Partagez | 
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
La zone 51 [PV Faë]Auteur
MessageSujet: La zone 51 [PV Faë]   Ven 15 Juil 2016 - 20:41

Où diable était-elle ? Telle était la question que se posait Camille… Il faut dire, elle avait troqué sa chambre pour une autre, dénuée de toute ressemblance avec celle dans laquelle elle avait grandi. Déjà, elle était plus grande… Et puis, tout ce luxe ! Il y avait même une télé ! Qu’est-ce qu’il s’était passé, elle avait gagné à la loterie ? Non, ce n’était surement pas ça… Faudrait déjà qu’elle joue, pour ça… Mais alors, qu’est-ce qu’il s’était passé ? Qu’est-ce qu’elle faisait, juste avant qu’elle ne se réveille ici ? A part dormir, bien sûr… Hmm, n’était-elle pas en train de lire un article qui parlait de la zone 51 ? Oui… Elle était en train de comparer différentes informations sur l’éventuel emplacement de cette dernière… Mais après ? Aucune idée… Mais peut-être que les hommes en noir présents dans la pièce allaient pouvoir l’aider ? Un instant, des hommes en noir !!?

Tout de suite, une redoutable théorie jaillit dans son esprit : elle avait été enlevée par des agents fédéraux américains ! La preuve étant, ces types là, c’était bien en anglais qu’ils parlaient, non !? Elle devait avoir mis la main sur une information capitale, et pour cette raison, on l’avait fait disparaître de la circulation avant qu’elle ne puisse dévoiler sa découverte au grand jour ! Dommage, elle aurait bien aimé se rappeler cette découverte… Mais, si en échange, on l’avait emmené dans la zone 51, elle aurait là un scoop du tonnerre ! Pour peu qu’elle arrive à s’échapper… Et puis, on lui remit une lettre. Le contenu de cette dernière était pour le moins singulier : on affirmait qu’elle possédait des pouvoirs, ou quelque chose du genre. Préserver l’équilibre du monde ? Elle n’était pourtant personne, elle ne voyait donc pas en quoi elle aurait pu le perturber de quelque manière que ce soit… Ah moins que… Est-ce que ses articles pouvaient vraiment convaincre les foules ? Que des secrets gouvernementaux se voient pris pour cibles par des masses de curieux décidés à vérifier par eux-mêmes la véracité des rumeurs qu’elle publiait ? Bon, il restait cette histoire de pouvoirs surnaturels… Ah bien y réfléchir, il s’était passé pas mal de chose bizarre, récemment… Comme avec cette chute qui aurait dû l’envoyer rejoindre ses ancêtres ! Elle avait pensé que c’était un esprit frappeur qui s’amusait à ses dépens… Mais est-ce que cela venait d’elle ? Ou bien, était-ce justement cela, ce fameux « pouvoir surnaturel » ? Être accompagnée par un Poltergeist ? Fallait-il encore qu’il soit venu avec elle…

Bientôt, elle fut laissée seule, avec encore plein de questions dans la tête. Sa cellule aurait pu être plus désagréable, elle était même mieux que sa chambre niveau espace et confort. Mais il y avait d’autres choses qui manquaient, bien plus importantes que toutes ces choses qu’elle n’avait jamais possédées auparavant… En tête de liste venait indubitablement ses deux petites sœurs. Les reverrait-elle jamais ? Elles avaient bien grandi, et étaient capables de se gérer elles-mêmes désormais. Mais à la simple idée qu’elles puissent avoir besoin de l’aide de leur grande sœur, elle aurait pu vomir d’angoisse. Bon, Camille était bien consciente qu’elle était un peu siscon sur les bords, mais n’était-ce pas naturel de s’inquiéter de ses proches lorsque ceux-ci devaient faire face à une disparition ? Elle-même l’avait vécu avec Mélodie… Mélodie… En repensant à son amie disparue, un autre visage ne put qu’apparaître dans son esprit : Simon. Le pauvre, il angoissait déjà à mort à cause du changement de couleur de ses cheveux, et de tous ces phénomènes qui se produisaient autour d’elle. Et voilà que, maintenant, ses pires craintes se trouvaient réalisées ! Dire que, normalement, elle devrait être avec lui, en ce moment… Il devait être en pleine panique… Ou bien, s’était-il déjà résigné à ne plus jamais la revoir ? En pensant à son petit-ami, son cœur se serra. Elle ne devait pas se laisser aller à la mélancolie ! Elle devait garder la tête froide, et obtenir un maximum d’informations sur cet endroit ! Et pour ça, il fallait qu’elle commence par sortir d’ici… Mais comment allait-elle pouvoir quitter sa cellule ? Il était temps pour elle de voir si elle avait des talents dans le crochetage de serrure…

Ce fut chose facile ! Les idiots d’agents fédéraux, ils avaient oublié de verrouiller la porte ! Dans le genre évasion facile, on ne pouvait pas faire mieux… S’ils étaient aussi négligents sur tout, elle parviendrait sans doute à retourner chez elle en toute simplicité ! Mais avant ça, elle devrait surement traverser un désert, et puis seulement embarquer clandestinement dans un bateau ou un avion. Le tout, en évitant de se faire reprendre ! Il était probable aussi que les agents fédéraux l’attendent chez elle, en Belgique… Mais elle aviserait le moment venu. Pour l’heure, elle devait d’abord trouver la sortie du pénitencier, qui ressemblait étrangement à un hôtel. Drôle de goûts architecturaux… Et puis, ça ne grouillait pas de gardes. La sécurité, ce n’était décidemment pas leur fort. Mais bon, cela l’arrangeait, elle n’allait pas s’en plaindre ! Camille atteignit alors la sortie, qui là encore, n’offrait aucun obstacle à sa sortie. Il était temps de mettre le nez dehors ! Mais une fois sortie, elle devrait se faire la plus discrète possible… Se faufiler d’ombre en ombre, comme une ninja… Heureusement, elle avait lu tous les Naruto ! Elle avait donc une bonne base théorique…






Invité
Invité


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Dim 17 Juil 2016 - 20:30

La jeune femme se tenait, debout, tandis que les larmes coulaient silencieusement le long de ses joues avant de s’écraser sur la tombe. Dans cette situation, il est d’usage de se représenter la scène avec une grande pluie diluvienne, adaptée à l’humeur de la personne. Mais non. Ici, nulle pluie pour dissimuler les larmes, le ciel ne présentait pas un nuage à l’horizon, et le soleil dardait ses rayons paresseusement, insensible aux tempêtes qui agitaient le cœur des humains.

-Hope… Je suis désolée…

Hope ne répondit absolument pas, bien évidemment, froide comme la pierre sous laquelle elle reposait désormais. Faërye resta encore quelques minutes, les larmes coulant toujours le long de ses joues, puis elle déposa une gerbe de fleurs. Elle se sentait ridicule et était certaine que ces fleurs n’auraient pas ébranlé la jeune femme. Mais elle ne savait pas quoi faire. Hope avait disparu… Pour toujours. Et Faërye, encore une fois, était celle qui restait. Pourquoi ? Est-ce qu’elle traînait une sorte de malédiction qui faisait que toutes les filles auxquelles elle s’attachait finissaient irrémédiablement par mourir ? Est-ce que c’était finalement de sa faute ? Est-ce qu’elle aurait pu faire quelque chose pour aider Hope ? Emily ? Anna ? Pourquoi est-ce qu’elle n’arrivait jamais à les aider ? Pourquoi ? Pourquoi ? POURQUOI ?

Alors que la question rebondissait sans cesse dans son esprit, ses ruminations furent interrompues par une douleur aigüe. Elle avait tellement serré les poings que ses ongles avaient traversé la peau. Le sang commença alors à perler avant de tomber sur la tombe de Hope. A la vue de cette tâche écarlate, la vision de la voleuse se brouilla. Elle eut l’impression de suffoquer et tomba à genoux. Les larmes étaient de retour, mais, cette fois, il n’était plus question de silence. Les sanglots la terrassèrent enfin, elle qui s’était forcée à rester droite cédait enfin. Elle pleura longuement.

Quand les larmes se tarirent, elle ne se sentait pas mieux. Mais elle n’avait plus aucune larme à verser. Elle était épuisée. Alors, elle rentra dans cet appartement qu’elle évitait depuis quelques jours. Un appartement qui, finalement, contenait encore des souvenirs douloureux. Cela faisait quelques jours qu’elle évitait d’y revenir. Mais elle n’avait plus le choix. Et actuellement, elle était épuisée. Et surtout, complètement perdue. Elle dormit, mais son sommeil était peuplé de cauchemars et guère reposant.

Quand elle se réveilla, elle avait reçu une lettre. Elle se trouvait sur le sol, glissée dans la boîte aux lettres pendant sa sieste. Elle l’ouvrit par automatisme. Ce n’était pas la première fois qu’elle en recevait, même si elle ne se souvenait plus exactement quand cela avait commencé. Tout ce qu’elle savait, c’était que ces lettres se contentaient de lui donner des conseils et la laissait libre de les suivre ou pas. Parfois, elle avait obéi. D’autres fois, non.

Là où démarrent les nouveaux arrivants,
Souffle un tout nouveau vent.
Pour libérer son cœur de la noirceur,
Rien n’est mieux que de changer de décor.

Étonnamment, cette lettre était écrite en français, là où toutes les précédentes étaient écrites en anglais. Mais il ne faisait aucun doute qu’il s’agissait de la même personne. A force, elle connaissait son écriture. Et pourquoi cet inconnu avait-il tout à coup décidé de parler comme le Père Fouras ? D’habitude, ses conseils (ou ses ordres, au choix) étaient plus clairs et directs. Etrange… Peut-être quelque chose s’était-il produit ? Enfin, bref, peu importait. Elle n’était pas d’humeur pour ça…

Mais malgré tout, au fond d’elle, elle avait envie d’aller voir. L’énigme n’était pas difficile, l’inconnu lui conseillait d’aller faire un tour à l’hôtel The Beginning pour y rencontrer un nouvel arrivant. Elle haussa les épaules. Au moins, cela aurait le mérite de lui changer les idées. Ce fut ainsi qu’elle se retrouva à l’hôtel.

Elle-même n’y avait jamais mis les pieds, mais elle savait où il se situait. Elle s’y était donc rendue, ne sachant même pas ce qu’elle devait y trouver de particulier. Mais la lettre avait raison. Elle devait se changer les idées. Elle s’en approcha donc.

Tout à coup, elle vit une jeune fille se faufiler hors de l’hôtel, comme une voleuse. Il ne faisait aucun doute qu’elle se croyait prisonnière et qu’elle cherchait à s’enfuir. Elle devait s’être réveillée à peine quelques heures plus tôt. Voire moins.

-ça ne sert à rien de s’enfuir comme ça, jeune voleuse…

Faërye s’était glissée dans son dos. Elle ne la regardait même pas et on ne sentait aucun amusement dans sa voix. Mais puisque de toute façon, les illusions de la jeune fille seraient forcément brisées un jour ou l’autre. Alors autant qu’elles le soient rapidement. Elle pourrait s’en remettre bien plus facilement ainsi. Mais malgré tout, on sentait une certaine amertume dans la voix de la cambrioleuse…


•Faërye's theme
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 47

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Magie Esprit


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Mar 19 Juil 2016 - 17:50

Eeeeeeh… Bizarre, le décor extérieur lui aussi était plutôt banal… Pas de caserne militaire, ni de barrières surmontées de fil barbelé… C’était vraiment étrange, on aurait dit une simple ville. D’ailleurs, la façade du pénitencier aussi ressemblait clairement à un hôtel ! Pourquoi donc avoir fait ce genre de choix artistique ? Pour le moral des troupes sur place ? Ah moins que… Oui, c’était clair maintenant ! Ce n’était pas la zone 51 ! Enfin, pas de la façon dont elle se l’était imaginée, en tout cas… Oui, la raison pour laquelle elle n’avait jamais été trouvée jusqu’à maintenant, c’était tout simplement parce qu’elle était dissimulée… Ou, plus exactement, déguisée ! Le meilleur endroit pour cacher un arbre n’était-il pas une forêt ? Qui irait soupçonner une ville lambda d’abriter en réalité l’un des secrets les mieux garder du monde ? Par contre, cet océan, là, qui s’étendait à l’infini… Bah, il était de croyance commune que la zone 51 se trouve dans le désert du Nevada, mais peut-être qu’il s’agissait là d’informations que le gouvernement américain avait volontairement laissé échapper afin de tromper les nombreux curieux qui cherchaient à la retrouver. Joli coup, vraiment…

En tout cas, la proximité de la mer facilitait bien les choses. Qui disait océan, voulait dire aussi bateaux ! Il lui fallait trouver un port, maintenant… Inutile d’essayer de partir à la nage, car même si elle se débrouillait bien dans cette discipline, elle doutait fort de parvenir à s’échapper par ce biais. Encore que, elle pouvait longer la côté, jusqu’à trouver un endroit sûr… Mais qui sait ce qui pouvait bien se cacher sous les eaux qui miroitaient tranquillement ? Des requins, des mines, des plongeurs armés jusqu’aux dents… Non, mieux valait tenter de s’infiltrer dans un bateau pour regagner à leur insu des terres moins hostiles…

C’est comme cela que Camille commença à chercher à atteindre son objectif. Cachée derrière un poteau, elle vérifiait que la voie était libre avant de foncer jusqu’au prochain, et ainsi de suite… Sa progression était plutôt pas mal, mais cela fut de courte durée. Car, alors qu’elle scrutait attentivement ce qu’il y avait devant elle, c’est de derrière que le danger arriva… Une voix, féminine, loin d’être sympathique, retentit dans son dos. Camille fit un bond qui la fit décoller les pieds du sol, tandis que son cœur rata quelques battements… Il y avait quelqu’un derrière elle… Surement un agent fédéral, son évasion avait dû être remarquée, maintenant. À force de vérifier ce qu’il y avait devant elle, elle en avait oublié de surveiller ses arrières. Une grave erreur, qui allait surement lui coûter sa liberté…

Se retournant lentement, elle découvrit une jeune femme à la mine sinistre. À croire qu’elle revenait d’un enterrement ! Mais ce qui l’étonnait, c’était sa tenue : par de costume noir, comme les agents fédéraux, pas même d’uniforme militaire. Elle ne semblait même pas armée ! En tout point, elle ressemblait à une simple civile… Mais ce genre de chose n’existait pas, dans la zone 51… Un camouflage ? Peut-être… En tout cas, peut-être qu’elle pouvait tenter de se sortir de cette situation grâce à un bobard savamment élaboré. Aussi, décida-t-elle de jouer le tout pour le tout ! Prenant un ton officiel, elle clama :

- J-Je ne vois pas de quoi vous parler.

Elle ponctua sa phrase d’un petit coup de coude censé être amical, comme le ferait deux vieux amis. Elle jouait les agents en civil, elle aussi ! Oui, cette approche allait très certainement fonctionner ! Après tout, pourquoi ne pourrait-elle pas en être une ? Bon, son accent anglais était tellement mauvais que l’on aurait pu croire qu’elle le faisait exprès, mais cela pouvait s’apparenter à une façon particulière de s’exprimer, non ? Soit, elle devait pousser la chose encore plus loin, afin de rajouter de la crédibilité à ses dires…

- L’un de nos « invités » à réussir à s’échapper de ses « appartements », si vous voyez ce que je veux dire… J’étais en train de suivre sa piste. Espérons qu’il ne soit pas trop tard…

Elle secoua la tête d’un air faussement navré, comme si la possible évasion d’un prisonnier la peinait vraiment. Elle avait même employé des noms de code pour désigner les détails de sa « mission » ! Vraiment, plus crédible que ça, il n’y avait pas moyen ! Cette fois, l’illusion était parfaite. Peut-être même allait-elle réussir à lui arracher quelques informations qui lui permettraient de ficher le camp d’ici ?






Invité
Invité


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Dim 24 Juil 2016 - 18:37

Bien évidemment, la jeune fille sursauta et se retourna brusquement. Auparavant, nul doute que Faërye aurait étouffé une petite mimique amusée. Mais actuellement, elle n’avait pas le cœur à cela. La nouvelle venue se mit alors à bafouiller dans un anglais plutôt mauvais qu’elle ne voyait pas de quoi son interlocutrice parlait, avant de lui donner un coup de coude complice. Qu’est-ce qu’elle croyait donc ? Et elle se mit à parler comme si elle utilisait un langage codé. Et surtout, comme si elle suivait quelqu’un qui se serait enfui. Alors, la voleuse commença à comprendre que l’autre la croyait membre des kamis. Mais au vu de son discours, soit elle n’avait pas lu la lettre, soit elle ne l’avait pas crue. Mais peu importait.

Pendant un instant, la journaliste hésita, même si elle restait en apparence imperceptible. Valait-il mieux jouer le jeu pour l’instant ou bien la détromper tout de suite ? Il ne faisait aucun doute que, même si elle la détrompait et lui racontait la vérité, la nouvelle ne la croirait pas le moins du monde. Mieux valait jouer le jeu pour l’instant, même si elle n’était pas dupe. Alors, elle se contenta de hocher la tête et de se détourner. Puis, prise d’une révélation, elle reprit, mais cette fois en français :

-Très bien, je te le laisse. Mais ce n’est pas la peine, tous les invités savent bien qu’on ne peut pas quitter l’île. Allez, bon courage !

Elle avait parlé en français, sur une simple intuition, parce que la lettre qu’elle avait reçue avait été écrite en français. Peut-être s’agissait-il d’une écriture innocente, mais elle n’y croyait plus guère. Si elle avait bien retenu une chose, c’était que rien dans ces lettres n’était jamais laissé au hasard. Alors le français devait avoir une raison d’exister, tout simplement…

Sur ces mots, elle fit mine de s’éloigner à grandes enjambées, sans laisser à la jeune fille le temps de rétorquer quoi que ce fût, puis, quand elle fut certaine de ne plus être vue par l’autre, elle se fondit dans l’ombre du bâtiment et, de là, invisible, entreprit de suivre l’autre. Elle ne comptait malgré tout par intervenir directement. Après tout, elle lui avait déjà donné deux petits indices. Elle avait mentionné l’île et elle avait parlé en français. Et il ne fallait pas oublier qu’elle venait de disparaître, même si là, la jeune fille ne pouvait pas l’avoir vue… Maintenant, il ne restait plus qu’une seule chose à faire : observer. Cette action est très importante dans la vie des voleurs, qui doivent toujours observer et planifier avant de décider quel serait le meilleur moment pour agir. Et bien là, le résultat était peut-être différent, mais la méthode était exactement la même.

A l’heure actuelle, la suite dépendait entièrement de la décision de la jeune inconnue, mais, quoi qu’elle choisisse, Faërye avait déjà décidé de l’aiguiller un petit peu pour le moment. Mais d’abord, il fallait qu’elle comprenne qu’elle était là où elle n’aurait jamais pensé pouvoir être auparavant.


•Faërye's theme
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 47

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Magie Esprit


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Lun 25 Juil 2016 - 16:56

Eh ? Alors, son bobard avait pris ? N-Non pas qu’elle doutait de l’efficacité de celui-ci, mais… malgré tout, elle était surprise. Et rassurée ! Sa « collègue » la laissa donc, avec la charge de récupérer l’invité. Ce ne fut que lorsqu’elle disparut au coin d’une rue qu’elle remarqua un détail : la jeune femme venait de parler en français ! Pourtant, elle-même s’était exprimée en anglais… Avait-elle un accent belge ? Elle ne s’en était jamais rendue compte, mais peut-être bien que si… Elle doutait cependant fort que ce soit le cas… Mais l’usage de sa langue maternelle n’était pourtant pas anodin… Comme si cette personne savait que c’était celle avec laquelle elle était la plus familière… Mais comment aurait-elle pu savoir ? Ce n’était pas écrit sur son front quand même… Et elle ne portait pas d’objet spécifique de son pays natal, non plus… Alors, comment ?

Réfléchissant à ce mystère, la solution lui vint naturellement. Après tout, lorsqu’on y réfléchissait bien, c’était presque logique ! Le lieu où elle se trouvait n’était pas n’importe lequel, c’était la zone 51 ! Et qui dit zone 51, dit… Ainsi, ce n’était pas un agent fédéral, comme elle l’avait cru de prime abord. Mais plutôt, une forme de vie extra-terrestre ! Et capable de lire dans les pensées, qui plus est ! Comment aurait-elle pu savoir autrement que s’exprimer en français lui serait plus aisé ? Oui, cela devait être l’explication la plus logique…

Maintenant qu’elle se rendait compte qu’elle venait de faire une rencontre du troisième type, la frustration et la déception vinrent prendre la place de la surprise. Elle venait de voir une extra-terrestre ! Et elle n’avait même pas profité de l’occasion pour l’interviewer !! La plus grosse erreur de sa carrière de journaliste… Enfin, elle ne pouvait pas encore clairement parler de carrière, mais si elle avait pu publier cette interview… Elle aurait facilement décroché le Pulitzer ! Raaaah !! Mais il était certainement trop tard… Et ce n’était pas une bonne idée de partir à sa recherche : il devait y avoir des gardes qui patrouillaient le secteur, et puis, retrouver sa famille lui importait plus que n’importe quel prix, aussi gratifiant qu’il puisse être. Aussi, les épaules tombantes sous l’effet de la déception, elle entreprit de poursuivre sa recherche d’un moyen de transport…

De sa brève conversation avec l’extra-terrestre, Camille avait pu apprendre deux choses : premièrement, elle se trouvait sur une île. Original comme endroit pour planquer des extra-terrestres… Peut-être que la rumeur comme quoi l’eau leur serait fatale était avérée ? Cela expliquerait ce choix, et aussi la difficulté pour retrouver la zone 51… Une île qui n’apparaissait pas sur les cartes, on risquait peu de tomber dessus par hasard. L’autre chose qu’elle avait appris, c’était qu’elle ne pouvait pas s’échapper. Et quand elle disait « elle », elle pensait bien sûr à l’extra-terrestre. Leurs vaisseaux spatiaux devaient être maintenus sous bonne garde, les empêchant ainsi de retourner sur leur planète. C’était donc là une possibilité de s’échapper en moins… Dommage, elle se serait bien vue voyager jusqu’en Belgique à bord d’un vaisseau extra-terrestre… Soit, elle devait trouver le port, en espérant qu’il n’était pas trop bien planqué…

Cette fois, Camille opta pour une approche un peu moins furtive. Cela ne servait à rien, apparemment… Aussi, garda-t-elle l’option de la couverture : si jamais elle voyait un agent fédéral, elle se planquerait vite fait. Si pas… Justement, voilà qu’un duo de « civils » s’avançait de sa direction. Il était temps de faire illusion ! Elle essaya de marcher le plus naturellement possible, mais crispée comme elle l’était, sa démarche devait paraître bizarre, presque robotique. Qu’importe ! Cela ne ferait que renforcer sa couverture… Lorsque le duo passa à proximité, et tendit sa main devant elle, laissant uniquement son pouce et son index droit, avant de dire :

- Zwan !

Elle venait de saluer les passants, en extra-terrestre bien sûr. Mieux valait qu’elle se fasse passer pour l’un d’eux si jamais elle voulait se fondre dans la masse. Elle aurait certes pu parler en anglais, mais contrairement à la personne rencontrée précédemment, elle ne pouvait pas lire dans les esprits, et ainsi savoir si ces derniers parlaient déjà cette langue terrienne. Ne remarquant pas l’air surpris de ses interlocuteurs, elle continua sa route, nonchalamment…






Invité
Invité


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Lun 8 Aoû 2016 - 21:34

Euh… Est-ce qu’elle était sérieuse, là ? Cette jeune fille semblait être dotée d’une très grande imagination, ou de délires particuliers. Quoi qu’il en soit, Faërye l’observée, circonspecte. Elle voulait lui faire comprendre en douceur, mais cela semblait bien mal parti. Voilà qu’elle se mettait à parler dans des langages étranges… Qu’est-ce qu’elle croyait ? Avoir affaire à des aliens ou quelque chose du genre ? Dans l’ombre, la voleuse se demandait vraiment sur quelle espèce d’énergumène elle était tombée. Mieux valait l’aiguiller vers la bonne direction. Même si cela semblait plutôt difficile, il fallait bien l’avouer.

Mais elle ne pouvait la regarder en ne rien faire. Si elle continuait, elle risquait vite de s’attirer des ennuis… Comment faire ?...

Et tout à coup, elle eut une idée. Elle n’avait jamais tenté de faire ça de cette manière, mais elle savait qu’elle devrait être en mesure d’y arriver. Il fallait juste que ça ne soit pas trop gros. Elle se demanda un instant quelle forme donner à sa magie, puis elle se décida. Elle modela son pouvoir, rassemblant les ombres entre elles. Et, rapidement, un gros félin, qui tenait clairement de la panthère mais en plus grand, se tenait là. La panthère s’élança sur un ordre de sa créatrice.

Elle réapparut en jaillissant de l’ombre sous les pieds de la nouvelle arrivante. Elle ouvrit la gueule dans un feulement silencieux et la regarda fixement. Puis elle se détourna, comme si elle incitait l’autre à la suivre. Elle se mit alors en chemin vers le bord de mer.

Si la voleuse avait vu juste, la nouvelle allait sans nul doute croire que la panthère était une manifestation étrange… Et elle la suivrait. Il ne resterait ensuite plus qu’à lui expliquer les choses pour qu’elle comprenne.

Alors, elle se fondit dans l’ombre et réapparut non loin de là. Elle s’assit sur le sable et dirigea la panthère vers elle. Quand l’animal fut à portée de main, elle lui toucha le museau et, d’un geste, dissipa les ténèbres qui constituaient le félin, tandis que son regard se perdait dans l’horizon lointain. Elle attendait.


•Faërye's theme
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 47

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Magie Esprit


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Dim 14 Aoû 2016 - 18:14

Camille n’était malheureusement pas au bout de ses surprises… Alors qu’elle marchait tranquillement, sans rien demander à personne, un monstre jaillit de sous ses pieds ! Encore un peu, et elle allait rejoindre ses ancêtres… Heureusement, l’attaque de la créature n’avait pas fait mouche. Franchement, avec l’effet de surprise, et tout, elle ne voyait pas comment elle avait pu la louper… Soit, elle n’allait pas non plus se plaindre d’avoir encore la tête bien accrochée sur les épaules ! Bien que son cœur, lui, avait manqué de peu de prendre ses jambes à son cou sans elle…

Cependant, l’espèce de bestiole toute noire était toujours là, probablement prête pour un deuxième round. Mais cette fois, Camille était prête à se battre ! Elle avait lu plein de shonen, elle arriverait surement à se sortir de ce genre situation… Elle prit alors une pose de combat, levant une jambe tout en plaçant ses bras au-dessus de sa tête, prête à terrasser son adversaire lorsque celui-ci lui fondrait dessus.

« Que ton esprit me guide, Kenichi ! »

Cependant, l’attaque ne vint pas. Le fauve couleur ébène se contenta de la fixer, et elle crut discerner une lueur dans son regard. Il se détourna alors, et avança lentement, comme s’il l’invitait à la suivre. Le cerveau de Camille se mit à tourner à pleine vitesse : il ne l’attaquait plus ? Pourquoi ? C’était bizarre, ils n’avaient pas encore échangé le moindre coup… Il ne pouvait y avoir qu’une seule explication ! La créature, impressionnée par son aura guerrière, avait su reconnaître qu’une défaite inévitable l’attendait si elle s’entêtait à l’affronter. Il faut dire, elle devait avoir eu l’air passablement impressionnante ! Pas étonnant qu’elle ait alors décidé de fuir…

Mais dans ce cas, pourquoi l’inciter à la suivre ? Une autre théorie germait dans son esprit (un peu trop prolifique) ! Tout cela n’était-il pas simplement… un test ? De toute évidence, ce prédateur ne faisait pas partie de la faune terrienne… Ne pouvait-il pas s’agir d’un extra-terrestre, lui aussi ? Dans ce cas, peut-être qu’il cherchait à s’évader, lui aussi, et qu’il avait vu en elle l’associée parfaite pour l’accompagner dans cette grande évasion ! Il avait probablement un véhicule caché quelque part, et voulait la guider jusqu’à ce dernier afin qu’ensemble, ils puissent échapper à ce pénitencier en forme d’île… Peut-être même qu’il s’agissait de son propre vaisseau spatial !? Enfin, il ne fallait pas non plus qu’elle laisse son esprit vagabonder vers des hypothèses farfelues… Il devait avoir trouvé un bateau ou un hélicoptère, tout simplement, et avait besoin d’elle pour le piloter. Il faut dire, avec ces grosses patounes, difficile de manier une barre ou un manche… Aussi, décida-t-elle d’emboîter le pas à la créature, courant afin de se mettre à sa hauteur. Elle se mit à lui parler, alors qu’ils se dirigeaient Dieu sait où.

- Comment tu t’appelles ? Tu viens de quelle planète ? Depuis combien de temps tu es prisonnier ici ? Tu as de la famille ? Qu’est-ce que tu manges ? Ton espèce compte-t-elle envahir un jour notre planète ? Est-ce qu’elle fait partie d’une sorte d’empire galactique ?

Malheureusement, la créature préférait se murer dans le silence. Probablement qu’elle voulait garder un côté mystérieux… Quoi qu’il en soit, comme elle refusait de se nommer, Camille se chargea de lui trouver un nom. Après tout, ils étaient devenus des nakamas, fallait bien qu’elle l’appelle pas autre chose que « toi », quand même !

- Bon, comme tu refuses de me répondre, je vais t’appeler Kuro. Ça veut dire noir, en japonais. Ah mais, j’y pense, tu connais peut-être pas le français !

Elle répéta toutes ses questions dans toutes les langues qu’elle connaissait, ou du moins, dans lesquelles elle avait un minimum de notions, mais n’eut pas plus de succès. Décidemment, Kuro n’était vraiment pas bavard… Pas grave, Camille parlait pour deux. Ils arrivèrent finalement à un tournant, et le fauve prit de la vitesse, prenant la demoiselle un peu au dépourvu. Avait-il perçu la présence d’un ennemi ? Ni une ni deux, elle accéléra à son tour, et vit alors une scène des plus dramatiques…

La plage s’étendait devant elle, et la mer secouée par une petite brise ramenait de petites vagues s’écraser sur le sable. Les embruns de la mer caressait avec davantage de force les narines de Camille qu’ils ne l’avaient auparavant, maintenant que plus aucun obstacle ne pouvait les bloquer. Mais malgré la poésie de cet instant, la demoiselle ne parvenait pas à en apprécier toutes les splendeurs. Car elle l’avait vu… Kuro se tenait juste devant cette femme, celle-là même qu’elle avait croisée plus tôt. Et cette dernière… Elle avait… Kuro se tenait là, et l’instant d’après, il ne l’était plus… Cette femme l’avait désintégré !!!

- Kuroooooo, noooooon !!!

Elle savait que ça ne servait à rien, et pourtant, elle courut jusqu’à l’endroit où son nakama s’était tenu, il y a quelques instants à peine. Elle tomba alors à genoux, saisissant le sable qui devait contenir quelques infimes traces de son existence… Cette pauvre bête, tout ce qu’elle voulait, c’était retrouver les siens… Est-ce que c’était là un désir si inacceptable qu’il avait fallu lui ôter la vie ? Ils ne se connaissaient que depuis peu, et pourtant, ils avaient su se faire confiance, l’un et l’autre… Et voilà qu’il disparaissait, pour toujours… Cependant, elle ne devait pas se laisser abattre ! Il aurait voulu qu’elle continue leur combat, et qu’elle au moins, parvienne à s’échapper. Elle devait continuer, aller de l’avant, et arracher la victoire non pas seulement pour elle, mais également à la mémoire de son défunt compagnon. Mais c’était le cœur gros qu’elle devrait poursuivre sa voie : déjà, un courageux combattant était tombé au combat…






Invité
Invité


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Ven 26 Aoû 2016 - 18:18

Pendant un instant, Faërye ne comprit pas qui était ce Kuro. Puis la lumière se fit dans son esprit. Voilà que la jeune fille avait nommé sa panthère… Qu’est-ce qu’elle s’était encore imaginé, cette fois ? En un sens, la voleuse aurait voulu pouvoir suivre le fil de pensées de l’autre, car il semblait riche en idées farfelues et être la preuve d’une sacrée imagination. Mais en même temps, elle semblait assez… Difficile à suivre. La voleuse poussa un soupir. Les choses s’annonçaient compliquées… Rien de ce qu’elle inventait semblait n’avoir l’effet escompté. Ne restait alors plus que l’improvisation. Et ça, ça la connaissait.

-Calme-toi. Regarde.

Elle avait parlé d’une voix apaisante, mais malgré tout ferme. La voix de quelqu’un qui s’attend à être obéi. Mais malgré cela, elle laissa le temps à la fille de s’exécuter avant d’agir. Tendant doucement la main, elle matérialisa à nouveau la panthère noire, dans la position exacte où Kuro se tenait auparavant. Puis la panthère se dirigea vers la jeune fille et la regarda fixement, comme si elle voulait la rassurer sur son sort. Enfin elle alla de nouveau se poser près de la voleuse, qui entreprit machinalement de caresser l’animal fait d’ombres, pendant qu’elle réfléchissait rapidement. Finalement, elle se décida et prit la parole.

-Ce Kuro fait plus ou moins partie de moi. Ou plutôt, il n’est qu’une manifestation de mes pouvoirs. C’est moi qui lui ai donné cette forme. J’ignore ce que tu as cru comprendre exactement, mais voici ce qu’il en est réellement. Tu es sur cette île car tu disposes toi aussi de pouvoirs. Pas forcément les miens, cela dit. J’ignore de qui tu descends, et il se peut que tu ignores toi-même tes pouvoirs. J’ai déjà rencontré des gens qui ignoraient leurs pouvoirs au moment de leur arrivée, et même certains qui ont mis longtemps pour les découvrir…

Elle s’interrompit quelques instants, se demandant comment elle pourrait expliquer les pouvoirs à la jeune fille. Et finalement, elle décida d’opter pour l’approche directe.

-Que connais-tu de la mythologie japonaise ? Est-ce que par exemple les noms de Susanoo, Tsukuyomi ou Amaterasu te seraient par hasard familiers ? Car c’est de ce panthéon que sont issus nos pouvoirs…

Elle s’interrompit à nouveau, pour laisser la nouvelle assimiler ces informations, tandis que son regard se perdait dans l’horizon.


•Faërye's theme
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 47

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Magie Esprit


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Dim 4 Sep 2016 - 16:37

Kuro… Cette créature d’un monde dont elle ignorait tout, et qui pourtant, avait su mettre de côtés leurs différences naturelles… Malgré leurs origines, il avait su prendre le courage de s’allier à elle, et ensemble, ils avaient parcouru tout ce chemin, main dans la patte, unis pour un objectif commun : la recherche de la liberté. Mais malheureusement, jamais il ne rentrerait chez lui… Mû par le désir probable de la protéger d’un puissant ennemi, il avait chargé ce dernier, et cela lui avait coûté la vie… Et malheureusement, son sacrifice serait vain. Car, dans sa détresse, Camille avait foncé droit dans les griffes de l’assassin de son camarade, et n’allait surement pas tarder à subir le même sort…

Cependant, la désintégration ne vint pas. Pas tout de suite en tout cas… Au lieu de quoi, la jeune femme la somma de se calmer. Apparemment, elle voulait lui montrer quelque chose… Voulait-elle lui montrer les trophées qu’elle prenait sur ses victimes après les avoir liquidé ? Probablement histoire qu’elle sache à quoi s’attendre… Cependant, à sa grande surprise, c’est Kuro lui-même qui surgit du néant. Alors, elle ne l’avait pas tué ? L’avait-elle simplement téléporté à un autre endroit, afin de l’enfermer et de brider ses envies d’évasion ?

L’explication qu’elle lui donna était cependant tout autre : Kuro n’existait tout simplement pas. C’était une manifestation d’un pouvoir qu’elle possédait, et non un être possédant une âme et une personnalité. Alors là, elle s’était bien fait avoir. Elle y avait cru à son histoire d’allié qui voulait s’évader avec elle ! Décidément, on ne pouvait se fier à personne, ici… Pas même à une panthère extra-terrestre !

Quoi qu’il en soit, elle ne s’arrêta pas là. Elle lui expliqua qu’elle aussi avait des pouvoirs, et que c’était pour ça qu’elle était là. Jusque-là, rien de nouveau. Après tout, elle ne faisait que répéter ce que disait la lettre ! La suite, cependant, contenait davantage de détail : en effet, selon elle, ses pouvoirs, et si l’on en croyait le contenu de la lettre, ceux de Camille aussi, étaient issus des dieux japonais. Désormais, la situation était claire ! Cette fois, la demoiselle avait bien compris de quoi il en retournait…

- Je vois…

Elle posa une main sur l’épaule de la jeune femme, et lui adressa un sourire compatissant. La pauvre…

- Chuunibyou, c’est ça ?

La pauvre âme, elle était à fond dans son trip… Des descendants des dieux ? Comme si cela pouvait exister. Certes, elle possédait bien une capacité spéciale, c’était un fait indéniable. Mais pour une extra-terrestre, ça ne devait pas être bien rare ! Ou bien, c’était une sorte de gadget pour ceux qui avaient la chuunibyou. Elle devait avoir lu trop de manga… D’ailleurs, c’était probablement elle, le fameux « A » qui avait apposé sa signature à la fin de la lettre qui répétait mot pour mot ce qu’elle venait de dire. En tout cas, elle y mettait vraiment du sien pour donner du crédit à son histoire ! D’ailleurs, elle s’attendait presque à la voir poser sa main sur son œil, et dire, entre deux gémissements de douleur feinte « Recule, le dragon noir en moi s’éveille ! »… Malheureusement, son histoire avait un défaut : Camille ne possédait aucun pouvoir ! Dommage, cela lui aurait surement bien plu… Mais elle n’était pas assez crédule que pour gober ce genre d’histoire…






Invité
Invité


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Sam 10 Sep 2016 - 20:57

La voleuse s’attendait à toutes sortes de réactions. L’incrédulité. La moquerie. Le choc. La surprise. De la colère, aussi. Un peu tout à la fois peut-être. La jeune fille pouvait complètement nier en bloc ce qu’elle apprenait. Elle aurait aussi pu partir. Elle aurait pu rester silencieuse. Tout cela aurait été logique et n’aurait pas étonné la journaliste. (Bien que ladite journaliste n’accordât guère une place importante à la logique dans sa vie). Mais là… Cette fille était décidément très forte. C’en était à se demander comment elle faisait, car elle venait à nouveau de surprendre Faërye, chose qui s’avérait normalement quasiment impossible. Mais cette jeune fille faisait décidément très fort. Car elle venait tout simplement de poser sa main sur l’épaule de la voleuse, avec un sourire plein de compassion, avant de poser une simple question. Ou plutôt, un simple mot, mais l’intonation indiquait qu’il s’agissait d’une interrogation, avant de demander confirmation.

La journaliste sursauta. Chuunibyou ? N’était-ce pas le nom japonais pour le syndrome de Peter Pan ? Quel était le rapport entre ce qu’elle venait de raconter et… La réponse interrompit la question qu’elle était en train de se poser. Et, pendant un instant, un très bref instant qui lui sembla durer une éternité, Faërye envisagea de demander à la jeune fille si elle n’était pas légèrement (voire beaucoup) idiote. Mais l’ange passa et la voleuse ne le saisit pas. Elle se contenta de regarder la fille en silence. Et, même si la question n’était pas posée, le regard en disait long. Actuellement, pour la voleuse, il n’y avait plus que trois (allez, quatre, soyons généreux) solutions. Premièrement : elle la prenait pour une idiote. Deuxièmement : elle était idiote. Troisièmement : elle était légèrement atteinte mentalement. Et quatrièmement : elle était hermétique à ce que la voleuse pouvait lui dire. Mais cette dernière option avait déjà plus ou moins été prouvée.

Il fallait donc trouver un moyen de percer la coquille de cette fille, qui était sans conteste celle qui souffrait réellement d’un chuunibyou, comme elle appelait cela. Mais au vu de sa réaction, il était plus que plausible qu’elle n’ait pas encore éveillé ses pouvoirs. Les choses s’en retrouvaient donc extrêmement compliquées… Est-ce que le pouvoir ne pouvait pas se réveiller si son utilisateur (utilisatrice ici) était en danger ? Cela valait peut-être le coup de tenter. Mais bien entendu, toute la question était de lui donner un coup de fouet suffisant pour qu’elle utilise ses pouvoirs, mais sans la mettre réellement en danger… Peut-être en essayant un coup de contrôle, pour commencer ?

Soupirant à cause de ce qu’elle allait faire, et lui demandant silencieusement pardon pour cet acte qu’elle détestait d’avance, elle étendit son ombre au travers de celle de la jeune fille. Et, sur une impulsion, elle la força à avancer de quelques pas, jusqu’à se rapprocher du rivage. Puis elle l’immobilisa. L’autre ne pouvait plus bouger. Pendant ce temps, Faërye la regardait d’un air désolé. Et surtout, elle l’exhortait mentalement à rapidement utiliser son pouvoir. Car elle n’éprouvait aucun plaisir à utiliser cette facette de son pouvoir, facette qui l’insupportait au plus haut point. Mais cela lui semblait actuellement la meilleure solution. Elle voulait juste que cela soit rapide. Et surtout, elle ne voulait pas que le danger devienne réel. Car pour l’instant, la menace n’était clairement que factice.


•Faërye's theme
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 47

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Magie Esprit


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Dim 11 Sep 2016 - 19:06

Le regard que posa la jeune femme sur elle en dit long sur ce qu’elle pensait. Comment pouvait-elle douter de ses dires ? C’était bien là le problème de la chuunibyou… Ses victimes n’avaient pas conscience d’en être ! Encore que… Maintenant qu’elle y regardait de plus près, la jeune femme ne l’était justement pas suffisamment, jeune… C’était un truc d’ado ça ! Et, à première vue en tout cas, elle avait dépassé ce stade du développement physique et mental. Dès lors, peut-être avait-elle posé un jugement hâtif ? A moins qu’elle ne fasse plus âgée qu’elle ne l’était réellement ? Hmm…

Alors qu’elle réfléchissait à cette éventualité, quelque chose d’étrange se passa : sans se soucier de sa volonté, son corps se mit à se déplacer de lui-même. Que lui arrivait-il ? Sans doute s’était-elle endormie, et qu’elle était victime d’une crise de somnambulisme… Mais c’était bizarre quand même ! Normalement, un somnambule n’est-il pas censé ne pas avoir conscience de ce qu’il se passe ? Elle n’en avait jamais fait jusqu’à présent, du moins, pas à sa connaissance, alors peut-être qu’elle se trompait ? En tout cas, cela n’augurait rien de bon…

En effet, qu’elle se soit endormie ou non, ses jambes la portait inexorablement vers la mer. Peut-être que son désir inconscient de rentrer chez elle la poussait à vouloir rentrer à la nage ? Certes, elle était bonne nageuse, mais quand même… C’était de la folie ! Camille chercha à se réveiller, mais cela ne marchait pas. Lentement, un pas après l’autre, elle se dirigeait droit vers sa tombe aquatique… Peut-être n’était-ce pas une crise de somnambulisme, après tout. Mais dans ce cas, qu’est-ce que ça pouvait bien être ? Et surtout, comment pouvait-elle arrêter ça !? Beaucoup de questions, mais pas de réponse… Et l’eau qui s’approchait, toujours un peu plus…

Elle marqua une pause, et crut qu’elle était sauvée. Mais ensuite, elle se remit à marcher, réduisant un peu plus la distance qui la séparait de sa fin. Trahie par son propre corps, c’était quand même nul comme façon de mourir ! Il fallait qu’elle fasse quelque chose… Mais quoi ? Elle finit par poser un pied dans l’eau. Ou du moins, était-ce qu’elle croyait. Car plutôt que de traverser la surface de l’océan s’étendant devant elle, elle resta bien au-dessus de celle-ci… Son pied était posé sur une sorte de coussinet d’air surgit de nulle part, mais cela, elle était bien en mal de s’en rendre compte. La seule chose qu’elle vit, c’est qu’elle marchait sur l’eau. Il lui fallut cependant quelques pas de plus pour s’en rendre compte… Ce qu’elle ne remarqua pas, cependant, c’est qu’elle était à nouveau libre de ses mouvements. Si bien qu’elle continuait à marcher de la même façon, comme si son corps était encore contrôlé, et s’exclama :

- Mon dieu, je suis la descendante de Jésus !

Finalement, le Vatican avait raison : dieu existait bel et bien ! Et il avait bien eu une engeance ! Ca faisait donc d’elle l’arrière arrière arrière… euh, la descendante du Seigneur ! La descendante d’un dieu, ça pourrait faire un scoop d’enfer !* Finalement, elle avait bien des pouvoirs divins. Elle ne pouvait donc plus se moquer de ce que la jeune femme avait dit. Mais n’avait-elle pas dit quelque chose de particulier quant à l’origine de ces fameux pouvoirs ? Alors qu’elle continuait de réfléchir à cela, elle continuait de s’éloigner un peu plus de la côte, toujours inconsciente de cette liberté de mouvement retrouvée…

*HRP:
 






Invité
Invité


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Ven 23 Sep 2016 - 23:03

La nouvelle venue se mit rapidement à marcher, forcée d’obéir à la volonté de la voleuse, qui détestait cette facette de son pouvoir. Mais heureusement, rapidement, le pouvoir de la nouvelle s’activa et un léger coussin d’air apparut sous ses pieds, la faisant légèrement léviter au dessus des eaux. La journaliste (la vraie, pas celle qui se prenait pour telle) eut un sourire désabusé quand elle reconnut ce pouvoir. Evidemment. Le vent. Elle était donc une descendante de Fujin. Mais les pensées de Faërye furent vite interrompues, parce que, bien qu’elle ait relâché ses pouvoirs, la nouvelle continuait d’avancer comme si elle était encore prisonnière. Alors, elle l’interpella avec un demi-sourire.

-Tu peux revenir, tu sais ? Tu es libre, là. Par contre, je te déconseille de tenter de marcher jusqu’au continent. Tu mourras de faim, de soif ou d’épuisement bien avant. Ou bien tu rencontreras la barrière, il paraît qu’il en existe une. Allez, reviens, ça sera plus simple pour t’expliquer les choses.

Quelques minutes plus tard, les deux se trouvaient à nouveau sur la plage. Faërye s’éclaircit la gorge et hésita quelques instants, ne sachant pas trop vers où commencer. Mais, rapidement, ses pensées s’élevèrent vers Emily. Et elle y puisa les mots qu’elle devait prononcer. Mais les premiers mots qu’elle déclara, elle les dit en baissant légèrement la tête.

-Tout d’abord, j’aimerais m’excuser. Je n’ai pas eu d’autre choix que d’utiliser mon pouvoir sur toi pour te forcer à utiliser le tien. Un choix difficile et que j’ai détesté, même s’il a eu des résultats.

Elle s’interrompit et déglutit. Si elle assumait complètement ce choix, il n’en restait pas moins qu’elle détestait faire cela. Elle prit une inspiration et reprit.

-Ensuite, je souhaiterais te souhaiter officiellement la bienvenue sur Awashima. Même si je ne suis pas sûre que la bienvenue soit la meilleure chose à souhaiter lorsque l’on arrive dans une prison… Enfin, bref. Si tu as des questions supplémentaires à propos de l’île ou des pouvoirs, n’hésite pas. Je m’appelle Faërye. Et toi ?


•Faërye's theme
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 47

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Magie Esprit


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Sam 1 Oct 2016 - 20:22

Une voix retentit derrière Camille, lui faisant prendre conscience que ses mouvements n’étaient plus contrôlés. Un peu perplexe, la demoiselle dû se rendre à l’évidence : elle avait bel et bien retrouvé sa liberté de mouvement ! Un peu gênée, elle décida de suivre le conseil de la jeune femme qu’elle avait laissé sur la côte… Elle n’avait aucune idée de la distance à laquelle se trouvait la zone habitée la plus proche, mais elle doutait fort de parvenir à y arriver à la seule force de ses petites gambettes, aussi musclées pouvaient-elles être ! Et puis, un océan, ça devait grouiller de bestioles qui n’auraient qu’une envie : la bouloter dès que l’occasion se présentait ! Aussi, esquissa-t-elle un demi-tour, regagnant la terre ferme…

De retour sur la plage, Camille posa ses fesses sur le sable, se fichant bien de se retrouver avec les fesses recouverte par ce dernier. Elle se sentait étrangement fatiguée, comme si elle avait accompli un effort dont elle ne se souvenait pas… Est-ce que cela avait un rapport avec le fait qu’elle ait marché sur l’eau ? Pourtant, elle n’avait pas souvenir d’avoir entendu que Jésus avait ressenti un quelconque contrecoup après avoir accompli le même miracle… Peut-être parce que son sang divin était trop dilué dans ses veines ? En tout cas, elle avait là la preuve qu’en effet, l’enfant de Dieu avait bien eu une engeance… Mais de là à ce que ce soit elle, la preuve…

Bien décidé à écouter ce que la jeune femme avait à dire, elle garda le silence, alors même que cette dernière cherchait ses mots. Elle avait bien quelques centaines de question à lui poser, mais cela attendrait qu’elle lui ait dit ce qu’elle avait prévu de dire. Elle s’était montrée plutôt obtuse à ses propos jusqu’à présent, mais peut-être était-il temps de leur accorder un peu de crédit ? Mais avant les explications, vinrent les excuses… C’était elle qui l’avait poussé vers l’océan, et elle lui en demandait pardon, n’ayant eu d’autre but que de la pousser à faire ressortir ses propres pouvoirs. Une méthode un peu directe, mais qui avait le mérite d’avoir déjà fait ses preuves ! Nombre de héros de manga découvrait leur pouvoir caché dans ce genre de situation…

Ensuite, vint la bienvenue, et la confirmation que cette île était un vaste pénitencier. Cependant, elle ne lui donna pas d’explications d’emblée, préférant lui laisser l’opportunité d’avoir les réponses qu’elle désirait le plus. Et ça, elle n’allait pas s’en priver…

- Je m’appelle Camille.

Avant toute chose, elle avait choisi de se présenter à son tour. Après tout, elle avait été bien élevée, et savait faire preuve de la plus élémentaire des politesses, même si les circonstances auraient excusé qu’elle s’en abstienne. Ensuite, vint le barrage de questions…

- C’est quoi cette île exactement ? Où elle se situe ? Quel pays est responsable de cet endroit ? Ce sont les américains ? Comment ça se fait qu’on sache que j’ai des pouvoirs divins, alors que je l’ignorais ? Comment on fait pour rentrer chez soi ? Est-ce qu’il y a d’autres extra-terrestres ?

Elle avait dit tout cela sans reprendre son souffle, mais ses poumons manquant cruellement d’air, elle fut bien obligée de s’interrompre afin de prendre une bonne bouffée d’oxygène. Cela donnait l’opportunité à la jeune femme au nom venu d’ailleurs d’en caser une…






Invité
Invité


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Dim 26 Fév 2017 - 21:23

La nouvelle venue, du nom de Camille, se révélait loin d’être avare en questions. Au grand dam de la journaliste qui se retrouvera rapidement assommée sous le débit de questions. Heureusement, la jeune fille restait un être humain, chose incroyable s’il en est, et elle avait encore besoin de respirer. Aussi, quand elle s’interrompit après une demi-douzaine de questions pour reprendre son souffle, la cambrioleuse la regarda-t-elle d’un air amusé.

-C’est tout ? Je n’ai que ça à répondre ?

Elle leva la main pour l’empêcher de répliquer, puis reprit, en essayant de se souvenir de l’ordre des questions.

-Premièrement, cette île, Awashima, est une île magique où tous les descendants finissent par se retrouver un jour ou l’autre. D’ailleurs, un ‘’descendant’’, c’est quelqu’un qui descend d’un dieu, peu importe le pouvoir qu’il possède. C’est pour certains un paradis, pour d’autres une prison géante. Dans tous les cas, on ne peut pas s’en échapper, en partie parce qu’elle est entourée par une barrière, et en partie parce qu’elle n’a pas de localisation fixe. D’ailleurs, ça répond aussi à ta deuxième question : l’île se déplace. Donc elle peut se situer n’importe où dans n’importe quel océan de la planète. De ce que je sache, Awashima est un pays autogéré, qui ne dépend d’aucun autre pays ou autorité. De toute façon, l’île n’existe pas, même pour les dirigeants de notre monde.

Elle eut un petit sourire.

-Donc non, ce ne sont pas les américains. Ni les russes, ni les français, ni qui que ce soit d’autres. De toute façon, je suis presque sûre que pour les dieux, les noms des pays, ils n’en ont absolument rien à faire. Comment des gens ont pu savoir pour tes pouvoirs alors que tu les ignorais ? Bonne question. Mais à celle-là, je n’ai pas de réponse absolue. Tout ce que je sais, c’est les on-dit. Il paraît que l’île arrive à sentir la magie, qu’elle soit éveillée ou non, chez les gens. Un truc dans le sang, peut-être. Le pourquoi exact, je n’en sais rien.

*Et j’en ai rien à foutre*, ajouta-t-elle pour elle-même. Elle se souciait peu de l’origine de sa magie ou de la façon dont elle était détectée. Elle l’appréciait, tout simplement. Et les dieux savaient que pour rien au monde elle n’aurait fait de tests médicaux à ce sujet. Elle reprit.

-Par contre, je sais que la détection est aléatoire. Parfois, deux personnes de la même famille ne sont pas emmenées en même temps, même si elles sont côte à côte. Les enlèvements ne semblent pas obéir à une logique particulière, à part le fait que tous les descendants se retrouvent un jour sur l’île. Comment on part ?

Elle eut un léger rire.

-C’est la question à un milliard d’euros ! On ne peut pas quitter l’île. C’est pas faute d’avoir essayé. Mais on ne peut pas partir.

Sur cette réponse, elle ne disait pas la vérité intégrale. Elle savait qu’elle avait déjà effectué une mission dans le monde normal. Mais même dans ce cas, nul espoir d’évasion n’était possible. Et elle ignorait sur quels critères étaient sélectionnés ceux qui participaient aux missions. Donc mieux valait ne pas lui donner de faux espoir. Elle respira quelques secondes, puis reprit.

-Enfin, pour répondre à ta dernière question. Il n’y a PAS d’extraterrestre, ici. Rien que des humains avec un peu de magie. D’autres questions ?


•Faërye's theme
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 47

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Magie Esprit


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Sam 11 Mar 2017 - 15:44

La jeune femme semblait estimer que le nombre de questions qu’elle avait posé n’était vraiment pas grand-chose, et Camille se promit de lui en poser d’autres par la suite, et ce, même si elle avait déjà posé celles qui lui importaient le plus. S’il n’y avait que ça pour lui faire plaisir… Mais avant tout chose, elle voulait des réponses aux premières, car c’était bien là le plus important !

Malheureusement, elles ne furent pas vraiment à son goût… Cette île était autonome, une sorte d’état indépendant des autres nations, donc aucune chance de trouver une ambassade dans laquelle trouver refuge afin de pouvoir rentrer chez soi. Et quand bien même, cet endroit était une sorte de lieu de rassemblement pour les gens ayant des pouvoirs, qui provenaient d’ailleurs d’un dieu. De la façon dont elle le formulait, cela semblait vouloir sous-entendre qu’il y en avait plusieurs… Première nouvelle, donc. Mais ce n’était pas le plus intéressant dans tout ce qu’elle avait dit ! Non, les deux informations les plus importantes étaient que l’île bougeait, ce qui était loin d’être anodin, et aussi qu’il n’y avait pas moyen de s’en échapper. Ce dernier point en particulier serra le cœur de Camille, qui avait du mal à trouver le moyen de dédramatiser la situation comme elle était si douée pour le faire en temps normal…

Enfin, la jeune femme conclut en affirmant qu’il n’y avait pas d’extra-terrestres. Ce dernier point par contre, elle avait du mal à le lui concéder ! Pour sa part, les fameux « dieux » évoqués pouvaient très bien être en réalité des extra-terrestres ! Cela expliquerait pourquoi l’île se déplaçait : il s’agissait peut-être tout simplement d’un vaisseau ! Et puis, dans Stargate, les dieux égyptiens étaient en réalité des extra-terrestres, alors, il y avait déjà des antécédents en la matière… Et cela lui semblait plus plausible que l’existence d’une entité supérieure. Par contre, cela soulevait une autre question : comment avait-elle été conçue ? Son père n’était donc pas vraiment son père ? Est-ce que sa mère s’était montrée volage en allant « s’amuser » en compagnie d’un être venu d’ailleurs ? Ou alors, peut-être avait-elle été enlevée et avait été inséminée, voire violée, par un extra-terrestre ? Elle n’avait jamais laissé sous-entendre avoir vécu ce genre d’expérience, mais peut-être lui avait-on effacé la mémoire, voire carrément implanté de faux souvenirs ? Ou bien… Peut-être les extra-terrestres vivaient-ils de façon tout à fait secrète sur la planète, et que son père était bel et bien celui qu’elle identifiait comme tel, sauf qu’il avait caché sa véritable origine ? Toutes ces questions se bousculaient dans sa tête, et pas l’ombre d’une réponse ne se profilait…

Camille était quelque peu chamboulée parce qu’elle venait d’apprendre… Déjà, son réveil dans un lieu inconnu, la découverte, si l’on pouvait vraiment le dire de cette façon, de ses pouvoirs et les révélations quant à ses origines, tout cela faisait beaucoup à digérer, surtout lorsque l’on assaisonnait tout cela du fait qu’elle se retrouvait coincée sur cette fichue île ! Qu’allaient donc bien pouvoir faire sa mère ? Une bouche en moins à nourrir, cela allait aider financièrement, mais comment prendrait-elle la disparition de sa fille ainée ? Et Simon ? Il avait déjà perdu sa sœur, et c’était maintenant au tour de sa petite-amie de se volatiliser sous ses yeux. Mais c’était surtout pour ses deux sœurs que ses pensées allaient le plus… Comment allaient-elles pouvoir se débrouiller sans elle ? Certes, elles étaient grandes maintenant, mais Camille ne pouvaient s’empêcher de les imaginer perdues, sans leur grande sœur… La pensée était trop horrible pour qu’elle ne le supporte, aussi, reporta-t-elle son attention sur la seule personne sur laquelle elle pouvait compter à part elle-même : Féerie. Aussi, lui demanda-t-elle :

- Q-Qu’est-ce que je dois faire ?

Elle ne connaissait rien de cet endroit, que ce fut les habitants ou même le fonctionnement des lieux. Est-ce que les dirigeants les soumettaient à certaines obligations, comme des tests médicaux ou bien un autre type d’expériences tout aussi dérangeantes ? Comment pouvait-elle espérer survivre dans ce lieu alors qu’elle n’avait pas d’argent ? Et surtout, n’y avait-il VRAIMENT aucun moyen de rentrer chez soi ? Plus que jamais, son désir de retrouver les siens la saisissait avec la force d’un boa étouffant sa proie dans ses puissants anneaux… Et le désespoir commençait doucement à envahir son cœur si résistant habituellement…






Invité
Invité


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Mar 25 Avr 2017 - 0:18

La cambrioleuse laissa autant de temps que nécessaire à la jeune fille pour qu’elle puisse digérer ses révélations. Elle savait que c’était beaucoup à avaler d’un coup. Mais elle pensait aussi que distiller les informations et enchaîner les chocs, les révélations et les mauvaises surprises n’aurait pas forcément été bon pour l’équilibre mental de la Fujin. Et, même si elle s’y attendait, la question suivante que lui posa Camille lui serra le cœur. La tête qu’elle faisait, aussi. Alors, à ce moment-là, la voleuse eut la désagréable impression que ce qu’elle cherchait justement à éviter, elle venait de le causer. Alors, elle attira doucement Camille à elle et lui fit un câlin. Elle se doutait que la nouvelle-venue avait besoin de relâcher toute la tension qu’elle venait d’accumuler. Alors elle lui murmura chaleureusement quelques mots à l’oreille.

-Pour commencer, tu peux pleurer, tu sais ? Je sais à quel point ça soulage. Je comprends tout à fait ce que tu dois ressentir. Je sais que ce n’est pas grand-chose, mais sache que je compatis, et que je ferais tout ce qui est en mon maigre pouvoir pour que tu réussisses à surmonter ça.

Elle s’interrompit quelques instants, la berçant doucement contre elle. Elle laissa planer le silence pendant quelques secondes, puis elle reprit, tout doucement.

-Par contre, si ta question concernait ce que tu dois faire par la suite, là encore, je peux t’aider. Les premières choses que tu devras faire, c’est de trouver un logement et de t’inscrire au lycée pour continuer ton cursus. Pour le logement, je peux t’aider. J’ai un grand appartement, je peux bien accueillir un petit oisillon tombé du nid comme toi.

Elle eut un léger rire à cette phrase, espérant faire au moins sourire Camille à cette évocation. Puis elle reprit.
-Enfin, bien sûr, si tu le veux bien. Je ne veux pas te forcer à quoi que ce soit. Ensuite, je suppose qu’il faudra que tu ailles à la banque, pour ouvrir ton compte et récupérer l’argent que tu pourrais avoir, basé sur l’argent que tu avais dans le monde normal. Et d’autres trucs administratifs. Mais la paperasse, c’est chiant, sauf pour quelques fanatiques. Je dois t’avouer que j’ai jamais compris ces personnes-là. Trop bizarres pour moi. Enfin, bref, on y réfléchira plus tard.

Elle eut encore une fois un petit rire, mais il était plus sincère, cette fois-ci. Évidemment, elle n’aimait pas la paperasse. Mais après tout, qui aimait cela, à part peut-être les experts comptables ? Enfin, elle prit une respiration pour énoncer une dernière proposition.

-Enfin, il y a une chose que tu auras envie de faire, je pense. Il faut que tu saches que tu as la possibilité de contacter tes proches sans problème, si tu le désires. Il y a juste une condition. Il ne faut jamais mentionner l’île ou la magie. Mais autrement, il faut que tu saches que tu pourras les appeler quand tu veux, s’ils te manquent.

Oui, elle aurait pu mentionner ce point au tout début. Mais elle n’y avait pas pensé. Elle n’était pas vraiment habituée à gérer la série de révélations des nouveaux arrivants. Donc elle avait légèrement paniqué… Et les idées s’étaient embrouillées dans son esprit. C’est humain, après tout. Et surtout, l’essentiel restait qu’elle l’avait quand même dit. Et c’était ce qui comptait.


[HS : Désolé du temps de réponse ^^"]


•Faërye's theme
avatar


Féminin Date d'inscription : 08/11/2014
Occupation : Journaliste freelance/ un peu auteure / Parfois cambrioleuse (mais ce qui l'intéresse est plus de forcer les sécurités que de s'emparer des biens d'autrui)
Sexualité : Bisexuelle à très forte tendance lesbienne
Messages : 47

Carte de Jeu
Familiers: Aucun
Deuxième magie: Non débloquée

Voir le profil de l'utilisateur

5 ★ - Magie Esprit


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   Dim 23 Juil 2017 - 14:16

Camille était désemparée, ne sachant quelles actions elle devait entreprendre… Ce genre de chose n’arrivaient que dans les films ou les mangas ! Et là encore, il y avait toujours un espoir de pouvoir rentrer chez soi… Tandis que là, il semblait ne pas y en avoir. C’était profondément injuste, pourquoi donc la privait-on de sa vie de cette façon ? Avait-elle fait quelque chose de mal ? Non, apparemment, c’était simplement parce qu’elle avait des pouvoirs… La bonne blague, ce genre de chose, elle l’avait sacrément espéré dans un coin de sa tête, probablement plus pour pouvoir briser le quotidien morose de sa vie que par désir de ressortir du lot. Et voilà que maintenant que c’était le cas, elle aurait volontiers sacrifié ses deux jambes pour pouvoir retourner auprès des siens… Car ce n’était pas tant la situation dans laquelle elle se trouvait qui la désespérait, mais bien de ne plus pouvoir se tenir aux côtés de sa famille et de ses amis… Après tout, ce n’était pas SI différent que de déménager ! Mais là, l’impossibilité de retrouver les siens compliquait tout…

Féerie semblait compatir au désarroi de la jeune fille, et l’invita même à pleurer pour soulager sa peine. Pleurer ? Voilà bien une chose à laquelle elle avait renoncer depuis longtemps… Elle avait dû se montrer forte, afin d’éviter à sa mère de devoir se faire encore un peu plus de souci qu’elle n’en avait déjà ainsi que pour aider ses sœurs à passer le cap. Aussi, quand elle était triste ou inquiète, elle faisait simplement le clown, et gardait son vrai ressenti pour elle. Prendre les choses avec le sourire lorsque son cœur était déchiré, c’était mieux que de se lamenter ! Et surtout, ça n’inquiétait pas les autres… Même si cette fois, elle devait bien avouer qu’elle avait plus de mal à réussir cet exercice…

Féerie continua à énumérer diverses actions qu’elle pouvait entreprendre, dans un discours qui semblait si bien rôdé qu’on aurait pu croire que ce n’était pas la première fois qu’elle y avait recours. Ce qui, d’ailleurs, était peut-être bien le cas… Après tout, elle l’avait rabattue vers elle, avec son animal d’ombre. Mais soit, ce qu’elle disait était intéressant, à défaut d’être réconfortant. S’inscrire à l’école ne l’intéressait guère dans un premier temps, elle n’avait vraiment pas la tête à aller poser ses fesses sur une chaise pour écouter un prof déblatérer des banalités scolaires… Quant à l’argent, pas la peine de s’en faire, elle n’en avait pas, ça faisait donc une chose en moins à gérer. Et enfin, le logement… Vivre avec une inconnue, aussi aimable pouvait-elle paraître, ça ne lui semblait pas la meilleure des idées. Après tout, les pervers qui attirent les enfants dans leur camionnette avec des sucettes aussi ont l’air très sympas, jusqu’à ce que leurs véritables intentions ne ressortent ! Soit, elle passerait peut-être à côté d’une occasion, mais elle se débrouillerait, comme elle en avait l’habitude.

Cependant, Camille ne put rester stoïque face à la dernière nouvelle : il était possible de contacter des gens en dehors de cet endroit ! Allait-elle pouvoir entendre à nouveau la voix de ses petites sœurs ? Celle de sa mère ? Celle de Simon ? C’était génial ! Pendant un instant, un merveilleux instant, un rayon de lumière illumina son cœur assombri, et puis, ce dernier s’estompa, comme des interférences à la télé… Est-ce que c’était une si bonne chose que de pouvoir les contacter, si l’on ne pouvait pas éclaircir la situation ? Et puis, soyons honnête, même si elle pouvait clairement expliquer les choses, cela serait-il mieux ? « Allô maman, j’ai été enlevée parce que j’ai des pouvoirs, je ne peux pas rentrer, mais bon, on peut toujours papoter par téléphone, c’est pas génial ? ». Même si elle la croyait, ce qui n’était franchement pas gagné, ce n’était certainement pas cela qui allait lui mettre du baume au cœur… Et si ses petites sœurs décidaient de faire comme elle, et de se lancer à sa recherche ? Si elles décidaient de suivre ses traces ? Enfin, tant qu’elles ne suivaient pas ses traces jusqu’au point d’entamer le même genre de relation avec Simon… Et à lui, qu’aurait-elle pu dire ? Ou alors, devait-elle mentir ? Prétendre qu’elle avait gagné Dieu sait quoi, et que c’était pour ça qu’elle avait disparu du jour au lendemain, sans les avertir au préalable ? Peut-être ne serait-il pas plus mal qu’ils se fassent leur propre opinion sur ce qui lui était arrivé, et qu’ils finissent par se résoudre à ne plus jamais la revoir…

Camille était restée silencieuse, perdue dans ses pensées, laissant la jeune femme de côté. Elle méritait bien qu’elle lui fasse part de ses conclusions, notamment sur certains points. Aussi, d’une voix rendue un peu plus rauque par l’émotion, commença-t-elle à lui répondre :

- Merci…

Des remerciements lui semblaient de circonstances, car même si elle ne lui avait pas montré la direction de la sortie, elle avait cherché à l’aider à sa manière. Et Camille avait toujours estimé qu’elle fallait faire preuve de gratitude lorsqu’elle était méritée.

- Merci pour ta proposition, mais je vais me débrouiller pour le logement, et pour tout le reste… Je sais quoi faire, maintenant, grâce à toi. Tu es gentille, Féerie.

La première chose qu’elle comptait faire, c’était aller à cette fameuse école dont elle lui avait parlé. Il devait bien y avoir un système d’internat, ou un truc du genre non ? Et des organismes aidant les élèves défavorisés à payer leurs frais scolaires, et tout ça… Cela lui permettrait de régler le problème du logement ! Et surtout, elle apprendrait peut-être des infos utiles sur l’endroit où elle se trouvait, et peut-être un moyen de le quitter… Car elle ne désespérait pas de finir par le trouver ! Féerie avait dit qu’il n’y en avait pas, mais peut-être ne le connaissait-elle tout simplement pas ! L’espoir, c’était la chose qui allait lui permettre d’avancer dans cette nouvelle vie qu’on lui avait imposée. Et, si le pire devait se produire, c’était le meilleur moyen pour elle d’apprendre à l’apprécier…

Elle adressa un geste d’au revoir à la jeune femme, qu’elle laissa un peu en plan. Si elle devait agir, elle préférait ne pas gâcher de temps en frivolités quelconques. Aussi, se lança-t-elle à l’assaut de sa nouvelle vie sur Awashima…






Invité
Invité


MessageSujet: Re: La zone 51 [PV Faë]   







Contenu sponsorisé


 

La zone 51 [PV Faë]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Agriculture en zone urbaine face au deficit d'infrastructure
» La zone métropolitaine contribue à 90% à la recette fiscale
» Zone de stockage
» Forêt interne de Konoha - Zone interdite
» Vidéos Zone litigieuse et opération des gardiens d'anachore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Himitsu no Kii :: La périphérie :: Hôtel "The Beginning"-
TOP