je finis cependant par lâcher quelques petits gémissements faibles, mon corps s'exprimant alors dans un cambrement. Je n'étais plus maîtresse de mon corps ni de mon esprit... Cette chaleur envahissante en devenait infectieuse.

Des frissons parcourraient la totalité de mon corps désormais impur. Cela devenait de plus en plus insupportable, c'était comme ressentir un court-circuit à l’intérieur de soit... le plaisir, était-ce ça... Ce qui était pourtant sûr, c'est que mon esprit était désormais entre deux portes, sans pourtant vouloirs faire de choix... Inconsciente, je prononçais à un nouveau coup de langue du démon « Seigneur... » Ma main agrippant ses cheveux, venant simplement se déposer sur le haut de son crâne dans une caresse.


- Les Ténèbres lui vont si bien -
Je me soumet en #5466BC ~ ♥️
avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Ancienne Nonne
Sexualité : Satansexuelle
Messages : 87

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Spirit


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Mer 18 Jan 2017 - 18:59



feat. Seneka


Nuit dans les limbes

Veux-tu que je te montre mon Enfer ?


J'AI DES DOIGTS DE FÉE
LAISSES TOI ALLER DANS MES BRAS,
TU CONNAITRAS ALORS
TOUS LES PLAISIRS CHARNELS ...







C'est à peine si j'entendais les murmures de ma proie, ces paroles étaient pour moi inaudibles et incompréhensibles, j'étais si envahis par mon propre désir de prendre possession d'elle que rien de ce qui m'entourait m'ébranlait. Je sentis par contre la main de la jeune fille se poser sur ma tête et agripper ma chevelure dont je suis si fière. En tant normal, je n'accepte pas qu'on maltraite ainsi mes si beaux cheveux argentés, mais en cet instant c'est d'autant plus excitant. Plus la nonne tentait de me faire du mal plus cela m'incitait à continuer, à poursuivre plus loin encore dans ses limites.


Je lui avais déjà fait connaître l'extase pour sa première fois dans une cabine d'essayage, je ne m'étais alors servis que de mes doigts. La langue, je le sais, est un muscle bien plus efficace pour donner pleinement du plaisir à une femme. Une partie du corps, chaude, humide et particulièrement douce, qui peut venir tour à tour caresser, titiller, sucer ce petit bouton qui se cache mais qui ne demande que ça d'être découvert pour que l'on s'occupe de lui. Le plaisir le plus intense d'une femme se situe en ce point et je maîtrise parfaitement le sujet. Il m'est arrivé d'amadouer même des hétéros, novices des plaisirs lesbiens, croyez-moi quand je vous dit qu'elles en redemandaient, qu'elles voulaient à tout pris revivre cette expérience. Mais je m'égare encore une fois, revenons à cette jeune Seneka ignorante de son propre corps.

Ce dernier frémissait sous mes assauts et un instant même, je perçus nettement de faibles gémissements de plaisirs. Cela m'incitait à continuer, à aller plus loin et pourtant la pression sur ma tête me démontrait que la jeune femme était en proie à un dilemme. Je vous l'ai dit, je suis particulièrement attentive au langage du corps féminin pendant l'acte. Mais un geste me surpris cependant quelques secondes durant. Une geste qui ne collait pas trop avec le mot que la bouche de ma proie prononça.


« Seigneur... »

Une caresse s'attardait à présent sur ma tête, lissant de nouveaux mes fils blanchâtres. Je ne répondais rien, je m'étais juste arrêtée le temps de ma surprise, mais je reprenais vite conscience, m'attelant de nouveau attentivement à ma tache. Cette fois-ci, je n'y allais plus de main-morte. Ma langue venait frôler dans une légère et douce caresse, la porte du jardin défendu. Je m'y attardais avant d'y pénétrer lentement et par va et viens. Chaque fois un peu plus loin. Je savais que cet assaut ne laisserais pas indifférente la jeune femme. C'est au bout de nombreuses minutes que je me redressais pour regarder enfin le visage de la blondinette. Je la regardais fixement.

- A présent, je peux te libérer, maintenant que tu as arrêté de te débattre, tu es mienne. Plus besoin de liens pour faire de toi ma prisonnière. Ton éducation sexuelle n'est pas terminé ma belle et plus tu passeras du temps entre mes bras, plus tu seras impatiente d'en découvrir plus ...

© Code de Anéa pour N-U





Ange ou Démon ?:
 






avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Journaliste
Sexualité : Lesbienne
Messages : 157

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Jeu 19 Jan 2017 - 10:46

La douceur de ses gestes me laissait perplexe. L’humidité de son muscle le long de ma vulve était peu à peu descendue, caressant l’entrée de mon éden où la porte était encore fermée. Je m’attendais à une pointe de douleur et pourtant… Cette chaleur envahissante, elle n’était pas de mon pouvoir divin mais bel et bien à la caresse du démon. Le muscle chaud et imbibé était alors pénétré à cet endroit. Il y eut une petite crispation de ma part, mais, très vite un relâchement. Ma respiration s’accentuait alors que ma main sur la tête de Kathleen, retombant sur les draps humidifié par mon corps bouillonnant. Chacune de mes mains, agripper au tissu, j’avais pu sentir mon corps se surélever un instant, ressentant peu à peu les vas et viens frénétique de Satan.

Cela était tellement intense à cet instant, que mon apnée en devenait que trop longue, me faisant recracher de grosses bouffées d’air comme si l’on venait de me mettre la tête dans un seau d’eau plus d’une minute.

Tout était devenue plus intense et sans le prévoir, je ressentie cette sensation aussi mystérieuse que les précédentes… mon corps s’était alors lever d’un coup, un long gémissement sortant de ma gorge avant que je ne retombe subitement, essoufflée, pris de spasmes indomptables. Satan s’était alors redressé alors que mon entre palpitait lui-aussi.

- A présent, je peux te libérer, maintenant que tu as arrêté de te débattre, tu es mienne. Plus besoin de liens pour faire de toi ma prisonnière. Ton éducation sexuelle n'est pas terminé ma belle et plus tu passeras du temps entre mes bras, plus tu seras impatiente d'en découvrir plus ... dit-elle alors que j’essayais tant de bien que de mal de contrôler les spasmes ayant prit mon corps d’assaut.

Mes jambes tremblantes, je m’étais simplement tournée que très légèrement, mon corps ayant arrêté de scintiller au moment où « j’étais partie ». Il en venait que je ne savais rien du sexe mis à part le plaisir que celui provoquait chez l’être humain. Voulais-je vraiment en savoir plus ?
Je pris une grande inspiration, me redressant faiblement sur mes deux jambes, encore aussi tremblante que deux quilles qu’on venait de frapper de pleins fouet.

- Vous avez eu ce que vous vouliez… j’imagine la satisfaction et la jubilation d’on vous êtes  enserré est plus que jouissif… prononçais-je, encore sous le choque de mon étreinte Je ne peux pas nier ce que vous venez de me faire… mais laisser moi, laisser moi un peu de temps… je me redresse, tournant mon visage humidifiée par les larmes en direction de Kathleen Je… puis je ne répondis plus, quittant les lieux avant de me réfugiée dans la salle de bain à l’étage.

Je me retrouvais face au miroir, mon visage ayant mauvaise mine. Je fais couler un peu d’eau dans le lavabo avant de m’asperger, ressentant alors quelque chose de froid couler le long de ma jambe. Je me recule, m’asseyant sur le rebord d’une baignoire, apportant ma main encore bouillante a cet « endroit » que Kathleen avait pris la peine d’explorer.

C’était chaud et humide, comme cette fois où j’avais pris la peine d’essayer moi-même dans ma chambre au couvent… Une fois où je m’étais laissé prendre comme une débutante, qu’elle idiote étais-je… Qu’elle idiote suis-je. Dans un soupir, je regarde la porte de la salle de bains que j’avais clouée à double-tour, puis la baignoire, ma main refermant le bouchon d’évacuation puis s’attardant sur les robinets.

Une fois l’eau ayant rempli la baignoire, j’étais rentrée à l’intérieur, utilisant le premier gel douche que j’avais trouvé pour me laver l’intégralité du corps, me prélassant alors je ne sais combien de temps dans l’eau… À réfléchir, de comment, de pourquoi… Avais-je aimé ça, pourquoi commençais-je à aimer Kathleen…

C’est sans doute un quart d’heure plus tard que j’avais décidé de quitter la baignoire, attrapant un peignoir, satisfaite de ne plus ressentir cette sensation d’humidité sur mon corps. Cependant, une fois devant la porte, j’eu un blocage… où devais-je aller… je me mords la lèvre inférieur, ouvrant doucement la porte, me résignant à courir dans tout le manoir, continuant seulement tout droit, en direction de la chambre de Kathleen.

C’est soudainement que je ressentie une présence… quelque chose de froid et sans doute étais-je mon imagination, mais je crus apercevoir une silhouette blanchâtre… un fantôme ? Serrant les dents, je m’étais dépêché d’entrée dans la chambre, laissant tomber le peignoir le long du lit, ne prenant même pas la peine de mettre ma robe de chambre puant le sexe à pleins nez.

J’étais une fille assez peureuse en ce qui concernaient les fantômes et esprits maléfiques… et en y repensais, nous étions dans un vieux manoir, sans doute infestée d’esprit…

Mon rythme cardiaque accélérant de plus belle, je m’étais simplement blottie contre Kathleen, qui dormais ou non… à cette instant je cherchais une pointe de réconfort, moi qui avait toujours été seule… elle, elle était là.

- J-J’ai vue quelque chose dans le couloir… Prononçais-je dans un murmure inquiétant.


- Les Ténèbres lui vont si bien -
Je me soumet en #5466BC ~ ♥️
avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Ancienne Nonne
Sexualité : Satansexuelle
Messages : 87

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Spirit


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Dim 22 Jan 2017 - 11:05



feat. Seneka


Nuit dans les limbes

Veux-tu que je te montre mon Enfer ?


J'AI DES DOIGTS DE FÉE
LAISSES TOI ALLER DANS MES BRAS,
TU CONNAITRAS ALORS
TOUS LES PLAISIRS CHARNELS ...







Finalement, la jeune femme n'avait pas tenu bien longtemps la cadence de mes assauts. C'est assez rapidement que son allô de lumière c'était estompé au moment même où son corps se levait dans un mouvement de jouissance palpable.

- Vous avez eu ce que vous vouliez… j’imagine la satisfaction et la jubilation d’on vous êtes  enserré est plus que jouissif… Je ne peux pas nier ce que vous venez de me faire… mais laisser moi, laisser moi un peu de temps… Je…


Et la voilà partie, la nonne. Elle s'était enfuie rapidement, quittant mon lit mon antre. C'est la lumière dans le long couloir de l'étage qui m'indiquait où elle s'était réfugiée. La salle de bain. Je n'avais pas envie de la poursuivre et je savais qu'elle aurait certainement fermé le verrou de la porte. Je soupirais, m'allongeant toujours nue dans mes draps. La porte de ma chambre était restée entrouverte, mais cela ne m'inquiétait pas. Si mes colocataires devaient me voir dans ce simple appareil, soit, je n'étais pas pudique, tout le monde le savait. Je n'avais pas à me cacher, belle comme je le suis. Seule dans l'obscurité environnante, je repensais à ce qui venait de se passer. Le démon en moi était pour le moment satisfait, mais c'était si peu pour le contenter que je savais pertinemment que c'était loin d'être fini. Je percevais au loin l'écoulement de l'eau dans la baignoire, ce son eu un effet d'assoupissement sur moi. Je fermais les yeux et très vite je me mis à somnoler. J'étais encore à l'écoute entre la conscience et les songes. Je repensais alors à ses ampoules que j'avais grillé et qu'il me faudrait remplacer. C'est dans cette pensée que je plongeais alors à moitié endormie, dans des brides de souvenirs lointains.

Un soir, je me trouvais dans ma chambre, une chambre pas si différente de celle que je possède actuellement. A la seule différente que moi j'étais bien plus jeune, à l'orée de mes années d'adolescente. J'étais déjà seule, toujours seule. La solitude ce n'est pas une bonne chose, surtout lorsqu'on ne vous a jamais démontré d'amour. L'amour finalement c'est quoi ? Je ne sais même pas ce que c'est, même encore aujourd'hui et ça ne me manque pas. On ne peut regretter quelque chose qu'on ne connait pas. Ce jour-là donc, comme chaque jour qui se succédait et se ressemblait, j'avais passé une partie de ma journée avec mon précepteur. J'étais trop en avance pour ses leçons et je m'ennuyais donc rapidement. Durant mes moments de détente, je lisais, que dis-je, je dévorais des bouquins sur le rebord de ma fenêtre, jetant des coups d’œil à l'extérieur. Je regardais avec envie les enfants qui jouaient dans la rue en contrebas. Ils avaient l'air de basse condition contrairement à moi qui vivait dans l’opulence, mais eux au moins, ils avaient l'air de s'amuser. Ce soir-là donc, j'avais encore une fois sauté le repas, refusant de descendre dans la salle où mes parents m'avaient attendu un long moment. Chez nous, arriver en retard était synonyme d'impolitesse. Mais mon esprit se rebellait et au fond de moi, quelque chose semblait déjà gronder. Ce démon venait de commencer à m'habiter. Qui était-il ? Je ne le savais pas encore, mais je sentais bien sa présence. Mon père est venu dans ma chambre après ce fameux repas, il était en colère, je le voyais bien. De toute façon, quand m'avait-il sourit ? Quand m'avait-il apporter quelconque attention ? A part dans ces moments-là, il ne prenait pas son rôle de père au sérieux. J'entendais son mécontentement mais je n'écoutais pas ses remontrances. Je me contentais de regarder par cette fenêtre. A cette heure avancée, il n'y avait plus personne, mais les lampadaires de la ville éclairait encore les rues. Mon père me voyant indifférente perdit patience et décida qu'une punition devrait me "mâter". Soit. Seulement, je ne m'attendais pas à cela, je n'avais pas prévu cette gifle, la toute première. Je n'avais jamais su ce que c'était. Je sentis alors quelque chose affluer en moi, dans mes veines, le long de mon corps tout entier. Et soudain, le noir total. Les ampoules de ma chambre c'étaient toutes éteintes dans un grésillement. Mais pas seulement, dans la rue en contrebas aussi l'obscurité se fit. Mon père fût surpris et horrifié. Horrifié parce que mon corps lui était parcouru de courant électrique qui claquait à la surface, seules petites lumières dans ces ténèbres, mes ténèbres ...

Je sentais dans le souvenir où j'étais emprisonnée une présence chaude. Mon souvenir n 'était pas fini, car c'est ce jour-là que j'ai appris la vérité sur mes origines, moi une enfant orpheline, adoptée par un couple de nobles ...


- J-J’ai vue quelque chose dans le couloir…

Cette voix terrifiée finit de me sortir de mes songes. J'ouvrais mes paupières toujours dans l'obscurité de la pièce, mais mon corps lui projetais cette effet comme par le passé. J'étais de nouveau parcouru de ses courants électriques. Impossible de les faire cesser, du moins pas tout de suite. Il me fallut quelques minutes pour que tout redevienne normal. Seneka me collait, tremblant comme une feuille, j'entendais en boucle dans ma tête ses paroles et je réalisais enfin.

- Un fantôme ? Ce n'est rien, ça arrive tout le temps. Ils sont chez eux, il suffit de les laisser tranquilles.

Je ne sais pas si mes paroles ont vraiment rassuré la jeune fille à mes côtés. Je ne pense pas, mais je ne suis pas du genre peureuse, ni encore moins réconfortante. Je ne suis tout simplement pas douée pour ça. Je me redresse et attrape ma robe de chambre, murmurant à l'attention de Seneka.

- Habilles-toi, on descend au salon, je vais faire du thé.

© Code de Anéa pour N-U





Ange ou Démon ?:
 






avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Journaliste
Sexualité : Lesbienne
Messages : 157

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Dim 22 Jan 2017 - 17:40

Ma respiration était de plus en plus bruyante alors que mon corps, lui, tremblait comme une feuille. Malgré ce qu’il venait de se passer, la peur m’avait poussé à rejoindre la couche du démon, totalement nue. Décidément, j’étais plus terrifié par les morts que par cette femme qui recommencerait à abuser de moi quand cela lui chantera…

Je fermais les paupières, resserrant mon emprise sur Kathleen, tremblant comme une pauvre et misérable feuille. D’un côté, j’étais rassuré… Car avant, aux moindres bruits, je restais sous ma couette à attendre que le jour montre le bout de son nez, des nuits blanches passées pour finalement découvrir que la source de bruit ne venait que d’un pauvre rat…

Kathleen n'avait pas bougé d'un poil, les paupières closes, je n'avais pas immédiatement remarquée ce qu'il se passait. C'est en ressentant un courant électrique me parcourir, que je me dégageai d'elle a contre cœur, remarquant alors de petites étincelle, peut-être était-elle en plein rêve... Ou ça façon de rassurer les gens... « E-Est-ce que ça va ? ... » dis-je dans un murmure avant de me coller à elle une nouvelle fois

« Un fantôme ? Ce n'est rien, ça arrive tout le temps. Ils sont chez eux, il suffit de les laisser tranquilles. » Prononce telle, me faisant d’avantage tressaillir dans ma phobie.

Kathleen n’avait pas été très intelligente sur le coup. J’étais apeuré et de plus, ses paroles… « Ça arrive tout le temps » m’angoissait terriblement. Quand j’en aurais la possibilité, je déposerais du gros sel sous le paillasson du manoir, au cas où…

« Cette délicatesse, vous me rassurez vachement à dire ça…» Prononçais-je doucement à mon tour, me mordant la lèvre inférieure en regardant autour de moi, dans cette obscurité, la manifestation d’un simple voile blanc provoquerait en moi un véritable arrêt cardiaque.

Soudainement, je ne sens plus la présence de Kathleen, celle-ci s’était alors redressée subitement « Habilles-toi, on descend au salon, je vais faire du thé. » Dit-elle. Encore apeurée, je me redresse instinctivement, attrapant ma robe de nuit, l’enfilant rapidement malgré son odeur de sexe.

Je fais rapidement le tour du lit, attrapant par le bras droit Kathleen, ne voulant pas la lâcher, sous aucun prétexte. Mon cœur frappe contre ma poitrine, des goûtes de sueurs coulant le long de mes tampes, la peur était désagréable… surtout quand celle-ci concernait les fantômes.

Avançant toutes les deux dans la pénombre, un bruit suspect me fit sursauter « Hiiiiiii ! » Émets-je par la surprise, mon corps s’illuminant tout à coup en un jet de lumière aveuglant « Les fantômes n’aiment pas la lumière… Je préfère les choses ainsi » dis-Je en soupirant d’aise, me calmant peu à peu, mais toujours agrippée au bras du démon.

Finalement, nous arrivâmes assez rapidement dans le salon et une fois que la lumière fût allumée, mon corps s’éteignit. Je pris alors place sur un fauteuil en face de la cheminée, regardant Kathleen « Je pourrais avoir un thé aussi s’il vous plait ? N’importe lequel, je ne suis pas difficile… » Prononçais-je, n’arrivant pas à lui sourire.


- Les Ténèbres lui vont si bien -
Je me soumet en #5466BC ~ ♥️
avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Ancienne Nonne
Sexualité : Satansexuelle
Messages : 87

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Spirit


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Jeu 2 Fév 2017 - 18:01



feat. Seneka


Nuit dans les limbes

Veux-tu que je te montre mon Enfer ?


J'AI DES DOIGTS DE FÉE
LAISSES TOI ALLER DANS MES BRAS,
TU CONNAITRAS ALORS
TOUS LES PLAISIRS CHARNELS ...







« E-Est-ce que ça va ? ... »

J'avais répondu que ce n'était rien, bien que dans mon esprit ce n'avait pas été le cas. Mais je n'ai jamais été du genre à étaler ma vie devant les autres. Je ne veux pas parler de mon passé, je veux au contraire l'oublier le plus possible, le renier même si je le peux. Bien sûr, je ne peux l'empêcher de refaire surface par moment. A mes prochaines paroles, lorsque Seneka avait exprimer sa peur, cette dernière m'avait répondu sur un ton non convaincu.


« Cette délicatesse, vous me rassurez vachement à dire ça…»

Je ne suis pas du genre à "rassurer", je n'ai pas peur de grand chose, je me sais plus effrayante que des fantômes. Après ma proposition de descendre au rez-de-chaussée pour boire un thé, je revêtais ma robe de chambre qui laissait deviner aisément mes formes. Très vite, Seneka me rejoignit, agrippant mon bras, me collant comme si sa vie en dépendait. Ce geste me faisait sourire, mais dans la pénombre, la jeune femme ne pouvait pas le remarquer. Ayant grillé les ampoules de ma chambre, je ne pouvais plus allumer la lumière et nous avancions dans l'obscurité quasi-totale. J'aurai pu activer interrupteur dans le couloir, mais je dois avouer que l'état de la jeune nonne m'amusait. Méchante moi ? Non, juste sadique voyons.

« Hiiiiiii ! »

Je sursautais en entendant ce cri strident. Une lumière vive m'arracha alors un grognement tandis que cette dernière agressait mes yeux. Par réflexe je plaçais alors mon avant-bras devant mes paupière et arrêtais un instant ma progression dans le couloir.

« Les fantômes n’aiment pas la lumière… Je préfère les choses ainsi »

- C'est pas qu'ils n'aiment pas la lumière, c'est qu'ils ne se voient pas toujours sous ses effets. Tu penses vraiment que tu les as chassé là avec ton petit halo ?

Je lançais un petit rire moqueur, descendant à présent l'escalier, finalement guidée par le pouvoir de la jeune fille apeurée. Une fois dans le salon, j'allumais une petite lampe de chevet située sur un guéridon près du sofa devant le grand âtre de la cheminée. Avant d'aller faire du thé dans la cuisine, je rallumais le feu et rajoutais un peu de bois. La nuit tombée, il ne faisais jamais très chaud dans ce vieux manoir. Seneka ne s'était pas faite prier bien longtemps avant de s'installer sur le canapé. Alors que je me redressais, elle éleva de nouveau sa douce voix. Son corps lui avait cessé d'émettre cet lumière qui semblait divine.

« Je pourrais avoir un thé aussi s’il vous plait ? N’importe lequel, je ne suis pas difficile… »

Je hochais simplement la tête en réponse à sa requête et me dirigeais aussitôt vers la cuisine dont j'allumais également la lumière. Je fouillais ensuite dans l'un des placard au-dessus des plans de travail pour y trouver une grande boîte dans laquelle je gardais et même collectionnais une grande variété de thé, mais aussi de tisanes. Je m'attardais justement sur ces dernières. J'en avais une qui était parfaite pour notre situation actuelle puisqu'elle aidait à se détendre et à s'endormir. Je la trouvais, en prenant deux sachets, rangeant ma boîte et entreprenant ensuite de faire bouillir de l'eau dans la bouilloire. Je restais donc seule un bon moment dans cette grande cuisine. Je n'aime pas vraiment la solitude, si je dois avoir une peur, ce doit bien être ça. Aucun bruit ne se faisait entendre dans cette vieille bâtisse. Sortant de mes pensées, je m'activais ensuite à préparer le plateau avec les deux tasses, la théière, le sucrier et un peu de lait, on ne sait jamais, impossible de savoir les préférences de cette nonne peureuse.

Une fois que tout fût prêt, l'eau bouillante rajoutée au tout, j'éteignais la lumière, prenait le plateau et me rendais de nouveau dans la salon auprès de la jeune fille. Je déposais ensuite ce dernier sur la petite table et commençais le service. Je m'installais ensuite à mon tour près de Seneka, rajoutant un sucre seulement à ma tisane, touillant ensuite pour mélanger le tout. La tasse était chaude et fumante. Je regardais un long moment les flammes dans l'âtre, dans un silence légèrement pesant. Je ne savais pas trop quoi dire, ni sur quel sujet de conversation me lancer. Il faut dire que je ne m'attendais pas à ce que la nonne me fasse le coup de la peur des fantômes. Je me voyais plutôt déjà en train de dormir jusqu'au lendemain matin.

© Code de Anéa pour N-U





Ange ou Démon ?:
 






avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Journaliste
Sexualité : Lesbienne
Messages : 157

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Sam 4 Fév 2017 - 12:51

- C'est pas qu'ils n'aiment pas la lumière, c'est qu'ils ne se voient pas toujours sous ses effets. Tu penses vraiment que tu les as chassés là avec ton petit halo ? Avait-elle alors prononcé. Les yeux rivés sur mes pieds, je m’étais mise à sourire très légèrement, avait-elle encore envie de me faire peur ? Ce qui était sûr c’est qu’entourée de ce halo de lumière, je me sentais protégée, du moins protégée contres les formes fantomatiques.  

Désormais assise face à la chaleur du feu de cheminée, je m’étais mise à observer les flammes avec avidité, me perdant un instant dans le passé. J’avais apporté ma main gauche à mon poignet droit, resserrant alors dans ma paume le petit bracelet en or ou était écrit mon prénom, un bijou que je portais depuis ma naissance, un bracelet que j’avais fait agrandir avec de nombreuses économies, il était le seul souvenir que j’avais de ma mère, son seul cadeau.

Mes pensées s’évaporèrent quand Kathleen déposa le plateau bien garni avec les deux tasses, la théière, le sucrier et un peu de lait sur la table basse du salon. Détournant un instant les yeux, je ne m’étais pas rendu compte du temps qui s’était écoulé… Dans un soupir, je lâche mon poignet orné de ma gourmette pour me pencher vers la tasse de thé.

- Merci pour le thé, prononçais-je en souriant légèrement, semblant me perdre une nouvelle fois dans le passé.

Prenant la tasse entre entres mes mains, je me mise à humer le parfum qu'elle dégageait avant de la reposer pour y mettre un sucre et un peu de lait. Touillant de ma cuillère le contenu de la tasse, je me mise à observer la beauté des flammes. Je n'avais jamais veillé aussi tard… Jamais été aussi bien de toute ma vie et en présence d'une autre personne que des bonnes sœurs, ça faisait du bien… je me sentais libre et vivante, pourquoi… ?

Apportant la tasse à mes lèvres, le doux nectar se mis à couler en moi. Satisfaite du goût comme de l’odeur, je ne pus retenir un sourire envers ma violeuse.

-  Le thé est vraiment délicieux… qu’est-ce exactement comme arôme ? Je n’ai pas l’habitude… de boire d’aussi bonne boisson, dis-je en regardant mon reflet dans la tasse, le feu embrasant mes yeux émeraude.

Elle, elle était mystérieuse et sans doute étais-ce pour ça que peu à peu je m’intéressais à elle… la curiosité était bien trop forte, des questions se bousculant dans ma tête une par une. Je dépose ma tasse sur la table, m’installant convenablement dans le canapé, croissant les jambes – Euhm… vous avez quel âge et d’où venez vous Kathleen ? Prononçais-je doucement, ayant encore cette peur de me faire réprimander comme on me disputait toujours au couvent d’être trop curieuse.


- Les Ténèbres lui vont si bien -
Je me soumet en #5466BC ~ ♥️
avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Ancienne Nonne
Sexualité : Satansexuelle
Messages : 87

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Spirit


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Jeu 2 Mar 2017 - 16:35



feat. Seneka


Nuit dans les limbes

Veux-tu que je te montre mon Enfer ?


J'AI DES DOIGTS DE FÉE
LAISSES TOI ALLER DANS MES BRAS,
TU CONNAITRAS ALORS
TOUS LES PLAISIRS CHARNELS ...







La jeune femme installée en face de moi, semblait apprécier ma préparation, j'en bu également une gorgée. Je ne buvais le thé et les tisanes que bien chaud, à la limite de la boisson bouillante. Dès que cette dernière tiédissait, elle perdait de son attrait à mes yeux et je risquais de ne pas la finir.

-  Le thé est vraiment délicieux… qu’est-ce exactement comme arôme ? Je n’ai pas l’habitude… de boire d’aussi bonne boisson


- C'est juste une tisane à base de miel et d'un peu de camomille. J'ai appris l'art du thé dans mon enfance, aujourd'hui, il fait partie intégrante de moi.

Seneka se mis très vite à son aise dans le canapé, c'était le but de ce lieu devant l’âtre de la cheminée avec cette boisson qui avait la particularité de détendre. La curiosité de la nonne semblait prendre le dessus. Je m'étais déjà posé la question de "quand elle poserait finalement les questions qui lui brûlait la gorge". J'ai tellement l'habitude des jeunes demoiselles d'un soir qui tiennent absolument à percer le mystère de "Satan". Mais je ne suis pas prête à me dévoiler aussi facilement. J'aime ce voile devant leurs yeux. Etais-je disposée à y répondre ce soir-là ? Oui, tant que ces dernières restaient légères ...

- Euhm… vous avez quel âge et d’où venez vous Kathleen ?

- 21 ans et je suis anglaise bien sûr, d'où le thé.

Puisqu'on en était au jeu des questions, pourquoi ne pas en faire de même ? Cependant je n'étais pas très douée pour m'intéresser aux autres, je n'avais plus qu'à m'y efforcer ...

- Et toi Seneka ? Aimes-tu mon savoir-faire ? Avoues, j'ai des doigts de fée et je viens d'embraser ton corps. Que dirais les nonnes de ton comportement si elle te voyait dis-moi ? Et surtout, la question qui me brûle les lèvres ... La Liberté est-elle meilleure que l'endroit où tu restais cloitrée à psalmodier tes prières à un Dieu que tu n'as même jamais vu ni entendu ?

© Code de Anéa pour N-U





Ange ou Démon ?:
 






avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Journaliste
Sexualité : Lesbienne
Messages : 157

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Jeu 2 Mar 2017 - 19:19

La tisane coulait le long de ma trachée comme une caresse de dieu. Je n’avais jamais goûté un breuvage aussi somptueux. Cela avait eu le don de réveiller mon sens du goût, mon palet inexpérimenté se réjouissant de chaque nouveauté. Mais, là… il était question de savoir de quel arôme il s’agissait, j’étais curieuse de le savoir… Kathleen, n’eu pas tardée à répondre à ma question.

- C'est juste une tisane à base de miel et d'un peu de camomille. J'ai appris l'art du thé dans mon enfance, aujourd'hui, il fait partie intégrante de moi. Dit-elle, le son de sa voix me faisant un instant vibrer les tympans. J’avais simplement hoché la tête, prenant alors mon aise. Je n’avais jamais eu l’occasion découvrir le miel et la camomille m’était totalement inconnue. Il y avait encore tant de choses que j’ignorais… je me s’entais en retard par apport aux personnes qui m’entouraient désormais.  Par la suite, le démon répondu à ma deuxième question, celle-ci on peu plus personnelle

- 21 ans et je suis anglaise bien sûr, d'où le thé. Je souris, comprenant alors, sachant faire le rapprochement entre les anglais et le thé.  Il m’arrivait parfois à me demander moi-même de qu’elle origine étais-je… française, anglaise ou encore allemande, je n’en avais aucune idée… Je m’étais contentée de hocher la tête, au final… Kathleen et moi n’avions qu’un an de différance… cela m’étonnais cependant, car la jeune femme faisait bien plus âgée. Pour ma part, je ressemblais encore a une enfant alors qu’elle… avait l’aura une véritable femme, elle était belle, bien trop belle.

- Et toi Seneka ? Aimes-tu mon savoir-faire ? Avoues, j'ai des doigts de fée et je viens d'embraser ton corps. Que dirais les nonnes de ton comportement si elle te voyait dis-moi ? Et surtout, la question qui me brûle les lèvres ... La Liberté est-elle meilleure que l'endroit où tu restais cloîtrée à psalmodier tes prières à un Dieu que tu n'as même jamais vu ni entendu ?
dit-elle, me faisant sortir de mes pensés brusquement. Le rouge me monte alors rapidement aux joues, j’étais encore perdu… je ne s’avais pas quoi lui répondre. Je détourne le regard, j’étais une gentille fille mais quand on m’agressait de la sorte, je me montrais souvent on peu plus mauvaise, sans doute pour me protéger moi-même.  

« Votre savoir-faire… à vous entendre, on dirait que vous n’êtes bonne qu’à "baiser" » prononçais-je dans un ronchonnement avant de redresser le visage dans la direction de Satan « Je ne suis pas une menteuse… et réellement, j’ai apprécié… Mais, je n’y connais rien à ses choses-là et vous semblez vouloir me brusquer » je soupire, la gêne me prenant peu à peu « Si elles me voyaient, elles ne comprendraient pas, je ne comprends pas moi-même, mais… j’ai toujours rêvé de cette liberté… Je la voulais, et pour cela, je vous remercie, non pour m’avoir souillée en quelque sorte, mais pour m’avoir permis de connaitre bien plus qu’une simple paroisse. En ce qui concerne ce Dieu, je continuerais à croire en lui, même si je ne suis plus à son service. Dieu nous fait à son image, sans doute désirait-il que je sois ainsi pourchassé par le diable » prononçais-je une dernière fois, buvant une nouvelle gorgée de tisane. « Et vous Kathleen, qu’est ce que ça vous procure de vous dire que vous avez réussi à faire l’amour à une nonne ? … beaucoup de plaisir à mon avis, je ne suis pas si idiote que ça finalement mais, je me suis laisser piéger… pauvre de moi » je détourne alors le regard.


- Les Ténèbres lui vont si bien -
Je me soumet en #5466BC ~ ♥️
avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Ancienne Nonne
Sexualité : Satansexuelle
Messages : 87

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Spirit


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Dim 5 Mar 2017 - 10:05



feat. Seneka


Nuit dans les limbes

Veux-tu que je te montre mon Enfer ?


J'AI DES DOIGTS DE FÉE
LAISSES TOI ALLER DANS MES BRAS,
TU CONNAITRAS ALORS
TOUS LES PLAISIRS CHARNELS ...







« Votre savoir-faire… à vous entendre, on dirait que vous n’êtes bonne qu’à "baiser" »

Voilà une demoiselle avec du mordant, ce n'est pas pour me déplaire même si ses paroles m'ont un peu titillé sur le moment. Si elle n'avait pas poursuivit dans sa lancée, je pense que j'aurai montré mon mécontentement.

« Je ne suis pas une menteuse… et réellement, j’ai apprécié… Mais, je n’y connais rien à ses choses-là et vous semblez vouloir me brusquer »


- Te brusquer ? Si tel était le cas, tu serais déjà dépucelée et attachée en ce moment-même dans ma salle privée du sous-sol. Je me trouve bien au contraire plutôt patiente et douce.

Je continuais de boire ma tisane, elle commençait déjà à refroidir, je le sentais et c'est pourquoi j'avais presque terminé ma tasse lorsque Seneka repris.

« Si elles me voyaient, elles ne comprendraient pas, je ne comprends pas moi-même, mais… j’ai toujours rêvé de cette liberté… Je la voulais, et pour cela, je vous remercie, non pour m’avoir souillée en quelque sorte, mais pour m’avoir permis de connaitre bien plus qu’une simple paroisse. En ce qui concerne ce Dieu, je continuerais à croire en lui, même si je ne suis plus à son service. Dieu nous fait à son image, sans doute désirait-il que je sois ainsi pourchassé par le diable »

J'éclatais de rire, je ne pouvais me retenir à l'écoute de ces dernières paroles prononcées.

- "Dieu nous a fait à son image ?" Alors ton Dieu doit être un putain de sadique et pervers ! Il doit aimer ça le cochon ! Non parce que je si il m'a fait lui à son image, il y a vraiment de quoi s'inquiéter et encore plus quand on connait la nature profonde de la plupart de l'humanité sur cette Terre. Sérieusement, il faut ouvrir un peu les yeux ! Tu m'amuses beaucoup, petite nonne.

Je continuais de rire encore un instant. Ces croyants me faisaient toujours bien rire avec leurs illusions, surtout lorsqu'on sait que c'est l'église elle-me^me qui a toujours été à l'origine de bien des maux sur cette Terre, de bien des guerres. Je suis bien contente de ne suivre que moi.

« Et vous Kathleen, qu’est ce que ça vous procure de vous dire que vous avez réussi à faire l’amour à une nonne ? … beaucoup de plaisir à mon avis, je ne suis pas si idiote que ça finalement mais, je me suis laisser piéger… pauvre de moi »

- Il est encore trop tôt pour répondre à cette question, voyons, jolie Seneka, car je n'en ai pas encore fini avec toi. "Faire l'amour" si l'on veut, ce ne sont là que de banales préliminaires. Nous en reparlerons lorsque ta pastille aura sauté. En attendant, j'aimerai aller me recoucher.

Je me levais dans l'intention de débarrasser le plateau puisque je venais de finir ma tisane. Je laissais cependant le temps à la jeune blondinette de terminer à son tour avant de tout ramener, la laissant à ses réflexions.

© Code de Anéa pour N-U





Ange ou Démon ?:
 






avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Journaliste
Sexualité : Lesbienne
Messages : 157

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

7 ★ - Partner


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   Mer 8 Mar 2017 - 17:29

Kathleen était une magnifique créature des enfers. Et chacune de ses paroles résonnait dans mon esprit comme le grincement d’une craie sur un tableau. J’étais prise par la gêne et par se désirer de rébellion. Brusquer était un bien grand mot, je l’avais comprise suite à la parole du démon en face de moi. C'était vrai, elle aurait très bien pu m'arracher par virginité dès le premier soir ainsi que me martyriser dans cette soi-disant salle privée... Je n'avais pas à me plaindre, cela avait été doux... j'avais aimé et j'étais curieuse dans savoir plus. C’est alors que je me mise à parler de Dieu, un sujet qu’il ne fallait pas aborder avec Kathleen. Cette dernière ne croyait pas en le Dieu des chrétiens, mais… En celui qui avait fait d’elle une détentrice de la foudre.  

« "Dieu nous a fait à son image ?" Alors ton Dieu doit être un putain de sadique et pervers ! Il doit aimer ça le cochon ! Non parce que je si il m'a fait lui à son image, il y a vraiment de quoi s'inquiéter et encore plus quand on connait la nature profonde de la plupart de l'humanité sur cette Terre. Sérieusement, il faut ouvrir un peu les yeux ! Tu m'amuses beaucoup, petite nonne. » Je ne réponds pas et hausse simplement les sourcils. Je savais que quoi que je dise, j’aurais tort. Pour moi, dieu nous crée à son image, et si l’homme se met à changer, c’est parce qu’il en a décidé ainsi lui-même. Kathleen à choisi d’être ce qu’elle est, mais, au début… À sa naissance, sans doute était-elle des plus douces. La vie et l’avenir jouent beaucoup… Je suis bien placé pour le savoir désormais.

Quoi qu’il en soit, je fis on peu plus ma curieuse, posant quelque question à la démone face à moi. Cette dernière répondu « Il est encore trop tôt pour répondre à cette question, voyons, jolie Seneka, car je n'en ai pas encore fini avec toi. "Faire l'amour" si l'on veut, ce ne sont là que de banals préliminaires. Nous en reparlerons lorsque ta pastille aura sauté. En attendant, j'aimerai aller me recoucher. » Puis pris la peine de se redresser pour prendre les plateaux et les ramener dans la cuisine. Souriant, je n’avais pas exactement compris l’expression ‘pastille’ qu’avait-elle voulu dire par là ? Je me frotte les yeux, baillant avant de suivre la démone dans notre couche. La nuit serait calme…


- Les Ténèbres lui vont si bien -
Je me soumet en #5466BC ~ ♥️
avatar


Féminin Date d'inscription : 27/08/2015
Occupation : Ancienne Nonne
Sexualité : Satansexuelle
Messages : 87

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Spirit


MessageSujet: Re: [YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan   







Contenu sponsorisé


 

[YURI] Nuit dans les limbes | feat. Satan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Une nuit dans le blizzard. Cauchemard ou début d'un rêve ? [Médée]
» Excursion dans les Limbes démoniaques : [Annulé]
» Flirt avec le danger, ou dans les Limbes, faut se tenir à carreau...
» Les limbes des souvenirs. [ PV ]
» Une nuit lugubre, simplement ♪ [Feat. une poupée sanglante qui fait peur, Jiro]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: Le village d'Ikazuchi :: The Golden - Quartier Pavillonnaire :: Manoir de l'Enfer-
TOP